Abus de déviants sexuels à Hollywood : le grand déballage se poursuit…

Puisqu’on vous dit qu’il y a de vrais malades…

D’ailleurs, celui-là le soutient lui-même…

 

http://www.lefigaro.fr/culture/2017/10/23/03004-20171023ARTFIG00114-le-realisateur-james-toback-accuse-de-harcelement-par-trente-huitfemmes.php

Le réalisateur James Toback accusé de harcèlement par trente-huit femmes

 

  • Par  Lucas Latil
  • Mis à jour le 23/10/2017 à 12:35
  • Publié le 23/10/2017 à 12:13
Le réalisateur James Toback accusé de harcèlement par trente-huit femmes

 

Les témoignages se multiplient à l’encontre de ce metteur en scène qui nie tout comportement coupable. Ce n’est pas l’avis de James Gunn, le réalisateur des Gardiens de la Galaxie, qui raconte qu’il mettait en garde depuis des années contre son collègue.

Le grand déballage ne fait que commencer. Quelques jours après les premières révélations sur le comportement d’Harvey Weinstein, il était devenu évident que le nabab honni n’était pas un «prédateur» isolé mais qu’il s’agissait presque d’un problème endémique dans la Silicon Valley.

» LIRE AUSSI – Affaire Harvey Weinstein: chronique d’un scandale planétaire

C’est aujourd’hui le réalisateur et scénariste James Toback qui fait l’objet de graves accusations que nous rapporte le Los Angeles Times. Très peu connu outre-Atlantique, le réalisateur a notamment réalisé un film dont De battre mon cœur s’est arrêté (de Jacques Audiard) est le remake. En 2008, il réalisait un documentaire sur Mike Tyson. Cette année, il a mis en scène le film The Private Life of a Modern Woman, avec Sienna Miller et Alec Baldwin, qui a été présenté en hors compétition à la Mostra de Venise. Aux États-Unis, il s’est surtout fait un nom en tant que scénariste: il a écrit le notamment scénario du film Bugsy qui a obtenu deux oscars en 1992.

Le même mode opératoire

Les témoignages de plus de trente femmes, actrices, journalistes ou anonymes, recueillis de manière individuelle, font froid dans le dos. Contrairement à Harvey Weinstein, le cinéaste ne «s’attaquait» qu’à de jeunes femmes, actrices en herbe, à qui il faisait miroiter d’importants rôles si elles acceptaient d’être intimes avec lui. Il les rencontrait dans un parc, une chambre d’hôtel ou au cinéma… se vantait de ses conquêtes et de ses films puis posait des questions intimes et humiliantes. «Vous vous masturbez souvent?» ou «Vous vous rasez les poils pubiens?»

Le réalisateur s’y prenait toujours de la même façon, avec un mode opératoire des plus malsains. L’actrice Adrienne LaValley a expliqué que, lors de son rendez-vous avec Toback dans une chambre d’hôtel en 2008, ce dernier s’était frotté vigoureusement contre sa jambe avant d’éjaculer dans son pantalon alors qu’elle tentait de le détacher d’elle. «J’avais l’impression d’être une prostituée. J’ai eu tellement honte. Je méritais de ne rien dire à qui que ce soit», explique-t-elle aujourd’hui.

Un témoignage glaçant et qui est similaire à celui des 37 autres jeunes femmes: il frottait son entrejambe contre ces femmes jusqu’à l’éjaculation, en prenant soin de bien les regarder dans les yeux et suppliant certaines de lui «pincer les tétons».

Son nom circulait

Ce n’est pas la première fois que l’on entend le nom de James Toback sur ce genre de cas. Dès le début de l’affaire Weinstein, il circulait déjà accolé au hastag #metoo.

Sur l’un de ces tweets, le nom de James Cameron est également cité, sans que l’on sache quoi que ce soit le concernant pour le moment.

Le réalisateur et scénariste James Gunn, à qui l’on doit les deux Gardiens de la Galaxie, a publié un long message sur sa page facebook, expliquant qu’il était au courant depuis longtemps et qu’il connaissait personnellement au moins 15 femmes ayant été victimes de Toback. «Il a fait cela à trois filles avec qui je suis sorti, deux de mes meilleures amies et un membre de ma famille… deux fois», explique-t-il. «Et c’est seulement les gens que je connais.»

Interrogé par le Los Angeles Times, le réalisateur a nié en bloc, assurant qu’il n’avait jamais rencontré ces femmes ou alors de manière très brève et sans aucune ambiguïté sexuelle. Il a ensuite donné une justification plus alambiquée en affirmant qu’il était «biologiquement impossible» pour lui de faire ce qu’on lui reproche, eu égard aux problèmes cardiaques et de diabète dont il souffre depuis des décennies.

Le milieu hollywoodien est en pleine ébullition avec ces nouvelles révélations qui ne seront certainement pas les dernières. Pour autant, il ne faut pas jeter l’anathème sur toute une profession ou tout un milieu. Le hashtag #BalancetonPorc a montré que ces agissements étaient tristement courants. Et bien au-delà, du monde du cinéma si on en croient les récentes accusations à l’encore de Tariq Ramadan, Pierre Joxe ou encore de joueurs de foot suédois.

La rédaction vous conseille

 



Christine Boutin : un « dégueulis » d’accusations de harcèlement…

Il faut bien dire que les harceleurs ou agresseurs nous ont souvent fait vomir, mais que tous ceux, hommes et femmes, qui avaient autorité pour faire cesser leurs comportements délictueux, voire criminels, en avaient bien connaissance, ou dont l’intervention avait été sollicitée, nous ont aussi mises dans de sales états.

Il ne faut donc pas s’étonner de ce « dégueulis », qui quoi qu’on en dise reste très soft par rapport à tout ce que nous avons pu voir, entendre ou subir.

Il faudrait aussi comprendre que le fait pour les victimes de se replonger dans des souvenirs d’actes et propos bestiaux, orduriers, vulgaires à l’extrême et d’une grande violence, a naturellement tendance à teinter leur expression à ce sujet des mêmes caractéristiques, surtout lorsqu’enfin incitées à parler par un « Balance ton porc » assez inattendu elles le font très brutalement en quelques mots libérateurs dans un mouvement de colère irréfléchi après avoir dû se taire des années durant.

Malgré tout, elles restent incapables d’en faire autant que ceux dont les propos ou comportements les ont traumatisées à vie.

Il n’y a donc pas d’exagération dans ces dénonciations publiques, bien au contraire : il est toujours trop difficile, trop douloureux de tout exprimer pour qu’elles soient complètes.

Par ailleurs, les faits dénoncés n’ont pas grand-chose à voir avec la mixité, ni avec les relations entre hommes et femmes.

Dans mon expérience personnelle, ils ne sont le fait que de déviants dont l’éducation se singularise précisément par un gros défaut de mixité.

 

http://www.rtl.fr/actu/politique/pour-christine-boutin-les-accusations-de-harcelement-sexuel-sont-un-degueulis-7790622921

Pour Christine Boutin, les accusations de harcèlement sexuel sont un « dégueulis »

 

La présidente d’honneur du PCD, qui met fin à sa carrière politique, voit d’un mauvais œil les nombreuses dénonciations de comportements inappropriés qui inondent les réseaux sociaux. Elle s’est confiée au micro de RTL.

 

Philippe Robuchon RTL Soir Week End Philippe Robuchon
Accusations de harcèlement sexuel : Christine Boutin dénonce un « dégueulis » Crédit Image : Sipa | Crédit Média : Philippe Robuchon | Durée : 01:06 | Date : 22/10/2017 La page de l’émission
benjamin pierret
Benjamin Pierretavec AFP et Philippe Robuchon
publié le 22/10/2017 à 09:33

 

Le mouvement qui agite les réseaux sociaux depuis quelques jours n’obtient pas l’aval de Christine Boutin. Alors que de nombreuses femmes dénoncent le harcèlement sexuel dont elles affirment avoir été victimes par le biais du hashtag #balancetonporc, la présidente d’honneur du Parti chrétien-démocrate (PCD) a dénoncé samedi 21 octobre un « dégueulis » à l’antenne de RTL.

« Je suis accablée par l’exagération de tout ce qui tourne autour de la sexualité dans le monde d’aujourd’hui », a déclaré cette pasionaria de la droite conservatrice et catholique, quelques heures après avoir annoncé sa démission de son mandat de conseillère départementale lors d’une conférence de presse à Rambouillet (Yvelines), mettant fin à 40 ans de carrière politique.

Dénonçant un « véritable dégueulis », elle s’inquiète « qu’à terme, les relations sexuelles vont devenir de plus en plus compliquées et les relations entre les hommes et les femmes vont devenir de plus en plus difficiles ». Si elle admet « naturellement » que « les personnes soient condamnées » « quand il y a des « atteintes à la dignité de la personne humaine », elle estime à regret que les récentes prises de parole « laissent à penser que tout tourne autour de la sexualité dévoyée« .

Au nom de la « grivoiserie »

Lors de sa conférence de presse du 21 octobre, durant laquelle elle a annoncé la fin de sa carrière politique, Christine Boutin avait déjà exposé sa pensée : « Les débats actuels me passent par-dessus la tête ».  »Je ne pense pas que cette espèce de torrent de révélations soit nécessaire », avait-t-elle ajouté, évoquant déjà un « dégueulis d’accusations« . Elle dénonçait un « climat du moment » « insupportable, qui risque d’ »abîmer profondément les relations entre les hommes et les femmes ».

Pour Christine Boutin, il est regrettable que les femmes en viennent à avoir des « a priori » dès qu’elles reçoivent un compliment. « La grivoiserie fait partie de l’identité française et j’aime bien la grivoiserie », a-t-elle fait valoir.

Dans la foulée de l’affaire Weinstein, du nom du producteur américain visé par une série d’accusations d’agressions sexuelles, des accusations spécifiques ont émergé dans le monde politique: ont ainsi été visés, notamment, l’ex-ministre socialiste Pierre Joxe, l’ancien candidat à la présidentielle Jean Lassalle ou encore le député (LREM) de Moselle Christophe Arend. Les trois hommes ont rejeté ces accusations.

La rédaction vous recommande

 



A Brest, la procureure meilleur médecin que le médecin !

Dans cette affaire, le médecin n’est pas capable de déterminer l’origine des blessures, mais la procureure, oui !

Ce ne serait pas encore Isabelle Johanny, par hasard ?

Elle refait aussi tous les diagnostics de mes médecins, des spécialistes réputés…

 

http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/tribunal-pour-moi-c-est-une-honte-d-etre-a-la-barre-aujourd-hui-21-10-2017-11710784.php

Tribunal. « Pour moi, c’est une honte d’être à la barre aujourd’hui »

 

Publié le 21 octobre 2017

 

Le 1er octobre 2016, à Brest, tout commence à cause d’excréments de chats qu’un homme trouve dans son jardin. Une affaire de voisinage, jugée hier, au tribunal. Et les versions de l’affaire divergent.

 

À Brest, le 1e r octobre 2016, dans un quartier résidentiel, un homme constate que, depuis plusieurs semaines, des excréments de chats souillent son jardin. Il décide donc d’aller voir ses voisins pour trouver le responsable. Lorsqu’il se présente à la maison d’un voisin, celui-ci reconnaît les faits et s’en excuse. C’est à ce moment que la présidente souligne « qu’il y a deux versions complètement différentes ». Pour le prévenu : « Quelques heures, après on frappe à la porte, c’était une voisine que je ne connaissais pas (et qui était la compagne du voisin). Elle a forcé la porte avec son pied, elle nous a insultés. Elle était bourrée, dans un sale état. Tout de suite, j’ai appelé le 17, ils ont dit : « C’est rien » ». Ensuite la voisine est rentrée chez elle mais elle revient le lendemain à trois reprises pour insulter et menacer le prévenu et sa famille. À trois reprises, le prévenu signale le fait aux forces de l’ordre mais il n’y a aucune intervention de leur part.

« Vous êtes un homme, sortez pour régler le problème »

Le prévenu est formel : « La police m’a dit : « Vous êtes un homme, sortez pour régler le problème » et j’ai dit  » Vous êtes sérieux ? » Ils ont répondu « Oui oui » ».

L’homme n’est pas sorti mais il a vu par la fenêtre sa voisine tomber violemment sur le sol. Il a alors appelé de nouveau la police pour le signaler mais c’est finalement le fils de cette dernière qui est arrivé. Il a insulté sa mère, en lui reprochant son mauvais comportement, et il l’a ramenée chez eux. Un passant, le surlendemain, lui demande si c’est lui qui a frappé la voisine. Le prévenu s’empresse alors de faire une main courante au commissariat mais les policiers ne la prennent pas en compte. Pour la victime, la version est différente. Alors qu’elle s’est présentée, sans aucune raison, chez son voisin, celui-ci l’aurait accueillie avec une raquette à la main. Il l’aurait frappée avec. Elle a eu 42 jours d’ITT mais l’origine des blessures n’est pas avérée. Cette femme est connue par les forces de l’ordre et par ses voisins pour son alcoolisme et ses fausses accusations. Pour la procureure, l’origine des blessures ne pouvant être dûe à une chute, elle requiert quatre à cinq mois de prison avec sursis. L’avocat de la défense est impératif : « Pour moi, la victime, c’est mon client (…) Il est père de famille, il a un travail, une vie normale. Il a de bons rapports avec ses voisins ». La victime est absente à la barre. La décision de la présidente est sans appel : c’est la relaxe.

 



Accusation publique d’agression sexuelle : aujourd’hui, Pierre Joxe !

Interrogé par L’Express, il dénonce un « mauvais canular » et parle de « plaisanterie ».

Va-t-il porter plainte pour « plaisanterie » ?

Je rappelle que ce n’est pas une infraction pénale et qu’il peut suffire de qualifier un viol de « plaisanterie » ou de « bonne blague faite à une sale pute » pour être immédiatement blanchi de tout soupçon d’avoir commis le moindre crime ou délit.

Je suggère donc à toutes les femmes qui « balancent » depuis quelques jours de prendre la balle au bond et de se défendre contre d’éventuelles accusations de diffamation ou de dénonciation calomnieuse en soutenant avoir « plaisanté ».

Pour voir…

Mais on sait d’avance comment ça se passe quand une femme accuse un homme ou vice versa, et quels que soient les faits : dans la plupart des cas, quand la plainte n’est pas d’emblée classée sans suite ou illégalement rejetée parce qu’elle émane d’une femme, les enquêteurs ont pour mission de recueillir la parole de l’homme, qui sera déterminante pour la suite, car il dit toujours la vérité et ne doit pas être contrarié.

Personnellement, j’ai vu des juges devenir hystériques quand je leur soumettais des éléments de preuve montrant que leurs protégés mentaient ou affabulaient, ils ne voulaient pas en entendre parler et n’ont jamais tenu aucun compte d’aucun de ces éléments.

 

http://www.rtl.fr/actu/politique/la-fille-d-eric-besson-accuse-pierre-joxe-d-agressions-sexuelles-7790594357

La fille d’Éric Besson accuse Pierre Joxe d’agressions sexuelles

 

L’ancien membre du Conseil constitutionnel dénonce un « mauvais canular », après avoir été accusé par Ariane Fiorna d’agressions sexuelles alors qu’elle était âgée de 13 et 19 ans.

 

Ariane Fornia, fille de l'ancien ministre sarkozyste Éric Besson,
Ariane Fornia, fille de l’ancien ministre sarkozyste Éric Besson, Crédit : JEAN-PIERRE MULLER / AFP
publié le 20/10/2017 à 08:02

 

Les langues se délient partout dans le monde depuis que l’affaire Harvey Weinstein a éclaté aux États-Unis. En France, Ariane Fornia, fille de l’ancien ministre sarkozyste Éric Besson, accuse l’ex-ministre socialiste et membre du Conseil constitutionnel Pierre Joxe de l’avoir agressé sexuellement au printemps 2010. Un « mauvais canular », s’est empressé de rétorquer l’intéressé.

Dans un post intitulé « #moiaussi, pour que la honte change de camp », l’écrivaine Ariane Fornia fait état de plusieurs agressions sexuelles dont elle dit avoir été la victime, à 13 ans puis à 19 ans. « La troisième agression, ou comment j’ai été agressée par un ancien ministre, n’est pas la ‘pire’, mais celle qui m’a intellectuellement le plus ébranlée », poursuit-elle.

Ariane Fornia affirme que cette agression a eu lieu l’un des soirs où elle avait coutume d’accompagner à l’opéra son père Éric Besson, alors ministre de l’Immigration, arrivé plus tard. « Un vieux monsieur à l’air éminemment respectable s’assoit donc à ma droite. Son épouse est à sa droite à lui. J’insiste. Son épouse est là. La représentation commence. Et au bout de dix minutes, le vieux monsieur a sa main sur ma cuisse. Je me dis qu’il doit être très âgé, perturbé. Je le repousse gentiment. Il recommence. Rebelote. Une troisième fois », affirme-t-elle.

Il commence à remonter ma jupe

Ariane Fornia

Partager la citation

Et de poursuivre : « Il commence à remonter ma jupe. Il glisse sa main à l’intérieur de ma cuisse, remonte vers mon entrejambe. J’enlève sa main plus fermement et je pousse un cri d’indignation étouffé, bouche fermée. Tout le monde me regarde. Il arrête. Dix minutes plus tard, il recommence. Je lui plante mes ongles dans la main. C’est un combat silencieux, grotesque, en plein Opéra Bastille » poursuit-elle.

Après avoir désigné sur son blog « un ancien ministre de Mitterrand, membre de plusieurs gouvernements, qui a occupé des fonctions régaliennes, qui est une grande figure de gauche, décoré de l’Ordre national du mérite et de plusieurs autres Ordres européens. Une statue vivante », Ariane Fornia a affirmé à L’Express que son agresseur était Pierre Joxe. « Je ne voulais pas qu’on commence à soupçonner tous les anciens ministres de François Mitterrand » justifie-t-elle.

Le récit a été confirmé à L’Express par Éric Besson : « J’étais fou de rage, absolument fou de rage. J’ai envisagé d’aller attendre Joxe en bas de chez lui pour lui casser la gueule, et puis j’ai entendu les inquiétudes de ma fille, dans une situation qui était compliquée politiquement pour moi et dont elle souffrait. On s’est tu ». Pierre Joxe a déclaré à L’Express qu’il s’agissait sans doute d’un « mauvais canular » : « J’aurais eu des gestes déplacés, moi ? Vous plaisantez, sans doute ? »

La rédaction vous recommande

 



Gilbert Rozon, fondateur de « Juste pour rire », accusé d’agressions sexuelles

C’est l’occasion de rappeler que pour un certain nombre de magistrats français, les viols ne sont que des « plaisanteries », une qualification des faits qui leur permet de classer les plaintes sans suite ou de refuser d’informer au motif qu’aucune infraction pénale n’a été commise, puisque tout le monde s’est bien marré à l’exception de la seule plaignante qui devrait se faire soigner en psychiatrie pour une absence totale du sens de l’humour.

De tels magistrats sont bien évidemment CORROMPUS, comme vient de me le suggérer un de mes lecteurs, et devraient être exclus de toute fonction publique, a fortiori de la magistrature où il est évident qu’ils n’ont rien à faire, ou du moins, rien de bon.

Du CORROMPU, les lettres nous amènent tout naturellement au PORC ROUM, comme Nicolae Ceaușescu, ancien secrétaire général du Parti communiste roumain et président de la République socialiste de Roumanie, un dictateur de triste mémoire qui se faisait appeler le « Conducător » et s’honorait d’être le « génie des Carpates » ou le « Danube de la pensée ».

Ces titres, notamment celui de « Konducator », sont relevés depuis quelques années par un cybercriminel et pervers notoire qui se dit « écrivain », « en ligne et à l’oeil depuis 2001″ à défaut de tout autre éditeur que lui-même, se présente donc tout seul comme « génie littéraire » et publiait sur son blog le 11 février 2011 à propos de ses victimes, sous le titre « Pour de rire » associé à l’image d’un cadavre ensanglanté, celui d’un homme aux yeux bandés et au corps transpercé par un pieu enfoncé dans le coeur :

 

« Là, après leur avoir rendu la pareille en affichant leurs noms sur l’internet, elles peuvent enfin se rendre compte et goûter à leur tour à ce qu’elles nous ont infligé : nous savons où elles vivent, ce qu’elles font dans la vie et leurs masques de carnaval sont définitivement tombés. Plus jamais elles ne pourront continuer à se comporter de la manière inique comme elles l’ont fait.

Pour l’heure, je n’ai fourni que leurs deux noms, mais rien ne m’empêchera de nommer leurs rares alliés si l’envie m’en prenait : eux aussi ont été tracés et nous pouvons dire qui ils sont, où ils vivent et comment ils vivent. Et c’est édifiant : ils sont tout ce qu’ils nous reprochent. Des cas sociaux d’abord, et des ratés absolus. Des vies de merde.

Alors que pour nous autres tous autant qu’on est Ici, c’est pas pour dire, mais ça gaze et ça gazouille dans nos casas ;-)  »

 

Ces menaces étaient très vite suivies de plusieurs assassinats, « pour de rire », n’est-ce pas, c’est-à-dire que les crimes en question n’ont pas tous été retenus comme tels par les autorités judiciaires ou qu’ils ont été traités de telle manière qu’à ce jour ils restent non résolus… comme tous les autres crimes « de Pourrrie », celle qui veut « juste pourrire » ou « e-pourrir »…

Et Hell me pourrit bien la vie depuis 1994…

 

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/la-france-a-un-incroyable-talent-gilbert-rozon-accuse-d-agression-sexuelle_5c2ee774-b494-11e7-8aca-c6cafecb3960/

La France a un incroyable talent : Gilbert Rozon accusé d’agression sexuelle

 

Par  Emilie Geffray Mis à jour le 19/10/2017 à 11:32 Publié le 19/10/2017 à 09:09

 

TÉLÉVISION – Le juré de La France a un incroyable talent sur M6 fait l’objet d’une enquête du service de police de la ville de Montréal (SPVM) à la suite d’une plainte d’agression sexuelle déposée mercredi après-midi. Les faits seraient survenus à Paris en 1994.

Alors que les dénonciations d’agressions ou de harcèlement sexuels n’en finissent plus de tomber à la suite du scandale lié à Harvey Weinstein, l’humoriste québécois Guillaume Wagner a publiquement accusé Gilbert Rozon d’être un «agresseur» suite à des allégations de femmes qui auraient été victimes du fondateur du festival Juste pour rire. «J’ai entendu des histoires. Et puis d’autres. Et des récentes. Ça commence à sortir. Ça va continuer à sortir», a-t-il déclaré précisant qu’il a beaucoup travaillé pour Gilbert Rozon.

En effet, invitées par le service de police de la ville de Montréal (SPVM) à signaler un quelconque événement lié au juré de La France a un incroyable talent, plusieurs femmes se seraient réunies mardi pour dénoncer des gestes déplacés.

Parmi elle, une ancienne stagiaire de Juste pour rire a raconté à TVA Nouvelles avoir rencontré Gilbert Rozon en 2010 au moment de son embauche. Elle n’avait pas de lien direct avec lui dans le cadre de son travail. Elle aurait été victime de deux incidents. La première fois, il lui aurait claqué une main aux fesses dans une zone VIP d’un bar pour la féliciter. Elle avait 20 ans à ce moment-là. Lors de second incident, il l’aurait regardé de haut en bas et lui aurait dit: «T’as des beaux seins dans cette robe-là». À l’époque, elle n’avait pas porté plainte.

Dans des entrevues accordées au quotidien Le Devoir , neuf autres femmes ont affimé avoir été agressées sexuellement ou avoir été victimes de harcèlement. Ainsi l’animatrice de Pénélope McQuade, les comédiennes Salomé Corbo et Sophie Moreau, la réalisatrice Lyne Charlebois, la recherchiste Anne-Marie Charrette, l’entrepreneuse Geneviève Allard, l’employée de Vélopousse-Maisonneuve Marlène Bolduc et deux autres femmes qui ont souhaité gardé l’anonymat, ont évoqué des actes qui se seraient produits sur une période de trois décennies.

Mercredi soir, Gilbert Rozon, visé par une enquête du service de police de la ville de Montréal, a annoncé qu’il démissionnait de ses fonctions de président du groupe Juste pour rire, de commissaire aux célébrations du 375e anniversaire de Montréal et de vice-président de la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain. «Ébranlé par les allégations me concernant, je souhaite consacrer tout mon temps à faire le point. Je me retire par respect pour les employés et les familles qui travaillent pour ces organisations ainsi que tous nos partenaires. Je ne veux surtout par leur porter ombrage. À toutes celles et ceux que j’ai pu offenser au cours de ma vie, j’en suis sincèrement désolé», a-t-il écrit sur dans un message posté sur Facebook.

Peu de temps après, le maire de Montréal, Denis Coderre, a tenu à réagir. «Face à des accusations comme celles qui sont avancées, c’était la bonne chose à faire. Laissons maintenant le processus suivre son cours», a-t-il déclaré.

Ces démissions surviennent alors que onze personnes ont raconté à La Presse avoir subi des inconduites, ou en avoir été témoins, de la part du producteur et animateur Éric Salvail, la plupart du temps. Les faits reprochés se seraient déroulés entre 2000 et 2015 dans un cadre professionnel. À la suite de ces allégations, ses émissions de télévision et de radio (En mode Salvail sur V télé, Éric et les fantastiques sur Rouge Montréal et Les échangistes produite par Éric Salvail sur Radio-Canada) ont été supprimées, tandis que plusieurs entreprises ont annoncé qu’elles suspendaient leur partenariat avec lui.

Reste désormais à savoir si M6 va maintenir la diffusion de La France a un incroyable talent. En effet, la chaîne doit lancer jeudi 26 octobre à 21 heures la saison 12 de son concours présenté par David Ginola et porté par Hélène Ségara, Kamel Ouali, Éric Antoine et Gilbert Rozon.

 



12345

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo