Affaire Méric : des étudiants de la Sorbonne parmi les antifascistes

 

 

A peine Clément Méric était-il tombé sous les coups de ses adversaires le 5 juin 2013 que le public savait tout ou presque de sa brève existence.

En revanche, les médias n’ont jamais révélé grand-chose sur ses camarades de lutte antifasciste jusqu’à ces derniers jours.

En effet, leurs identités n’ont été publiées que le 19 juin 2014, par Le Monde.

Il y avait donc Matthias Bouchenot, 24 ans, fils d’un journaliste de France 3 Centre, Aurélien Boudon, 23 ans, et Steve Domas, 24 ans, tous trois plus âgés que Clément Méric, qui les avait rejoints après leurs premières provocations à l’adresse des skins.

Les deux premiers sont étudiants en histoire à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, et militants du syndicat SUD.

Matthias Bouchenot, aujourd’hui enseignant dans le secondaire, vient de publier son premier ouvrage, « Tenir la rue », issu de son mémoire de master.

Aurélien Boudon est quant à lui auteur ou coauteur de deux autres ouvrages, le second paru le 6 juin 2013, au lendemain de la rixe mortelle :

 

http://www.decitre.fr/auteur/1616002/Aurelien+Boudon/

2 résultats pour auteur :

Aurélien Boudon

Biographie:

Renaud Bécot a été militant de Sud-Etudiant (Rennes) au cours de la mobilisation contre la LEC et le CPE. Aurélien Boudon était militant de Sud-Lycéen (Paris) pendant la mobilisation contre la LEC et le CPE. Blaise Dufal a été militant de Sud-Etudiant (EHESS) pendant le mouvement contre la LEC et CPE. Julie Le Mazier est militante de Sud-Etudiant (Paris 1).

Trier par :

  • L'autogestion en pratiques. de Aurélien Boudon
    Aurélien Boudon

    Collectif
    • Albache
    • Broché
    • Paru le : 06/06/2013
    -5% 7,60 € 8,00 €

    L’autogestion en pratiques

    Aurélien Boudon

    Collectif

    Note moyenne : 0 | 0 note
    • Albache

    • Broché

    • Paru le : 06/06/2013
    Métallos, menuisiers, boulangers, enseignants et Lycéens, ils vivent l’autogestion au quotidien et nous racontent leur expérience d’un regard sans concession, conscients des difficultés à faire vivre l’utopie dans une société capitaliste. Ce recueil de témoignages vivants est une petite boîte à espoirs, à outils et à munitions : on vous la passe pour la route, en espérant que vous la gardiez sous le coude et que vous l’enrichissiez au cours de vos activités et de vos combats.
    À propos du livre :

  • Universités sous tension - Retours sur la mobilisation contre la loi pour l'égalité des chances et le CPE. de Renaud Becot et Aurélien Boudon
    -5% 7,70 € 8,11 €

    Universités sous tension – Retours sur la mobilisation contre la loi pour l’égalité des chances et le CPE

    Note moyenne : 0 | 0 note
    • Syllepse (Editions)

    • Broché

    • Paru le : 06/10/2011
    Du mouvement contre le projet de loi dite « pour l’égalité des chances » et le CPE aux expériences de luttes à l’Université, les auteur(e)s se proposent de réfléchir aux angles morts du mouvement de 2006. S’intéressant aux moyens d’actions tels que les blocages économiques ou les pratiques démocratiques dans les assemblées générales, ils et elles se penchent également sur les tensions qui ont existé entre les formes d’auto-organisation et la stratégie de l’intersyndicale nationale.
    Ils et elles interrogent aussi le « rendez-vous manqué » entre le mouvement social « traditionnel » et la jeunesse des quartiers populaires. Ces analyses s’appuient sur les contributions de syndicalistes, ainsi que sur des entretiens avec différents acteurs de la mobilisation. L’ouvrage constitue un outil dont l’objectif est bien de servir la réflexion sur les problèmes actuels auxquels se confrontent les mouvements sociaux, tout en proposant des pistes de réponses par l’évocation des pratiques de lutte.
    Dresser l’inventaire des expériences réussies, analyser les expérimentations bénéfiques, c’est dans cette perspective que les auteures souhaitent apporter une contribution à la construction des mouvements sociaux à venir à l’Université. Cet ouvrage, coordonné par des militantes de Sud-Etudiant, est une démarche collective.

 

Son activité de syndicaliste l’avait déjà fait connaître du public :

 

http://www.studyrama.com/vie-etudiante/actualites/interview-d-aurelien-boudon-porteparole-de-la-coordination-nationale-etudiante-8726

Interview d’Aurélien Boudon, porte-parole de la coordination nationale étudiante

Publié le 26/03/2009 (archive)

Interview d'Aurélien Boudon, porte-parole de la coordination nationale étudiante À 18 ans, Aurélien Boudon, étudiant en L1 Histoire à Paris I, est l’un des porte-parole de la coordination nationale étudiante. Le but de cette structure ? Lors des grèves étudiantes, cette organisation se charge de faire porter les revendications des différentes assemblées générales locales au plan national.
Clémence FLOC’H

Lire la suite sur le site

 

http://debats.terrafemina.com/societe/328-enseignement-superieur-faut-il-autoriser-les-ecoles-privees-de-droit/5239-un-projet-qui-scelle-lemprise-du-prive-sur-les-formations

Modèle américain

Y aura-t-il bientôt une école de droit privée en France ? Me Jean-Philippe Lambert et une vingtaine d’autres avocats français réputés projettent d’ouvrir pour la rentrée 2012 l’école des Hautes études appliquées du droit (HEAD). Elle est [...]

Lire la suite

Photo de Aurélien Boudon contre
Aurélien Boudon

Elu Sud Etudiant au CA de Paris 1

Un projet qui scelle l’emprise du privé sur les formations

 

10 février 2012, 15:16

Un consortium d’une vingtaine d’avocats français projette d’ouvrir pour la rentrée 2012 l’école des Hautes études appliquées du droit (HEAD). Un projet de convention entre la SAS Stella et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a été présenté en ce sens au Cevu (Le Conseil des études et de la vie universitaire) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne du 12 janvier 2012. Le Cevu, où siègent des représentants des étudiants et des personnels enseignants et non-enseignants, a largement refusé ce projet (16 voix contre 8).

Cependant, l’université persiste et a proposé ce projet au conseil d’administration du 16 janvier. Un report de vote a été obtenu et le projet sera examiné par le CS (conseil scientifique).

Lire la suite sur le site

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alternative_libertaire_%28France%29

Alternative libertaire (France)

Alternative libertaire
Image illustrative de l'article Alternative libertaire (France)
Logo officiel
Présentation
Secrétaire général Sans
(structure autogestionaire)
Fondation 1991
Siège 92 rue d’Aubervilliers
75019 Paris
Idéologie communisme libertaire, anarchisme, anarcho-syndicalisme, post-plateformisme
Affiliation internationale Solidarité internationale libertaire
Couleurs noir, rouge
Site web www.alternativelibertaire.org/
Affaire Méric : des étudiants de la Sorbonne parmi les antifascistes dans Folie 220px-Manif_Paris_2005-11-19_dsc06261_cropped

magnify-clip dans LCR - NPA

Des manifestants d’Alternative Libertaire protestant contre les privatisations et en faveur des services publics à Paris le 19 novembre 2005.

Alternative libertaire est une organisation française fondée en 1991, issue de la fusion entre le Collectif jeunes libertaires (CJL) et l’Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL, elle-même tendance syndicaliste révolutionnaire expulsée de l’Organisation révolutionnaire anarchiste en 1976), rejointe par la suite par Daniel Guérin et Georges Fontenis.

Alternative libertaire défend des positions communistes libertaires et syndicalistes révolutionnaires. Elle fonctionne sur la base du fédéralisme. Ses militants sont généralement syndicalistes à SUD, à la CGT et à la CNT. Elle édite un mensuel, Alternative libertaire.

Sur le plan international, elle est membre du réseau Anarkismo, organisé autour du portail Anarkismo.net.

Historique

AL promeut la rupture avec le capitalisme et la construction d’une société communiste libertaire par l’« opposition extra-parlementaire », un mouvement social porteur d’un projet de société autonome des partis institutionnels. Lors de son IIIe congrès, en juin 1995, Alternative libertaire a défini cette stratégie dite de « Front social », pour œuvrer à la « fédération des contre-pouvoirs ».

AL compte sur la lutte des classes pour crédibiliser un projet révolutionnaire. Cette perspective conduit les militants d’AL à être actifs dans les syndicats et associations de lutte (AC!, DAL, Droits devant!!, SUD, certains secteurs de la CGT) et y défendre une orientation combative et « autogestionnaire ». Alternative libertaire a été active dans les grèves de décembre 1995 ou du printemps 2003, comme les militants de l’UTCL l’avaient été dans les coordinations de 1986.

La branche jeunesse d’Alternative libertaire, qui publie régulièrement un bulletin, Clash, a participé aux mouvements de jeunesse depuis 1994. Les militants d’AL ont ainsi été actifs dans les luttes contre le Smic-Jeunes en 1994, les grèves étudiantes de novembre 1995, le mouvement lycéen du printemps 2005 et la lutte contre le CPE (2006).

Lors de son Ve congrès, en juin 2000, Alternative libertaire décide d’un « tournant vers la visibilité ». Son site web est lancé en octobre 2000. En avril 2001, le mensuel Alternative libertaire passe en distribution publique. En mai 2001, la première fête d’Alternative libertaire, donnée à l’occasion de ses dix ans, rassemble un millier de personnes, et un l’événement est depuis programmé chaque année. En octobre 2003, Alternative libertaire ouvrait un espace public dans le 19e arrondissement de Paris, au 92, rue d’Aubervilliers.

Ces différentes réalisations se sont faites parallèlement à un accroissement des effectifs, à la création de nouvelles implantations militantes (aujourd’hui une trentaine) et au succès de l’association des Ami(e)s d’Alternative libertaire, qui aide au financement de ses projets.

En 2003, les différentes organisations du mouvement libertaire (AL, FA, No Pasaran, CGA, OCL, ainsi que la CNT) ont su, malgré leurs divergences, trouver la voie d’une mobilisation unitaire contre le G8 d’Évian, en formant une coalition, la Convergence des luttes anti-autoritaires et anticapitalistes contre le G8 (Claaac-G8). Une initiative qui a été une véritable réussite puisque le bloc rouge et noir était le plus massif de la grande manifestation anti-G8. À cela il faut ajouter la participation active des militants de la Claaac-G8 à la construction d’un Village anticapitaliste autogéré, le Vaaag, véritable centre nerveux du contre-sommet, qui a accueilli plusieurs milliers de manifestants anti-G8 pendant une semaine. L’unité d’action s’est poursuivie avec l’addition de l’OLS, pour la tenue d’un Forum social libertaire-Salon du livre anarchiste en novembre 2003 à Saint-Ouen, en parallèle au FSE de Saint-Denis. Un événement dans le paysage anticapitaliste, puisque le FSL accueillit 5 000 à 6 000 visiteurs.

Actualité

Alternative libertaire a été particulièrement active dans les grèves pour la défense des retraites en mai-juin 2003, et dans la grève des cheminots de l’automne 2007 pour la défense du régime spécial.

Ses jeunes militantes et militants ont également été très actifs en 2005 dans le mouvement lycéen contre la loi Fillon, puis en 2006 dans le mouvement contre la loi d’« égalité des chances » (ou mouvement anti-CPE) et en 2007 dans la lutte contre la LRU. Durant le mouvement anti-CPE, huit de ses militants ont été interpelés et ont été déférés devant les Tribunaux mais n’ont été condamnés qu’à des peines légères. Une mobilisation des diverses organisations politiques et syndicales (CGT, SUD, CNT, LCR, CGA, FA, etc.) s’est produite à cette occasion.

En 2005, AL a mené contre la Constitution européenne une campagne « anticapitaliste et internationaliste », en insistant sur le fait qu’une victoire sur la Constitution devrait être un tremplin pour les luttes sociales, sinon elle ne servirait à rien. En 2007, AL a fait campagne sur le thème « le changement s’imposera par les luttes » et n’a donné aucune consigne de vote.

En novembre 2007, le mensuel Alternative libertaire a lancé une nouvelle formule en couleurs, en baissant son prix à 2 euros.

Alternative libertaire a été cofondatrice et membre du réseau Solidarité internationale libertaire en avril 2001. Elle est à présent membre du réseau communiste libertaire international Anarkismo.net.

En décembre 2008, elle entame une campagne visant à élargir sa base, articulée autour de la thématique de la crise capitaliste actuelle. Des dizaines de milliers d’autocollants et affiches sont sortis pour être visible, des réunions publiques ont aussi été organisées.

Elle a tenu son XIe congrès en octobre 2012 à Toulouse.

En 2013, elle lance des « Fronts anticapitalistes » avec d’autres organisations d’extrême gauche, comme le Nouveau Parti anticapitaliste et l’Organisation communiste marxiste-léniniste – Voie prolétarienne, notamment à Toulouse1, Nantes2 ou encore Marseille3.

Commentaires

Selon Christophe Bourseiller, « La principale organisation anarchiste-communiste en France est aujourd’hui Alternative libertaire. Ce groupe, d’environ trois cents membres, hérite d’une complexe généalogie, aux confins du marxisme et de l’anarchisme. Héritier indirect de la Fédération communiste libertaire de Georges Fontenis (1920-2010), il se distingue par son dynamisme, par son efficacité, et par des prises de position qui rompent souvent avec l’anarchisme traditionnel. À bien des égards, Alternative libertaire n’est pas très éloigné des éléments du NPA les plus favorables au dépassement du léninisme. Il existe depuis longtemps des passerelles entre cette organisation communiste libertaire et les courants trotskistes modernistes. »4

Publications

Bibliographie

Voir aussi

Articles connexes

Articles connexes sur des adhérents d’Alternative libertaire

Liens externes

Notes et références



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo