Deux djihadistes présumés arrêtés à Albi le 22 juillet 2014

Rappelons que les interpellations ayant mené à la découverte du traqueur du scooter utilisé par Mohamed Merah au mois de mars 2012 auraient eu lieu le lundi 21 juillet 2014.

 

http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/albi-trois-jihadistes-presumes-interpelles-23-07-2014-4020925.php

Albi : trois jihadistes présumés interpellés

 

Adrien Cadorel | 23 juil. 2014, 07h00

 

Deux djihadistes présumés arrêtés à Albi le 22 juillet 2014 dans Attentats 4020925_11-1-279248188_545x341
Quartier Cantepau, Albi (Tarn), hier. Deux hommes et une femme suspectés d’appartenir à une cellule jihadiste ont été arrêtés dans cet immeuble. (PhotoPQR/« la Dépêche du Midi »/Jean-Marie Lamboley.)

 

Une cellule Jihadiste prospérait-elle en plein coeur du Tarn ? Hier matin, un imposant dispositif policier a procédé à une série d’arrestations à Albi, visant trois personnes soupçonnées d’être membres d’une cellule dormante qui s’apprêtait à perpétrer des actions en France. Lors de cette opération, trois personnes – deux hommes de 21 et 27 ans et une femme de 30 ans – ont été interpellées dans deux appartements du quartier Cantepau et placées en garde à vue dans les locaux du commissariat de la ville, où ils étaient toujours interrogés hier soir.

Selon plusieurs sources policières, les deux hommes étaient suivis par les fonctionnaires de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), et ce particulièrement depuis leur retour de Syrie, aux mois d’avril et mai derniers, où ils seraient restés un peu plus de trois mois chacun. D’après les mêmes sources, les deux suspects auraient notamment combattu dans les rangs de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Des attaques en projet

Comme une centaine de Français rentrés ici avant eux, le retour de ces deux hommes aurait alerté les services de police spécialisés, qui soupçonnent l’un des deux suspects d’avoir regagné la France dans le but d’identifier, d’organiser et de permettre le départ de jeunes Français désireux de s’engager dans les rangs de l’EIIL. D’après une source judiciaire – qui laisse entendre qu’au moins deux départs imputables à cette cellule auraient été déjoués au cours des dernières semaines –, les différentes exploitations d’échanges électroniques entre les suspects soulignent que ceux-ci avaient émis le projet de réaliser des attaques sur le territoire national, sans toutefois distinguer de lieux ni de dates.

Dans le même temps, cette cellule aurait été en lien avec un Albigeois de 37 ans, Thomas Barnouin, condamné en juillet 2009 à Paris à cinq ans de prison, dont un avec sursis, dans une affaire de filière de recrutement de jihadistes à destination de l’Irak. Lors de séjours en Arabie saoudite ainsi qu’en Syrie, celui-ci aurait régulièrement échangé par téléphone et e-mails avec plusieurs personnes basées dans la région Midi-Pyrénées, suspectées d’être liées à des filières de recrutement, dont l’un des suspects arrêtés hier.

Selon le ministère de l’Intérieur, près de 800 jeunes Français sont concernés par les départs en Syrie. Parmi eux, on retrouve ceux déjà partis sur les zones de combats (environ 300), ceux en transit (environ le même nombre) et ceux suspectés de vouloir s’y rendre.

 

http://www.ladepeche.fr/article/2014/07/23/1923139-temoignages-a-albi-depuis-l-affaire-merah-il-a-change.html

Témoignages à Albi : «Depuis l’affaire Merah, il a changé…»

 

Publié le 23/07/2014 à 07:29

Albi (81)

Les habitants du quartier de Cantepau ont exprimé à la fois leur surprise et leur inquiétude après l'intervention des policiers venus interpeller au petit matin des membres présumés d'une cellule jihadiste./DDM T. Bordas
Les habitants du quartier de Cantepau ont exprimé à la fois leur surprise et leur inquiétude après l’intervention des policiers venus interpeller au petit matin des membres présumés d’une cellule jihadiste./DDM T. Bordas

zoom dans Crime

Dans les quartiers de Cantepau et de Rayssac à Albi, c’est la stupeur et l’inquiétude qui dominent après l’annonce hier matin de l’arrestation de trois personnes d’une présumée cellule djihadiste. «Vers 6 heures, j’ai vu une première voiture de police puis deux autres, témoigne une habitante de Rayssac. Ils étaient cagoulés et armés. Il y avait un chien, je pensais que c’était pour de la drogue. Les policiers ont commencé à faire des allers-retours. Ils étaient très discrets car je n’ai pas entendu un bruit. Sinon, j’aurais fait ma curieuse plus tôt ! Le monsieur est sorti menotté et la dame aussi. Ils sont partis vers 9 heures moins le quart».

«Toute la semaine, les policiers ont tourné»

Même scène presque au même moment dans le quartier de Cantepau. Vers 6 h 30, au 16 avenue Mirabeau, les habitants d’un immeuble voient défiler les policiers. «Il y en avait au moins 60», lance un jeune homme. Une Albigeoise de 56 ans qui habite non loin de là résume : «Il y avait des policiers, la BAC qui encerclait la zone autour du rond-point. J’ai vu des hommes encagoulés, je pensais qu’ils venaient pour un trafic de drogue car il y en a pas mal dans ce bloc. Je pense que c’était une filature car toute la semaine les policiers ont tourné dans le quartier.» Avant de conclure : «S’il y en a eu trois d’arrêtés, ça veut dire qu’il y en a d’autres. J’ai très peur».

«Maintenant, j’ai peur»

Au premier étage d’un immeuble, une habitante accoudée à sa fenêtre confirme : «Je ne sors jamais de chez moi mais maintenant, j’ai peur pour ma petite fille de 13 ans». Un autre riverain tempère : «Je suis inquiet sans l’être car je ne pense pas que c’est à Albi qu’ils vont faire quelque chose».

Un habitant du 2e étage d’un immeuble de l’avenue Mirabeau a vu les policiers monter juste au-dessus de chez lui. Le jeune homme explique avoir croisé «deux ou trois fois» le couple de trentenaires qui vit là. Il ajoute «que, dans le quartier, il y a eu des rumeurs sur leurs voyages en Syrie».

À Rayssac aussi, les rumeurs allaient bon train depuis quelques mois. «On ne les a plus vus pendant deux mois. C’était vers mars-avril». L’homme a dit qu’il s’était rendu «en Turquie pour le travail.». Le couple avec quatre enfants était selon les dires des voisins «très discret». «Je l’ai croisé il y a encore trois jours en train de monter ses courses, il m’a dit bonjour, il était très gentil», témoigne une voisine.

«Il ne parlait plus que de religion»

«Ce n’est pas quelqu’un de méchant , poursuit un autre habitant du quartier. Mais, depuis l’affaire Merah, il a changé. Avant, il descendait en bas de l’immeuble pour fumer un joint. Il ne doit pas avoir encore 30 ans. C’est un Français d’origine tunisienne qui a fait des études, intégré l’armée je crois au sein de la Marine nationale. Depuis quelques mois, il ne parlait plus que de religion.»

Le riverain «s’attendait à ce qu’il soit arrêté» mais, paradoxalement, il a été très surpris hier matin de voir débarquer «le Raid et les voitures de Paris».

Les enquêteurs soupçonnent l’une des trois personnes interpellées d’être un des recruteurs pour le jihad en Syrie. «Je n’y crois pas trop», lance sceptique le même riverain.

«ça fait deux grosses histoires dans le quartier»

Ce n’est pas la première fois, qu’Albi est sous les feux de l’actualité dans une affaire de terrorisme. Déjà en décembre 2012, un Albigeois de 38 ans converti à l’Islam avait été arrêté à Rayssac dans le cadre de l’enquête sur les éventuelles complicités dont aurait pu bénéficier Mohammed Merah. L’homme avait finalement été relâché quelques jours plus tard.

«Cela fait deux grosses histoires dans le quartier», lâche un habitant de Rayssac. Pourtant, l’Albigeois décrit son quartier comme plutôt «tranquille» : «L’entente entre les jeunes et les anciens se passe très bien. Je n’aurais jamais imaginé que cela arrive chez nous». L’homme s’inquiète surtout de «l’amalgame entre les djihadistes et les musulmans avec ce que l’on voit à la télévision».

Florine Galéron

 

http://www.ladepeche.fr/article/2014/07/23/1923137-des-suspects-proches-de-la-nebuleuse-merah.html

Des suspects proches de la nébuleuse Merah

 

Publié le 23/07/2014 à 07:28
Olivier Corel, dit «l'émir blanc», avait été placé en garde à vue en janvier 2013 dans le cadre des complicités supposées dont aurait bénéficié Mohamed Merah. Il avait été relâché sans qu'aucune charge ne puisse être retenu contre. Vivant dans un petit village en Ariège, décrit comme un chef religieux, il serait soupçonné d'être à l'origine de la radicalisation de plusieurs jeunes,/Photo prise en novembre 2012. Thierry Bordas.
Olivier Corel, dit «l’émir blanc», avait été placé en garde à vue en janvier 2013 dans le cadre des complicités supposées dont aurait bénéficié Mohamed Merah. Il avait été relâché sans qu’aucune charge ne puisse être retenu contre. Vivant dans un petit village en Ariège, décrit comme un chef religieux, il serait soupçonné d’être à l’origine de la radicalisation de plusieurs jeunes,/Photo prise en novembre 2012. Thierry Bordas.

zoom dans Folie

Les deux hommes et la femme interpellés, hier, et dont on ne connaît pas encore les identités, étaient, selon plusieurs sources, des proches du Toulousain Sabri Essid et de l’Albigeois Thomas Barnouin qui s’était converti à l’Islam en 1999 sous le nom d’Abdelhakim. Si proches qu’ils avaient, selon nos informations, entrepris, au mois de mars dernier, avec lui, dans le même avion, le voyage vers la Syrie dont Essid n’est toujours pas rentré. Via Barcelone puis la Turquie, ils avaient rallié la Syrie. Un itinéraire emprunté quelques semaines plus tard par Souad Merah, la sœur du tueur au scooter.

Sabri Essid, qui se présente comme le «demi-frère» de Merah, son père ayant épousé Zoulika Merah, est quant à lui très proche de Thomas Barnouin. Ces deux hommes sont bien connus des services antiterroristes : En 2006, déjà, ils avaient été interpellés à leur retour forcé de Syrie, après avoir été arrêtés par les Américains à la frontière irako-syrienne. Reconnus coupables d’association de malfaiteurs à visée terroriste, ils avaient été condamnés à 5 ans de prison dont un an avec sursis, assortis d’une mise à l’épreuve de 3 ans. Essid a été également été mis en cause dans une affaire de mariage forcée et de viol. Pendant cette période, il recevra le soutien de Mohammed Merah.

Tous deux faisaient partie de la filière jihadiste toulousaine.

Sabri Essid s’était distingué, après les sept assassinats perpétrés par Mohammed Merah, sur des militaires et des Juifs à Montauban et Toulouse en mars 2012. En effet, il avait été l’une des rares personnes à assister à ses obsèques.

C’est donc tout le clan Merah élargi aux radicaux toulousains et albigeois qui semble avoir pris le chemin de la Syrie ces dernières semaines.

Plus inquiétant, les personnes interpellées hier à Albi, avaient, elles, choisi de rentrer en France d’où, selon certaines sources, elles envisageaient des «actions violentes». Après les massacres perpétrés par Mohammed Merah à Toulouse et Montauban, cette révélation pose la question de savoir si, une nouvelle fois, la Ville rose et le Grand Sud étaient visés par les candidats au jihad, et notamment les lieux de cultes juifs.

Les trois arrestations menées hier, à Albi, sur commission rogatoire d’un juge d’instruction, font en effet écho, à Toulouse, aux interrogations sur des filières qui semblent bien implantées, depuis plusieurs années dans la région. Les personnes gardées à vue depuis hier matin semblent toutes avoir des liens avec la famille Merah et les filières que les deux frères, Mohammed et Abdelkader, ont pu fréquenter.

Le circuit, entre Toulouse et la Syrie, semble désormais éprouvé. Le «demi-frère» de Mohammed et Abdelkader Merah, Sabri Essid, longue barbe et costume traditionnel, est un salafiste radical bien connu des services français. Pilote-t-il à distance un réseau bien organisé et très radicalisé prêt au jihad en France ?

Autre cellule repérée, autre point commun avec la sphère Merah, Sabri Essid comme la famille du tueur au scooter, a gravité également autour de la «cellule d’Artigat», en Ariège, et d’Olivier Corel, originaire de Syrie.

La Dépêche du Midi

 

http://www.ladepeche.fr/article/2014/07/27/1925258-cellule-jihadiste-deux-hommes-mis-en-examen-et-ecroues.html

Cellule jihadiste : deux hommes mis en examen et écroués

 

Publié le 27/07/2014 à 07:11

Albi (81) – Enquête

Les immeubles où résidaient les personnes impliquées dans la cellule jihadiste présumée à Albi./Photo DDM, J. M. Lamboley.
Les immeubles où résidaient les personnes impliquées dans la cellule jihadiste présumée à Albi./Photo DDM, J. M. Lamboley.

zoom

Deux hommes et une femme soupçonnés d’appartenir à une cellule djihadiste liée à la Syrie avaient été interpellés mardi 22 juillet à Albi, dans le Tarn. La femme avait été libérée jeudi. Les deux hommes ont quant à eux été placés en détention provisoire.

Les deux hommes soupçonnés d’appartenir à une cellule jihadiste du sud-ouest, où gravitent d’anciens proches de Mohamed Merah, ont été mis en examen et écroués dans la nuit de vendredi à samedi.

Les deux hommes, âgés de 20 et 29 ans, ont été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme, puis placés en détention de provisoire, conformément aux réquisitions du parquet de Paris.

Suspect signalé via le numéro vert

Ils sont soupçonnés de s’être rendus plusieurs mois en Syrie, où de nombreux groupes islamistes radicaux sont actifs contre le régime de Bachar al-Assad. Selon une source proche de l’enquête, le plus âgé, qui a gardé le silence, a été signalé de manière anonyme via le numéro vert récemment mis en place par le gouvernement pour lutter contre les départs vers les zones de jihad. Ce numéro, qui permet aux proches de candidats potentiels au jihad de les signaler aux autorités, fonctionne depuis fin avril.

Une troisième personne, une femme, avait été également arrêtée mardi à l’aube à Albi par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), mais elle a été remise en liberté après 48 heures de garde à vue.

Une enquête ouverte depuis 2013

La DGSI, assistée du Raid, unité d’élite de la police, pour les arrestations, agissait sur commission rogatoire de juges antiterroristes parisiens. Les magistrats sont saisis d’une information judiciaire, ouverte depuis septembre 2013, notamment pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme.

D’après une source policière, la cellule jihadiste présumée rayonnait sur Albi et Toulouse. Cette cellule est notamment liée à Thomas Barnouin, un homme connu des enquêteurs qui le soupçonnent de s’être rendu en Syrie avec femme et enfants.

Originaire d’Albi, Thomas Barnouin avait été condamné à Paris en juillet 2009 avec Sabri Essid à 5 ans de prison dont un avec sursis dans une affaire de filière jihadiste vers l’Irak.

Lui aussi soupçonné d’être parti pour la Syrie, Sabri Essid est une figure de la cellule salafiste toulousaine et un ancien proche de Mohamed Merah, son père ayant vécu avec la mère du tueur au scooter. Parmi les proches de Mohamed Merah, sa sœur Souad est également soupçonnée d’être partie en Syrie.

La Dépêche du Midi



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo