Droit au compte bancaire et discrimination politique…

Marine Le Pen et le Front National privés de leurs comptes en banque ?

Ouaf ! Chacun son tour !

Cela m’est arrivé aussi, il y a quelques années : mon banquier m’avait notifié la fermeture de mon compte, comme ça, tout d’un coup, sans préavis ni raison, ni aucun comportement fautif ou suspect de ma part.

Et devinez quoi ? Comme d’hab : il obéissait à un oukase de la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest…

J’ai râlé et il m’a rendu mon compte.

Comme quoi je n’ai pas toujours besoin de saisir la justice à la suite des innombrables discriminations ou autres exactions dont je suis victime de la part de cette femme et de ses amis.

 

http://www.huffingtonpost.fr/2017/11/22/votre-banque-peut-elle-fermer-unilateralement-votre-compte-oui-mais_a_23285539/

Votre banque peut-elle fermer unilatéralement votre compte? Oui mais…

 

Si les banques ne sont pas tenues de motiver leur décision de clôturer un compte, elles ne peuvent manquer de loyauté ni discriminer leurs clients.

 

22/11/2017 17:20 CET | Actualisé il y a 2 heures
Droit au compte bancaire et discrimination politique... dans AC ! Brest

Benoit Tessier / Reuters
Marine Le Pen a dénoncé lors d’une conférence de presse une « fatwa bancaire » visant le Front national.

 

POLITIQUE – « Une fatwa bancaire ». Le Front national et sa présidente Marine Le Pen ont annoncé ce mercredi 22 novembre leur intention de porter plainte contre la Société Générale et HSBC, deux établissements qui ont communiqué à leurs clients leur décision de clôturer unilatéralement leurs comptes en banque.

A l’origine de ce bras de fer, un courrier daté du 27 juillet de la Société Générale, dans lequel l’établissement indique n’avoir « plus convenance à maintenir la relation de comptes » avec le FN, et dénonce six comptes du parti ainsi que les comptes d’une quinzaine de fédérations. Parallèlement, Marine Le Pen a appris de la bouche du patron de HSBC que la banque entendait également clôturer son compte personnel.

Si Marine Le Pen a vu dans « ce bannissement bancaire » la marque d’une persécution politique, de nombreux Français sont régulièrement confrontés à des clôtures de comptes unilatérales émanant des établissements bancaires. Et ce en toute légalité.

Chacun peut rompre un contrat bancaire quand bon lui semble

Car la législation n’oblige pas une banque à motiver sa décision de fermer un compte bancaire, même si celui-ci ne présente pas d’anomalie particulière. Si le compte est actif, la banque n’est donc pas contrainte d’expliquer pourquoi elle souhaite le fermer. Elle doit en revanche notifier par écrit son client, au minimum 30 jours à l’avance, de manière à lui laisser le temps d’ouvrir un autre compte et d’effectuer les opérations de transfert requises pour éviter des impayés.

Quand le compte en question est inactif depuis 10 ans, il est considéré comme abandonné. La banque peut le fermer sans information préalable. Dans tous les cas, l’opération de clôture d’un compte est gratuite. Si le compte est créditeur à l’heure de sa fermeture, l’argent restant est reversé au client éconduit. S’il est débiteur, le client est tenu de rembourser sa dette sous peine d’être frappé d’interdiction bancaire.

Partant d’un principe de symétrie entre l’établissement bancaire et son client, la loi estime que chacune des deux parties est libre d’interrompre la relation contractuelle quand bon lui semble. Un principe dont usent les clients pour rejoindre une autre banque mais aussi les établissements bancaires, traditionnellement pour sanctionner des comptes régulièrement débiteurs ou faisant apparaître des mouvements de fonds suspects.

L’absence de motivation de ces actes de rupture conduit néanmoins à des décisions parfois incompréhensibles pour les usagers. A l’image de Marine Le Pen qui a dénoncé de mercredi un « acharnement personnel ». « Ce matin, j’ai reçu un coup de téléphone de Thomas Vandeville, le président de la HSBC, qui a racheté la banque Hervet où j’avais un compte » depuis « vingt-cinq ans ». Et « sans aucune justification, on m’a annoncé ce matin la clôture de mon compte personnel », s’est indignée la députée du Pas-de-Calais.

Cette absence de justification « témoigne du vide législatif actuel, pas seulement pour le Front national mais pour de très nombreux Français », confirme Serge Maître, président de l’Association française des usagers des banques (Afub), pour qui les usagers des banques ne combattent pas à armes égales avec les établissements bancaires.

Discrimination et devoir de loyauté

Faute d’un devoir motivation de la part de l’établissement, il est donc très difficile pour les usagers de contester une fermeture de compte unilatérale. Ceux-ci peuvent tenter de négocier un délai supplémentaire pour assurer la migration de leurs comptes. Ou encore porter l’affaire devant la justice comme le fait Marine Le Pen.

La discrimination politique étant interdite en France, la présidente du Front national espère obtenir la condamnation des établissements bancaires. Encore faut-il pouvoir prouver que la banque s’est bien rendue coupable d’une discrimination. « En attaquant au pénal, Marine Le Pen tente surtout de faire pression sur les banques pour les contraindre à changer d’avis », parie Serge Maître de l’Afub.

Selon lui, compte tenu de la longévité de la relation contractuelle qui l’unit à la Société Générale et à HSBC, la présidente du Front national pourrait également invoquer le devoir de loyauté des établissements bancaires prévu l’article 1134 du Code civil. En cas d’exécution de mauvaise foi d’un contrat, la partie incriminée peut être condamnée à des dommages et intérêts.

« Le fait de ne pas devoir justifier une décision ne dispense pas la banque d’un devoir de loyauté, surtout quand la relation contractuelle s’étale sur 25 ou 40 ans », estime Serge Maître.

Le droit au compte de la Banque de France

Faute d’obtenir gain de cause et compte tenu de ses relations conflictuelles avec les banques, le Front national peut, comme tous les Français, se tourner vers la Banque de France pour faire jouer son droit au compte.

Créé par la loi bancaire du 24 janvier 1984, le droit au compte est un dispositif permettant à une personne physique, mais aussi morale, qui se voit refuser l’ouverture d’un compte par un établissement, de saisir la Banque de France, laquelle doit désigner, sous 24 heures, une agence obligée de fournir un service bancaire de base gratuit.

Ce service comprend le compte, un relevé mensuel, des RIB, des possibilités de virements et de prélèvements, de consultation à distance, les retraits d’espèces, une carte de paiement à autorisation obligatoire, mais n’intègre ni chéquier, ni autorisation de découvert.

Une solution de repli qui n’est toutefois pas idéale pour une formation politique qui doit s’acquitter de nombreuses factures par chèque et qui reçoit des dons par carte bancaire via Internet.

 

Lire aussi :

Le Pen dénonce « une fatwa bancaire » et va porter plainte contre HSBC et la SoGé

La Société générale répond à Marine Le Pen, les marinistes appellent au boycott

La Société générale demande au FN de fermer tous ses comptes

 



Un proviseur de collège agressé par une mère d’élève dans les Yvelines

Scène peu banale au collège Guy-de-Maupassant de Houilles, dans les Yvelines, hier en fin d’après-midi : convoquée par le proviseur de l’établissement pour discuter du comportement de son enfant de 11 ans, contre lequel il a décidé d’une mesure d’exclusion temporaire qu’il veut lui signifier, la mère de famille l’agresse et le mord au coude sous les yeux des élèves qui voient ensuite arriver police et pompiers…

Reste à savoir si cette mère de famille ne serait pas comme d’autres agresseurs de proviseurs plus ou moins affiliée à l’extrême-gauche…

On pense notamment à des manifestations violentes qui furent organisées à Brest et Lorient par Josette Brenterch, du NPA de Brest, et ses amis syndicalistes et autres « militants » (voir ci-dessous), ou bien encore à ce pauvre proviseur de collège alsacien qui au début des année 1970 avait pris le risque de convoquer dans son bureau le malade mental au clavier, un psychopathe et mythomane bien connu de la toile qui passe son temps à raconter ou décrire à son public comme étant sa vie, son vécu ou ceux de ses amis des tas de scènes hallucinantes où à chaque fois, faits, personnages et rôles réels se retrouvent totalement inversés…

Rétablissons donc la vérité à propos de ce que vient de publier en date du 19 novembre 2017 cet auteur de blogs singulièrement frappé et cybercriminel notoire : puisqu’il prétend que son proviseur l’aurait convoqué pour le rouer de coups uniquement en raison de gros mots dans une rédaction, c’est forcément qu’il l’a, lui le premier, physiquement agressé et roué de coups. Son proviseur n’aura alors, éventuellement, levé la main sur lui que pour se défendre.

Il était en classe de 4ème, dit-il, et s’apprêtait donc, selon ce qu’il publie par ailleurs depuis déjà longtemps, à quitter définitivement l’école et sa famille en fin d’année scolaire, après avoir aussi « cassé la gueule » à son père, d’un gros coup de poing selon ses dires…

 

http://www.bfmtv.com/police-justice/yvelines-une-mere-d-eleve-mord-le-principal-du-college-1309413.html

Dans les Yvelines, une mère d’élève mord le principal du collège

 

22/11/2017 à 08h49
  • Newsletter BFMTV Midi
Police

Trois véhicules de police et une ambulance des sapeurs-pompiers ont été mobilisés au sein de l’établissement. Photo d’illustration – LOIC VENANCE / AFP

 

Le chef d’établissement avait convoqué cette mère de famille de 45 ans pour lui signifier l’exclusion temporaire de son fils. Il a déposé plainte ce mardi.

 

Les élèves du collège Guy-de-Maupassant de Houilles, dans les Yvelines, ont assisté à une scène peu banale mardi. Selon Le Parisien, un différend a éclaté sur les coups de 16h30 entre le proviseur et la mère d’un élève de l’établissement, convoquée pour discuter du comportement de son enfant de 11 ans.

Selon les premiers éléments de l’enquête, la mère de l’élève aurait alors mordu le principal au coude.

Des élèves « traumatisés »

A la suite de cette altercation, trois véhicules de police et une ambulance des sapeurs-pompiers se sont rendus dans l’enceinte du collège, qui compte 800 élèves.

« Les enfants ont été traumatisés par cette agression physique choquante, qui s’est produite sous leurs yeux. Ils ont aussi vu la police et les pompiers arriver dans la cour, ce qui n’est pas banal. Beaucoup sont rentrés chez eux choqués », a déclaré le responsable de l’association de parents d’élèves FCPE du collège, Nicolas Lemettre, au Parisien.

La mère de l’élève, âgée de 45 ans, a été interpellée et conduite au commissariat de Sartrouville. Elle fait l’objet d’une procédure pour « violences volontaires aggravées ». Le maire sans étiquette de Houilles, Alexandre Joly, a confirmé au quotidien francilien que le principal avait déposé plainte.

Céline Penicaud

 

 

https://brest.maville.com/actu/forum_-Manif-lyceenne-le-proviseur-de-l-Iroise-agresse-_19-766235-893356_actu.Htm

logo Ouest-France Mardi 09 décembre 2008 00:00

Manif lycéenne : le proviseur de l’Iroise agressé

photo après l'agression dont il a été victime, jean-yves guengant, proviseur de l'iroise, est relevé par des élèves et personnels de son établissement, puis conduit à l'infirmerie. 2 Après l’agression dont il a été victime, Jean-Yves Guengant, proviseur de l’Iroise, est relevé par des élèves et personnels de son établissement, puis conduit à l’infirmerie.

Hier, à deux reprises, le lycée a été la cible de jeunes. Jean-Yves Guengant a été frappé deux fois et blessé. Les lycéens sont choqués et indignés.

 

Il est 14 h 15. Dans la cour de l’Iroise, Jean-Yves Guengant, proviseur du lycée, gît par terre. Sans bouger durant quelques minutes, sonné par le coup qu’il vient de recevoir à la tête et par sa chute. Et inconscient semble-t-il. L’auteur du coup s’enfuit sans demander son reste. Le proviseur, légèrement blessé, est relevé par des élèves et des personnels de son lycée, et transporté à l’infirmerie. « Il va bien », a précisé hier soir un membre de l’établissement. Selon l’AFP, il aurait tout de même été hospitalisé.Le mouvement est parti de la cité scolaire de Kérichen. Une action spontanée, peu organisée. Sans banderoles, ni tracts. Ni revendication précise. Exceptés quelques termes injurieux contre le ministre Xavier Darcos.Déjà, le matin, le lycée de la place de Strasbourg en a fait les frais : une porte cassée, des extincteurs vidés, une classe remplie d’élèves caillassée. Certains ont reçu des projections de verre cassé, mais il n’y a pas de blessés.

Vers 13 h 30, la manif se reconstitue. Départ du lycée Vauban. Ils sont environ 200. Ils vont d’abord à la Croix-Rouge. Certains pénètrent à l’intérieur, en ressortent vite. Direction l’Iroise. Sur la route, les poubelles sont jetées sur la chaussée, et les vitres de quelques abribus sont cassées.

À l’Iroise, ils rentrent sans problème. Mais, dans le bâtiment principal, les entrées sont gardées par des adultes… ou des élèves, comme au préau couvert. Des jeunes font pression. Un lycéen de l’Iroise s’interpose et se fait bousculer. Jean-Yves Guengant intervient. Il fend la foule, repousse les jeunes les plus agressifs. Il reçoit des crachats. Soudain, un jeune le gifle. Le proviseur répond de la même façon. Alors le jeune lui lance un coup dans la tête. Les lunettes du proviseur volent. Déséquilibré, il tombe lourdement, tandis que les « manifestants » prennent la fuite… laissant les membres de l’établissement, estomaqués, et indignés.

« C’est inadmissible ! »

« C’est inadmissible ! Je n’ai jamais vu ça ! », réagit un enseignant, syndiqué de longue date au Sgen-CFDT, très choqué. Émotion partagée par les lycéens de l’Iroise. « C’est lamentable ! Aujourd’hui, aucune manifestation n’était prévue. Ils ne sont là que pour casser. Ils décrédibilisent notre mouvement. On ne peut pas accepter ça ! » proteste Lancelot. C’est ce lycéen qu’a défendu Jean-Yves Guengant. « Je remercie le proviseur », dit-il.

Lancelot est engagé dans le mouvement de protestation contre les réformes, mais de façon pacifique. Hier, selon lui, l’action des jeunes n’avait rien à voir avec la manifestation de vendredi dernier, organisée par un syndicat lycéen. Avec quatre autres collègues, Lancelot tente d’organiser un comité pour structurer leur action. « Si des casseurs interviennent dans nos manifs, on arrêtera tout. »

Charles, un lycéen de l’Harteloire, dénonce : « C’est une bande de casseurs qui se sert des manifestations lycéennes comme prétexte. » Le recteur d’académie condamne « fermement » le climat de violence de la part de ce « groupe non identifié de 30 à 40 individus, se mêlant à des lycéens » et qui « dessert toute forme dexpression lycéenne ».

Laurence GUILMO.

Ouest-France  

 

https://www.ouest-france.fr/un-proviseur-revolte-apres-avoir-ete-agresse-564758

Un proviseur révolté après avoir été agressé

 

Modifié le 27/09/2013 à 13:55

  • Alain Collas, proviseur du lycée Dupuy-de-Lôme, a été agressé, hier matin, en marge d'une manifestation contre la réforme des retraites qui a rassemblé plus de 700 lycéens dans les rues de Lorient.

    Alain Collas, proviseur du lycée Dupuy-de-Lôme, a été agressé, hier matin, en marge d’une manifestation contre la réforme des retraites qui a rassemblé plus de 700 lycéens dans les rues de Lorient. | Archives Ouest-France

 

Vincent JARNIGON.

Le proviseur du lycée Dupuy-de-Lôme, Alain Collas, a été agressé hier matin en marge de la manifestation des lycéens. Alain Collas a voulu s’interposer, avec des agents du lycée, à l’intrusion de plusieurs dizaines de jeunes dans son établissement.

Le proviseur, surpris par la violence de certains, ne décolère pas : « Ils sont rentrés par un portillon et on les a retrouvés dans les couloirs. J’ai voulu m’interposer, mais ils m’ont attiré dans un coin et ils m’ont tabassé. J’ai été frappé à trois reprises. C’était très violent. »
Alain Collas poursuit : « Ces jeunes, inconnus du lycée et qui, pour moi, ne sont pas scolarisés, ont continué en prenant au hasard un lycéen dans une classe. Ils l’ont frappé également. Ils ont ensuite quitté les lieux en vidant au passage des extincteurs et en brisant une vitre. Ces actes sont inadmissibles et en plusieurs années de carrière c’est la première fois que j’observe une telle violence. »

Deux arrestations

Après son agression, Alain Collas a consulté un médecin qui lui a prescrit une incapacité totale de travail de sept jours. Il a porté plainte, avec le jeune lycéen agressé, au commissariat de police de Lorient. La police qui a interpellé deux jeunes, extérieurs à l’établissement, qui seront jugés par le tribunal correctionnel pour intrusion.

Le proviseur a également reçu le soutien d’Alain Miossec, le recteur d’académie, qui lui a « exprimé sa sympathie et a assuré de son soutien le proviseur et lélève blessés ainsi que les élèves et le personnel de létablissement qui ont su faire preuve de leur cohésion. Il est également au côté des autres proviseurs et équipes éducatives des différents lycées morbihanais perturbés ces derniers jours. » Le recteur a condamné « fermement le climat de violence ainsi établi. Celui-ci dessert toute forme dexpression lycéenne. »

Une lettre aux parents

Par ailleurs, le proviseur de Dupuy-de-Lôme n’a pas mâché ses mots à l’égard du syndicat qui encadrait le cortège : « Ils mettent des lycéens dans la rue pour défendre leur cause. Une cause d’adulte. Ce n’est pas admissible et ce n’est pas ma conception de la démocratie de faire défiler des élèves de seconde pour une réforme qui se débat au sénat. » Le proviseur a écrit à tous les parents des élèves de seconde pour leur expliquer que toutes absences « allaient être sanctionnées. Il faut savoir que je suis responsable de ces élèves. »

La CGT a assuré, de son côté, avoir été sollicitée lundi soir par des élèves de Dupuy-de Lôme qui craignaient des débordements après un courrier du proviseur à 11 élèves. Un responsable syndical explique : « Nous avons accepté d’encadrer le cortège avec une dizaine de membres de la CGT. Nous avons aussi donné un porte-voix. Nous n’avions aucun signe distinctif de notre appartenance à la CGT et nous ne sommes pas entrés au lycée Dupuy-de-Lôme. » La CGT indique, en outre, qu’elle était en permanence près des forces de police « chargées du bon déroulement de la manifestation. »

 



Quand l’autorité britannique de l’énergie atomique s’excite sur Satanistique…

En date du 6 octobre dernier, j’avais publié des éléments statistiques de mon blog Satanistique montrant que depuis le 2 octobre 2017, un nouveau lecteur aux comportements singuliers y avait fait son apparition.

Particulièrement compulsif, il m’a régulièrement pété les statistiques de ce blog jusqu’au 9 novembre 2017, de telle manière qu’en définitive je n’ai pu publier comme je l’avais annoncé le lendemain, 7 octobre 2017, d’autres éléments concernant mes lecteurs les plus étranges.

Je précise ici que j’avais notamment remarqué de nouvelles visites très inquiétantes en provenance de Tunisie, exactement comme durant les semaines qui en 2016 avaient précédé l’attentat du 14 juillet à Nice.

Afin de montrer que je ne l’invente pas, et à défaut d’autres traces significatives laissées par mes lecteurs dans mes statistiques de blog jusqu’au 9 novembre 2017, puisque celles-ci sont devenues inexistantes ou ont été toutes effacées à la suite de ses différents passages sur Satanistique, je publie ci-dessous celles qui correspondent aux dernières visites de ce blog de cet étrange lecteur de… l’autorité britannique de l’énergie atomique…

A noter : c’est le secteur d’activité professionnelle de la fille de Josette Brenterch, du NPA de Brest.

Or, cette criminelle a bien pour habitude de mettre ses proches à contribution pour toutes ses exactions à mon encontre.

Ainsi, par exemple, en 2005, avait-elle embarqué dans tous ses complots, harcèlements et agressions visant les membres de l’association AC ! Brest qui me soutenaient contre ses campagnes de calomnies et demandes d’exclusion à répétition, sa cousine Marie-Claire Brenterch, une femme déjà en lutte contre plusieurs cancers, très déséquilibrée, dépressive, sujette à des crises d’hystérie ou de folie furieuse, et qui, manipulée par sa cousine Josette, rendue totalement folle par cette perverse, avait notamment menacé de mort un autre membre de l’association AC ! Brest parce qu’il continuait à me fréquenter en dépit des oukases de sa cousine Josette exigeant toujours de tous mon exclusion de tout tissu social.

 

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
(Pas de lien référant)
Host Name: Navigateur : Unknown
Adresse IP : 145.239.64.60 —   OS/Platform: Unknown/
Emplacement : United Kingdom Résolution : Inconnu
Visites récurrentes : 0 Javascript : Disabled
Durée de la visite : 15 mins 10 secs FAI : United Kingdom Atomic Energy Authority

Navigation Path

Date Heure Page web
(Pas de lien référant)
9 Nov 04:58:53
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 04:59:01
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 04:59:19
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 04:59:41
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 04:59:43
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 04:59:46
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 04:59:46
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 04:59:53
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 04:59:53
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 04:59:58
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:00:02
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:00:09
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:00:40
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:00:40
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:00:42
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:00:43
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:00:43
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:00:47
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:00:47
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:00:50
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:00:52
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:00:52
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:00:56
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:01
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:04
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:04
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:07
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:11
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:11
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:11
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:17
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:17
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:17
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:19
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:21
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:21
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:24
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:25
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:28
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:28
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:29
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:37
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:41
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:42
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:42
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:47
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:50
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:52
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:01:56
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:02:00
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:02:06
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:02:10
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:02:13
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:02:44
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:02:44
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:02:47
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:02:51
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:02:51
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:02:51
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:02:58
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:03
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:03
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:03
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:06
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:09
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:21
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:25
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:26
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:27
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:27
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:27
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:29
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:31
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:33
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:33
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:34
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:38
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:45
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:47
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:50
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:50
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:03:50
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:03
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:03
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:07
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:07
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:10
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:10
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:13
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:13
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:16
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:22
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:44
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:46
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:51
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:53
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:53
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:04:57
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:00
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:00
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:06
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:06
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:08
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:08
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:11
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:13
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:13
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:15
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:15
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:17
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:17
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:27
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:27
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:28
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:31
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:31
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:32
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:33
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:33
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:34
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:34
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:42
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:46
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:46
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:47
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:49
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:55
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:58
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:05:58
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:06:03
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:06:06
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:06:08
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:06:10
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:06:10
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:06:49
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:06:53
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:06:56
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:06:56
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:06:58
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:07:00
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:07:02
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:07:02
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:07:02
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:07:10
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:07:18
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:07:18
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:07:21
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:07:49
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:07:57
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:07:58
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:01
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:01
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:01
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:10
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:13
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:16
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:16
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:18
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:18
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:18
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:24
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:26
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:28
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:31
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:31
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:35
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:37
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:37
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:37
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:37
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:42
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:42
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:43
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:43
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:43
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:49
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:49
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:49
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:49
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:55
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:58
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:58
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:08:58
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:09:01
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:09:04
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:09:11
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:09:16
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:01
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:01
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:05
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:05
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:10
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:11
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:13
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:13
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:13
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:16
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:19
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:26
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:29
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:29
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:31
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:33
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:36
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:36
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:36
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:36
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:39
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:40
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:41
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:41
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:43
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:47
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:10:48
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:11:01
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:11:03
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:11:03
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:11:08
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:11:08
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:11:55
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:11:57
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:12:05
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:12:06
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:12:08
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:12:11
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:12:14
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:12:22
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:13:51
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:13:55
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:13:57
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:13:59
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:13:59
 Unknown
(Pas de lien référant)
9 Nov 05:14:03
 Unknown

 



Cent « marcheurs » quittent le mouvement…

Et vlan !

La « démocratie » façon Brenterch n’a jamais marché, elle a pourri tous les mouvements investis ou infiltrés par cette criminelle.

Après le succès des premières marches d’AC ! « agir ensemble contre le chômage, la précarité et les exclusions », en 1993 et 1994, elle avait investi ce mouvement pour y instaurer un système de vote dont étaient exclus tous les intéressés, en l’occurrence les chômeurs, précaires et exclus.

Ceci a eu pour effet, selon les localités, soit de les faire quitter le mouvement et se disperser dans le silence, soit de déclencher des luttes homériques entre chômeurs et militants de la LCR, lesquelles inspirent encore aujourd’hui tous ceux qui estiment anormal que des chômeurs puissent leur opposer une quelconque résistance…

LREM va se dégonfler comme le NPA.

Ce n’est pas difficile à prédire, je le dis depuis le début, et comme ce sera beaucoup plus spectaculaire que pour le NPA, ceux qui me traitent de folle délirante l’auront encore dans le baba.

 

https://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20171114.OBS7313/face-au-manque-de-democratie-au-sein-de-lrem-une-centaine-de-marcheurs-sur-le-depart.html

Face au manque de démocratie au sein de LREM, une centaine de « marcheurs » sur le départ

 

Face au manque de démocratie au sein de LREM, une centaine de "marcheurs"  sur le départ
Photo d’illustration, prise lors d’un meeting le 23 mai 2017 pendant la campagne électorale des élections législatives au printemps dernier. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

 

Ils dénoncent notamment les conditions de l’élection imminente de Christophe Castaner, qualifiée de « sacre ».

 

Par L’Obs

Publié le 14 novembre 2017 à 09h32

En marche… vers la sortie. Franceinfo révèle mardi 14 novembre qu’une centaine de « marcheurs », dont plusieurs élus, de la République en marche (LREM), ont l’intention de quitter le mouvement à la veille du Congrès ce samedi à Lyon. Ils dénoncent des pratiques internes « dignes de l’Ancien Régime ».

 

Dans une tribune, ces « 100 démocrates » pointent notamment du doigt le manque de démocratie au sein du parti avec, entre autres, l’élection annoncée à la direction de LREM de Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement soutenu par l’Elysée.

Aucun suspense

Il faut dire que le verrouillage de cette élection est presque sans précédent dans l’histoire – récente – de la politique française. Ainsi, les 380 000 adhérents de LREM ne voteront pas, note Franceinfo, à l’exception de 200 d’entre eux, tirés au sort pour voter au côté du collège d’élus qui désignera la nouvelle direction.

Autre bizarrerie, Christophe Castaner, non content du soutien écrasant apporté par Emmanuel Macron, est aussi… le seul candidat à la tête du parti. Le symptôme d’un mouvement « qui n’a pas su s’appuyer sur les piliers de la démocratie et qui a nié avec arrogance et mépris l’intelligence du peuple », écrivent les 100 signataires de la tribune. Aussi, l’élection « avant l’heure » de « Casta » est qualifiée de « sacre [...] qui laisse  peu d’espoirs aux militants en attente de démocratie ».

Néanmoins, les chances de voir les critiques de ces marcheurs déçus aboutir sur une évolution des pratiques au sein de LREM sont très minces. Comme l’indiquait à « l’Obs » Arnaud Leroy, actuel membre de la direction collégiale, le pari peut toujours jouer la carte de la jeunesse :

« Le temps viendra [de consulter les militants, NDLR]. La République en Marche est aux responsabilités, la priorité est de faire preuve de sérieux et de préparer peu à peu le travail autour de notre corpus. »Franceinfo précise qu’un huissier est attendu vendredi au siège du parti pour déposer les lettres de démissions de la centaine de marcheurs. Les têtes pensantes du mouvement prendront-ils le temps de les lire ?

L.B.

L'Obs

L’Obs

 

http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-brief-politique/info-franceinfo-une-centaine-de-marcheurs-vont-quitter-le-mouvement-vendredi-a-la-veille-du-congres_2444762.html

INFO FRANCEINFO. Une centaine de « marcheurs » vont quitter le mouvement vendredi, à la veille du congrès

 

Une centaine de « marcheurs » annoncent mardi qu’ils quitteront le mouvement à la veille du congrès de La République en marche. Ils dénoncent le manque de démocratie au sein de LREM.

 

avatar

franceinfoAnne-Laure DagnetRadio France

Mis à jour le 14/11/2017 | 09:19
publié le 14/11/2017 | 07:29

Une centaine d\'adhérents, d\'élus, d\'animateurs de comités locaux et de référents dénoncent le manque de démocratie au sein de La République en marche. 
Une centaine d’adhérents, d’élus, d’animateurs de comités locaux et de référents dénoncent le manque de démocratie au sein de La République en marche.  (MAXPPP)

 

Une centaine de « marcheurs », dont des élus, annoncent mardi 14 novembre qu’ils quitteront le mouvement à la veille du congrès de La République en marche (LREM), prévu samedi 18 novembre à Lyon. Ils dénoncent le manque de démocratie au sein du mouvement.

Les « 100 démocrates » au front

Les futurs démissionnaires sont pour la plupart de simples adhérents, mais aussi des élus, des animateurs de comités locaux ou encore des référents issus de toute la France.

 

Extrait de la tribune des \"100 démocrates\" de LREM
Extrait de la tribune des « 100 démocrates » de LREM (RADIO FRANCE)

 

Ces « 100 démocrates », comme ils se sont surnommés, publient une tribune dans laquelle ils dénoncent le manque de démocratie au sein de La République en marche, notamment pour choisir la nouvelle direction du parti.  Parmi ces élus figurent la Finistérienne Tiphaine Beaulieu, présidente de la confédération des Marcheurs de la République, et Emmanuel Drouin, élu municipal de Segré (Maine-et-Loire).

L’ancien monde dénoncé

Contrairement à ce qui se passe dans d’autres partis, les 380 000 adhérents de LREM ne vont pas voter. C’est un collège d’élus, de ministres, de cadres et 200 militants tirés au sort qui vont désigner les dirigeants. Et il n’y a qu’un seul candidat au poste de délégué général : Christophe Castaner, l’actuel porte-parole du gouvernement. Les cent démissionnaires dénoncent aussi le manque de démocratie au sein de La République en marche, notamment pour choisir la nouvelle direction du parti.

 

Extrait de la tribune des \"100 démocrates\" de LREM
Extrait de la tribune des « 100 démocrates » de LREM (RADIO FRANCE)

 

Ils déplorent aussi le culte de la personnalité autour d’Emmanuel Macron. Ils ont le sentiment que leur avis ne compte plus. Ils ont donc choisi la veille du congrès de LREM, qui se tiendra à Lyon, pour quitter en bloc le mouvement. Un huissier apportera leurs lettres de démission au siège du parti vendredi 17 novembre.

 

>>> Tribune des « 100 démocrates » de La République en marche 

 



Suicides dans les forces de l’ordre : huit en une semaine !

Rectificatif : selon le dernier bilan transmis par la place Beauvau, ce sont huit policiers et gendarmes qui ont mis fin à leurs jours en une semaine.

 

http://www.bfmtv.com/police-justice/policiers-et-gendarmes-confrontes-a-une-brutale-vague-de-suicides-1301751.html

Vague de suicides dans la police

 

13/11/2017 à 06h15
  • Newsletter BFMTV Midi
1:19
/
1:19

Huit membres des forces de l’ordre ont mis fin à leurs jours en une semaine, dont l’ex-patron de la lutte contre le hooliganisme.

 

Huit membres des forces de l’ordre ont mis fin à leurs jours en une semaine: après quelques années d’accalmie, policiers et gendarmes craignent qu’en 2017 le fléau des suicides dans leurs rangs ne retrouve ses plus hauts niveaux.

Ils sont gardiens de la paix ou commissaire de police, gendarme membre d’une unité d’intervention ou commandant une brigade de proximité, fonctionnaires ou militaires exerçant en zone rurale ou dans l’agglomération parisienne: ils font partie des 46 policiers et 16 gendarmes qui se sont donnés la mort depuis le début de l’année 2017, selon un décompte initial du ministère de l’Intérieur complété.

Le patron de la lutte contre le hooliganisme

Dimanche, c’est le commissaire Antoine Boutonnet, ex-chef de la division nationale de lutte contre le hooliganisme, qui a été retrouvé mort, après avoir probablement mis fin à ses jours avec son arme de service, au terme d’une semaine noire dans les rangs des forces de l’ordre. Dans la soirée, ce terrible bilan s’aggravait encore avec un nouveau suicide d’une policière dans la région de Perpignan.

Pour la seule semaine qui vient de s’écouler, six policiers et deux gendarmes ont mis fin à leurs jours, selon un nouveau bilan transmis par la place Beauvau.

Le ministre de l'Intérieur Gerard Collomb photographié le 31 octobre 2017 à Moulins (France)
STEPHANE DE SAKUTIN, AFP – Le ministre de l’Intérieur Gerard Collomb photographié le 31 octobre 2017 à Moulins (France)

 

Cette accélération du nombre de suicides a conduit le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, à demander dimanche soir aux directeurs généraux de la Police nationale, de la Gendarmerie et de la Sécurité intérieure « une évaluation des mesures mises en œuvre pour prévenir les suicides parmi les forces de l’ordre ».

Gérard Collomb a annoncé en outre vouloir réunir « rapidement les représentants des policiers et gendarmes pour évoquer les dispositifs de prévention existants et les moyens d’en renforcer encore l’efficacité ».

« Usure » des policiers et gendarmes

Après un pic en 2014, année noire au cours de laquelle 55 policiers (contre 40 en moyenne annuellement) et une trentaine de gendarmes avaient mis fin à leurs jours, le nombre de suicides parmi les forces de l’ordre avait décru en 2015 et 2016.

Etait-ce l’effet du plan présenté en janvier 2015 par Bernard Cazeneuve contenant 23 mesures (recrutement de psychologues, redynamisation des cellules de veille, nouveaux cycles de travail…) destinées à prévenir le suicide ou la conséquence vertueuse du tourbillon opérationnel dans lequel sont plongées les forces de l’ordre depuis deux ans, confrontés à une menace terroriste sans précédent?

« Policiers et gendarmes sont très mobilisés sur la défense des autres depuis deux ans. Peut-être que cela les a amenés à moins se soucier d’eux-mêmes mais peut-être que cela a également généré de l’usure », avance prudemment Céline Berthon, secrétaire générale du syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN).

« Confrontés au quotidien à la misère humaine, à la violence et au pire que l’on puisse trouver chez l’homme, les policiers ne peuvent plus supporter ce manque de considération, facteur du passage à l’acte dramatique », avance Unité-SGP-Police, qui demande une « réunion immédiate » du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de la Police nationale.

Management « déplorable », manque de considération, conditions de travail, « usure professionnelle », « désocialisation », politique du chiffre, sont renvoyés par le syndicat de gardiens de la paix sur le banc des accusés.

Les suicides parmi les forces de l’ordre ont des causes multiples et touchent des profils variés, relève Céline Berthon, « une institution qui est confrontée à ce phénomène doit être en mesure, de manière dépassionnée, de se demander: est-ce qu’il y a des choses qui peuvent faciliter le passage à l’acte ou le provoquer? Et le cas échéant, comment puis-je faire un travail de prévention? »

H.F. avec AFP
A lire aussi
  • Suicide de l’ancien patron de la lutte contre le hooliganisme

  • Suicides chez les forces de l’ordre: Collomb souhaite des mesures de prévention plus efficaces

  • Une policière de Montélimar retrouvée morte, probable suicide

 



12345...220

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo