Richard Ferrand a choisi l’exposition de la vie publique, il assume

Comme prévu hier soir, aujourd’hui la sauce s’allonge.

Après s’être tu et avoir dénoncé des « dénonciations calomnieuses » qui le poursuivraient depuis de nombreuses années, le ministre a décidé de s’expliquer et dit assumer les conséquences de son exposition publique.

Je rappelle ici que pour ma part, je ne m’étais jamais exposée d’aucune manière avant de voir, à compter des années 2008 à 2010, le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi multiplier les « révélations » publiques à mon sujet, ou plus exactement, mener à train d’enfer de monstrueuses campagnes de calomnies publiques nominatives à mon encontre, et ne comprends toujours pas ce que peut faire avec sa bande de cybercriminels M. Richard Ferrand, que je n’avais jamais cité ni critiqué nulle part et connaissais à peine.

 

http://www.bfmtv.com/politique/richard-ferrand-accuse-d-avoir-favorise-sa-compagne-dans-une-affaire-immobiliere-1170660.html

Richard Ferrand fragilisé par un montage immobilier impliquant sa compagne

 

24/05/2017 à 08h21

C’est une affaire qui pourrait embarrasser le gouvernement d’Edouard Philippe. Selon Le Canard enchaîné, Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, a loué des locaux appartenant à sa compagne alors qu’il était directeur d’une mutuelle. Sur BFMTV, il dénonce une « pseudo-affaire ».

 

Sur le papier, rien d’illégal, pas d’argent public en jeu et aucune plainte. Mais depuis le scandale de l’affaire Penelope Fillon, le moindre soupçon de favoritisme familial peut devenir embarrassant. Le Canard Enchaîné révèle ce mercredi que la mutuelle dont Richard Ferrand, l’actuel ministre de la Cohésion des territoires, était à l’époque le directeur a loué ses bureaux à une société civile immobilière (SCI) dont la gestionnaire n’était autre que la compagne du député du Finistère.

« Faire d’un acte de gestion banal une pseudo-affaire »

Pour soutenir les candidats de La République en marche en campagne en vue des élections législatives de juin prochain, Richard Ferrand a tenu un meeting mardi à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. Mais pas un mot sur les accusations à son encontre. Ce mercredi, il s’est défendu sur BFMTV et assure que tout est transparent.

« Ceci était connu de tous, c’est parce qu’il était le mieux placé et le moins cher qu’il a été choisi (…) et a fait l’objet d’un renouvellement de bail (…) C’est une sorte de cadeau de bienvenue pour ma nomination au gouvernement. On essaie de faire d’un acte de gestion banal une pseudo-affaire. »

Dans un communiqué, son ministère a également réagi: « Cette polémique est le fruit de la nomination récente de Richard Ferrand au ministère de la Cohésion des territoires » et n’a « rien à se reprocher ». Matignon estime par ailleurs que l’honnêteté de Richard Ferrand « n’est pas en cause ».

Un prêt d’un peu plus de 402.000 euros

Selon Le Canard Enchaîné, qui estime que cette affaire ouvre « la saga des locations familiales », alors qu’il était encore directeur général des Mutuelles de Bretagne en 2011, le secrétaire général d’En Marche aurait favorisé sa compagne, Sandrine Doucen, dans le choix de locaux professionnels pour un loyer annuel de 42.000 euros. L’entreprise a signé un bail avec une SCI, au capital de 100 euros, qu’elle était en train de créer avec un ami de Richard Ferrand.

Elle aurait par ailleurs acheté les locaux « en mauvais état » à Brest en obtenant un prêt  »d’un peu plus de 402.000 euros », précise l’hebdomadaire, « traitement réservé aux acquéreurs qui disposent d’un locataire dont les revenus sont garantis ». Des travaux de rénovation, d’un montant de 184.000 euros, ont par ailleurs été exécutés par la mutuelle. La valeur de la SCI de Sandrine Doucen aurait été « multipliée par 3000″.

Le ministre ne dément pas

Le Canard enchaîné assure que le fait que la gérante de la SCI soit la compagne de Richard Ferrand n’est pas mentionné dans le procès-verbal du conseil d’administration de la mutuelle. Le ministre ne dément pas mais assume les faits.

« C’était la proposition la moins chère. Le prix était conforme au marché, et rien n’a été caché: tout le monde savait que cette SCI était la propriété de ma compagne », rapporte Le Canard Enchaîné.

Richard Ferrand a choisi l'exposition de la vie publique, il assume dans AC ! Brest 0c3593f280454006bc5e598328a81

Son fils employé comme assistant parlementaire

Dans un courrier envoyé au Canard enchaîné par le président des Mutuelles de Bretagne et que BFMTV s’est procuré, l’organisme à but non lucratif défend aussi son ancien collaborateur.

« J’ai bien compris qu’il s’agissait de mettre en cause l’honnêteté de notre ancien directeur général, devenu ministre, qui a non seulement pris une large part au redressement de notre Union mutualiste et a continué jusqu’à une date récente à accompagner son développement. »

Autre révélation de l’hebdomadaire: Richard Ferrand aurait employé son fils comme assistant parlementaire en 2014 durant plusieurs mois pour un montant total brut d’un peu moins de 9000 euros. Le ministre de la Cohésion des territoires a indiqué à BFMTV qu’il avait travaillé pour lui de mi-janvier à mi-mai 2014, rémunéré au Smic. « Effectivement, lorsque l’on ajoute les charges, cela donne la somme qui est indiquée ». Rédaction de sa lettre de député, de son blog, « un vrai travail d’assistant parlementaire classique », précise-t-il.

Reste que ces révélations pourraient embarrasser l’exécutif, en pleine préparation d’une loi de moralisation de la vie publique qui veut mettre fin aux emplois familiaux pour le personnel politique. Selon le journal, le nouveau ministre de la Cohésion des territoires aurait aussi employé son fils comme assistant parlementaire en 2014. Une pratique devenue très sensible depuis la révélation de l’affaire Fillon en janvier dernier et la démission de Bruno Le Roux, l’ancien ministre de l’Intérieur, accusé d’avoir employé ses filles de 15 et 16 ans lorsqu’il était député de Seine-Saint-Denis.

Céline Hussonnois-Alaya

 

 

http://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-d-edouard-philippe/petits-arrangements-de-richard-ferrand-quelle-est-la-saga-immobiliere-du-ministre-de-la-cohesion-des-territoires_2204230.html

Ce que révèle « Le Canard enchaîné » sur « l’affaire immobilière » du ministre Richard Ferrand

 

Selon l’hebdomadaire satirique, le ministre a, du temps où il était directeur général des Mutuelles de Bretagne, permis à son épouse de réaliser une bonne opération immobilière.

 

Richard Ferrand, le 11 mai 2017, au siège de La République en marche, à Paris, lors de la présentation des candidats du mouvement aux législatives.

Richard Ferrand, le 11 mai 2017, au siège de La République en marche, à Paris, lors de la présentation des candidats du mouvement aux législatives. (ERIC FEFERBERG / AFP)

avatar

franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le 24/05/2017 | 12:42
publié le 23/05/2017 | 21:04

« Richard Ferrand piégé par une affaire immobilière et familiale. » C’est en ces termes que Le Canard enchaîné annonce les révélations à paraître dans son numéro du mercredi 24 mai concernant le ministre de la Cohésion des territoires et candidat de La République en marche aux législatives.

Alors que le gouvernement s’apprête à mettre sur la table sa loi sur la moralisation de la vie politique, cette affaire ouvre, selon l’hebdomadaire satirique, « la saga des locations familiales ». Mais de quoi s’agit-il exactement ? Franceinfo vous fait un résumé.

Que dévoile « Le Canard enchaîné » ?

L’affaire commence en 2011. Richard Ferrand est à l’époque directeur général des Mutuelles de Bretagne, un organisme à but non lucratif. Selon Le Canard enchaîné, le bureau du conseil d’administration des Mutuelles se réunit en janvier 2011 pour choisir un nouveau local destiné à un centre de soins à Brest. C’est une société civile immobilière (SCI), nommée Saca, qui est choisie « à l’unanimité », pour un loyer annuel de 42 000 euros. Celle-ci n’existe pas encore légalement, « n’est même pas encore propriétaire des surfaces qu’elle propose à la location », et sa future gérante n’est autre que… Sandrine Doucen, l’épouse de Richard Ferrand.

« Fort de [cet] accord financier, Sandrine Doucen peut passer la vitesse supérieure », ajoute le journal. Elle enregistre sa SCI au capital de 100 euros avec un ami de Richard Ferrand (une SCI doit compter au moins deux associés) qui investit « un euro pour acheter une action, pendant que Sandrine Doucen s’offre les 99 autres ». Quelques mois plus tard, elle achète les locaux brestois et obtient un prêt « d’un peu plus de 402 000 euros », soit 100% du prix d’achat ainsi que les frais de notaire : un « traitement réservé aux acquéreurs qui disposent d’un locataire dont les revenus sont garantis », précise Le Canard.  »La décision des Mutuelles va permettre à la compagne du directeur général de rembourser, à terme, la totalité de son emprunt bancaire. »

En outre, « les lieux seront entièrement rénovés – et sans contrepartie – aux frais des Mutuelles, pour un montant de 184 000 euros », poursuit l’hebdomadaire.

Que répond le ministre ?

L’opération n’a rien d’illégal, elle ne met pas en question de l’argent public et n’a débouché sur aucune plainte. Aussi Richard Ferrand, sollicité par Le Canard enchaîné, ne dément pas les faits et assure qu’il ne s’agit pas d’un arrangement : « c’était la solution la moins chère, plaide-t-il. Le prix était conforme au marché, et rien n’a été caché : tout le monde savait que cette SCI était la propriété de ma compagne. »

Dans un communiqué diffusé mardi, le ministère de la Cohésion des Territoires prend le relais. « Cette polémique est le fruit de la nomination récente de Richard Ferrand au Ministère de la Cohésion des Territoires. Cette nouvelle responsabilité a conduit à donner de manière injustifiée de l’écho à des dénonciations calomnieuses qui poursuivent Monsieur Ferrand depuis de longues années, sans qu’il n’ait rien à se reprocher: il est au contraire unanimement reconnu qu’il a su redresser les Mutuelles de Bretagne, sauver 120 emplois et en créer plus de 200″, indique le ministère

Et d’ajouter : « Cette décision a été prise dans la pleine connaissance des liens qui unissaient Richard Ferrand et la propriétaire des locaux, dans le respect de toutes les règles en vigueur par le Conseil d’administration, seul décisionnaire, et dont Richard Ferrand n’a jamais été membre. »

Que disent les Mutuelles de Bretagne ?

Le président des Mutuelles de Bretagne savait-il que la SCI retenue allait appartenir à l’épouse du directeur général d’alors, demande Le Canard ? Interrogé, Michel Buriens assure n’avoir « aucun souvenir » de cette information.

L’actuel président des Mutuelles prend, lui, la défense du ministre. Dans une lettre jointe par le ministère à son communiqué, Rémi Salaün assure : « Nous savions que parmi les hypothèses, ce local appartenait à la compagne de Monsieur Ferrand. » Et de préciser que ce local « correspond, en tous points, à nos besoins ».

Quant à l’actuel président du conseil d’administration, cité par l’hebdomadaire, il rappelle que le contrat a été signé par son prédécesseur et que les locaux correspondent « en tous points » aux besoins de la mutuelle.

Quelles sont les réactions politiques ?

Benjamin Griveaux, porte-parole de la République en marche, a volé au secours de Richard Ferrand mercredi sur franceinfo. « On est dans le cadre d’une entreprise privée, il n’y a pas d’argent public », a-t-il rappelé. « Est-ce que la décision a été prise par Richard Ferrand, non. C’est le conseil d’adiministration qui prend la décision et pas le directeur général. Il ne siègeait pas. Il n’a pas le droit de vote. Est-ce qu’il a caché que c’était sa femme non », a-t-il ajouté, soulignant que  »la moralisation de la vie publique concerne l’argent public ».

« Ça tombe mal parce que ça crée la suspicion dans un contexte de suspicion, je ne veux pas être langue de bois sur le sujet », a déclaré de son côté Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, sur Europe 1. « Ça meurtrit évidemment Richard qui est un homme d’une probité exceptionnelle (…), mais une chose est sûre, il n’y a rien d’illégal, il n’y a rien qui ne serait pas moral », a-t-il certifié.

A droite, en revanche, certains demandent l’ouverture d’une enquête, comme le président (LR) des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti.

Idem à gauche, où le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a demandé « solennellement » au Premier ministre, Edouard Philippe, et au ministre de la Justice, François Bayrou, de s’exprimer au sujet des révélations du Canard enchaîné sur Richard Ferrand.

Quant à l’extrême droite, Marine Le Pen, présidente du Front national, dénonce un « enrichissement personnel parfaitement immoral » et estime que le ministre devrait « poser sa démission ».

 

http://www.lepoint.fr/politique/le-pen-ferrand-devrait-poser-sa-demission-24-05-2017-2129951_20.php

Le Pen: Ferrand devrait « poser sa démission »

AFP

Publié le 24/05/2017 à 12:21 | AFP

Le Pen: Ferrand devrait "poser sa démission"
Le Pen: Ferrand devrait « poser sa démission » © AFP / Philippe HUGUEN

 

Marine Le Pen, présidente du FN et candidate aux législatives dans le Pas-de-Calais, a demandé mercredi à Richard Ferrand de « poser sa démission » après les révélations du Canard enchaîné sur le ministre de la Cohésion des territoires.

Alors qu’on lui demandait si elle souhaitait la démission de M. Ferrand, Mme Le Pen a répondu dans l’émission Questions d’info (LCP-AFP-Le Monde-France Info) que « quand on veut que la première loi soit une loi de moralisation, dans moralisation, il y a morale. M. Ferrand devrait en tirer les conséquences lui-même ».

« La moindre des choses, s’il en tire les conséquences, c’est de poser sa démission » de ministre de la Cohésion des territoires, a ajouté l’ex-candidate à la présidentielle, battue par Emmanuel Macron.

Selon l’hebdomadaire satirique, les Mutuelles de Bretagne, dont M. Ferrand était à l’époque directeur général, ont choisi en 2011 de louer un local d’une société immobilière appartenant à la compagne du futur ministre, parmi trois propositions. Le ministre a qualifié ces accusations de « dénonciations calomnieuses » assurant que le local retenu avait été choisi car il était « le mieux placé et le moins cher ».

Sur le fond, Mme Le Pen a estimé que M. Ferrand était mis en cause par Le Canard enchaîné pour « un enrichissement personnel parfaitement immoral. Est-ce que c’est illégal ou non ? La question n’est pas vraiment là en politique. »

« Je mets un trait d’égalité absolument total entre l’affaire Fillon et l’affaire Ferrand » a aussi assuré la patronne du FN, pour qui « à Matignon, ils disent exactement la même chose que ce que disaient +Les Républicains+ quand ils défendaient François Fillon. »

Cette candidate aux législatives s’est aussi inquiétée que « les journalistes se (soient) privés de donner ces informations avant le vote… On va avoir chaque jour aujourd’hui des révélations ? »

« On en a déjà sur des gens autour de M. Macron » a poursuivi la présidente du FN, demandant par exemple à François Bayrou de « s’exprimer sur les propos de Mme Lepage dans son livre » L’Etat nucléaire (Albin Michel, 2014), dans lequel elle affirme que le Modem dirigé par M. Bayrou « avait exigé d’(elle) qu’un de (ses) assistants parlementaires » européens « travaille au siège parisien » du parti.

« Tout faux ! Mes collaborateurs (même à 1/2 temps) ont toujours été pris en charge sur contrats MoDem », avait répondu M. Bayrou sur Twitter fin février.

Sur LCP, Florian Philippot a estimé que « évidemment ça fragilise Richard Ferrand et il s’en expliquera, moi je ne dis pas qu’il y a des choses illégales ou pas, je n’en sais rien (…). Il en tirera les conséquences judiciaires nécessaires s’il estime que c’est le cas (…). Ca fragilise le gouvernement ».

Comme Marine Le Pen, le vice-président du FN a déploré que « toutes ces affaires sortent après l’élection de M. Macron…. » « Donc certains qui font leur travail d’investigation préfèrent le faire après l’élection plutôt qu’avant, histoire que les Français n’aient pas toutes les informations, ce qui est toujours un peu dommage », a estimé l’eurodéputé.

24/05/2017 12:21:21 -          Paris (AFP) -          © 2017 AFP

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo