Un « putsch » à l’UMP ?

La question est publiquement posée, des militants envisagent d’engager une procédure, les débats sont vifs.

Pour autant, il n’est toujours pas question de poursuites judiciaires contre ceux qui s’expriment et contestent la légitimité du triumvirat qui prend actuellement la direction de l’UMP.

 

http://www.lefigaro.fr/politique/2014/06/01/01002-20140601ARTFIG00156-ump-le-triumvirat-se-soumettra-a-un-vote.php

UMP: le triumvirat se soumettra à un vote

François Fillon, Jean-Pierre Raffarin et Alain Juppé, lors d'un bureau politique de l'UMP en novembre 2010.

 

Copéistes et sarkozystes contestent la légitimité de la direction provisoire de l’UMP par Juppé, Raffarin et Fillon.

Au plus fort de la bataille entre François Fillon et Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP, les tentatives de médiation ont plusieurs fois achoppé. Parfois même à peine annoncée. Un an et demi plus tard, certains imaginent – voire parient – que le processus de sortie de crise mis en place après l‘affaire Bygmalion et la démission contrainte du président de l’UMP connaîtra le même sort. Au risque de menacer l’existence même du parti.

Le triumvirat Juppé-Raffarin-Fillon qui doit assurer l’intérim à la tête de l’UMP jusqu’au congrès n’est pas encore en place: il ne devrait être installé qu’une fois la démission de Copé effective, c’est-à-dire le 15 juin. Mais déjà certains viennent à douter de sa légitimité. «C’est du hors-piste et quand on fait du hors-piste, il ne faut pas craindre l’accident», blague un fidèle de Nicolas Sarkozy. «Nulle part dans les statuts je ne vois trace d’un quelconque triumvirat, quatuorvirat ou quintemvirat. Il ne faudra pas s’étonner que le château de cartes s’effondre, si un adhérant un peu tatillon saisit la justice», menace à son tour un proche de Copé.

Nadine Morano, qui peut revendiquer la double casquette sarkozyste et copéiste, estime que «la seule voie juridique possible» est un intérim du vice-président de l’UMP, Luc Chatel. Le triumvirat serait, «à la rigueur, une équipe informelle qui entoure le président par intérim» mais, en l’état, il «ne dispose pas de légitimité», a encore expliqué la députée européenne, dimanche au Parisien. «Sur un plan juridique, cette autodésignation n’a rien à voir avec les statuts», a lancé Claude Guéant sur Europe 1 en qualifiant d’«irrégulière» la solution d’intérim par le triumvirat. Les deux anciens ministres plaident sans surprise pour un retour de Nicolas Sarkozy à la tête du parti.

La perspective d’une fragilité juridique de la solution du triumvirat pour assurer l’intérim n’a pas été prise à la légère par tout le monde. Parmi les premiers, Anne Levade a tiré le signal d’alarme. La juriste avait fait l’unanimité en 2013 pour superviser la refonte des statuts du parti au terme de la crise Copé-Fillon. Si bien qu’elle a été choisie pour présider la Haute Autorité de l’Union, instance d’arbitrage des conflits et d’organisation des élections internes, créée par ces mêmes statuts. Avant le bureau politique et tout au long de la journée de mardi, Levade a mis en garde les principaux intéressés contre «les risques juridiques» que faisait courir la solution retenue par le bureau politique mardi.

Alerté, Jean-Pierre Raffarin a multiplié les consultations et les signes d’apaisement. Mercredi, sur Twitter, il précisait la «mission des trois ex-premiers ministres à l’UMP»: «Organiser le retour aux militants lors du prochain congrès et protéger la cohésion du mouvement.» Sentant la grogne monter, les anciens premiers ministres ont publié un communiqué commun samedi dans lequel ils soulignent que la démission collective de l’ensemble de la direction de l’UMP est une situation qui n’avait pas été «prévue par les statuts» et que leur «direction collégiale», «confirmée par Jean-François Copé» est une «solution de nature politique». Leur direction par intérim «devra être validée par un vote formel au cours d’un nouveau bureau politique avant le 15 juin», précisent-ils en soulignant qu’ils s’interdisent «de prendre quelque décision que ce soit» d’ici là. «Il nous faut rendre conciliables les choix politiques qui ont été faits et nos règles internes», a expliqué encore Raffarin dans Sud-Ouest dimanche.

Dans l’entourage du triumvirat, tous n’apprécient cependant pas l’«agit-prop» des sarkozystes et des copéistes. «Quand je pense que Jérôme Lavrilleux (le directeur de cabinet de Jean-François Copé) nous expliquait à longueur de journée que“les statuts on se pignole avec”,et que maintenant ils nous opposent des arguments juridiques…», philosophe un conseiller. «On est bien au fait des manœuvres en cours, confie un autre. Copé a l’intention de nuire jusqu’au bout et Sarkozy préfère une UMP en ruine plutôt que de voir quelqu’un d’autre que lui ou un proche en prendre la tête à l’issue du congrès». «C’est dément! Ils sont prêts à planter l’UMP plutôt que de la voir leur échapper», rage encore un ancien ministre favorable à la solution de transition.

Si les différentes parties font montre d’autant d’amertume et de hargne lors du prochain bureau politique mardi, la solution du triumvirat pourrait être remisée avant même d’avoir été expérimentée.

 

http://www.atlantico.fr/pepites/triumvirat-ump-morano-commence-casser-pieds-dit-bernard-debre-1594465.html

Publié le 2 Juin 2014

Triumvirat à l’UMP : « Morano commence à nous casser les pieds » dit Bernard Debré

Le député de Paris, sur RFI, s’en aussi pris à Claude Guéant qui remet lui aussi en cause la légitimité du trio Raffarin-Juppé-Fillon.

L’UMP est en crise. Les dernières révélations concernant l’affaire Bygmalion ont largement ébranlé le parti. Pour tenter d’apaiser la situation Jean-François Copé a démissionné en début de semaine dernière et a été remplacé par un triumvirat d’anciens Premiers ministres composé de Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé et François Fillon. Mais l’arrivée de ce trio n’a en réalité pas calmé les tensions internes au sein du parti d’opposition. En effet, de nombreuses voix se sont élevées ce week-end (parmi lesquelles Nadine Morano et Claude Guéant) pour contester la légitimité d’un tel triumvirat.

Ils estiment qu’il ne respecte en rien les statuts du parti. Mais ce lundi, Bernard Debré cherche à mettre le holà à toutes ces voix dissidentes.

« Je vais vous dire, très franchement, je ne veux pas être grossier, mais ils commencent à nous ennuyer, j’allais dire à nous emmerder » a affirmé, sur RFI, le député de Paris à propos de Nadine Morano et Claude Guéant. Concernant l’ancienne ministre il déclare: « Qu’elle se contente d’être députée européen, elle n’avait aucun titre à l’être, si ce n’est que c’était une récompense parce qu’elle avait été battue, alors on la met là-bas, elle commence à nous casser les pieds ».

Et Claude Guéant ? « Il n’est rien. Il a été très proche de Nicolas Sarkozy, très bien, mais il s’est fait battre aux élections législatives. Tous ceux qui ont été battus nous donnent des leçons », a estimé Bernard Debré. « La totalité du staff de la direction de l’UMP a démissionné. Quand madame Nadine Morano nous dit il fallait mettre Luc Chatel… Mais il a démissionné ! » a insisté le député de Paris.

Et d’ajouter à propos de Jean-François Copé, « il faudra qu’il me convainque qu’il n’était pas au courant. S’il n’était pas au courant de l’évaporation de plusieurs millions, il y a au moins onze millions, il faut qu’il parte de toute façon », car il est « incompétent ou complice », selon Bernard Debré.

Enfin, lors de son passage à RFI, le député de Paris a redit son opposition à un retour de Nicolas Sarkozy. « L’avenir est toujours devant lui, mais il a une grande partie derrière lui. Je ne suis pas favorable à ce qu’il revienne, on ne peut pas être et avoir été, on ne peut pas regarder en permanence dans le rétroviseur. Nous avons des jeunes talents à l’UMP, nous avons des jeunes d’avenir, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Luc Chatel, Wauquiez, Le Maire… On en a plein ! »

 

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/coulisses/2014/06/02/25006-20140602ARTFIG00160-une-militante-ump-va-deposer-une-plainte-contre-le-triumvirat.php

Six militants somment Chatel de remplacer le triumvirat à la tête de l’UMP

François Fillon, Bernard Accoyer, Jean-Pierre Raffarin et Alain Juppé lors d'un Conseil national de l'UMP

 

LE SCAN POLITIQUE – La solution choisie par le bureau politique de l’UMP pour répondre à la démission de Jean-François Copé de la direction de l’UMP est contestée.

Le triumvirat Juppé-Raffarin-Fillon qui doit remplacer Jean-François Copé à la tête de l’UMP à compter du 15 juin ne serait pas conforme aux statuts du parti. Six militants UMP ont décidé, lundi, de se saisir de cette faille juridique, assure Le Lab.

Les statuts de l’UMP prévoient qu’en cas de vacance du poste de président le vice-président délégué qui occupe l’intérim. En l’occurence, l’ancien ministre Luc Chatel. Ce n’est pas l’option qui a été décidée lors du dernier bureau politique. Pour répondre à cette faille juridique, Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon ont assuré qu’un vote formel validera la direction collégiale avant le 15 juin, la date effective de la démission de Jean-François Copé. Les défenseurs du triumvirat assurent que c’est bel et bien l’ensemble de la direction de l’UMP qui a démissionné la semaine dernière, incluant Luc Chatel. Ce qui rendrait une procédure caduque. Mais le député UMP de la Haute-Marne entretient lui même le flou, laissant le soin à la Haute autorité de l’UMP de trancher.

Dans une sommation interpellative, les six militants demandent à Luc Chatel de confirmer qu’à partir du 15 juin les statuts de l’UMP seront rigoureusement appliqués. Et «qu’aucun triumvirat, quelle que soit sa composition, ni direction collégiale ne pourra se substituer au vice-président remplaçant le président démissionnaire». Sans quoi ils se réservent le droit de saisir le tribunal administratif.

 

Une ancienne collaboratrice de Fillon à la manœuvre

 

«Une situation transitoire violant les statuts, donc illégale, dans l’attente du congrès, semble donc constituer un remède pire que le mal et s’apparente à un ‘putsch’ contre la loi de notre parti», estiment-ils dans leur sommation.

Parmi les signataires figure Nathalie Bordeau, ancienne collaboratrice de François Fillon à Matignon. Pour elle, rien de contradictoire dans le fait d’attaquer le triumvirat auquel son ancien patron appartient. «Ça traduit le fait que les êtres humains, fussent-ils anciens premiers ministres, puissent faire des erreurs», dit-elle au Lab.

Un peu plus tôt, le secrétaire national de l’UMP David Xavier Weiss, invité de Sud Radio annonçait «une plainte» de la militante . «Il faut qu’on respecte les statuts. La solution idéale c’est Luc Chatel jusqu’en octobre (date du prochain congrès, ndlr)», estime le responsable UMP. «Soit il faut une démission collégiale, soit il faut un peu de retenue de la part des fillonistes», a insisté David-Xavier Weiss. «Je n’ai rien contre les trois rois mages autoproclamés mais ce n’est pas dans les statuts de l’UMP», a-t-il ajouté.

 

http://www.atlantico.fr/pepites/ump-alain-juppe-impose-nouvelles-conditions-1594642.html

Publié le 2 Juin 2014

UMP : Alain Juppé impose de nouvelles conditions

Il demande une clarification de la situation financière du parti ainsi que le soutien consensuel du bureau politique pour prendre part au triumvirat.

Alain Juppé a décidé de faire entendre sa voix au sein de l’UMP. Depuis la démission de Jean-François Copé la semaine passée, le maire de Bordeaux tente d’être l’acteur majeur de la reconstruction du parti. Ayant d’abord avancé l’idée d’un rapprochement avec le centre, il avait ensuite indiqué que les candidats à la présidence du parti ne pourraient être candidats à la primaire de 2016. Une façon de dégager le terrain avant la présidentielle de 2017.

Ce lundi, il a fait de nouvelles propositions via son blog. « Je ne participerai au groupe des trois qu’à deux conditions : que la décision ne soit pas source de division mais soit prise de manière consensuelle; que ce groupe ait les moyens d’organiser le fonctionnement de l’UMP sur des bases administratives et financières clarifiées » a écrit l’ancien Premier ministre.

Pour lui, la clarté dans les comptes du parti est un impératif.

Très attaché à ce principe, il l’avait déjà énoncé en février 2014 au moment des prémices de l’affaire Bygmalion. A cette époque, il réclamait de la transparence à l’UMP. Quelques mois plus tard, ses revendications n’ont pas changé.

 

http://www.leparisien.fr/politique/presidence-de-l-ump-des-militants-envoient-un-huissier-au-siege-du-parti-02-06-2014-3891101.php

Présidence de l’UMP : des militants envoient un huissier au siège du parti

S.Ld. | Publié le 02.06.2014, 16h12 | Mise à jour : 19h59

Des militants UMP ont déposé un recours pour contester juridiquement la solution transitoire trouvée la semaine dernière lors du bureau politique au cours duquel Copé a annoncé sa démission de la présidence le 15 juin.

Des militants UMP ont déposé un recours pour contester juridiquement la solution transitoire trouvée la semaine dernière lors du bureau politique au cours duquel Copé a annoncé sa démission de la présidence le 15 juin. | LP / Delphine Goldsztejn

 

Nadine Morano, et maintenant six militants . L’intronisation d’un triumvirat Juppé-Raffarin-Fillon pour remplacer Jean-François Copé à la de l’UMP est de plus en plus critiquée.

Sud Radio et le Lab d’Europe 1 révèlent aujourd’hui que des militants ont déposé un recours pour contester juridiquement cette solution transitoire trouvée la semaine dernière lors du bureau politique au cours duquel le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne) a annoncé sa démission le 15 juin.

Un huissier doit déposer demain une «sommation interpellative» à l’attention du vice-président du parti Luc Chatel, selon le Lab qui publie le document sur son site. Ces militants, dont Nathalie Bordeau, ancienne collaboratrice de François Fillon à Matignon, ne contestent pas la solution intérimaire sur le fond, mais sur la forme. Ils estiment qu’elle « n’est pas prévue par les statuts» et qu’elle «s’apparente un putsch contre la loi» de l’UMP. Selon eux, «en cas d’empêchement, le président de l’Union est remplacé par le vice-président délégué», en l’occurrence, Luc Chatel. «Il en est de même en cas de vacance de la présidence.»

Chatel appelle à «l’apaisement»

Le même argument avait été développé par la nouvelle députée européenne Nadine Morano dimanche dans nos colonnes. «Je ne peux cautionner la sortie de crise qui s’est dessinée, tout simplement parce qu’elle n’est en rien conforme à nos statuts», avait-elle estimé. «C’est le vice-président, Luc Chatel, qui doit assurer l’intérim jusqu’au congrès. C’est la seule voie juridique possible.» «La solution idéale, c’est Luc Chatel jusqu’en octobre», a approuvé ce lundi le secrétaire national de l’UMP David Xavier Weiss sur l’antenne de Sud Radio, où il a annoncé le fameux recours. Claude Guéant avait jugé de son côté «l’auto-désignation» de la troïka à l’UMP «irrégulière.»

AUDIO. David-Xavier Weiss : «Un recours contre le triumvirat de l’UMP va être déposé»

Cette faille juridique avait déjà été envisagée par le triumvirat. C’est pour cette raison que leur intronisation à la tête de l’UMP doit être entérinée par un vote lors du prochain bureau politique le 10 juin, en présence d’Anne Levade, présidente de la Haute Autorité du parti, à la demande de Luc Chatel.

Sur Twitter Luc Chatel, a indiqué qu’à ce moment-là sera trouvée «la solution juridique de sortie de crise politique.» En attendant, il appelle «à l’apaisement» au sein du parti. C’est aussi pour cette raison que la direction de l’UMP dans son ensemble doit démissionner.

En guise d’apaisement, Bernard Debré, Benoist Apparu ou encore Laurent Wauquiez ont remis de l’huile sur le feu en critiquant vertement les prises de position de Guéant et Morano. Cette guerre interne va-t-elle sonner le glas de la solution transitoire, avant même qu’elle ne soit mise sur pied? En tout cas, Alain Juppé, le maire UMP de Bordeaux, a déjà fait savoir sur son blog  ce lundi qu’il ne «participerait au groupe des trois qu’à (la condition entre autres) que la décision ne soit pas source de division.»

 

 

Copé invite la présidente de la Haute autorité de l’UMP à s’exprimer sur les statuts

    • Par Ivan Valerio
    • Mis à jour le 02/06/2014 à 20:27
    • Publié le 02/06/2014 à 17:49

LE SCAN POLITIQUE – Le président de l’UMP a mis à l’ordre du jour du prochain bureau politique l’audition d’Anne Levade, afin de clarifier le débat qui agite le parti sur la légitimité du triumvirat d’anciens premiers ministres.

Anne Levade va devoir s’exprimer. Alors que la grogne contre la légitimité de la troïka censée remplacer Jean-François Copé à la tête du parti s’amplifie, la présidente de la Haute autorité de l’UMP est invitée par Jean-François Copé au prochain bureau politique du mardi 10 juin à 18 heures. Dans un courrier qui lui est adressé, le président du mouvement souhaite qu’elle s’exprime sur «le respect des règles juridiques dont l’UMP s’est dotée». Dans cette lettre, Jean-François Copé fait part de sa «préoccupation pour le respect de la volonté des militants qui ont approuvé à 93% lors du congrès extraordinaire les statuts, le règlement intérieur et la charte de la primaire de l’Union».

 

» La lettre de Jean-François Copé à Anne Levade:

 

Un triumvirat contesté

 

Contacté par le Scan, l’entourage du député-maire de Meaux fait savoir que l’audition d’Anne Levade lors du prochain bureau politique a été mis à l’ordre du jour par le président du mouvement, afin d’entendre son avis sur «les règles statutaires à compter de sa démission». La Haute autorité avait été mise en place avec les nouveaux statuts, en juin 2013, après le traumatisme du duel entre Jean-François Copé et François Fillon pour la présidence du parti. Elle est chargée de veiller au bon fonctionnement du parti et au respect des statuts.

Comme l’indiquait Le Figaro, certaines voix à l’UMP ont contesté ces derniers jours la légitimité du triumvirat formé par Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon en vue d’assurer une direction de transition jusqu’au prochain congrès, à l’automne. Six militants ont notamment rendu publique une «sommation interpellative» afin de demander à Luc Chatel d’assurer la présidence du mouvement par intérim, comme le prévoient les statuts. Des responsables du parti, comme Nadine Morano, ou encore Claude Guéant, ont aussi protesté contre la régularité du trio d’anciens premiers ministres.

À date, aucune démission n’est effective, ni celle de Jean-François Copé, prévue pour le 15 juin, ni celle du reste de la direction du parti.



Problème de statuts à l’UMP

L’UMP n’est pas la LCR ou le NPA ou l’une des multiples associations que contrôle cette formation « politique ».

Aucun de ses militants et dirigeants n’exige de quiconque de garder le secret sur les conditions des changements qui s’opèrent actuellement à la tête de ce parti, ni ne menace de plaintes en diffamation ou autres ceux qui s’en ouvrent au public, ou tout simplement dans leurs sphères privées d’élection, par propos « écrits ou verbaux », « avec ou sans témoins » (JB, 04/01/2006).

A fortiori, il n’est donc pas question d’user à l’encontre de ces derniers de divers moyens illégaux pour les surveiller et « contrôler » leur expression publique et privée jusqu’à la fin de leurs jours, ni de les tuer pour les faire taire, ni d’organiser à leur encontre des lynchages publics et d’autres exactions ou violences graves lorsqu’ils inquiètent ceux qui réclament le silence absolu sur leurs turpitudes.

Les débats sont publics sans que personne ne s’en offusque.

Tout le monde en parle.

 

http://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/demission-de-cope-les-statuts-de-l-ump-ne-sont-pas-respectes-30-05-2014-1829574_1897.php

Le Point.fr – Publié le 30/05/2014 à 17:00

La démission de Copé et son remplacement par un triumvirat ne sont pas conformes aux statuts de l’UMP. Une faille juridique qui fragilise le parti.

 

Les statuts de l'UMP n'ont pas été respectés lors du débarquement de Jean-François Copé après l'affaire Bygmalion.

Les statuts de l’UMP n’ont pas été respectés lors du débarquement de Jean-François Copé après l’affaire Bygmalion. © CITIZENSIDE/VALENTINA CAMOZZA /

 

Par

 

 

La démission de Copé a apporté un bref répit à l’UMP, mais déjà des voix s’élèvent chez les militants pour signaler que les statuts de l’UMP n’ont pas été respectés. La solution du triumvirat des anciens Premiers ministres Juppé-Fillon-Raffarin en vue de préparer un congrès en octobre n’est pas recevable juridiquement. En effet, l’article 24-5 des statuts de l’UMP précise qu’en cas de vacance le président est remplacé par le vice-président délégué jusqu’à l’élection d’un nouveau président. En l’occurrence, Luc Chatel. Or, lors du bureau politique, celui-ci n’a rien dit et n’a rien revendiqué, alors que la présidence du mouvement lui revient de droit. « Nous sommes complètement hors statuts », confirme Roger Karoutchi, l’un des membres du bureau politique.

Le triumvirat n’est pas non plus habilité à organiser le prochain congrès qui doit se tenir en octobre. Les articles 45-3 et 45-4 des statuts prévoient que c’est la haute autorité de l’UMP, indépendante de la direction du parti, qui organise l’élection du président. Il revient donc à Anne Levade, la présidente de la haute autorité, de reprendre en main les opérations. 

Série de procédures peu gratifiantes

 

Enfin, le bureau politique réuni mardi n’avait pas vocation à pousser Jean-François Copé à la démission. L’article 22-1 du règlement intérieur du parti prévoit, en effet, que l’ordre du jour du bureau politique doit figurer dans la demande et « ne peut être modifié ». En l’occurrence, l’ordre du jour prévoyait de discuter du bilan des européennes et d’examiner les comptes de l’UMP. Il n’a jamais été question d’examiner le maintien ou non de Copé à la tête du mouvement. En fait, Jean-François Copé aurait dû présenter sa démission devant le conseil national, une autre instance du parti.

Si un adhérent venait à saisir les tribunaux, nul doute que la démission de Copé serait invalidée. Cela ne changerait pas grand-chose, au fond, sauf que les instances dirigeantes de l’UMP seraient obligées de repasser par une série de procédures peu gratifiantes. Sans compter le ridicule de la situation. « Il faut se méfier, car sur les réseaux sociaux, certains militants grognent. Nous ne sommes pas à l’abri d’un recours, ne serait-ce que de la part de quelqu’un qui voudrait faire parler de lui », conclut Roger Karoutchi.

 

Article 24-5 des statuts de l’UMP : En cas d’empêchement, le président est remplacé par le vice-président délégué ; il en est de même en cas de vacance de la présidence jusqu’à l’élection d’un nouveau président.

Article 45-3 et 45-4 des statuts de l’UMP : La haute autorité du parti est indépendante de la direction. Elle organise l’élection du président. Elle veille à sa régularité, examine les réclamations et proclame les résultats du scrutin.

Article 22-1 du règlement intérieur de l’UMP : Le bureau politique peut être réuni, sur un ordre du jour déterminé, sur demande écrite d’un quart des membres du conseil national adressée au président de l’UMP. L’ordre du jour de la réunion doit figurer dans la demande et ne peut être modifié.

 

http://www.europe1.fr/Politique/UMP-menace-juridique-sur-le-triumvirat-2137983/#

UMP : menace juridique sur le triumvirat

 

Par Rémi Duchemin

Publié le 30 mai 2014 à 21h05 Mis à jour le 30 mai 2014 à 21h05

Le parti pensait être sorti de la crise avec l’éviction de Copé au profit du trio Raffarin-Fillon-Juppé. Mais il y a les statuts.

Nouveaux tracas en vue pour l’UMP. Le parti de la droite pensait avoir mis fin à sa crise interne en précipitant mardi matin la démission de Jean-François Copé, qui doit être remplacé le 15 juin à la tête de l’UMP par un triumvirat composé de trois anciens Premiers ministres : Jean-Pierre Raffarin, François Fillon et Alain Juppé. Trois personnalités incontestables et incontestées, à même de ramener le calme et la sérénité au sein d’un parti déchiré par les luttes intestines depuis la guerre des chefs de l’automne 2012. Sauf que ces trois-là ne sont pas sûr de pouvoir tenir le parti. La faute aux statuts. Comme le révèle Le Lab d’Europe 1, des cadres du parti sont sur le point de pointer du doigt des irrégularités, peut-être le 3 juin prochain lors du prochain Bureau politique du parti.

Luc Chatel aurait dû être nommé. Les statuts, ce sont ces règles qui régissent la vie d’un parti et qu’il faut bien sûr théoriquement respecter. Or, les conditions de la nomination du triumvirat va à l’encontre de plusieurs règles internes à l’UMP. D’abord, une telle solution n’est envisagée dans aucun article. Selon l’article 24-5 des statuts de l’UMP, c’est le vice-président délégué du parti qui dont en prendre les rênes en cas d’empêchement du président. C’est donc Luc Chatel, titulaire du poste, qui devrait diriger la formation en attendant le prochain congrès, prévu pour l’automne. L’ancien ministre de l’Education n’a cela dit jamais revendiqué la place.

Une réunion du bureau politique non conforme. C’est à l’issue d’un bureau politique homérique que Jean-François Copé a été contraint à jeter l’éponge mardi matin. Or, cette réunion n’a pas été conforme aux règles. D’abord parce que l’ordre du jour, un bilan des élections européennes et un rapport sur la situation financière de l’UMP, n’a pas été respecté. Le cas Copé a occupé l’essentiel des débats. Ensuite parce qu’à l’issue de ce Bureau politique, il n’y a pas eu de vote. Ce qui va à l’encontre de l’article 23-4 qui stipule que « le Bureau Politique délibère à la majorité des suffrages exprimés », comme le relève Le Lab.

Des statuts théoriquement intouchables. Et le problème pour le triumvirat, c’est qu’il leur est impossible de modifier les statuts pour légitimer leur nomination. En effet, le changement de règle est strictement encadré par… ces mêmes statuts. « Les présents statuts et la Charte des Valeurs de l’Union qui constitue le préambule des présents statuts ne peuvent être révisés que par le Congrès à la majorité absolue des suffrages exprimés », édicte l’article 56-1. Aucun changement n’est donc possible avant le Congrès de l’automne prochain.

Mais ce qui est bien avec les statuts, c’est qu’on s’en accommode. Exemple avec Jean-Pierre Raffarin qui, d’une formule aussi lapidaire qu’obscure, a balayé le problème sur son compte Twitter.

 

http://www.leparisien.fr/politique/ump-pour-respecter-les-statuts-le-triumvirat-sera-valide-par-un-vote-31-05-2014-3886519.php

UMP : pour respecter les statuts, le triumvirat sera validé par un vote

 

Publié le 31.05.2014, 16h32 | Mise à jour : 17h03

La nouvelle direction collégiale de l'UMP, Jean-Pierre Raffarin, François Fillon et Alain Juppé (de g à d)

La nouvelle direction collégiale de l’UMP, Jean-Pierre Raffarin, François Fillon et Alain Juppé (de g à d) | AFP / Guillaume Souvant, Jacques Demarthon, Eric Feferberg

 

C’est ce qui s’appelle tuer la polémique dans l’œuf. Alors que plusieurs voix s’élevaient depuis 24 heures pour dénoncer l’«illégalité» de la nomination sans vote d’Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon à la de l’, en remplacement de Jean-François Copé, les trois anciens Premiers ministres ont fait savoir ce samedi qu’ils comptaient bien ramener cette situation dans les clous juridiques.

En organisant un vote sous peu et en s’engageant à ne rien décider d’ici là.

A l’issue de la réunion d’un bureau politique de l’UMP, Jean-François Copé a décidé mardi de démissionner de la présidence du parti qu’il quittera le 15 juin, poussé vers la sortie par la plupart des ténors UMP. Toute l’équipe dirigeante a démissionné dans la foulée et le principe d’une direction collégiale réunissant Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon a été décidé.

Sauf qu’il y avait un sacré trou dans la raquette : cette dernière décision a en effet été prise en dépit de toutes les règles du parti, comme l’a révélé le Lab ce samedi. Tout d’abord, l’ordre du jour du bureau de mardi, qui en principe ne peut être modifié, a été complètement bouleversé. Ensuite, parce qu’il n’y a eu aucun vote à l’issue de ce bureau. Troisièmement parce que les statuts faisaient de Luc Chatel, vice-président délégué de l’UMP, le successeur légal de Jean-François Copé en cas de vacance de la présidence. Enfin, parce que le non-respect des règles listées ci-dessus ne peut se faire qu’en modifiant les statuts du parti, ce qui passe par un vote lors d’un congrès. Et le prochain congrès de l’UMP et prévu le 12 octobre prochain… En clair, n’importe quel militant peut contester en justice la direction actuelle de l’UMP.

Cette dernière a donc réagi rapidement samedi : d’abord via un tweet un peu léger de Jean-Pierre Raffarin, affirmant que «le prochain BP décidera en liaison avec la haute autorité». Ensuite par un communiqué des trois dirigeants du parti.

Evoquant la nomination d’une direction collégiale, les trois anciens locataires de Matignon rappellent que «cette solution, de nature politique, rendue nécessaire par les difficultés politiques, juridiques et financières auxquelles l’UMP fait face, a fait l’objet d’un large consensus au cours de cette réunion, et nous l’avons tous trois acceptée». «Il nous paraît clair qu’elle devra être validée par un vote formel au cours d’un nouveau bureau politique statutaire avant le 15 juin», ajoutent-ils avant de conclure : «Dans cette attente, nous nous interdisons de prendre quelque décision que ce soit».

 

http://www.atlantico.fr/pepites/ump-probleme-statuts-pour-triumvirat-vote-validera-cette-solution-politique-1592237.html

Publié le 31 Mai 2014 – Mis à jour le 1 Juin 2014

UMP : problème de statuts pour le triumvirat, une vote validera cette solution « politique »

 

Composée des anciens Premiers ministre François Fillon Jean-Pierre Raffarin et Alain Juppé, l’installation de cette présidence à trois têtes ne respecte pas les statuts du parti comme le révèle Le Lab d’Europe 1.

L’UMP ne s’en sort pas. Secouée comme jamais par les dernières révélations sur l’affaire Bygmalion, le parti vit des jours agités depuis une semaine. Mais ce vendredi Le Lab d’Europe 1 fait état de nouveaux tracas en vue pour le parti. En effet, si elle pensait avoir mis fin à sa crise interne en précipitant mardi matin la démission de Jean-François Copé, l’UMP  n’en a  en réalité pas encore fini avec les soucis. Cette fois-ci c’est le triumvirat, composé de trois anciens Premiers ministres Jean-Pierre Raffarin, François Fillon et Alain Juppé, appelé à remplacer Copé le 15 juin prochain qui pose problème. En effet, selon les informations du Lab, une telle installation à la présidence ne respecte pas les statuts du parti.

Et des cadres de l’UMP « s’apprêtent à pousser un sérieux coup de gueule » contre le non-respect de ces règles, « votées il y a tout juste un an ».

Mais ce samedi, Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon ont fait savoir que la solution « politique » d’une direction collégiale de l’UMP trouvée cette semaine devra « être validée par un vote formel » avant le 15 juin.  »Cette solution, de nature politique, rendue nécessaire par les difficultés politiques, juridiques et financières auxquelles l’UMP fait face, a fait l’objet d’un large consensus au cours de cette réunion, et nous l’avons tous trois acceptée », écrivent les trois anciens Premiers ministres samedi dans un communiqué commun.   »Il nous paraît clair qu’elle devra être validée par un vote formel au cours d’un nouveau bureau politique statutaire avant le 15 juin », ajoutent-ils. « Dans cette attente, nous nous interdisons de prendre quelque décision que ce soit », affirment-ils.

Car la menace sous-jacente est la suivante : rendre invalide la démission de Jean-François Copé, après les révélations en cascade sur les fausses factures faites à Bygmalion. En clair, un certain nombre de membres du bureau politique de l’UMP ont envoyé un document écrit dans lequel ils pointent les nombreuses irrégularités et les violations des statuts du parti.

Premier violation : le non-respect de l’agenda du jour, « qui ne peut être modifié ». Or, comme le note Le Lab, le 27 mai dernier figurait dans l’ordre du jour un bilan des élections européennes et la remise d’un rapport sur la « situation financière et comptable de l’UMP : diagnostic et propositions ».  Le bureau politique n’a discuté que de l’avenir de Jean-François Copé, aboutissant ainsi à sa démission forcée.

Deuxième violation : l’absence de vote. Selon l’article 23-4 des statuts de l’UMP, « le bureau politique délibère à la majorité des suffrages exprimés ». Or, il n’y eût pas de vote mardi dernier.

Troisième violation : la succession de Jean-François Copé. Selon les statuts, le successeur de Jean-François Copé n’est autre que Luc Chatel. Vice-président délégué du parti, c’est lui qui, « en cas d’empêchement du Président de l’Union », doit prendre le poste. L’article 24-5 des statuts précise « qu’il en est de même en cas de vacances de la présidence de l’Union jusqu’à l’élection d’un nouveau Président. »

Autre problème pour le triumvirat : il leur est impossible de modifier les statuts pour légitimer leur nomination. En effet, le changement de règle est strictement encadré par… ces mêmes statuts. « Les présents statuts et la Charte des Valeurs de l’Union qui constitue le préambule des présents statuts ne peuvent être révisés que par le Congrès à la majorité absolue des suffrages exprimés », édicte l’article 56-1 repris par Le Lab. Aucun changement n’est donc possible avant le Congrès de l’automne prochain même si comme l’indique Le Lab une « explication pourrait intervenir mardi 3 juin, lors du prochain bureau politique du parti ». Ce que confirme Jean-Pierre Raffarin dans un tweet.

 
http://www.bfmtv.com/politique/ump-sarkozystes-jugent-triumvirat-fillon-raffarin-juppe-illegitime-785245.html

UMP: les sarkozystes jugent le triumvirat Fillon/Raffarin/Juppé illégitime

 

Les deux proches de Nicolas Sarkozy ont mis en cause la légitimité de cette nouvelle direction au regard des statuts de l’UMP.

 

C.P. avec AFP
Le 01/06/2014 à 14:33
Mis à jour le 01/06/2014 à 17:29

A l'UMP, plusieurs personnes dans le camp sarkozyste jugent illégitime le triumvirat qui va remplacer Jean-François Copé. (Thomas Samson - AFP)

A l’UMP, plusieurs personnes dans le camp sarkozyste jugent illégitime le triumvirat qui va remplacer Jean-François Copé. (Thomas Samson – AFP)

Les attaques se sont multipliées ce week-end contre la nomination mardi du triumvirat Fillon/Raffarin/Juppé à la tête de l’UMP, jugée par certains illégitime au regard des statuts de l’UMP.

Les anciens ministres Nadine Morano et Claude Guéant, deux proches de Nicolas Sarkozy sont montés au créneau dimanche, alors que Laurent Wauquiez a appellé ses collègues de l’UMP à ne pas « rajouter des divisions aux divisions ».

 

Guéant: une « auto-désignation irrégulière »

 

L’ancien ministre UMP de l’Intérieur Claude Guéant a qualifié dimanche sur Itélé et Europe 1, avec Le Monde, d’ »irrégulière » « l’auto-désignation » de la troïka Fillon, Juppé, Raffarin à la tête de l’UMP en remplacement de Jean-François Copé.

La troïka « a la légitimité de ce qu’ils ont marqué le mouvement par les fonctions qu’ils ont exercées. Mais sur un plan juridique, cette auto-désignation n’a rien à voir avec les statuts ». Cette nouvelle gouvernance est « irrégulière au regard des statuts de l’UMP », a répété Claude Guéant. Pour lui, il faut donc « un chef incontesté, complètement légitime » et que l’UMP « se mette en état de faire tout son travail ». Il a proposé la constitution d’un « shadow cabinet » à l’UMP « comme au Royaume-Uni ».

Nicolas Sarkozy doit-il être candidat à la présidence de l’UMP, comme certains de ses proches semblent déjà l’envisager ? « Je suis partagé. Si je pense à l’éventuel destin présidentiel que pour ma part je souhaite, ce n’est pas forcément un avantage. Mais il y a un sujet important: recréer une opposition crédible, et je vois mal qui d’autre que lui peut être ce chef », a dit Claude Guéant.

 

Morano: « aucune légitimité »

 

Nadine Morano, déléguée générale chargée des élections à l’UMP, estime que le triumvirat Fillon-Juppé-Raffarin « n’a aucune légitimité », dans un entretien au Parisien-Dimanche.

« Je ne peux cautionner la sortie de crise qui s’est dessinée, tout simplement parce qu’elle n’est en rien conforme à nos statuts », affirme au journal, Nadine Morano. « Après la crise de l’élection interne de novembre 2012, nous nous sommes dotés de nouveaux statuts. J’observe que ceux qui les réclamaient avec vigueur les bafouent aujourd’hui. Je ne peux accepter cette situation qui nous met dans l’illégalité. »

Pour Nadine Morano, « c’est le vice-président, Luc Chatel, qui doit assurer l’intérim jusqu’au congrès. C’est la seule voie juridique possible. »

Interrogée sur le fait que le triumvirat pourrait chercher à contrer un éventuel retour de Nicolas Sarkozy, l’ancienne ministre se montre catégorique : « si Nicolas Sarkozy souhaite revenir, rien ne le bloquera! »

 

Wauquiez: ne pas « rajouter des divisions aux divisions »

 

L’ancien ministre Laurent Wauquiez a demandé dimanche sur France 3 à ses collègues de ne pas « rajouter des divisions aux divisions ».

« Cette direction provisoire permet au moins de ramener un peu de sérénité, un peu de calme, elle est juste provisoire », a affirmé Laurent Wauquiez au sujet de ce trio d’anciens Premiers ministres qui va remplacer à la tête de l’UMP Jean-François Copé, qui a annoncé mardi sa démission, celle-ci étant effective le 15 juin.

« Ce sont trois personnes qui essaient de remettre un tout petit peu de sérénité. Si jamais pendant quelques mois ça peut stabiliser les choses… », a insisté le député de la Haute-Loire.



Manifestation anti-FN ce samedi à Brest

 

http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/brest-la-manifestation-anti-fn-rassemble-une-centaine-de-personnes-31-05-2014-10192216.php

 

Brest. La manifestation anti-FN rassemble… une centaine de personnes

 

31 mai 2014 à 15h08 2

 

Manifestation anti-FN ce samedi à Brest dans AC ! Brest brest-faible-participation-contre-le-front-national_1924465_660x372

 

En milieu de semaine, plusieurs centaines de lycéens étaient descendus dans les rues de Brest pour témoigner de leur colère et de leurs peurs face au score historique réalisé par le Front National lors des élections européennes.

Une centaine ce samedi…

Ce samedi, les adultes devaient prendre le relais. La manifestation s’est en fait résumée à un simple rassemblement devant les marches de l’hôtel de ville, faute de participants. Ils ne se comptaient en fait pas plus d’une centaine au moment de la prise de parole d’une jeune étudiante. Prochaine action annoncée, une soirée-débat organisée lundi à 20 h 30 à la maison des syndicats.

… contre 9.000 en 2002

Pour mémoire, même si le contexte est différent, en avril 2002 la manifestation contre le FN déclenchée par la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle avait réuni plus de 9.000 personnes dans les rues de Brest.

 

L’ESPACE DES LECTEURS

 

2Vos réactions

  •  dans LCR - NPA

    FANCH LE GALL 01 Juin 2014 à 09h13

    Toutes les manifestations contre le FN se traduisent donc par des fiascos.
    C’est rassurant quelque part de constater l’esprit civique de nos compatriotes qui ne contestent donc pas le verdict souverain du peuple qui s’est exprimé sans haine et sans crainte dans les urnes dimanche dernier et qui le fera encore.
    On laisse désormais les derniers bobos bien-pensants s’accrocher encore aux derniers miasmes de la pensée unique qui a régenté la France pendant trop de temps pour la mener dans l’état que l’on sait.

  • photo-profil dans Perversité

    gerard woillet 31 Mai 2014 à 18h08

    Reste a savoir ce que veut dire « FN  » si c’est F comme François et N comme Nicolas ils ont bien raison de manifester contre ces deux nuls .

 

Réagir à cet article

 

Le 24/11/2005 23:30, roma.joel a écrit :

 


ac-forum
———–

Moi je n’ai rien à cacher!

Oh merde alors, là Josette là les bras m’en tombent, je reste consterné, et dépassé par ce que t’inspire toute cette vision réelle des faits!  Je me vois donc dans l’obligation, soit de m’engager à suivre une thérapie, ou au mieux de me rendre à l’intérieur d’un abbayes faire acte de contrition!. Je reste sans voix, là je me dois de rendre hommage à l’art et la manière de la malhonnêteté la plus outrancière et l’aplomb le plus vil! Chapeau l’artiste, que de talents en ce monde caché. Je me retire dès ce soir à l’intérieur de ma loge, puis me démaquille sur le champs, et vais boire un coup!!!
Cependant, il en faudra plus pour convaincre les septiques! Cela me fait penser au livre de serge Halimi « les nouveaux chiens de garde »sur les méthodes qu’emploient certains médias pour déstabiliser, voir décrédibiliser une argumentation cohérente d’un adversaire politique à diaboliser; Soit par une moue « à la télé », ou un laconique mouaï  mouaï accommodé d’un geste de la tête, ce à défaut d’argumentations pertinentes, à l’intention de son interlocuteur qui lui avance des faits! Faire naître le doute sans avoir à argumenter les contre vérités de l’initiateur de la méthode.  Je comprends tout à fait que tu préfères te retrancher au mieux dans la dérision, au pire dans la négation.
Mais visiblement tu ne comprends que ce que tu veux bien comprendre; Le 26 Septembre 2005  toi Josette et  toute la clique hétéroclite de lampistes putchistes comprenaient bien mieux le travail à accomplir pour faire sauter le conseil d’administration ainsi que le bureau d’AC Brest en toute illégalité!. Ce soir encore, tu n’aura pas convaicu.

Le président déchu d’AC Brest
Joël Roma.

—– Original Message —– From: « Josette… »
To: « roma.joel »
Sent: Thursday, November 24, 2005 2:06 PM
Subject: Re: [ac-forum] à la Mère Sup Nouvelles brestoises

Mouais… très moyennement convaincant à mon avis…

Je ne comprends pas tout, mais je n’ai rien contre les bisous, alors sans rancune…

Juste pour toi : tu devrais quand même changer de signature…

—– Original Message —– From: « roma.joel »
To: « Josette… » ; <ac-forum@ras.eu.org>
Sent: Thursday, November 24, 2005 12:11 PM
Subject: Re: [ac-forum] à la Mère Sup Nouvelles brestoises

Il est je vois toujours dans ta méthode de prendre la position de la vierge effarouchée, alors que tu portes largement ta part de responsabilité du coup État perpétré au sein de notre collectif d’AC Brest élu légalement à la majorité dont d’ailleurs tu étais partie prenante! Il est particulièrement généreux de ta part de faire passer « sans intérêt, générosité » oblige sur le forum, les méthodes que tu sois disant réprouves et répugnes du haut de ton éthique militante. Dans les actes de la vie associative tout au moins, ce n’est pas du tout de cette manière que tu as procédées dans AC Brest! Mais là tu te drapes de nouveau dans une vertu depuis bien longtemps rompue aux uses et coutumes de l’urgence politique locale. Les citoyens causant sur le forum ne peuvent pas savoir, et je comprends que des fois cela énerve, mais la liberté c’est aussi cela!
Quant à l’aspect collectif que tu appelles de tes voeux, tu en sais quelque chose puisque tu as cassée la boutique. Après avoir procédé de la sorte, tu souhaites revoir tes anciennes victimes rejoindre le giron des subversifs dans la repentance salvatrice enfin retrouvée! Là ont atteint le paroxysme de la félicité. Tu devrais être canonisée Josette. Je comprends que de nouveau « bonté chrétienne oblige » que tu ne veuilles pas encombrer le forum d’AC de questions réponses; Avec les casseroles que « tu » traînes, on ne le saurait à moins. Au sujet de combat derrière un ordinateur, tu te débrouilles pas mal en ce qui me concerne.
Pour récupérer du monde d’abord Josette, il faut susciter l’investissement militant, et c’est là que le bas blesse, vous les faites fuir par les méthodes pas très dignes de gens soit disant généreux. Pour ce qui est de se reconstruire, t’avais pas qu’à casser, ce qui t’aurais évité de sois disant Reconstruire! Tu n’as pas pu tenir trois mois de plus jusqu’à l’Assemblé Générale de Janvier 2006 pour laisser respirer la démocratie! Une démangeaison digne d’un purpuras militant pur et dur!
Il est vrais que nous aurions autre choses à faire, dans un premier temps reconnaître ses fautes puis peut-être se retrouver! Mais du haut de ton cursus le pourrais tu le faire ton Mea Culpa, et devenir plus prolixe au sujet  des acteurs de cette OPA ? Moi je les connais les protagonistes de ce coup tordu « je ne les oublies d’ailleurs pas! »
Sur la pilosité de ton commissaire politique Le Douaré, tu as très bien saisie ce que je voulais laisser entendre, puisque son comportement de primate lors de réunions à l’intérieur de nos locaux a laissé des souvenirs pas triste du tout. La bestialité qui l’a déployé laissait il est vrais parler une seconde nature, laquelle te sied  je m’en rends compte aujourd’hui.
Pour ce qui est du « Trotski » Hollande, c’est pareil tu fais de nouveau l’andouille pour t’attirer de la sympathie de l’extérieur aux dépends de ton interlocuteurs que tu feins de ne pas comprendre, mais que tu comprend très très bien Josette! Bien sur qu’il n’a jamais été simplement de gauche, alors d’extrême gauche?. Il n’empêche que pour 2007 Faudra pas nous refaire à nous les gueux, le coup Chirac de 2002 hein,  pis ensuite s’énerver dans la rue! Combien de fois ai-je dis à mes camarade interlocuteurs  que lorsque l’on porte une arme, on désactive le chien doucement, puis on rengaine calmement en évitant par inadvertance un coup de feu intempestif au niveau du pied!
« C’est pourtant simple merde alors; Écoutez ce que l’on vous dis de temps en temps »

Bisous ma Chérie.
Le président déchu.

—– Original Message —– From: « Josette… »
To: « roma.joel » ; <ac-forum@ras.eu.org>
Sent: Thursday, November 24, 2005 2:28 AM
Subject: Re: [ac-forum] à la Mère Sup Nouvelles brestoises

En réponse au message de Joël Roma, et en m’excusant auprès de ceux d’entre vous que ces « débats » sans intérêt excèdent ; je réponds (une fois n’est pas coutume) mais, que les lecteurs de cette liste se rassurent,  je n’ai pas l’intention d’en faire une habitude.

Eh ouais… chacun choisit… l’aspect personnel ou l’aspect collectif…

Moi, question d’âge sans doute, il y a longtemps que j’ai fait la part entre ces deux aspects, et c’est bien pour ça que le « dégueulis » de certain(e)s sur les listes ne m’a pas atteinte, pas plus que les autres personnes qui y ont eu droit.

Qu’on ait du mal à « rameuter du monde », ça c’est sûr, la mobilisation aujourd’hui, c’est pas facile et des fois il y a de quoi enrager… Mais si on baisse les bras, ça sera encore pire, donc on (c’est-à-dire le collectif AC! Brest) continue sur les bases de la Charte d’AC! et de notre refus de ce monde tel qu’il est et tel qu’on veut nous l’imposer.

Pour se reconstruire, on a aussi repris plein de contacts un peu en friche, plusieurs d’entre nous sont très actifs dans le « réseau d’alerte » qui connaît un bon départ (un premier résultat positif sur le relogement de X…), on se réinvestit aussi dans le collectif « Enrageons-nous ». Et on a évidemment des initiatives propres à AC! en chantier.

Je ne vais pas infliger aux lecteurs de cette liste le « pensum » de nos emplois du temps en ce moment, ils doivent ressembler aux leurs, assez chargés, mais bon, AC! Brest a repris le chemin de la délibération et de l’action collective, c’est l’essentiel.

Et puis, c’est pas en trépignant devant notre ordinateur en permanence pour se répandre sur les listes à dire du mal des uns et des autres qu’on avancera ; une fois de temps en temps, ça fait plaisir, mais on a franchement autre chose à faire.

Pour rassurer quand même les lecteurs de cette liste, la pilosité des uns ou des autres (cf. fin du message ci-dessous) n’est pas un débat qui mobilise les énergies d’AC! Brest (sur ce terrain, chacun ses goûts), pas plus que les délires qui ont alimenté ce forum depuis un moment. Merci à tous de faire la part entre la réalité virtuelle et la réalité « réelle ».

Notre téléphone : 02 98 05 19 88. Nos permanences sont les mardi et mercredi de 14 h 30 à 16 h 30, le reste du temps il y a parfois quelqu’un et parfois un répondeur.

Josette

—– Original Message —– From: « roma.joel »
To: <ac-forum@ras.eu.org>
Sent: Thursday, November 24, 2005 1:02 AM
Subject: [ac-forum] à la Mère Sup


ac-forum
———–

Josette je suis tout à fait d’accord avec toi , mais vois tu il m’est particulièrement pénible de côtoyer certaines personnes qui sont à l’origine de certaines méthodes que je réprouve. Je ne me vois pas pour encore dans la même rue puis sur la même place que les personnages que je serais susceptible d’y retrouver!
Je pense quant à moi qu’il y a un travail de deuil à faire avant de me remettre en selle dans ce mode d’actions, les résultats n’étant pas à la hauteur sur l’ensemble du territoire. Il faut bien reconnaître actuellement vous devez avoir certaines difficultés à rameuter du monde, puisque vous êtes à l’initiative de coups de revolvers dans le pied! à la fin cela doit piquer, se voir puis se savoir. C’est pas facile de toujours avoir dans sa poche à révolvers une bouteille de Dakin… et accuser les autres!
Je te retrouve tout de même toujours fidèle à toi même Josette; L’humour contenu avec juste assez de fiel doctement dosé sous une fine couche de dérision le tout enveloppé de pardon consenti. Je t’adore, ha, les études ça sert aussi à cela!
Ton subalterne le commissaire politique Le Douaré lui bombe le torse laissant apparaître une touffe de poils, signe d’une virilité guerrière prompt à tout pugilats naissant. Gageont que la « descendance » politique sera explosive!

Je te souhaite le bonsoir Josette,
Je vais de ce pas me coucher.
Le président déchu.


AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC! AC!

‘ac-forum’ est la liste de débats d’AC!
Les textes diffusés n’engagent que leurs auteurs.

- Pour s’inscrire ou se désinscrire, envoyer un message sans texte à ac-forum-request@ras.eu.org avec ‘subscribe’ ou ‘unsubscribe’ en Sujet.
- Pour tout problème ou question concernant les listes,
écrire à : ac-listmaster@ras.eu.org

Autre liste de diffusion d’AC! :
- ‘ac-info’ diffuse les messages officiels d’AC! (lecture uniquement)

Agir ensemble contre le Chômage !    23 rue Mathis  75019 Paris
Tel: +33 1 40 09 27 49  -  Fax: +33 1 40 05 05 10
Web: http://www.ac.eu.org  -  e-mail: ac@ras.eu.org

—————————————————————————————
Wanadoo vous informe que cet  e-mail a ete controle par l’anti-virus mail. Aucun virus connu a ce jour par nos services n’a ete detecte.

—————————————————————————————
Wanadoo vous informe que cet  e-mail a ete controle par l’anti-virus mail. Aucun virus connu a ce jour par nos services n’a ete detecte.

 

Le 20/10/2005 22:31, roma.joel a écrit :

 


ac-forum
———–

La présidence, la belle affaire! ce n’est absolument pas de cela qu’il s’agit; mais de la ligne politique que l’on y associe.Quant à l’Ego, je m’en contre fou à ceci près que la méthode Stalinienne employée pour faire sauter ce qui avait été acquiescé lors d’une assemblée Générale par l’ensemble des gens qui y figuraient, est tout simplement dégueulasse,tant dans le fond, montage d’intrigues, bourrage d’urnes par des « adhérents » jusqu’àlors inconnus Que dans la forme, à trois mois d’une nouvelle AG alors que rien ne justifiait un tel acte. Je m’efforce donc de le dénoncer! Mais comme tu fais, et ce à juste titre, allusion de bordel ambiant dans AC, je te signale qu’il existe des groupes de gens particulièrement zélé dans ce genre de méthodes. Je veux parler de certains bureaux politique, et non pas les nombreux militants de ces partis qui forcent  le respect d’une part par leurs investissements personnels, puis d’autre part dans la volonté de vouloir essayer d’enrayer, ou mieux de casser le libéralisme enfant naturel du capitalisme notre premier ennemi à tous! Pour cela il faut  être un dans la lutte, c’est à dire pour être efficace:  respecter les statuts  tous les statuts et rien que les statuts, ainsi que les gens qui y ont été élus! Je ne suis pas, et n’ai pas d’ailleurs à être contre les AGE les statuts le permettent. pour cela il y a le règlement inscrit à l’intérieur des STATUTS déposé en l’année 2002 à Brest, accepté et signé par l’ ancien bureau, dont Josette elle même faisait partie!

Le président   Roma Joël

 

Le 18/10/2005 23:41, roma.joel a écrit :

 


ac-forum
———–

Gérard, je me permet en tant que président légitime d’AC collectif de Brest, d’enfin prendre ma demande d’inscription en considération dans la liste d’AC! interne. Je te fais savoir que rien ne te permets sinon une mission que tu détiendrais du très haut de te permettre d’accorder oui ou non la parole à l’ensemble des gens qui constituent la trame des collectifs de l’association d’AC!. Je ne suis pas sans savoir que notre secrétaire est très prolixe, ce qui bien des fois me réjouit au plus haut point, vu le foncier de ses arguments au sujet d’AC! Brest pour moi amplement justifiés.
Je me doit de te rappeler, que nous ne sommes pas sous la dictature de Pinochet où sous celle de Staline.
Je te fais aujourd’hui savoir que de toutes les manières la vérité se propagera ne t’en déplaise!  Toi aussi tu te dois à un compte de résultats, puisque responsable dans la propagation ainsi que la diffusion d’informations, qui il se peut de temps à autre ne suivent pas la ligne politique que tu t’es donné de suivre, ou, que l’on t’a intimé de suivre. La démocratie cela se traduit par cela aussi. Ou alors il faut  prendre sa carte à l’UMP!
Il ne serait intellectuellement sain de te  dédouaner de toutes responsabilité concernant le poste, ainsi que les responsabilités qui t’incombent aujourd’hui au devant de problèmes qui sont hélas le sort désolant  j’en conviens de bon nombres d’associations quelqu’elles soient.
Si pour encore contrairement à notre secrétaire je n’ai pas encore pris la parole par intermédiaire du clavier, cela se fera ne t’en déplaise! Aurai-je le droit à la censure?
Tu es au service des collectifs, non l’inverse, à moins que tu te sentes investi d’une mission!
Ta position est celle d’un « parent pauvre », non d’un monarque assis sur un pied d’estale!
Il est souvent bien vrais qu’à un moment donné, le pauvre se sente pousser des ailes et, décide du haut de son intellect, de
concéder si oui ou non tel ou tel à le droitde vivre en se passant de son aval.
Cela fait tout de même plusieurs semaines que j’attends d’avoir la possibilité de m’exprimer sur AC interne!
Je te redemande donc « Humblement » de m’accorder le droit à la parole sur AC interne, et de ne pas te braquer quant à la rudesse de la forme, qui je pense vu ton poste ainsi que ton expérience se doivent d’être aguerris, puisque cela dure depuis déjà fort bien longtemps, et que moi aussi, je m’impatiente…
J’espère donc avoir été entendu, et dans l’attente d’une réponse,

Je vous prie Monsieur Régner d’agréer l’expression de ma profonde considération.

le président  d’AC Brest            Roma Joël

 

Le 13/10/2005 23:11, roma.joel a écrit :

 


ac-forum
———–

! Brest Brest le 1 / 10 / 2005
Agir  contre le chômage la précarité

Et les exclusions

Putsch  Brestois

Au nom du bureau d’AC Brest, nous tenons à informer l’ensemble du réseau des collectifs d’AC, que se déroulent actuellement des actes graves au sein de notre collectif organisé sous statut associative loi de 1901.

Une tentative de putsch a été organisé dès la rentrée de Septembre, ce malgré une réunion décidé par l’ensemble du collectif datant du 17 / 06 / 2005 pour la date de rentrée le 14 / 09 / 2005.

Il se trouve qu’après maintes menaces, insultes, affabulations, intimidations, un groupe d’adhérents de très fraîche date pour beaucoup d’entre eux, a demandé à son président de convoquer une Assemblée Générale Extraordinaire.

A peine se dernier avait-il pris connaissance de cette demande que l’AGE était décidé, puis convoqué par une des signataires nommée Josette Brenterche, méthode complètement illégale aux regards de l’association de Brest.

Malgré l’illégitimité de cette AGE, rappelé par les courriers de son président, confirmé à l’unanimité par le conseil d’administration.

L’AGE a quand même eu lieu, a élu un nouveau conseil d’administration d’AC Brest, puis par communiqué par voie de presse, un article et une photo avec pour message non pas de défendre les chômeurs contre les sous emploi, mais de les accompagner dans leurs démarches auprès des employeurs. Ce qui en outre n’est pas inscrit dans chartre d’AC !

Le nouveau président Clément Dinelli et sa nouvelle équipe sont donc des usurpateurs.

Josette a été radié en date du 21 / 09 / 2005 par décision du conseil d’administration suite aux motifs énumérés dans notre courrier daté du  22 / 09 / 2005.

Trois autres personnes sont convoquées entre autre devant le bureau pour s’expliquer sur des faits de violences, menaces, et intimidations diverses et variées !

Nous souhaitons évidemment tenir informé le réseau des collectifs d’AC !

Et nous sommes ouvert à toutes demande d’informations ou d’explications à qui le souhaite.

Pour le conseil d’administration d’AC Brest

Le président Roma Joël

 

Le 07/10/2005 15:50, roma.joel a écrit :

 


ac-forum
———–

Il me semble, en tant que président d’AC ! Brest démocratiquement élu en Février 2005, que je me dois de faire tout de même une rectification. Tout d’abord, la démarche de Josette que je ne partage évidemment pas de décider sous sa propre responsabilité une AGE  est contraire aux statuts d’AC ! Brest. Il est tout à fait légitime d’en demander une, mais dans le
respect de la forme aussi bien que du fond. Il est à noter que nous nous étions quittés à l’issue d’une réunion interne en date du 17 juin 2005  dans l’idée de faire ce qu’il est convenu d’appeler une pause : « On laisse du temps, on réfléchit, les vacances, cela va faire du bien à tout le  monde. » Réunion de rentrée donc prévue au 14 Septembre 2005, en accord  avec les deux groupes : le nôtre, et celui que Josette a commencé à  constituer à compter du printemps 2005. Je pense qu’on peut parler ainsi  sans enfreindre les foudres du Très Haut. Et PAN !!!! Début septembre,  décision de la trésorière de mettre en place une AGE, cela dans les règles  de l’art de l’intrigue (convocation des adhérents de son choix). Une chose est sûre, les protagonistes de ce coup d’état, car pour moi qui l’ai vécu de l’intérieur, c’en est un, je peux en témoigner, se devront de faire acte de contrition  !

Quant à toi, RES, le forum sert aussi à faire connaitre les difficultés des différents collectifs d’AC !
Nous autres légitimement élus, avons contre nous deux « structures de  parti » avec tout le maillage militant qui s’y associe,
alors on fait comme on peut, et on le fait, en espérant éveiller des consciences !  Ton téléphone a sonné, RES ?

Joël

 

Conclusion :

Au moins à Brest, le mensonge, la malhonnêteté, la tromperie, l’escroquerie, le vol, le viol, le crime organisé ne paient plus que devant les juges.



123456

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo