Nouvel assassinat à Toulouse hier soir

http://www.leparisien.fr/toulouse-31000/toulouse-un-nouveau-meurtre-par-balles-en-48-heures-16-08-2014-4068195.php

Toulouse : un nouveau meurtre par balles, le deuxième en 48 heures

 

Publié le 16.08.2014, 11h28 | Mise à jour : 17h05

 C'est dans le quartier du Mirail, dans la banlieue sud deToulouse (Haute-Garonne), qu'un homme de 25 ans a été tué par balles vendredi soir, dans un probable deuxième règlement de comptes en 48 heures.

 C’est dans le quartier du Mirail, dans la banlieue sud deToulouse (Haute-Garonne), qu’un homme de 25 ans a été tué par balles vendredi soir, dans un probable deuxième règlement de comptes en 48 heures. | Pascal Pavani / LP

 
Un homme «bien connu des services de police» a été tué par balles, vendredi soir, dans le quartier du Mirail, au sud de Toulouse (Haute-Garonne). Il s’agit selon la police d’un probable règlement de comptes, le deuxième, 48 heures après l’assassinat à la kalachnikov d’un autre délinquant, Walid Larbi-Bey, jeudi, à Beauzelle, dans la périphérie de Toulouse.

La victime, un jeune homme de 25 ans a été visé par «un ou plusieurs tireurs», vers 20 heures 30, alors qu’il dînait à l’extérieur. «On est clairement sur une piste d’un règlement de comptes» a indiqué un policier. «Plusieurs douilles» ont en effet été retrouvées sur les lieux», précise Michel Valet, procureur de la République de Toulouse. Rapidement pris en charge par les secours, le jeune homme été transféré à l’hôpital de Rangueil où il est mort dans la soirée, rapporte France 3 Midi Pyrénées.

Guerre entre bandes rivales ?

«On pense évidemment à un match retour mais rien ne le prouve», préviennent les forces de l’ordre, évoquant la difficulté de mener une enquête dans ce quartier sensible du Mirail où «personne ne se présente spontanément» à la police.

Il s’agit du quatrième assassinat en huit mois à Toulouse dans d’apparentes exécutions qui font penser à une guerre entre bandes rivales.

L’enquête a été confiée à la police judiciaire qui devra établir s’il existe un lien entre cet assassinat et celui de Walid Larbi-Bey, un délinquant multi-récidiviste de 29 ans récemment incarcéré pour tentative de meurtre en bande organisée, à Beauzelle, dans la nuit de jeudi à vendredi. Ce quartier a été le théâtre d’une «série d’agressions» depuis le mois de décembre 2013.

Nouvel assassinat à Toulouse hier soir dans Crime 4068195_ide-toulouse-le-mirail

 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/2014/08/16/un-homme-tue-par-balle-au-mirail-toulouse-533074.html

Meurtre au Mirail à Toulouse : la piste du règlement de compte privilégiée

 

Un homme est décédé dans le quartier du Mirail après avoir été victime de coup de feu. Les faits se sont déroulés en début de soirée vendredi dans un bar de la place du Milan. Un meurtre qui pourrait être lié à l’exécution de Beauzelle de jeudi dernier.

  • Par Véronique Haudebourg
  • Publié le 16/08/2014 | 08:51, mis à jour le 16/08/2014 | 18:22
La place de Milan à Toulouse dans le quartier du Mirail © Maxence Regnault / France 3 Midi-Pyrénées
© Maxence Regnault / France 3 Midi-Pyrénées La place de Milan à Toulouse dans le quartier du Mirail

Un homme a été tué par balle, dans le quartier du Mirail à Toulouse vendredi en début de soirée. La victime se trouvait dans un bar à chicha de la place de Milan quand deux hommes sont arrivés en scooter sur les lieux. L’un d’eux est entré et a ouvert le feu sur la victime. 8 coups au total. Six balles ont atteint l’homme de 24 ans.  L’auteur des coups de feu  a ensuite pris la fuite en scooter avec son complice en direction des Izards.

« On est clairement sur une piste de règlement de comptes« , selon une source policière. Rapidement pris en charge par les secours, la victime  a été transférée à l’hôpital de Rangueil où elle est décédée dans la soirée. L’homme de 24 ans était bien connu des services de police et était un proche de la pizzeria Le Milano, au coeur de la série de fusillades de la fin 2013-début 2014 à Toulouse. Il aurait eu des liens avec Walid Larbi-Rey, abattu jeudi à Beauzelle. Ce Toulousain, lui aussi connu de la police était réputé pour être impliqué dans des trafics de drogue. 

L’enquête a été confiée à la police judiciaire. Il s’agit du quatrième assassinat en huit mois à survenir à Toulouse dans d’apparentes exécutions faisant penser à une guerre entre bandes rivales.

« On pense évidemment à un match retour mais rien ne le prouve« , a précisé samedi la police, évoquant la difficulté d’une enquête dans ce quartier sensible du Mirail où « personne ne se présente spontanément » à la police. Un appel aux témoignage a été lancé par les enquêteurs.

Nouveau meurtre au Mirail

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/fusillade-a-toulouse-l-un-des-deux-blesses-est-decede-11-12-2013-3398687.php

Fusillade à Toulouse : l’un des deux blessés est décédé

 

Publié le 11.12.2013

L’un des deux jeunes hommes blessés dimanche soir lors d’une fusillade à l’arme de guerre dans le quartier sensible des Izards, à Toulouse, a succombé à ses blessures dans la nuit de mardi à mercredi, a indiqué le parquet.

La victime, âgée de tout juste 18 ans, avait été atteinte à l’abdomen et transportée à l’hôpital de Purpan dans un état critique. Un deuxième homme avait également été blessé par balle dans ce quartier du nord de Toulouse, théâtre de tirs pour la troisième fois en moins d’une semaine.

La fusillade s’était produite vers 23h30 au pied d’un immeuble de la rue des Chamois, non loin de la station de métro Trois Cocus.

Un homme avait été interpellé lundi puis relâché mardi, sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui, a-t-on appris de source judiciaire. L’enquête, confiée à la Sûreté départementale et à la police judiciaire, se poursuit.

Déjà des coups de feu au début du mois

Le 4 décembre, dans le même quartier des Izards, deux hommes à scooter avaient déjà tiré une rafale sur les devantures de deux commerces. Le client d’un salon de coiffure avait été légèrement blessé par la chute d’une vitre. Le lendemain, un coup de feu avait été tiré d’une voiture sur un cycliste, qui n’avait pas été atteint.

Ce quartier fait partie, depuis fin 2012, des Zones de sécurité prioritaires (ZSP), ces territoires que le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, veut reconquérir en y affectant des moyens supplémentaires et en y menant une action taillée sur mesure. Officiellement, le classement en ZSP est officiellement lié au fait que les Izards étaient une plaque tournante du trafic de drogue à Toulouse. Il s’agit par ailleurs de l’ancien quartier de Mohamed Merah.

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/fusillade-mortelle-aux-izards-a-toulouse-un-suspect-en-garde-a-vue-15-12-2013-3410635.php

Fusillade mortelle aux Izards à Toulouse : un suspect en garde à vue

 

Publié le 15.12.2013

L’enquête sur les violences dans le quartier toulousain des Izards avance. Moins d’une semaine après des tirs à la Kalachnikov ayant coûté la vie à un jeune homme de 18 ans, dans ce quartier classé en Zone de sécurité prioritaire, un homme de 29 ans a été interpellé et placé en garde à vue dimanche, selon une source judiciaire.

Son interpellation a eu lieu vendredi après-midi dans ce quartier situé au nord de Toulouse, dans le cadre des investigations menées par le service régional de police judiciaire et la sûreté départementale.

«La garde à vue est en cours, dans le cadre de l’instruction pour les évènements des 5 et 9 décembre», a déclaré une source judiciaire, le parquet se refusant à tout commentaire.

Le quotidien régional La Dépêche du Midi évoque l’hypothèse de règlement de comptes entre deux clans, sur fonds de trafic de stupéfiants. Selon le journal, l’homme de 29 ans en garde à vue est déjà connu des services de police et avait été interpellé puis relâché, il y a quelques mois, dans le cadre de «l’affaire Merah» et des supposés complicités du «tueur au scooter» en 2012. Il avait par ailleurs été condamné dès 2008 à 4 ans de prison pour un cambriolage violent, a assuré le journal.

Les Izards, plaque tournante du trafic de drogue

Dans la nuit du 8 au 9 décembre, un ou plusieurs tireurs avaient fait usage d’une arme de type Kalachnikov contre un bâtiment situé en plein coeur des Izards. Le jeune homme, employé à la boulangerie familiale dans le quartier, avait succombé deux jours plus tard à ses blessures. Un autre jeune homme de 18 ans avait été blessé à la main pendant cette fusillade qui avait laissé 26 impacts de balles sur la porte de l’immeuble.

Le 5 décembre, dans le même quartier, un cycliste avait été la cible d’un tir, sans être touché, alors qu’il prenait la fuite après avoir été percuté par une voiture. Le parquet de Toulouse a ouvert une seule information judiciaire concernant ces deux attaques, des chefs de «meurtre en bande organisée et tentatives de meurtre en bande organisée».

Les Izards, plaque tournante du trafic de drogue à Toulouse, est un quartier où les immeubles de quelques étages côtoient de petites maisons. C’était le quartier d’attache de Mohamed Merah, qui avait assassiné en 2012 trois militaires ainsi que trois enfants et un professeur juifs, au nom du «jihad». Une marche silencieuse est prévue dimanche après-midi en mémoire de la v ictime de la fusillade.

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/fusillade-a-toulouse-un-mort-et-deux-blesses-22-01-2014-3516013.php

Fusillade à Toulouse : la victime, tuée de «très près»

 

Publié le 22.01.2014, 01h56 | Mise à jour : 18h46

C'est dans cette pizzeria de Toulouse que la fusillade a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi, faisant un mort et deux blessés.

C’est dans cette pizzeria de Toulouse que la fusillade a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi, faisant un mort et deux blessés. | AFP / Eric Cabanis

 
La fusillade qui a fait un mort et deux blessés mardi soir dans un quartier sensible de Toulouse (Haute-Garonne), ressemble fort à une exécution. La victime, un jeune homme de 25 ans inconnu des services de police, a en effet été «abattue de très près», a déclaré mercredi le procureur de la République de Toulouse.

Les faits se sont déroulés aux alentours de 23 heures à l’intérieur et à l’extérieur d’une petite pizzeria installée route de Lauraguet, dans le quartier des Izards, situé dans le nord de la ville.

«Les auteurs des faits de hier soir (ndlr, mardi) ont tiré depuis l’extérieur» de la pizzeria visée par l’attaque et «ont ensuite pénétré dans l’établissement où de nouveaux coups de feu ont été tirés et où la principale victime a été abattue», a affirmé Michel Valet lors d’un point de presse. L’auteur du tir mortel aurait utilisé un calibre 12.

Parmi les deux blessés, l’une des victimes, touchée par balle à l’épaule, est toujours hospitalisée, et fait l’objet d’une protection policière. La seconde, très légèrement touchée par un éclat, est sortie de l’hôpital. Toutes deux sont connues de la justice pour leur implication dans des vols aggravés et des affaires de stupéfiants.

Au total, une quinzaine de coups de feu ont été tirés par deux armes distinctes, un fusil et une arme de poing, a précisé M. Valet. De plus, deux véhicules incendiés ont été retrouvés dix minutes après les faits à deux kilomètres du lieu de la fusillade survenue dans le nord de Toulouse. Les enquêteurs estiment plus que probable que ces voitures ont servi aux tireurs pour prendre la fuite.

Une compagnie de 80 CRS envoyée en renfort

Mercredi matin, des impacts de balle visibles sur la façade et des scellés apposés sur le rideau de fer du «Restaurant Le Milano» venaient témoigner de la fusillade dans ce secteur résidentiel et essentiellement pavillonnaire. Au milieu de la nuit, deux voitures de police ont bloqué la rue de part et d’autre de l’établissement, situé au rez-de-chaussée d’un petit immeuble de trois niveaux, s’apparentant en fait à un snack, avec à peine trois tables à l’intérieur.

Une compagnie de CRS doit déployée en renfort dès mercredi soir dans le quartier sensible des Izards, à Toulouse, non loin du lieu de la fusillade, a annoncé mercredi le préfet de Haute-Garonne. «J’ai obtenu ce renfort de 80 hommes qui me sont affectés dès ce jour à la suite des événements de la nuit dernière», a déclaré Henri-Michel Comet lors d’un point presse. Ils se relaieront «jour et nuit» pour assurer la sécurité de la Zone de sécurité prioritaire (ZSP) nord-est, créée au printemps 2013 et qui englobe le quartier des Izards, théâtre depuis plusieurs semaines de fusillades à l’arme de guerre, a-t-il ajouté.

Rivalités entre deux clans

Selon une source proche du dossier, ces fusillades seraient la conséquence d’une rivalité entre deux clans: d’un côté, des petits trafiquants issus des Izards et qui se sont associés avec d’autres trafiquants du quartier de la Reynerie, situé au Mirail, et de l’autre les tenants actuels du trafic de drogue des Izards qui tentent de s’opposer à cette tentative de prise de pouvoir.

Le maire socialiste de Toulouse, Pierre Cohen, a qualifié la situation de «très préoccupante». «Face à ces actes de violence absolument inadmissibles, j’ai décidé de saisir le ministre de l’Intérieur», a-t-il annoncé dans un communiqué.

Trois fusillades en décembre

Le secteur des Izards, classé Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP) était le quartier d’attache de Mohamed Merah, le tueur au scooter qui avait assassiné en 2012 trois militaires ainsi que trois enfants et un professeur juifs. Plaque tournante du trafic de drogue, il a été récemment le théâtre de plusieurs fusillades.

Le 5 décembre, un employé de pizzeria avait été la cible d’un tir après avoir été percuté par une voiture sur la route de Launaguet.  Le soir du 8 décembre, en plein coeur du quartier, plusieurs rafales tirées par une arme de type Kalachnikov avaient visé un groupe de personnes qui se trouvaient dans un hall d’immeuble, parmi lesquelles le même pizzaïolo. Un jeune homme de 18 ans, Nabil Benani, touché à l’abdomen, était décédé deux jours plus tard. C’est la présence de l’employé de pizzeria sur les deux lieux qui avait conduit les enquêteurs, notamment, à faire un rapprochement entre ces deux affaires.

Deux hommes ont été mis en examen pour la tentative de meurtre du 5 décembre et l’un d’eux a été remis en liberté fin décembre. Une troisième fusillade dans le quartier fait l’objet d’une enquête judiciaire distincte: le 4 décembre, deux hommes à scooter avaient tiré une rafale sur les devantures de deux commerces. Le client d’un salon de coiffure avait été légèrement blessé par la chute d’une vitre.

3516045_toulouse-fusillade-en-pleine-24380-jpgg dans Folie

 

http://www.leparisien.fr/toulouse-31000/toulouse-coups-de-couteau-mortel-aux-izards-26-06-2014-3955205.php

Toulouse : coups de couteau mortels aux Izards

 

Publié le 26.06.2014, 09h53 | Mise à jour : 15h07

ILLUSTRATION. Un homme a été tué à coups de couteau dans la nuit de mercredi à jeudi, à Toulouse.

ILLUSTRATION. Un homme a été tué à coups de couteau dans la nuit de mercredi à jeudi, à Toulouse. | IDE pour LP

 

Nouveau drame dans le quartier sensible des Izards, à Toulouse (Haute-Garonne). Un homme d’une quarantaine d’années a été tué à coups de couteau dans la nuit de mercredi à jeudi. Le principal suspect qui a appelé la police pour se dénoncer a été interpellé, a-t-on appris de source policière.

Les faits se sont déroulés vers 2h30.

Pour une raison encore inconnue, le suspect a poignardé la victime, avant d’appeler les secours. Une fois sur place, les policiers de la Brigade anti-criminalité (BAC) ont retrouvé la victime, grièvement blessée à l’arme blanche. Les pompiers ont tenté en vain de sauver le quadragénaire, touché au thorax, qui est décédé. Selon les premières constatations qui devront être confirmées par une autopsie, la victime a reçu deux coups de couteau. L’arme utilisée était vraisemblablement un couteau de poche de type Opinel.

Une enquête devrait être ouverte pour déterminer les circonstances exactes du drame. Le suspect qui a été arrêté ne s’est pour l’instant pas expliqué sur l’origine du drame.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/08/16/01016-20140816ARTFIG00183–toulouse-les-autorites-craignent-une-radicalisation-a-la-marseillaise.php

À Toulouse, les autorités craignent une «radicalisation» à la marseillaise

Le quartier du Mirail au sud-ouest de Toulouse.

 

Un homme a été tué par balles dans un quartier sensible de la ville la nuit dernière. Il s’agit du quatrième assassinat en huit mois. Le procureur de la République juge la situation « très grave ».

L’inquiétude des autorités grandit à Toulouse, où deux meurtres ont eu lieu en l’espace de 48 heures. En témoignent les mots du Procureur de la République qui n’a pas hésité à comparer la ville rose à Marseille. «Si on prend la série d’événements que nous venons d’évoquer, nous n’avons rien à envier à Marseille. Je pense que la situation est en effet très grave», a déclaré le procureur Michel Valet, lors d’un point-presse organisé samedi après la mort d’un homme, tué froidement vendredi soir dans ce qui s’apparente à un règlement de comptes.

La veille, un homme au casier judiciaire lourd avait été assassiné à kalachnikov, laissant penser à une guerre entre bandes rivales. «En moins de neuf mois, nous avons eu quatre assassinats et deux tentatives avec des modes opératoires relativement similaires. La question des liens entre ces différents faits se pose», a précisé M. Valet, se disant «très préoccupé». «La radicalisation est en cours», a-t-il ajouté.

«On est clairement sur une piste de règlement de comptes»

Vendredi soir vers 20H30, un homme de 24 ans connu notamment pour violences aggravées, trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs, a été froidement tué dans un salon de thé et chicha de Bagatelle, une cité du quartier sensible du Mirail. Deux personnes casquées circulant en deux-roues motorisé se sont arrêtées devant l’établissement. L’une d’entre elles est entrée dans le salon et a fait feu à huit reprises, selon les premiers éléments de l’enquête. Six balles ont atteint la victime, qui est morte vers 21h30 à l’hôpital.

«On est clairement sur une piste de règlement de comptes», avait dans la matinée précisé une source policière. Les deux agresseurs ont fui avec leur deux-roues. Au moins une arme pourrait avoir été utilisée, «peut-être être une arme de guerre», a dit avec prudence M. Valet, du même type que celle utilisée lors de l’assassinat de jeudi. «On a tendance à penser qu’il peut y avoir des liens», a-t-il dit.

Déjà deux assassinats en décembre

Jeudi, un Toulousain de 29 ans, récemment incarcéré pour tentative de meurtre, avait été criblé de balles de kalachnikov à Beauzelle, dans la banlieue nord-ouest de Toulouse. Il s’agit de Walid Larbi-Bey, né en Algérie en 1984. Condamné plusieurs fois par la justice, il était suspecté d’avoir été l’auteur d’une tentative de meurtre le 5 décembre en bande organisée.

Face à ces deux meurtres, les enquêteurs ont rapidement fait le lien avec le quartier toulousain des Izards, où les deux victimes résidaient jusqu’à récemment. Ce quartier, souvent décrit comme une plaque tournante du trafic de drogue toulousain, a été le théâtre de deux assassinats aux allures d’exécution, en décembre 2013 à la kalachnikov puis le 21 janvier. Un homme avait alors été criblé d’une quinzaine de balles.

Appel à témoins lancé

«Ce que nous redoutions s’est produit très vite», a déclaré le procureur, faisant allusion aux craintes de représailles qu’il avait évoquées après l’assassinat de jeudi. «On pense évidemment à un match retour mais rien ne le prouve», a déclaré à l’AFP une source policière, évoquant la difficulté de conduire une enquête au Mirail où «personne ne se présente spontanément» à la police. Pour «arrêter l’engrenage», le procureur a lancé un appel à témoins, appelant à mettre fin à la «dérive» dans une ville jusqu’alors peu habituée à un tel enchaînement de meurtres. En la matière, Toulouse reste toutefois loin de Marseille où une quinzaine de règlements de comptes mortels ont été perpétrés depuis début janvier.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/16/97001-20140816FILWWW00068-toulouse-2e-reglement-de-comptes-en-48h.php

Toulouse : 2e règlement de comptes en 48h

    • Par Le Figaro.fr avec AFP
    • Mis à jour le 16/08/2014 à 11:21
    • Publié le 16/08/2014 à 11:05

Un homme a été tué par balles dans un quartier sensible de Toulouse, lors d’un probable deuxième règlement de comptes en 48 heures. Il s’agit du quatrième assassinat en huit mois à survenir à Toulouse dans d’apparentes exécutions faisant penser à une guerre entre bandes rivales, dont l’assassinat, jeudi à la kalachnikov, d’un homme au casier judiciaire lourd.

L’homme de 25 ans tué hier soir était « bien connu des services de police ». Il a été visé à 20h30 par un ou plusieurs tireurs dans le quartier sensible du Mirail. La victime se trouvait dans un commerce de bouche quand elle a été prise pour cible par ce qui pourrait être une arme de guerre. « Plusieurs douilles » ont été retrouvées sur les lieux. « On est clairement sur une piste de règlement de comptes », selon une source policière.

Lien avec le quartier des Izards

L’enquête, confiée à la police judiciaire, devra établir s’il existe un lien avec l’assassinat à l’arme de guerre, survenu la veille dans la banlieue de Toulouse, et qui avait fait craindre de nouveaux règlements de comptes entre bandes rivales. Un Toulousain de 29 ans, récemment incarcéré pour tentative de meurtre, avait été criblé de balles de kalachnikov, à Beauzelle, au nord-ouest de Toulouse. « On pense évidemment à un match retour mais rien ne le prouve », a précisé aujourd’hui la police, évoquant la difficulté d’une enquête dans ce quartier sensible du Mirail où « personne ne se présente spontanément » à la police.

Les enquêteurs avaient fait le lien avec le quartier toulousain des Izards où la victime résidait jusqu’à récemment, et théâtre d’ »une série d’agressions criminelles » depuis décembre. Le procureur avait évoqué la possibilité d’éventuelles représailles. « A chaque fois que ce type de fait se produit, on peut craindre des actes en retour », avait-il dit. La victime avait été identifiée comme étant Walid Larbi-Bey, né en Algérie en 1984, connu de la police pour différents cambriolages et vols avec violence. Il avait déjà été condamné plusieurs fois par la justice et surtout « suspecté d’être impliqué comme auteur dans une tentative de meurtre en bande organisée » commise le 5 décembre, avait expliqué le procureur. Les Izards avaient été secoués par deux assassinats, en décembre 2013 puis en janvier dernier.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/12/09/01016-20131209ARTFIG00447-toulouse-troisieme-serie-de-coups-de-feu-en-une-semaine-aux-izards.php

Toulouse : troisième série de coups de feu en une semaine aux Izards

Le quartier sensible du Mirail, l'une des deux ZSP toulousaines, avec les Izards, en août 2012.

 

Classé zone de sécurité prioritaire fin 2012, le quartier du nord de Toulouse est le théâtre d’une série d’attaques à l’arme à feu depuis mercredi dernier. L’un des blessés est entre la vie et la mort.

Les armes à feu ont encore parlé, dans le quartier sensible des Izards, au nord de Toulouse, faisant deux blessés. L’un d’eux, un jeune majeur, a été hospitalisé dans un état critique dans la nuit de dimanche à lundi, après avoir été touché au thorax. C’est la troisième fois en moins d’une semaine que ce quartier sensible, classé zone de sécurité prioritaire (ZSP) fin 2012, est le théâtre de tirs.

Mercredi, deux hommes à scooter avaient ouvert le feu et atteint les devantures de deux commerces. Le client d’un salon de coiffure avait été légèrement blessé par la chute d’une vitre. Le lendemain, des coups de feu retentissaient à nouveau dans le quartier. Un homme aurait tiré d’une voiture sur un cycliste, selon le procureur de Toulouse, Michel Valet, en ratant sa cible.

Si le nombre d’agresseurs, le mode opératoire ainsi que leurs motivations restent inconnus, le procureur se refusant pour le moment à lier les affaires, les scènes de violences des derniers jours inquiètent autant les habitants que les élus. Le maire socialiste de Toulouse, Pierre Cohen, parle d’un «un îlot supplémentaire de délinquance». «Cela fait mal à un quartier qui, depuis un certain temps est stigmatisé, un quartier qui a de plus en plus de difficultés, des difficultés que nous ne découvrons pas», explique-t-il.

Plaque tournante de la drogue à Toulouse

Quartier d’élection de Mohamed Merah, les Izards ont été officiellement classés ZSP parce qu’ils étaient une plaque tournante du trafic de drogue à Toulouse.

«Le quartier est touché par le trafic de stupéfiants et les phénomènes de violences urbaines», écrivaient les ministères de la Justice et de l’Intérieur dans un document conjoint, en novembre 2012. «Sur les 8 premiers mois de l’année 2012 le quartier a connu une augmentation de la délinquance générale due, pour l’essentiel, aux infractions à la législation sur les stupéfiants, dont le volume a quasiment doublé en un an. Celui-ci se traduit par l’exercice de pressions et de menaces quotidiennes à l’encontre des habitants et des bailleurs sociaux par les individus qui s’y livrent.»

Tirés près de la station de métro Trois-Cocus, au cœur du quartier sensible, les coups de feu de dimanche rappellent que la situation est encore précaire, un an après le classement en zone prioritaire.

Les Izards n’est pas un quartier de grands ensembles comme le Mirail, autre ZSP de Toulouse, mais un secteur plus réduit où des immeubles de quelques étages jouxtent de petites maisons. Depuis plusieurs mois, les policiers y mènent la vie dure aux dealers en même temps qu’est entreprise une action de rénovation urbaine et sociale. «Il y a tout un travail qui est en train de se faire, a expliqué un enquêteur à l’AFP, malheureusement, ça ne se fait pas en six mois».

Les voitures de police ont repris leurs rondes, ce lundi. «Elles passent de temps en temps. C’est plutôt sécurisant, a confié un riverain à La Dépêche. Mais pour ce qui s’est passé hier et mercredi, ils ne pouvaient rien faire». Et une mère de famille de souhaiter: «J’espère que maintenant c’est fini. S’il y avait un message, il est passé alors il faut que ça se calme.»

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/24/01016-20140124ARTFIG00246–toulouse-les-izards-ont-peur-de-l-escalade.php

À Toulouse, les Izards ont peur de l’«escalade»

Plusieurs témoins directs de la fusillade qui a fait un mort et deux blessés mardi soir expliquent au Figaro leur crainte face à la multiplication des attaques à l’arme à feu qui touchent ce quartier du nord de la ville.

Toulouse,

Un peu plus de 48 heures après la fusillade qui a fait un mort et deux blessés dans une pizzeria, située à proximité du quartier des Izards de Toulouse, les langues se délient. Kamel et Sofiane* (les prénoms ont été changés), se trouvaient dans l’établissement mardi soir. Le premier pour «donner un coup de main au service», le second «pour dîner avec des proches». «Il était un peu plus de 21h30 lorsque j’ai entendu des tirs, des bousculades, mais pas de cris», explique Kamel au Figaro. «Puis, les coups de feux ont été plus puissants et précis. J’étais au sous-sol avec des amis. Vu qu’il nous restait une prière à faire, je peux certifier que fusillade a duré entre trois et six minutes. Six minutes de coups de feu! Six minutes de frayeur!», explique-t-il.

«À la fin de la fusillade, nous sommes montés à l’étage supérieur avec des amis (au rez-de chaussée de l’établissement). Et là, j’ai vu un homme au sol qui était blessé, et Miloud, 25 ans, lui, avait été abattu». Kamel n’est pas prêt d’oublier également ces longues minutes. Elles resteront gravées à jamais dans sa mémoire. Lui était au rez de chaussée pour assurer le service en salle. «Les coups de feu, je croyais que c’était des pétards au départ, puis j’au vu un mec très serein qui est entré dans la pizzeria, qui a tiré à bout portant sur Miloud qui était au sol, il lui a tiré dessus avec un fusil à pompe. Puis, il m’a braqué avec son arme, il a tenté d’armer, je sais pas s’il n’avait plus de balles mais il n’a pas pu me tirer dessus! On l’a fait fuir avec un ami! Il est parti aussi determiné qu’il est arrivé. Calmement. En marchant. Avec un sang froid étonnant. Je suis un veritable miraculé! Le Bon dieu nous a sauvés. Cet homme était venu pour tuer. C’était un vrai meurtrier», raconte calmement le jeune homme. «Je ne sais pas pourquoi on s’en prend à cette pizzeria, je peux vous assurer que ce n’est pas une plaque tournante de la drogue comme le laissent entendre certains dans le quartier». Kamel n’est pas très optimiste: «J’ai peur, je redoute une escalade. Ceux qui ont fait cela sont capables de s’en prendre à n’importe qui pour faire peur», ajoute-t-il.

Mardi soir, les auteurs de la fusillade voulaient-ils s’en prendre au propriétaire de la pizzeria déjà la cible de coups de feu lors d’une précédente fusillade intervenue début décembre? L’homme était également présent lors d’une autre fusillade où avait été abattu un jeune homme de 18 ans. Est-il un témoin gênant selon les auteurs des fusillades? «Si j’avais été là mardi soir, ils m’auraient certainement abattu, je ne sais pas ce qu’ils me veulent» s’interroge-t-il. «Ici, c’est une pizzeria, pas la plaque tournante d’un trafic de drogue. Je sens bien que je suis devenu une cible», poursuit-il. Son avocat, Me Pierre Le Bonjour explique que son client est «en danger». Le pénaliste toulousain ajoute: «La fusillade de mardi soir, ce n’est pas un réglement de comptes entre bandes rivales. La prevue, ce sont des innocents qui ont été tués début décembre et mardi soir. Ils sont morts gratuitement. C’est pour cela que les langues se délient. J’espère qu’il n’y aura pas un troisième, voire un quatrième mort. Il faut stopper cette escalade!»

Jean-Wilfrid Forquès



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo