La France visée par l’attaque à Ouagadougou : pas de surprise…

La corrélation habituelle avec les revendications du malade mental au clavier – son « arme » – en matière de droit est toujours là.

Il l’a annoncé lui-même sur son blog au mois d’avril 2017, il a fait appel de la décision par laquelle le juge des référés de Paris l’a débouté de toutes ses demandes au mois de janvier de l’année dernière.

C’est désormais de la Cour d’Appel de Paris qu’il attend une décision qui lui accorde le droit de publier ce qui lui chante sur la vie privée des victimes de ses harcèlements, piratages informatiques et autres atteintes à l’intimité de la vie privée depuis maintenant dix ans, sans que celles-ci ne se voient plus reconnaître aucun droit, ni celui de porter plainte, ni celui de publier des démentis.

En effet, ses projets « littéraires » les concernant sont bien connus depuis longtemps, il en a donné le programme et nombre d’aperçus à compter de l’été 2010, il s’agit, comme il l’écrit très souvent, de se « foutre de la poire » des ingénieurs en délirant sur leur vie sexuelle.

Et comme il l’a toujours soutenu, au contraire de tous ces anonymes dont il trouble violemment la tranquillité depuis dix ans, il dispose d’un « droit d’auteur » illimité et inviolable que malheureusement la justice française ne lui reconnaît pas encore tout à fait, car elle est toujours contrainte par l’une ou l’autre des lois qu’elle est censée faire respecter.

Il exige donc que son droit d’auteur cesse enfin d’être limité par les plaintes à répétition de ses victimes et ne veut plus non plus être dérangé par leurs publications de démentis et droits de réponse, lesquels nuisent au succès de tous ses romans publics.

Voilà la revendication qui accompagne régulièrement les attentats terroristes commis sur le sol français ou contre la France ou des Français depuis mars 2012.

 

http://www.rtl.fr/actu/international/burkina-faso-l-attaque-ciblait-la-france-affirme-un-specialiste-7792483335

Burkina Faso : « L’attaque ciblait la France », affirme un spécialiste

 

INVITÉ RTL – Le journaliste Antoine Glaser, spécialiste de l’Afrique, estime que l’attaque qui a frappé le Burkina Faso était un acte de représailles vis-à-vis de la France et de son action contre le terrorisme sur le continent.

 

Ouagadougou, le 2 mars 2018
Ouagadougou, le 2 mars 2018 Crédit : AHMED OUOBA / AFP
Bernard Poirette
Bernard Poirette et La rédaction numérique de RTL
Partager l’article
publié le 03/03/2018 à 09:13

 

Vendredi 2 mars, aux alentours de 11 heures du matin, des hommes armés ont surgi à l’ambassade de France et l’état-major burkinabé, à Ouagadougou. Il s’agit de la quatrième attaque en trois ans dans la capitale du Burkina Faso. Les faits n’ont pas été revendiqués pour l’heure. Une trentaine de personnes sont mortes, et plus de 80 ont été blessées.

Invité de RTL ce samedi 3 février, le journaliste Antoine Glaser, spécialiste de l’Afrique, a estimé que cette attaque ciblait très clairement la France. « Les autres attaques, en janvier 2016 et août 2017, ciblaient des cafés, des restaurants, les expatriés. Le fait d’attaquer une ambassade de France en Afrique, le message est clair« , estime l’auteur de l’ouvrage Arrogant comme un Français en Afrique, publié aux éditions Fayard en 2016.

« C’est un acte de représailles », vis-à-vis de la France, dont des troupes armées sont présentes au Mali et au Niger voisins du Burkina Faso pour lutter contre le terrorisme au Sahel. Pour Antoine Glaser, le fait que Ouagadougou a été frappée s’explique par le fait qu’il est plus facile pour les soldats français d’agir dans les zones désertiques que dans les grandes villes.

« Très honnêtement, je pense qu’Emmanuel Macron sait très bien qu’il n’y a qu’une seule chose à faire à court terme et à moyen terme : c’est dégager l’armée française », conclut le spécialiste.

La rédaction vous recommande

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo