Faisons rire encore un peu les terroristes…

Mercredi dernier, 3 août 2016, j’avais rapporté sur ce blog les premières réactions du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi sur un article du site d’information Rue89 consacré au père Hamel.

En voici la suite.

Sous son pseudonyme actuel de « Itzig Finkelstein », il a continué à revendiquer son droit à rire de ses victimes en se référant à Rabelais et faisant allusion à ses complices de Brest, dont la désormais célèbre Julie Le Goïc, aux ordres de la grande criminelle Josette Brenterch, dirigeante locale du NPA.

Je rappelle que leur revendication commune à cet égard me concerne en tout premier lieu, ces gens étant entrés en guerre contre la France du fait que ses lois leur interdisent de violer l’intimité de ma vie privée et de m’injurier et me calomnier comme ils le font publiquement depuis 2008.

Le premier prétend toujours que son droit d’auteur lui accorderait le privilège d’être hors-la-loi, et surtout, de violer, massacrer ou assassiner qui il veut quand il veut tout en le dépouillant de toutes ses richesses matérielles et immatérielles. Totalement inculte, intellectuellement très frustre, il est incapable de contextualiser l’oeuvre de l’unique écrivain auquel il se réfère sans cesse et qui de toute façon n’a jamais fait ce qu’il fait lui-même aujourd’hui, tout comme lui-même, cybercriminel psychopathe et mégalomane, n’a jamais rien fait qui ressemble de près ou de loin aux divers produits des activités de l’érudit médecin de la Renaissance que fut François Rabelais.

La seconde s’autorise tout du fait qu’elle impose sa loi personnelle au « microcosme » brestois sans aucun problème depuis plusieurs décennies.

Eh oui, à Brest, ville dite de l’aristocratie ouvrière par excellence, nous n’avons pas de « mafia » comme en Italie, ni de « milieu » comme à Marseille, nous avons un « microcosme ». C’est beaucoup plus chic.

Enfin, l’on constatera que comme à son habitude, le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi a eu le mot de la fin comme celui du début dans un débat auquel il n’a même pas participé : systématiquement, il vient là marquer son territoire et s’incruster dans les discussions pour y faire sa propagande personnelle sans aucun rapport avec leur objet.

 

http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2016/08/03/debat-wikipedia-faut-article-pere-jacques-hamel-264854

Le père Jacques Hamel a-t-il sa place dans Wikipédia ?

 

Intense discussion entre contributeurs de l’encyclopédie libre : un article sur le prêtre assassiné, indépendamment de celui sur l’attentat dans son église, se justifie-t-il ?

Par Thierry Noisette Journaliste. Publié le 03/08/2016 à 12h46
24 698 visites 161 réactions   0
 

 

Commentaires postés

 

Publié le 03/08/2016 à 14h08
Faisons rire encore un peu les terroristes... dans Attentats

DiaboloSatanas

Fou du volant

Je m’en fous complétement. .
Je passe donc..

2 réponses
Publié le 03/08/2016 à 14h05
hilsenrath1 dans Calomnie

Itzig Finkelstein

génocidé
répond à DiaboloSatanas

C’est pas intéressant, les salades de Wikipédia.

1 réponse
Publié le 03/08/2016 à 14h15
 dans Corruption

DiaboloSatanas

Fou du volant
répond à Itzig Finkelstein
000_283 dans Crime

C’est pratique wikipedia ceci dit .Quand t’as un truc qu’est bouché dans les canalisations de la tête ça débouche rapidement ..
C’est un truc qu’a une fonction pratique voila .

1 réponse
Publié le 03/08/2016 à 14h25
hilsenrath1 dans Folie

Itzig Finkelstein

génocidé
répond à DiaboloSatanas

La fiche Ventouse est très très bien : CLIC

2 réponses
Publié le 03/08/2016 à 14h55
avatar_14 dans LCR - NPA

Docteur Yûl

litteratureportesouvertes.wordpress.com
répond à Itzig Finkelstein

Le gars qui a créé cet article, il pensait à quoi, à ton avis ?

Publié le 03/08/2016 à 14h56
hilsenrath1 dans Luraghi

Itzig Finkelstein

génocidé
répond à Docteur Yûl

Il devait faire le vide en lui quand il l’a rédigé ; -)

1 réponse
Publié le 03/08/2016 à 15h14
 dans NEMROD34

povlimaong

ire-Landais
répond à Itzig Finkelstein

C’est un tuyau percé.

Publié le 03/08/2016 à 20h12
ciudad3 dans Perversité

Elzévir.

Tisseur de volubilis
répond à Docteur Yûl

Et en topant le post foireux de Trump 2016 ci-dessous, tu pensais à quoi ?

1 réponse
Publié le 04/08/2016 à 08h29
avatar_14 dans Politique

Docteur Yûl

litteratureportesouvertes.wordpress.com
répond à Elzévir.

Ce post emploie des termes honteux, mais il n’est finalement pas sans logique : si certaines victimes ont droit à leur page wiki, il n’y a au fond pas de raison que d’autres n’y aient pas droit.

De façon plus générale il me semble que le commentateur « Trump 2016 » ne doit pas être pris au pied de la lettre ; j’ai parfois l’impression qu’il s’agit d’une caricature de certaines idées outrancières, plutôt que d’une revendication sincère de ces idées.

1 réponse
Publié le 04/08/2016 à 11h50
 dans Rue89

Misprint

Être de raison
répond à Docteur Yûl

Le toper c’est l’encourager dans ces outrances justement.

Publié le 04/08/2016 à 11h48
 dans Troll

Misprint

Être de raison
répond à Docteur Yûl

A la dernière fois oû il aurait bien aimé en avoir une sous la main justement, du coup maintenant il est obnubilé par la chose…

Publié le 04/08/2016 à 11h46

Misprint

Être de raison
répond à Itzig Finkelstein

J’ai trouvé la votre …Mais je ne sais pas si le lien est valide
Enfin juste un trait ; -)

1 réponse
Publié le 04/08/2016 à 11h50
hilsenrath1

Itzig Finkelstein

génocidé
répond à Misprint

La mienne est icy et pas ailleurs :

Lien

1 réponse
Publié le 04/08/2016 à 12h39

Misprint

Être de raison
répond à Itzig Finkelstein

Merci ! Pourtant j’y vais régulièrement mais là deux nouveaux ! !
En parlant de noeud, j’ai reçu un bien sympathique mail de la spécialiste en la matière, ses envies, ses projets…
Elle m’a tout l’air d’être confortée dans ses bons choix, heureuse et inspirée…

1 réponse
Publié le 04/08/2016 à 12h48
hilsenrath1

Itzig Finkelstein

génocidé
répond à Misprint

J’étais pas mal occupé à écrire des trucs pas pour internet, donc il y a eu peu de nouveaux billets ces derniers temps…

Publié le 04/08/2016 à 11h40

Misprint

Être de raison
répond à DiaboloSatanas

Bah, on ne nous demande pas notre avis, même si c’est justement dans ce cas là qu’on aime bien le donner…

 

Publié le 04/08/2016 à 09h21
photo_tn_profil

Thierry Noisette

Journaliste
répond à Caporal_Pancho

Toujours fascinant de voir les deux poids deux mesures dans les commentaires. Les vôtres m’ont poussé à aller relire la définition de « galopin » pour être sûr que ce n’est pas une insulte. Et non (contrairement à « ordure », à propos), ce n’en est pas une.

Evidemment, c’est une provoc à deux balles de la part d’un troll récurrent qui doit être ravi de votre réaction, et un truc de très mauvais goût, OK. Mais si on devait supprimer les commentaires de mauvais goût… la série de blagues sur les curés, bonnes sœurs etc. plus haut dans ce fil, après un article lié à l’assassinat d’un prêtre en tant que tel, ce n’est pas plus classe ou marrant (deux poids…), mais ce n’est pas non plus hors-charte.

(comme dirait Maître Eolas : « unleash the trolls »)

5 réponses
Publié le 04/08/2016 à 11h52
hilsenrath1

Itzig Finkelstein

génocidé
répond à Thierry Noisette

Eolas sur Twitter, bourré à trois heures du mat’ avec un client en GAV, ça lui a pas porté chance l’an dernier ; -)

Publié le 04/08/2016 à 12h23
sarasse1802

Le capitaine Sarasse

Maudit
répond à Thierry Noisette

C’est bien de lire un journaliste de Rue89 répondre aux commentaires des riverains. Cela me semble moins fréquent qu’il y a quelques années, mais c’est encore ce qui fait la différence avec d’autres médias en ligne, à ce que je vois.
Cela dit, les commentaires ci-dessus font allusion à l’affaire @JulieLeGoic et ne sautent pas sur l’occasion pour faire de l’humour douteux à propos de cet assassinat. C’est Trump 2016, qui le fait, et d’une manière en effet très « ordurière », pour reprendre le terme de Caporal_Pancho.
Le commentaire de celui-ci a disparu du fil, et pas celui de Trump 2016. Pourtant, il me semblait avoir raison : si ces mots étaient injurieux, c’était à dessein et à raison. Mais ceux de Trump 2016 sont véritablement ceux d’une ordure.
Et il me semble étonnant de voir Rue89 considérer comme une simple provocation ce qui relève manifestement d’un tempérament ordurier :
« Ce polisson de Père Hamel », ça vous paraîtrait acceptable dans ces circonstances ?
Pas à moi.

3 réponses
Publié le 04/08/2016 à 12h43
drapeau-allemagne_2

Percy Ernst Schramm

Historien du Führer
répond à Le capitaine Sarasse

Les mêmes qui disent ici que touiteur c’est de la daube se mettent à soutenir le touite de cette écolo. Amusant.

1 réponse
Publié le 04/08/2016 à 13h57
sarasse1802

Le capitaine Sarasse

Maudit
répond à Percy Ernst Schramm

On ne comprend pas bien le sens de votre intervention : vous confondez le contenant et le contenu ou vous êtes vraiment… nigaud ?

1 réponse
Publié le 05/08/2016 à 10h31
cthulhu_tatto_version_by_mesalia-d5ge5lv

Akira Kurosawa

sexy sushi
répond à Le capitaine Sarasse

Il est vieux Schnaps, il radote.

Publié le 04/08/2016 à 12h52
hilsenrath1

Itzig Finkelstein

génocidé
répond à Le capitaine Sarasse

Rabelais pratiquait un humour tout à fait douteux, lui aussi. Comme le professeur Choron.

1 réponse
Publié le 04/08/2016 à 13h25
sarasse1802

Le capitaine Sarasse

Maudit
répond à Itzig Finkelstein

Je ne suis pas sûr que la postérité de Rabelais et du professeur Choron aient vraiment la même « épaisseur » culturelle mais, après tout, j’étais trop jeune pour me faire une idée quand ce dernier officiait.
Cela dit, j’imagine aussi qu’on peut participer à l’esprit et à la fête sans nécessairement ambitionner de se voir considéré comme une pointure de la culture « nationale » ni comme un pilier de la littérature francophone.
« Francophone » restant tout à fait relatif et moyen.

1 réponse
Publié le 04/08/2016 à 13h30
hilsenrath1

Itzig Finkelstein

génocidé
répond à Le capitaine Sarasse

Vous n’avez manifestement pas lu Rabelais, lequel reprend nombre de fabliaux graveleux dans ses œuvres. Il se ferait estrapasser sur les réseaux, de nos jours, et non pas par les papimanes comme il le fut en son temps, mais autant par les crevures fascistes que par les biomormons de gauche.

Quelle horrible régression, les annés 10 !

1 réponse
Publié le 04/08/2016 à 13h52
sarasse1802

Le capitaine Sarasse

Maudit
répond à Itzig Finkelstein

Je me suis sans doute mal exprimé mais j’ai comme tout le monde lu Rabelais, et même tout Rabelais et plusieurs fois, ainsi que ses consorts comme Rondelet. C’est Choron dont je n’ai qu’une très vague et juvénile connaissance.
Je voulais dire que si leurs contributions relevait du même esprit, elles n’avaient, à mes yeux, mais c’est un jugement certainement très personnel, pas vraiment la même portée culturelle.
Et je rajoutais que cela n’avait somme toute probablement pas d’importance, l’important étant de participer à la fête.
En outre vous semblez, à moins que je ne me trompe énormément, considérer comme acquise la réaction de Rabelais à ce type d’événement sur les réseaux eussent-ils existé, moi pas : c’est de la science fiction relevant de l’uchronie.
Cela dit, l’écrivant, Hollande et son condottiere Valls engagés dans les guerres picrocholines, en effet, je me marre.

1 réponse
Publié le 04/08/2016 à 14h09
hilsenrath1

Itzig Finkelstein

génocidé
répond à Le capitaine Sarasse

Comment donc : bien sûr que si, elles avaient la même portée culturelle : les almanachs déconnants et décapants genre La pantagrueline pronostication étaient massivement distribués par les colporteurs sur les foires et marchés.

Quant au professeur Choron et à son gang de déconos, ils ont choqué tout autant les gros beaufs que les puritaines tout offusquées des ligues de vertu… mais il était ardemment soutenu par des hordes de lecteurs hirsutes. Alors que dans la misérable époque dans laquelle on vit, une simple blague trash fait que son auteur se retrouve cloué au pilori des réseaux − lesquels ne sont que sinistres gibets au pied desquels la populace masquée se pignole en de sombres jouissances sadiques −, pendant que les vertueux gauchos s’offusquent, gloussant leur indignation ridicule en bande compacte, laissant l’auteur baigner dans les déjections de la foule haineuse.

Putain elle est belle, la pensée dite de gauche actuelle ! Elle vaut pas mieux que celle du camp d’en face !

À cul, les biomormons !

Publié le 04/08/2016 à 18h31
viva_zapata2

Caporal_Pancho

Hecho a mano
répond à Le capitaine Sarasse

Bien dit le bleu-bite, je n’aurais pas dit mieux.
Sans doute autrement, mais pas mieux.

Publié le 04/08/2016 à 12h54
ali_43

‘.Ali Bomayé.’

N’écoutez pas les mytho, je ne suis pas STG ( meme s’ils inventent des échanges de mails,comme autist)
répond à Thierry Noisette

« Toujours fascinant de voir les deux poids deux mesures dans les commentaires »
En effet.

Publié le 04/08/2016 à 14h29
lady_godiva_john_collier_c._1897

Queimada

Sieu Nissart. +1 = 85
répond à Thierry Noisette

Insinuer qu’un homme égorgé (sans compter le paroissien blessé et terrorisé à coups de couteau, Guy), son cadavre à peine refroidi, a pu être pédophile ou aspirer à l’être au paradis, ne relève pas de la dérision ou du mauvais goût.
Lien
Lien
C’est carrément de l’abjection, une volonté de cracher sur les faibles et leurs tombes, plutôt que sur leurs bourreaux.
- N’est pas Boris Vian qui veut, c’est du Vian inversé : comment faire payer les Blancs.

Publié le 05/08/2016 à 11h32
ni_amendable_10

.-Autist-.

Dresseur de léon-le-toxico
répond à Thierry Noisette

« Evidemment, c’est une provoc à deux balles de la part d’un troll récurrent »
..
Récurant les gogues, comme son copain léon…

Publié le 04/08/2016 à 10h44
drapeau-allemagne_2

Percy Ernst Schramm

Historien du Führer
répond à Caporal_Pancho

« Galopins » est un terme d’argot plutôt affectueux. Ne faîtes donc pas de polémique inutile.

J’aime bien la réponse de M. Noisette. Vous maniez après tout bien l’insulte très souvent ici…

1 réponse
Publié le 04/08/2016 à 12h30
sarasse1802

Le capitaine Sarasse

Maudit
répond à Percy Ernst Schramm

Un quidam se réclamant « Historien du Führer », se pensant ainsi sûrement très drôle et donnant des leçons de morale, c’est pour le moins incongru.
J’écris « incon… » et pas « un con » mais, dans les faits, il est difficile de penser autrement.
A part la morale et la lèche-bottes, vous donnez d’autres leçons ?

2 réponses
Publié le 04/08/2016 à 12h41
drapeau-allemagne_2

Percy Ernst Schramm

Historien du Führer
répond à Le capitaine Sarasse

Des cris d’orfraie et des polémiques habillement mitonés sur mon pseudo, j’en ai vécus beaucoup. Allons allons…

1 réponse
Publié le 04/08/2016 à 13h30
sarasse1802

Le capitaine Sarasse

Maudit
répond à Percy Ernst Schramm

Des cris d’orfraie à propos d’une posture soit-disant provocatrice plus ou moins typique d’un élève de cinquième découvrant son premier poil pubien, ça m’étonnerait.
A moi cela me semble sans aucun intérêt, tout au plus assez caricatural, crétin et ridicule.
Cela dit, je ne sais pas quel âge vous avez.

Publié le 04/08/2016 à 19h03
viva_zapata2

Caporal_Pancho

Hecho a mano
répond à Le capitaine Sarasse

Alors là je me marre… 8-)
Le bleu-bite, ou pas si bleu-bite que ça du coup, tombe au dépourvu dans le dispositif et rectifie Léon, grosab et Schlague en mois de deux.
Détends-toi les sphincters mais continue comme ça, Camarade moussaillon, on va te contacter si ça continue.

2 réponses
Publié le 04/08/2016 à 20h32
sarasse1802

Le capitaine Sarasse

Maudit
répond à Caporal_Pancho

Et sur le caporal Poncho.
Mon Caporal merci Mon Caporal (j’ai appris à me méfier des petits caporaux).

Publié le 05/08/2016 à 06h03
drapeau-allemagne_2

Percy Ernst Schramm

Historien du Führer
répond à Caporal_Pancho

« on va te contacter si ça continue. »

Wahou, quel honneur ! : -D
Toi tu t’es fait rectifier par Herr Noisette, et bien hein !

Publié le 04/08/2016 à 12h56
ali_43

‘.Ali Bomayé.’

N’écoutez pas les mytho, je ne suis pas STG ( meme s’ils inventent des échanges de mails,comme autist)
répond à Caporal_Pancho

T’es moins choqué quand autist fait des blagounettes pourries après l’assassinat du père Hamel.
Ou quand d’autres font des commentaires pourris suite à la mort de policiers (hulahoup)
Mais là t’écris en gras pour bien signifier ton dégout.
Deux poids deux mesures.
T’es ridicule et représentatif.

2 réponses
Publié le 04/08/2016 à 18h38
viva_zapata2

Caporal_Pancho

Hecho a mano
répond à ‘.Ali Bomayé.’

Bravo. Bien répondu. Quel sens de l’à propos, quel esprit ! J’en suis tout espanté.

Publié le 04/08/2016 à 19h07
marsupilami

houba_hop

Marsu de garde
répond à ‘.Ali Bomayé.’
zombie%20brains_0

.

 

Publié le 04/08/2016 à 10h38
cthulhu_tatto_version_by_mesalia-d5ge5lv

Akira Kurosawa

sexy sushi

Ça doit lui faire une belle auréolé à ce pauvre homme.

1 réponse
Publié le 04/08/2016 à 12h54
hilsenrath1

Itzig Finkelstein

génocidé
répond à Akira Kurosawa

Il s’en fout, ce malheureux curé, vu qu’il n’est plus ici pour lire les conneries qui se disent sur son compte.



Arrestation de Mourad Hamyd en Bulgarie : où l’on reparle des frères Kouachi et des attentats de Paris

Le jeune beau-frère de Chérif Kouachi qui fut brièvement soupçonné d’être le troisième homme de l’attentat commis contre Charlie Hebdo à Paris le 7 janvier 2015 se trouve actuellement dans un centre de rétention en Bulgarie après avoir été intercepté fin juillet à la frontière turque, alors que, semble-t-il, il tentait de rejoindre Daech.

Par ailleurs, le témoignage d’un djihadiste arrêté en Allemagne après son retour de Syrie le 20 juillet 2015 permet aux services de renseignement occidentaux de mieux appréhender l’organisation terroriste et sa solide implantation française.

Comme l’on pouvait s’en douter, les « loups solitaires » n’existent pas, ils communiquent avec leurs chefs par l’intermédiaire d’islamistes néophytes ou amateurs inconnus comme tels. Daech approuve leurs projets terroristes sans les avoir élaborés et y participe par la fourniture de moyens.

Dans ces conditions, l’on comprend aisément que ses cadres se mettent tous à rire jusqu’à en pleurer dès qu’est évoqué le cas de la France…

Le repenti a aussi donné des informations sur les djihadistes d’Asie du Sud et du Sud-Est, principalement des arrivants du Bangladesh, de Malaisie et d’Indonésie, où Al-Qaïda travaillait activement par le passé.

Enfin, avant de revenir sur ses connexions rémoises, je rappelle que le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi est manifestement en relation avec le fournisseur de fausses Nike de Saïd Kouachi dès le mois de juillet 2014.

 

http://www.lejdd.fr/Societe/INFO-JDD-Le-beau-frere-de-Cherif-Kouachi-est-soupconne-d-avoir-voulu-rejoindre-Daech-801109

INFO JDD. Le beau-frère de Chérif Kouachi est soupçonné d’avoir voulu rejoindre Daech

 

Il avait été brièvement soupçonné d’être le troisième homme du commando de Charlie Hebdo en janvier 2015. Mourad Hamyd, 20 ans, le beau-frère de Chérif Kouachi, a été intercepté fin juillet à la frontière turque. Il est suspecté d’avoir voulu rejoindre les rangs de l’Etat islamique.

 

Mourad Hamyd était au lycée Monge de Charleville durant l'attentat de Charlie Hebdo. A paraitre dans leJDDArrestation de Mourad Hamyd en Bulgarie : où l'on reparle des frères Kouachi et des attentats de Paris dans Action Directe blank Mourad Hamyd était au lycée Monge de Charleville durant l’attentat de Charlie Hebdo. (Sipa)

 

Son nom avait surgi sur les réseaux sociaux aux côtés des frères Kouachi après le dévoilement, le mercredi 7 janvier 2015 au soir, de l’avis de recherche national lancé après le massacre de Charlie Hebdo. Mourad Hamyd, frère de la femme de Chérif Kouachi, avait en effet été soupçonné d’être le troisième homme du commando ayant attaqué le journal satirique. Mais grâce à un alibi solide (il était en cours à ce moment là dans son lycée de Charleville-Mézières) et à la mobilisation de ses camarades de classe, il avait rapidement été innocenté par la police.  »On a jeté en pâture mon nom sans vérifications, en me mêlant à ces crimes barbares. J’espère seulement que cela n’entachera pas mon avenir… Je n’ai rien à voir avec cette histoire… Je suis un lycéen qui vit tranquillement avec ses parents… Je veux que mon nom soit lavé… », avait expliqué le samedi 10 janvier 2015 devant la presse le jeune homme de 18 ans.

Information judiciaire ouverte

Mourad Hamyd ne fait alors plus parler de lui jusqu’au 25 juillet 2016, jour où sa famille vient déclarer sa disparition. Ses proches redoutent un aller simple vers la Syrie ou l’Irak. Le parquet de Charleville-Mézières saisit la PJ de Reims qui constate que le jeune homme fait l’objet d’une fiche S et diffuse aussitôt le signalement de celui qui vient de terminer sa première année de fac en Sciences et Technologie. La réponse intervient le 28 : refoulé par les autorités turques, Mourad Hamyd a été placé en centre de rétention en Bulgarie. Dans la foulée, le parquet antiterroriste de Paris ouvre une information judiciaire en vue de délivrer un mandat d’arrêt européen à son encontre.

Pour lire cet article en intégralité, retrouvez le JDD en kiosques, sur iPad ou sur Internet. Découvrez également nos offres d’abonnement.

Stéphane Joahny – Le Journal du Dimanche

samedi 06 août 2016

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/01/05/01016-20160105ARTFIG00164-un-an-apres-la-veuve-de-said-kouachi-cherche-encore-a-comprendre.php

Un an après, la veuve de Saïd Kouachi cherche encore «à comprendre»

 

  • Par Caroline Piquet
  • Mis à jour le 03/05/2016 à 16:51
  • Publié le 05/01/2016 à 14:40

 

Boîte aux lettres dans le hall d'entrée de l'immeuble où vivait Saïd Kouachi avec son épouse Soumya et leur fils de 3 ans.

 

VIDÉOS – Par la voix de son avocat, Soumya Kouachi raconte comment elle a vécu les mois qui ont suivi les attentats de janvier. Elle en veut à son époux qui a commis «un crime atroce» et lui reproche de l’avoir laissée seule avec son fils.

Un an après le drame, difficile de rentrer en contact avec l’entourage des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly. Seule Soumya, la veuve de Saïd Kouachi, a accepté de s’exprimer par la voix de son avocat. La jeune femme de 30 ans refuse de parler directement aux journalistes, de peur que ses propos soient mal interprétés, nous explique son conseil Me Antoine Flasaquier. Installée depuis 2010 à Reims, la jeune femme de nationalité française vit toujours dans son appartement du quartier de la Croix-Rouge avec son fils de trois ans. «Elle a bien tenté de déménager mais le bailleur social a refusé d’accéder à sa demande», explique l’avocat au barreau de Reims.

Placée en garde à vue le 8 janvier, la jeune femme s’était murée dans le silence face aux enquêteurs, persuadée qu’il s’agissait d’une erreur. À cet instant, elle ne peut imaginer que son mari, avec qui elle était «très complice», a pu tuer douze personnes. Les semaines qui suivent sont tout aussi confuses. «Elle a eu un deuil compliqué», commente Me Flasaquier. «Elle n’a pas pu voir le cercueil, ni assister à l’enterrement et elle doit se faire à l’idée que son mari est un terroriste». Et quand les théories du complot commencent à remettre en question la mort des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly, le doute la gagne. «Un jour, elle m’a appelé et m’a demandé: “vous êtes sûre que Saïd est mort”? J’ai dû lui répondre que j’en étais certain».

«Elle en veut énormément à Saïd Kouachi»

Puis elle s’imagine un autre scénario: son époux était peut-être un «agent dormant» qui attendait seulement d’être «réveillé» par une cellule djihadiste. «Cette hypothèse n’étant pas très réaliste, elle a essayé ensuite de comprendre», enchaîne son avocat. «Elle a cherché les signes avant-coureurs qui auraient pu la mettre sur la voie. Mais elle n’a trouvé aucun indice. Rien ne lui permettait d’anticiper ce qu’il s’est malheureusement produit». À son avocat, elle décrit un mari discret, n’ayant jamais versé dans le prosélytisme, ni fait de remarques sur Daech, la coalition en Syrie ou autres.

Aujourd’hui, Soumya Kouachi cherche encore une explication. «Elle se demande si Saïd a pu parler à quelqu’un et lui laisser un testament oral. Mais rien ne semble l’indiquer», suppose Me Flasaquier, qui n’a pas accès au dossier d’instruction. La jeune femme n’a pas souhaité se porter partie civile, par respect pour les victimes. Reste ce sentiment qui ne la quitte pas: Saïd ne s’est pas radicalisé, il s’est laissé embarquer dans cette histoire pour protéger son frère, pense-t-elle. «Du coup, ma cliente en veut énormément à Saïd car il l’a abandonnée, elle et leur enfant…Et que son crime est tout simplement atroce».

Départ pour l’Algérie

Atteinte d’une sclérose en plaque, Soumya Kouachi est déclarée inapte au travail. Entourée de sa mère et de ses sœurs, elle élève seule son enfant dont elle redoute la scolarisation. «Elle se demande aussi si son fils doit continuer à porter le nom de Kouachi mais c’est compliqué pour elle», reprend Me Flasaquier. «Son époux est peut-être un terroriste mais il reste le père de son enfant». En ce début du mois de janvier, la jeune femme n’est pas en France. «Elle m’a dit qu’elle voulait partir en Algérie. Elle sait que les médias vont en reparler et elle ne veut pas revivre tout ça et être pointée du doigt». Aucune charge ne pesant contre la jeune femme, elle est en effet libre de quitter le territoire.

 

http://www.bfmtv.com/societe/attentats-de-janvier-le-plan-secret-des-kouachi-et-de-coulibaly-942297.html

Attentats de janvier: le plan secret des Kouachi et de Coulibaly

 

09/01/2016 à 16h15 Mis à jour le 31/05/2016 à 07h00

 

Depuis un an, les enquêteurs tentent de reconstituer le parcours des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly. BFMTV dévoile les derniers mois et leurs derniers échanges avant les attentats de janvier, qui ont fait dix-sept victimes.

 

En regardant les photos personnelles retrouvées dans les affaires des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly, difficile d’imaginer qu’ils allaient commettre un massacre. On y voit Saïd et Chérif sourire en famille, leurs enfants posés sur leurs genoux, ou Amedy enlacer sa compagne à la plage. Des scènes de vie ordinaires pour les terroristes à l’origine des attentats de janvier, qui ont préparé leur plan pendant plusieurs mois. Dans le plus grand secret.

Kouachi Coulibaly

BFMTV – A gauche, les frères Kouachi en famille. A droite, Amedy Coulibaly et sa compagne Hayat Boumediene. Clichés non datés.

 

Octobre 2014. Chérif Kouachi rencontre à trois reprises Farid Benyettou. Premier mentor religieux des deux frères, cet ancien prédicateur a été condamné, comme Chérif, dans le démantèlement de la filière jihadiste des Buttes-Chaumont.

Devenu infirmier aujourd’hui, celui qui passe pour un « traître » dans la sphère islamiste s’est confié à BFMTV.  »Lorsqu’il est venu me voir, le sujet qui était omniprésent dans ses discussions, c’était le combat, la guerre sainte. Pour lui, l’Islam, ce n’était que ça. »

Jamais le cadet des frères Kouachi n’aborde lors de ces trois rencontres Charlie Hebdo, ou ses projets d’attentats. En revanche, il s’en prend ouvertement à la France. « Pour lui, les musulmans étaient opprimés partout dans le monde, leur honneur était bafoué, et tous devaient laver cette humiliation, pour reprendre ces propos », poursuit Farid Benyettou.

Amedy Coulibaly, ami proche de Chérif Kouachi

Chérif Kouachi évoque aussi Amedy Coulibaly, surnommé « Doli », son ancien co-détenu de Fleury-Mérogis, dont il s’est rapproché depuis plusieurs mois. Les deux hommes se voient d’ailleurs régulièrement avec leurs compagnes. Fin novembre 2014, les couples se retrouvent au domicile de Chérif Kouachi à Gennevilliers. Devant les enquêteurs, après les attentats, voici ce que raconte l’épouse de Chérif Kouachi.

« Ils venaient d’accomplir leur voyage à La Mecque. Hayat (compagne d’Amedy Coulibaly, ndlr) est montée à la maison pour me remettre des cadeaux. Doli est resté en bas de l’immeuble. Chérif est descendu pour le voir. Leur visite a duré entre une heure et une heure et demie. Pendant tout ce temps, Hayat et moi sommes restées dans mon appartement. Quant à Chérif et Doli, ils sont restés dehors. »

Des comportements hors de tout soupçon

Une conversation secrète, à peine plus d’un mois avant les attentats, pour n’éveiller aucun soupçon. Dans leur vie quotidienne, les trois tueurs prennent en effet grand soin de ne jamais attirer l’attention.

A Reims, Saïd Kouachi se rend deux fois par jour dans un local qui fait office de salle de prière. Il s’y montre très discret. « Il était quelqu’un d’isolé. Je ne l’ai jamais observé avec des amis. Il ne montrait aucun signe de radicalisme ou d’extrémisme », explique à BFMTV Abdul Hamid Al Khalifa, imam de cette mosquée.

A son domicile, Saïd Kouachi est tout aussi discret: sa femme ne constate aucun changement dans son comportement, comme l’explique son avocat, Antoine Flasaquier.

« Il n’était pas radicalisé, prosélyte ou virulent à l’encontre des musulmans modérés, de la France, ou même de Charlie Hebdo. Elle s’est même demandé pendant un moment si son époux n’avait pas été un agent dormant qu’on aurait réveillé un jour. »

Pourtant, à l’abri des regards, les frères se préparent. Sur certains clichés retrouvés dans leurs affaires personnelles, on découvre Chérif Kouachi dans l’obscurité d’une cave, faisant semblant tenir une arme longue, ou encore posant le doigt levé, comme pour mimer une scène de revendication.

Cherif Kouachi

BFMTV – Chérif Kouachi, posant dans une cave, dans un cliché non daté.

 

Des complices pour acheter les armes

En région parisienne, en décembre 2014, Amedy Coulibaly commence à mettre ses plans à exécution. Il s’est équipé de treize téléphones, pour contacter discrètement plusieurs copains de quartier. Le 27 décembre 2014, trois d’entre eux se rendent dans une armurerie de Montrouge. « Ils vont acheter des tasers, des gilets pare-balles, des couteaux. Ils y retournent une seconde fois sur ordre de Coulibaly pour acheter des couteaux plus gros encore », indique Axel Metzker, avocat d’une partie civile de l’Hyper Cacher. Les armes lourdes, notamment deux kalachnikov, sont récupérées en Belgique, à Charleroi, par d’autres proches.

Le 1er janvier 2015, Amedy Coulibaly organise l’exfiltration de sa compagne, Hayat Boumeddiene. Ils quittent en pleine nuit leur appartement, direction l’Espagne. A l’aéroport de Madrid, la jeune femme est prise en charge par un ami, Medhi Belhoucine. Le 2 janvier, à 13h32, une caméra filme leur embarquement pour la Turquie, porte d’entrée vers la Syrie.

Hayat Boumediene

BFMTV – Hayat Boumediene et un complice en janvier 2015, alors qu’elle prend la fuite vers la Syrie.

 

De retour en France, Amedy Coulibaly est libre pour agir. Il s’installe dans une planque à Gentilly, en région parisienne, le 4 janvier. Le même jour, Saïd Kouachi quitte Reims pour se rendre à Paris en covoiturage. Elisabeth, une jeune femme qui a partagé ce trajet de deux heures se souvient d’un jeune homme courtois, très naturel. Un détail attire toutefois son attention: « A certains moments, son portable sonnait, mais il ne répondait pas… » Ses relevés téléphoniques montrent que Saïd Kouachi se rend ensuite dans le 11e arrondissement. Les enquêteurs pensent qu’il a rejoint Charlie Hebdo, sans doute pour un dernier repérage avant les attentats trois jours après.

Ultime rencontre la veille

6 janvier 2015, veille des attentats. A l’heure du déjeuner, Chérif Kouachi se rend dans une grande zone commerciale de Gennevilliers. Il y achète des bouteilles de verre, une paire de jumelles, des talkies-walkies, des lunettes de protection et des masques de peinture. Puis il rentre chez lui, où il reçoit une visite éclair, vers 23 heures, dont se souvient sa femme.

« Nous étions couchés tous les deux quand l’interphone a sonné. Chérif a répondu. (…) Et c’est quelques minutes après qu’il est sorti, prétextant qu’il avait chaud. Il est resté dehors pendant 15 ou 20 minutes », expliquera son épouse aux enquêteurs.

Les policiers ont pu déterminer que ce soir-là, Chérif Kouachi a vu pour la dernière fois Amedy Coulibaly. Les deux hommes ont sans doute réglé les derniers détails de leur opération. Le 7 janvier, au petit matin, Saïd Kouachi quitte son domicile à Reims pour se rendre de nouveau à Paris, en train.

« Il embrasse sa femme et son fils. Il n’est pas ému ni stressé en partant, il n’y a pas d’effusion de sentiments particulières », raconte à BFMTV Me Antoine Flasaquier.

Un SMS encore mystérieux

A Paris, il rejoint son petit frère à Gennevilliers. « Il devait être 9 heures, il a commencé à regarder par la fenêtre. A ce moment-là, je l’ai trouvé distant, mais certainement pas nerveux. Et ce jusqu’au coup de sonnette de Saïd, vers 9h30″, se rappelle la femme de Chérif Kouachi lors de son audition.

A 10h19, Chérif Kouachi envoie un SMS à Amedy Coulibaly. La teneur du message est à ce jour encore inexploitable, mais les enquêteurs pensent qu’il a averti son complice de leur départ vers Charlie Hebdo, où ils vont abattre froidement douze personnes. Dès le lendemain, Amedy Coulibaly fait à son tour ses premières victimes.

>> Le récit de ces trois jours de terreur dans notre long-format interactif



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo