Charaffe el-Mouadan : de Bondy à la Syrie en passant par Drancy et l’Allemage

Depuis hier, les informations se multiplient sur le djihadiste français tué en Syrie par un tir américain ciblé le 24 décembre 2015.

Elles ne sont pas toutes concordantes en ce qui concerne son parcours de djihadiste.

Sa mort a été confirmée par Jean-Yves Le Drian.

 

http://www.rtl.fr/actu/international/un-jihadiste-francais-de-daesh-proche-de-l-instigateur-presume-des-attentats-de-paris-a-ete-tue-en-syrie-7781072377

Un jihadiste français de Daesh, proche de l’instigateur présumé des attentats de Paris, a été tué en Syrie

 

Le Français Charaffe al Mouadan, un combattant du groupe Etat islamique « préparait activement d’autres attaques ».

 

Des jihadistes de Daesh en convoi, capture d'écran d'une vidéo de propagande (illustration)
Crédit : AFP PHOTO / HO / WELAYAT HOMS

Des jihadistes de Daesh en convoi, capture d’écran d’une vidéo de propagande (illustration)

par La rédaction numérique de RTL , Avec AFP publié le 29/12/2015 à 16:41

Charaffe al Mouadan, un combattant du groupe Etat islamique français « lié directement » au jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, instigateur présumé des attentats de Paris, a été tué en Syrie, a affirmé mardi 29 décembre le colonel américain Steve Warren, porte-parole de la coalition anti-EI.Al Mouadan « préparait activement d’autres attaques », a indiqué le colonel. Il était un ami de l’un des kamikazes du Bataclan Samy Amimour, et était allé en Syrie en août 2013, alors qu‘il avait été mis en examen en France mais laissé libre sous contrôle judiciaire. Le combattant français qui a été tué le 24 décembre, compte parmi 10 autres responsables de l’EI tués au mois de décembre, a précisé le colonel Warren.

L’homme avait été arrêté par la police en octobre 2012

Charaffe al Mouadan est né le 15 octobre 1989 de deux parents marocains à Bondy, dans la banlieue nord-est de Paris. Il a grandi non loin de là, à Drancy. C’est là que le jeune homme avait été arrêté en octobre 2012 alors qu’il s’apprêtait à partir avec deux amis de quartier (Samy Amimour et Samir Bouabout) au Yémen ou en Afghanistan via la Somalie.

Le trio s’était radicalisé sur internet et Mouadan avait préparé son projet de départ en prenant des cours de tir sportif dans un club de la police à Paris à partir de mars 2012, selon une source proche du dossier à l’AFP. Il s’était équipé de matériel paramilitaire, et avait contracté un prêt à la consommation de 20 000 euros. Il avait affirmé aux policiers avoir abandonné tout projet de départ en zone de jihad et avait séjourné brièvement au Maroc avec Bouabout.

La rédaction vous recommande
Charaffe el-Mouadan : de Bondy à la Syrie en passant par Drancy et l'Allemage dans Attentats avatar
par La rédaction numérique de RTL

 

 

http://www.liberation.fr/france/2015/12/29/bataclan-le-proche-d-un-kamikaze-tue-en-syrie_1423494

Bataclan : le proche d’un kamikaze tué en Syrie

 

Par Pierre Benetti — 29 décembre 2015 à 20:11

Les Américains ont annoncé la mort de Charaffe el-Mouadan, un Français très lié à Samy Amimour, un des terroristes du 13 Novembre.

  • Bataclan : le proche d’un kamikaze tué en Syrie

«On ira à la guerre ensemble, hein pas vrai ? Tu pourras vivre dans les montagnes avec moi ? C’est bon ?» En mai 2012, Charaffe el-Mouadan, 22 ans, s’adresse à Mounia S., la jeune fille qu’il va épouser. A l’époque, les services de renseignement surveillent déjà ce jeune homme originaire de Drancy (Seine-Saint-Denis), soupçonné de vouloir rejoindre des groupes jihadistes au Yémen ou en Somalie. A ses côtés, il y a Samir B., 24 ans, ainsi que Samy Amimour, chauffeur de bus de 25 ans, un des kamikazes du Bataclan. Mardi, l’armée américaine a annoncé la mort de Charaffe el-Mouadan, le présentant comme directement lié à Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats de Paris. Il aurait été tué en Syrie le 24 décembre.

Né en 1989 à Bondy, Charaffe el-Mouadan est le dernier de huit enfants, «plutôt beau gosse, charismatique et intelligent», selon un témoin. Il vit à Bobigny jusqu’à ses 10 ans, puis à Drancy, où il passe un bac scientifique puis un BTS informatique dans le même lycée que Samy Amimour et Samir B.

Amateur. Il devient technicien informatique, après avoir rêvé d’être footballeur en Allemagne. En 2009, le jeune homme veut passer le concours de la gendarmerie nationale afin de «servir la République», selon sa lettre de motivation. En 2012, la Direction centrale du renseignement intérieur (devenue la Direction générale de la sécurité intérieure, DGSI) juge qu’il est le «leader naturel» d’un trio qui semble aussi amateur que convaincu d’après les procès-verbaux d’audition que Lib ération a pu consulter. «Seul leur inexpérience et leur manque de contacts opérationnels ont fait avorter ce projet [de faire le jihad]», notait ainsi un capitaine de la DCRI. A la fin de leur enquête, les policiers notent à l’intention du juge antiterroriste Marc Trévidic, qui l’auditionne le 24 janvier 2013, que sa détermination à «accomplir son dessein jihadiste» est «toujours intacte», Samir B. jugeant même qu’il a «le sang plus chaud» et «plus d’arguments».

Leur enquête avait néanmoins commencé autour d’un autre homme : Abdoul M’Bodji, lié à la cellule niçoise du groupe radical Forsane Alizza condamné par défaut en janvier 2015 pour avoir rallié Al-Qaeda dans la péninsule Arabique. Juste avant son départ, il rencontre Charaffe el-Mouadan et Samir B. près d’une gare parisienne. Charaffe el-Mouadan a fait sa connaissance sur Facebook, lui a parlé de son projet de partir en terre d’islam avec «deux frères» et l’héberge une nuit chez lui. «On s’appelait souvent avec Charaffe, même pour aller manger ou quoi que ce soit, explique Samir B. aux policiers. Nous habitons le même pâté de maison et c’est plus amusant de faire les choses à deux que tout seul.»

Charaffe el-Mouadan va souvent sur des forums où l’on parle de l’islam et regarde des vidéos tournées en Afghanistan, en Palestine et en Tchétchénie : «J’ai voulu avoir un rôle à jouer pour aider ces personnes opprimées», dit-il. Il insiste aussi sur sa volonté d’apprendre l’arabe et de vivre «en conformité» avec sa religion. En mars 2012, il se renseigne auprès des ambassades du Yémen et du Pakistan : entrer dans ces pays semble plus difficile que prévu. Samy Amimour et Charaffe el-Mouadan prennent un crédit à la consommation de 20 000 euros et achètent du matériel de camping chez Décathlon, puis les trois commencent des cours de tirs à l’Association nationale de tir de la police (ANTP). Abdoul M’Bodji et Charaffe el-Mouadan se parlent beaucoup jusqu’en septembre 2012. Le premier annonce au second qu’il se trouve à Tombouctou (Mali) et le pousse à le rejoindre. Il officie alors dans la police religieuse d’Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi). Le jeune homme, hésitant, lui répond que leur projet de partir en terre d’islam se tourne vers Tataouine, au sud de la Tunisie, qu’ils rejoignent en octobre 2012. Dans un mail, Charaffe el-Mouadan vante les écoles religieuses gratuites et semble impressionné par l’érudition de ceux qu’il rencontre : «On se sent loin quand on côtoie les frères ici, waaaa on est loin derrière.»

Gourdes. A son retour en France, le trio est arrêté et leur logement perquisitionné à Drancy quatre jours plus tard. Les policiers trouvent seulement une tente, un sac à dos, des gourdes et un bâton de randonnée chez le «leader». «A un moment précis de ma vie j’étais prêt à mourir en martyr pour défendre ces musulmans opprimés, leur dit-il, mais ceci n’était qu’une intention, je pensais être prêt, mais peut-être le moment venu j’aurais fait machine arrière. Parler, c’est une chose, mais le faire réellement est une autre étape.» Il ajoute face au juge : «J’ai surtout réalisé que ces projets étaient idiots […]. Ça s’inscrivait dans une recherche d’utilité, un peu comme si j’avais voulu sauver le monde.»

De quelle autre «étape» parlait Charaffe el-Mouadan ? Les trois amis rompent en tout cas leur contrôle judiciaire en août 2013. Le 6 septembre, les services turcs indiquent que Samy Amimour et Samir B. sont entrés en Syrie avec l’un des futurs hommes du Bataclan, Ismaël Omar Mostefaï. Charaffe el-Mouadan, quant à lui, était-il le «Souleymane» que les assaillants auraient mentionné, selon plusieurs ex-otages ? La piste est qualifiée de «sérieuse» par les enquêteurs, même si aucune preuve n’atteste à ce jour de son lien avec les attentats. Mounia S., son épouse, a elle aussi rejoint la Syrie en août 2013. Trois ans après les débuts du «projet Tataouine», une audience devait se tenir, le 15 janvier, pour juger les trois amis de Drancy, toujours mis en examen pour «association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste».

Pierre Benetti

 

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/attentats-a-paris-ce-que-l-on-sait-de-charaffe-al-mouadan-le-jihadiste-francais-tue-en-syrie-7781076802

Attentats à Paris : ce que l’on sait de Charaffe al-Mouadan, le jihadiste français tué en Syrie

 

REPLAY – Charaffe al-Mouadan, le jihadiste français tué par une frappe américaine en Syrie, serait directement lié aux attentats parisiens du 13 novembre dernier.

 

7781076823_la-maison-ou-residait-charaffe-al-mouadan-illustration dans Crime
Qui est Charaffe al-Mouadan, le jihadiste français tué en Syrie ? Crédit Média : Damien Delseny

 

par Damien Delseny , Julien Quelen publié le 30/12/2015 à 00:48 mis à jour le 30/12/2015 à 09:13

Charaffe al-Mouadan, tué en Syrie le 24 décembre dernier, est étroitement lié aux attentats parisiens et à son principal instigateur Abdelhamid Abaaoud. Le Français, parti combattre dans les rangs de l’État islamique il y a plusieurs mois, a été neutralisé au cours d’une frappe américaine, selon Steve Warren, le porte-parole de la coalition anti-EI.

Né en 1989, titulaire d’un bac S, Charaffe al-Mouadan était inscrit sur une liste d’une dizaine de cibles, une sorte de « who’s who » (qui est qui, ndlr) des chefs opérationnels de l’État islamique dressée par les Américains. C’est un missile qui a pulvérisé sa voiture quelque part en Syrie, où d’après le Pentagone il combattait depuis plus de deux ans. Al-Mouadan est l’un des organisateurs des attaques parisiennes et en préparait d’autres contre des intérêts occidentaux. Ce que l’on sait déjà, c’est qu’il connaissait le jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, celui qui a mené les commandos du 13 novembre dernier à Paris, avant d’être tué à Saint-Denis.

Lié à l’un des kamikazes du Bataclan

Charaffe al-Mouadan, qui tient un discours fondamentaliste et dispose d’un entraînement dans un stand de tir, apparaît en 2012 dans le collimateur des autorités françaises pour la première fois. Il est alors mis en examen dans un dossier terroriste, avec Samy Amimour qui n’est autre que l’un des kamikazes du Bataclan. Les deux hommes, amis, ont grandi à Drancy (Seine-Saint-Denis).

Ils veulent alors, avec un troisième ami, se rendre au Yémen ou en Afghanistan. Échappant à leur contrôle judiciaire, ils gagnent finalement la Syrie l’année suivante. Sur place, Charaffe al-Mouadan avait un surnom, un nom de combattant : Souleymane.

Un alias important puisqu’un des témoins du Bataclan a assuré devant les policiers qu’au cours de la fusillade, Amimour et son complice Mostafaï y avaient prononcé ce prénom et avaient même songé à l’appeler alors qu’ils étaient en pleine action. Un indice qui en dit long sur le rôle d’organisateur qu’a pu jouer à distance al-Mouadan, un mois et demi avant d’être réduit en poussière par un missile américain.

La rédaction vous recommande
JulienQuelen1989
par Journaliste RTL

 

 

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/attentats-a-paris-quel-role-a-joue-le-jihadiste-francais-charaffe-al-mouadan-7781077157

Attentats à Paris : quel rôle a joué le jihadiste français Charaffe al-Mouadan ?

 

REPLAY / ÉCLAIRAGE – Deux des kamikazes du Bataclan ont prononcé le surnom de Charaffe al-Mouadan au cours de la tuerie, laissant les enquêteurs penser que le Français était bien un donneur d’ordre depuis la Syrie.

 

La page de l’émission : RTL Petit Matin
7779377190_des-membres-de-l-etat-islamique-photo-d-illustration dans Folie
Depuis la Syrie, Charaffe al-Mouadan était sûrement l’un des coordonnateurs des attentats de Paris Crédit Image : TAUSEEF MUSTAFA / AFP Crédit Média : Damien Delseny

 

par Damien Delseny , Julien Quelen publié le 30/12/2015 à 05:22

Son portrait, celui d’un jeune homme aux yeux noirs et mal rasé, fait ce mercredi matin la Une de tous les journaux. Charaffe al-Mouadan, tué en Syrie par une frappe américaine, faisait partie d’une liste de 10 chefs opérationnels de l’État islamique dressée par les États-Unis. Et pour cause, ce jihadiste français né en 1989 pourrait bien être à l’origine des terribles attentats du 13 novembre dernier à Paris.

Le nom de Charaffe al-Mouadan est en effet apparu il y a quelques semaines dans l’enquête sur les attentats parisiens. D’ailleurs, c’est par son surnom que son identité a fait surface. Depuis qu’il combat en Syrie, al-Mouadan se fait appeler Souleymane et le 13 novembre dernier, au milieu de la tuerie du Bataclan, deux des terroristes font allusion à ce Souleymane. Selon les déclarations d’un témoin aux policiers, Samy Amimour et Omar Mostefaï ont un bref échange dans lequel il est question d’appeler ce Souleymane, puis les deux hommes décident finalement de faire « à leur sauce », comme l’a raconté le témoin aux enquêteurs.

Ces derniers ont donc fait le rapprochement avec Charaffe al-Mouadan qui, en plus, est un ami de longue date de Samy Amimour, avant même leur aventure syrienne. L’évocation de Charaffe alias Souleymane en pleine action du commando du Bataclan est selon les enquêteurs le signe que ce dernier pouvait être depuis la Syrie un des coordinateurs des attentats. Tout du moins, un donneur d’ordre…

La rédaction vous recommande

 

 

http://www.lepoint.fr/societe/attentats-sur-les-traces-du-djihadiste-charaffe-al-mouadan-30-12-2015-2006035_23.php

Attentats : sur les traces du djihadiste Charaffe al-Mouadan

 

Le Français, tué en Syrie le 24 décembre dernier, était lié à Samy Amimour, un des kamikazes du Bataclan. Enquête.

 

Par

Publié le 30/12/2015 à 07:35 – Modifié le 30/12/2015 à 19:25 | Le Point.fr
Récemment tué en Syrie, Charaffe al-Mouadan avait rejoint le pays en 2013, juste avant ses deux amis Samy Amimour, kamikaze du Bataclan, et Samir Bouabout, seul rescapé du trio.
Récemment tué en Syrie, Charaffe al-Mouadan avait rejoint le pays en 2013, juste avant ses deux amis Samy Amimour, kamikaze du Bataclan, et Samir Bouabout, seul rescapé du trio. © AFP/ –

 

« T’as appelé Souleymane ? » aurait lancé Samy Amimour à un de ses complices du Bataclan, où il s’est fait exploser le 13 novembre dernier. Rapporté aux policiers par un rescapé de l’attentat qui a visé la salle de concert, ce propos pourrait contribuer à relier aux attentats de Paris Charaffe al-Mouadan, un djihadiste tué en Syrie le 24 décembre par un tir de drone. « Abou Souleymane » (le père de Souleymane) est en effet la « kounya » (surnom) qu’utilisait al-Mouadan en Syrie et sur son compte Twitter, suspendu.

Selon Washington, il serait « lié directement » à Abdelhamid Abaaoud, le djihadiste belge soupçonné d’être l’organisateur des attentats du 13 novembre, et les autorités américaines affirment qu’il « préparait activement d’autres attaques » au nom de l’organisation État islamique (EI). Une source française est moins affirmative : « En l’état, rien ne permet d’affirmer son implication. » Reste que d’après les témoignages recueillis par Le Point.fr auprès des entourages familiaux, Charaffe al-Mouadan, le Français tué le 24 décembre dernier par un tir de drone, était considéré comme un leader.

Une personnalité charismatique

Al-Mouadan et Amimour avaient été arrêtés à la mi-octobre 2012 avec un troisième habitant de Drancy, Samir Bouabout : ils projetaient de partir combattre, au Yémen ou en Afghanistan, via la Somalie. Dans le trio, visé par un mandat d’arrêt depuis octobre dernier, l’ascendant était clairement exercé par al-Mouadan, se souvient une source proche de l’enquête de l’époque. Dernier d’une fratrie de huit enfants, ce fils d’un mécanicien est né à Bondy de parents marocains. Bouabout le qualifiait de personnalité charismatique.

C’est d’ailleurs al-Mouadan qui avait entrepris le premier des démarches pour partir dans une zone de combat. Il était en relation avec des Français interpellés à Djibouti alors qu’ils tentaient de se rendre en Somalie en avril 2012. Un mois auparavant, Charaffe al-Mouadan s’était inscrit aux cours de l’Association nationale de tir de la police, où il a manipulé des armes de guerre, selon des documents émanant d’un service de renseignements consultés par Le Point.fr. Il y avait par la suite présenté ses deux acolytes.

Rescapé

Chômeur, inscrit à Pôle emploi, Charaffe al-Mouadan avait réussi à contracter un prêt à la consommation de 20 000 euros, une somme qu’il avait rapidement retirée en espèces. D’après les procès-verbaux d’interrogatoire, s’il avait souhaité rejoindre une zone de djihad en 2012, il déclara avoir abandonné le projet du fait de son manque d’entraînement. Une fois la garde à vue passée et sa mise en examen signifiée, Charaffe al-Mouadan s’équipe pourtant en matériel de randonnée afin de préparer son aventure meurtrière en Syrie. Il parvient à s’y rendre en septembre 2013. À sa compagne de l’époque, il confie qu’il va « à la guerre ». Elle refuse de l’accompagner.

Charaffe al-Mouadan faisait l’objet de deux mandats d’arrêt internationaux, l’un émis par le juge Marc Trévidic en octobre 2013, l’autre, deux ans plus tard, par le magistrat antiterroriste David Bénichou. Après la mort d’al-Mouadan, Samir Bouabout est le seul rescapé du trio. Certains disent qu’il pourrait faire parler de lui dans les prochaines semaines.

 

FIL-Charaffe-151230
FIL-Charaffe-151230

 

 

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/attentats-a-paris-charaffe-al-mouadan-etait-dans-le-viseur-des-autorites-des-2012-7781079330

Attentats à Paris : Charaffe al-Mouadan était dans le viseur des autorités dès 2012

 

REPLAY – Charaffe al-Mouadan, le jihadiste français tué par une frappe américaine en Syrie et directement lié aux attentats du 13 novembre avait inquiété les autorités avant d’être relâché.

 

7768563613_les-membres-d-un-groupe-djihadiste-en-syrie-pres-d-alep-le-19-juillet-2012
Charaffe el-Mouadan est apparu dans les radars des autorités françaises dès 2012 Crédit Image : AFP Crédit Média : Thomas Prouteau

 

par Thomas Prouteau , Eléanor Douet publié le 30/12/2015 à 08:29

La première fois que Charaffe al-Mouadan apparaît dans le collimateur des policiers français, c’est en 2012. Âgé de 23 ans, le jeune homme de Drancy en Seine-Saint-Denis, né de deux parents marocains, projette alors de partir faire le djihad au Yémen ou en Afghanistan. Il est interpellé avec deux comparses, dont son proche ami Samy Amimour, futur kamikaze du Bataclan.

Les enquêteurs découvrent que Charaffe al-Mouadan s’est entraîné dans un stand de tir et qu’il a fait un prêt de 20.000 euros. Son discours est fondamentaliste, même s’il ne porte aucune tenue islamique. Mais Charaffe al-Mouadan, intégré, titulaire d’un bac scientifique, et installateur de caméra de surveillance, n’apparaît pas comme dangereux. La justice le laisse donc libre.

10 responsables de l’EI tués en décembre

Quelques mois plus tard, en 2013, il décolle pour la Syrie où il prend le nom de guerre d’Aba Souleylaman. Le jihadiste français s’affiche alors sur les réseaux sociaux, tunique noire, et barbe fournie. Mais surtout, il rallie le groupe d’Abdelhamid Abaaoud et son ami Samy Amimour, deux assaillants des attentats du 13 novembre où 130 personnes ont été tuées. Selon les militaires américains qui l’ont tué le 24 décembre dernier dans une frappe, Charaffe el-Mouadan préparait d’autres attaques en Europe, ce qui a justifié son exécution.

Charaffe Al-Mouadan « préparait activement d’autres attaques », a indiqué le colonel Steve Warren, porte-parole de la coalition anti-État islamique, le 29 décembre. Le combattant français, qui a été tué le 24 décembre, compte parmi 10 autres responsables de l’État islamique tués au mois de décembre, a précisé le colonel Warren.

La rédaction vous recommande

Attentats à Paris : Charaffe al-Mouadan un voisin « sans histoire » à la radicalisation express

 

REPLAY / REPORTAGE – À Drancy, en Seine-Saint-Denis, où Charaffe al-Mouadan a grandi, certains voisins se disent surpris par les révélations sur le jeune homme quand d’autres évoquent une radicalisation rapide.

 

7781076823_la-maison-ou-residait-charaffe-al-mouadan-illustration
À Drancy où il a grandi, certains voisins évoquent la radicalisation de Charaffe al-Mouadan

 
par Jacques Serais , Eléanor Douet publié le 30/12/2015 à 09:14

Il a grandi à Drancy, en Seine-Saint-Denis, entouré de sa famille dans un quartier tranquille composé d’une dizaine de pavillons aux petites entrées avec portail. Charaffe al-Mouadan qui serait lié aux attentats du 13 novembre, a été tué dans une frappe américaine le 24 décembre en Syrie. La famille al-Mouadan , « des gens normaux, très discrets », explique Rosa, une voisine. La famille du jihadiste refuse pour le moment de s’exprimer. Les volets blancs de la maison sont baissés.

Le jeune homme de 26 ans, « avait l’air très calme, c’était un garçon gentil, sans problème. Je n’avais jamais entendu d’histoires concernant Charaffe », précise Rosa. Un garçon sans problème ? Fatima, habitante du quartier dit pourtant avoir eu des soupçons il y a plus d’un an. « Je voyais venir des personnes avec une barbe, habillées avec la tenue longue et immatriculées en Belgique ». Des aller-retours jusqu’au jour où la police vient perquisitionner la maison.

Proche de Samy Amimour

« Quand il y a eu l’assaut à Saint-Denis, le matin-même, la police est venue ici. Nous les voisins, on a su que c’était à propos des attentats« , raconte Fatima. Pour le moment, l’implication de Charaffe el-Mouadan dans ces attaques n’est pas encore établie. Seule certitude : il était proche d’un autre jeune de Drancy : Sami Amimour, l’un des kamikazes du Bataclan. En 2013, arrivé en Syrie, il rallie le groupe d’Abdelhamid Abaaoud, l’un des cerveaux présumés des attentats du 13 novembre.

Biographie du jihadiste français C. El Mouadan tué en Syrie le 24 décembre et proche d’un des auteurs des attentats de Paris. 89 x 74 mm
afp.com – Kun TIAN, Thomas SAINT-CRICQ
30 déc 2015
Mise à jour 30.12.2015 à 09:30
Par Nicolas GAUDICHET avec Benjamin LEGENDRE à Drancy

AFP

© 2015 AFP

Le jihadiste français Charaffe El Mouadan, dont les Américains ont annoncé mardi la mort en Syrie, était proche d’au moins un des kamikazes du Bataclan, Samy Amimour, sur lequel il exerçait un ascendant.

Selon le Pentagone, ce Français a été tué le 24 décembre. Washington le présente comme « lié directement » à Abdelhamid Abaaoud, le jihadiste belge soupçonné d’être l’organisateur des attentats du 13 novembre à Paris, et affirme qu’il « préparait activement d’autres attaques » au nom de l’organisation Etat islamique (EI).

Une source française est moins affirmative: « En l’état, rien ne permet d’affirmer son implication » dans ces attentats, les plus meurtriers jamais commis en France.

Mais, sans évoquer de liens établis avec Abaaoud, cette source relève qu’El Mouadan, 26 ans, était un ami d’Amimour. Le pavillon blanc de la famille El Mouadan à Drancy, au nord de Paris, a d’ailleurs été perquisitionné quatre jours après les attaques, selon une source proche du dossier.

Mardi les volets du pavillon étaient baissés et la famille refusait de s’exprimer devant la presse. « On l’a connu enfant, c’est trop dur », dit une voisine. « Il avait l’air très calme », ajoute une autre habitante du quartier, Rosa, 23 ans, qui parle d’une famille « discrète, sans histoire » et sans « signe apparent de radicalisation ».

El Mouadan et Amimour avaient été arrêtés mi-octobre 2012 avec un troisième habitant de Drancy, Samir Bouabout: ils projetaient de partir combattre, au Yémen ou en Afghanistan, via la Somalie.

Dans le trio, visé par un mandat d’arrêt depuis octobre dernier, l’ascendant était clairement exercé par El Mouadan, se souvient une source proche de l’enquête de l’époque.

Dernier d’une fratrie de huit enfants, ce fils d’un mécanicien est né à Bondy de parents marocains.

- Départ groupé en Syrie -

C’est dans le pavillon familial que le jeune homme semble basculer dans l’islamisme radical, en « surfant » sur internet. Un mode d’initiation « virtuel » qui semble avoir été celui d’Amimour et de Bouabout.

Selon un proche entendu par les services antiterroristes, El Mouadan, qui a grandi dans une famille pratiquante, n’était « au départ, pas trop religion » avant d’en adopter une « vision extrémiste ». Il ne fréquentait pas de mosquée particulière, selon ce témoignage rapporté à l’AFP par une source proche du dossier.

Le maire de Drancy Jean-Christophe Lagarde a toutefois évoqué mardi le rôle d’un « recruteur qui fréquentait la mosquée du Blanc-Mesnil », commune voisine.

En mars 2012, El Mouadan, Amimour et Bouabout s’inscrivent dans un club de tir sportif, pour s’aguerrir, reconnaîtront-ils. El Mouadan contracte un prêt à la consommation de 20.000 euros pour financer le périple avorté.

Mais après le coup de filet d’octobre 2012, il affirme aux enquêteurs avoir abandonné tout projet de jihad, préférant opter pour une « hijra », une immigration en terre d’islam avec pour but affiché de parfaire ses connaissances en arabe.

Il semble d’ailleurs avoir brièvement séjourné en Tunisie comme Bouabout, selon une source proche du dossier. Le projet « yéménite » avait échoué en raison du manque de contacts et d’une mauvaise maîtrise de l’arabe.

Les trois hommes sont mis en examen mais laissés libres. Un an plus tard, ils sont en Syrie: El Mouadan part le premier. Rapidement suivi par Bouabout et Amimour, repérés en Turquie le 6 septembre 2013. Ils sont accompagnés d’Omar Mostefaï, autre kamikaze du Bataclan.

Auprès de ses proches, El Mouadan invoque la dimension « humanitaire » du séjour syrien. Mais il incite en vain un de ses aînés à le rejoindre et envoie à un autre des photos de lui souriant et armé, rapporte une source proche du dossier.

Selon cette source, Mostefaï, Amimour, Bouabout et El Mouadan ont pu rester dans le même secteur en Syrie. Les deux premiers sont morts au Bataclan. Après avoir cru qu’il pouvait être passé en Grèce en septembre, les enquêteurs sont convaincus que Bouabout était en Syrie au moment des attaques.

Quel rôle a joué El Mouadan? Selon un témoin, au Bataclan, avant l’assaut policier, l’un des assassins a demandé à son comparse s’il comptait appeler « Souleymane ». Agacé, son complice lui aurait répondu qu’ils allaient terminer l’opération « à leur sauce ».

« Abou Souleymane » (le père de Souleymane) est la « kounya » (surnom) qu’utilisait El Mouadan en Syrie et sur son compte Twitter, suspendu. Mais c’est un prénom commun. Les enquêteurs travaillent notamment sur un autre « Abou Souleymane », qui serait un Belge.

Par Nicolas GAUDICHET avec Benjamin LEGENDRE à Drancy
© 2015 AFP
Mise à jour 30.12.2015 à 09:30

 

 

http://www.bfmtv.com/societe/de-bondy-a-la-syrie-le-parcours-de-charaffe-al-mouadan-le-jihadiste-francais-tue-par-la-coalition-940099.html

De Bondy à la Syrie: le parcours de Charaffe al-Mouadan, le jihadiste français tué par la coalition

 

30/12/2015 à 12h08

Tué le 24 décembre par des frappes de la coalition en Syrie, Charaffe al-Mouadane était un combattant de Daesh. Soupçonné d’être en lien direct avec le commando du Bataclan, le jihadiste affirmait en 2012 n’avoir jamais eu « la moindre intention terroriste ».

 

Ami d’enfance de Samy Amimour, un membre du commando du Bataclan et en lien direct avec Adbelhamid Abaaoud, le combattant français de Daesh Charaffe al-Mouadan a été tué le 24 décembre dernier en Syrie par des frappes de la coalition.

Né à Bondy (Seine-Saint-Denis) en octobre 1989, Charaffe al Mouadan a principalement vécu à Drancy. Il était bachelier option maths et diplômé d’un BTS en informatique.

Footballeur et auto-entrepreneur

Selon nos informations, il s’est aussi rendu en Allemagne pendant un an, recruté par un club de football. Après une blessure qui a mis fin à sa carrière naissante, il a du retourner en France sans pouvoir remettre un pied sur les terrains pendant deux ans. Il créé ensuite une auto-entreprise de dépannage informatique et de surveillance.

Il est arrêté en octobre 2012 avec Samy Amimour, son ami d’enfance, et Samir Bouabout. Les trois hommes sont placés sous contrôle judiciaire pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme.

En 2012, il ne savait pas s’il était « capable de passer à l’action »

A l’époque, il est déjà considéré comme l’instigateur d’un départ groupé vers le Yémen, afin de rejoindre les rangs d’Al Qaeda dans la Péninsule arabique. A l’époque il explique qu’il pratique l’islam depuis trois ans seulement.

Al-Mouadan nie alors tout penchant jihadiste, même s’il dit projeter de s’exiler en Tunisie pour pratiquer sa religion avec plus de ferveur. Révolté contre les opérations militaires occidentales en Afghanistan, il assure :

« Je pourrais même dire qu’à un moment précis de ma vie j’étais prêt à mourir en martyr pour défendre les musulmans opprimés » mais « je ne sais pas si je serais capable de passer à l’action ».

Il ajoute, au juge Trévidic du pôle antiterrorisme du tribunal de grande instance de Paris :

« Je voudrais vous dire que je n’ai jamais eu la moindre intention terroriste ni ici, ni ailleurs, c’est en dehors de mes idées, de mon univers. »

En lien avec un membre d’Aqmi

Toujours en 2012, il est en contact avec un certain Abdul M’Bodji, basé au Mali, qui se rend chez lui au mois de février. Aujourd’hui soupçonné de faire partie de la police d’Aqmi, M’Bodji a été condamné par défaut en France en janvier 2015 pour avoir embrigadé des Français.

Pour compléter sa formation, Charaffe al-Mouadan s’entraîne dans un stand de tir, se prépare physiquement et contracte un prêt à la consommation de 20.000 euros. Cette somme lui permettra d’acheter du matériel pour son départ en Syrie.

En 2013, le départ pour la Syrie

Il disparaît ainsi peu de temps après son arrestation alors qu’il est sous contrôle judiciaire. Il est soupçonné d’avoir rejoint la Syrie en 2013, voire dès 2012.

Les enquêteurs ont pu remonter sa piste grâce au témoignage d’un otage du Bataclan, comme l’affirmait Le Parisien le 21 décembre dernier. Selon le rescapé, l’un des kamikaze a demandé à son complice s’il « comptait appeler Souleymane ». Abou Souleymane » (le père de Souleymane) était en effet  la « kounya » (surnom) qu’utilisait El Mouadan en Syrie et sur son compte Twitter, suspendu.

Malgré tout, il s’agit d’un prénom commun. Les enquêteurs travaillent notamment sur un autre « Abou Souleymane », qui serait un Belge.

Par M.L., C.D.

 

 

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-novembre-a-paris/video-attentats-de-paris-qui-etait-charaffe-el-mouadan-le-jihadiste-francais-tue-dans-des-frappes-en-syrie_1245182.html

VIDEO. Attentats de Paris : qui était Charaffe El-Mouadan, le jihadiste français tué dans des frappes en Syrie ?

 

Le combattant de l’Etat islamique avait un lien direct avec Abdelhamid Abaaoud, l’instigateur présumé des attentats.

 

FRANCE 2
francetv.info Par Francetv infoMis à jour le 30/12/2015 | 14:24 , publié le 30/12/2015 | 13:49

 

Il connaissait Abdelhamid Abaaoud, l’instigateur présumé des attaques du 13 novembre, et était un ami d’enfance de Samy Amimour, un des tueurs du Bataclan. Charaffe El-Mouadan, un jihadiste français de 26 ans, a été tué dans des frappes de la coalition internationale contre l’Etat islamique en Syrie, a annoncé l’armée américaine mardi 29 décembre.

« Un étudiant comme les autres »

Charaffe El-Mouadan a grandi dans un quartier populaire de Drancy, en Seine-Saint-Denis. A cette époque, le futur jihadiste ne fait pas parler de lui. « Je l’ai croisé au lycée et c’était un étudiant comme les autres », se rappelle un de ses voisins, interrogé par France 2.

Charaffe El-Mouadan se radicalise sur internet avec un autre de ses amis, Samy Amimour, au printemps 2012. Quelques mois plus tard, le jeune homme rejoint les rangs de l’Etat islamique, sous le nom de « Souleymane ». Il pourrait avoir participé à l’organisation des attentats de Paris, depuis la Syrie.

 

 
http://www.lesoir.be/1081798/article/actualite/fil-info/fil-info-monde/2015-12-30/djihadiste-el-mouadan-bien-ete-tue-par-une-frappe-coalition-anti-ei

Le djihadiste El Mouadan a bien été tué par une frappe de la coalition anti-EI

 

Rédaction en ligne
Mis en ligne il y a 4 heures

Le djihadiste français Charaffe El Mouadan a bien été tué le 24 décembre lors d’une frappe aérienne de la coalition contre le groupe État islamique, a confirmé mercredi le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Interrogé par la presse lors d’une rencontre à Paris avec des soldats, le ministre a simplement déclaré : « Oui, je peux vous le confirmer », en ajoutant qu’il n’avait « pas d’autre commentaire à faire ».

Mardi, un porte-parole américain basé à Bagdad a révélé que dix responsables du groupe État islamique avaient été tués en décembre par des frappes menées en Irak et en Syrie. Parmi eux, Charaffe El Mouadan, 26 ans, qui avait selon ce porte-parole un « lien direct » avec les membres des commandos qui ont mené les attaques du 13 novembre à Paris (130 morts et des centaines de blessés), et notamment leur chef, Abdelhamid Abaaoud, tué le 18 novembre lors d’un assaut de la police française contre l’appartement dans lequel il était réfugié.



Justinpetitcoucou : visites en hausse

http://justinpetitcoucou.unblog.fr/2015/12/30/justinpetitcoucou-visites-en-hausse/

Le phénomène a commencé hier vers 17h00 et concerne les trois blogs Petitcoucou, Justinpetitcoucou et Satanistique : les lecteurs affluent de partout pour l’article que j’ai consacré à Samir Bouabout le 21 décembre dernier.

Je présume qu’il est provoqué par l’annonce de la mort de son ami Charaffe el-Mouadan.

Voilà dans quelles proportions il se manifeste sur Justinpetitcoucou aujourd’hui à 20h00 :

 

graph_month justin 14

 

Pages les plus visitées

Aujourd’hui
Page Hits
/2015/12/21/samir-bouabout-agent-de-securite-devenu-terroriste/ 64
/category/le-post/ 18
/page/9/ 17
/2015/01/13/amedy-coulibaly-a-l-ecole-du-crime-a-fleury-merogis/ 16
/ 15
/2015/01/25/des-menaces-de-cyprien-luraghi-sur-le-post/comment-page-1/ 15
/2015/01/10/7-janvier-2015-jour-de-paradoxes/comment-page-1/ 15
/category/folie/ 8
/category/lcr-npa/ 7
/category/crime/ 7

 

Cette semaine
Page Hits
/ 285
/2015/01/13/amedy-coulibaly-a-l-ecole-du-crime-a-fleury-merogis/ 89
/2015/12/21/samir-bouabout-agent-de-securite-devenu-terroriste/ 88
/category/le-post/ 54
/2015/01/10/7-janvier-2015-jour-de-paradoxes/comment-page-1/ 50
/2015/01/25/des-menaces-de-cyprien-luraghi-sur-le-post/comment-page-1/ 50
/category/nemrod34/ 46
/2015/12/24/comment-cyprien-luraghi-sest-moque-de-michel-walter/ 38
/category/folie/ 37
/category/corruption/ 33

 

Depuis la création du blog
Page Hits
/2015/03/13/la-famille-merah-impliquee-dans-une-execution-de-letat-islamique/ 10486
/ 6343
/2015/01/13/amedy-coulibaly-a-l-ecole-du-crime-a-fleury-merogis/ 3281
/2015/01/16/suicides-de-policiers-a-limoges-un-rapport-avec-cherif-kouachi/ 1619
/category/crime/ 431
/2015/03/30/crash-de-barcelonnette-un-nouveau-scandale-pour-les-laboratoires-servier/ 409
/page/2/ 351
/2015/03/04/nemrod34-sen-va-t-en-guerre-le-deni-en-bandouliere/ 342
/2015/03/28/antidepresseurs-dinnombrables-attentats-psychiatriques-passes-sous-silence/ 329
/page/3/ 328

 

Statistiques avancées :

 

Visiteurs – 30 derniers jours

Date Visites Unique Rebonds
30/12/2015 82 78 68
29/12/2015 53 52 42
28/12/2015 28 27 21
27/12/2015 31 29 25
26/12/2015 17 16 14
25/12/2015 11 11 6
24/12/2015 14 14 10
23/12/2015 25 25 23
22/12/2015 34 32 27
21/12/2015 21 20 18
20/12/2015 11 11 9
19/12/2015 12 9 7
18/12/2015 20 18 15
17/12/2015 23 20 16
16/12/2015 23 23 18
15/12/2015 41 40 34
14/12/2015 21 20 17
13/12/2015 30 27 23
12/12/2015 17 15 14
11/12/2015 14 13 12
10/12/2015 20 20 12
09/12/2015 28 28 22
08/12/2015 20 19 18
07/12/2015 25 22 21
06/12/2015 37 30 28
05/12/2015 17 13 16
04/12/2015 40 34 32
03/12/2015 24 21 21
02/12/2015 16 16 12
01/12/2015 36 32 30
Unique TOTAL Somme: 735 Moyenne: 25

 

Pages – aujourd’hui

Page Unique Visites
Samir Bouabout : agent de sécurité devenu terroriste ? at Justinpetitcoucou 23 24
Samir Bouabout : agent de sécurité devenu terroriste ? | Justinpetitcoucou 23 23
Justinpetitcoucou 4 5
Amedy Coulibaly : à l’école du crime à Fleury-Mérogis at Justinpetitcoucou 3 3
2015 janvier archive at Justinpetitcoucou 2 2
Amedy Coulibaly : à l’école du crime à Fleury-Mérogis | Justinpetitcoucou 2 2
Attentats du 13 novembre : un second terroriste s’est entraîné au tir avec des policiers at Justinpetitcoucou 2 2
Justinpetitcoucou › Se connecter 1 2
La famille Merah impliquée dans une exécution de l’Etat Islamique | Justinpetitcoucou 2 2
Autres 18 19

 

Vue d’ensemble – aujourd’hui

Visiteurs 82
Visiteurs uniques 78
Pages vues 98 (Ø 1.2)
Pages vues max.par visite 3
Temps total passé 0h 10m 33s
Temps par visite 0h 0m 8s
Nombre de sauts 68 (83%)

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo