Satanistique : des statistiques riches d’enseignements

Les statistiques du blog Satanistique étant bien réapparues là où je les attends et les trouve habituellement peu de temps après ma première publication du jour – j’avais signalé le problème à Google qui ainsi a peut-être pu y remédier très rapidement – je peux désormais vous les présenter.

Elles ont ceci d’intéressant que l’hébergeur me donne des tableaux récapitulatifs sur la provenance de mes visiteurs de blog mettant parfois en évidence des groupes de lecteurs inattendus, comme des Russes il y a quelques mois, et actuellement des Coréens du Sud et des Chinois de Hong Kong.

Voilà donc ces chiffres pour la journée d’aujourd’hui, la semaine, le mois, et toutes les périodes depuis la création du blog le 21 mars 2014 :

 

- du 3 juillet 2016 à 19h00 au 4 juillet 2016 à 18h00 (heure américaine) :

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

France

80

Corée du Sud

21

Hong Kong

13

États-Unis

6

Irlande

5

Ukraine

5

Allemagne

4

Pays-Bas

4

Brésil

3

Espagne

3

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Chrome

65 (40%)

Internet Explorer

46 (28%)

Firefox

34 (21%)

Safari

11 (6%)

SamsungBrowser

2 (1%)

GSA

1 (<1%)

Opera

1 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

100 (62%)

Android

39 (24%)

Macintosh

7 (4%)

Linux

5 (3%)

iPhone

5 (3%)

Unix

2 (1%)

iPad

2 (1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

- du 27 juin 2016 à 19h00 au 4 juillet 2016 à 18h00 :

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

France

518

États-Unis

65

Russie

48

Allemagne

28

Ukraine

23

Corée du Sud

22

Irlande

14

Hong Kong

13

Belgique

8

Brésil

8

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Chrome

501 (48%)

Firefox

277 (26%)

Internet Explorer

125 (12%)

Safari

94 (9%)

SamsungBrowser

11 (1%)

Mobile Safari

6 (<1%)

CriOS

4 (<1%)

GSA

4 (<1%)

Opera

3 (<1%)

PhantomJS

1 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

769 (75%)

Android

89 (8%)

iPhone

60 (5%)

Macintosh

36 (3%)

Linux

34 (3%)

Unix

17 (1%)

iPad

17 (1%)

Android 2.3.4

1 (<1%)

BB10

1 (<1%)

Unknown

1 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

- du 5 juin 2016 à 19h00 au 4 juillet 2016 à 18h00 :

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

France

2106

États-Unis

268

Ukraine

219

Allemagne

152

Russie

87

Irlande

82

Brésil

43

Canada

33

Belgique

31

Portugal

30

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Chrome

1634 (43%)

Firefox

1299 (34%)

Safari

397 (10%)

Internet Explorer

286 (7%)

SamsungBrowser

60 (1%)

GSA

25 (<1%)

Mobile Safari

24 (<1%)

Opera

19 (<1%)

PhantomJS

11 (<1%)

CriOS

10 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

2596 (68%)

Android

316 (8%)

iPhone

215 (5%)

Macintosh

199 (5%)

Linux

173 (4%)

Unix

153 (4%)

iPad

97 (2%)

Unknown

11 (<1%)

Android 6.0

6 (<1%)

BB10

4 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

- du 21 mars 2014 au 4 juillet 2016 :

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

France

30273

Russie

8543

États-Unis

6538

Allemagne

3056

Ukraine

2212

Suisse

661

Royaume-Uni

598

Irlande

591

Turquie

533

Pologne

444

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Firefox

20701 (32%)

Chrome

17865 (27%)

Internet Explorer

17482 (27%)

Safari

5883 (9%)

Mobile Safari

578 (<1%)

SamsungBrowser

528 (<1%)

GSA

372 (<1%)

Opera

273 (<1%)

CriOS

172 (<1%)

BingPreview

156 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

47727 (74%)

Android

4058 (6%)

Macintosh

3878 (6%)

iPhone

3175 (4%)

Linux

2740 (4%)

iPad

1350 (2%)

Unix

860 (1%)

Other Unix

531 (<1%)

BB10

70 (<1%)

Unknown

34 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

Après ces précisions sur mes visiteurs de blog, passons à leurs lectures ou visites de pages.

L’hébergeur me fournit les chiffres et graphiques suivants :

 

- depuis la création du blog, le 21 mars 2014 :

 

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
135
Pages vues hier
76
Pages vues le mois dernier
3 788
Historique global des pages vues
64 623
Membres
0

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

Plus »

Sources du trafic

Plus »

Participants

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog

 

Soit, dans le détail :

- mars 2014
Pages vues : 247
- avril 2014
Pages vues : 354
- mai 2014
Pages vues : 258
- juin 2014
Pages vues : 514
- juillet 2014
Pages vues : 431
- août 2014
Pages vues : 768
- septembre 2014
Pages vues : 950
- octobre 2014
Pages vues : 896
- novembre 2014
Pages vues : 890
- décembre 2014
Pages vues : 1 164
- janvier 2015
Pages vues : 3 320
- février 2015
Pages vues : 2 308
- mars 2015
Pages vues : 3 490
- avril 2015
Pages vues : 2 842
- mai 2015
Pages vues : 2 580
- juin 2015
Pages vues : 1 874
- juillet 2015
Pages vues : 1 735
- août 2015
Pages vues : 2 676
- septembre 2015
Pages vues : 1 775
- octobre 2015
Pages vues : 3 488
- novembre 2015
Pages vues : 5 143
- décembre 2015
Pages vues : 3 714
- janvier 2016
Pages vues : 3 423
- février 2016
Pages vues : 4 618
- mars 2016
Pages vues : 2 940
- avril 2016
Pages vues : 3 327
- mai 2016
Pages vues : 4 620
- juin 2016
Pages vues : 3 649
- juillet 2016
Pages vues : 629

Total : 64 623

 

Le nombre de pages vues sur ce blog a sensiblement augmenté une première fois au mois de juin 2014 puis une seconde fois au mois d’août 2014 et a ensuite connu deux envolées majeures aux mois de janvier et novembre 2015, qui correspondent aux attentats de Paris.

 

- pour la période du 5 juin 2016 au 4 juillet 2016 :

 

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

 

 

Dans le détail, les pics de visites qui apparaissent sur ce graphe sont les suivants :

- 5 juin 2016
Pages vues : 137
- 8 juin 2016
Pages vues : 156
- 13 juin 2016
Pages vues : 142
- 17 juin 2016
Pages vues : 108
- 20 juin 2016
Pages vues : 136
- 23 juin 2016
Pages vues : 229
- 28 juin 2016
Pages vues : 176
- 2 juil. 2016
Pages vues : 318
- Aujourd’hui
Pages vues : 138

 

A plusieurs reprises, ils correspondent aux visites de mon inquiétant lecteur de Tunisie (voir mes articles des 13 juin, 17 juin et 3 juillet 2016) ou aux dates où ont récemment été commis des attentats islamistes, comme le 2 juillet 2016.



Cyprien Luraghi, « destroyer », tueur en série et usurpateur revendiqué

Ayant d’autres préoccupations toujours plus urgentes et ultra stressantes liées à toutes les exactions dont je suis victime de sa part depuis 2008, je n’avais jusqu’à présent jamais pris le temps de m’attarder à ses choix de pseudonymes sur le site Rue89.

Je me rattrape aujourd’hui avec cet article.

A l’évidence, pour le psychopathe, mythomane et usurpateur patenté Pascal Edouard Cyprien Luraghi qui ne peut s’empêcher de parler de lui-même comme il se manifeste à ses victimes à tout instant sans pouvoir toujours le faire de manière très claire eu égard aux risques encourus, en l’occurrence, une interpellation suivie de quelques années de détention puis de réclusion criminelle, le choix des deux personnages de « Max Schultz » et « Itzig Finkelstein » comme pseudonymes successifs sur le site Rue89 depuis fin 2014 ne doit rien au hasard.

Il trahit une psychopathologie et des activités qui correspondent exactement à ce dont je me plains de sa part et que je dénonce assez souvent dans mes écrits publics le concernant, faute d’être jamais suivie par les autorités judiciaires brestoises.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Z_3_Max_Schultz

Z 3 Max Schultz

Z 3 Max Schultz
Image illustrative de l'article Z 3 Max Schultz

Type Destroyer
Histoire
A servi dans War Ensign of Germany 1938-1945.svg Kriegsmarine
Chantier naval Deutsche Werke, Kiel
Quille posée 2 janvier 1935
Lancement 30 novembre 1935
Armé 8 avril 1937
Statut Coulé le 22 février 1940
Équipage
Équipage 313-325 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 119 m
Maître-bau 11,36 m
Tirant d’eau 4,23 m
Déplacement 2 232 t
Port en lourd 3 156 t
Propulsion 2 turbines à vapeur Wagner
6 chaudières Wagner
Puissance 63 000 ch
Vitesse 36 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement
Rayon d’action 1 900 miles nautiques à 19 nœuds (715 tonnes de fuel)
modifier Consultez la documentation du modèle

Le Z 3 Max Schultz est un destroyer de la Classe Type 1934 de la Kriegsmarine.

Le nom du navire est un hommage au capitaine de corvette Max Schultz, mort durant la Première Guerre mondiale lors d’une bataille contre les Britanniques sur le torpilleur V 69 le 23 janvier 1917.

Sommaire

Histoire

Le 27 août 1939, le Max Schultz éperonne dans la nuit à l’est de Bornholm le torpilleur Tiger, qui coule à pic. L’équipage est récupéré par le destroyer. Ce dernier est gravement endommagé et doit être tracté par son sister-ship, le Georg Thiele, jusqu’à Świnoujście. Les travaux sont faits par Stettiner Oderwerke.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le bateau est principalement utilisé dans la mer du Nord pour la pose de mines ou la guerre commerciale.

Le destroyer prend part le 22 février 1940 à l’opération Wikinger (de) dans le Dogger Bank, en compagnie des autres destroyers Leberecht Maass, Richard Beitzen, Erich Koellner, Theodor Riedel et Friedrich Eckoldt, pour poser des mines près des côtes anglaises. La flottille est attaquée par erreur par un Heinkel He 111, la Luftwaffe n’étant pas informée de l’opération. Lors des manœuvres d’évitements, le Leberecht Maass percute une mine anglaise et coule. En allant récupérer l’équipage, le Max Schultz touche de même une mine et coule peu après l’explosion. L’ensemble de l’équipage de 308 hommes trouve la mort.

Commandement

Voir aussi

Notes et références

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Nazi_et_le_Barbier

Le Nazi et le Barbier

Le Nazi et le Barbier
Auteur Edgar Hilsenrath
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Roman grotesque
Version originale
Langue Anglais
Titre The Nazi and the Barber. A Tale of Vengeance
Éditeur Doubleday Publishing
Lieu de parution New York
Date de parution 1971
Version française
Traducteur (de l’allemand) Jörg Stickan, Sacha Zilberfarb, avec le concours du Centre national du livre
Éditeur Éditions Attila
Lieu de parution Rayol-Canadel-sur-Mer
Date de parution 2010
Type de média Publication imprimée
Couverture Henning Wagenbreth
Nombre de pages 488
ISBN 978-2-7578-2853-3
Chronologie
Précédent Fuck America, Attila, 2009 Orgasme à Moscou, Attila, 2012 Suivant
modifier Consultez la documentation du modèle

L’ouvrage Le Nazi et le Barbier (Der Nazi & der Friseur) de l’écrivain juif-allemand Edgar Hilsenrath est un roman grotesque sur la Shoah et la judaïté en liaison avec le national-socialisme et la création de l’État d’Israël. Il est publié pour la première fois en 1971 aux États-Unis par les éditions Double Day1. En mêlant burlesque et grotesque, s’apparentant aussi à la comédie paradoxale2, il raconte le destin d’un Allemand acquis aux idées nazies dont la lente et parfaite métamorphose en un juif stéréotypé lui permettra d’échapper à la justice des hommes, mais pas forcément à sa conscience. La première édition allemande date de 19773 chez Literarischer Verlag Braun, Cologne; c’est cette version qui a été traduite et publiée par les éditions Attila.

Sommaire

Résumé

Deux amis inséparables Max Schulz et Itzig Finkelstein grandissent ensemble dans la même petite ville de campagne en Allemagne. Le premier vit dans un monde sans repère marqué par la violence et la sexualité dépravée de sa mère et son beau-père; le second évolue dans un monde juif traditionnel sans anicroches, presque tout tracé. Max imite Itzig en tout : il observe, apprend, copie et adopte la personne qu’il admire jusqu’au jour du discours déclencheur du Führer qui annonce le basculement de l’intrigue. Le paradoxe de ces deux personnages est que leur physique ne correspond pas à leurs origines respectives selon les clichés de l’époque : Itzig a le type arien, Max rappelle sans aucune hésitation le physique caricatural du juif dépeint par la propagande des XIXe siècle et XXe siècle. Tout le roman est basé sur cette confusion cyclique, cette tare que Max saura transformer en un avantage quand le moment l’exigera. Une fois la métamorphose de Max en Itzig parachevée, les trois-quarts du roman emmène le lecteur dans deux environnements qui lui sont nettement moins familiers: celui de Berlin en ruines pendant la Nachkriegszeit et celui de la création de l’État d’Israël avec ses organisations clandestines, les kibboutzim et les différentes guerres qu’a connues ce pays avec les pays voisins. Le petit garçon allemand insignifiant deviendra un héros de l’indépendance d’Israël dont personne ne voudra contester la judaïté. Tout le grotesque est là.

Organisation interne

  • Livre premier
  • Livre second
    • Chapitre 1 à 7: Dans les ruines de Berlin, nouvelles rencontres, lente transformation de Max en Itzig
  • Livre troisième
    • Chapitre 1 à 7: 1946, Max n’existe plus par lui-même, activités de marché noir
  • Livre quatrième
    • Chapitre 1 à 6: Périple sur le bateau Exitus et débarquement en Palestine
  • Livre cinquième
    • Chapitre 1 à 22: Les débuts en Palestine, puis Israël, l’expérience du soldat allemand au profit de la cause sioniste
  • Livre sixième
    • Chapitre 1 à 10: 1950, déménagement, stabilisation et embourgeoisement de la vie de Max alias Itzig.

La perspective du criminel

Le récit, raconté par le criminel lui-même, est conçu comme la biographie d’un SS, auteur d’innombrables meurtres, surveillant dans un camp de concentration, Max Schulz, qui, après l’effondrement du Troisième Reich, a usurpé une identité juive et a gagné Israël, afin d’échapper aux poursuites en Allemagne.

Le grotesque est caractérisé par le fait que les attentes du lecteur sont déçues de manière calculée et par le renversement des clichés habituels, par exemple ce qui concerne l’Allemand Max Schulz et son ami et camarade d’école le juif Itzig Finkelstein:

« Mon ami Itzig était un blond aux yeux bleus, il avait le nez droit, les lèvres bien dessinées et de bonnes dents. Moi, au contraire, Max Schulz, j’avais des cheveux noirs, des yeux de grenouille, le nez crochu, de grosses lèvres et de mauvaises dents. »4

Une autre particularité souligne la perspective du criminel, pour les lecteurs allemands de l’époque une nouveauté:

« Les lecteurs allemands sont depuis des années familiers avec des romans, des récits et des pièces de théâtre qui ont pour sujet la persécution et l’anéantissement des Juifs sous Hitler et sont traités de façon satirique-poétique et comique-grotesque. Mais tous sont conçus sous l’angle de la perspective des victimes, Hilsenrath au contraire choisit pour son roman la perspective du criminel. »5

Publication

Hilsenrath a eu des difficultés pour la publication de l’ouvrage en Allemagne comme cela avait déjà été le cas pour son premier roman La Nuit, parce qu’il brisait le tabou philosémite qui voulait que dans la littérature allemande d’après-guerre les juifs ne soient représentés que d’une manière positive, comme des sortes de héros.« L’air du temps est au philosémitisme. Effroyable spectre aux yeux embués. Qui un jour sécheront. » (Livre Troisième, chapitre 7, p. 234)

Hilsenrath au contraire décrit les juifs comme il décrirait d’autres hommes, avec leurs côtés positifs et négatifs, et il considère le philosémitisme comme un bonnet retourné dont on les aurait coiffés, donc comme une forme cachée d’antisémitisme toujours présent.

Bien que l’ouvrage ait déjà été publié aux États-Unis en 1971 et eût été fort bien accueilli, le manuscrit fut refusé par de nombreux éditeurs en Allemagne, sous prétexte qu’on ne doit pas écrire ainsi sur les Juifs. Ce n’est que six ans après la publication aux États-Unis que l’ouvrage est paru en 1977 en Allemagne chez un petit éditeur de Cologne, Helmut Braun.

Réception

Aux États-Unis, la publication du roman avait rencontré un grand succès, alors qu’en Allemagne à cause du tabou philosémite elle suscita bien des controverses. Heinrich Böll rendit hommage, dans une critique, à la qualité littéraire de l’œuvre et à son style, « qui foisonne plein de sève et pourtant touche souvent juste, déployant une poésie à la fois sombre et calme. » Le Nazi et le Barbier jouit depuis lors, de même que l’ensemble de l’œuvre d’Hilsenrath, d’une popularité croissante en Allemagne. En 1979 Le Nazi et le Barbier fut cité en Suède comme l’un des trois meilleurs livres parus. La valeur académique de l’œuvre d’Hilsenrath est désormais reconnue en Allemagne et à l’étranger – avant tout aux États-Unis.

Le début

« Je me présente : Max Schulz. Fils illégitime mais aryen pure souche de Minna Schulz, au moment de ma naissance servante dans la maison du fourreur juif Abramowitz. Mes origines aryennes pure souche ne font aucun doute, car l’arbre généalogique de ma mère, ladite Minna Schulz, sans aller jusqu’à la bataille d’Arminius, remonte au moins jusqu’à Frédéric le Grand.»

Notes et références

  1. Le Nazi et le barbier [archive], Martine Laval, Télérama n°3141, 27 mars 2010.
  2. Le Magazine littéraire, sur la quatrième de couverture de l’édition Attila POINTS, 2010
  3. Le Nazi et le Barbier et Fuck America, deux ouvrages d’Edgar Hilsenrath En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/le-nazi-et-le-barbier-et-fuck-america-deux-ouvrages-d-edgar-hilsenrath_885075.html#Zksd7gyLddVsiHAR.99 [archive], Alexandre Fillon, L’Express, 15 mars 2010.
  4. Edgar Hilsenrath, Le Nazi et le Barbier.
  5. (de)Auf der Suche nach der verlorenen Schuld. Edgar Hilsenraths grotesk-realistischer Roman über einen Nazi, der Jude wurde [archive], Manfred Rieger.


Des statistiques de Satanistique

Contrairement à celles de Petitcoucou et Justinpetitcoucou, celles-là suivent habituellement leur cours de manière à peu près normale.

Voilà pourquoi, sauf exception, je n’en parle pas.

Une exception notable venant de se produire aujourd’hui, j’en publie ici la totalité depuis l’ouverture de ce blog, le 21 mars 2014.

Cette totalité se trouve actuellement dans la copie d’écran que voilà :

 

Statistiques Satanistique

 

Eh oui, tout a disparu, plus rien ne s’affiche !

En attendant un éventuel retour à la normale, je poursuis mes publications.



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo