Pour bien préparer la rentrée, prenez les bonnes leçons !

 

 



Statistiques de Satanistique : c’est toujours le Pérou !

Pour commencer, mes chers lecteurs seront sans doute comblés d’apprendre que j’ai encore eu la visite de Russes ce mois-ci.

Ce sont eux qui ont fait grimper mes statistiques de blog entre le 4 et le 9 août, ce qui correspond au pic de visites bien visible sur le graphique ci-dessous :

 

17 juil. 2018 – 15 août 2018

 

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
44
Pages vues hier
69
Pages vues le mois dernier
3 975
Historique global des pages vues
317 867
Membres

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

Plus »

Participants

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

Russie

1993

France

757

États-Unis

383

Ukraine

117

région indéterminée

69

Vietnam

62

Brésil

49

Allemagne

48

Indonésie

30

Algérie

28

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Internet Explorer

1654 (41%)

Chrome

1097 (27%)

Firefox

778 (19%)

Safari

221 (5%)

SamsungBrowser

81 (2%)

Mobile Safari

55 (1%)

Opera

29 (<1%)

Namoroka

26 (<1%)

GSA

15 (<1%)

CriOS

4 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

3177 (80%)

Android

355 (8%)

iPhone

152 (3%)

Macintosh

140 (3%)

Linux

93 (2%)

iPad

32 (<1%)

Unix

12 (<1%)

Android 6.0.1

5 (<1%)

Unknown

4 (<1%)

Android 4.2.2

1 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

Et maintenant que vous avez tous constaté que j’ai aussi reçu 69 visites en provenance d’une « région indéterminée », je vous explique ce que c’est.

En fait, ces 69 visites se sont toutes produites lundi, 13 août 2018 :

 

8 août 2018 18:00 – 15 août 2018 17:00

 

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
45
Pages vues hier
69
Pages vues le mois dernier
3 976
Historique global des pages vues
317 868
Membres

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

Plus »

Participants

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

France

160

États-Unis

105

région indéterminée

69

Russie

62

Ukraine

45

Vietnam

21

Royaume-Uni

11

Pologne

11

Brésil

10

Belgique

8

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Chrome

279 (48%)

Firefox

145 (25%)

Safari

56 (9%)

Mobile Safari

51 (8%)

Internet Explorer

30 (5%)

SamsungBrowser

16 (2%)

GSA

3 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

375 (64%)

Android

104 (17%)

iPhone

44 (7%)

Macintosh

34 (5%)

Linux

11 (1%)

iPad

8 (1%)

Unix

2 (<1%)

Android 7.0

1 (<1%)

Android 8.1.0

1 (<1%)

BlackBerry

1 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

Et voilà plus précisément de quoi il s’agit :

 

Statistiques de Satanistique : c'est toujours le Pérou ! dans Calomnie usNorth Freedom, Wisconsin, United States, Google   66.102.8.62  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:20:40
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:23:44
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:24:09
us dans CrimeUnited States, Google   64.233.172.217  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:11:01
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:23:35
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:23:51
us dans FolieNorth Freedom, Wisconsin, United States, Google   66.102.8.32  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:16:39
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:20:30
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:23:22
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:23:36
us dans Insolent - InsoliteUnited States, Google   66.249.83.68  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:10:13
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:17:29
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:21:01
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:22:33
us dans NEMROD34California, United States, Google   66.249.84.61  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:18:06
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:22:15
us dans Statistiques de blogUnited States, Google   66.249.83.70  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:11:12
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:12:38
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:20:47
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:22:04
usUnited States, Google   64.233.172.222  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:12:58
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:16:06
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:16:35
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:17:08
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:19:37
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:22:50
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:24:39
usUnited States, Google   64.233.172.221  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:11:31
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:19:20
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:21:17
usUnited States, Google   64.233.172.192  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:18:59
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:20:30
usUnited States, Google   66.249.83.66  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:10:30
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:16:47
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:19:52
usNorth Freedom, Wisconsin, United States, Google   66.102.8.60  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:16:15
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:18:26
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:19:43
usUnited States, Google   64.233.172.220  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:17:27
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:19:27
usUnited States, Google   66.249.83.69  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:18:50
usUnited States, Google   66.249.83.71  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:18:00
usCalifornia, United States, Google   66.249.84.60  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:14:33
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:15:22
usCalifornia, United States, Google   66.249.84.32  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:14:14
usNorth Freedom, Wisconsin, United States, Google   66.102.8.59  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:12:59
usCalifornia, United States, Google   66.249.84.62  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:10:21
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:11:02
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:12:49
usUnited States, Google   64.233.172.219  

(0 returning visits)

Win7, Chrome 65.0, 1024×768
(Pas de lien référant)
13 Aug 10:11:48

 

Toute une série de visites de Google traitant manifestement de multiples demandes de suppression de mon blog !

Non pas des demandes de suppression pour un ou plusieurs articles de Satanistique, mais bien chacune pour la totalité du blog !

Et dans l’après-midi, qui ai-je vu revenir sur mon blog après avoir pris connaissance de toutes les réponses négatives de Google à ces demandes que je présume, comme bien d’autres, particulièrement délirantes ?

Ah ben oui, c’est ça, toujours le même qu’il n’est plus utile de nommer…

 

Pages vues récemment

 

Date Heure Système Location / Language Host Name/Web Page/Referrer
14 Aug 13:25:05 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.80)  

(Pas de lien référant)
14 Aug 13:23:08 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.80)  

(Pas de lien référant)
13 Aug 14:47:41 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
fr Lieuran-lès-béziers,
Languedoc-Roussillon,
France / fr-fr
Free Sas (78.220.74.62)  

(Pas de lien référant)
5 Aug 10:36:48 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
1 Aug 05:10:38 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
31 Jul 13:01:18 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

31 Jul 13:00:32 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
31 Jul 12:55:18 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
30 Jul 11:51:15 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
28 Jul 10:37:45 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
28 Jul 05:03:03 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
27 Jul 05:16:25 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
25 Jul 13:12:52 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
25 Jul 13:12:38 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
24 Jul 13:41:10 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
fr Abeilhan,
Languedoc-Roussillon,
France / fr-fr
Free Sas (78.220.74.62)  

(Pas de lien référant)
23 Jul 11:36:25 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
22 Jul 09:31:52 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
21 Jul 09:41:06 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
20 Jul 09:07:52 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
19 Jul 11:03:46 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
17 Jul 10:57:54 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
15 Jul 13:01:15 Chrome 67.0
Win7
1920×1080
pe Lima,
Peru / fr-fr
Ab Facile Sarl (185.56.163.13)  

(Pas de lien référant)
Page 1 sur 1 (22 lignes)

 



Affaire Benalla : durant la pause estivale, la fiction du Télégramme !

 

Feuilleton Télégramme 1

 

Cliquer sur l’image pour l’agrandir et lire le texte.

La plaisanterie est signée Yann Lorient.

Pourquoi ce choix ? Pour faire diversion ?

C’est du bresto-brestôa !

 

 

Signalons au passage que les cybercriminels qui me harcèlent depuis dix ans ont toujours tendance à prendre leurs rêves pour des réalités, puisque l’un d’eux a posté le commentaire suivant sur Satanistique le 31 juillet dernier :

 

 

Alors comme ça on s'est encore fait interner ? Et on recommence ? sur Après l’affaire Benalla, chasse aux sorcières en vue dans la haute administration
Anonyme
le 31/07/18

 

 

Inutile de le nommer, ça le ferait jouir…

Informons donc cet abruti que je n’avais pas disparu pour tout le monde, et même, que j’ai eu plus d’une fois l’occasion de me promener sous les fenêtres du prochain maire de Brest avec lequel je ne suis pas forcément en mauvais termes.

Il vaut autant qu’il le sache avant de se mettre en tête de l’inonder de courriers aussi délirants que ceux qu’a reçus François Cuillandre à mon sujet.

Qu’il sache aussi que j’ai encore à la Mairie de Brest quelques amies qui me connaissent depuis l’enfance et sont particulièrement bien placées pour y faire savoir que les prétentions de ses complices Luraghi, Brenterch et consorts me concernant sont entièrement fausses.



Affaire Benalla : pourquoi maintenant et pas en mai, et autres questions

La première saison de la grande série de l’été 2018 s’étant terminée en beauté avec les motions de censure de l’opposition, paraissent désormais quelques articles d’auteurs revenant sur des questions qui à ce jour restent sans réponse, à commencer par celle-ci soulevée par le Président lui-même : comment se fait-il que cette affaire ne soit pas « sortie » avant le 18 juillet 2018, ou qu’Alexandre Benalla n’ait pas été identifié plus tôt, alors que la vidéo le montrant à l’oeuvre sur la place de la Contrescarpe le 1er mai 2018 circulait depuis le début sur les réseaux sociaux, et qu’il était bien connu de toute la classe politico-médiatique française depuis plusieurs années ?

Pourquoi donc aucun politique, aucun journaliste n’a jamais rien dénoncé avant le 18 juillet 2018 ?

Auraient-ils tous continué à se taire si Le Monde n’avait ouvert le bal à cette date ?

Qu’est-ce qui brutalement aura déclenché le grand déballage à compter du 18 juillet 2018 ?

Ou qu’est-ce qui pouvait bien le retenir jusque-là ?

 

https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/agression-d-un-manifestant-par-un-collaborateur-de-l-elysee/affaire-benalla-nos-reponses-aux-six-questions-les-plus-posees-pour-eclaircir-ce-dossier_2869811.html

Affaire Benalla : nos réponses aux six questions les plus posées pour éclaircir ce dossier

 

Avec l’afflux d’informations autour de l’affaire Benalla, pas facile de tout saisir. Le chef du service politique de franceinfo, Jean-Jérôme Bertolus, répond aux principales questions posées par les internautes.

 

Alexandre Benalla à côté du bus de l\'équipe de France de football à l\'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 16 juillet 2018.&nbsp;

Alexandre Benalla à côté du bus de l’équipe de France de football à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 16 juillet 2018.  (THOMAS SAMSON / AFP)

Plus d’une semaine après les révélations de l’affaire Benalla mercredi 18 juillet, l’enquête ne fait que débuter et de nombreuses zones d’ombre demeurent. Conséquences politiques pour Emmanuel Macron et sa majorité, interrogations autour de l’organisation de la sécurité du président de la République, attitude de l’opposition politique, rôle de l’enquête parlementaire : le chef du service politique de franceinfo, Jean-Jérôme Bertolus, répond, vendredi 27 juillet, aux multiples questions posées par les internautes.

Quel est le parcours d’Alexandre Benalla jusqu’à l’Élysée ?

Avant d’arriver à l’Élysée, Alexandre Benalla a d’abord suivi des études de droit. Il s’est ensuite lancé dans la vie professionnelle. « Il a commencé au PS où il a été d’abord affecté à la sécurité de la maire de Lille Martine Aubry entre 2008 à 2012, puis au service d’ordre pendant la campagne de François Hollande en 2012. C’est l’ex-chef du service d’ordre du Parti socialiste, Eric Plumer, qui l’a formé aux questions de sécurité. En mars 2016, il avait tenté de lancer, sans succès, une entreprise de sécurité privée, avec Vincent Crase, également identifié dans la vidéo du 1er-Mai et mis en examen », explique Jean-Jérôme Bertolus.

La trajectoire d’Alexandre Benalla a ensuite connu une ascension aux côtés d’Emmanuel Macron. « Après la démission d’Emmanuel Macron du gouvernement, en août 2016, il devient l’un de ses gardes du corps », relate Jean-Jérôme. « Pendant la campagne présidentielle, il est directeur de la sûreté et de la sécurité du mouvement En marche. C’est Patrick Strzoda, l’actuel directeur de cabinet du Président, qui le recrute à l’Élysée ».

La question du salaire d’Alexandre Benalla est régulièrement revenue dans le débat, depuis la révélation de l’affaire. Au cours de son audition par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, Patrick Strzoda a démenti la rumeur d’un salaire de 10 000 euros par mois. Selon l’AFP, Alexandre Benalla touchait 6 000 euros.

Emmanuel Macron a-t-il eu recours à des agents de sécurité privés ?

« Est-ce que nous étions confrontés ni plus ni moins qu’à des barbouzes ? », s’est interrogé Yves Lefebvre, secrétaire général Unité SGP-Police Force ouvrière. Un terme qui a ensuite été repris par une partie de la classe politique. Cette question fait l’objet d’un débat.

« Selon le directeur de cabinet de l’Élysée, Alexandre Benalla était chargé de mobiliser tous les services nécessaires aux déplacements du chef de l’État en France (Élysée, Intérieur, Préfecture, etc.). Il dirigeait également une deuxième équipe de sécurité, au sein du GSPR (Groupe de sécurité de la présidence de la République) chargée de protéger la vie privée du Président », explique Jean-Jérôme Bertolus.

« Ce service était composé de dix policiers et de quatre gendarmes. C’est Alexandre Benalla qui avait recruté les hommes de ce service. Il était par ailleurs associé étroitement au projet de réorganisation de la sécurité du président. La sécurité est assurée aujourd’hui par le commandement militaire de l’Élysée, des gendarmes et par le GSPR, des policier rattachés au Service de la protection (SDLP) »

À quoi sert l’enquête parlementaire ?

Première précision : il n’y a pas une mais deux enquêtes parlementaires. La première est menée par le Sénat, la seconde par l’Assemblée nationale. « Les deux commissions tentent de faire la lumière sur d’éventuels dysfonctionnements au sein de l’Élysée et au ministère de l’Intérieur », explique Jean-Jérôme Bertolus, qui décrit les questions posées par les commissions : « Alexandre Benella a-t-il exercé ses responsabilités à l’Élysée dans les règles ou a-t-il bénéficié de passe-droits et d’avantages exorbitants compte tenu de sa proximité avec le chef de l’État ? Après les incidents du 1er-Mai, l’Élysée a-t-il tenté d’étouffer l’affaire ? Les réseaux d’Alexandre Benella révèlent-ils une police parallèle ? »

Parmi les personnes qui ont été entendues : le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, le préfet de police de Paris Michel Delpuech, le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler ou encore le directeur de cabinet de l’Élysée Patrick Strzoda.

Les deux commissions d’enquête vont tirer des conclusions des auditions qui ont été effectuées. Ce devrait être « dans les prochains jours » pour l’Assemblée nationale. En revanche, le délai est plus long pour le Sénat. « La commission d’enquête du Sénat s’est dotée de pouvoirs pour six mois. Les auditions vont se poursuivre à la rentrée », explique le chef du service politique de franceinfo.

Dans la vie parlementaire, les rapports des commissions d’enquête sont toujours très attendus et connaissent un fort retentissement car ils peuvent accabler ou au contraire blanchir le gouvernementJean-Jérôme Bertolusfranceinfo

L’une des principales demandes de l’opposition, c’est qu’Emmanuel Macron soit entendu par les commissions d’enquête. Mais il n’y a aucun moyen de contourner la Constitution pour rendre possible cette audition. « Même si une majorité de parlementaires demandaient son audition, le président pourrait toujours refuser, se fondant sur le principe de la séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le législatif. Le président de la République n’est pas politiquement responsable devant le Parlement », relate Jean-Jérôme Bertolus.

Quelles conséquences politiques peuvent avoir cette affaire ?

Sur le plan politique, « concernant le président de la République, les éventuelles conséquences de cette affaire pourraient se traduire par un fléchissement en termes de popularité et de la confiance des Français envers lui », estime Jean-Jérôme Bertolus, du service politique de franceinfo. « À l’inverse, l’opposition, divisée et encore meurtrie par l’élection présidentielle et les législatives, pourrait retrouver de la vigueur ».

Un remaniement du gouvernement ne semble, en revanche, pas d’actualitéJean-Jérôme Bertolusfranceinfo

Cette affaire peut entraîner des démissions. « Il est possible que des membres du cabinet du président de la République quittent l’Élysée. Le président de la République a demandé une réorganisation de l’ensemble des services de l’Élysée », explique Jean-Jérôme Bertolus. Sans oublier d’éventuelles sanctions dans le cadre des enquêtes ouvertes : « Des hauts fonctionnaires de la police pourraient être sanctionnés à l’issue de l’enquête de l’IGPN (Inspection générale de la police nationale), demandée par Gérard Collomb. »

Sur le plan administratif, cette affaire Benalla devrait entraîner quelques modifications. « La sécurité du président devrait être réorganisée ».

Est-ce que les médias en font trop autour de cette affaire ?

Plusieurs internautes s’interrogent sur la place accordée à cette affaire. « Pourquoi cette affaire est croustillante pour les médias ? », demande l’un d’entre eux. « Comme toutes les affaires – Fillon, Cahuzac, financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, Karachi, Rainbow Warrior… -  la presse joue un rôle déterminant. C’est elle qui sort généralement l’affaire et explore ses ramifications », répond Jean-Jérôme Bertolus. « L’affaire Benalla intervient en plus dans un contexte de relation difficile entre la presse et Emmanuel Macron depuis le début du quinquennat. Le président de la République a d’ailleurs critiqué très vivement le déferlement médiatique ».

Un autre internaute ajoute : « N’est-ce pas un peu exagéré, toute cette affaire ? » Les réactions n’ont pas du tout été les mêmes d’un camp à l’autre. « C’est une affaire de point de vue. Emmanuel Macron a dénoncé une ‘tempête dans un verre d’eau‘. À l’inverse, Jean-Luc Mélenchon dénonce un ‘Watergate à la Française’, du nom de la célèbre affaire américaine, qui a abouti à la démission de Richard Nixon », explique le chef du service politique de franceinfo.

Cette affaire est-elle une tentative de l’opposition de bloquer le pays ?

Certains internautes se demandent si cette affaire ne sort pas à un moment opportun. Soit pour la majorité parlementaire, alors que le député LREM Thierry Solère venait d’être placé en garde à vue pour fraude fiscale. Soit pour l’opposition, afin de retarder les débats sur la réforme constitutionnelle.

Pour Jean-Jérôme Bertolus, il n’y a pas de lien avec l’affaire Solère. « Après sa garde à vue, l’enquête pour fraude fiscale et corruption se poursuit à l’encontre de Thierry Solère. Au plan politique, ce député, rallié après la présidentielle, a peu d’influence », estime le chef du service politique de franceinfo.

Même si Emmanuel Macron « s’est demandé pourquoi Alexandre Benella avait été identifié tant de temps après les faits, il n’a pas fait le lien avec le projet de réforme constitutionnelle », rappelle Jean-Jérôme Bertolus. « L’examen de ce projet a été seulement suspendu et les débats à l’Assemblée nationale devraient reprendre en septembre ou en octobre ».

 

 

Egalement à lire :

 

https://blog.causeur.fr/lavoixdenosmaitres/la-planification-de-linfo-cest-aussi-une-info-00827.html#ligne

https://www.legrandsoir.info/benalla-a-ete-confie-a-une-nounou-issue-du-gang-des-zemour.html

https://blogs.mediapart.fr/edition/la-commune-pour-un-parti-des-travailleurs/article/290718/ce-que-revele-l-affaire-benalla

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2018/07/31/31001-20180731ARTFIG00161-general-soubelet-l-affaire-benalla-revele-l-effondrement-de-la-classe-politique.php

http://www.dedefensa.org/article/benallagate-ou-la-theorie-du-complot-de-lete

 



Après l’affaire Benalla, chasse aux sorcières en vue dans la haute administration

En revanche, l’opposition politique officielle reste inchangée, elle est vraiment trop bonne…

 

http://www.europe1.fr/politique/apres-laffaire-benalla-macron-va-t-il-instaurer-un-veritable-spoil-system-3722615

Après l’affaire Benalla, Macron va-t-il instaurer un véritable « spoil system » ?

 

17h57, le 30 juillet 2018
Après l'affaire Benalla, Macron va-t-il instaurer un véritable "spoil system" ?
Emmanuel Macron veut remanier en profondeur le sommet des administrations centrales françaises.@ Alberto PIZZOLI / AFP

 

La crise connue par l’Élysée avec l’affaire Benalla est l’occasion pour le pouvoir politique d’asseoir sa domination sur la haute administration, en plaçant des soutiens de la macronie aux postes importants.

 

C’est la leçon que veut retenir l’exécutif de l’affaire Benalla, alors que les dernières auditions de protagonistes sont menées lundi et mardi au Sénat. La séquence aurait-elle été moins périlleuse si la haute administration avait partagé les opinions et les intérêts de la majorité macroniste ? L’Élysée apparaît en tout cas déterminé à s’assurer de la fidélité des hauts fonctionnaires en temps de crise. Pour y parvenir, le président copmpte s’appuyer sur un outil importé des États-Unis, vanté par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle et présenté comme une changement de paradigme dans les hautes sphères de l’État : le « spoil system ».

Une promesse de campagne. Derrière cette expression anglaise née aux États-Unis au début du 19ème siècle se cache en fait une idée plutôt simple : lorsque des dirigeants arrivent au pouvoir dans un pays, ils changent les hauts fonctionnaires pour s’assurer de leur fidélité. En France, cela regroupe les administrations centrales (le CSA, le Commissariat à l’énergie atomique ou l’université de Strasbourg, par exemple), les préfets, les ambassadeurs… Objectif : éviter de voir leurs réformes « torpillées » ou insuffisamment mises en oeuvre par des structures chargées en théorie d’appliquer concrètement la loi sur le terrain.

« Nous sommes en fait face aux limites de l’absence du ‘spoil system’. L’affaire Benalla nous l’a montré, si nous le faisons pas, cela peut se retourner contre nous », constate aujourd’hui un conseiller du président auprès du Figaro, lundi. Pour autant, cet appétit pour le « spoil system » n’est pas nouveau chez Emmanuel Macron : « Dans les deux premiers mois du quinquennat, je changerai ou confirmerai l’intégralité des postes de direction dans la fonction publique… C’est une mise sous tension de l’appareil d’Etat », promettait-il dans un entretien aux Échos, en février 2017.

Quelques départs commentés. Dans les faits, 180 hauts fonctionnaires, dont la nomination dépend du gouvernement, ont été évalués au cours de l’année 2017, pour s’assurer de l’adéquation de leurs vues avec celles de l’exécutif. Très peu de responsables ont en réalité quitté l’administration après l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron. Parmi les contre-exemples, le départ très commenté du chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers, en juillet 2017 ou celui du Conseil supérieur des programmes, Michel Lussault, en septembre dernier. Après l’attentat de Marseille, l’Élysée a aussi limogé le préfet du Rhône, Henri-Michel Comet, pour le remplacer par un haut fonctionnaire proche de Christophe Castaner mais condamné pour avoir diffamé un Algérien et accordé des permis des construire illégaux en Corse, pointe La Tribune.

L’affaire Benalla montre surtout que la haute administration policière n’est pas alignée sur les positions de l’Élysée. Lors de son audition devant la commission d’enquête de l’Assemblée, le préfet de police Michel Delpuech s’est notamment désolidarisé de l’exécutif en renvoyant la responsabilité des agissements de l’ex-chargé de mission vers l’Élysée. Cette défiance entre la préfecture de police et la présidence pourrait donner lieu à une reprise en main de la première par la seconde, dans les semaines et les mois à venir. Le préfet Delpuech pourrait en faire les frais : il a été nommé avant le premier tour de l’élection présidentielle, en avril 2017. Emmanuel Macron n’était pas encore à l’Élysée.

« Il va falloir s’occuper » de certains hauts fonctionnaires. La plus grande crise du quinquennat jusqu’à présent est donc l’occasion d’affermir véritablement la tutelle de l’Élysée sur les administrations centrales. « Jusqu’à présent, nous nous sommes montrés plutôt conciliants », raconte un proche d’Emmanuel Macron au Figaro. « En arrivant, nous avons laissé aux hauts fonctionnaires le choix de rester travailler avec nous ou de partir si cela leur posait des problèmes. Apparemment, certains qui avaient des problèmes sont restés. Il va falloir s’en occuper. » Si l’exécutif se défendait au début du quinquennat de vouloir mener une « chasse aux sorcières » au sein des administrations centrales, le ton a bien changé au début de l’an II du quinquennat.

 

 

https://www.lejdd.fr/politique/affaire-benalla-pourquoi-macron-pourrait-quand-meme-faire-sauter-des-fusibles-3722357

Affaire Benalla : pourquoi Macron pourrait quand même faire sauter des « fusibles »

 

11h39 , le 30 juillet 2018, modifié à 11h41 , le 30 juillet 2018

Emmanuel Macron a indiqué la semaine dernière qu’il ne limogerait pas de « fusible » après l’affaire Benalla. Mais, il pourrait tout de même couper des têtes à la rentrée.

Emmanuel Macron le 26 juillet dernier à Madrid.
Emmanuel Macron le 26 juillet dernier à Madrid. (Reuters)

 

Il n’y aura pas de « fusible » mais certaines têtes pourraient tomber. Emmanuel Macron avait expliqué la semaine dernière devant les députés et les ministres de la majorité qu’il ne comptait pas « donner des têtes » à l’opinion publique. « Ce qui nous a conduit là, ce n’est pas la République des fusibles, ce n’est pas la République de la haine, celle où l’on fait trinquer un fonctionnaire ici, un collaborateur là. On ne peut pas être chef par beau temps et se soustraire lorsque le temps est difficile. S’ils veulent un responsable, il est devant vous, qu’ils viennent le chercher. Et ce responsable, il répond au peuple français et au peuple souverain », avait clamé le chef de l’Etat qui a refusé, selon les informations du JDD, de sacrifier son directeur de cabinet, Patrick Strzoda, malgré les pressions de son entourage.

Lire aussi - Comment Macron espère rebondir après l’affaire Benalla

Mais dans un passage moins remarqué de son discours, il s’était également fait plus menaçant et n’avait pas exclu d’écarter des collaborateurs ou des hauts-fonctionnaires  »après une analyse rigoureuse des responsabilités ». « Je l’ai montré par le passé », a-t-il lancé sybilin dans une allusion au limogeage du préfet du Rhône après l’attentat de Marseille en octobre dernier ou au départ du chef d’Etat-major des armées en juillet 2017 après un désaccord budgétaire.  »Lors que nous sommes encore à l’élucidation de la vérité, on ne sacrifie pas des fonctionnaires, des collaborateurs ou des ministres sur l’autel de l’émotion populaire de la démocratie d’opinion instantanée » a glissé encore Emmanuel Macron. Mais dans quelques semaines, le chef de l’Etat pourrait trancher. Et régler des comptes.

La préfecture de police dans le viseur

Selon Le Canard Enchaîné, Emmanuel Macron aurait particulièrement dans le viseur des hauts fonctionnaires de la préfecture de police : « C’est l’histoire d’un type [Benalla] qui pète les boulons, de quelques barbouzes officiant à la Préfecture de police qui tentent de profiter de la bavure pour régler des comptes [...] Les guérilleros de la PP qui ont pris l’Elysée en otage sont identifiés », aurait-il dit la semaine dernière à son entourage selon le compte-rendu du journal satirique.  »La question que vous pouvez vous poser c’est pourquoi certains l’ont sorti deux mois et demi plus tard ? [...] C’est sans doute qu’il y a des gens qui avaient intérêt à ce que cela sorte deux mois et demi plus tard », a également réagi publiquement Emmanuel Macron, sans préciser qui il visait.

Lire aussi - L’affaire Benalla va perturber la rentrée des députés

Malgré sa promesse d’instaurer un « spoil-system » à la française, Emmanuel Macron a majoritairement laissé en poste les hauts-fonctionnaires qui étaient déjà présents sous le mandat de François Hollande. « Dans les deux premiers mois du quinquennat, je changerai ou confirmerai l’intégralité des postes de direction dans la fonction publique », avait-il pourtant promis. Mais cette mansuétude pourrait ne pas durer : « Jusqu’à présent, nous nous sommes montrés plutôt conciliants. En arrivant, nous avons laissé aux hauts fonctionnaires le choix de rester travailler avec nous ou de partir si cela leur posait des problèmes. Apparemment, certains qui avaient des problèmes sont restés. Il va falloir s’en occuper », explique un proche d’Emmanuel Macron dans Le Figaro.

« Nous sommes en fait face aux limites de l’absence de ‘spoil system’. L’affaire Benalla nous l’a montré, si nous ne le faisons pas, cela peut se retourner contre nous », poursuit un autre proche. D’ores et déjà, Emmanuel Macron a chargé le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, de plancher sur les dysfonctionnements constatés à la suite de l’affaire Benalla et sur des mesures à prendre pour les régler.

Sur le même sujet :

 

 

Egalement à lire :

http://www.atlantico.fr/decryptage/revolte-fonctionnaires-contre-macron-autre-lecture-affaire-benalla-eric-verhaeghe-3462268.html



12345...244

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo