Younes Abaaoud de retour en Europe ?

Coucou Younes !

Est-ce bien toi qui m’as lue depuis Djeddah il y a quelques semaines, ou bien un de tes grands frères ?

Que fais-tu les armes à la main à ton âge ?

Tu devrais être à l’école !

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/attentats-terroristes-a-paris/20160411.OBS8243/younes-abaaoud-15-ans-de-retour-en-france-pour-venger-son-frere.html

Younes Abaaoud, 15 ans, de retour en France pour venger son frère ?

 

Younes Abaaoud, 15 ans, de retour en France pour venger son frère ?

Younes Abaaoud. ((Capture d’écran/L’Obs))

 

Mi- février, Interpol a intercepté une conversation entre le cadet de la fratrie Abaaoud et sa soeur.

L'ObsPublié le 11 avril 2016 à 13h08

 

Faut-il craindre un retour de Younes Abaaoud en France ? Selon « Paris Match« , le frère cadet d’Abdelhamid Abaaoud – organisateur présumé des attentats de Paris, tué à Saint-Denis le 18 novembre 2015 – serait sur le point de rentrer en Europe pour « venger son frère ». Il est âgé de seulement 15 ans.

Younes, « lionceau du califat » et petit frère d’Abdelhamid Abaaoud

« J’arrive à 10 heures »

Annoncé mort début février, Younes Abaaoud serait bel et bien vivant. D’après une note d’Interpol, consulté par « Paris Match », l’adolescent – qui fait l’objet d’un suivi de l’antiterrorisme belge depuis deux ans – aurait récemment été localisé par les enquêteurs belges en Arabie Saoudite « probablement en compagnie d’autres personnes non identifiées ».

Le document fait état d’un coup de fil inquiétant passé depuis Djeddah par le jeune homme à sa soeur, qui vit en Belgique, le 18 février 2016 :

« J’arrive à 10 heures », aurait indiqué le jeune homme à sa soeur Yasmina, d’après la note d’Interpol.

Dans le dossier d’Interpol – baptisé « Calanque » – qui lui est consacré, le « lionceau du Califat » est décrit comme un « mineur disparu », un « tueur », « guerrier-djihadiste », « à arrêter et mettre en détention aussitôt ». Et Interpol prévient : Younes Abaaoud pourrait avoir  »changé son aspect physique » et voyager « avec de faux papiers d’identité ».

Contacté par « Paris Match », la Place Beauvau dément avoir eu connaissance de la note d’Interpol et « conteste l’information selon laquelle Younes Abaaoud serait revenu en France. »

 

Younes Abaaoud de retour en Europe ? dans Attentats

Son retour prochain en France avait déjà été annoncé quelques jours seulement après la mort de son frère aîné Abdelhamid Abaaoud. Le 3 décembre, un compte Facebook proche des milieux djihadistes avait publié une photo du jeune homme – qui se ferait désormais appeler Abû Mansûr – en treillis militaire assortie d’une menace :

« Abu Omar al-Soussi (nom islamiste d’Abdelhamid Abaaoud) est mort en martyr, mais son frère est toujours en vie. Nous sommes en route vers vous, adorateurs de la croix. »

Emmené à 13 ans

Début 2014, Younes Abaaoud avait été récupéré par son frère Abdelhamid à la sortie de son école à Molenbeek, pour l’emmener avec lui en Syrie, rejoindre l’Etat islamique et intégrer la Katiba Al-Battar – « l’épée des prophètes » -, un escadron mené par des Libyens ou se regroupent de nombreux djihadistes belges.

VIDEO. Molenbeek, Abdeslam Abrini, et les réseaux djihadistes : un si petit monde

Longtemps présenté par la propagande de l’Etat islamique comme le plus jeune djihadiste étranger de l’organisation terroriste, il a été surnommé le « lionceau du Califat » et apparaît depuis sur de nombreuses photos de combattants diffusés par l’Etat islamique.

Dans son testament publié début février dans le magazine de propagande francophone « Dar al-Islam », Abdelhamid Abaaoud avait glissé quelques mots au sujet de son jeune frère :

« Soyez comme des grands frères pour Abû Mansûr, encadrez-le dans le bien afin qu’il devienne un lion du tawhîd par la science islamique et militaire. »

L.B.

L'Obs

L’Obs

Journaliste

 

http://www.parismatch.com/Actu/International/Younes-Abaaoud-15-ans-de-retour-de-Syrie-942641

Younes Abaaoud, 15 ans, de retour de Syrie

Paris Match|Publié le 10/04/2016 à 13h15 |Mis à jour le 10/04/2016 à 13h56

Younes Abaaoud (à droite) a 13 ans lorsqu'il rejoint les rangs de Daech en Syrie. Il pose ici avec un autre djihadiste.

Younes Abaaoud (à droite) a 13 ans lorsqu’il rejoint les rangs de Daech en Syrie. Il pose ici avec un autre djihadiste. D.R.

Selon une note d’Interpol, le jeune djihadiste aurait déjà quitté la Syrie et serait en train de se rendre en Europe, où il espère venger la mort de son frère.

«J’arrive ici à 10 heures.» Ces quatre mots prononcés le 18 février dernier lors d’un échange téléphonique ont eu de quoi mettre en alerte tous les services européens. D’après une note d’Interpol que nous avons pu consulter, ils ont été prononcés par Younes Abaaoud lors d’une conversation avec sa sœur Yasmina. Depuis plus de deux ans, le benjamin de la fratrie Abaaoud fait l’objet d’un suivi par l’anti-terrorisme belge. Younes n’a que 13 ans en janvier 2014 lorsque son frère Abdelhamid vient le chercher à l’école à Molenbeek pour l’emmener en Syrie. Les deux frères y intègrent la Katiba Al-Battar (Epée des prophètes) menée par des Libyens. Ils s’illustrent sur les réseaux sociaux avec des séquences macabres. Présenté comme le plus jeune djihadiste étranger de l’organisation terroriste, Younes apparaît souriant sur des photos armé d’une Kalachnikov. La propagande de Daech autour de cette jeune recrue fonctionne si bien que même en Finlande, une adolescente se dit fan de Younes Abaaoud comme on peut l’être de Claude François.

Puis Abelhamid Abaaoud est donné pour mort. Mais l’information est un leurre, un «false flag», destinée à tromper les enquêteurs. Il revient discrètement en Europe pour préparer les attentats de Paris du 13 novembre 2015. Il trouvera la mort le 18 novembre à Saint-Denis lors de l’assaut donné par le Raid et de la BRI. Les enquêteurs constatent une nouvelle fois que le terrorisme islamiste est parfois une affaire de famille. Outre Abdelhamid et Younes, un troisième frère, Yacine Abaaoud, est emprisonné au Maroc.

A Interpol, le dossier qui lui est consacré porte un nom: « Calanque »

Le 3 décembre 2015, un combattant belge annonce depuis la Syrie le retour de Younes Abaaoud. Le benjamin de la fratrie dit vouloir venger la mort de son ainé. La nouvelle est prise au sérieux. A Interpol aussi, Younes a gagné une certaine notoriété. Le dossier qui lui est consacré porte un nom: «Calanque». Mais rebondissement, à son tour Younes est donné pour mort. La nouvelle parvient le 9 février 2016 aux services de renseignement. Elle sera rendue publique une semaine plus tard par le quotidien flamand «Het laatste Niuews». La ficelle est trop grosse et les services redoublent d’attention. Les enquêteurs belges vont bientôt localiser le djihadiste de 15 ans en Arabie Saoudite «probablement en compagnie d’autres personnes non identifiées», lit-on dans la note de l’organisation internationale de police que nous avons pu consulter. On y apprend que c’est depuis Djeddah qu’il joint sa soeur en Belgique le 18 février. Sur cette note qui sera diffusée quelques heures après l’interception téléphonique, on peut lire une description de Younes comme un «terroriste», «tueur», «guerrier-djihadiste». Abaadoud est signalé comme un «mineur disparu», «dangereux», «à arrêter et mettre en détention aussitôt», précise le document.

Younes et Abdelhamid

Younes Abaaoud ici avec son frère Abdelhamid en Syrie. L’adolescent a alors 14 ans. D.R.

 

Une photo récente est jointe au message qui prévient du risque «qu’il ait changé son aspect physique et voyage avec de faux papiers d’identité». Les enquêteurs indiquent que le jeune Abaaoud pourrait prendre un avion «pour n’importe quelle destination en Turquie, au Maroc ou en Europe». Ils précisent qu’il serait susceptible d’embarquer sur un vol qui se pose à Paris Charles de Gaulle le vendredi à 7h30. Pas d’Abaaoud dans l’avion, sans quoi, il est fort à parier que la police française l’aurait arrêté. Contacté par un journaliste de la rédaction, le Ministère de l’Intérieur dément avoir eu connaissance de cette note et conteste l’information selon laquelle Younes Abaaoud serait revenu en France. Toutefois, la question reste en suspend. «S’il est rentré en Europe et qu’il se promène avec une fausse identité, c’est difficile pour nous de le retrouver», confie un enquêteur européen.

 

http://www.lesoir.be/1184541/article/actualite/regions/bruxelles/2016-04-18/parquet-bruxelles-enquete-sur-retour-en-europe-younes-abaaoud

Le parquet de Bruxelles enquête sur le retour en Europe de Younes Abaaoud

 

Belga
Mis en ligne lundi 18 avril 2016, 12h34

Le petit frère d’Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris, serait de retour en Europe afin de « venger son frère ».

 

Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête sur un éventuel retour de Younes Abaaoud en Europe ou en Belgique. Il n’est toutefois pas en mesure de confirmer les rumeurs de son retour sur le territoire européen, belge voire à Bruxelles relayées par plusieurs médias, a indiqué lundi sa porte-parole. Younes Abaaoud, 15 ans, est le frère du terroriste Abdelhamid Abaaoud, un des auteurs des attentats de Paris. En janvier 2014, ce dernier qui était parti faire le djihad en Syrie, est revenu en Belgique, notamment à Molenbeek-Saint-Jean, où il a enlevé son jeune frère à l’insu de ses parents, afin de l’emmener en Syrie.

Selon différents médias, qui se basent sur des documents d’Interpol, Younes Abaaoud serait en chemin vers l’Europe afin de venger la mort de son frère. Le 18 février, il aurait prévenu sa sœur qu’il arriverait dans les 10 heures.

Le jeune homme est pisté par les services de renseignement depuis plusieurs années après que son frère l’a emmené en Syrie alors qu’il avait 13 ans.

 

http://www.lesoir.be/1185649/article/actualite/belgique/2016-04-19/l-ocam-sur-menace-terroriste-danger-n-est-pas-ecarte

L’Ocam sur la menace terroriste: «Le danger n’est pas écarté»

Belga
Mis en ligne mardi 19 avril 2016, 12h33

Le niveau de menace terroriste reste à 3 sur une échelle de 4.

 

Des informations ont été reçues selon lesquelles des nouveaux combattants de l’Etat islamique ont été envoyés vers l’Europe et la Belgique, a indiqué mardi l’Ocam (Organe de coordination pour l’analyse de la menace), lors d’une conférence de presse. Le niveau de la menace terroriste en Belgique reste à 3 (sur une échelle de 4), a ajouté le patron de l’Ocam Paul Van Tigchelt.

La menace terroriste signifie que le risque d’une attaque terroriste reste «  possible  » et «  vraisemblable  », quatre semaines après les attentats qui ont touché Bruxelles et Zaventem.

«  L’enquête s’est déroulée de manière intense et a connu de sérieuses progressions  », a souligné Paul Van Tigchelt. «  Mais le danger n’est pas écarté. »

Des combattants de Daesh envoyés vers l’Europe

De plus, l’Ocam a reçu des «  signaux  » montrant que des combattants (Foreign Terrorist Fighters) ont été envoyés par l’Etat islamique vers l’Europe, mais aussi la Belgique, ou qu’ils souhaitent revenir. Au sujet de ceux-ci, le patron de l’Ocam n’a pas fait davantage de commentaires. Au sujet de Younes Abaaoud, dont le nom circule dans la presse , il a confirmé qu’il était «  avéré que le jeune était parti ou avait été enlevé vers la Syrie  », mais n’a pas donné plus d’informations sur sa position actuelle, «  pour ne pas compromettre l’enquête en cours  ».

Les mesures de sécurité mises en place

Alain Lefevre, directeur général du centre de crise, est, lui, revenu sur les mesures de sécurité actuellement mises en place. «  Après une analyse le 15 avril dernier, des mesures de sécurité renforcées ont été appliquées. »

Ces dernières visent les sites stratégiques, comme Brussels Airport et les aéroports régionaux, les onze grandes gares du pays, les transports en commun (le métro bruxellois en particulier) ainsi que les sites nucléaires et radiologiques. Outre ces lieux, sont aussi concernées les «  soft targets  », endroits à forte concentration de personnes, soit par exemple les centres commerciaux ou les cinémas.

Des informations contradictoires

Concernant les appels qui ont été reçus au centre de crise le jour des attentats, M. Lefevre indique que les éléments «  concernant la chronologie des faits sont gardés pour la commission d’enquête  ». «  Quand le centre de crise reçoit une information, il faut la collecter, la vérifier, l’analyser, l’évaluer et, ensuite, décider de manière collégiale quelles sont les mesures à prendre au cas par cas. Il n’y a pas d’automatismes. »

Après l’attentat dans le métro à Maelbeek, «  beaucoup d’informations contradictoires ont par exemple été reçues  », notamment concernant le lieu exact de l’attaque, a-t-il conclu.

 

http://www.lesoir.be/1185781/article/actualite/belgique/2016-04-19/younes-abaaoud-retour-en-belgique-l-ocam-ne-confirme-pas

Younes Abaaoud de retour en Belgique? L’Ocam ne confirme pas

avec Belga
Mis en ligne mardi 19 avril 2016, 14h10

Le patron de l’Ocam n’a pas donné plus d’informations sur sa position « pour ne pas compromettre l’enquête en cours ».

 

Les rumeurs continuent de circuler concernant le retour en Belgique de Younes Abaaoud, le petit frère d’Abdelhamid Abaaoud. Le patron de l’Ocam (Organe de coordination pour l’analyse de la menace) a confirmé qu’il était «  avéré que le jeune était parti ou avait été enlevé vers la Syrie  », mais n’a pas donné plus d’informations sur sa position actuelle, «  pour ne pas compromettre l’enquête en cours  ».

Une enquête ouverte

Une enquête a été ouverte par le Parquet sur un éventuel retour de Younes Abaaoud en Europe ou en Belgique. Il n’est pas non plus en mesure de confirmer les rumeurs de son retour sur le territoire européen, belge voire à Bruxelles relayées par plusieurs médias, a indiqué lundi sa porte-parole.

► Le parquet de Bruxelles enquête sur le retour en Europe de Younes Abaaoud

Younes Abaaoud, 15 ans, est le frère du terroriste Abdelhamid Abaaoud, un des auteurs des attentats de Paris. En janvier 2014, ce dernier qui était parti faire le djihad en Syrie, est revenu en Belgique, notamment à Molenbeek-Saint-Jean, où il a enlevé son jeune frère à l’insu de ses parents, afin de l’emmener en Syrie.



Le Suédois Osama Krayem, impliqué dans l’attaque du 22 mars 2016, également inculpé pour les attentats de Paris

A tout hasard, je précise ou rappelle avoir toujours eu parmi mes lecteurs réguliers chez OverBlog de juin 2010 à juin 2013 un bon peloton de Belges ainsi que des Néerlandais et des Suédois. Egalement des gens du Nord, notamment à Chéreng, dans l’arrondissement de Lille. Et un lecteur régulier d’Auterive qui n’a plus donné signe de vie après l’interpellation d’Abdelkader Merah le 21 mars 2012. Il s’était mis à consulter mon blog plusieurs fois par jour après que j’eus commencé à publier sur les assassinats commis par son frère Mohamed, à compter du 18 mars 2012.

Précédemment, début février 2012, j’avais été menacée du « virgule » (le calibre 11,43) dans les commentaires sur un blog spécialisé très fréquenté par des voyous, dont des amis des deux psychopathes Pascal Edouard Cyprien Luraghi et Jean-Marc Donnadieu, après que le premier m’y eut dénoncée comme « poucave ». A la même époque, ce malade mental extrêmement dangereux multipliait aussi les menaces de mort à mon encontre sur son propre blog et dans les commentaires qu’il me laissait encore sur mon blog « Un petit coucou » sur OverBlog.

 

http://www.7sur7.be/7s7/fr/36487/Attentats-a-Bruxelles/article/detail/2680808/2016/04/19/Osama-Krayem-egalement-inculpe-pour-les-attentats-de-Paris.dhtml

Osama Krayem également inculpé pour les attentats de Paris

 

Par: rédaction
19/04/16 – 20h02  Source: Belga

Le Suédois Osama Krayem, impliqué dans l'attaque du 22 mars 2016, également inculpé pour les attentats de Paris dans Attentats media_xll_8589246 © Facebook.

Osama Krayem, le deuxième terroriste présumé de l’attentat à la station de métro Maelbeek, a été inculpé pour les attentats à Paris, a indiqué mardi le parquet fédéral, confirmant une information de la VRT. Le Suédois de 23 ans avait déjà été inculpé pour les attentats de Bruxelles.

Osama Krayem, qui utilisait également la fausse identité de Naïm Al Ahmed, a été récupéré par Salah Abdeslam le 3 octobre à Ulm (Allemagne). Il a été formellement identifié comme l’homme en compagnie de Khalid El Bakraoui dans le métro bruxellois le jour des attentats. Il était aussi présent dans le complexe City 2 lors de l’achat des sacs qui servirent lors des attentats.

Le Suédois, ancien combattant en Syrie, a reconnu qu’il était censé se faire exploser, vraisemblablement à un endroit différent de Khalid El Bakraoui. Il a finalement renoncé et s’est débarrassé de son sac à dos contenant des explosifs. Sa cible, ainsi que le lieu où se trouve le sac, demeurent inconnus.

Des traces d’Osama Krayem ont été retrouvées à de nombreux endroits utilisés par les terroristes pour préparer les attentats de Paris et Bruxelles. Le parquet fédéral donnera davantage de détails dans un communiqué mercredi.

Lire aussi

 

http://www.franceinfo.fr/fil-info/article/ossama-k-reste-en-detention-preventive-parquet-belge-783841

Ossama K. reste en détention préventive (parquet belge)

 

par Rédaction de France Info mercredi 20 avril 2016 14:36

 

Un communiqué du parquet fédéral belge annonce ce mercredi qu’Ossama K., le Suédois soupçonné de participation aux activités d’un groupe terroriste et d’assassinats terroristes, restera en détention préventive pour au moins un mois. Il peut faire appel de cette décision.

« L’instruction a pu mettre en évidence que c’est au moyen d’un véhicule loué par Salah Abdeslam que Ossama K. a été pris en charge le 3 octobre 2015 à Ulm, en Allemagne, et ramené en Belgique. Il aurait ensuite été présent dans plusieurs caches utilisées par le groupe terroriste, et notamment celle de Schaerbeek, rue Henri Bergé », précise le communiqué.

par Rédaction de France Info mercredi 20 avril 2016 14:36

 

 
http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/attentats-de-bruxelles/qui-est-osama-krayem-le-suedois-inculpe-dans-l-enquete-sur-les-attentats-de-paris-et-de-bruxelles_1413531.html

Qui est Osama Krayem, le Suédois inculpé dans l’enquête sur les attentats de Paris et de Bruxelles ?

 

Le jihadiste a été identifié comme le deuxième homme sur les images de vidéosurveillance de la station Maelbeek.

 

 Une rame à la station Maelbeek du métro de Bruxelles (Belgique), le 22 mars 2016. La Stib, qui exploite le réseau, a confirmé à francetv info qu'il s'agissait bien de la rame touchée.

Une rame à la station Maelbeek du métro de Bruxelles (Belgique), le 22 mars 2016. La Stib, qui exploite le réseau, a confirmé à francetv info qu’il s’agissait bien de la rame touchée.(DR)

marie.violette.bernard dans CrimeMarie-Violette Bernard

Mis à jour le 20/04/2016 | 11:28, publié le 20/04/2016 | 10:35

Il était déjà impliqué dans les attentats de Bruxelles. Osama Krayem apparaît désormais dans l’enquête sur les attentats de Paris. Le Suédois d’origine syrienne, identifié comme le deuxième homme sur les images de vidéosurveillance de la station de métro Maelbeek, a également été inculpé d’assassinats terroristes pour son rôle dans les attaques du 22 mars. C’est ce qu’a indiqué le parquet fédéral belge, mardi 19 avril. Francetv info fait le point sur ce que l’on sait de ce jihadiste.

Un Suédois d’origine syrienne

Osama Krayem, fils d’un exilé syrien, a grandi en banlieue de Malmö, dans le sud de la Suède. Le jeune homme, âgé de 23 ans, fréquente la mosquée de son quartier mais boit, fume et multiplie les petits trafics. « Il a grandi comme n’importe quel enfant, puis il a rencontré des amis à l’école et ensuite ils sont devenus un groupe que leurs parents n’ont pas pu contrôler », raconte Ali Ibrahim, l’ancien imam de la mosquée de Rosengard, à France 3.

Osama Krayem se radicalise très rapidement. « Dans les deux ou trois mois avant son départ, il a cessé de voir ses amis, se souvient un proche, cité par le Huffington Post. Il écoutait des prêches d’imams sur son téléphone portable, il laissait pousser sa barbe. C’est devenu quelqu’un d’autre. »

Début 2015, le jeune homme quitte subitement la Suède pour la Syrie.  »Tout à coup, il a disparu sans prévenir, puis il a appelé de l’étranger pour dire qu’il était avec l’Etat islamique et qu’il ne reviendrait pas », ajoute sa tante, Akhlass, interrogée par France 3. Quelques jours plus tard, il pose sur Facebook avec une kalachnikov, devant un drapeau du groupe terroriste. Les images auraient été prises à Deir Ezzor, dans une région de Syrie contrôlée à 60% par les jihadistes de l’Etat islamique.

Il a des liens avec Salah Abdeslam

Les enquêteurs belges ont retracé le parcours d’Osama Krayem après son séjour en Syrie. Selon le parquet belge, le Suédois est revenu en Europe avec un flot de réfugiés arrivés sur l’île de Leros, précise France 2. Il est enregistré par les autorités grecques sous le nom de Naïm Al Hamed, le 20 septembre 2015.

Osama Krayem est récupéré le 3 octobre 2015 à Ulm (Allemagne), par une voiture louée par Salah Abdeslam. Les deux hommes rejoignent Bruxelles en compagnie d’Amine Choukri, arrêté en même temps que Salah Abdeslam à Bruxelles, et un quatrième homme non identifé.

Il aurait renoncé à se faire exploser à Maelbeek

Osama Krayem a été arrêté par la police belge le 8 avril dernier, le même jour que Mohamed Abrini. Selon Le Parisien, il aurait été retrouvé grâce à son portable. Un conducteur de tram bruxellois se serait rappelé avoir entendu l’un de ses passagers déclarer au téléphone : « Il faut préparer trois sacs pour l’attaque. » Les enquêteurs ont pu retracer cet appel grâce à la vidéosurveillance.

Les empreintes d’Osama Krayem ont été retrouvées dans l’appartement de la rue Max Roos, d’où les assaillants de l’aéroport de Zaventem sont partis. Le Suédois était en outre présent à City 2, un centre commercial de Bruxelles, lors de l’achat des sacs qui ont été utilisés pour transporter les explosifs des attaques du 22 mars.

Osama Krayem a également été filmé en compagnie du kamikaze Khalid El Bakraoui, quelques minutes avant l’attaque à la station Maelbeek. Il aurait toutefois renoncé à se faire exploser dans le métro et « fait demi-tour » à la dernière minute, selon l’un de ses avocats, Vincent Lurquin. Les enquêteurs recherchent toujours le sac à dos que portait le Suédois le jour des attentats et qui pourrait avoir servi à transporter une bombe.

Il serait impliqué dans les attentats de Paris

Osama Krayem aurait également joué un rôle dans les attaques du 13 novembre, selon plusieurs médias belges. « Des empreintes digitales lui appartenant ont été retrouvées dans plusieurs planques ayant servi lors des préparatifs de ces attaques », précisé la chaîne flamande VTM. Le Suédois a été inculpé dans l’enquête sur les attentats de Paris, a confirmé mardi 19 avril le parquet fédéral belge, cité par l’agence de presse Belga.



Et voilà, les terroristes Luraghi et consorts ont décidé d’attaquer des plages européennes !

C’est absolument minant, je ne peux toujours rien dire sans qu’immédiatement ça se transforme en cauchemar, et ce, quel que soit mon mode d’expression, public ou non, mes échanges privés étant toujours illégalement captés puis débattus entre eux par les « déconnologues » de la bande du psychopathe Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

 

http://www.planet.fr/societe-deguises-en-vendeurs-de-glace-le-projet-fou-de-daesh-pour-cet-ete-en-france.1060082.29336.html

Déguisés en vendeurs de glace : le projet fou de Daesh pour cet été en France

 

Publié par Lisa Hanoun le Mercredi 20 Avril 2016 : 09h29
Déguisés en vendeurs de glace : le projet fou de Daesh pour cet été en France

 

Les plages de la Méditerranée sont-elles menacées par l’organisation Etat islamique ? Les services de renseignements allemands craignent en effet des attaques cet été dans les stations balnéaires européennes.

Les plages françaises, espagnoles et italiennes seraient les nouvelles cibles de l’organisation Etat islamique pour cet été, comme le révèle le quotidien allemand Bild. Le tabloïd s’appuie sur une source des services de renseignements allemands.

Selon le quotidien germanique, les terroristes pourraient se déguiser en vendeurs de glaces ou de churros pour sillonner les plages discrètement. Ils projeteraient ensuite d’attaquer au fusil d’assaut ou de se faire exploser sur les plages arpentées par les touristes. Les terroristes viseraient également les boutiques de souvenirs dans les stations balnéaires.

“Cela pourrait représenter une nouvelle dimension de la terreur de Daesh. Les plages de vacanciers sont difficiles à protéger”, a affirmé un haut-représentant allemand sous-couvert d’anonymat dans le quotidien.

Toujours selon Bild, ces attaques seraient fomentées par des kamikazes au Sénégal. Ils se revendiqueraient de Boko Haram qui s’est affilié à Daesh en mars 2015.

A lire aussi : Pourquoi n’arrive-t-on pas à éradiquer l’Etat islamique ?

L’Italie annonce ne pas être au courant de ces menaces

Cependant, les autorités italiennes ont démenti toute rumeur d’attentat. « Il n’y a pas d’avertissement de cet ordre », a affirmé une source italienne au quotidien Il Corriere della Sera. Pour les services secrets italiens qui ont été cités comme première cible des terroristes par le quotidien allemand, ces informations sont « sans fondement ».

Le président italien de la commission parlementaire sur la sécurité, Giacomo Stucchi, a également déclaré à la presse italienne : « Personne ne nous a parlé d’attaques de ce genre », avant d’appeler le journal allemand à mieux vérifier ses sources.

 

 

http://www.20minutes.fr/societe/1829787-20160419-plages-mediterraneennes-pourraient-elles-etre-prochaine-cible-daesh

Les plages méditerranéennes pourraient-elles être la prochaine cible de Daesh ?

 

TERRORISME Les services de renseignement de certains pays européens craignent une attaque calquée sur celle de Sousse, en Tunisie…

Illustration de touristes sur une plage de la Méditerranée.
Illustration de touristes sur une plage de la Méditerranée. – Claude Paris/AP/SIPA
Clémence Apetogbor
    • Publié le 19.04.2016 à 16:09
    • Mis à jour le 19.04.2016 à 16:50

 

Les plages de la Méditerranée pourraient-elles être la cible des djihadistes de l’organisation Etat islamique cet été ? C’est ce que craignent les services secrets de certains pays européens moins d’un an après une attaque contre un hôtel tunisien à Port El Kantaoui, près de Sousse, si l’on en croit mardi le journal Bild, citant des sources au renseignement allemand et italien. ​ Mais les services secrets italiens, cités par la presse belge, ont démenti​.  « Il n’y a pas d’avertissement de cet ordre », a affirmé de son côté une source italienne anonyme au quotidien.

De son côté, ​Bild​ avance que les régions côtières de l’Italie, de la France et de l’Espagne seraient visées et que ce, selon les autorités italiennes, qui en ont informé leurs homologues européennes, des assaillants déguisés en vendeurs ambulants pourraient attaquer au fusil d’assaut une plage extrêmement peuplée. L’utilisation de ceintures explosives est également évoquée. De quoi « créer une nouvelle dimension de la terreur de l’EI », a déclaré sous le couvert de l’anonymat un haut fonctionnaire allemand au Bild. Avant de rappeler que « les plages sont difficiles à protéger ».

La menace venue de Boko Haram ?

Selon d’autres sources, le danger viendrait de sympathisants sénégalais de Boko Haram, groupe terroriste nigérian qui a fait allégeance à Daesh en mars 2015.

Dans un rapport du chef de la police d’une ville sénégalaise, celui-ci explique pourquoi il est si difficile de contrôler les allées et venues des vendeurs ambulants, révèle Bild. « En raison de leurs activités commerciales et pour leur réapprovisionnement en marchandises, des hommes font la navette de façon régulière entre l’Italie et l’Afrique. Et c’est tout à fait légal, puisqu’ils possèdent des papiers en règle et même des visas. »

Corriere della Sera.

 

http://www.liberte-algerie.com/international/daech-viserait-les-plages-europeennes-246124

Ses éléments sont en route pour commettre des attentats

Daech viserait les plages européennes

Par Lyès Menacer

le 20-04-2016 10:00

Et voilà, les terroristes Luraghi et consorts ont décidé d'attaquer des plages européennes ! dans Attentats d-daech-viserait-les-plages-europeennes-df4e1

Suite aux menaces de Daech, la vigilance est de mise. ©D. R.

La série d’arrestations en Belgique, en France, en Espagne et dans d’autres pays européens, à la suite des attentats de Paris et de Bruxelles, a mis au jour l’existence d’un réseau terroriste prêt à frapper partout et à n’importe quel moment sur le Vieux Continent.

La Belgique est sur le qui-vive, mais l’Italie aussi et leurs homologues européens qui craignent de nouveaux attentats de l’organisation terroriste autoproclamée État islamique (Daech), selon la presse belge et allemande. En Belgique, c’est l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam) qui a sonné l’alerte sur la base de nouvelles informations qui ont été collectées ces derniers jours, a rapporté la presse locale.
Selon cet organisme, il y a des “signaux” qui montrent que le risque d’attaques terroristes est “possible” et “vraisemblable”, expliquant que Daech a envoyé ses éléments vers l’Europe pour commettre des attaques d’envergure. “L’enquête s’est déroulée de manière intense et a connu de sérieuses progressions”, a déclaré Paul Van Tigchelt, le responsable de l’Ocam, ajoutant que le niveau de menace reste à 3 sur une échelle de 4. “(…) Le danger n’est pas écarté”, a-t-il souligné. Et le journal allemand Bild est là pour confirmer les inquiétudes des autorités belges, en affirmant que Daech envisagerait de perpétrer des attentats sur les plages européennes, comme il l’a déjà fait dans un complexe touristique à Sousse, la ville balnéaire du Nord-Est tunisien. Le tabloïd allemand s’appuie sur des sources proches des services secrets berlinois qui, eux, détiennent des informations fournies par leurs homologues italiens, un des pays qui accueillent des centaines de milliers de touristes durant la saison estivale.
Mais les côtes méditerranéennes de la France et de l’Espagne seraient également concernées par les risques d’attentats, a averti Bild, notamment la zone touristique espagnole Costa del Sol, où les terroristes peuvent se fondre dans la masse en se faisant passer pour des “marchands de souvenirs ou de boissons”. C’est ce qui explique, en partie, l’empressement des Européens et leur soutien indéfectible du gouvernement d’union nationale libyen, dont l’entrée en fonction à Tripoli constitue, pour eux, un pas de plus dans la lutte contre toute tentative d’arrivée des terroristes de Daech, en provenance des côtes libyennes dans les rangs des migrants et réfugiés africains, surtout qu’à l’approche de l’été, le nombre de candidats à l’émigration clandestine augmente notablement. Bild a d’ailleurs fait référence à ce risque, en affirmant que parmi les terroristes suspectés de commettre des attentats dans le sud de l’Europe, il y a des Sénégalais, directement liés à Boko Haram. Ce mouvement terroriste avait fait allégeance à l’État islamique en 2015 et entretient des liens avérés avec les autres organisations terroristes dans le Sahel et en Libye.
Des organisations terroristes qui obligent des migrants désespérés à rejoindre leur rang, dans la perspective de les envoyer faire le “jihad” en Europe.

Lyès Menacer



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo