Henri Guaino douzième candidat à la primaire de la droite

En voilà encore un qui n’aime pas certains magistrats, il ne faudrait pas l’oublier…

 

http://www.lepoint.fr/politique/henri-guaino-candidat-a-la-primaire-de-la-droite-13-06-2016-2046238_20.php

Henri Guaino candidat à la primaire de la droite

 

Hier homme de l’ombre, conseiller de Philippe Séguin, de Jacques Chirac, puis de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino a annoncé lundi sa candidature chez Léa Salamé sur France Inter.

 

Par

Modifié le 13/06/2016 à 10:57 – Publié le 13/06/2016 à 08:41 | Le Point.fr
Henri Guaino, 59 ans, est le douzième candidat à se présenter à la primaire de la droite.
Henri Guaino, 59 ans, est le douzième candidat à se présenter à la primaire de la droite. © AFP

 

Et un de plus, le douzième. À cinq mois de la primaire de la droite qui doit désigner le candidat LR à l’élection présidentielle de 2017, Henri Guaino a annoncé lundi sa candidature chez Léa Salamé sur France Inter. « Je ne pouvais pas rester les bras croisés », a-t-il justifié. Le député des Yvelines a beau soutenir, depuis des mois, que cette primaire est une « très mauvaise idée », il a décidé de se lancer dans la bataille pour incarner l’idéal « gaulliste » qu’il regrette de ne pas voir incarné sur l’échiquier politique. « Personne ne défend l’idée du gaullisme. Et ce vide a tendance à être occupé par une parodie de gaullisme », argue Henri Guaino dénonçant les tentatives de récupération du « Général » par les extrêmes.

Reconnaissant qu’il n’a pas encore tous les parrainages, même s’il n’est pas loin des 20 adoubements de parlementaires Les Républicains nécessaires pour pouvoir se présenter, mais avouant, dans le même temps, qu’il n’a pas les 250 signatures d’élus « républicains » et de 2 500 militants, Henri Guaino a souligné qu’il était plus difficile de participer à la primaire qu’à la présidentielle. S’il n’obtient pas les signatures, il se lancera tout de même dans la course à l’Élysée, a-t-il averti.

Nicolas Sarkozy informé

Ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy qu’il assure avoir prévenu de sa candidature, mais dont il n’a pas souhaité livrer la réaction, Henri Guaino entend incarner la ligne du gaullisme social. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard s’il annonce sa candidature à la primaire de la droite et du centre le jour où François Hollande se rend à Colombey-les-Deux-Églises pour rendre hommage au premier président de la Ve République.

Confiant vouloir lutter contre « la pensée unique, la politique d’austérité et l’orthodoxie financière imposées par l’Europe », se situant en dehors d’un régime de parti « fossilisé », selon ses propres termes, Henri Guaino espère ainsi lutter, à sa manière, contre la montée des populismes. Né le 11 mars 1957 à Arles, issu d’un milieu modeste (sa mère, femme de ménage l’élève seule avec sa grand-mère), Henri Guaino est historien et économiste de formation.

Non à Maastricht

Après trois échecs au concours d’entrée à l’École nationale d’administration (ENA), il a commencé sa carrière professionnelle dans le privé : au Crédit lyonnais tout en enseignant parallèlement à l’École supérieure de commerce de Paris et à l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Entré à la direction du Trésor au ministère des Finances, comme chargé de mission, il a été, tour à tour, proche de Philippe Séguin, Robert Poujade, maire de Dijon, et Franck Borotra, secrétaire général du RPR. Opposé au référendum sur le traité de Maastricht, en 1992, il a travaillé au cabinet de Charles Pasqua en tant que conseiller technique au ministère de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire, avant de se mettre au service de Jacques Chirac en 1995, dont il fera, à travers des discours inspirés, l’apôtre de la lutte contre la « fracture sociale ». Mais c’est en tant que « plume » de Nicolas Sarkozy, puis son conseiller spécial à l’Élysée qu’il est le plus connu.

 

http://www.lepoint.fr/politique/guaino-les-raisons-d-une-candidature-13-06-2016-2046285_20.php

Guaino, les raisons d’une candidature

 

Sur France Inter, le député des Yvelines a annoncé sa candidature à la primaire des Républicains. Il veut faire vibrer la corde du gaullisme. Un fou ?

 

Par ,

Modifié le 13/06/2016 à 11:23 – Publié le 13/06/2016 à 11:20 | Le Point.fr
Henri Guaino se lance dans la bataille pour la présidentielle de 2017.
Henri Guaino se lance dans la bataille pour la présidentielle de 2017. © BALTEL/SIPA

 

Quand Henri Guaino exprime une divergence, il est de bon ton, chez ses amis des Républicains, d’affirmer qu’il boude, que cela lui passera, qu’un coup de fil de Nicolas Sarkozy lui fournira son petit shoot d’affection. Avec lui, on convoque volontiers Freud et Dolto… C’est le drame et la chance du député des Yvelines, désormais candidat à la primaire, que de posséder cette nature particulière, fiévreuse et exaltée, qui le fait ainsi passer pour un « fêlé » auprès de l’ancien président et pour un « homme habité », selon les mots de son ancien maître en politique, Philippe Séguin. Le drame étant que, malgré sa réelle capacité de travail et ses convictions en granit, il n’est pas toujours pris au sérieux des siens, que François Fillon et Alain Juppé haussent épaules et sourcils dès lors que l’on prononce son nom devant eux – en outre, ils ne l’aiment pas et c’est réciproque. Ils n’ont pas le temps de s’attarder sur le « cas » – car, dans leurs bouches, c’est ainsi que se pose le problème Guaino – d’une ancienne plume mégalomaniaque. Mais la chance du gaulliste est de susciter précisément l’inverse sentiment chez les sympathisants de droite, mais aussi chez ceux de la gauche du PS et du Front national. Son discours social plaît au-delà de la seule droite et on n’est pas certain qu’il se fasse éjecter manu militari de la place de la République si d’aventure il rendait visite aux Nuit debout. À l’heure où règnent la communication et la phrase pesée et sous-pesée, Guaino, lui, semble faire preuve de spontanéité et d’authenticité, quitte à hurler sur un plateau télé quand il ne le quitte pas façon Maurice Clavel.

Une voix particulière à faire entendre

Son ennemi est cette « pensée unique », celle qu’il pourfendait déjà en 1992 lors du référendum de Maastricht. La pensée unique a aujourd’hui, à l’entendre, le visage des candidats Les Républicains à la primaire, tous libéraux, tous respectueux des traités européens et du sacro-saint couple franco-allemand. Cependant, on aurait pu considérer qu’à la fin, en traînant des pieds à reculons, il rallierait Sarkozy, comme Séguin toujours ralliait Chirac, au nom d’un lien ancien, sentimental, laissant aussi place à une forme de raison politique. On ne saura jamais ce que pense réellement Guaino de Sarkozy. Jamais. Il le tait et se réfrène quand les mots qu’on devine durs lui piquent la gorge au point de le faire toussoter. C’est pourtant peu dire qu’il n’aime pas la trajectoire prise par l’ancien président depuis son retour en politique. Ce dernier, futur candidat à la primaire cité dans moult affaires, a pris le parti de s’entourer d’anciens flics, de technos dociles et de politiques-snipers habitués des chaînes d’info en continu. Où sont les intellectuels, les idéologues, ceux qui rappellent l’histoire et disent combien il est nécessaire d’en être à la hauteur ? Patrick Buisson pouvait avoir des obsessions toxiques, dixit Guaino, mais il avait au moins le mérite d’avoir des idées et une représentation du monde. Le député des Yvelines pleure la mort du gaullisme à droite et s’inquiète d’entendre Florian Phillippot parler comme… lui.

À l’heure où même Jean-Luc Mélenchon semble avoir retrouvé le chemin de la nation, Guaino entend relever de son tas de poussière la croix de Lorraine et lui rendre un peu de son lustre d’antan. La conversion récente ou plus ancienne des candidats à la primaire LR au libéralisme le laisse penser qu’il a une voix particulière à faire entendre durant la primaire ou à la présidentielle, car, s’il n’a pas ses parrainages, il prévient qu’il se présentera directement devant les Français. Une voix particulière qu’il veut faire entendre, à 50-50, sur l’économie comme sur l’identité, ce sujet qui travaille la société. Ce n’est pas un hasard si Guaino a attendu le récent discours de Sarkozy sur ce thème pour se déclarer candidat. Il n’a pas aimé la tonalité, l’absence de souffle historique et la vision purement ethnique qui en émane. S’il est un adepte de l’assimilation, il la veut pour tous, pour les Français de souche, hébétés par une certaine culture américaine et télévisuelle, comme pour les Français de fraîche date, qui entendraient cultiver leurs cultures d’origine au point d’être en contravention avec les principes républicains. L’auteur de La Sottise des modernes (Plon) refuse de laisser le sujet à ceux qui ne savent pas en parler ou qui, par intérêt politique, veulent en faire un marchepied, quitte à jouer avec des allumettes sur un baril de poudre. Sur France Inter, il a récité ce triptyque qui devrait être sa ligne de conduite durant cette campagne des primaires : « cohésion sociale », « justice » et « ordre ».



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo