Hervé Gourdel : un des assassins tué lors d’une opération antiterroriste fin octobre

A l’occasion de la publication de cette information, je rappelle comment mon Chinois de Thaïlande avait brutalement « pété les plombs » le 29 octobre dernier, alors qu’il avait recommencé à s’exciter depuis quelques jours, m’obligeant même à fermer totalement les commentaires sur ce blog en date du 1er novembre 2014.

Il tend à se calmer depuis quelques jours :

 

graph.php_type_month 11

 

http://www.elwatan.com/actualite/un-des-auteurs-de-l-assassinat-du-francais-herve-gourdel-a-ete-elimine-par-l-anp-en-octobre-dernier-26-11-2014-279225_109.php

Un des auteurs de l’assassinat du Français Hervé Gourdel a été éliminé par l’ANP en octobre dernier

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

 

le 26.11.14 | 14h02

Le ministre de la justice Garde des sceaux  Tayeb Louh a indiqué mercredi à Alger qu’un des terroristes qui ont assassiné,  fin septembre dernier, le ressortissant français Hervé Gourdel a été éliminé  par les forces de l’armée nationale populaire lors d’une opération antiterroriste.

  »Il ressort de l’enquête sur l’assassinat du ressortissant français  Hervé Gourdel que l’un des auteurs de ce meurtre, identifié  auparavant, a été éliminé en octobre dernier par les éléments de l’ANP  dans le cadre d’une opération antiterroriste », a déclaré M. Louh à la presse  en marge d’une séance plénière de l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée  au vote des projets de loi sur la création d’un fonds de pension alimentaire  pour les femmes divorcées exerçant le droit de garde des enfants et sur les  mutuelles sociales.

« L’enquête préliminaire dans cette affaire a permis d’identifier  un nombre de terroristes responsables de l’enlèvement et de l’assassinat du  touriste français, parmi lesquels figure le terroriste éliminé par les éléments  de l’ANP », a-t-il précisé.

Concernant l’enquête sur l’assassinat, en 1996, des moines de Tibhirines,  le ministre de la justice a fait savoir que la mission de la justice algérienne  dans cette affaire, comme dans d’autres, était d’oeuvrer dans le cadre de la  loi pour faire la vérité dans la pondération et conformément aux us  et traditions en vigueur en la matière ».

« Cette Affaire est soumise au niveau du pole judiciaire  compétent du tribunal de Sidi M’hamed et le juge d’instruction fait le nécessaire  conformément à la loi, a-t-il enchaîné assurant que la coopération  entre la justice algérienne et son homologue française « se déroule dans de bonnes  conditions ».

« Il y a une coopération entre la justice algérienne et la justice  française sur plusieurs affaires.Les deux parties travaillent dans le respect  de la loi et de la souveraineté de chaque Etat et sur la base des accords judiciaires  liant les deux pays », a encore soutenu M. Louh.

APS

 

http://www.leparisien.fr/international/algerie-un-des-assassins-du-francais-herve-gourdel-tue-par-l-armee-26-11-2014-4324541.php

Algérie : un des assassins du Français Hervé Gourdel tué par l’armée

 

Publié le 26.11.2014, 16h03 | Mise à jour : 17h16

Le Niçois de 55 ans Hervé Gourdel, enlevé et assassiné en Algérie par un groupe jihadiste.

Le Niçois de 55 ans Hervé Gourdel, enlevé et assassiné en Algérie par un groupe jihadiste. | Google + Hervé Gourdel

 

L’un des assassins présumés du Français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité en Algérie en septembre dernier, a été tué par l’armée algérienne, selon le ministre de la Justice, Tayeb Louh.

L’homme est mort au cours d’une opération anti-terroriste qui s’est déroulée à la fin du mois d’octobre.

«L’enquête préliminaire dans cette affaire a permis d’identifier un nombre de terroristes responsables de l’enlèvement et de l’assassinat du touriste français, parmi lesquels figure le terroriste éliminé par les éléments de l’Armée nationale populaire (ANP)», a précisé à l’agence APS le ministre algérien au cours d’une conférence de presse. En revanche, le ministre n’a pas précisé son identité ni les circonstances dans lesquelles il avait été tué.

Guide de haute montagne de 55 ans dans le sud de la France, Hervé Gourdel avait été enlevé le 21 septembre à une centaine de kilomètres à l’est d’Alger. Le groupe islamiste Jund al-Khilafa («Les soldats du califat») avait revendiqué son enlèvement puis sa décapitation diffusée sur Internet.  Selon le groupe, cet acte avait été commis en représailles à l’engagement de la France aux côtés des Etats-Unis dans les frappes aériennes contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak. Cet assassinat avait suscité une très vive émotion en France. Les drapeaux étaient restés en berne pendant trois jours. Le mois dernier, Hervé Gourdel a été fait chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume.

L’armée toujours à la recherche du corps d’Hervé Gourdel

Depuis cet assassinat, l’armée algérienne a lancé une opération d’envergure pour retrouver le corps du touriste français et localiser ses assassins dans le massif montagneux du Djudjura en Kabylie, à une centaine de kilomètres à l’est d’Alger. De son côté, la justice algérienne a lancé des poursuites contre quinze personnes actuellement en fuite et soupçonnées d’avoir participé à l’enlèvement. Toutes algériennes, elles sont poursuivies notamment pour «création d’un groupe armé terroriste», «prise d’otage» et «assassinat avec préméditation». Parmi elles figure le chef de Jund al-Khilafa âgé de 37 ans, Abdelmalek Gouri, dit Khaled Abou Souleïmane.

Les Soldats du califat avaient surgi sur la scène jihadiste fin août en publiant un communiqué annonçant avoir quitté Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), dénoncée pour sa «déviance», et fait allégeance à l’EI.

LeParisien.fr

 

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2014/11/23/article.php?sid=171273&cid=2

Actualités : Assassinat d’Hervé Gourdel
Daesh revendique l’enlèvement et la décapitation

Le Daesh, communément appelé l’Etat islamique, a officiellement revendiqué l’enlèvement et la décapitation du Français Hervé Gourdel en Algérie. C’est sa publication dénommé «Dabiq» qui a fait état de cette information, tout en se félicitant d’avoir «trouvé quelques djihadistes assoiffés de relancer la guerre».

Abder Bettache – Alger (Le Soir)

En revendiquant l’assassinat de l’alpiniste français, l’organisation terroriste Daesh confirme ainsi le ralliement du groupe Jund Al Khalifah à ses thèses.

Le groupe terroriste qui avait kidnappé et tué Hervé Gourdel avait déclaré son allégeance à l’Etat islamique en septembre dernier, soit quelques jours après le rapt. Selon «Dabiq», le groupe terroriste Jund Al Khalifah avait très «vite répondu à l’appel d’Abou Mohamed Al Adnani au ralliement à l’Etat islamique, en faisant un prisonnier français puis en l’exécutant pour punir la France d’avoir rejoint la coalition contre Daesh en Irak et en Syrie».

L’autre information mise en exergue par la publication de l’organisation terroriste est celle relative aux pays ciblés par les djihadistes de Daesh, qu’ils qualifient de «terres stratégiques pour le mouvement terroriste en vue d’une extension du Khalifat».

Pour rappel, les autorités algériennes ont identifié l’exécuteur de l’otage français, Hervé Gourdel. Il s’agissait de Kherza Bachir. En effet, l’homme masqué qui avait décapité le Niçois de 55 ans le 24 septembre dernier est un terroriste connu des services de sécurité et natif de Bab El-Oued. Connu pour avoir participé à de nombreuses actions criminelles, l’assassin en question est considéré comme le «mufti» (interprète de la loi musulmane, ndlr) du groupe terroriste Jund Al Khalifah. Pour rappel, c’est au cours d’une patrouille que les soldats de l’ANP sont tombés sur le campement des terroristes situé dans la forêt d’Aït Ouabane, en pleine montagne. Les militaires ont découvert des vêtements abandonnés à la hâte, des médicaments (dont des antidépresseurs), des obus de mortier, de la nourriture et un téléphone portable contenant des photos d’islamistes en armes. Après plusieurs vérifications, la plupart des 32 terroristes qui apparaissent sur la vidéo ont été identifiés.

Selon un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN), «le campement qui servait d’abri pour ce groupuscule terroriste, lors de l’exécution de son acte abject, a été détruit et les équipements qui étaient en sa possession ont été récupérés».

Cette découverte, poursuit la même source, intervient suite à une opération de recherche et de ratissage de «grande envergure» lancée par l’armée nationale populaire (ANP), dès l’enlèvement du ressortissant français, le 21 septembre, en «déployant tous les moyens nécessaires afin de retrouver et neutraliser le groupe terroriste qui a commis cet acte odieux».

Dans la première phase, cette «opération a permis aux forces de l’ANP de trouver l’endroit où l’enlèvement du ressortissant français a eu lieu, sur les hauteurs du mont Djurdjura, dans la wilaya de Tizi Ouzou», ajoute le texte qui souligne que l’ANP est déterminée à poursuivre ces «criminels» jusqu’à leur élimination totale.

Le ministère avait précisé que l’opération de recherche et de ratissage était toujours en cours. A noter que Gourdel, 55 ans, un guide de montagne était arrivé samedi 20 septembre dernier à Alger puis enlevé dimanche soir à Tikdja, alors qu’il était en compagnie de cinq Algériens lorsqu’ils ont été ciblés par les terroristes. Ses accompagnateurs originaires de la wilaya de Blida qui ont été libérés par les ravisseurs ont été entendus par les enquêteurs dans le cadre de l’enquête.

La police leur reproche de ne pas avoir signalé la présence de Gourdel aux autorités locales. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire.

A. B.



Le juge brestois Raymond André serait-il turc ?

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20141124.OBS5990/turquie-pour-erdogan-l-egalite-homme-femme-est-contre-nature.html

TURQUIE. Pour Erdogan, l’égalité homme femme est « contre nature »

L'Obs avec AFP

Publié le 24-11-2014 à 19h49

Le président islamo-conservateur turc ne veut qu’un rôle pour la femme dans la société : la maternité.

Une femme qui passe devant une affiche de campagne présidentielle de Recep Tayyip Erdogan à Istanbul, le 8 août 2014. (OZAN KOSE / AFP) Une femme qui passe devant une affiche de campagne présidentielle de Recep Tayyip Erdogan à Istanbul, le 8 août 2014. (OZAN KOSE / AFP)
 
« Une place pour les femmes dans notre société : la maternité ». C’est en ces termes que le président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan a défini, lundi 24 novembre à Istanbul, le rôle des femmes dans son pays, lors d’un sommet sur la justice et les femmes.

Devant un parterre très largement féminin, il a affirmé sans détour que les femmes ne pouvaient pas être naturellement égales aux hommes, et a vertement critiqué les féministes, les accusant d’être opposées à la maternité :

Certaines personnes peuvent le comprendre, d’autres non. Vous ne pouvez pas expliquer ça aux féministes parce qu’elles n’acceptent pas l’idée-même de la maternité. »

 

La femme : une « nature délicate »

Sur sa lancée, le chef de l’Etat a assuré qu’hommes et femmes ne pouvaient pas être traités de la même façon « parce que c’est contre la nature humaine ». Il a insisté :

Leur caractère, leurs habitudes et leur physique sont différents. Vous ne pouvez pas mettre sur un même pied une femme qui allaite son enfant et un homme. »

 

« Vous ne pouvez pas demander à une femme de faire tous les types de travaux qu’un homme fait, comme c’était le cas dans les régimes communistes », a également estimé le président Erdogan, « vous ne pouvez pas leur demander de sortir et de creuser le sol, c’est contraire à leur nature délicate ».

Sollicitant l’histoire turque à l’appui de sa démonstration, l’homme fort du pays a rappelé la condition des femmes dans l’Anatolie des dernières décennies : « Nos pauvres mères ont énormément souffert et ont fini bossues pendant que les hommes jouaient aux cartes ou aux dés dans les maisons de thé. »

« Un crime d’incitation à la haine »

Le parti de Recep Tayyip Erdogan, qui dirige sans partage la Turquie depuis 2002, est régulièrement accusé par ses détracteurs de dérive autoritaire et de vouloir islamiser la société turque, notamment en limitant les droits des femmes. Sans surprise, sa nouvelle sortie a suscité de violentes réactions, à commencer par celles du principal parti d’opposition.

« Erdogan a publiquement commis un crime d’incitation à la haine », a jugé Aylin Nazliaka, une députée du Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), l’accusant d’avoir « ostracisé » les femmes. « Je vais continuer à combattre cet homme qui ne fait aucune différence entre les terroristes et les féministes », a ajouté la parlementaire.

Sule Zeybek, présentatrice de la chaîne de télévision Kanal D a profité d’un bulletin d’information pour riposter en direct aux propos présidentiels:

Je suis féministe mais, Dieu merci, je suis aussi une maman. »

 

Incitation aux violences conjugales

L’actuel président, qui a dirigé le gouvernement pendant onze ans avant son élection à la tête de l’Etat en août, a suscité à de multiples reprises la colère des mouvements féministes turcs, en tentant de limiter, sans succès, le droit à l’avortement et en recommandant aux femmes d’avoir au moins trois enfants.

Le vice-Premier ministre Bülent Arinç s’est récemment illustré sur ce front. D’abord en recommandant aux femmes de ne pas rire à gorge déployée, au nom de la « décence », puis en critiquant celles qui dansent autour d’une barre verticale.

Les associations de défense des femmes dénoncent systématiquement les sorties jugées sexistes du gouvernement, qu’elles accusent d’encourager les violences conjugales. Selon elles, plus de 200 femmes ont été tuées en Turquie par leur mari ou leur compagnon depuis le début de l’année.

Comble de l’ironie, les déclarations de Recep Tayyip Erdogan interviennent alors que son pays s’apprête à prendre la présidence du G20 : lors de son récent sommet à Brisbane (Australie), le club des pays les plus riches du monde s’est accordé sur une « réduction de 25% d’ici 2025 du fossé qui existe entre homme et femme sur l’accès à l’emploi ».

 

Vu toutes les violences qu’il me fait subir depuis le début des années 2000 au moins, j’ai quand même bien du mal à croire que le juge Raymond André partage en tous points la religion du président turc.



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo