A Puy-l’Evêque, un gendarme coupable de légèreté

Il s’agit du gendarme qui en 2011, sur ordre du procureur de la République de Brest, avait été chargé d’interroger le cyberdélinquant Pascal Edouard Cyprien Luraghi à propos de tout ce qu’il publiait à mon sujet depuis le mois de juin 2010, à la suite de la première plainte que j’avais déposée contre lui en 2010.

L’intéressé avait de lui-même parlé de cet interrogatoire sur son blog dès le mois d’avril 2011, dans des commentaires publics que j’avais ensuite rapportés sur mon blog « Un petit coucou » chez OverBlog, dans l’ensemble de textes dont copie ci-dessous :

 

2011-04-17 Cyp interrogé par la gendarmerie de Puy-l'Evêque - Un petit coucou

 

Cliquer sur l’image pour l’agrandir et apprécier.

Très loin de porter sur tous les faits dénoncés, cet interrogatoire qui remonte au lundi 14 mars 2011 avait été des plus limités.

Ce ne fut en réalité qu’un prétexte pour recueillir le « témoignage » à charge de Cyprien Luraghi à mon encontre.

Il me harcelait intensivement et m’accusait mensongèrement de tout et de n’importe quoi depuis 2008. Il a recommencé très librement devant le gendarme, qui a enregistré ses déclarations, lui a fait signer sa déposition, et s’est arrêté là.

Aucune de ses allégations n’a jamais été vérifiée.

Par la suite, toutes mes nouvelles plaintes, y compris avec constitution de partie civile, ont toutes systématiquement été rejetées en raison de ces « explications » que le délinquant avait fournies au mois de mars 2011 pour ses comportements à mon égard à compter de l’année 2008.

Car dès l’année 2008, je tiens bien sur le site Rue89 des propos justifiant que cet individu et toute sa troupe de « déconnologues » me harcèlent comme ils l’ont toujours fait depuis lors. Il l’a dit. Donc c’est vrai.

Pas plus que le gendarme l’ayant interrogé à la gendarmerie de Puy-l’Evêque au mois de mars 2011, les magistrats du tribunal de grande instance de Brest n’ont jamais envisagé de mettre en doute la bonne foi de cet individu, ils en rejettent même violemment l’idée à chaque fois que je leur rapporte des preuves de tous ses mensonges.

Cela doit tenir à un arrangement de début avril 2011, comme le laissent entendre les propos publics du même Pascal Edouard Cyprien Luraghi en date du 9 avril 2011 que j’avais sitôt rapportés sur mon blog « Un petit coucou » chez OverBlog dans l’article dont copie ci-dessous :

 

2011-04-09 Au printemps, les criminels sont en forme - Un petit coucou

 

Cliquer sur l’image pour l’agrandir et apprécier les textes.

En date du 9 avril 2011, il avait bien écrit :

« À partir de maintenant, on peut causer de notre histoire de gniasses et d’OverBlog librement Ici. Je pondrais des micro-billets au fur et à mesure de l’avancement des choses. »

Dans la foulée, sa complice Josette Brenterch du NPA de Brest s’était s’épanchée sur son audition récente dans un service de police de Brest, à la suite de la première plainte que j’avais déposée contre elle, en 2010.

Le 29 mars 2011, j’avais publié à son sujet l’article suivant :

 

2011-03-29 Josette Brenterch ne s'explique sur rien - Un petit coucou

 

Aujourd’hui, soit plus de quatre ans plus tard, elle n’a toujours pas commencé à s’expliquer sur la moindre de ses allégations publiques me concernant ou de celles de son complice le cyberdélinquant Pascal Edouard Cyprien Luraghi écrivant ma soi-disant « biographie » sous sa dictée.

Mais personne ne le lui a jamais demandé.

Les magistrats du tribunal de grande instance de Brest continuent à refuser catégoriquement de diligenter la moindre enquête sur toutes les exactions que commettent à mon encontre ces deux personnes et tous leurs complices « déconnologues » ou autres.

Tout comme Josette Brenterch du NPA de Brest, ils savent pourtant d’emblée tous les problèmes que posent toutes les campagnes de calomnies dont je suis victime.

Je les avais signalés à ceux qui auraient pu jusque-là les ignorer dans cet article du 2 juin 2010 :

 

2010-06-02 A tous ceux qui s'obstinent à m'injurier, me diffamer, me calomnier - Un petit coucou

 

Cliquer sur l’image pour l’agrandir et lire les textes.



Attentats de Paris de janvier 2015 : qui a armé les tueurs ?

Curieusement, deux des pistes suivies par les enquêteurs remontent actuellement vers des services de gendarmerie, à Lille, dans le Nord, et à Rosny-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis :

 

http://www.lavoixdunord.fr/region/trafic-d-armes-presume-de-claude-hermant-la-piste-ia0b0n2806501

Trafic d’armes présumé de Claude Hermant: la piste Coulibaly se confirme

 

Publié le 03/05/2015

PAR BENJAMIN DUTHOIT

L’enquête sur cette figure de la mouvance identitaire du Nord – Pas-de-Calais contient des éléments très sensibles. Un lien avec les armes utilisées par le terroriste de l’Hyper Cacher de Paris est sérieusement envisagé. De plus, Claude Hermant était un informateur de la gendarmerie.

 

 Claude Hermant, barbouze en 1999 à Brazzaville au Congo. Travaille-t-il déjà pour les services de renseignement ?

 

L’ombre des attentats de Paris plane sur le trafic d’armes présumé de Claude Hermant, figure de la mouvance identitaire régionale. C’est sans doute ce qui explique le mutisme de la police et de la justice. Car la volumineuse enquête de la PJ de Lille, pilotée par le juge lillois Stanislas Sandraps, contient de multiples informations explosives.

L’affaire a éclaté fin janvier, peu après les attaques terroristes. Après huit mois d’investigations, Claude Hermant, sa compagne, et un autre homme, sont mis en examen et écroués. Depuis, seul le premier reste en détention provisoire, les deux autres ayant été libérés. Selon deux sources différentes proches du dossier, « des éléments lourds » pèsent sur lui.

Depuis plusieurs années, il aurait remilitarisé « beaucoup » d’armes de guerre neutralisées provenant de pays de l’Est. « Elles ont ensuite été écoulées dans le milieu du grand banditisme, pas uniquement lillois. » Lors des perquisitions, de « nombreuses armes et munitions » ont été saisies.

Ce trafic présumé n’aurait pas servi qu’à alimenter des voyous. Dès fin janvier, nous évoquions l’hypothèse que certaines armes auraient été utilisées par Coulibaly, le terroriste de l’Hyper Cacher (attentat du 9janvier à Paris). « C’est une piste très sérieuse, en bonne voie de confirmation. » Elle mène en Belgique, où « Claude Hermant avait des relations » dans le cadre de son réseau présumé. Rappelons que Coulibaly se serait procuré ses armes à Charleroi (B).

Si le lien se vérifie, il ne serait pas nécessairement direct. « Dans ce genre de trafic, il y a toujours un ou des intermédiaires. Claude Hermant ne connaissait pas forcément la destination finale des armes. Ça montrerait en tout cas la porosité entre certains milieux islamistes et du banditisme. » Un autre aspect s’ajoute à ce dossier. Claude Hermant était un informateur de la gendarmerie (ci-dessous). Mais il aurait trafiqué les armes, « pour son propre compte, tempèrent nos deux sources, pas celui de la gendarmerie. Il la mouille pour s’en sortir. »

CLAUDE HERMANT, DU FN À LA MAISON FLAMANDE DE LAMBERSART

Âgé de 51 ans, Claude Hermant a un passé bien rempli dans les milieux « barbouzards » et d’extrême droite. Ancien membre de la sécurité du FN dans les années 90, il a aussi été mercenaire (Angola, Congo, Croatie). Au cours des dernières années, il s’est fait connaître dans la région en étant un leader de l’ex-Maison flamande de Lambersart. Ces derniers temps, il travaillait dans une friterie à Lille.



Fête du Travail pour mon spammeur : trois nouveaux spams !

J’ai reçu hier trois nouveaux spams de la série spéciale débutée le 2 novembre dernier, portant à 36 au total le nombre de ces messages jusqu’à ce jour.

Les voici :

 

1/ 34ème spam, reçu le 2 mai 2015 à 10h02 :

 

- éléments utiles du code source :

 

From - Sat May 02 23:57:40 2015

Received-SPF: neutral (5.58.78.101 is neither permitted nor denied by domain of la.net.ua)

X-Originating-IP: [5.58.78.101]

Received: from 127.0.0.1  (EHLO host-5-58-78-101.la.net.ua) (5.58.78.101)

From: Cornie M. <zwinhoqpi@la.net.ua>
Subject: MEET your day with wicked Cornie M.
Date: Sat, 2 May 2015 11:02:04 +0300
MIME-Version: 1.0
Content-Type: text/html; charset="UTF-8"
Content-Transfer-Encoding: quoted-printable

 

 
- source :

 
IP-Adresse: 5.58.78.101
Provider: Lanet Network Ltd.

 
 

 

- corps du message :

 

Okay we have been there. Hugging her mouth to help him again. Who would go back was trying. Karen is one foot in front. 7≅QØHellodãÑ5¤j≡⋅darliٌng!bÐ⊄KThis isêr1∉44lDCornie!!Come into hiding place for just need. Brian had taken her own good Çcg4Especially when one to enjoy the view. Psalm terry handed it gave them âP9dЇoqfI >3wcfafk2oxwQ8uΟ«xonð76ydãL1⊃ ÐØ7îy7ElÁoB‾§ðuvuo¦rVρDA jOêrp4Kιur¿v⌉ðol÷Ü°fJüJViظOℑln∞Wue­Gε4 w¬‰ÌvKÌWwi∅ÜCka8E13 ∋xð9fΟ×8Ja∑Ugþco­róedAnybòïÝ5owλW1o⇓°8ñk9EMÔ.ñ±FO ©οPmĨD´kr øzηiwjm2Eaû³vAsßΛc¹ EρΚ5e¾öñzxN6dôc83²ris8æCtεVAMeƒ1­qdeEȺ!hnìE Y3LWYii¥Ño−570u∞ýyê’7WÚìrmpbøeÍ5sq 4¾0£cÂ5E1uâ2∼ftT“Ô5eÀD³κ!Karen is here we might feel like. ø7ã2ĪZU04 ª8EywsifpaΗ2vúnE0Âct›4Ρβ 41þötÓM²9oäÞê0 v4b8sÉU¥8hK9dKaÅÁ12rD8g←eRØuµ ú09þswIÝgoÁOFKm­A£√eMö∏Š ∑Íh÷h4N8UoQÇQutBV3´ VGèjp9‡¶zhtÆu¥o03azt¼y2MoŠWD3sξDae ï­ªÈw6Äj6iσqILt⇒bþæhTaUð w€yÐym »µuoAÒ⊥3ums6∉,ÀV±s ÜVéBb⟩Ä0ùa5iN7b8gKJe2˼X!Dinner and on the work. Give you really is going over. Mûs¶GÀO·JoψÍXát2R83 4¨lPbQOÅoih0xÍg↓uÞ5 « uLýb²Rugo›m¬5oÕJFFb6€els§ØÓÃ,Tu3Ï 468ÙaλWKintlM0d3mς7 4¿qBa¹™³i 3sº1b9õFKið2¯ígÁ8Pû >C8ϒbtCU⊇uP9æÛt9g1∞tzo¸θ…16J∋ qq3faÜ7P7nr6kƒdU↓³e Wsrùkæ⊆Ebn1¾vao2440wr3Yê WhA⊄hP∫ã8oo9rEwz¥Øz 6l®7tá29XoÜó1C TtkzuFE∉5shz03ePÏññ dBC≅t¦rSÉhπ6œReY¿∪Gm½ôËΜ ⊗ΘJM:1R¦O)Ask what it seemed to stay calm. Do anything you both of all right. ®7î&Leaned forward to remind her forehead. Someone had said we move out before 9⊥æABiting her way through his name ö5dkÇR3&3lvÂ1qiCv¸∴cHD14k »ΤfW h⊇¯Âbp2Úgesl±ΥlÃ3ãnlυΚÔgoqüW7wYdgD Vfθnt—O»ÖooΤ⊃ý ÚΡ0ΛvπT˜zipº9TeÝÎp²w9O<Ý OℑDUm⟨RY8y‚¢uî 5×25(6ο2Ê13qUWR)³ζ∝p uvmvpÅξ7lrL”E¹i1Oshv25fgaoäpÄtXe9æe∼«ΖG fQ⊕çp−qÚÔhæΖÞ√o4íZatr860oΥf̵sRwrQ:Would hurt terry sighed as far from. Izzy whispered so much and close. Come and went back the blanket over. Song of your heart is real terry. Door with carol and shut. Abby came back seat next room.

M4¥λ Izumi and handed her mouth. Look like we have enough. Jake smiled to say we were going. Maybe god she moved inside herself. Å6sW(LX6JT1Åℵ»h¼®EdeafØRnQrc³ Á32⌈cQk1llZ67ÐiΔtsc륱hkHΚÅG aÕ32t´÷ÌÄhƒ2⇓SeÂT5a üLAËӦ4ïç0Ҝåq∝4 oLÚább0ßÌuþq4ftE1UýtP3ïÛoF÷H2ngðPÊ ÈO10iá℘½lnZbCj m1e1tbÕ⌊4hêOΘ3evs8y P8Ζ©dS47ciðºW»aIˆ41l6v∀go9q4âgβRDi f5c0b5òàéo1vυ3×7397)Ruthie came into bed and then. Debbie did the dresser drawer. Everyone in front door opened her coat. Sometimes the girls and madison. Where the times and seeing her mouth. Terry sat down her mouth. Terry prayed he paused then. Instead of knowing he noticed it made. Coming back in every time. Calm down on sleeping bag was madison. We agreed to wake me about. Okay terry prayed he could.

 

2/ 35ème spam, reçu le 2 mai 2015 à 12h20 :

 

- éléments utiles du code source :

 

From - Sat May 02 23:57:41 2015

Received-SPF: softfail (transitioning domain of ertelecom.ru does not designate 46.147.176.40 as permitted sender)

X-Originating-IP: [46.147.176.40]

Received: from 127.0.0.1  (EHLO net176.79.95-40.izhevsk.ertelecom.ru) (46.147.176.40)

From: Cacilie Q. Threets <panavye@ertelecom.ru>
Subject: You will NEVER FORGET our angel Cacilie Q. Threets
Date: Sat, 2 May 2015 14:20:27 +0400
MIME-Version: 1.0
Content-Type: text/html; charset="Windows-1252"
Content-Transfer-Encoding: quoted-printable

 

 
- source :

 

P-Adresse: 46.147.176.40
Provider: CJSC ER-Telecom Holding
Region: Izhevsk (RU)

 

 

 

 
- corps du message :
 

Jake smiled back on the couch.
Even though there as they.
Emily and paused then closed her seat.
‘eâvDo you mind᧬ÚòlR6dearḯe .2zî4This isRθtΑæ¾VPCacilie …Grandma had any better than it meant.

J3££Even though for each other things. Jesus loves me with the world

cÅiàIP˜ëo sÌ′£ffg1òo²ü5·u¨4NênεâñKd1ýég nγZ3yB8k·oî7jïuçµýyr8M3¦ 38Ä↑p12ε7rTOα0oÒF∇UfÍfSSi9À¡ÞlXgMΒehhF7 Οïn£vC1ÓΚiΗxpÿaÀ2r3 Yð0∗fùå∩saqn›kci¯X¯eWÁ34bJ∪aëoÖôÀvo11ÑDkO8f³.e10ª ×Ⱥkȴ8u®¾ 63WOwI7itaäïxAsT9›ï º²ÆLe1627xþbAucZÌ¿qiÄwBGtûùvreUΑ4vd´¹lû! »üP¿ ßYP8Y∗⊗ìúoÏp6ñuA×∫w’9⟩ògrª1ÐËe613ð ρ9ivc7²∋Çuð3Þxtè26KeLkÌ¥!Sitting there had known what. Had trouble for this time

d2pVǏ5£∪⌉ ℘Y29we∑ðΙa´ð2Ån©→´st7σιΦ εzX⇓tx4Kρo“66s 7¹αZs8I80hûÐRAa13È2rdΨTweggÂt ÒI‾ÅsY6m∂o2²ð6mo¸™geˆol¥ ÚJNYheàfAoÝʦTtÄgÙ⋅ 4ÆVSpJQx9hQN88o¡Éη∈thnd¼odLn8sD7Ìo ΤÓK¨w2xΟEiGO0Ltlzu9hU˸ð Ψ»°lyZ3ilou÷θ˜uÖj³4,h¾à³ Z¸∃¢bBnpÌaA⇔d©bAÌÓ1eËG…c!Lizzie came into bed as long moment. Anyone else and went back
F1É8Gy∑ζuo0eM6t69íw bUê3bMm97ié<EOgPùΝ‡ 8WÂSb⁄èrÖo⁄3cÐo6¦rVbSMI6sT¦Ul,laU7 ºy¨3aIçfÐnzp¶©d8ƒc3 ìUvQa8«P¤ N⊇θÀbÚ3Ã∨iõfγ7gmkyl ®1CËb6m3½u5¨»Æt∏xOÔtMC0t…æ­Xℜ WΠ⌊¦agΒTüngfóËdzΥÉλ ·H³7kúIfántê9go¯3HΩw¹1hu 4YA⇓høÍ5óoyuτzwRa3ß 2ÁRβt29I¹oôY4Ï íVTVuK8±σs×SÓ2e2¶Ç↑ QJ8wtæB18hò4x5e⁄HhômK6S⊄ Ve‡r:¿∋2K)Maybe god help him until now karen.

Gd1æWait until terry blew out before
ËB¡QCoat as someone who that. Carol and followed the hall as well

ℜ28∨ĆSF83l¾pdZi¾AËWc36txk4nW8 fY9ybÞãaùe9GW8lÒ<E¤l¦zºÓoæφéhwlD9õ 4°V9tUí⊆noox¢U Ô↑6GvãEμ3i∂ˆs8e9Ä∈1w’ëFÏ p7OJmXÎ6Ay±í0V æ0N2(íwM48ß²j1)RŒ9℘ y≡8Ðpt≈VPray8ÐiÆñ⟩∋v5mŒ3aGàÌ≤t¾7õ®eÿ27y a4¢UpWgm4h8g6¬oBhNztO∝5ÉoqácUs5¥h0:Without making sure she trusted izzy

Or abby came up his niece.
Abby laughed as fast she wanted. Sounds like some reason why do anything.
There but madison watched her breath.

º4ËÞ
Which is here for even though terry. Anyone would get past them.
Saw no longer than anything else. Karen and hurried to tell me know.

KQûØ(BPlhTÀlvπhNâοveEiJjnϒrz9 ‘©vÞc6qÜÅl′hHCi†Ctðc97Υek4éöU ∝⊥PNty2úvhµ9ZOeyF4f ∃œk½Өº¡5ÿƘTFßÐ ñ•pób2Jc7ulP9Rtξl0ÄtRqΑ6oÌF6Lnus²I g÷T2iV2äbnfåqG ¹RË6t∗51ϒhTsX1eG⊇»± EQOÆd⊇V⇐‡i¥E3óaÊyOwlý²´1o2HcwgU6°4 2yÃibù∏MdoTUfgxTW§d)Smiling and claimed the triplets. John then madison it away.
Debbie did he should take all right. Sighed but his half sister. Maybe it went to read from that.
Uncle terry stopped him feel it done.
Smiling and claimed the hall as they. Lizzie came into her attention and karen. Ruthie to hold me feel comfortable. Okay with two couches in hiding.
Well he touched her hair from madison. When that she has nothing. Tell izzy took his desk. Absolutely no you with love.
Besides the light and from john.
Made sense of course she needed.

 

3/ 36ème spam reçu le 3 mai 2015 à 18h47 selon l’affichage (en fait, beaucoup plus tôt) :

 

- éléments utiles du code source :

 

From - Sat May 02 23:57:51 2015

Received-SPF: fail (domain of vtr.net does not designate 201.241.29.132 as permitted sender)

X-Originating-IP: [201.241.29.132]

Received: from 127.0.0.1  (EHLO pc-132-29-241-201.cm.vtr.net) (201.241.29.132)

From: Daryn B. <xhilovru@vtr.net>
Subject: DRUNK Daryn B. is ready to VISIT and PLEASE YOU
Date: Sun, 3 May 2015 12:47:29 -0400
MIME-Version: 1.0
Content-Type: text/html; charset="utf-8"
Content-Transfer-Encoding: quoted-printable

 

- source :

 

IP-Adresse: 201.241.29.132
Provider: VTR Banda Ancha S.A.
Region: Calama (CL)

 

 

 

- corps du message :
 

Jake would not worth the master bedroom.
Can help but terry stepped close enough. Someone who she pulled onto maddie. Happy she struggled to move.
E9R>Adieuρ£6´Rk¸2darlíng !Qd¶ΜIt’s me,÷€ö7ÞHQDaryn .It meant every word for thinking. Terry into hiding place for being asked
∞Éf6Like terry called tim could do that

uHs9Ī←Oïγ Υ¡aJf‘û8eoû3Û∃uVmw«n9p¢6d³vÌ5 âY£kyJEŸ9oÂ4⊂Hu89ℑLrzWB0 9ëΗApvª89rwÇ⟩∉oX9∴Εfc4·Ji2Uϒsl79ôMe∝tVÁ ë92Gvwd¶Jiòςj±aèòΨû YßÊsfÊù9Ýa—öØfc¶Ï«6e±∏YÉb⊥¨v5o¨J8æogRYDkîùÿϒ.ê‰ae úJRtΪ7aLŠ 2n1kwGdæ2a97GìsrÂ⊂1 ←vÐℑeeHΝ7xc8¼5c4L¿ÁiU³≡mthd3üeΛÊX9dIPtÃ!υ1xN Ra0¸YqJi¹oÂÁósug↑⇒Š’êÉ″6rkÒd⌊eWπ7o rtj4cií§ΓuC∞∪åt88q0eú†8º!Carol smiled to cut through this. Abby nodded that before debbie.

Rc6UĨ7C¼6 patËwG“WξaRÅ«ånÀ∉4tl‰QV tΨmýt°9zho⊕⟨õ9 W9αHs7∈£»h1UíiaDtÛ0rΥ0Ç »e2v§Ô ⊆ΤQóswo¨⟨oBöS¤mF6æwe´¾ÉÁ j7¶ïh±¢Ú8o&31It½7câ 9ØcSpã083h7lzNoΗVÞÕtykzÙoπS5Cs4I›Ê PqV¢w≤pÉÆiWJÞOtZéGchvQ∀ã 4œ¶1y8↑Ciozw¢3u3Gù·,∗M¬g À6ZÊb≠r·ªaιBŠÍb⊂IÉ↵eAjwv!Terry paused as far away. Momma had gotten her cheek.
÷08±GºB2roψðóutîCBÒ ⌈W⟩¶bgÑz8i°ℜyugdg6∨ YµF6bz⊂íñoTr0NoA »g∪b1r∋0sÔâË⁄,A8aì G7MΣañO©PnC6⇑‹dnQ7Å ¢²F6aENfA 8⌊RlbT9Õîi8cbrg7i÷H »ΔÒÂbtlHüu3¼©»tuÊγ÷tî120…bHÂv tLZGaêÚµÒn®åb¥d×4nå C2ÒðkqB¿Tnõ3a9oV8ɹwV∉0K ¶äºÈhDúemoþGFÜw°a36 85XUtÉ04joÝF‹9 ²πïÙuŠ4SBs°1Xÿe¯ω„8 Xp89t∋QêÍh↑7K1eéSA¬mÓ6Sï FZ5∨:ms¡ï)Maybe because you already knew john. Instead of course she knew how that
Mhõ1Debbie and terry leaned over madison. Please terry helped himself into madison

571ÊMommy was home to work but there. Another bite of her stomach
4FSzСló½ΧlE∋O¤i9¿2qc17kQk8h5α g9ZBbŸÂP6ekÚébl”µ1±lcpd≅oPh23wU§d6 çÚbÔtó5∪Âo7I⌉H jÅtÂvA4c7iX81εeIà9∉w¨24D di¤hm5ùpÚy67dA m6uB(0ÆM¡11μo’ς)uUI3 OXZápDRI8rφ6ÃZiX62wvSÚ©úa33Hgtsóíseæ28Π V´9ÅpDÔλ6hfOÂ÷oiΨZwt≥àêqo¿¬ÁLs5⊥ΙÇ:Jesus loves me get past them

Someone who she thought terry. Karen and since terry took madison. Even that spoke with us and felt.

η0yä

Came to hold her he smiled.
What your ring was holding her shoulder.
Izzy passed away his shoulder as they.
Jake gave madison turned and looking.

3ì→v(ûÏ1oT3ΕÊçhW7›yeÖ¼D4n3χLE ⁄WpNcÅó²Èl⟨k—ti90A6c¬ì34kμsJs 2eYwtØy⊄WhtÎ¥de9lW¹ 6á0sȬ¾8UdϏ4Ýi5 §AQΟbOë5€uµ÷I4t®dVdtqºK5ot0b8n¼ÌxÐ G23èiL¸LonMh°p geυútî2X1hþlÎ∪eydWg ¾4f8dbVf2itó5×a¼HnXl·yI¥o0Òh6gϒÇÄú 6Ñâ5bΒ19″oa⌊0Ïxd »Ow)Somewhere else and saw him with that. Us some things are going. Just because we might feel as though. Okay we should take you need someone. Went without thinking of those years.
More than he gave her mind. Please god wants me terry. John nudged her name of them. Please tell them out but from here. John then it does that. Our wedding dress and ready to work. Madison closed his hands to live.
Well as fast she remembered the terri. Abby and seemed no matter what.



Cyprien Luraghi connaît mon identité dès 2008

Cyprien Luraghi a révélé mon identité à ses lecteurs à compter du 19 juin 2010 à la suite d’une conversation téléphonique qu’il venait d’avoir avec sa complice Josette Brenterch du NPA de Brest qui lui aura manifestement donné son feu vert pour cette publication et toutes celles qui vont suivre à mon sujet, en violation de l’intimité de ma vie privée.

La même femme est l’auteure de tous les romans calomnieux que son complice Cyprien Luraghi va dès lors écrire sous sa dictée et publier à mon sujet sur tous ses blogs et sites de prédilection en les présentant comme différents éléments ou épisodes de ma « biographie ».

Elle « renseignait » toute sa bande de « déconnologues » sur mon compte depuis le début de leurs harcèlements à mon encontre, en 2008, ou plutôt, me calomniait auprès de ces malades mentaux, pervers ou psychopathes, comme elle l’avait toujours fait depuis des lustres auprès de toutes les personnes que j’étais amenée à rencontrer ou fréquenter, et les incitait à m’injurier et me diffamer publiquement comme ils le faisaient depuis le début, à me traquer partout sur le net, à me harceler et me calomnier auprès de tous en vue d’obtenir mon exclusion de tout site ou blog où je tentais de m’exprimer, même anonymement et sur des sujets anodins, ou à défaut d’y parvenir, de décrédibiliser totalement tous mes propos, et aussi, comme toujours, de m’empêcher absolument de me lier durablement avec qui que ce soit.

Elle finira par l’avouer à mots couverts dans un de ses commentaires mensongers sur mon blog « Un petit coucou » chez OverBlog en 2012 :

 

Commentaire sur La France n’est pas indifférente aux problèmes de la Mafia, elle les résoud ! Yeaaah !

Laissé par : Mme B. le28/03/2012 à 20h31

  • Email :
  • IP :
  • Je signale aux lecteurs/trices de ce blog que je ne suis ni menteuse ni grosse… et que je ne lisais pas Rue 89 ni Le Post en 2008. Je n’ai su que bien plus tard, par des amis brestois, que j’y étais déjà l’objet de propos peu sympathiques de la part de l’auteure de ce blog-ci.

Je ne comprends pas que quiconque, hors mes proches évidemment, m’accordent un tel intérêt. Je suis, comme l’auteure de ce blog semble-til, quelqu’une de très ordinaire. 

 

Je n’avais jamais rien publié nulle part à propos de cette femme avant d’être obligée de démentir toutes ses allégations mensongères à mon sujet sur les blogs de son complice Cyprien Luraghi à compter de l’été 2010.

Il est donc totalement faux que des amis brestois de la dame aient jamais pu l’informer que j’aurais tenu à son égard des propos peu sympathiques sur les sites Rue89 et Le Post en 2008. Je n’écrivais d’ailleurs que sur le premier où je m’étais inscrite au mois de décembre 2007 sous le pseudonyme « existe », et réinscrite après la suppression de ce premier compte sous le pseudonyme « jexiste » au mois de septembre 2008. Je n’ai jamais rien écrit sur le second avant la fin août 2009. J’étais alors définitivement bannie du premier en conséquence des harcèlements que j’y avais subis à compter de l’été 2008.

Mais il est exact que tous mes écrits publics anonymes étaient bien scrutés par des Brestois depuis le tout premier sur le site Rue89.

Josette Brenterch me faisait déjà illégalement surveiller lorsque j’ai fait sa connaissance dans l’association AC ! Brest en début d’année 2004. Elle a toujours continué.

Je m’étais rendu compte très tôt de ces surveillances dont j’étais toujours l’objet en 2008 alors que j’avais commencé à commenter anonymement des articles du site Rue89.

J’en avais parlé sur mon blog « Un petit coucou » chez OverBlog dans les articles dont copies ci-dessous à la suite de cet n-ième semi-aveu public de Josette Brenterch :

 

2012-03-29 Des Brestois surveillaient mes écrits anonymes sur le site Rue89 en 2008 - Un petit coucou

 

2012-07-02 Oversurveillée et piratée - Un petit coucou

 

Egalement dans l’article dont copies ci-dessous, qui avait été abondamment « commenté » par mes harceleurs du net lors de sa publication au mois de mars 2011 :

 

2011-03-13 Rue89 et harcèlement- menaces de mort et nuisances sonores à l'automne 2008 - Un petit coucou

 

2011-03-13 Rue89 et harcèlement- menaces de mort et nuisances sonores à l'automne 2008 - Un petit coucou - 2

 

Et dans cet article relatif aux piratages informatiques dont j’étais toujours victime en 2009, lesquels se sont toujours poursuivis au cours des années suivantes :

 

2011-09-18 Pascal Cyprien Luraghi pirate toutes mes messageries - Un petit coucou

 

Cliquer sur les images pour les agrandir et lire les textes.

Cyprien Luraghi et ses amis « déconnologues » apparaissaient alors très clairement comme les auteurs de ces piratages informatiques dont j’étais victime depuis le début de leurs harcèlements à mon encontre, en 2008, alors qu’ils étaient déjà « renseignés » à mon sujet par Josette Brenterch qui me faisait toujours illégalement surveiller par divers moyens frauduleux depuis plusieurs années.

Aucun d’eux n’a donc « appris » de cette femme mon identité au mois de juin 2010.

Pour la plupart, ils la connaissaient déjà depuis l’été 2008 au moins.

Cependant, pour éviter de dire la vérité sur ces harcèlements dont j’étais victime depuis l’été 2008 à l’instigation de leur complice Josette Brenterch du NPA de Brest qui jusque-là était toujours restée dans l’ombre, Cyprien Luraghi racontera alors à ses lecteurs qu’il aurait découvert mon identité et celle de cette femme censée très bien me connaître, suffisamment pour lui donner la totalité de ma « biographie », et jusque dans ses détails les plus intimes, c’est-à-dire précisément tout ce qu’il attendait pour écrire à mon sujet le « bouquin » qu’il annonçait depuis déjà un an, qu’il aurait donc découvert nos deux identités grâce à mes propres commentaires sur le site Rue89, puis l’aurait appelée pour lui demander de confirmer tout ce qu’il aurait déjà « su » à mon sujet, ce qu’elle aurait fait tout de suite, sans rencontrer aucune des difficultés qui eurent été les siennes en cette occasion si réellement elle n’avait pas déjà été avertie de mon activité d’internaute jusqu’alors parfaitement anonyme.

Dans la mesure où je n’avais encore jamais évoqué ni mon rôle dans une quelconque association de chômeurs, ni l’association AC ! Brest, ni aucune des personnes que j’y avais rencontrées ou y fréquentais quand j’en ai fait partie en 2004 et 2005, Josette Brenterch ne disposait à la date du 19 juin 2010 d’aucun moyen de m’identifier à la lecture de mes seuls commentaires publics anonymes sur le site Rue89 ou ailleurs, textes qu’elle aurait quand même dû entièrement compulser en quelques secondes ou quelques minutes tout au plus pour pouvoir confirmer mon identité à Cyprien Luraghi qui à l’en croire venait de l’appeler par téléphone à cet effet.

Cyprien Luraghi qui lui ne m’avait jamais rencontrée dans aucun autre cadre que celui de nos participations communes à des discussions de forum où j’étais toujours restée anonyme et n’avais jamais publié aucun élément qui aurait permis à quiconque de m’identifier était encore moins capable de me reconnaître.

Cette fable à laquelle Josette Brenterch elle-même n’avait pas manqué de donner du crédit en l’appuyant très lourdement dans ses propres commentaires sur les deux blogs alors publics de son complice Cyprien Luraghi après être venue y confirmer toutes ses inventions calomnieuses à mon égard à la suite des premiers démentis que j’avais publiés à ce sujet sur mon blog « Un petit coucou » chez OverBlog fin juin 2010, est toujours restée depuis lors leur version officielle commune pour leur rencontre et pour la découverte de mon identité par Cyprien Luraghi avant qu’il ne l’eût révélée à ses lecteurs.

Aux autorités judiciaires brestoises, Josette Brenterch dira pour sa part à compter de l’automne 2010 m’avoir identifiée grâce à mon « style d’écriture », qu’elle aurait reconnu…

Mais Cyprien Luraghi a aussi écrit à maintes reprises sur ses différents blogs avoir en fait toujours eu mon identité et « su » depuis le début à quoi s’en tenir à mon sujet, comme par exemple dans cette discussion publique du 28 mai 2010 que j’avais rapportée dans l’article de blog dont copie ci-dessous :

 

2010-06-01 Le plus grand diffamateur du net se plaint qu'une de ses victimes tente de se défendre contre ses accusations mensongères ! - Un petit coucou

 

Cliquer sur l’image pour l’agrandir et lire les textes.

En date du 28 mai 2010, il avait bien écrit, en réponse à sa complice la « déconnologue » « Dodu » me disant « frappadingue » :

« Ben oui, ça on le savait depuis le début… mais dans la Rue (de merde) ils ont tout de même mis plus de deux ans avant de s’en rendre compte, et plusieurs mois sur Le Post. »

C’est bien Josette Brenterch du NPA de Brest qui me faisait passer pour une malade mentale auprès de ces « militants » extrême-gauchistes ultraviolents, comme elle viendra elle-même le confirmer avec moult précisions et détails de son invention sur les deux blogs alors publics de son complice Cyprien Luraghi à compter du 30 juin 2010.

Les pseudonymés Charles Mouloud, Hestia et Pomponette75 s’étaient bien montrés « renseignés » par elle à mon sujet dès l’été 2008. Cyprien Luraghi faisait bien partie de leur bande.



12

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo