Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : quand la liste des suspects s’allonge…

Selon des révélations de Mediapart, des agents du renseignement étaient au courant de l’imminence de l’attaque.

Rappelons que l’extrême-gauchiste brestoise Julie Le Goïc, dont la réaction sitôt après la mort du père Hamel avait choqué bien du monde, devait aussi l’attendre, et même avec impatience.

C’est l’occasion de poser la question de ses rapports avec les services de renseignements.

Rappelons encore à cet égard que sa copine la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest organise aussi des assassinats d’ingénieurs en toute discrétion grâce à ses nombreux complices dans la fonction publique.

 

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/01/05/saint-etienne-du-rouvray-les-renseignements-accuses-d-avoir-ete-au-courant-d-une-attaque-imminente_5237851_1653578.html

Saint-Etienne-du-Rouvray : les services de renseignement accusés d’avoir été mis au courant d’une attaque imminente

 

Selon Mediapart, un policier avait adressé une note à sa hiérarchie cinq jours avant l’assassinat du père Hamel. Il y rapportait qu’un suspect s’apprêtait à commettre une attaque. Après l’attentat, cette note aurait été postdatée.

LE MONDE | 05.01.2018 à 10h36 • Mis à jour le 05.01.2018 à 13h13

 

L’église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), où le père Hamel fut assassiné le 26 juillet 2016.

 

L’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), qui a coûté la vie au père Hamel, égorgé en pleine messe par deux assaillants, aurait-il pu être évité ? C’est ce que laisse entendre Mediapart, qui révèle jeudi 4 janvier, que l’un des terroristes était suivi par les services de renseignement, mais que les informations à son sujet se sont « perdues » dans les méandres de l’administration durant l’été 2016. dans un communiqué de presse, la préfecture de police de Paris fait une mise au point, déplorant que l’enquête du site d’investigation écrive que « le drame aurait pu être évité ».

 

Cinq jours avant l’assassinat du père Hamel, le 21 juillet 2016, un policier intercepte des messages envoyés sur une chaîne Telegram, une messagerie cryptée. Dans ce fil de discussion, l’administrateur, sous pseudonyme, confie sans équivoque ses velléités djihadistes, notamment ses tentatives de départ pour la Syrie, à l’origine de son assignation à résidence avec bracelet électronique, et les cours qu’il donne trois fois par semaine dans une mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray. Surtout, dans un message audio, le jeune homme sous contrôle judiciaire incite à commettre des attaques au couteau dans des églises.

La note postdatée

Le brigadier en poste à la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris, selon Mediapart, avertit alors sa hiérarchie, notamment pour permettre de déceler l’identité de l’homme qui sera identifié quelques jours plus tard après l’attentat, Adel Kermiche. Cette note n’arrivera jamais jusqu’aux bureaux de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). La veille de l’attaque, de nouveaux messages, plus alarmants, font état d’un projet imminent, sans qu’une cible soit formellement définie.

Dans un communiqué de presse, la préfecture de police de Paris confirme qu’une note a bien été envoyée le 22 juillet, suivant « le circuit habituel de validation ». La préfecture précise que cette note « ne comportait pas de caractère d’urgence », notamment parce qu’elle n’évoquait pas « l’imminence d’un passage à l’acte, et encore moins le ciblage d’un lieu précis ».

Lire aussi :   Saint-Etienne-du-Rouvray, histoire d’une haine fulgurante

Le 26 juillet, à 9 heures du matin, pendant l’office, Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, 19 ans tous les deux, se ruent sur le père Hamel avec pour seule arme un petit couteau de cuisine en céramique, et l’égorgent devant une poignée de fidèles. Pour éviter des accusations en incompétence, la hiérarchie du brigadier aurait décidé de postdater la note, faisant croire que ces révélations sur les discussions Telegram étaient consécutives à l’enquête ouverte dans le cadre de l’attentat, écrit Mediapart.

Sur ce point, la préfecture de police de Paris assure que la direction « a informé oralement les services enquêteurs » au sujet du signalement du policier, avant de «rédiger une nouvelle note datée du 26 juillet ». « Les deux documents originaux, enregistrés et traçables dans les serveurs de la DRPP [direction du renseignement de la préfecture de police de Paris], sont à disposition de toutes les autorités administratives et judiciaires qui ont ou auront le besoin d’en connaître » la teneur, ajoute la préfecture de police de Paris. Pour l’heure, aucune enquête de l’IGPN, la police des polices, n’a été ouverte sur le sujet.

 

http://www.lejdd.fr/societe/attentat-de-saint-etienne-du-rouvray-les-renseignements-ont-dissimule-ce-quils-savaient-3537734

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : les renseignements ont dissimulé ce qu’ils savaient

 

11h01 , le 5 janvier 2018

Dans une longue enquête, Mediapart révèle que la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) avait consulté la chaîne Telegram de l’un des deux terroristes de l’attentat  de Saint-Etienne-du-Rouvray, en juillet 2016. Et a ensuite postdaté deux de ses notes pour minimiser sa responsabilité.

 

L'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, deux jours après l'attentat, le 28 juillet 2016.
L’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, deux jours après l’attentat, le 28 juillet 2016. (Reuters)

 

Ce sont des révélations particulièrement embarrassantes pour l’un des services de renseignements français, la DRPP. Au terme d’une enquête de « plus de six mois », Mediapart révèle jeudi que la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) disposait d’éléments plusieurs jours avant l’attentat de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), le 26 juillet 2016. Et, surtout, qu’elle a tenté de rattraper sa bévue ensuite en modifiant la date de deux documents. Le site d’informations relate ainsi que le jeudi 21 juillet, cinq jours avant l’attaque qui a coûté la vie au père Jacques Hamel, un agent consulte la chaîne Telegram administrée par Adel Kermiche, l’un des deux terroristes.

Sur Telegram, le terroriste appelle à attaquer les églises

Sous pseudo, l’individu évoque explicitement sa proximité pour Daech et incite ses abonnés à commettre des attentats « ici » en France. Dans un message vocal, il appelle à cibler les églises. « Tu vas dans une église où il y a du polythéisme et tu déglingues tout le monde, je ne sais pas moi! », lance-t-il notamment. Peu soucieux d’être surveillé, il livre par ailleurs des détails sur son profil, allant même jusqu’à indiquer qu’il dispense des cours dans une mosquée « à Saint-Etienne du Rouvray ». L’enquête révélera plus tard qu’Adel Kermiche, sous contrôle judiciaire, résidait bien dans la commune normande.

En prenant connaissance de cette menace, l’agent de la DRPP rédige une fiche dite « Gester » et une note blanche destinées à sa hiérarchie. Et c’est là que le raté commence, explique en détail Mediapart. Le terroriste étant localisé dans la région de Rouen et la DRPP opérant sur Paris, elle était censée transmettre ces informations à la DGSI, la Direction générale de la sécurité intérieure, qui s’occupe pour sa part de l’ensemble du territoire. Mais avant, la note doit être « corrigée et validée par quatre échelons hiérarchiques », précise Mediapart. Or, en plein mois de juillet, un seul gradé, « débordé », est présent dans les locaux de l’île de la Cité. En outre, avec l’attentat de Nice la semaine précédente, « les nerfs sont à vif et les corps fatigués », rappelle également le pure-player dans son article.

Les documents réécrits pour les dater du jour de l’attentat

Toujours est-il que le signalement n’aboutit pas. « C’est vrai. La note est restée bloquée le temps d’un week-end parce que certains étaient en vacances », précise au site un agent de la DRPP. « Mais il y avait ensuite plusieurs échelons de validation avant de pouvoir la communiquer aux autres services. La lourdeur administrative est telle que l’information ne serait jamais arrivée à temps pour sauver le prêtre », dit-il. Cela n’empêchera en tout cas pas Adel Kermiche de publier d’autres messages inquiétants sur Telegram : le lundi 25 puis le mardi 26, jour de l’attentat, il demande à ses abonnés de « partager » un contenu à venir, qualifié « d’exceptionnel » et de « surprenant ».

Après l’assassinat du père Jacques Hamel, la DRPP se rend compte de sa défaillance. Le jour même, elle « écrase sa fiche Gester et sa note blanche ». « D’après le récit concordant effectué par plusieurs sources, [l'agent] réécrit les documents en les postdatant au jour même afin de masquer l’énorme bévue de la DRPP », précise Mediapart qui cite ensuite un agent : « Oui, nos supérieurs ont bien essayé d’effacer les traces et ils l’ont mal fait. » Et voici que plus d’un an et demi après l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, ces manœuvres sont révélées publiquement.

Sur le même sujet :

 

http://www.lejdd.fr/societe/saint-etienne-du-rouvray-ou-en-est-lenquete-sur-les-tueurs-du-pere-hamel-3397877

Saint-Etienne du Rouvray : où en est l’enquête sur les tueurs du père Hamel?

 

11h44 , le 26 juillet 2017

Il y a un an jour pour jour, le père Hamel était assassiné par deux terroristes dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen. Quatre personnes sont mises en examen dans ce dossier.

 

Une messe s'est déroulée à Saint-Etienne-du-Rouvray un an après les faits, puis Emmanuel Macron a pris la parole.
Une messe s’est déroulée à Saint-Etienne-du-Rouvray un an après les faits, puis Emmanuel Macron a pris la parole. (Reuters)

 

« Non la haine n’a pas triomphé et elle ne triomphera pas. » L’archevêque de Rouen Dominique Lebrun  a rendu un vibrant hommage mercredi matin au père Jacques Hamel, assassiné par deux terroristes il y a un an jour pour jour dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Présent lors de cette messe d’hommage national, Emmanuel Macron a estimé que les deux djihadistes avaient « échoué » à exacerber « la peur des Français ». Il y a un an, Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean étaient entrés dans l’église et avaient attaqué au couteau le prêtre.

Connus des services antiterroristes, les deux hommes âgés de 19 ans étaient tous les deux fichés S au moment des faits. L’attaque avait été revendiquée par l’Etat islamique au lendemain de l’attentat, dans une vidéo où l’on voyait les deux hommes prêter allégeance à l’organisation terroriste et à son chef Abou Bakr al-Baghdadi.  L’enquête a mis en lumière le rôle du recruteur français de Daech, Rachid Kassim. Quatre personnes ont également été mises en examen.

Adel Kermiche, « figure connue de l’islamisme » à Rouen

Adel Kermiche était une « figure connue de l’islamisme en région rouennaise ». Voici comment les policiers décrivent le jeune homme, qui vivait à Saint-Etienne-du-Rouvray, chez ses parents. Il a tenté à deux reprises de partir en Syrie et a fait, pour cette raison, dix mois de détention préventive. Il a été ensuite assigné à résidence sous bracelet électronique.

Sur sa chaîne Telegram, messagerie cryptée utilisée par les djihadistes, il dit se préparer « à organiser des choses ». Juste avant de passer à l’acte, il écrit : « Tu prends un couteau, tu vas dans une église, tu fais un carnage, bim. Tu tranches deux ou trois têtes et c’est bon, c’est fini. »

Adepte d’un islam radical, il multipliait les conquêtes amoureuses sur les réseaux sociaux. L’Express rapporte ainsi le témoignage d’une ado de 17 ans, qui s’est mariée religieusement avec le jeune homme, par Skype. Quand elle refuse la polygamie qu’il veut lui imposer, il la répudie d’un message laissé sur son téléphone. Il était par ailleurs en contact avec l’une des suspectes dans l’attentat raté aux bonbonnes de gaz près de Notre-Dame de Paris.

Lire aussi : Adel Kermiche, enfant maudit de Saint-Etienne-du-Rouvray

Abdel Malik Petitjean, l’homme qui a porté les 18 coups de couteaux

Originaire des Vosges, Abdel Malik Petitjean résidait au moment des faits à Aix-les-Bains, à 700 kilomètres du domicile de son complice. Sa radicalisation a été rapide. Sa mère la signale à son père, qui vit lui en Gironde, en mars 2016. Début juin, il tente de rejoindre la Syrie. Mais cette tentative échoue. Il est repéré par les autorités turques, qui préviennent Paris de la présence d’un Français s’apprêtant à commettre un attentat. Quelques jours avant l’attaque près de Rouen, il diffuse une vidéo de menaces sur Internet, ce qui lui vaut d’être recherché par la police française. Le jour du drame, c’est lui qui porte les 18 coups de couteaux au père Hamel, dont un mortel à la carotide.

La messagerie Telegram comme lieu de rencontre

Quand ils passent à l’acte, les deux hommes se connaissent depuis quelques jours seulement. Ils sont entrés en contact via Telegram. C’est Adel Kermiche qui demande à Abdel Malik Petitjean de le rejoindre à Saint-Etienne-du-Rouvray, lui étant contraint par son bracelet électronique. Le jeune homme s’exécute et rejoint la banlieue rouennaise en covoiturage.

Rachid Kassim, le déclencheur?

Les enquêteurs ont établi que Rachid Kassim, un recruteur français de Daech originaire de Roanne et basé dans la zone irako-syrienne, avait encouragé les deux jeunes. Il a depuis probablement été tué le 8 février dernier au cours d’une frappe américaine en Irak. Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean sont tous les deux abonnés au compte Telegram du Roannais et ont échangé plusieurs messages avec lui.

Lire aussi : Rachid Kassim, vie et mort du marionnettiste de Daech

Le 19 juillet, Rachid Kassim presse Abdel Malik Petitjean de passer à l’action dès que possible en frappant le « cœur des kouffars [mécréants, Ndlr]« . Le lendemain, il lui suggère de viser des « lieux de débauche » tels qu’une boîte de nuit, un bar ou une terrasse de café. Puis le contact est rompu. Le même jour, Abdel Malik Petitjean rencontre virtuellement Adel Kermiche. Le même jour, les deux hommes parlent sur Telegram d’une d’une église où « ils pourraient faire un carnage en coupant deux ou trois têtes ».

Abdel Malik Petitjean rejoint son futur complice à Saint-Etienne-du-Rouvray. Sans en référer à Rachid Kasism, ils tentent une première fois de passer à l’acte le 25 juillet mais l’église est fermée. Ils reviennent alors le lendemain.

Le profil des quatre personnes mises en examen dans ce dossier

  • Le cousin d’Abdel Malik Petitjean, Farid K., 30 ans, originaire de Nantes, qui selon le parquet de Paris « avait parfaitement connaissances, si ce n’est du lieu et du jour précis, de l’imminence d’un projet d’action violente de son cousin. Il a été mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle ».
  • Originaire de la banlieue toulousaine, Yassine S., 22 ans, a été mis en examen pour le même chef. Inconnu des services de renseignement, il était entré en contact avec Adel Kermiche sur Telegram. Deux jours avant l’attentat, il avait rejoint les deux terroristes à Saint-Étienne-du-Rouvray, vraisemblablement pour participer à l’attaque. Mais il est reparti la veille de l’attaque, sûrement à la demande des deux terroristes. Les enquêteurs le soupçonnent d’avoir eu connaissance du projet d’attentat, ce qu’il nie.
  • Omar C., 20 ans, a été mis en examen le 29 juillet 2016 pour « association de malfaiteurs terroriste ». Deux jours avant l’attentat, les policiers découvrent dans un téléphone retrouvé au domicile de cet homme fiché S une vidéo d’Abdel Malik Petijean, dans laquelle il prête allégeance à Daech et parle d’une « action violente ».
  • Un mineur âgé de 17 ans, qui avait tenté de partir en Syrie avec Adel Kermiche avant l’attentat, a également été mis en examen. Il avait été arrêté à Genève lors d’une deuxième tentative de départ et remis à la France. On ignore toujours son éventuel lien avec l’attentat.
Sur le même sujet :

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo