Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : sept services de renseignement connaissaient le projet !

En effet, la DRPP n’était pas le seul service de renseignement a avoir repéré le projet d’attentat. La DRM et le SCRT avaient également transmis des notes à la DCRI. Par ailleurs, un « veilleur » avait fait un signalement sur Pharos et les services secrets américains avaient alerté la France.

Vu le nombre d’alertes reçues par la DCRI, il est bien difficile de ne pas la comptabilier parmi les services informés.

DRPP, DRM, SCRT, DCRI, Pharos et services américains, cela fait au moins six.

Enfin, le NPA, service de renseignement occulte, était lui aussi bien au courant, en témoigne la réaction publique de la Brestoise Julie Le Goïc à peine le père Hamel assassiné.

Rappelons à ce propos que le 24 juillet est une des dates fétiches du malade mental au clavier – son « arme » : il avait ouvert son premier site sur Internet le 24 juillet 2001, l’avait fermé dix ans plus tard le 24 juillet 2011, et s’était dans la foulée attaqué à plusieurs sites de préfectures sous le pseudonyme de « SaMo_Dz » dans la soirée du 24 juillet 2011.

Aussi, il est probable que l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray fût initialement programmé pour le 24 juillet 2016.

 

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/saint-etienne-du-rouvray-trois-services-de-renseignement-surveillaient-kermiche_1980868.html

Saint-Etienne-du-Rouvray: trois services de renseignement surveillaient Kermiche

 

Par LEXPRESS.fr , publié le 31/01/2018 à 11:37 , mis à jour à 12:46

Adel Kermiche, à gauche, et Abdel Malik Petitjean, dans une vidéo d'allégeance à Daech enregistrée avant l'assassin du père Jacques Hamel.
Adel Kermiche, à gauche, et Abdel Malik Petitjean, dans une vidéo d’allégeance à Daech enregistrée avant l’assassin du père Jacques Hamel.Handout via Reuters TV

Trois services de renseignement différents avaient rédigé des notes sur la dangerosité d’Adel Kermiche, 5 jours avant l’attentat qui a coûté la vie au père Hamel, en vain.

 

Dans son édition du mercredi 31 janvier, Le Canard enchaînéenfonce le clou sur la gestion de l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray par les services de renseignement. Début janvier, Mediapart avait déjà révélé que certains documents essentiels à la capture d’Adel Kermiche, l’un des deux terroristes, n’avaient pas été transmis avant l’attaque. Une enquête avait ensuite été ouverte par le parquet de Paris, selon une source judiciaire interrogée à l’époque par L’Express.

Ce mercredi, les policiers antiterroristes sont une nouvelle fois épinglés, mais cette fois par le Canard enchaîné. Selon l’hebdomadaire, « ce n’était pas un, ni deux, mais bien trois services de renseignement qui suivaient à la trace Adel Kermiche ». En tout, ils ont rédigé cinq notes alarmistes dans les jours précédant l’attaque -le 26 juillet 2016-, dont certaines par des agents infiltrés dans la chaîne Telegram d’Adel Kermiche, où le futur terroriste faisait part de ses projets. Problème: personne n’a pris les mesures nécessaires.

Sur Telegram, Kermiche inquiète les agents opérationnels

La première instance à agir est le Service central du renseignement territorial (SCRT). Le 21 juillet 2016, cinq jours avant l’attaque, elle émet une note transmise à tous les services de police. Le document, accompagné d’une photo d’Adel Kermiche, est également envoyé à Allat, une cellule chargée de la coordination entre services, pilotée par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Le lendemain, un agent de la Direction du renseignement militaire (DRM), infiltré dans la chaîne Telegram de Kermiche, transmet un bulletin de renseignement dans lequel il prévient Allat qu’un dénommé Jayyed -le pseudo d’Adel Kermich-, a fait allégeance à Daech. Le même jour, un policier de la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP), lui-aussi sur l’application chiffrée Telegram, rédige « un blanc », un document notifiant la menace.

Contactés par tous les canaux, les services français ne font rien

La DRM aura beau diffuser deux autres bulletins de renseignement les 25 et 26 juillet -jour de l’attentat-, dans lesquels elle souligne les menaces de Kermiche contre des « églises », Allat ne réagira pas. Pire, aucun service n’alerte la DGSI directement, alors que la procédure d’urgence l’impose dans ce genre de cas, rappelle le Canard. Une série d’échecs, alors même qu’Adel Kermiche se montraient très clair sur sa chaîne Telegram, comme L’Express l’avait révélé.

LIRE AUSSI >> « Tu vas dans une église, tu fais un carnage »: l’enregistrement glaçant de Kermiche sur sa chaîne Telegram

Et comme si ces révélations ne suffisaient pas, Médiapart rappelle, ce mercredi 31 janvier, que la menace Kermiche avait même été signalée sur Pharos par un veilleur anonyme et que les services secrets américains avaient de leur côté alerté la France concernant les menaces d’Abdel Malik Petitjean, l’autre terroriste de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Un raté d’autant plus incompréhensibles que des enquêteurs, contactés à l’époque par L’Express, avaient indiqué être incapables de se connecter à la chaîne Telegram d’Adel Kermiche plusieurs jours après l’attentat. Les voies du « sinueux alambic du renseignement français », comme l’écrit le Canard, seraient-elles impénétrables?

 

https://francais.rt.com/france/47726-saint-etienne-rouvray-renseignements-militaires-informes-projet-attentat

Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement militaire aurait été au courant d’un projet d’attentat

 

31 janv. 2018, 11:55

Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement militaire aurait été au courant d'un projet d'attentat© Steve Bonet Source: Reuters
Procession en mémoire du père Hamel

 

Le Canard enchaîné fait de nouvelles révélations concernant l’un des terroristes de Saint-Etienne-du-Rouvray : son profil et son intention de passer à l’acte auraient été signalés à la direction du renseignement militaire.

Dans son édition du 31 janvier, le Canard enchaîné fait de nouvelles révélations concernant l’attaque terroriste survenue en juillet 2016 à Saint-Etienne-du-Rouvray, lors de laquelle le prêtre Jacques Hamel avait été assassiné dans son église. Selon le quotidien, la direction du renseignement militaire (DRM) était au courant de la dangerosité de l’un des auteurs de l’attaque, Adel Kermiche.

Si Mediapart avait déjà révélé que la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) pistait Adel Kermiche sur internet, le Canard Enchaîné affirme que la DRM s’était infiltrée dans la chaîne Telegram où celui-ci publiait des menaces à l’encontre d’églises sous le pseudonyme de «Jayyed». Les 22, 25 et 26 juillet, la DRM aurait même rédigé trois bulletins de renseignement classés «secret défense» à ce sujet  avant de les transmettre à une cellule de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Seul problème : la première de ces notes aurait été envoyée un vendredi… soit juste avant le week-end, et n’aurait donc pas été lue. La deuxième aurait été reçue par la DCRI un lundi, qui n’en aurait pas non plus pris connaissance dans l’immédiat. Quant à la troisième, lorsque le représentant de la DRM au sein de la DCRI en aurait pris connaissance, il était déjà trop tard : le père Hamel avait été tué quelques heures après son envoi.

Une troisième alerte se serait également perdue dans les rouages du renseignement. Le 21 juillet, le Service central du renseignement territorial (SCRT) aurait ainsi envoyé une note à tous les services de police. Celle-ci évoque les appels à commettre des attentats contre des églises diffusés par «Jayyed» sur les réseaux sociaux : une photographie est même jointe au document, que la DCRI reçoit, sans pour autant juger nécessaire d’activer une procédure d’urgence.

 

http://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/attentat-de-saint-etienne-du-rouvray-un-veilleur-signale-adel-kermiche-pharos-trois-services-renseignement-dcri-drm-scrt-notes-sous-silence-hamel

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray: « un veilleur » avait également signalé Kermiche sur Pharos

 

Publié le :

Mercredi 31 Janvier 2018 – 18:48

Mise à jour :

Mercredi 31 Janvier 2018 – 18:55

Une semaine avant que le père Hamel soit assassiné à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), en juillet 2016, les services de renseignement ont détecté la volonté d’agir d’Abel Kermiche. Avant cela, un particulier l’avait également signalé sur la plate-forme Pharos révèle Mediapart.

 

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : sept services de renseignement connaissaient le projet ! dans AC ! Brest terroristes-francesoir_field_mise_en_avant_principale

Adel Kermiche a vait été repéré pas moins de quatre fois avant qu’il ne passe à l’acte.

©Capture d’écran YouTube

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

Le Canard enchaîné enfonce ce mercredi 31 le clou planté par Mediapart, qui en remet aussi une couche. Selon l’hebdomadaire satyrique, pas moins de trois services de renseignements différents ont rédigé des notes sur Adel Kermiche, l’un des terroristes responsable de l’assassinat du père Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray à l’été 2016, avant que celui-ci ne passe à l’acte.

« Ce n’était pas un, ni deux, mais bien trois services de renseignement qui suivaient à la trace l’un des terroristes auteurs du meurtre du prêtre Jacques Hamel« , assure le palmipède. Adel Kermiche avait en effet fait part à plusieurs reprises de sa volonté de passer à l’action sur sa chaîne Telegram. Cette dernière avait été infiltrée par des agents des services de renseignements.

Lire aussi – Saint-Etienne-du-Rouvray: le terroriste Adel Kermiche était suivi par trois services de renseignement

Le 21 juillet 2016, le Service central du renseignement territorial (SCRT) émet une première note transmise à l’Allat, cellule de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) œuvrant contre le terrorisme, précise Le Canard enchaîné. Avec un cliché « peu lisible » du suspect jointe à la note.

Puis le lendemain, une nouvelle alerte liée au compte Telegram d’Adel Kemiche est transmise à l’Allat par un agent de la Direction du renseignement militaire. Le jour même, c’est aussi la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) qui rédige une note pour les mêmes messages comme l’avait déjà révélé Matthieu Suc de Mediapart. Deux nouveaux bulletins sont transmis le lundi 25 et le mardi 26 juillet.

Voir également - Saint-Etienne-du-Rouvray: comment les renseignements ont étouffé leur incapacité à empêcher un attentat prévisible

Toutefois, ni le SCRT, ni la DRM n’auraient recouru à la procédure d’urgence qui permet de prévenir l’état-major de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), opérationnel 24 heures sur 24, avec pour conséquence, la mort du père Hamel.

Autre révélation de Mediapart ce mercredi, s’appuyant sur un tweet de Jean-Charles Brisard, le président du Centre d’analyse du terrorisme, en date du 4 janvier: « un veilleur » de la plateforme Pharos a « alerté dans la nuit du 18 au 19 juillet des intentions d’Adel Kermiche« .

Cité par le site d’investigation, ce dernier précise: « Avec des amis, on avait remarqué le contenu de sa chaîne Telegram mais on ne l’a pas pris au sérieux. Il faisait des audio interminables, se mettait beaucoup en scène, courait après les filles. On ne l’imaginait pas mûr pour passer à l’acte« .

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo