Bientôt Noël… une version américaine de l’enfance du Cyp pour mes lecteurs assidus…

L’enfance du Cyp… Tout comme !

Et la suite : pas mieux.

http://theconfessionkiller.weebly.com/childhood.html

Traumatic Childhood

« I hated all my life. I hated everybody. When I first grew up and can remember, I was dressed as a girl by my mother. And I stayed that way for two or three years. And after that I was treated like what I call the dog of the family. I was beaten. I was made to do things that no human bein’ would want to do. » 
-Henry Lee Lucas

          As the youngest child Henry Lee Lucas was neglected and mistreated ever since he could remember anything. He grew up in a household of nine children, raised by a strange mother with undiagnosed psychological problems of her own, and an alcoholic father, who lost his legs in a railroad accident and was forced to make a living through the illegal production of alcohol.  These conditions at home shaped him for the future.  Henry became an alcoholic by the age of ten, and his vulnerable young mind was damaged even further by beating from his parents, one of which from his mother actually resulted in him being in a coma for three days.  In a fight with his brother, Henry lost an eye after being stabbed in the eye, and leaving it unattended for four days while it got infected until it had to be removed and replaced with a glass eye.  Other scarring experiences stuck with Henry throughout his life; he was dressed up as a girl and had his hair curled by his mother, his mother made him watch her have sex with her clients (she was a prostitute), Lucas also engaged in sex with his half- brother becoming obsessed with all types of sex, and his uncle introducing him to bestiality and animal torture.  Lucas spent a great deal of teen years in Young Offenders institution where the authorities noted his sexual activities with other inmates.  Experiences this traumatizing during his most critical developmental periods took a toll on his personality and state of mind, giving a plausible explanation for his sporadic and violent behavior he possess as an adult. 

Picture

Henry, age 6.
Picture

Viola Lee Lucas, Henry’s mother.


Terroristes du 13 novembre : retour sur le cas de Samy Amimour

Les velléités djihadistes de Samy Amimour et de ses deux amis de Drancy qui comme lui s’étaient entraînés au tir avec des policiers au printemps 2012 avaient été repérées ou dénoncées très tôt, puisqu’une enquête préliminaire avait été conduite à ce sujet par le parquet de Paris à compter du mois de mai 2012, selon une information du Monde du 1er décembre 2015.

Soumis de ce fait à un contrôle judiciaire après que ses papiers lui eurent été confisqués à l’automne 2012, il l’avait rompu au mois de septembre 2013 pour se rendre en Syrie.

La justice, en l’occurrence une juge, lui avait facilité les choses en lui restituant sa carte d’identité au mois de février 2013 à la demande de son avocat arguant qu’il en avait besoin pour trouver du travail.

Sa radicalisation était connue. Aujourd’hui, les entreprises sont à la recherche de moyens de se prémunir contre ce fléau, ou de s’en débarrasser.

Au mois de février 2013, donc, la justice lui donne les moyens qu’il réclame pour retrouver du travail après qu’il ait démissionné de son emploi à la RATP.

Je rappelle ici que depuis plus d’une vingtaine d’années, cette même « justice » a toujours aidé Josette Brenterch du NPA de Brest et ses amis du crime organisé à multiplier à mon encontre crimes et délits ayant notamment eu pour but de m’empêcher de travailler ou de m’interdire définitivement tout retour à l’emploi après que j’aie refusé de commettre des crimes et délits contre la Nation qui pour l’essentiel avaient pour objet de permettre l’armement illicite de groupes islamistes.

 

http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/11/17/samy-amimour-de-la-priere-en-cachette-au-djihad_4811828_4809495.html

Samy Amimour, de la prière en cachette au djihad

 

LE MONDE | 17.11.2015 à 11h22 • Mis à jour le 17.11.2015 à 14h31 | Par Stéphanie Marteau

Samy Amimour, 28 ans, l'un des kamikazes du Bataclan.

 

C’est au 1, place Marcel-Paul, à Drancy, qu’a grandi Samy Amimour, l’un des trois kamikazes qui a semé la mort le 13 novembre au Bataclan. Lundi matin, à 6 heures, la police a défoncé la porte de l’appartement où il vivait jusqu’en septembre 2013, lorsqu’il a rejoint la Syrie. Les enquêteurs ont emmené son père, Azzedine, 68 ans, sa mère, Z., 54 ans, et sa sœur cadette, M., 21 ans, et les ont placés en garde à vue.

 

Lire aussi : Attentats du 13 novembre : que sait-on des terroristes impliqués ?

L’assaut a réveillé la petite cité de la Boule, nichée derrière la mairie. Dans ce quartier, la plupart des jeunes ont fréquenté le collège Paul-Bert, comme Samy Amimour, et n’avaient plus de nouvelles du jeune homme de 28 ans depuis son départ. A la différence d’autres Français partis faire le djihad, il ne s’affichait pas sur les réseaux sociaux et communiquait peu avec sa famille.

Le dernier à l’avoir vu en vie est son père, Azzedine. En juin 2014, le sexagénaire qui fait du commerce entre la Belgique et la Seine-Saint-Denis, s’est rendu en Syrie pour convaincre son fils de quitter les rangs de l’organisation Etat islamique, et l’aider à « refaire sa vie en Algérie ».

 

« Samy n’était pas expansif, confiait son père. Je l’ai emmené à Dubaï, en voyage, en 2006. Il venait de commencer à faire la prière presque en cachette, parce que personne ne la faisait à la maison »

 

Sous les néons tristes du centre commercial de Bobigny, dans lequel nous l’avions rencontré après son périple, fin 2014, il avait dû admettre qu’il avait sous-estimé l’emprise de Daech sur ses recrues. Azzedine savait alors qu’il ne reverrait plus jamais Samy, ce fils qu’il n’avait pas vraiment élevé depuis qu’il s’était séparé de sa mère, mais dont il avait constaté la radicalisation au fil des ans. « Samy n’était pas expansif, confiait son père. Je l’ai emmené à Dubaï, en voyage, en 2006. Il venait de commencer à faire la prière presque en cachette, parce que personne ne la faisait à la maison. »

Lire aussi : Le père d’un des kamikazes avait tenté, en vain, de le ramener de Syrie

De fait, les connaissances des Amimour dépeignent une famille « très occidentalisée » : « On sortait souvent au PalacioParis] ou à l’Acropol [Chilly-Mazarin dans l’Essonne] avec sa grande sœur, avant qu’elle ne parte à Dubaï », raconte un copain d’enfance. La mère de Samy, une féministe, militait à l’association culturelle berbère et, comme sa plus jeune fille, avait été employée par la mairie de Drancy comme auxiliaire de vie scolaire. Titulaire d’un bac littéraire, le jeune homme avait quant à lui décroché un emploi de conducteur de bus à la RATP. A l’époque, son père, lettré et polyglotte, s’inquiète pourtant de voir Samy, qui ne parle pas arabe, devant Internet, happé par des vidéos de prédicateurs. Les conversations deviennent difficiles.

A l’été 2012, Samy commence à porter la djellaba et le saroual, arbore un bouc. « Moi, je me suis mis à la prière pour ne pas perdre le fil, pour qu’on partage encore quelque chose. J’essayais de lui traduire certains textes arabes en français, expliquait Azzedine, démuni. Un jour du ramadan, je l’ai accompagné à la mosquée du Blanc-Mesnil qu’il fréquentait. Il donnait l’accolade aux salafistes… » Son fils, si timide, si effacé, se dit désormais « fier de Ben Laden ».

 

« Papa, il ne faut pas être égoïste. Vous vouliez me voir avocat, ou je ne sais quoi… C’est votre fantasme. En étant ici, je fais ce qu’il me plaît »

 

Le 15 octobre 2012, quelques mois après les attentats de Mohamed Merah, Samy, l’un de ses amis et un autre jeune, soupçonnés de vouloir partir faire le djihad en Somalie, sont interpellés par la Direction centrale du renseignement intérieur. Auditionnés pendant quatre-vingt-seize heures, ils sont finalement relâchés et placés sous contrôle judiciaire. « Samy a été choqué par cette arrestation. Il était très volubile quand il est ressorti », note Azzedine.

Le jeune homme pointe chaque semaine au commissariat de Drancy jusqu’en septembre 2013, lorsqu’il « décide de descendre quelques jours dans le Sud pour des vacances », se souvient son père. Quand il a rappelé, une semaine plus tard, il était en Turquie, prêt à franchir la frontière : « Papa, il ne faut pas être égoïste. Vous vouliez me voir avocat, ou je ne sais quoi… C’est votre fantasme. En étant ici, je fais ce qu’il me plaît », leur a lâché le presque combattant, enjoignant sa mère à donner ses vêtements. Elle n’en a rien fait, sa chambre était devenue un sanctuaire.

Un mandat d’arrêt international est lancé contre le jeune homme, qui déjà ne se fait plus appeler « Abou Missa » (le nom de son chat), mais Abou Hajia (la guerre), et s’est marié. Et c’est un étranger qu’Azzedine a retrouvé le 29 juin 2014 à Manbij, à une centaine de kilomètres d’Alep. Appuyé sur des béquilles, Samy venait de Rakka, un fief de l’Etat islamique. « Il était avec un autre type, qui ne nous a jamais laissés seuls. C’était des retrouvailles très froides. Il ne m’a pas dit comment il s’était blessé, ni s’il combattait. »

Le soir, Azzedine a donné à son fils une lettre de sa mère. « J’avais glissé 100 euros dans l’enveloppe. Il est allé la lire dans un coin et m’a rendu les 100 euros, me disant qu’il n’avait pas besoin d’argent. » Dévasté par tant de froideur, le père a essayé de comprendre, a engagé la conversation avec les compagnons d’armes de son fils. Ils lui ont montré des vidéos des leurs, torturés par les hommes de Bachar Al-Assad. « Un collègue de mon fils m’a montré des films où eux-mêmes assassinent des mecs à bout portant. J’ai vu des images horribles. Je saturais », raconte-t-il. Dévasté, Azzedine a repris l’avion pour la Belgique, avant de repartir pour la France, sans jamais être inquiété par la police, pas plus que ne le sera son fils en cette fin d’année 2015.

Lire aussi : Attentats de Paris : un commanditaire belge parti en Syrie

Stéphanie Marteau

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/12/01/samy-amimour-histoire-d-une-radicalisation_4821444_3224.html

Samy Amimour, histoire d’une radicalisation

 

LE MONDE | 01.12.2015 à 11h40 • Mis à jour le 01.12.2015 à 12h02 | Par Simon Piel

 

La porte de l’appartement où a vécu Samy Amimour, scellée par la police, à Drancy (Seine-Saint-Denis), le 17 novembre.

Le 5 octobre 2012, d’une écriture maladroite, Samy Amimour déclare au centre de la RATP de Pavillon-sous-Bois qu’il est « démissionnaire de ses fonctions de machiniste-receveur », occupées depuis le 8 août 2011. Onze jours après, celui qui sera l’un des auteurs de l’attentat du 13 novembre au Bataclan, et qui mourra lors de l’assaut, est interpellé à son domicile de Drancy, en Seine-Saint-Denis.

Il l’ignore alors mais depuis le mois de mai 2012, le parquet de Paris conduit une enquête préliminaire sur son projet de départ vers le Yémen ou la zone pakistano-afghane pour faire le djihad. Deux de ses amis, Charaffe El-M. et Samir B., comme lui résidant à Drancy, sont arrêtés et conduits dans les locaux de la Direction centrale du renseignement intérieur (devenue depuis la Direction générale de la sécurité intérieure, DGSI).

Samy Amimour est entendu pendant quatre jours. Quatre-vingt-seize heures durant lesquelles il est interrogé sur sa pratique religieuse, sa place en France en tant que musulman, le djihad international, ou encore la situation en Syrie. Un interrogatoire qui comporte ses propres limites : il y a les non-dits, les explications feintes et les postures devant la police et les magistrats. Il y a aussi une part de vérité, voire parfois de sincérité, qui éclaire un peu plus le parcours d’un Français qui a fini par basculer dans le terrorisme.

C’est un homme de 25 ans, revendiquant une pratique très stricte de l’islam, qui se présente devant les enquêteurs. S’il explique avoir ressenti le besoin d’approfondir sa connaissance…

L’accès à la totalité de l’article est protégé Déjà abonné ? Identifiez-vous

La porte de l’appartement où a vécu Samy Amimour, scellée par la police, à Drancy (Seine-Saint-Denis), le 17 novembre.

Samy Amimour, histoire d’une radicalisation

Il vous reste 80% de l’article à lire

 

http://www.lejdd.fr/Societe/Samy-Amimour-le-chauffeur-de-la-RATP-devenu-kamikaze-au-Bataclan-760211

Samy Amimour, le chauffeur de la RATP devenu kamikaze au Bataclan

 

Parti il y a deux ans en Syrie, Samy Amimour est finalement revenu en France pour commettre l’attentat du Bataclan qui a fait au moins 89 morts vendredi. Mis en examen dès 2012 pour « association de malfaiteurs terroriste », cet ancien chauffeur de bus originaire de Drancy avait violé son contrôle judiciaire. 

 

Son identité a été révélée lundi par le parquet de Paris. Samy Amimour, 28 ans. Il est l’un des trois kamikazes à avoir perpétré le massacre dans la salle du Bataclan, vendredi soir, faisant au moins 89 morts. Ce Français originaire de Drancy, en Seine-Saint-Denis, n’était pas inconnu de la justice. Soupçonné de nourrir un « projet de départ avorté vers le Yémen », il avait été mis en examen en octobre 2012, à l’issue de quatre jours de garde à vue pour « association de malfaiteurs terroriste », et placé sous contrôle judiciaire.

En vain. L’année suivante, en septembre, Samy Amimour « avait violé son contrôle judiciaire » en partant pour la Syrie, a précisé le parquet lundi, en ajoutant qu’un mandat d’arrêt international avait été aussitôt « délivré contre lui ». Selon sa famille, que l’AFP avait rencontré le mois dernier, c’est son arrestation « traumatisante » en 2012, sous les yeux de ses parents « menottés dos à dos » et de sa jeune soeur après que les agents des services de renseignement ont « défoncé la porte » de l’appartement familial, qui avait  »motivé son départ ».  »Quand ils l’ont ramené à la maison, il m’a dit ‘Papa, j’ai rien fait’. Il n’avait fait que regarder des sites islamistes. C’est pas interdit », racontait son père, Azzédine.

« Samy était bien éduqué, il avait du vocabulaire, c’était pas un de ceux qui font les cons dans le quartier »

Deuxième d’une fratrie de trois, Samy a toujours vécu chez ses parents et a travaillé 15 mois comme chauffeur de bus à la RATP avant de démissionner en 2012. Ses parents, des Français d’origine algérienne qui « fêtent Noël autant que l’Aïd », ont du mal à croire à sa radicalisation. Mais d’autres témoignages laissent penser l’inverse. Il fréquentait la mosquée du Blanc-Mesnil, « il avait demandé à sa mère de se voiler. Son père, qui parle très bien l’arabe, l’accompagnait à la mosquée, lui traduisait des textes, pour partager quelque chose avec lui », raconte sous couvert d’anonymat une amie de la famille. Mais elle garde le souvenir d’un jeune « très gentil ». « Tout le monde l’aimait. Un mec en or, la proie parfaite » pour les recruteurs au djihad.

« C’était quelqu’un de bien, bon élève. Quelqu’un comme nous, très naturel », témoigne un jeune voisin, qui était avec Samy au collège Paul-Bert. « On ne savait pas où il était parti, je ne l’avais pas vu depuis des années. »  »Samy était bien éduqué, il avait du vocabulaire, c’était pas un de ceux qui font les cons dans le quartier », renchérit une voisine qui se demande « ce qui s’est passé là-bas, comment on lui a lavé le cerveau ».  »Là-bas », c’est la Syrie. Le 11 septembre, Samy Amimour part sans prévenir ses partents.  »La veille, alors que je m’apprêtais à partir (pour son travail en Belgique, Ndlr), il m’a fait la bise. D’habitude, c’était ‘salut, bonne route », expliquait son père. Quelques jours plus tard, il téléphone à ses parents pour leur dire: « Ne me cherchez pas, je suis en Syrie. »

Il ne voulait pas revenir en France pour « être jeté en prison »

Son père a alors tenté de le ramener en France. Fin juin 2014, Azzédine entreprend de se rendre en Syrie via la Turquie. Il débarque « dans la région d’Alep » le jour de la proclamation du califat de l’organisation État islamique, le 29 juin. Il parvient à voir son fils en tête-à-tête pour le convaincre de rentrer. Mais Samy ne voit pas pourquoi il rentrerait si c’est pour « être jeté en prison dès qu’il aura mis un pied en France », selon son père. Plus tard, les parents apprendront que Samy, avec lequel ils sont en contact par Skype, s’est marié avec une Française et qu’ils attendent un enfant.

Mi-octobre, Azzédine se préparait à un nouveau voyage pour récupérer son fils. Samy est finalement rentré sans les prévenir pour commettre, avec six autres kamikazes, les attentats les plus meurtriers de l’histoire de France.

A.F. (avec AFP) – leJDD.fr

lundi 16 novembre 2015

http://www.lejdd.fr/Societe/La-derive-de-Samy-Amimour-chauffeur-de-bus-et-terroriste-du-Bataclan-760931

La dérive de Samy Amimour, chauffeur de bus et terroriste du Bataclan

 

Samy Amimour, ancien conducteur de bus de Drancy, est l’un des trois tueurs du Bataclan. Il compte parmi ses victimes un agent de la RATP de la même commune… Dans cette ville de Seine-Saint-Denis, l’heure est à la sidération.

Samy Amimour

Paru dans leJDDTerroristes du 13 novembre : retour sur le cas de Samy Amimour dans Attentats blank Samy Amimour a actionné sa ceinture d’explosifs à l’arrivée de la police. (DR)

Vendredi 13 novembre, peu après midi, Samy Amimour aurait été vu à Drancy (Seine-Saint-Denis). « Plusieurs jeunes l’ont croisé, rapporte un « grand frère » au JDD. Il leur a demandé s’ils avaient été à la mosquée, ils ont répondu que oui. Il leur a dit : ‘C’est bien.’ Alors, quand on a appris qu’il s’était fait exploser au Bataclan, on était encore plus sous le choc. »

Dans la petite cité de la Boule, paisible quartier HLM au centre de Drancy, les habitants sont en état de sidération. « On n’a rien vu venir », murmure une voisine. Elle se souvient d’un garçon « très gentil et très bien élevé, pas à traîner dans le quartier comme d’autres ». Quand elle a vu sa photo à la télévision, elle a failli ne pas le reconnaître « tellement il avait l’air sombre et dur… Ce n’était plus le même ». Elle n’ose pas aller frapper à la porte de l’appartement de la maman. « À un moment, je lui avais dit : « On ne le voit plus, Samy. » Elle m’avait répondu qu’il était parti dans le Sud », se rappelle la vieille dame. « Ces derniers temps, je sentais bien qu’elle m’évitait. »

Au volant du 148 pendant quinze mois

Samy Amimour n’avait « pas le profil » du candidat au djihad, insiste un proche. Son père est lettré, sa mère préside un club de patinage spécialisé en roller artistique. Sa sœur aînée est chargée de recrutement à la DRH d’une multinationale à Dubai. Sa cadette, très populaire dans le quartier, était animatrice en centre de loisirs. Une famille sans histoires, « un modèle de laïcité », insiste un proche. Lorsque, suspectés de vouloir partir en Somalie, Samy et deux de ses amis ont été placés sous contrôle judiciaire en octobre 2012, sa mère a demandé à plusieurs « anciens » de parler à son fils. « J’ai pensé que ce n’était pas la peine, admet l’un d’eux. Je lui ai dit qu’elle n’avait pas à s’en faire. Il était très réservé et timide, à tel point que lorsqu’il me disait bonjour, il baissait les yeux. »

Drancy a été doublement touchée : Samy Amimour, le tueur du Bataclan, et Emmanuel Bonnet, l’une de ses victimes, étaient tous deux originaires de cette ville (Julien Jaulin/Hanslucas pour le JDD).

Pourtant, entre les murs de l’appartement familial, Samy cherchait à imposer le port du voile à sa mère, s’était débarrassé des tortues et de l’aquarium du salon sous prétexte que c’était haram (« péché »). Ce serait pour cette même raison qu’il aurait démissionné de la RATP où on lui laissait pourtant la possibilité de faire ses cinq prières quotidiennes. Durant quinze mois, Samy Amimour a conduit le bus 148 qui rallie Bobigny à Aulnay-sous-Bois en passant par Drancy. C’est dans ce bus qu’il a rencontré Kahina, une jeune femme voilée de 17 ans qui l’a rejoint en Syrie il y a un an, selon les informations du Monde. Elle attendrait un enfant.

Kahina vivait au Blanc-Mesnil où Samy fréquentait une mosquée salafiste avec ses deux amis qui se sont radicalisés et sont partis en Syrie en même temps que lui. Un seul serait encore en vie. « On l’a vu samedi dernier à la télévision dans Enquête exclusive : il est devenu recruteur pour Daech », confie un habitant du quartier qui n’en revient toujours pas. « Nous avons eu les mêmes professeurs, fréquenté les mêmes mosquées… »

La cité derrière le mémorial de la Shoah

Bien que Drancy soit une des villes les plus pauvres du département, « elle a toujours été très tranquille, même au moment des émeutes de banlieue en 2005″, relève Hamid Chabani, professeur d’histoire-géographie et conseiller municipal. « Des petits merdeux de banlieue, on en a connu plein mais jamais cela n’aurait tourné comme ça à notre époque », rappelle Olivier Coloneaux, 49 ans, venu voir ses parents dans la cité de la Boule où il a passé sa jeunesse. Dans la tuerie du Bataclan, il a perdu un ami d’enfance : Emmanuel Bonnet, 47 ans, ancien chauffeur de bus lui aussi, puis formateur à la RATP. Manu a grandi derrière la cité de la Muette où se dresse le mémorial de la Shoah rappelant que ce vaste bâtiment en U était un camp d’internement durant la Seconde Guerre mondiale. « Il était new wave et moi funk, se souvient Olivier. On avait d’interminables discussions sur la musique et le cinéma, un peu sur le football. » Ils s’étaient retrouvés récemment via Facebook. « Je n’ai pas eu le temps de le revoir… Ni de lui dire qu’il n’avait pas été un très bon gardien de but. »

Deux fois par semaine, les deux copains prenaient le 143 pour se rendre à l’entraînement de football au club du Bourget où Emmanuel a joué jusqu’en Minimes et où Samy Amimour a été licencié une saison (1999-2000). Dans le bus et dans l’équipe, il y avait aussi Alain Chouet, devenu détective privé, expert en protection des entreprises, et toujours très impliqué dans la vie associative de Drancy. Son pote est mort à cause « d’un autre Drancéen, devenu taré de la doctrine du nihilisme. Manu était en mec en or qui se nourrissait de musique. Il m’avait invité à mon premier concert : Dire Straits, en 1985 à Bercy. » En mars, Alain Chouet avait adressé un SMS au député-maire de Drancy pour lui proposer une journée de sensibilisation autour du phénomène croissant de radicalisation dans la société et dans le domaine de l’entreprise. Il n’a jamais eu de retour.

« Chacun de nous peut être victime. Mais j’ai aussi l’impression que beaucoup de personnes auraient pu être à la place de Samy Amimour. C’est ce qui est le plus dur et le plus inquiétant, concède Farid Amari, adjoint au maire. Ce sont des enfants de France et qui n’ont pas tous été délinquants. » Il questionne l’absence de communication, le lien social qui se délite, la perte des espaces communs…

« Bonjour », en portugais, en arabe, en hébreu…

Il aurait voulu pouvoir parler autrement de la ville. « De ceux qui réussissent. Des jeunes qui montent leur entreprise ou qui s’investissent dans la vie associative et s’occupent des autres. » Comme Idriss Niang, diplômé en sciences de l’éducation et président de l’association Agir ensemble, qu’il a créée en 2009. Son local se trouve quasiment en face de l’immeuble où a vécu Samy Amimour. Avec cette association, environ 500 jeunes ont déjà obtenu leur Bafa, 59 élèves bénéficient d’un soutien scolaire. « Normalement on est complet mais quand des parents viennent pour qu’on aide leurs enfants, je n’arrive pas à leur dire non », sourit Idriss, fier d’avoir des élèves de toutes confessions et aucun problème. Sur un mur, « bonjour » se décline en portugais ou en turc, en arabe comme en hébreu. Sur un autre, des citations choisies, comme celle de Martin Luther King : « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères. Sinon, nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. »

Christel De Taddeo – Le Journal du Dimanche

dimanche 22 novembre 2015

La RATP face à la radicalisation

Actuellement en discussion avec le ministère de l’Intérieur, la RATP espère pouvoir renforcer le contrôle des embauches sur certains métiers sensibles. En matière de recrutements, « on est extrêmement vigilant », assure la Régie qui demande aux candidats de fournir un extrait de casier judiciaire… Mais n’a accès à aucune information sur les fiches S. Depuis plusieurs années, la RATP est néanmoins confrontée à des problèmes de radicalisation.

Mardi, dans un communiqué, sa PDG, Élisabeth Borne, assure que, depuis son arrivée en mai dernier, « aucun fait susceptible d’être sanctionné » ne lui avait été remonté. Cependant, des salariés dénoncent des atteintes au principe de laïcité pourtant rappelé dans une charte élaborée en 2013 : prière sur le lieu de travail, refus de serrer la main aux femmes ou encore de prendre le volant après elles

 

http://www.leparisien.fr/societe/radicalisation-la-ratp-va-creer-une-delegation-a-l-ethique-26-11-2015-5316069.php

VIDEO. Radicalisation : la RATP va créer une délégation à l’éthique

 

26 Nov. 2015, 23h13 | MAJ : 26 Nov. 2015, 23h50

ILLUSTRATION. La délégation générale à l'éthique verra le jour le 1er décembre.
ILLUSTRATION. La délégation générale à l’éthique verra le jour le 1er décembre. LP/Olivier Boitet

 

La RATP veut reprendre la main sur la laïcité. Alors qu’en quelques semaines deux agents du Groupe de protection et de sécurisation des réseaux (GPSR) ont vu leur autorisation administrative retirée pour radicalisation islamiste selon les informations du Parisien-Aujourd’hui, la PDG de la Régie des transports, Elisabeth Borne, a décidé de créer le 1er décembre une délégation générale de l’éthique. Elle lui sera directement rattachée afin de mieux appliquer le principe de la laïcité, à la suite des attentats de Paris, a annoncé jeudi la RATP.

La régie, confrontée depuis plusieurs années à des difficultés pour faire appliquer la laïcité, a déjà établi un guide pratique de la laïcité à destination de ses cadres en 2013. Elle a reçu un certain nombre de critiques depuis les attentats, notamment pour sembler avoir minimisé le problème.

Une délégation pour appliquer la clause de laïcité

Samy Amimour, l’un des kamikazes responsables du carnage du Bataclan, avait travaillé quelques mois à la RATP jusqu’en 2012. Et, le 17 novembre, en réponse à des inquiétudes émises sur des comportements religieux dans des dépôts de bus, Elisabeth Borne avait assuré qu’il y aurait des «sanctions» si des écarts à la charte de laïcité de l’entreprise devaient être constatés.

Le pilotage de cette délégation sera confié à Patrice Obert, qui était depuis décembre 2014 secrétaire général du conseil de l’immobilier de la Ville de Paris. «Il sera entouré d’une équipe dédiée composée de personnels RATP disposant d’une bonne connaissance de ces problématiques», assure le texte. «Cette délégation apportera une aide concrète aux managers de proximité, afin, notamment, de s’assurer de l’application effective de la clause de laïcité inscrite dans les contrats de travail de chaque salarié et les règlements intérieurs de la RATP», souligne le communiqué.

«Elle aura également pour mission de recueillir les témoignages sur le sujet à tous les niveaux de l’entreprise et de veiller à ce que l’ensemble des faits contraires aux principes de discrimination, de laïcité et de neutralité soit systématiquement signalé et sanctionné le cas échéant», précise la RATP.

VIDEO. Attentats: la justice a rendu sa carte d’identité à Samy Amimour

 

http://actu.orange.fr/video/france/attentats-la-justice-a-rendu-sa-carte-d-identite-a-samy-amimour-magic_CNT000000fNyH6.html

BFMTV, 26/11/2015 – 16:31

Attentats : la justice a rendu sa carte d’identité à Samy Amimour

 

Samy Amimour, l’un des kamikazes du Bataclan, a été privé de ses papiers d’identité en 2012. Mais quelque mois plus tard, il les a récupérés de la main même d’un juge. Soupçonné par la justice française de vouloir rejoindre le Yémen pour combattre, son passeport et sa carte d’identité lui sont retirés en octobre 2012. Placé sous contrôle judiciaire, il a l’obligation de pointer tous les mois dans un commissariat. Pourtant, en février 2013, Samy Amimour récupère sa carte d’identité. Son avocat avait expliqué à la justice que son client cherchait un travail après avoir démissionné de la RATP et ne pouvait pas en trouver sans papier d’identité, un argument entendu par les autorités judiciaires. Moins de six mois après, Amimour s’envolait pour la Syrie et disparaissait des écrans radar. On retrouvera sa trace le 13 novembre 2015, alors qu’il fait partie du commando qui attaque le Bataclan.

 

http://www.slate.fr/story/110453/carte-identite-samy-amimour

Samy Amimour ne s’est pas fait refaire sa carte d’identité qui lui avait été retirée, selon la préfecture de police

 

Aude Lorriaux

France

23.11.2015 – 20 h 10mis à jour le 25.11.2015 à 9 h 09

Carte d'identité française. REUTERS/Ho New.Carte d’identité française. REUTERS/Ho New.

Elle dément ainsi l’information relayée par plusieurs médias. Le terroriste inculpé en 2012 après un projet de départ vers le Yémen ne respectait plus son contrôle judiciaire depuis 2013. Soupçonné d’être partie en Syrie, il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international.

Mise à jour du 23/11/2015 au soir: contactée par Slate, la préfecture de police a démenti les informations relayées dans une premiere version de l’article selon lesquelles Samy Amimour aurait refait ses papiers d’identité sur la foi d’une simple déclaration de perte alors que ceux-ci lui avaient été retirés.

L’histoire était racontée par certains médias, glissée le plus souvent en une ligne dans les papiers. Elle illustrait, selon le Figaro, la «faillite du contrôle judiciaire». Mais elle était fausse, selon la prefecture de police. Samy Amimour, l’un des terroristes qui s’est fait exploser au Bataclan, et qui s’était vu retirer sa carte d’identité et son passeport à la suite d’une inculpation en 2012 pour un projet de départ au Yémen et d’une mise sous contrôle judiciaire, n’a pas ensuite obtenu de nouveaux papiers par une simple déclaration de perte, affirme la préfecture de police, jointe par Slate. Il n’y aurait pas eu non plus de déclaration de perte faite dans la ville où résidait l’intéressé, ajoute la préfecture de police.

Quelques heures plus tôt, la journaliste de L’Obs, Violette Lazard, confirmait pourtant l’information de source judiciaire.

Mais la journaliste découvre ensuite que sa source s’est trompée:

Elle écrit ensuite, un peu plus tard:

«Contrairement à ce que nous avions écrit dans un premier temps, il n’est pas parvenu à se faire refaire une carte nationale d’identité par l’administration en déclarant la perte de ses papiers: c’est tout simplement le juge qui lui avait rendu sa carte d’identité en 2013.»

Quelques mois après son inculpation, en septembre 2013, Samy Amimour avait rompu son contrôle judiciaire pour se rendre en Syrie, d’après les dires de ses proches qui le localisent encore sur place à l’été 2014. Il est alors sous le coup d’un mandat d’arrêt international.

L’information de la carte d’identité obtenue par simple déclaration de perte alors qu’elle lui avait été retirée avait été relayée par plusieurs médias comme Le PointRTL ou L’Express.

Un amendement pour changer cela rejeté

Mais elle ne change rien sur le fond du problème, puisqu’une telle délivrance demeure tout de même possible théoriquement. Selon l’Express, l’obligation de remettre son passeport au greffe ou à un service de police ou de gendarmerie ne fait pas partie des décisions judiciaires qui conduisent à s’opposer à la délivrance d’un titre d’identité.

Le député (UDI) Jean-Christophe Lagarde, jeudi à l’Assemblée, a alerté les autorités:

«Monsieur le Premier ministre, cet amendement me donne l’occasion de souligner que dès lors que l’on aura retiré à quelqu’un ses papiers d’identité pour lui interdire de quitter le territoire en lui délivrant un récépissé, il nous faudrait être rapidement en mesure d’éviter que, si cette personne se rend dans un commissariat pour déclarer la perte de ses papiers d’identité, on ne lui en établisse de nouveaux. C’est déjà arrivé et, dans un cas, ça s’est terminé au Bataclan.»

Une «lacune grave», estime le site d’information, qui avait déjà été pointée du doigt en avril, dans un rapport sénatorial, et a donné lieu à plusieurs bugs. Depuis, un amendement avait été déposé par la droite pour changer cette situation, mais il avait été rejeté par Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois de l’Assemblée nationale, au motif qu’il s’agissait d’un simple «cavalier législatif».

Aude Lorriaux



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo