Un lecteur de Bouloc sur Satanistique le 12 août 2016 à 1h02 !

Depuis que j’ai eu des visites en provenance de Bouloc sur mon ancien blog « Un petit coucou » sur OverBlog peu avant l’annonce de la disparition de Patricia Bouchon au mois de février 2011, je remarque mes lecteurs de cette localité.

Ils sont toujours assez rares, ce qui n’a rien de surprenant, puisqu’il ne s’agit pas d’une grande ville, que le nombre total de mes lecteurs reste lui-même très faible, et que par ailleurs je n’ai jamais eu de lecteur régulier de cette provenance.

Son FAI indique que son adresse IP doit être fixe et qu’il se trouverait donc bien à Bouloc.

Il a atterri sur un de mes articles les plus lus à la suite d’un autre lecteur ayant effectué la même visite un quart d’heure plus tôt.

M’a ensuite rendu visite un lecteur anonymisé provenant manifestement d’Algérie, puis un nouveau lecteur pour le même article ayant intéressé le Boulocain.

 

Un lecteur de Bouloc sur Satanistique le 12 août 2016 à 1h02 ! dans Attentats magnifier Free Sas
France FlagLa Chapelle, Centre, France
https://www.google.fr/ (Keywords Unavailable)
12 Aug 03:06:04
magnifier dans Corruption (154.241.231.134)
https://www.google.dz/ (Keywords Unavailable)
12 Aug 01:52:29
magnifier dans Crime Sfr
France FlagBouloc, Midi-pyrenees, France
https://www.google.fr/ (Keywords Unavailable)
12 Aug 01:02:21
magnifier dans Folie Sfr
France FlagFrance
https://www.google.fr/ (Keywords Unavailable)
12 Aug 00:46:29

 

 

Il convient de noter que la mention de Bouloc dans un article que j’ai publié le 10 août 2016 est à elle seule insuffisante pour m’attirer des lecteurs de cette provenance et que celui-ci n’a de toute façon pas atterri sur cet article mentionnant sa localité.

A supposer qu’il puisse exister une relation de cause à effet entre cette publication et la visite enregistrée le 12 août 2016 à 1h02, elle passe donc nécessairement par un avertissement d’un premier lecteur non localisé à Bouloc et probablement très régulier, comme le sont les « déconnologues » de la bande du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi qui me lisent tous les jours.



Iligan City, Iligan, Philippines

Je salue mes nouveaux lecteurs !

Deux visites cette nuit, à l’heure où habituellement le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien luraghi ne discute plus qu’avec les déconnologues répondant aux pseudonymes de Hulk et Homere avant d’aller se coucher :

 

Iligan City, Iligan, Philippines     dans Attentats magnifier Philippine Long Distance Telephone
Philippines FlagIligan City, Iligan, Philippines
(Pas de lien référant)
13 Aug 05:06:15
(Pas de lien référant)
13 Aug 05:08:01

 

 

https://en.wikipedia.org/wiki/Iligan

Iligan

From Wikipedia, the free encyclopedia
Not to be confused with Ilagan.
Iligan
Highly Urbanized City
Don Gregorio T. Lluch Avenue (formerly Quezon Avenue)

Don Gregorio T. Lluch Avenue (formerly Quezon Avenue)
Official seal of Iligan
Seal
Nickname(s): Industrial Center of the South; City of Majestic Waterfalls
Map of Lanao del Norte with Iligan highlighted
Map of Lanao del Norte with Iligan highlighted
Iligan is located in Philippines

Iligan
Iligan

Location within the Philippines

Coordinates: 17px-WMA_button2b dans Corruption8°14′N 124°15′ECoordinates: 17px-WMA_button2b dans Crime8°14′N 124°15′E
Country Philippines
Region Northern Mindanao (Region X)
Province Lanao del Norte (geographically only)
District Lone District of Iligan City
Settled 1575 (as Bayug, now part of Iligan)
1609 (as Iligan)
Incorporated 1914 (as municipality)
Cityhood June 16, 1950
Highly Urbanized City November 22, 1983
Barangays 44
Government[1]
 • Congressman Frederick Siao (UNA)
 • Acting Mayor Jemar Vera Cruz (NPC)
 • Acting Vice-Mayor Samuel Pondoc Huertas (NPC)
Area[2]
 • Total 813.37 km2 (314.04 sq mi)
Population (2015 census)[3]
 • Total 342,618
 • Density 420/km2 (1,100/sq mi)
Time zone PHT (UTC+8)
ZIP code 9200
Dialing code 63
Website www.iligan.gov.ph

 

Iligan, officially the City of Iligan or simply Iligan City (Cebuano: Dakbayan sa Iligan; Filipino: Lungsod ng Iligan) is a highly urbanized city in the Northern Mindanao region, Philippines. It is geographically within the province of Lanao del Norte but administered independently from the province. It was once part of Central Mindanao (Region 12) until the province was moved under Northern Mindanao (Region 10) in 2001.[4]

Iligan has a total land area of 813.37 square kilometres (314.04 sq mi),[2] making it one of the 10 largest cities in the Philippines in terms of land area. It had a population of 342,618 inhabitants in the 2015 census.[3]

Contents

Etymology

The name Iligan is from the Higaunon (Lumad/Native of Iligan) word « Ilig » which means « to go downstream ».

History

Pre Colonial Era

Iligan City had its beginnings in the village of Bayug, four (4) kilometers north of the present Poblacion. It was the earliest pre-Spanish settlement of native sea dwellers. The monotony of indigenous life in the territory was broken when in the later part of the 16th century, the inhabitants were subdued by the Visayan migrants from the island kingdom of Panglao.

In the accounts of Jesuit historian Francisco Combes, the Mollucan King of Ternate invaded Panglao. This caused Panglaons to flee in large numbers to Dapitan, Zamboanga del Norte.

In Dapitan, the surviving Prince of Panglao Pagbuaya, received Legazpi’s expedition in 1565. Later, Pagbuaya’s son Manook was baptized Pedro Manuel Manook. Sometime after the conquest of Camarines by the Spaniards in 1573, the Christianized Manook subdued the Higaunon village in Bayug the same year and established it as one of the earliest Christian settlements in the country. The settlement survived other raids from other enemies, and, because of their faith in God and in their patron saint, Saint Michael the Archangel, the early Iliganons moved their settlement from Bayug to Iligan, which the Augustinian Recollects founded as a mission in 1609.[5]

Spanish era

The Jesuits replaced the Recollects in 1639. Iligan was the Spaniards’ base of operations in attempting to conquer and Christianize the Lanao area throughout its history. A stone fort called Fort St. Francis Xavier was built in 1642 where Iliganons sought refuge during raids by bandits. But again, the fort sank due to floods. Another fort was built and this was named Fort Victoria or Cota de Iligan.

In 1850, because of floods, Don Remigio Cabili, then Iligan’s governadorcillo, built another fort and moved the poblacion of the old Iligan located at the mouth of Tubod River west of the old market to its present site.

Iligan was already a town of the once undivided Misamis Province in 1832. However, it did not have an independent religious administration because it was part of Cagayan de Oro, the provincial capital. It was one of the biggest municipalities of Misamis Province.

The Spaniards abandoned Iligan in 1899, paving the way for the landing of the American forces in 1900.

American era

220px-Street-in-iligan-moro-province dans Folie

Iligan, circa 1903-1913

In 1903, the Moro Province was created. Iligan, because of its Moro residents was taken away from the Misamis Province. Then Iligan became the capital of the Lanao District and seat of the government where the American officials lived and held office. Later in 1907 the capital of the Lanao District was transferred to Dansalan.[6]

In 1914, under the restructuring of Moroland after the end of the Moro Province (1903–1913), Iligan became a municipality composed of eight barrios together with the municipal district of Mandulog. After enjoying peace and prosperity for about 40 years, Iligan was invaded by Japanese forces in 1942.

The liberation in Iligan by the Philippine Commonwealth forces attacked by the Japanese held sway in the city until 1944 to 1945 when the war ended. On November 15, 1944, the city held a Commonwealth Day parade to celebrate the end of Japanese atrocities and occupation.[7]

Cityhood

Using the same territorial definition as a municipality, Iligan became a chartered city of Lanao del Norte on June 16, 1950.[8] It was declared a first class city in 1969 and was reclassified as First Class City « A » on July 1, 1977 by virtue of Presidential Decree No. 465. In 1983, Iligan was again reclassified as a highly urbanized city.

Lone district

Republic Act No. 9724, an Act separating the City of Iligan from the First Legislative District of the Province of Lanao del Norte was approved by President Gloria Macapagal Arroyo on October 20, 2009.[9]

Geography

Iligan City is bounded on the north by the 3 municipalities of Misamis Oriental (namely Lugait, Manticao and Opol), to the south by the 3 municipalities of Lanao del Norte (Baloi, Linamon and Tagoloan) and the 2 municipalities of Lanao del Sur (Kapai and Tagoloan II), to the north-east by Cagayan de Oro City, to the east by the municipality of Talakag, Bukidnon; and to the west by Iligan Bay.

To the west, Iligan Bay provides ferry and container ship transportation. East of the city, flat cultivated coastal land gives way to steep volcanic hills and mountains providing the waterfalls and cold springs for which the area is well known.

Barangays

Iligan City is politically subdivided into 44 barangays.[2]

  • Abuno
  • Acmac
  • Bagong Silang
  • Bonbonon
  • Bunawan
  • Buru-un
  • Dalipuga
  • Del Carmen
  • Digkilaan
  • Ditucalan
  • Dulag
  • Hinaplanon
  • Hindang
  • Kabacsanan
  • Kalilangan
  • Kiwalan
  • Lanipao
  • Luinab
  • Mahayahay
  • Mainit
  • Mandulog
  • Maria Cristina
  • Pala-o
  • Panoroganan
  • Poblacion
  • Puga-an
  • Rogongon
  • San Miguel
  • San Roque
  • Santiago
  • Saray-Tibanga (Saray)
  • Santa Elena
  • Santa Filomena
  • Santo Rosario
  • Suarez
  • Tambacan
  • Tibanga (Canaway)
  • Tipanoy
  • Tomas L. Cabili (Tominobo Proper)
  • Tubod
  • Ubaldo D. Laya
  • Upper Hinaplanon
  • Upper Tominobo
  • Villaverde

Climate

Iligan falls within the third type of climate wherein the seasons are not very pronounced. Rain is more or less evenly distributed throughout the year. Because of its tropical location the city does not experience cold weather. Neither does it experience strong weather disturbances due to its geographical location (being outside the typhoon belt) And also because of the mountains that are surrounding the city.

Demographics

 dans LCR - NPA

Interior of Saint Michael Cathedral in Iligan
Population census of Iligan
Year Pop. ±% p.a.
1990 226,568
1995 273,004 +3.56%
2000 285,061 +0.93%
2007 308,046 +1.08%
2010 322,821 +1.72%
2015 342,618 +1.14%
Source: Philippine Statistics Authority[3][10]

Iligan is predominantly Christian, with Catholics constituting the majority of the Christians (71%). Iliganons are composed of the Cebuano speaking locals and the minorities are mainly Muslim (26%) Maranaos,and Higaonons.

Some Tagalog and other cultural minorities and immigrants from other places inhabit Iligan. It is not only rich in natural resources and industries but it is also the home of a mix of cultures: the Maranaos of Lanao del Sur, the Higaonon of Bukidnon, and many settlers and migrants from other parts of the country. It is known for its diverse culture.

Language

Cebuano is the major language in the city (about 93%). The rest speak Tagalog, Maranao, Hiligaynon, Ilocano, Chavacano, and Waray-Waray. The majority of the population can speak and understand English.

Patron saint

Saint Michael is widely regarded as the Patron saint of the city. The city fiesta in devotion to the saint, called the Diyandi Festival, is held every September 29. He is locally known by the Spanish version of his name, Señor San Miguel. Devotion to him is common to Muslims and Christians in Iligan.

Economy

 dans Luraghi

Echiverri Street, Iligan

Iligan is known as the Industrial Center of the South and its economy is largely based on heavy industries. It produces hydroelectric power for the Mindanao region through the National Power Corporation (NAPOCOR), the site of the Mindanao Regional Center (MRC) housing Agus IV, VI and VII hydroelectric plants. It also houses industries like steel, tinplate, cement and flour mills.

After the construction of Maria Cristina (Agus VI) Hydroelectric Plant by National Power Corporation (NPC, NAPOCOR) in 1950, the city experienced rapid industrialization and continued until the late 1980s. The largest steel plant in the country, National Steel Corporation (NSC), was also established in 1962.[11]

During the 1997 Asian Financial Crisis, the city experienced severe economic slowdown. A number of industrial plants were closed, notably the National Steel Corporation.[12]

The city made its economic revival with the reopening of the National Steel Corporation, renamed Global Steelworks Infrastructures, Inc. (GSII) in 2004.[13] On October 2005, GSII officially took a new corporate name: Global Steel Philippines (SPV-AMC), Inc.[14]

Cagayan de Oro-Iligan Corridor

Iligan along with its neighboring city, Cagayan de Oro City, are the two major components for the Cagayan de Oro-Iligan Corridor, the fastest developing area in Northern Mindanao.

Tourism

City of Majestic Waterfalls

220px-Maria_Cristina_Falls_Iligan_City dans NEMROD34

Maria Cristina Falls

Iligan is known as the City of Majestic Waterfalls because of the numerous waterfalls located within its area. There are about 24 waterfalls in the city. The most famous as well as the city’s major landmark, is the Maria Cristina Falls. It is also the primary source of electric power of the city, harnessed by Agus VI Hydroelectric Plant.

Other famous waterfalls in the city are, Tinago Falls, accessible through a 300-step staircase in Barangay Ditucalan. Mimbalut Falls in Barangay Buru-un, Abaga Falls in Barangay Suarez, and Dodiongan Falls in Barangay Bonbonon.

List of waterfalls in Iligan:

  • Abaga Falls
  • Bridal Veil Falls
  • Dalipuga Falls
  • Digkianlao Falls
  • Dodiongan Falls
  • Gata Falls
  • Guimbalolan Falls
  • Hindang Falls
  • Ikog Falls
  • Kalisaon Falls
  • Kalubihon Falls
  • Kamadahan Falls
  • Kibalang Falls
  • Languyon Falls
  • Langilanon Falls
  • Limunsudan Falls
  • Linanot Falls
  • Lumbatin Falls
  • Malaigang Falls
  • Malapacan Falls
  • Malinao Falls
  • Maria Cristina Falls
  • Mimbalut Falls
  • Pampam Falls
  • Pindarangahan Falls
  • Rogongon Falls
  • Sikyop Falls
  • Tinago Falls

Waterfall hopping is now becoming one of the popular activities for eco-tourists in Iligan City.

Tartanillas

Iligan is one of the few cities in the Philippines and the only city in Mindanao where one can find a tartanilla, a horse-drawn carriage, plying the main streets from Badelles Street in Pala-o to Barangay Tambacan.

Kasadya Merrymaking and Street Dancing

Kasadya Merrymaking and Street Dancing is Iligan City’s month-long cultural celebration held every month of September and concludes on the feast day of Saint Michael on September 29. The highlight of the event is Kasadya Street Dancing, a ritual dance offered to the patron saint as thanksgiving.

The Kasadya Merry Making and Street Dancing has been renamed Sayaw Saulog in 2014.

Local government

 dans Perversité

Iligan City Hall

Iligan City is a highly urbanized city and is politically independent from the Province of Lanao del Norte. Registered voters of the city no longer vote for provincial candidates such as the Governor and Vice Governor unlike its nearby towns that make up the provinces as a result of its charter as a city in the 1950s.

Iligan City’s seat of government, the city hall, is located at Buhanginan Hills in Barangay Pala-o. The local government structure is composed of one mayor, one vice-mayor and twelve councilors. Each official is elected publicly to a 3-year term and can be re-elected up to 3 terms in succession. The day-to-day administration of the city is handled by the city administrator.

Transportation

Seaports

The Port of Iligan is located along the northern central coastal area of Mindanao facing the Iligan Bay with geographical coordinates of approximately 8°13′56″N 124°13′54″E. It is 795 kilometres (494 mi) south-west of Metro Manila.[15]

It serves the port users and passengers coming from the hinterlands of the provinces of Lanao del Norte, Lanao del Sur, parts of Misamis Oriental, and the Cities of Iligan and Marawi.[15]

There are five major passenger and cargo shipping lines operating in the Port of Iligan serving Manila, Cebu City, Ozamiz City, Dipolog City, Tagbilaran City, Siquijor, Siquijor and Lazi, Siquijor routes. These are 2GO Travel, Carlos A. Gothong Lines, Gothong Southern, Cokaliong Shipping Lines, Trans-Asia Shipping Lines and Orlines Sea-Land Transport.

There are around seven private seaports in Iligan operated by their respective heavy industry companies. These private seaports can be found in Barangays Maria Cristina, Suarez, Tomas L. Cabili, Sta. Filomena, and Kiwalan.

Airports

 dans Politique

Laguindingan Airport

The main airport is Laguindingan Airport (IATA: CGY; ICAO: RPMY), located in the municipality of Laguindingan, Misamis Oriental, which opened on June 15, 2013,[16] the airport replaced Lumbia Airport as the main airport of Misamis Oriental and Northern Mindanao.[17] It has daily commercial flights to and from Manila, Cebu, Davao and Zamboanga via PAL Express, and Cebu Pacific.

Maria Cristina Airport (IATA: IGN; ICAO: RPMI), is located in Balo-i, Lanao del Norte, and was the main airport of Iligan in the late 1980s. Aerolift Philippines, a now-defunct regional airline, ceased its services when its passenger plane crashed into some structures at the end of the runway of the Manila Domestic Airport in 1990 which resulted to its bankruptcy.[18][19] Thus, it ended its service to Iligan’s airport at Balo-i which also resulted in the closure of the airport. Philippine Airlines served the city for many years before ending flights in 1998 due to the Asian financial crisis.

Bus terminals

There are two main bus terminals in Iligan.

Rural Transit (RTMI) and Super 5 Transport are the dominant public bus companies with daily trips from and to Iligan. Passenger vans and jeeps also services various municipalities in Lanao del Norte, Lanao del Sur, and Misamis Oriental.

City transportation

The public modes of transportation within the city are Jeepneys, Taxis, and Pedicabs. « Tartanillas » service main roads in Barangay Pala-o and Barangay Tambacan.

Education

The City of Iligan has one state university and seven private colleges specialized in Engineering and Information Technology, Health Services, Maritime Science, Business and Administration, Primary and Secondary Education, and Arts and Social Sciences.

With a total of 181 schools (106 public; 75 private; 17 madaris) including vocational and technical schools, Iligan City has an average literacy rate of 94.71, one of the highest in the whole Philippines.

Mindanao State University – Iligan Institute of Technology

One of the few autonomous external campuses of the Mindanao State University and « the light-bearer of the several campuses of the MSU System. »[20] It is not only one of the best universities in the Visayas and Mindanao regions but considered as well as one of the best universities in Philippines with a standing of being within the top ten (10) best universities in the country with excellence in Science and Technology, Engineering, Mathematics, Information Technology, and Natural Sciences.[citation needed]

Colleges

  • St. Michael’s College, Iligan City, is known as the oldest school in the Lanao area, founded as a catechetical center way back 1914 by Fr. Felix Cordova, S.J. It was formally established in 1915 as Escuela de San Miguel in honor of the patron saint, St. Michael the Archangel. Now on its active bid to become the city’s first Private Catholic University, Saint Michael’s College of Iligan currently offers 8 disciplines: Business Administration, Accountancy, Hotel and Restaurant Management, Engineering and Computer Studies, Nursing, Criminology, Education, Arts and Sciences and the Basic Education. It also offers the TESDA Ladderized Courses and the education – related Graduate Studies Program.[21]
  • St. Peter’s College, Iligan City, is an engineering, accounting and business administration school founded in 1952.
  • Capitol College of Iligan, Inc., more popularly known as Iligan Capitol College (ICC), is a private, non-sectarian, co-educational institution of learning which was established in 1963 by the late Engr. Sesenio S. Rosales and Madame Laureana San Pedro Rosales. It was registered with the Securities and Exchange Commission (SEC) on February 12, 1964.[21] In 1997, Iligan Capitol College established Lyceum Foundation of Iligan which is to become its sister college beside Corpus Christi Parish in Tubod, Iligan City.
  • Iligan Medical Center College, is a private and non-sectarian Medicine and Health Services school founded in 1975.
  • Adventist Medical Center College, formerly: Mindanao Sanitarium and Hospital College, is one of the colleges of the Seventh-day Adventist Church. It is a medical school which focuses on healthcare courses like Nursing, Medical Technology, Physical Therapy, Pharmacy and Radiology.
  • Lyceum of Iligan Foundation focuses on maritime and engineering courses. It also offers courses on Hotel and Restaurant Management, Nursing, Business Administration, and other allied Health Services.
  • Other notable colleges and technical schools are Iligan Computer Institute, (ICTSI), Santa Monica Institute of Technology (SMIT), STI College, AMA Computer College, Picardal Institute of Technology (PISTEch), Saint Lawrence Institute of Technology, Masters Technological Institute of Mindanao, and ICTI Polytechnic College, Inc. (formerly Iligan City Technical Institute (ICTI)).

Basic education

  • Iligan City National High School, the largest high school campus in Iligan City.
  • Lanao Chung Hua School, the first and only Chinese school in Iligan City which was founded in November 12, 1938.
  • La Salle Academy (Iligan City) is a Lasallian school located in Iligan City, Lanao del Norte, Philippines. It is the first of the third generation of La Salle schools founded by the De La Salle Brothers in the country.[22]
  • Corpus Christi Parochial School of Iligan
  • Iligan City East National High School, formerly known as Regional Science High School for Region XII but was then transferred to Cagayan de Oro and was changed into Iligan City East National High School. The School was founded on February 1986. Specializes on research, sciences, mathematics, technology education and others.
  • Integrated Developmental School, founded as Iligan High School, was established in 1946. On July 12, 1968, the school was annexed to Mindanao State University – Iligan Institute of Technology under R.A. 5363.

Telecommunications and media

Iligan City’s pioneering communication companies are PLDT-MaraTel, Bayan Telecommunications Inc. and Italtel, a government controlled communications system then followed. Recently major national carriers such as PilTel, Globe Telecom, Mobile telecommunications are catered by Smart Communications, Globe Telecom, and Sun Cellular are serving the telecommunication needs of Iligan City.

The city has three local television channels. They are ABS-CBN, GMA Network and ABS-CBN Sports+Action. The city also has eight FM and one AM radio station.

Notable people

Sister Cities

Philippines Cagayan de Oro City, Philippines
Philippines General Santos City, Philippines
Philippines Makati City, Philippines[23]
Philippines Dipolog City, Philippines
Philippines Ozamiz City, Philippines
Philippines Butuan City, Philippines

See also

References

External links

30px-Commons-logo.svg dans Rue89 Wikimedia Commons has media related to Iligan City.
40px-Wikivoyage-Logo-v3-icon.svg Wikivoyage has a travel guide for Iligan.
50px-Compass_rose_pale.svg
Lugait / Manticao / Opol, Misamis Oriental Cagayan de Oro 50px-Compass_rose_pale.svg
Iligan Bay 17px-North.svg Talakag, Bukidnon
17px-West.svg
  Iligan City
17px-Boxed_East_arrow.svg
17px-South.svg
Linamon
Matungao
Baloi / Tagoloan / Kapai, Lanao del Sur Tagoloan II, Lanao del Sur
[show]

 



De l’actualité des Philippines

 

http://www.la-croix.com/Monde/Asie-Oceanie/Aux-Philippines-la-lutte-antidrogue-tue-des-innocents-2016-08-02-1200779620

Aux Philippines, la lutte antidrogue tue des innocents

 

Marianne Dardard (à Manille), le 02/08/2016 à 8h35

 

Le nombre d’exécutions de rue explose depuis l’élection de Rodrigo Duterte, il y a deux mois à peine.

La police est autorisée à tuer tout narcotrafiquant présumé. L’Église tente de protester contre ces exécutions rapides.

 

Saisie de drogue et d’armes par la police philippine lors d’une descente dans une cache de narcotrafiquants présumés.

ZOOM Saisie de drogue et d’armes par la police philippine lors d’une descente dans une cache de narcotrafiquants présumés. / Ted Aljibe/AFP

Dondon Pallarco, 35 ans, est mort d’une balle tirée en pleine tête par la police. Quand les journalistes de garde cette nuit-là arrivent dans ce coin reculé de Cavite City, juste au sud de Manille, son corps ensanglanté gît encore sur le pas de la porte.

« Un de mes hommes s’est fait passer pour un acheteur de drogue. Lorsque le suspect s’est rendu compte du subterfuge, il a tenté de prendre son revolver pour faire feu », se justifie l’inspecteur en chef Resti Soriano, interrogé sur place.

Le nom de Dondon Pallarco figurait sur la liste établie au niveau des barangays, la plus petite unité administrative aux Philippines. En général, c’est ainsi que sont identifiés les narcotrafiquants présumés avant l’intervention de la police, autorisée de fait à les tuer, au nom de la « légitime défense » et de la campagne antidrogue lancée par le nouveau président philippin, Rodrigo Duterte.

« Mon oncle a été abattu comme une bête »

Dondon Pallarco était considéré comme un « important revendeur » mais seuls 5 grammes de méthamphétamine ont été retrouvés sur lui, admet l’inspecteur Soriano. La famille de Dondon raconte avoir appris sa mort brutale par des voisins éveillés.

« Mon oncle a été abattu comme une bête », affirme l’un de ses jeunes neveux sous le choc. Sous couvert d’anonymat, il confirme que Dondon Pallarco, petit agriculteur de son état, était tombé dans la drogue à cause de problèmes financiers.

> A lire : Philippines : Leni Robredo, vice-présidente sans attribution

« Fermier ou conducteur de tricycle, voilà les deux seuls métiers exercés ici », ajoutent d’autres proches en évoquant les raisons qui auraient poussé Dondon Pallarco à vendre de la drogue. Méritait-il pour autant de mourir ? « Pour moi Duterte est un animal dangereux », lâche le neveu. Reste que dans la région de Cavite City, Rodrigo Duterte est arrivé en tête lors du scrutin présidentiel avec son programme populiste et ses discours violents.

Des innocents également pris pour cibles

À la une des médias, les photos quotidiennes de cadavres divisent aujourd’hui les Philippins confrontés au fléau de la drogue. Avec l’élection de Rodrigo Duterte, la guerre antidrogue devenue priorité absolue a fait des centaines de morts, tués par la police, mais aussi par des commandos non identifiés. Les autorités assurent que plus de 200 000 consommateurs et narcotrafiquants se sont rendus en masse depuis le lancement des opérations.

Mais des innocents ont été également pris pour cibles lors des assauts de la police ou de groupes armés. Parmi eux, Rowena Tiamson, étudiante de 22 ans, promise à un brillant avenir. Le 19 juillet, son cadavre a été retrouvé avec la tête enfermée dans du plastique à Pangasinan, dans le nord-ouest du pays. Autour du cou avait été accrochée une pancarte : « Je suis un dealer ». Les forces de l’ordre ont formellement démenti son implication dans le narcotrafic.

Réaction de l’Église catholique

Face aux bavures, l’Église catholique a lancé une campagne de sensibilisation avec pour thème le commandement biblique : « Tu ne tueras point ». « D’après les témoignages des familles, 3 à 4 % des victimes sont innocentes », s’alarme P. Atilano Fajardo, l’instigateur du projet, au sein du diocèse de Manille. « L’enjeu, c’est de trouver une réponse à la colère grandissante des victimes mais aussi les aider à prendre confiance pour témoigner », poursuit-il.

> A lire : Davao, vitrine « anti crime » du nouveau président philippin

P. Fajardo appelle toutes les paroisses à célébrer une messe chaque semaine en hommage aux victimes des tueries. Vêtus de noir, 600 fidèles ont afflué lors de la première cérémonie à Manille. Le prêtre reconnaît aussi avoir reçu des messages de haine sur les réseaux sociaux, mais dit se préoccuper d’abord de « tous ces enfants devenus orphelins à la suite de ces crimes ».

De son côté, la commission des droits de l’homme a lancé une enquête probatoire autour d’une centaine de cas de bavure potentielle. Il y a plusieurs années, cette institution indépendante créée par la constitution philippine s’était déjà penchée sur de possibles liens entre les « escadrons de la mort » de Davao (Mindanao) et le maire de l’époque, qui n’était autre que Rodrigo Duterte. À ce jour, aucune preuve à son encontre n’a été établie.

———————————–

Des prisons surpeuplées

Détenus obligés de dormir sous les lits ou dans les cours à tour de rôle, couloirs bondés, bâtiments délabrés : les conditions de vie carcérales se dégradent à vue d’œil dans l’archipel d’Asie du Sud-Est, résultat d’une campagne sans précédent contre la criminalité. Il y a en moyenne près de cinq fois plus de détenus que de places, selon les chiffres du gouvernement de l’archipel. Et la situation pourrait s’aggraver rapidement au fur et à mesure des opérations policières. Depuis l’entrée en fonction du nouveau président Rodrigo Duterte le 30 juin, plus de 4 300 trafiquants ou usagers de drogue présumés ont été arrêtés, selon la police, qui attendront pendant des mois et parfois des années leur procès.

Marianne Dardard (à Manille)

 

http://geopolis.francetvinfo.fr/philippines-valse-hesitation-du-president-duterte-face-a-la-guerilla-communiste-113293

Philippines: valse-hésitation du président Duterte face à la guérilla communiste

 

Par Zhifan Liu – Valentin Pasquier@GeopolisFTV | Publié le 04/08/2016 à 16H24

 

Philippines rébellion communiste
Des communistes rebelles lors de la célébration du 42e anniversaire du Parti communiste des Philippines, le 26 décembre 2010 à Mindanao.  © GEONARRI SOLMERANO / AFP

 

Lors de son premier «discours sur l’état de la nation», le 25 juillet 2016, devant le Congrès philippin, le président Rodrigo Duterte avait annoncé avoir conclu un cessez-le-feu avec la rébellion communiste, l’une des plus anciennes insurrections d’Asie. Mais le 30 juillet, il est revenu sur sa décision après une attaque rebelle qui a tué un milicien gouvernemental et en a blessé quatre autres.

Adepte de la manière forte pour lutter contre la criminalité et le trafic de drogue, le nouveau président philippin, Rodrigo Duterte, semblait sur le point de régler diplomatiquement un conflit vieux de 50 ans. En vain. Malgré un rapprochement prometteur avec la guérilla communiste, opposée de longue date à l’État philippin, il a finalement mis fin aux négociations le 30 juillet 2016.

Des liens tissés de longue date
Ancien maire de Davao, fief du Parti communiste philippin (CPP), Rodrigo Duterte a eu l’occasion de tisser des liens privilégiés avec le leader de la guérilla, Jose Maria Sison. La relation entre deux hommes que tout oppose, a commencé dans les années 1960 quand Rodrigo Duterte… était l’étudiant du professeur Jose Maria Sison à l’université de Manille.

Aujourd’hui, les deux personnalités ne cachent pas leur admiration l’une pour l’autre : «(Duterte) a beaucoup de belles choses à dire sur moi, et j’ai également pas mal de belles choses à dire sur lui», affirmait le leader du PCP en février 2016. Lors de l’élection présidentielle, l’ancien enseignant a également indiqué que son ex-étudiant serait «le meilleur président philippin depuis Marcos», dictateur philippin renversé en 1986.

La bonne entente entre les deux leaders s’est concrétisée en juin 2016 à Oslo en Norvège. Des représentants de la rébellion communiste avaient alors rencontré le gouvernement pour entamer officiellement des négociations de paix. Rodrigo Duterte renouvelait ainsi la démarche de son prédécesseur, Benino Aquino. En 2010, celui-ci avait commencé pourparlers, interrompus trois ans plus tard. Aquino avait alors dénoncé le «manque de sincérité» du CPP. La guérilla exigeait que ses prisonniers soient relâchés, ce qui était inadmissible pour le gouvernement de l’époque.

Un cessez-le-feu unilatéral avait été prononcé le 25 juillet, à la rencontre d’Oslo. Mais une attaque de rebelles, deux jours après, tuant un membre d’une milice gouvernementale et en blessant quatre autres, a réduit les espoirs de paix. Le président Duterte a alors lancé un ultimatum aux communistes. Ultimatum resté sans réponse. Le 30 juillet, celui-ci a prononcé la fin du cessez-le-feu.

30 000 personnes tuées depuis 1969.
Le CPP, scission du Partido Komunista ng Pilipinas (PKP) fondé dans les années 1930, est né le 26 décembre 1968, jour du 75e anniversaire de Mao Zedong. Durant le règne de Ferdinand Marcos, la guérilla entendait s’opposer à la «néo-colonisation» menée par les Etats-Unis avec la bienveillance du gouvernement de Marcos, selon elle.

Le CPP sera ensuite interdit par le dictateur après l’instauration de la loi martiale en 1972. A la chute de Marcos, son successeur, Corazon Aquino, décide de libérer le leader Jose Maria Sison et d’entamer des négociations avec les rebelles. Après avoir entamé une tournée à l’étranger pour dénoncer le non-respect des droits de l’homme par le gouvernement philippin, l’opposant doit s’exiler aux Pays-Bas.

Soutien Sison rébellion communiste Philippines
Des soutiens de Jose Maria Sison à Manille le 6 septembre 2007. Ils protestent contre l’arrestation du leader communiste aux Pays-Bas. Il est soupçonné d’avoir ourdi le meurtre de trois anciens alliés politiques. © JAY DIRECTO / AFP

 

Ralentissement de la guérilla maoïste 
Ces dernières années, la Nouvelle Armée du Peuple (NAP), le bras armé du CPP, fondé en 1969 pour conduire «une guerre populaire de longue durée», a beaucoup perdu de terrain. C’est d’ailleurs ce que semble montrer l’arrestation de son chef Adelberto Silva. Il avait été nommé à la tête de la rébellion après l’arrestation des précédents leaders, Benito Tiamzon et son épouse Wilma, en 2014.

A son apogée, dans les années 1980, le NAP disposait de 26.000 hommes. Ils ne seraient plus que 4 000 aujourd’hui, Mais la guérilla bénéficie du soutien des populations les plus pauvres dans les zones rurales. Les rebelles tuent régulièrement des membres des forces de sécurité tout en pratiquant le racket auprès des entreprises locales. Le conflit entre l’Etat et la guérilla communiste aurait fait plus de 30 000 morts depuis 1969.

Malgré le récent regain de tensions, les deux parties ont répété qu’elles étaient prêtes à reprendre des pourparlers de paix comme prévu, à partir du 20 août 2016. Duterte a confié que conclure un tel accord de paix serait pour lui «un rêve».

 

http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/philippines-marcos-ne-merite-pas-d-etre-enterre-en-heros-selon-la-commission-historique_1819519.html

Philippines: Marcos ne mérite pas d’être enterré en héros, selon la Commission historique

Par AFP , publié le 08/08/2016 à 12:14 , mis à jour à 12:14

L'ancienne Première dame philippine Imelda Marcos, le 26 mars 2010, devant la dépouille de son époux, Ferdinand Marcos, à Batac, au nord de Manille
L’ancienne Première dame philippine Imelda Marcos, le 26 mars 2010, devant la dépouille de son époux, Ferdinand Marcos, à Batac, au nord de Manilleafp.com/TED ALJIBE

 

Manille – La Commission historique des Philippines s’est élevée contre le projet du président Rodrigo Duterte d’enterrer Ferdinand Marcos en héros, estimant que l’ex-dictateur ne pouvait être considéré comme tel.

 

Dimanche, le nouveau président s’est de nouveau engagé à transférer la dépouille de M. Marcos au Cimetière des Héros, une décision contestée compte tenu des violations des droits de l’Homme et des faits de corruption attribués à l’ex-homme fort de l’archipel.

La Commission historique nationale des Philippines, un organe gouvernemental, a publié ce week-end une étude visant à établir si l’ex-dictateur (1917-1989) remplissait les critères requis pour entrer au Cimetière des Héros.

« Marcos a menti au sujet des médailles américaines qu’il disait avoir reçues (…), son dossier militaire est rempli de mythes et d’incohérences factuelles« , indique la Commission.

« Un dossier contestable ne peut servir de fondement à une reconnaissance historique de quelque sorte, sans parler d’un enterrement en un lieu prévu, comme son nom l’indique, pour les héros. »

Elu président en 1965, Marcos a décrété la loi martiale en 1972. Renversé en 1986, il avait fui avec sa famille aux Etats-Unis.

L’ancien dictateur, qui est accusé d’avoir orchestré des abus des droits de l’Homme à échelle massive et d’avoir détourné 10 milliards de dollars des caisses de l’Etat, est décédé trois ans plus tard à Hawaï.

La famille Marcos a pu rentrer au pays après le décès du patriarche, dont le corps embaumé est conservé dans une crypte au domicile familial dans la province d’Ilocos Norte dans le nord des Philippines.

Les Marcos ont signé depuis un remarquable come-back politique.

La veuve Imelda a ainsi été réélue en mai pour un troisième mandat à la chambre des représentants et sa fille Imee reconduite comme gouverneur. Son fils Ferdinand Marcos Jr a en revanche échoué de peu à obtenir la vice-présidence des Philippines.

La famille mène de longue date une campagne pour que Marcos soit enterré en héros, ce que les précédents présidents ont refusé.

L’organisation Transparency International avait classé en 2004 Marcos comme le deuxième dirigeant le plus corrompu de tous les temps.

En dépit de ses discours contre la corruption, Duterte, qui fut soutenu pendant sa campagne par la famille Marcos, n’a cessé de présenter l’ex-dictateur comme le « meilleur président » que les Philippines aient connu.

Dimanche, son gouvernement a formellement pris les mesures pour préparer le transfert du corps vers le Cimetière des Héros.

 

http://www.bfmtv.com/international/un-depute-aimerait-voir-trump-interdit-d-entree-aux-philippines-1023831.html

Un député aimerait voir Trump interdit d’entrée aux Philippines

 

08/08/2016 à 16h33
Donald Trump multiplie ses propositions radicales sur l'immigration

Donald Trump multiplie ses propositions radicales sur l’immigration – Scott Olson – AFP

 

Les propos de Donald Trump sur les « Etats terroristes » n’ont pas plu à un député philippin qui aimerait voir le candidat interdit de territoire.

 

Il avait qualifié les Philippines de « nation terroriste » et ses migrants de « chevaux de Troie » pour les Etats-Unis. Les mots de Donald Trump n’ont pas plu à un député philippin, qui a déposé un projet de loi visant à bannir le candidat républicain des Philippines.

Des propos « dysfonctionnels »

Lors d’un meeting à Portland, Donald Trump est revenu sur sa vision de l’immigration et de son contrôle. « Vous n’avez aucune idée de qui ils sont. Ils pourraient être le plus grand cheval de Troie de tout les temps », a déclaré le prétendant à la Maison blanche. Selon lui, les migrants en provenance de de l’Afghanistan, de Syrie, du Yémen ou encore des Philippines constitueraient une menace pour les Etats-Unis.

Dans son texte, le député Joey Salceda réaffirme qu’il n’y a pas de « fondements ou de justification raisonnable pour qualifier tous les Philippins originaires d’un ‘Etat terroriste’ ».

Le député qualifie les propos de Trump de « négatifs, dysfonctionnels, nativistes ». Il demande donc le vote de sa proposition, pour que le bureau de l’immigration « refuse de façon permanente », l’entrée de Donald Trump aux Philippines.

Les Philippins, 4e diaspora aux Etats-Unis

Les migrants philippins sont nombreux aux Etats-Unis. En 2014, ils représentaient 4,9% des immigrés légaux, derrière les Mexicains, les Indiens et les Chinois.

Le candidat républicain à la Maison blanche, actualise régulièrement ses propositions sur l’immigration. En juillet dernier, il envisageait un « contrôle renforcé » des Français, en provenance d’un pays selon lui « infecté par le terrorisme ».

Par M.L.

 

 

http://www.20minutes.fr/monde/1907147-20160810-philippines-president-duterte-insulte-ambassadeur-americain-traitant-fils-pute

Philippines: Le président Duterte insulte l’ambassadeur américain en le traitant de «fils de pute»

 

DIPLOMATIE Le chef de l’Etat philippin avait déjà insulté le pape, qualifié lui aussi de « fils de pute » pour avoir provoqué des embouteillages à Manille…

Rodrigo Duterte jouant du coude, le 12 février.
Rodrigo Duterte jouant du coude, le 12 février. – AP Photo/Bullit Marquez

20 Minutes avec AFP

    • Publié le 10.08.2016 à 14:30
    • Mis à jour le 10.08.2016 à 14:59

Le président philippin, coutumier des grossièretés, a fait une nouvelle sortie très remarquée.  Rodrigo Duterte a provoqué une nouvelle polémique et semé l’incompréhension à Washington en qualifiant l’ambassadeur des Etats-Unis d’« homosexuel » et de « fils de pute ».

Le chef de l’Etat philippin, dont le langage fleuri et le style tranchent radicalement ceux de ses prédécesseurs, a tenu vendredi ses propos homophobes en tagalog, un dialecte des Philippines, alors qu’il s’exprimait à la télévision au sujet de l’ambassadeur des Etats-Unis Philip Goldberg. « Comme vous le savez, je me bats avec l’ambassadeur (du secrétaire d’Etat John Kerry). Son ambassadeur homosexuel, le fils de pute. Il m’a fait chier », a dit le président.

Les Etats-Unis ripostent en convoquant le chargé d’affaires philippin à Washington

L’avocat de 71 ans a été élu début mai à l’issue d’une campagne populiste et ordurière au cours de laquelle il a multiplié les insultes contre ses adversaires politiques, et même contre le pape, qualifié, lui aussi, de « fils de pute » pour avoir provoqué des embouteillages à Manille.

>> A lire aussi : Les cinq gros coups de com’ de Rodrigo Duterte, le «Punisher» philippin

Le Département d’Etat américain a indiqué que le chargé d’affaires philippin Patrick Chuasoto avait été convoqué lundi au sujet des propos de son président. « Nous avons eu une conversation », a déclaré la porte-parole du Département Elizabeth Trudeau. « Nous voulions mieux comprendre la raison pour laquelle cette déclaration avait été faite. »

Le porte-parole du ministère philippin des Affaires étrangères, Charles Jose, a confirmé mercredi cette entrevue, mais soutenu que le diplomate philippin avait été « invité au Département d’Etat pour discuter des relations philippino-américaines dans tout leur spectre ». « Les relations philippino-américaines demeurent fortes », a-t-il poursuivi.

 

http://www.rfi.fr/emission/20160811-philippines-lutte-contre-drogue-duterte-francois-xavier-bonnet

Philippines: la lutte contre la drogue de Rodrigo Duterte

 

Par Anne Soetemondt
Diffusion : jeudi 11 août 2016
Philippines: la lutte contre la drogue de Rodrigo Duterte
Le président philippin Rodrigo Duterte

 

«Il y a eu 5000 personnes arrêtées par la police, et 500 000 se sont rendues spontanément, de peur d’être assassinées. Le président a donné le droit de tuer. Amnesty International a condamné ce système anti-drogue», informe François-Xavier Bonnet, géographe et chercheur associé à l’Institut de recherches sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (IRASEC), spécialiste des Philippines.


Sur le même sujet

  • De l'actualité des Philippines dans Attentats 2016-08-07t031547z_21036281_s1aettzmrbaa_rtrmadp_3_philippines-politics-duterte_0

    Philippines / Duterte

    Philippines: la «liste noire» du président Duterte

    En savoir plus

  • 2016-08-04t112614z_1229659823_s1bettmktqaa_rtrmadp_3_philippines-drugs_0 dans Corruption

    Philippines

    Philippines: Duterte maintient son «tirer pour tuer» malgré la contestation

    En savoir plus

  • 2016-07-25t104038z_427733320_d1betrpcpqab_rtrmadp_3_philippines-politics-duterte_0 dans Crime

    Philippines

    Philippines: avec sa lutte antidrogue, Duterte défie les droits de l’homme

     

https://asialyst.com/fr/2016/08/11/philippines-duterte-va-t-il-imposer-la-loi-martiale/

Revue de presse Philippines – 11 août 2016

 

Philippines : Duterte va-t-il imposer la loi martiale ?

 

Duterte a menacé de déclarer la loi martiale dans sa lutte contre la drogue. Copie d'écran du Philippine Star, le 11 août 2016.
Duterte a menacé de déclarer la loi martiale dans sa lutte contre la drogue. Copie d’écran du Philippine Star, le 11 août 2016.

 
The Philippine Star – Rodrigo n’a rien perdu de ses déclarations brutales qui ont émaillé la campagne présidentielle. Dans sa guerre contre la drogue, le président philippin serait prêt à déclarer la loi martiale, notamment face au système judiciaire qui serait selon lui, impliqué dans des affaires illégales. « La Constitution stipule que le président peut déclarer la loi martiale, non seulement dans le cas d’une invasion ou d’une rébellion, mais aussi lorsque la sûreté publique l’exige. Actuellement, la sûreté publique est en danger de façon imminente. Mais je ne pense pas que le président le fera », a assuré Salvador Panelo, conseiller juridique en chef de Duterte. Concrètement, le président reproche la nommination de juges qui protègent le trafic illégal, rapporte le Philippine Star. Il a ainsi menacé de se confier les pleins pouvoirs si la présidente la Cour suprême, Maria Lourdes Sereno, n’arrêtait pas « d’interférer » dans sa lutte.Des sénateurs philippins appellent à « ne pas prendre au sérieux » les déclarations de Duterte, relate le Philippine Star dans un autre article. « Je crois que nous ne devons pas exagérer ce qui, je pense, n’était pas sérieusement voulu », a déclaré Juan Edgardo Angara, affirmant, comme d’autres sénateurs, qu’il ne s’agissait que d’une enième manifestation de la personnalité « passionnée » du président.

 

http://lecourrier.vn/les-philippines-appellent-la-chine-a-respecter-le-droit-international/311554.html

Les Philippines appellent la Chine à respecter le droit international

11/08/2016 19:05

Le ministre philippin des Affaires étrangères Perfecto Yasay a appelé jeudi 11 août la Chine à respecter le droit international, la sécurité de la navigation maritime ainsi que la prédominance du droit pour régler pacifiquement les différends en Mer Orientale et Mer de Chine orientale.

>>Mer Orientale : Manille rejette les négociations conditionnelles proposées par Pékin
>>Manille appelle Pékin à respecter la sentence de la CPA
>>Manille laisse la porte ouverte au dialogue avec Pékin sur l’application de la sentence de la CPA
 

Cet appel a été ​lancé lors de son entretien avec son homologue japonais Fumio Kishida, en visite de travail à Manille pour discuter de la sécurité régionale et de la coopération dans la sécurité maritime, de l’application des lois, ainsi que du développement économique.

172250765ts dans Folie
Le ministre philippin des Affaires étrangères Perfecto Yasay.

Photo : ABS CBN/VNA/CVN

Lors d’une conférence de presse, Perfecto Yasay a souligné que les Philippines et le Japon faisaient face à des problèmes similaires en Mer Orientale et en Mer de Chine ​orientale.

Les différends territoriaux opposent le​ Japon et la Chine autour de la souveraineté d’îlots inhabités en Mer de Chine orientale, appelés Senkaku par Tokyo et Diaoyu par Pékin, tandis que les Philippines et la Chine ont déclaré leur souveraineté ​sur ​des zones maritimes enchevêtrées en Mer Orientale.

La sentence du 12 juillet de la Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye, ​qui ​a déclaré non fondée la « ligne en neuf traits » en Mer Orientale ​invoquée par la Chine, et a invalidé toute revendication chinoise ​sur des « droits historiques » dans cette zone maritime.

VNA/CVN

 

 

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2016-08/12/content_39077926.htm

Philippines : une explosion dans une prison fait dix morts

 

Par : Lisa |  Mots clés : Philippines, Explosions
French.china.org.cn | Mis à jour le 12-08-2016

 

Au moins dix personnes ont été tuées, dont deux détenus chinois, à la suite d’une explosion survenue jeudi soir dans une prison à Paranaque, un faubourg du sud de Manille aux Philippines, a rapporté vendredi la radio DZBB.

Selon la radio, qui a cité la police et le maire de la ville, l’explosion s’est produite vers 20h30 dans le bureau du directeur de la prison, Gerald Bantag, qui a été lui-même blessé par des éclats.

Des témoins ont déclaré à la radio qu’au moins trois explosions ont été entendues par les riverains après des coups de feu dans l’enceinte de l’établissement.

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source: Agence de presse Xinhua

 

 

http://journalmetro.com/monde/1007495/une-attaque-fait-dix-morts-aux-philippines/

MANILLE, Philippines — Au moins dix détenus ont été tués jeudi soir quand une prison des Philippines a été secouée par des coups de feu et une explosion.

Des dirigeants ont indiqué vendredi que le directeur de prison a été grièvement blessé. Deux trafiquants de drogue chinois ont notamment été tués.

Au moins une explosion s’est produite à l’intérieur de la prison, mais la cause en demeure inconnue. On croit qu’elle pourrait avoir été provoquée par une grenade.

Un porte-parole de la police a fait savoir que les détenus avaient possiblement demandé à rencontrer le directeur avant l’attaque, après avoir appris qu’ils devaient être transférés vers un autre établissement. L’explosion pourrait avoir été causée pour faciliter leur évasion.

Un quotidien local rapporte que le directeur de la prison se trouvait dans la salle de bain adjacente à son bureau quand il a entendu une querelle parmi les détenus. Le directeur aurait aussi entendu un coup de feu et aurait lui-même tiré en direction des prisonniers quand il est sorti de son bureau. C’est à ce moment que l’explosion se serait produite.

La police tente de déterminer comment les prisonniers ont pu mettre la main sur le pistolet mitrailleur avec lequel ils ont attaqué le directeur.

On ne sait pas si les détenus ont été tués par l’explosion ou par les échanges de tirs.

 

http://www.lorientlejour.com/article/1001427/philippines-dix-detenus-tues-dans-une-possible-tentative-devasion-ratee.html

Philippines: Dix détenus tués dans une possible tentative d’évasion ratée

 

AFP
12/08/2016

 

Dix détenus ont péri dans une prison de la banlieue de Manille dans ce qui pourrait avoir été une tentative ratée d’évasion au moyen d’une prise d’otage, ont annoncé vendredi les autorités.

Les détenus, parmi lesquels figuraient deux Chinois, se trouvaient jeudi soir dans le bureau du directeur de la prison de Paranaque City quand une explosion a retenti, provoquant la mort des prisonniers, a déclaré Xavier Solda, porte-parole de l’administration pénitentiaire.
Le directeur de la prison a été blessé. L’explosion a vraisemblablement été provoquée par une grenade, a déclaré M. Solda, précisant qu’un pistolet avait aussi été découvert sur les lieux.

« Les premières investigations laissent penser qu’il s’agissait d’une tentative d’évasion avec une prise d’otages », a-t-il ajouté. Il a observé que les détenus tués étaient des criminels endurcis. Huit d’entre eux -dont les deux Chinois- étaient détenus dans des affaires de stupéfiants et les deux autres pour vol.
Il a précisé que les détenus avaient demandé à voir le directeur. Mais on ignore pourquoi celui-ci a accepté sans avoir ses gardes autour de lui.
« Le seul qui puisse éclairer cette affaire est le directeur mais il a été hospitalisé et il se peut qu’il soit opéré », a dit M. Solda.

Cette explosion intervient au moment où le nouveau président philippin Rodrigo Duterte a lancé une vaste campagne de répression contre la criminalité, en particulier contre le trafic de drogue.
Cette campagne s’est notamment matérialisée par la mort de centaines de suspects dans les rues et par l’arrestation de milliers d’autres, aggravant encore un problème de surpopulation carcérale particulièrement grave dans l’archipel.

 

http://www.ouest-france.fr/monde/chine/les-philippines-veulent-discuter-avec-pekin-sur-la-mer-de-chine-4414971

Les Philippines veulent discuter avec Pékin sur la mer de Chine

 

Chine – Publié le 12/08/2016 à 07:55

  • L'envoyé spécial des Philippines en Chine, Fidel Ramos, a dit vendredi que Manille voulait entamer des discussions formelles avec Pékin.
    L’envoyé spécial des Philippines en Chine, Fidel Ramos, a dit vendredi que Manille voulait entamer des discussions formelles avec Pékin. | EPA

L’envoyé spécial des Philippines en Chine, Fidel Ramos, a dit vendredi que Manille voulait entamer des discussions formelles avec Pékin. Le but est d’explorer les chemins pouvant mener à la paix et à la coopération malgré les tensions en mer de Chine.

 

Fidel Ramos, ancien président des Philippines, s’est exprimé l’issue d’une rencontre avec le vice-ministre des Affaires étrangères chinois Fu Ying, organisée à l’occasion d’un voyage à Hong Kong entrepris pour raviver les relations avec la Chine, qui se sont fortement détériorées en raison d’un contentieux en mer de Chine orientale entre les deux pays.

En début de semaine, un centre de réflexion basé à Washington a dit que de récentes images satellites montraient que la Chine semblait avoir construit des hangars blindés pour avions sur ses possessions en mer de Chine méridionale.

Mer de Chine, mer des tensions

Le mois dernier, le gouvernement philippin avait rejeté une proposition de la Chine portant sur l’ouverture de négociations bilatérales, disant alors ne pas vouloir discuter avec Pékin au motif que le pays a rejeté début juillet un arrêt de la Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye donnant gain de cause à Manille dans ce dossier.

Fin juillet, John Kerry, le secrétaire d’État américain, avait dit être en faveur d’une reprise des pourparlers entre lesPhilippines, allié historique des États-Unis (malgré les récentes déclarations du président Duterte), et la Chine. Pékin réclame la possession de quelque 85 % de la mer de Chine méridionale, par laquelle transitent chaque année des mouvements commerciaux représentant plus de 5 000 milliards de dollars (4 540 milliards d’euros). Les Philippines, le Vietnam, la Malaisie, Taïwan et Brunei ont leurs propres revendications sur ces eaux.

 

http://french.china.org.cn/china/txt/2016-08/13/content_39083962.htm

Rencontre entre l’ancien président philippin Fidel Ramos et des représentants chinois de haut niveau à Hong Kong

 

French.china.org.cn | Mis à jour le 13. 08. 2016 
0019b91ed6e01918c32901 dans LCR - NPA

 

L’ancien président philippin Fidel Ramos a annoncé vendredi que Manille est prête à avoir des entretiens officiels avec Beijing sur des questions qui concernent les deux parties, après une réunion de deux jours avec un haut responsable chinois et un chercheur d’un influent groupe de réflexion sur la mer de Chine méridionale.

M. Ramos a fait ces remarques à la fin de son voyage de cinq jours à Hong Kong en tant qu’envoyé spécial, à un moment où les relations bilatérales se sont dégradées après qu’un tribunal d’arbitrage de La Haye ait statué en faveur des Philippines dans leurs différends avec la Chine sur la mer de Chine méridionale.

L’ancien chef de l’Etat philippin a eu des entretiens informels avec Fu Ying, président du Comité des affaires étrangères de l’Assemblée populaire nationale chinoise, et Wu Shicun, président de l’Institut national d’études sur la mer de Chine méridionale.

Wang Xiaopeng, expert en frontières maritimes à l’Académie chinoise des sciences sociales, a pour sa part déclaré au Global Times qu’il est important pour la Chine et les Philippines d’avoir différents types de négociations, et que les deux parties doivent faire des efforts pour créer un environnement favorable, soulignant également que la réunion entre Fidel Ramos et Fu Ying et Wu Shicun est la première étape pour aider à apaiser les tensions et évacuer les obstacles pour de futurs pourparlers officiels.

Dans une déclaration qu’ils ont tous les deux signée, MM. Ramos et Fu ont précisé que leurs « discussions informelles ont porté sur la nécessité d’engager de nouvelles négociations pour instaurer la confiance, afin de réduire les tensions pour ouvrir la voie à une coopération globale ».

Le communiqué a par ailleurs ajouté que M. Ramos sera le bienvenu à Beijing à un moment donné en tant qu’envoyé spécial du président philippin Rodrigo Duterte.

De même, le texte a précisé qu’ils avaient discuté de la possibilité d’une coopération dans divers secteurs, comme la protection des océans, la lutte contre la drogue et la contrebande, ainsi que le commerce et le tourisme.

De son côté, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying a déclaré dans un communiqué publié vendredi que la Chine espère que cet échange pourra contribuer à relancer le dialogue et à améliorer les liens bilatéraux entre la Chine et les Philippines.

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.

Source: french.china.org.cn

http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/philippines-reprise-des-pourparlers-de-paix-avec-la-rebellion-musulmane_1821098.html

Philippines: reprise des pourparlers de paix avec la rébellion musulmane

Par AFP , publié le 13/08/2016 à 13:02 , mis à jour à 13:02

Le conseiller pour le processus de paix du président philippin, Jesus Dureza à Kuala Lumpur le 13 août 2016

Le conseiller pour le processus de paix du président philippin, Jesus Dureza à Kuala Lumpur le 13 août 2016afp.com/MOHD RASFAN

 

Kuala Lumpur – Les autorités philippines ont repris samedi des pourparlers de paix avec le plus important groupe rebelle musulman du pays pour mettre fin à des décennies de violences, une première sous la présidence de Rodrigo Duterte.

 

Les négociateurs du Front Moro islamique de libération (Milf) et des autorités, réunis ce week-end en Malaisie, devaient évoquer la feuille de route du chef de l’Etat philippin M. Duterte, élu en mai.

« Laissez-moi vous prévenir que ces discussions ne sont pas une tâche facile« , a souligné Jesus Dureza, conseiller du président face aux journalistes à Kuala Lumpur.

Fort de 12.000 hommes, le Milf, créé dans les années 70, a lancé une rébellion armée dans le sud des Philippines, à majorité musulmane. Il avait conclu en 2014 un accord de paix, resté lettre morte.

Ces nouvelles discussions sont « une étape clé pour la paix à Mindanao (grande île du sud de l’archipel)« , a souligné M. Dureza.

Le chef du Milf, Murad Ebrahim, a invité le dirigeant d’un autre groupe rebelle, Nur Misuari, à la tête du Front moro de libération nationale (Mnlf), à se joindre aux discussions afin de mettre terme au conflit qui a fait plus de 120.000 morts et établir une région autonome dans le sud du pays.

La rébellion séparatiste musulmane compte trois principaux groupes aux Philippines : le Milf, le Mnlf et le groupe islamiste Abou Sayyaf, créé au début des années 1990 et connu pour ses prises d’otage. Dans un premier temps lié à Al-Qaïda, Abou Sayyaf a depuis prêté allégeance au groupe jihadiste Etat islamique (EI).

+Plus d’actualité :Syrie: des centaines d’habitants pris en otage par Daech relâchés



Nouvel afflux de lecteurs russes sur Satanistique !

Le nombre de leurs lectures quotidiennes de ce blog a encore augmenté hier alors que la tension entre Moscou et Kiev montait d’un cran.

Je rappelle que j’ai aussi bon nombre de réguliers lecteurs ukrainiens. Mais en ce moment, ce sont surtout des Philippins qui dans le sillage des Russes deviennent accros à Satanistique.

 

Satanistique  ·  Statistiques  ›  Vue d’ensemble

15 juil. 2016 – 13 août 2016

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
521
Pages vues hier
1 909
Pages vues le mois dernier
11 513
Historique global des pages vues
77 187
Membres

 

Satanistique  ·  Statistiques  ›  Vue d’ensemble

6 août 2016 14:00 – 13 août 2016 13:00

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
521
Pages vues hier
1 909
Pages vues le mois dernier
11 513
Historique global des pages vues
77 187
Membres

 

Satanistique  ·  Statistiques  ›  Participants

13 août 2016 11:03 – 13 août 2016 13:02

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

Russie

132

Philippines

6

France

5

Allemagne

3

Japon

1

Roumanie

1

Ukraine

1

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Internet Explorer

132 (88%)

Firefox

12 (8%)

Chrome

3 (2%)

GSA

2 (1%)

Safari

1 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

145 (96%)

Linux

2 (1%)

iPhone

2 (1%)

iPad

1 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

Satanistique  ·  Statistiques  ›  Participants

12 août 2016 14:00 – 13 août 2016 13:00

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

Russie

1195

Philippines

80

France

73

Allemagne

8

Ukraine

7

États-Unis

5

Algérie

2

Irlande

2

Japon

2

Maroc

2

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Internet Explorer

1200 (86%)

Firefox

126 (9%)

Chrome

37 (2%)

Safari

14 (1%)

GSA

4 (<1%)

SamsungBrowser

4 (<1%)

Dalvik

2 (<1%)

Mobile Safari

2 (<1%)

Opera

1 (<1%)

Qt

1 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

1339 (96%)

Android

21 (1%)

iPhone

12 (<1%)

Linux

8 (<1%)

Macintosh

7 (<1%)

iPad

2 (<1%)

QtEmbedded

1 (<1%)

compatible

1 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

Satanistique  ·  Statistiques  ›  Participants

6 août 2016 14:00 – 13 août 2016 13:00

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

Russie

6369

France

647

Philippines

347

Allemagne

58

États-Unis

57

Ukraine

54

Pologne

28

Portugal

27

Irlande

18

Suisse

11

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Internet Explorer

6387 (82%)

Firefox

687 (8%)

Chrome

432 (5%)

Safari

195 (2%)

SamsungBrowser

35 (<1%)

GSA

15 (<1%)

Mobile Safari

12 (<1%)

Iron

11 (<1%)

Opera

4 (<1%)

Dalvik

2 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

7328 (94%)

Android

161 (2%)

iPhone

135 (1%)

Macintosh

56 (<1%)

Linux

55 (<1%)

iPad

40 (<1%)

Unix

6 (<1%)

QtEmbedded

1 (<1%)

compatible

1 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

Satanistique  ·  Statistiques  ›  Participants

15 juil. 2016 – 13 août 2016

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

Russie

6882

France

2427

Philippines

347

Allemagne

346

Ukraine

299

États-Unis

298

Irlande

120

Pologne

65

Canada

39

Portugal

35

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Internet Explorer

7018 (61%)

Firefox

1892 (16%)

Chrome

1725 (15%)

Safari

644 (5%)

SamsungBrowser

95 (<1%)

Mobile Safari

32 (<1%)

GSA

31 (<1%)

Opera

20 (<1%)

Iron

17 (<1%)

CriOS

9 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

9855 (85%)

Android

478 (4%)

iPhone

417 (3%)

Macintosh

283 (2%)

Linux

231 (2%)

Unix

120 (1%)

iPad

109 (<1%)

BlackBerry

5 (<1%)

Android 6.0.1

4 (<1%)

Unknown

2 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

Satanistique  ·  Statistiques  ›  Participants

mai 2010 – août 2016

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

France

33257

Russie

15447

États-Unis

6920

Allemagne

3454

Ukraine

2606

Irlande

750

Suisse

670

Royaume-Uni

590

Turquie

534

Pologne

469

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Internet Explorer

24555 (32%)

Firefox

23010 (30%)

Chrome

20027 (26%)

Safari

6643 (8%)

SamsungBrowser

636 (<1%)

Mobile Safari

610 (<1%)

GSA

413 (<1%)

Opera

294 (<1%)

CriOS

184 (<1%)

BingPreview

156 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

58292 (75%)

Android

4630 (6%)

Macintosh

4241 (5%)

iPhone

3658 (4%)

Linux

3033 (3%)

iPad

1485 (1%)

Unix

994 (1%)

Other Unix

531 (<1%)

BB10

72 (<1%)

Unknown

34 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires


Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo