Terrorisme : inquiétude autour d’un vol à l’hôpital Necker

L’extrême-gauche est toujours chez elle dans les hôpitaux, elle y fait exactement ce qu’elle veut au mépris des lois de la République.

Nous l’avons déjà vu, par exemple, au mois de juin 2013, alors qu’elle avait annoncé le décès du jeune Brestois Clément Méric le soir même des faits ayant conduit à sa mort le lendemain.

A l’époque, elle attendait ma condamnation par le Tribunal Correctionnel de Brest le 11 juin 2013 pour la publication de droits de réponse à la suite des campagnes de calomnies publiques nominatives que Josette Brenterch, du NPA de Brest, menait à mon encontre depuis le 19 juin 2010.

Aujourd’hui, c’est une confirmation en appel de cette condamnation qui est attendue.

Ce second procès, initialement programmé pour septembre 2013, alors que l’émotion suscitée par la mort du jeune militant « antifasciste » n’était pas retombée, a été reporté plusieurs fois jusqu’à cette année.

Lors des attentats sanglants des 7, 8 et 9 janvier 2015 à Paris, commis notamment CONTRE LA LIBERTE D’EXPRESSION, mes adversaires de la bande du cyberdélinquant, psychopathe et terroriste Cyprien Luraghi étaient persuadés que ce procès en appel se tiendrait le 4 février, mais il a encore été reporté par une décision inattendue de fin janvier 2015 et n’a finalement eu lieu que le 30 septembre dernier.

Le « bénéfice » de ces attentats pour le terroriste prétendument « antifasciste » Cyprien Luraghi commençait à s’estomper.

 
http://www.leparisien.fr/faits-divers/attentats-etrange-vol-a-l-hopital-necker-21-11-2015-5299813.php

Attentats : étrange vol à l’hôpital Necker

 

21 Nov. 2015, 15h46 | MAJ : 21 Nov. 2015, 15h46

Illustration. Simulation de contamination bactériologique à la Défense, le 19 novembre.
Illustration. Simulation de contamination bactériologique à la Défense, le 19 novembre.
AFP/ALEXANDER KLEIN

 

Une dizaine de combinaisons de protection étanches, du type des kits de protection contre le virus Ebola, trois fois plus de paires de bottes en polyéthylène, une matière résistante aux agents chimiques, des gants, des masques antibactériens… Ces équipements ont disparu cette semaine d’un local sécurisé de l’hôpital pédiatrique de l’AP-HP Necker (Paris XVe).

 

Un local auquel aurait accès « beaucoup de monde pour l’approvisionnement en matériel courant ». L’institution confirme que « la disparition de ces éléments de tenue, en nombre limité, a été constatée mercredi et une plainte déposée le lendemain ». Un tel vol intrigue dans le contexte actuel. « Après les déclarations alarmistes du Premier ministre sur d’éventuelles attaques chimiques, c’est forcément inquiétant », note le maire du XVe Philippe Goujon. « Les conditions de sécurité ont été renforcées sur le site », répond l’AP-HP.

 
http://www.lepoint.fr/societe/attentats-de-paris-un-vol-qui-inquiete-a-l-hopital-necker-21-11-2015-1983624_23.php

Attentats de Paris : un vol qui inquiète à l’hôpital Necker

 

Des combinaisons de protection pour lutter contre des agents chimiques ont été dérobées, au moment où se précise la menace de ce type d’attaques.

 

Publié le 21/11/2015 à 14:24 – Modifié le 21/11/2015 à 15:16 | Le Point.fr

 

Des combinaisons de protection étanches, semblables à celles utilisées pour lutter contre le virus Ebola et permettant de se protéger contre des agents chimiques, ont été dérobées dans l'hôpital Necker, à Paris. Un vol qui inquiète les autorités.
Des combinaisons de protection étanches, semblables à celles utilisées pour lutter contre le virus Ebola et permettant de se protéger contre des agents chimiques, ont été dérobées dans l’hôpital Necker, à Paris. Un vol qui inquiète les autorités.

 

C’est un vol qui provoque l’inquiétude. Une dizaine de tenues résistantes aux agents chimiques, une trentaine de bottes en polyéthylène, des gants et des masques antibactériens ont « disparu » cette semaine de l’hôpital pédiatrique Necker, situé dans le 15e arrondissement de Paris, révèle Le Parisien dans son édition du samedi 21 novembre. Des combinaisons semblables à celles utilisées pour traiter le virus Ebola.

Selon la direction de l’hôpital, elles étaient situées dans un local sécurisé, mais auquel aurait accès « beaucoup de monde pour l’approvisionnement en matériel courant ». La disparition a été constatée mercredi matin, et l’hôpital a déposé une plainte.

« C’est forcément inquiétant »

Le maire du 15e arrondissement, Philippe Goujon (Les Républicains), fait part de son inquiétude. « Après les déclarations alarmistes du Premier ministre sur d’éventuelles attaques chimiques, c’est forcément inquiétant. » Jeudi, devant l’Assemblée, Manuel Valls a fait part d’un nouveau risque. « Je le dis bien sûr avec toutes les précautions qui s’imposent, mais nous le savons, et nous l’avons à l’esprit, il peut aussi y avoir le risque d’armes chimiques ou bactériologiques. »

Une déclaration d’autant plus inquiétante que, selon les services de renseignements français, cités par plusieurs médias, Daesh est capable de fabriquer du gaz moutarde. Par le passé, le groupe terroriste État islamique a déjà utilisé des armes chimiques, en Syrie notamment.

Inquiétude avant la COP 21

Lundi 16 novembre, trois jours après les attentats de Paris, un décret a été publié au Journal officiel. Il permet au Service des armées d’approvisionner les services d’aide médicale urgente en sulfate d’atropine. Une substance qui est le seul antidote permettant de traiter les personnes au contact du gaz sarin notamment.

Le texte évoque la nécessité de « prendre toute mesure utile en cas d’exposition d’un nombre potentiellement important de victimes». La publication de ce décret, à quinze jours à peine du début de la COP21, illustre l’inquiétude des autorités autour de l’organisation de cet évènement mondial. Une mesure d’urgence, alors que le délai est trop court pour que les laboratoires aient le temps de fabriquer des quantités suffisantes d’antidote.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/11/21/97001-20151121FILWWW00136-paris-disparition-de-materiel-de-protection-chimique-a-necker.php

Paris: disparition de matériel de protection chimique à Necker

    • Par Le Figaro.fr
    • Mis à jour le 21/11/2015 à 19:53
    • Publié le 21/11/2015 à 19:46

Une dizaine de tenues de protection, du type de celles utilisées contre le virus Ebola, ont disparu cette semaine d’un local sécurisé de l’hôpital pédiatrique Necker, rapporte Le Parisien.

Avec ces combinaisons, une trentaine de paires de bottes résistant aux agents chimiques, ainsi que des gants et des masques antibactériens, manquent également.

« La disparition de ces éléments de tenue, en nombre limité, a été constatée mercredi et une plainte déposée le lendemain », a détaillé l’institution auprès du quotidien. Les conditions de sécurité sur le site ont été renforcées.

« Après les déclarations alarmistes du Premier ministre sur d’éventuelles attaques chimiques, c’est forcément inquiétant », a relevé le maire du XVe arrondissement, où est situé l’établissement, Philippe Goujon. Jeudi, le premier ministre a rappelé que risque d’attaques chimiques en France était pris en compte par les autorités.

LIRE AUSSI:
» Les cinq choses à savoir sur les attaques chimiques

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/11/19/01016-20151119ARTFIG00236-les-cinq-choses-a-savoir-sur-les-attaques-chimiques.php

Les cinq choses à savoir sur les attaques chimiques

    • Par Caroline Piquet
    • Mis à jour le 19/11/2015 à 21:52
    • Publié le 19/11/2015 à 16:56
Policiers, pompiers et secouristes s'entraînent à réagir à une éventuelle attaque chimique jeudi 12 novembre à Lens, au Stade Ballaert, qui accueillera quatre matchs de l'Euro 2016.

 

VIDÉO – Jeudi matin, le premier ministre Manuel Valls a déclaré que ce type d’attentat n’était pas à exclure, alors que tous les Samu de France vont se voir approvisionner en atropine, seul antidote contre les gaz très toxiques.

Le risque d’attentats aux armes chimiques est-il réel? Devant l’Assemblée nationale, le premier ministre Manuel Valls ne l’a pas exclu ce jeudi. Evoquant une «guerre nouvelle» et l’«imagination macabre» des donneurs d’ordre des attentats, le locataire de Matignon a évoqué, «avec toutes les précautions qui s’imposent», «le risque d’armes chimiques ou bactériologiques».

Cette mise en garde est loin d’être surprenante. Samedi, le gouvernement a autorisé en urgence, par la voie d’un arrêté du ministère de la Santé, la pharmacie des armées à distribuer un antidote aux Services d’aide médicale urgente (Samu) ainsi qu’aux équipes de sapeurs-pompiers pouvant être amenées à intervenir sur ce type d’opération. Ce produit est appelé sulfate d’atropine 40 mg/20ml PCA. La publication de ce texte, qui n’est pas liée aux attentats de Paris et de Saint-Denis, selon la Direction générale de la santé (DGS), puisqu’il a été rédigé en vue de la COP21, soulève de nombreuses questions. Le Figaro tente d’y répondre, point par point.

• Quelles sont ces armes chimiques et biologiques?

Ce sont des produits considérés comme des armes de destruction massive. «Les armes chimiques utilisent délibérément les propriétés toxiques de substances chimiques pour tuer ou pour blesser», explique le bureau des affaires du désarmement des Nations Unies. En clair, c’est une substance inerte qui agit dans un rayon donné. Les plus dangereuses peuvent être classées en trois grandes catégories:

1) Les agents vésicants: le gaz moutarde, très utilisé pendant la Première Guerre mondiale, entre dans cette catégorie.

2) Les agents suffocants, tel que le chlore.

3) Les agents neurotoxiques organophosphorés comme le gaz sarin, le VX, le tabun et le soman. C’est exactement ce type d’agent qui inquiète le gouvernement.

Quant aux armes biologiques, elles utilisent «des agents pathogènes (virus, bactéries. NDLR) pour tuer ou blesser des êtres humains ou des animaux», précise encore les Nations unies. Autrement dit, elles sont destinées à propager des maladies au sein d’une population. Un exemple: les attaques à l’aide d’enveloppes contenant les bactéries de la maladie du charbon (Bacillus anthracis), fin 2001 aux Etats-Unis. Envoyées à cinq médias et à deux sénateurs, ces enveloppes contaminées avait causé la mort de cinq personnes.

• Quel usage a-t-on le droit d’en faire?

L’utilisation des armes biologiques est interdite par une convention internationale depuis 1925, et leur mise au point et leur possession depuis 1972. Les armes chimiques, elles, sont interdites par un traité international signé en 1993 et entré en vigueur en 1997 avec la Convention sur les armes chimiques. Pour autant, elles sont encore utilisées dans des conflits armés. Ce fut le cas en août 2013, lorsque la ville de Damas a été bombardée à coups de missiles emplis de toxique chimique sarin, faisant des centaines de morts. Le sarin a aussi été utilisé dans le nord de l’Irak contre les Kurdes en 1988 et au Japon en 1995 lors d’un attentat de la secte Aum, perpétré dans le métro de Tokyo. Cette attaque avait causé la mort de 12 personnes et envoyé plusieurs milliers à l’hôpital.

• L’Etat islamique pourrait-il utiliser des armes chimiques ou biologiques en France?

Ces derniers mois, l’Etat islamique était soupçonné d’utiliser des armes chimiques en Irak et en Syrie. Notamment en août dernier, selon des ONG humanitaires. Début novembre, un rapport confidentiel de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a confirmé que des personnes avaient été touchées par du gaz moutarde. Si cette organisation, de part son statut, n’a pas le droit de désigner un responsable, ses conclusions permettent d’en déduire que c’est bien l’EI qui y a eu recours. Lors des combats, ce sont les formations rebelles qui en ont été victimes, pas Daech. En revanche, il est peu probable que le groupe terroriste s’intéresse aux armes biologiques, leur efficacité étant plus relative.

De l’avis des experts, les risques d’une attaque aux armes chimiques en France sont minces, mais pas impossibles. «Il est compliqué d’organiser un attentat aux armes chimiques», nous explique Olivier Lepick, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique et spécialiste des armes chimiques. «C’est une chose de pouvoir utiliser des obus résiduels d’Irak et de Syrie. C’en est une autre de les fabriquer». En revanche, «il est important de prendre en compte cette menace. Il faut pouvoir s’y préparer». Si un tel scénario devait se présenter, «Daech ciblerait probablement un endroit confiné comme une station de métro», essaie d’imaginer Olivier Lepick. Sous quelle forme? «Une bonbonne de gaz moutarde ou des obus chimiques reliés à un système explosif», suppose-t-il.

• Quelles sont les effets de ces armes sur le corps humain?

Vomissements, convulsions, problèmes respiratoires…Chaque arme chimique provoque des effets différents. Idem pour les biologiques. Comme leur nom l’indique, les agents neurotoxiques (gaz ou liquide sarin) perturbent les liaisons chimiques entre le système nerveux et les muscles et peuvent provoquer une paralysie du corps conduisant à l’arrêt cardiaque. Les vésicants (gaz moutarde) irritent la peau, les yeux et les muqueuses. Les agents suffocants, tel que le chlore, entraînent de forts troubles respiratoires.



Corruption à la maison d’arrêt de Brest : des peines de trois ans de prison requises

Au mois de janvier 2013, une surveillante de la maison d’arrêt de Brest avait été mise en examen pour corruption et écrouée à la prison des femmes de Rennes en raison de la découverte de ses trafics pour des détenus depuis quelques semaines.

Son procès vient de se tenir à Brest durant deux jours, les 17 et 18 novembre 2015.

Trois ans de prison dont un avec sursis ont été requis à son encontre.

Les avocats de la défense, Maîtres David Rajjou et Pierre Rustique en tête, avaient tenté d’obtenir un renvoi de ce procès à une date ultérieure au motif qu’une instruction portant sur des faits similaires où d’autres surveillants sont mis en cause est toujours en cours.

Ils ont échoué à déresponsabiliser la fonctionnaire des faits dont elle s’était rendue coupable en transformant son procès en celui de l’administration.

Une fois n’est pas coutume, l’extrême-gauche brestoise vient de perdre un procès à Brest.

Le jugement sera rendu le 12 janvier 2016.

 

http://www.brest.maville.com/actu/actudet_-Trafic-en-prison-a-Brest-la-surveillante-ecrouee_52692-2274749_actu.Htm

Vendredi 11 janvier 2013 18:37

Trafic en prison à Brest : la surveillante écrouée

 

Mise en examen pour corruption passive, acquisition, détention, transport, offre et cession de stupéfiants, la surveillante de la maison d’arrêt de Brest a été écrouée hier (Ouest-France d’hier).

Elle a été transférée dans le service médico-psychologique de la prison des femmes de Rennes. Amoureuse d’un détenu, cette surveillante, une femme de 43 ans, divorcée et mère de trois enfants, introduisait en détention depuis décembre cannabis, alcool et téléphones. Les trois détenus interpellés mercredi, dont l’« amant », ont été mis en examen pour corruption passive et/ou active et infraction à la législation sur les stupéfiants. Ils ont été écroués à Caen, Saint-Brieuc et Lorient. Tous les quatre encourent 10 ans de prison.

Ouest-France  

 

http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/ville/brest-un-trafic-demantele-a-la-maison-d-arret-15-01-2014-2369279.php
 
Brest. Un trafic démantelé à la maison d’arrêt
 
15 janvier 2014 / Sarah Morio /
 
La justice subodorait depuis un moment qu’un trafic se tramait à la maison d’arrêt de l’Hermitage, à Brest.
Sur commission rogatoire, des policiers sont donc intervenus lundi soir.
Des perquisitions ont été effectuées dans les cellules et elles ont permis de confirmer les doutes.
Téléphones et armes notamment ont été saisis.
Un homme a été placé en garde à vue.
 
> Plus d’informations dans Le Télégramme édition de Brest, de ce jeudi

 

http://www.hitwest.com/infos-locales/trafic-d%C3%A9mantel%C3%A9-maison-arr%C3%AAt-hermitage-brest%E2%80%A6#.VlCdfV408t0

Un trafic démantelé à la maison d’arrêt l’Hermitage de Brest…

 

Le 16/01/2014

Corruption à la maison d'arrêt de Brest : des peines de trois ans de prison requises dans Corruption brest_ville

Lundi sur commission rogatoire, les policiers ont perquisitionné dans les cellules… et ont découvert 9 téléphones, 2 couteaux en céramique ainsi qu’un cahier de comptes portant sur la vente de stupéfiants pour 45 mille euros. Un homme originaire du quartier de Pontanézen a été placé en garde à vue.

 

http://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/la-maison-darret-de-brest-cetait-le-club-med-3849370

Brest. « La maison d’arrêt, c’était le Club Med ! »

 

Brest – 18 Novembre
  • Comment une surveillante a-t-elle pu introduire si facilement des objets prohibés ? « Il peut y avoir des moments où l'agent est seul dans son unité. »

    Comment une surveillante a-t-elle pu introduire si facilement des objets prohibés ? « Il peut y avoir des moments où l’agent est seul dans son unité. » | Olivier Mélennec

Delphine Van Hauwaërt

Depuis mardi, une ancienne surveillante est jugée pour avoir introduit dans la prison drogue, alcool, téléphones… Des détenus comparaissent aussi.

 

Cette femme de 46 ans n’avait jamais eu affaire à la justice. Fabienne* différait en cela des personnes qu’elle côtoyait tous les jours dans son travail de gardienne de prison. Aujourd’hui, la mère divorcée de trois enfants encourt dix ans de détention pour corruption.

« Pourquoi avoir fait cela ? » interroge le président Duraffour. « J’étais amoureuse », reconnaît cette femme de forte corpulence, chevelure courte blanche mais traits juvéniles. Depuis hier, et jusqu’à ce mercredi, elle est jugée par le tribunal correctionnel pour avoir introduit à la maison d’arrêt drogue, alcool et autres marchandises prohibées.

« Prête à tout pour lui »

L’objet de son affection, un Morlaisien condamné à 25 ans de prison pour viol en récidive, n’est pas le seul à en avoir profité, entre décembre 2012 et janvier 2013. Aux côtés de Patrice, 44 ans, quatre anciens détenus, et parfois leurs compagnes, sont aussi jugés, notamment pour trafic. « Elle était connue pour être corrompue », raconte Sylvain, 34 ans, qui explique s’être fait livrer un téléphone portable.

« C’était seulement pour faire plaisir à Patrice », souffle Fabienne. En revanche, la prévenue assure n’avoir «jamais fait de bénéfice. Si je touchais quelque chose, c’était réinvesti pour améliorer son quotidien ». L’argent obtenu de la part d’autres détenus – pour avoir fait entrer une veste de survêtement de marque ou des plaquettes de cannabis – a ainsi pu servir à lui mitonner, par exemple, un boeuf bourguignon arrosé d’une bouteille de whisky.

« Mais vous preniez d’énormes risques », lui fait remarquer le président. « J’étais prête à tout pour lui. » Jusqu’à ce qu’elle se fasse interpeller, en flagrant délit d’achat de cannabis sur un parking non loin, Fabienne a entretenu avec le criminel une relation amoureuse. « Parfois physique, dans la buanderie », rappelle le président. « Elle était très heureuse, ajoute Sylvain. Je ne pense pas qu’elle se sentait manipulée. » La femme était en effet connue pour « safragilité ». Après sa mise en examen, elle a été écrouée dans le service médico-psychologique de la prison des femmes de Rennes.

La grande question, c’est comment a-t-elle pu, si facilement, se livrer à ces activités? « Il peut y avoir des moments où l’agent est seul dans son unité », reconnaît Richard Ménager, directeur. Surveillante de jour, Fabienne avait la charge du « 4.2 », un quartier où les portes peuvent, à certains moments, être ouvertes. Elle surveillait 45 détenus hommes répartis dans une vingtaine de cellules.

Les plaidoiries aujourd’hui

L’ancienne salariée reconnaît n’avoir pas rencontré de réelle difficulté. Le portique pouvait sonner quand elle le traversait avec plusieurs téléphones portables, « mais personne ne venait voir ». L’alcool était simplement transvasé dans des bouteilles en plastiques, « car le verre fait trop de bruit ». Des marchandises qui étaient ensuite, souvent, déposées dans la cellule d’un des détenus. « Sa porte était ouverte plus tôt que les autres car il faisait le ménage dans le couloir. »

Les circonstances semblaient donc favorables. Mais il n’y aurait pas que ça. « La maison d’arrêt de Brest, surtout cet étage, c’était le Club Med ! confie Sylvain. Plusieurs surveillants faisaient la même chose qu’elle dans ce service. » Procureur comme directeur de la prison le reconnaissent eux-mêmes : une instruction est en cours pour des faits similaires impliquant un ou plusieurs salariés…

Ce point sera probablement au coeur des plaidoiries des avocats, ce mercredi.

*Prénom d’emprunt.

 

http://www.letelegramme.fr/bretagne/trafic-a-la-maison-d-arret-c-etait-le-club-med-18-11-2015-10853865.php

Trafic à la maison d’arrêt. « C’était le club med »

 

18 novembre 2015 / Thierry Dilasser /
La surveillante, qui assume avoir introduit alcool, vêtements, téléphones et...

La surveillante, qui assume avoir introduit alcool, vêtements, téléphones et nourriture dans l’établissement, encourt dix ans de prison.

 

Depuis hier, le tribunal de Brest juge un vaste trafic de cannabis, d’alcool et de téléphones portables, doublé de corruption de fonctionnaire, qui a éclaté au grand jour le 9 janvier 2013, au sein de la maison d’arrêt de Brest.

 

Ce trafic vaut, aujourd’hui, à pas moins de dix personnes d’être prévenues dans ce procès, dont une surveillante, surprise en possession de 200 g de résine de cannabis et d’une bouteille de vodka le jour de son interpellation, au terme d’une enquête de plusieurs semaines. Pivot de ce dossier, elle dit avoir agi « par amour » pour l’un des prévenus, un homme purgeant une peine de 25 ans de réclusion, pour viol en récidive. Pourtant, si elle assume avoir introduit alcool, vêtements, téléphones et nourriture pour améliorer le quotidien de ce dernier pendant de nombreuses semaines, elle affirme que le cannabis qu’elle importait se destinait à deux autres personnes incarcérées à l’époque des faits. Mais là encore, elle n’aurait cherché qu’à « rendre service » : les deux seules fois où elle a reçu une contrepartie (50 € et une bouteille de champagne, puis 350 €), l’argent collecté a été réinvesti, selon elle, pour celui qui avait su la séduire.

Des débats houleux

Dès le début de l’audience, après une première demande de renvoi formulée par les avocats de la défense, du fait du « deuil national », les débats ont été des plus houleux. Car plusieurs de ces conseils, Me s Rajjou et Rustique en tête, ont invoqué une autre instruction en cours, dans laquelle un second surveillant est mis en cause, pour motiver une nouvelle demande de renvoi. Car pour ces avocats, le parquet chercherait à « segmenter les affaires, pour ne pas avoir à juger d’un scandale bien plus vaste ». Demande, là encore, rejetée, mais qui n’aura eu de cesse de revenir polluer les débats. Et notamment lorsque l’un des prévenus – celui dont la dénonciation auprès du parquet de Brest a contribué à mettre à jour le trafic - a assuré avoir transmis une liste de noms des personnes impliquées, dont celui d’autres surveillants, au juge d’instruction chargé de l’enquête.

« Nous ne sommes que sur une partie du trafic »

La température est encore montée lorsque ce même prévenu, qui avait lui-même bénéficié des largesses de la surveillante pour récupérer un téléphone, a expliqué que, lorsque cette dernière travaillait, « on savait que ça allait être le club med. Tout le monde savait qu’elle faisait rentrer des trucs. Mais c’était à peu près pareil avec tous les surveillants de l’étage ». Tollé de la défense. « On est bien conscient que nous ne sommes que sur une partie du trafic dans la maison d’arrêt », a tenté de tempérer le président Duraffour. « Reste à savoir si tous ces trafics sont imbriqués », a ajouté l’un de ses assesseurs. Initialement prévus sur la seule journée d’hier, les débats vont se prolonger aujourd’hui. Avant le réquisitoire du parquet et les plaidoiries. La principale prévenue, âgée de 46 ans et mère de trois enfants, encourt dix ans de prison.

 

http://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-au-moins-50-des-detenus-fumaient-des-joints-3852331

Brest. « Au moins 50% des détenus fumaient des joints »

 

Brest – 19 Novembre
  • À Brest, une gardienne de la prison est jugée depuis mardi pour avoir introduit des objets interdits, permettant des trafics entre détenus.

    À Brest, une gardienne de la prison est jugée depuis mardi pour avoir introduit des objets interdits, permettant des trafics entre détenus. | Crédit photo : Ouest-France

À Brest, une gardienne de la prison est jugée depuis mardi pour avoir introduit des objets interdits, permettant des trafics entre détenus. Elle était amoureuse de l’un d’eux.

 

Au terme de cette deuxième et dernière journée de procès, on y voit plus clair dans les faits reprochés à une gardienne de prison, ainsi qu’à une petite dizaine d’autres personnes, anciens détenus notamment.

Le 9 janvier 2013, sur un parking près de la maison d’arrêt, cette femme de 43 ans est prise en flagrant délit d’achat de stupéfiants à un trafiquant de Pontanézen. Près de 205 g de résine seront retrouvés sur elle.

« Moment hallucinant »

Les enquêteurs la voient aussi transvaser un litre de vodka dans une bouteille en plastique. Des marchandises qu’elle compte amener à l’Hermitage.Le procureur Diacono raconte « ce moment hallucinant où, en uniforme, elle est interpellée dans son véhicule. Les policiers sont obligés de lui mettre une veste pour qu’on ne voie pas, dans le commissariat, qu’une fonctionnaire pénitentiaire est arrêtée. Pour éviter que l’infamie ne soit portée sur toute une profession ».

« Pacte de corruption »

En un peu plus d’un mois, cette mère divorcée de trois enfants est soupçonnée d’avoir importé environ 300 g de shit, des bouteilles d’alcool et des téléphones. Plusieurs personnes en ont bénéficié, à commencer par Patrice, « à l’origine du pacte de corruption », selon le parquet.

Encore aujourd’hui, la surveillante pénitentiaire admet être amoureuse de ce détenu condamné à 25 ans de prison pour viol en récidive. À l’époque, la surveillante a même pensé quitter son emploi et déménager à Caen, prison pour délinquant sexuels où Patrice purge désormais sa peine.

« Fort sentiment de dévalorisation »

Lui assure que l’affection était réciproque. Le parquet n’y croit pas. « Ça me fait penser aux arnaques aux sentiments via webcam. » D’autant que la femme est particulièrement fragile, comme le relève un expert-psychiatre pointant « une dépression chronique » et un « fort sentiment de dévalorisation ».Grâce à la fonctionnaire, Patrice n’est plus à court de cannabis. Il en aurait aussi revendu un peu pour assurer sa consommation future. Tout comme un autre détenu, Fabiano, déjà condamné pour trafic. Trois ans ferme sont requis à l’encontre de chacun des hommes. Bastien Diacono demande autant, mais incluant une année avec sursis, pour la surveillante, suspendue depuis les faits.

« La paix sociale »

Pour le parquet, la corruption est avérée. La prévenue assure avoir, dans un premier temps, refusé de prendre de l’argent pour ces activités. Avant d’accepter, parfois, de faire une petite marge sur les bouteilles d’alcool, revendues trois à quatre fois plus cher. Il est aussi question, « pour la remercier », « d’un CD de Céline Dion » ou « d’une bouteille de champagne ».D’autres détenus sont poursuivis pour avoir pris part à un trafic annexe, bien que dans le même milieu de détenus. La compagne de l’un d’eux a introduit, via des parloirs, environ 1,2 kg de résine caché dans son soutien-gorge.

Délibéré en janvier

« Au moins 50 % des détenus fumaient des joints », révèle l’un d’eux, quand un autre, mardi, parlait de « Club Med » à l’Hermitage. La faute, selon la défense, « à la surpopulation carcérale, qui conduit à légaliser le cannabis pour la paix sociale ». La décision est mise en délibéré au 12 janvier.

 

http://www.letelegramme.fr/bretagne/trafic-a-la-maison-d-arret-de-lourdes-peines-requises-19-11-2015-10855284.php

Brest. Trafic à la maison d’arrêt : de lourdes peines requises

 

19 novembre 2015 à 08h04 / Thierry Dilasser /

 

Au terme d’un procès éprouvant à bien des égards, des peines de trois ans de prison ont été requises à l’encontre des principaux acteurs d’un trafic, mis au jour en janvier 2013, qui avait cours à la maison d’arrêt de Brest.

 

http://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-les-surveillants-de-la-prison-genes-par-la-fumee-de-cannabis-3855447

Brest. Les surveillants de la prison gênés par la fumée de cannabis…

 

Brest – 20 Novembre
  • Le cannabis est très répandu en prison.

    Le cannabis est très répandu en prison. | Photo : Ouest-France

Delphine VAN HAUWAERT.

L’exposition au cannabis nuit-elle à la santé ? Non, assurent des experts, en réponse aux craintes d’un syndicat. L’anecdote est en tout cas révélatrice de l’usage en prison.

 

La requête a de quoi surprendre. Il y a environ un an, le syndicat UFAP de la maison d’arrêt de Brest s’inquiétait, lors d’un comité technique, de l’impact du cannabis sur les surveillants. Ceux-ci craignaient que leur exposition prolongée à la fumée des joints des détenus ne leur cause des problèmes avec les autorités. « Ils se disaient qu’en cas de contrôle routier, ils pourraient être révélés positifs aux stupéfiants », explique Richard Ménager, directeur de la prison.

« Pour les rassurer, j’ai fait venir des experts. Ceux-ci leur ont démontré qu’il n’était pas possible d’être drogué en sentant simplement l’odeur du cannabis. »

Tabagisme passif ?

L’occasion, pour Richard Ménager, de pousser plus loin la question. « Je me suis intéressé aux effets du tabagisme passif. » Là encore, un groupe de travail a été constitué. « Il en est ressorti qu’il fallait vraiment être exposé durant longtemps aux fumées pour qu’il y ait un impact sur leur santé. Les cellules sont fermées et les détenus ont obligation d’aérer régulièrement. » Pour les coursives, des travaux d’aération ont depuis été réalisés.

L’incident est donc clos. Mais, au-delà de l’anecdote, les inquiétudes du syndicat mettent en lumière un vrai problème en prison, « à Brest comme ailleurs » : la consommation de stupéfiants est tout autant interdite en détention qu’à l’extérieur…

« En prison, 50 % des gens fument des joints », révélait un ancien détenu lors d’un procès pour trafic à l’Hermitage, mardi 17 et mercredi 18. Ce que ne nie pas le directeur. « Les gens voient souvent la prison comme un lieu où l’administration contrôle tout, façon Big Brother. Mais on n’a absolument pas les moyens de faire ça. »

Très peu de fouilles

En cause, notamment, « une loi de 2009 interdisant les fouilles systématiques au sortir des parloirs ». Ces actes sont désormais très encadrés. « Sur les quelque 400 détenus qu’on a habituellement (actuellement, ils sont 300 pour cause de travaux), on ne peut en fouiller que 30 ou 40. Seulement ceux, notamment, qui ont été condamnés pour trafic de stups. » En dehors des armes et de quelques autres objets, détectés par portique, le détenu peut donc rentrer en cellule avec beaucoup de choses.

« Ils savent quand ils peuvent fumer tranquillement en journée. » Et surtout la nuit. « Comme il est seul, le surveillant ne peut entrer en cellule sans l’accord d’un gradé, pour des raisons de sécurité. » Il y a un an, les craintes portaient d’ailleurs sur un couloir particulièrement enfumé à la nuit tombée.

« Souvent, ils nous disent que c’est de l’encens… »

Les salariés sentent bien sûr, parfois, l’odeur du cannabis lors de leurs rondes en journée. « Souvent, ils nous disent qu’ils ont mis de l’encens, ou que ce n’est pas eux mais leur co-détenu » Et, pour envoyer le détenu en conseil de discipline, avec présence d’un avocat, il faut pouvoir prouver les faits.

Seule possibilité : les fouilles dans les cellules. Si le cannabis est bien présent en détention, il n’est cependant pas au cœur de trafics très importants, assure le directeur. « Les quantités trouvées sont souvent minimes. »



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo