Yves Collet, chef de l’atelier de sculpture de Brest de 1797 à 1840

La nouvelle médiathèque de Brest, celle du plateau des Capucins, a déjà son article Wikipédia (voir ci-dessous).

Comme bien d’autres, je m’agace un peu de la voir nommer Médiathèque François Mitterrand, comme si les Brestois devaient toute leur culture à ce monsieur et ne seraient toujours que des « ploucs » ou des « bouseux » totalement incultes s’il n’avait été élu président de la République française en 1981.

Aussi, je vous propose de découvrir en quelques lignes, celles de l’article Wikipédia qui lui est consacré, la biographie d’Yves Collet, sculpteur français né à Brest-Recouvrance le 1er mars 1761 et ayant vécu le plus clair de sa vie dans ce quartier de Brest qui fut longtemps celui des Bretons et pâtit toujours d’un certain mépris des « élites » locales, établies à « Brest même », sur l’autre rive de la Penfeld.

Comme je suis issue, entre autres, de la même famille Collet originaire de Saint-Brieuc et m’intéresse beaucoup à mes aïeux en ce moment, j’ai pensé à celui-là, mais bien d’autres Brestois emblématiques du lieu ou de son histoire auraient pu donner leur nom à cette médiathèque des Capucins.

Au passage, j’invite aussi les supporters de l’actuel candidat à la présidence de la République Emmanuel Macron, notamment ceux d’entre eux qui m’ont toujours calomniée depuis les années 1990, à se cultiver un peu en apprenant que les Brestois ne les ont pas attendus pour produire de nombreux artistes et se doter d’une école des Beaux-Arts, celle de Brest ayant été fondée en 1907.

En effet, je n’oublie pas que dans les années 1990 ils s’amusaient à raconter à tous mes collègues de travail qu’étant originaire de Brest, j’avais été élevée dans une maison au sol en terre battue au milieu des cochons. Certains y croyaient, quoiqu’ils soient toujours très surpris que j’aie pu être éduquée dans ces conditions, et venaient parfois m’interroger à ce sujet le plus sérieusement du monde.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_Collet

Yves Collet

Yves Collet
Naissance
Décès
Activité

modifiermodifier le codemodifier WikidataDocumentation du modèle

Yves Étienne Collet (Brest, 1er mars 1761Brest, 7 mai 1843) est un sculpteur français.

Biographie

Fils de Jacques Étienne Collet, sculpteur au port de Brest, et d’Élisabeth Siviniant, il suit les traces de son père et entre à l’arsenal à l’âge de 9 ans, à treize il est apprenti comme ouvrier sculpteur, il sera nommé charpentier à l’âge de 16 ans, cinq mois plus tard il reçoit le titre de contremaître.

Son sérieux fait qu’il est remarqué et recommandé par le comte d’Orvilliers, commandant de la Marine à Brest. De 1777 à 1784, il suit les cours de l’Académie des beaux-arts. L’une de ses premières œuvres, Esther aux pieds de Mardochée, lui vaut le 1er prix de l’Académie. Nommé à Brest en qualité d’aide-maître le 1er mai 1784, il y épouse Jeanne Marie Cruau et habite Recouvrance.

De novembre 1791 à 1793, il est membre de la municipalité Berthomme, puis du 18 nivôse an II au 1er frimaire an IV (7 janvier 1794 – 21 novembre 1795), il est détaché comme juge de paix au Tribunal révolutionnaire.

Le 29 ventôse an V (19 mars 1797), il devient chef de l’atelier de sculpture où il restera 43 ans jusqu’à sa retraite, le 10 juin 1840, à l’âge de 79 ans. La qualité de ses travaux lui vaut d’être fait chevalier de la Légion d’honneur le 19 août 1824.

C’est en 1825 qu’il se porte acquéreur de la Maison de la Fontaine à Recouvrance.

Il s’éteint le 7 mai 1843 à l’âge de 82 ans au 37 rue de l’Église. Avec sa disparition c’est pratiquement l’atelier de sculpture de Brest qui disparaît.

Tout au long de sa carrière il contribuera à l’ornement des proues, galeries extérieures des vaisseaux de guerre (proue de la Cornélie (1794), proue du Cassard (1803), etc.), il réalisera également des bustes comme ceux du vice-amiral d’Estrées, maréchal de France, Joseph Caffarelli, premier préfet maritime de Brest, Pierre Ozanne, ingénieur. Dans l’ancienne église Saint-Louis, détruite en 1944, on pouvait admirer les statues de Charlemagne, Saint-Louis, Les Anges adorateurs, Les Cariatides du buffet d’orgues, la décoration de la chaire. De son œuvre, il ne reste que peu de traces, faute aux guerres. On peut encore admirer l’ensemble de la décoration du canot impérial visible au musée de la Marine à Paris ; au musée de la Marine à Brest, les imposantes figures de proue du Neptune et de l’Amphitrite ; et, conservée dans l’église Saint-Sauveur, non loin de son ancien domicile, la statue de la Vierge, Notre-Dame de Recouvrance.

Son fils Michel (1793-1878) fut aussi sculpteur au port. C’était le troisième de cette génération d’artistes.

En 1912, les habitants de la rue du Cimetière saisirent la municipalité pour l’adoption d’un nouveau nom, car il ne rappelait que des souvenirs tristes et pénibles. Si le choix délicat des édiles se porta sur un sculpteur, c’était à cause des marbriers de la rue, un comble pour un artiste qui avait consacré sa vie à travailler le bois.

16px-Information_icon.svg Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes

Sources

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Quartier_des_Capucins_(Brest)

Quartier des Capucins (Brest)

Quartier des Capucins
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Ville Brest
Géographie
Coordonnées 18px-Geographylogo.svg48° 23′ 25″ nord, 4° 29′ 59″ ouest
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Brest

Voir la carte topographique de Brest

City locator 14.svg
Quartier des Capucins
modifier Consultez la documentation du modèle

Le quartier des Capucins de Brest (en breton Ar Gapusined) est un quartier bâti à partir de 2015 sur l’emplacement des anciens ateliers des Capucins, cédés par l’arsenal de Brest à Brest Métropole.

Sommaire

Géographie

220px-Arsenal-de-Brest-Penfeld-Recouvrance

Vue aérienne du plateau des Capucins avant réaménagement (2004). En vert : les ateliers de mécanique de l’arsenal qui vont être réhabilités. En jaune, le terrain sur lequel seront construits les logements.
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Ce quartier se trouvé au centre de Brest, dans le quartier historique de Recouvrance ; il est situé sur le plateau des Capucins, sur la rive droite du fleuve de la Penfeld, entre les bassins 2 et 3 au nord et le pont de l’Harteloire au sud.

Il surplombe la rue Saint-Malo et l’ancienne prison de Pontaniou.

Histoire

Article détaillé : Histoire de Brest.
  • 254px-Vue_cavali%C3%A8re_de_Brest

    Vue cavalière de Brest au XVIIIe siècle, le numéro 12 représente Les Capucins.

  • 270px-Paris_-_Le_Grand_Palais_-La_France_en_relief_-_Brest_-_009

    Plan-relief montrant Brest en 1811

16px-Information_icon.svg Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Jusqu’au XVIIe, les Capucins n’étaient qu’une lande, rattachée à Brest en même temps que le quartier de Recouvrance en 16811. En 1695, la construction d’un couvent de moines capucins par Vauban est entamée, il donnera son nom au quartier1. Les capucins sont rattachés à l’ordre des Franciscains qui fournissent les aumôniers de la Marine1. En 1791, alors que quinze capucins continuaient de résider sur le plateau et que les ordres religieux ont été dissous lors de la Révolution, les terrains et bâtiment sont réquisitionnés par la Marine2, et le couvent est transformé en caserne3, accueillant une école d’apprentis cannoniers1.

Les bâtiments industriels, qui sont aujourd’hui réhabilités, ont été construits entre 1858 et 1864 pour abriter des ateliers de mécanique (fonderie, ajustage, montage) de la Marine Nationale4. Le développement de la propulsion nucléaire et le développement des installations militaires de Toulon font chuter l’activité du site, qui est abandonné au cours des années 19901.

La Marine vend le site, qui lui est devenu inutile, à Brest Métropole pour 2,2 millions d’euros en 20101. Commence alors la dépollution de 12 ha, contenant notamment des munitions oubliées, avant de pouvoir entamer les constructions.

Aménagement

220px-050.Brest.Arsenal_et_plateau_des_Capucins_depuis_Pont_Rec

Une partie de l’arsenal et le plateau des Capucins vus depuis le pont de Recouvrance (en 2007)

Les anciens ateliers de mécanique de l’Arsenal sont réhabilités pour abriter la médiathèque François Mitterrand — Les Capucins5, un cinéma, un centre commercial et un hôtel1. Le bâtiment et la médiathèque ont été inaugurés les 7 et 8 janvier 2017.

Autour de ces ateliers sont construits 600 logements (premières livraisons prévues premier semestre 2017) en accession à la propriété ou en locatif conventionné6,1, dont 300 à 450 logements seront livrés sous cinq ans1.

Le quartier abrite également une cité internationale comportant, entre autres, des logements pour les chercheurs et doctorants étrangers1.

Transports

Ce quartier est desservi par la station Les Capucins / Ar Gapusined du tramway de Brest.

Il est desservi également par le téléphérique de Brest qui relie les deux rives de la Penfeld, premier téléphérique urbain à usage de transport en commun en France. Sa mise en service a eu lieu le 19 novembre 2016.

Références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Supplément de Ouest-France sur le quartier des Capucins. » [archive], sur https://www.yumpu.com [archive], Ouest-France,‎ 3 janvier 2017 (consulté le 5 janvier 2017).
  2. Réimpression de l’ancien Moniteur, 1861 (lire en ligne [archive]), p 604
  3. P. Levot, Histoire de la ville et du port de Brest, 1864 (lire en ligne [archive]), p 340
  4. « Un lieu chargé d’Histoire » [archive] (consulté le 19 mars 2016)
  5. « Brest – Rive droite La médiathèque des Capucins au cœur de la cité » [archive], sur http://www.brest.fr [archive] (consulté le 17 mars 2016)
  6. « Un quartier à habiter et à vivre » [archive], sur www.capucinsbrest.com (consulté le 17 mars 2016)

Articles connexes

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_europ%C3%A9enne_sup%C3%A9rieure_d’art_de_Bretagne_(Brest)

École européenne supérieure d’art de Bretagne (Brest)

image illustrant l’éducation image illustrant Brest

Cet article est une ébauche concernant l’éducation et Brest.Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir École des beaux-arts.
École européenne supérieure d’art de Bretagne (Brest)
logo
Localisation
Localisation Brest, Drapeau de la France France
Coordonnées
géographiques
18px-Geographylogo.svg48° 23′ 07″ nord, 4° 29′ 24″ ouest
Informations
Fondation 1907
Directeur Raymond Novion
Robert Milin
2004-2010 : Rémy Fenzy1,2
2011 : Yannick Lucéa3
Type école des beaux-arts, établissement d’enseignement supérieur public
Étudiants 200
Niveau Bac+5
Site web esa-brest.fr [archive]

Géolocalisation sur la carte : Brest

(Voir situation sur carte : Brest)

École européenne supérieure d'art de Bretagne (Brest)
modifier Consultez la documentation du modèle

L’École européenne supérieure d’art de Bretagne de Brest (EESAB), anciennement appelée école des beaux-arts de Brest, est une école artistique publique fondée en 1907, située rue du Château à Brest4.

Sommaire

Historique

Reconstruite en 1962 aux côtés du musée des beaux-arts de Brest (détruit durant les bombardements de 1941)5, l’école fait aujourd’hui partie du Carré des Arts6.

Depuis le 1er janvier 2011, les quatre écoles supérieures d’art de Bretagne (Brest, Lorient, Quimper et Rennes) sont réunies au sein d’un seul établissement : l’École européenne supérieure d’art de Bretagne (EESAB)7.

Élèves notables

Notes et références

  1. École supérieure d’arts. Le directeur s’en va [archive], sur le site letelegramme.com du 8 juin 2010.
  2. Directeur Rémy Fenzy [archive], sur le site de l’école nationale supérieure de la photographie.
  3. École supérieure d’arts. Yannick Lucéa nommé à sa tête [archive], sur le site brest.letelegramme.com du 24 juin 2010.
  4. L’école des Beaux Arts de Brest existe depuis 1907. [archive], sur le site esa-brest.fr, octobre 2007.
  5. Bienvenue au musée des beaux-arts de Brest ! [archive], sur le site brest.fr, consulté le 14 avril 2013.
  6. [PDF] non trouvé le 14 avril 2013 [archive], sur le site adeupa-brest.fr.
  7. L’École européenne supérieure d’art de Bretagne [archive], sur le site brest.fr, consulté le 14 avril 2013.

Voir aussi

Liens externes

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9diath%C3%A8que_Fran%C3%A7ois-Mitterrand_-_Les_Capucins

Médiathèque François-Mitterrand – Les Capucins

image illustrant les sciences de l'information et des bibliothèques image illustrant Brest

Cet article est une ébauche concernant les sciences de l’information et des bibliothèques et Brest.Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Médiathèque
François-Mitterrand – Les Capucins
Image illustrative de l'article Médiathèque François-Mitterrand - Les Capucins
premier étage
Présentation
Coordonnées 18px-Geographylogo.svg48° 23′ 21″ nord, 4° 29′ 53″ ouest
Pays France
Ville Brest
Adresse 24, rue de Pontaniou
Fondation 7 janvier 2017
Informations
Gestionnaire Brest métropole
Superficie SHON 9 700 m2
Collections 470 000 documents

Géolocalisation sur la carte : Brest/Finistère

MédiathèqueFrançois-Mitterrand - Les Capucins
modifier Consultez la documentation du modèle

La médiathèque François-Mitterrand – Les Capucins est située à Brest dans le département du Finistère, en région Bretagne. Il s’agit du plus grand équipement de ce type dans le Grand Ouest français.

Sommaire

Localisation

La médiathèque est située dans le bâtiment du XIXe siècle qui abritait les ateliers de mécanique de la marine nationale dans le quartier des Capucins. Les ateliers et le quartier eux-mêmes tirent leur nom d’un couvent de moines capucins. Ce bâtiment se trouve sur la rive droite, côté Recouvrance, face au centre-ville de Brest, sur un plateau en surplomb de la Penfeld.

Elle est desservie par le téléphérique, dont la station est implantée dans le même bâtiment et le tramway et le bus qui passent à l’ouest du quartier où elle est située.

Historique

La médiathèque est intégrée au projet global de développement du quartier des Capucins et de réhabilitation des bâtiments de l’atelier de mécanique de la Marine Nationale.

Le projet a débuté en 2010 et les travaux de la médiathèque ont commencé en 2014 sous la maîtrise d’œuvre de l’atelier d’architecture Canal1 (tandis que la maîtrise d’œuvre globale est confiée à l’architecte et urbaniste Bruno Fortier).

La médiathèque a été inaugurée les 7 et 8 janvier 20172 et ouverte au public le 10 janvier 2017. Le Président de la République française, François Hollande, s’y est rendu le 16 février de la même année pour inaugurer la plaque qui lui donne officiellement sa dénomination. Cette dernière rend hommage à François Mitterrand, ancien président de la République française.

  • 120px-03_atelier

    L’intérieur avant travaux.

  • 120px-Mediath_1et_est_retouch

    Premier étage côté est.

Inauguration officielle par le président de la République

François Hollande a procédé, le jeudi 16 février 2017, en fin d’après-midi, à l’inauguration officielle de la médiathèque François-Mitterrand – Les Capucins avec la ministre de la culture, Audrey Azoulay. Il en a profité, alors que ce n’était pas prévu, pour faire un aller et retour dans le téléphérique en disant que c’était « un très beau voyage ». D’ailleurs dans son discours, il avait plaisanté sur ce sujet en reconnaissant qu’après les nombreux incidents qui ont émaillé son inauguration, il était devenu le mode de transport le plus connu en France…

 

  • Inauguration de la médiathèque
  • 120px-Capucins_16_02_2017_103

    Le président de la République et le maire de Brest, François Cuillandre

  • 120px-Inauguration-Capucins1

    Inauguration de la médiathèque des Capucins (Brest)

  • 120px-Inauguration-Capucins2

    François Hollande, F. Cuillandre et A. Azoulay

  • 120px-F-Hollande-brest7

    François Hollande, F. Cuillandre et A. Azoulay

  • 120px-Audrey_Azoulay-Brest

    Audrey Azoulay – Ministre de la culture

  • 120px-F-Hollande-brest6

    François Hollande

  • 120px-F-Hollande-brest4

    François Hollande, F. Cuillandre et A. Azoulay

  • 120px-Cuillandre1

    François Cuillandre et Audrey Azoulay

  • 120px-F-Hollande-brest5

    François Hollande

  • 120px-Inauguration-Capucins-Plaque

    Plaque commémorative

 

Architecture

La médiathèque dispose de 9 700 m2 (en surface hors œuvre nette) et de 900 places assises. Elle comprend trois étages. Elle compte aussi en son sein une salle d’exposition de 175 m2, un auditorium de 195 places au rez-de-chaussée ainsi qu’un café et une terrasse au 1er étage.

Des machines autrefois situées dans les ateliers de mécanique ont été intégrées dans l’espace de la médiathèque : un four Jaube de l’atelier de chaudronnerie au rez-de-chaussée près de l’espace jeux et un pont roulant dans le hall d’entrée.

L’espace, ouvert, sans portes ni cloisons, bénéficie de la lumière naturelle grâce à des verrières sur le toit.

  • 120px-Mediath_et0_four2

    Four Jaube (porte)

  • 120px-Mediath_et0_four

    Four Jaube (arrière)

  • 120px-Mediath_hall_retouch

    Hall (avec pont roulant)

  • 120px-Tour-Somua-Capucins

    Tour Somua

Fonds

Six départements thématiques sont répartis sur les trois niveaux :

  • l’accueil, les rayons « vie et citoyenneté », « environnement numérique » et « jeunesse » au rez-de-chaussée ;
  • « espaces pédagogiques » et « ludiques » sur la mezzanine ;
  • « arts et littératures » et « patrimoine, mémoire et identités littorales » au 1er étage.

Les documents ont été transférés de la bibliothèque d’étude de la rue Traverse et de la médiathèque Neptune, aujourd’hui fermées. Une somme de 460 000 € a été consacrée à la mise à jour des collections3.

La médiathèque contient 120 000 références en accès libre, dont : 12 000 romans, 5 000 bandes dessinées, 2 000 ouvrages sur la littérature, 4 000 documents sur les arts, 20 000 CD, 3 500 films. Elle conserve également 350 000 références en réserve. Dans le hall, un kiosque propose 400 titres de presse, sous forme papier ou en ligne. L’espace « Patrimoine » propose 10 000 livres publiés entre le XVe et le XIXe siècle, 200 manuscrits et documents, 3 000 volumes de journaux et revues3.

Liens externes

Notes et références

Notes

Références

  1. Page sur la médiathèque des Capucins [archive] sur la page de l’atelier Canal.
  2. « Tous aux Capucins les 7 et 8 janvier ! » [archive], sur Brest métropole
  3. a et b « Bienvenue aux capucins ! », Le Télégramme,‎ 5 janvier 2017.

 

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo