Trafic d’armes à Gaza : une affaire nébuleuse et un Romain hagard…

Pfff… Que d’aventuriers dans les pubs lillois…

 

http://www.liberation.fr/planete/2018/03/19/trafic-d-armes-vers-gaza-un-francais-se-tire-une-balle-dans-le-pied_1637311

Pour une poignée de dollars

 

Trafic d’armes vers Gaza: un Français se tire une balle dans le pied

 

Le poste-frontière d’Erez, entre Israël et Gaza, le 1er novembre 2017. C’est à ce poste-frontière que Romain F. a été arrêté, le 19 février. Photo Thomas COEX. AFP

 

Romain F., jeune Lillois employé consulaire au consulat général de France à Jérusalem, a convoyé des armes entre Gaza et la Cisjordanie, pour des motifs qui semblent uniquement financiers. Pris sur le fait, il risque plusieurs années de prison.

  • Trafic d’armes vers Gaza: un Français se tire une balle dans le pied

Les objectifs de caméras à quelques centimètres de son visage, il s’assoit dans le box, le col de sa parka kaki pénitentiaire zippé au-dessus du crâne, lui donnant des airs de prisonnier sans tête. Il y a un peu plus d’un an, en janvier 2017, Romain F. se lançait dans «une nouvelle aventure», comme il l’écrivait alors sur Facebook : un job de volontaire international à l’étranger au consulat général de France à Jérusalem. Aujourd’hui, le Lillois de 24 ans est inculpé pour trafic d’armes entre la bande de Gaza et la Cisjordanie. Il risque plusieurs années de prison. Selon le Shabak (le service de sécurité intérieure israélien), employé comme chauffeur au consulat, il aurait ces trois derniers mois convoyé pas moins de 70 armes de poing et deux fusils d’assaut entre l’enclave côtière et les Territoires occupés, profitant de la relative exemption de fouilles conférée par son véhicule diplomatique. Déjà embarrassante en temps normal pour la diplomatie française, l’affaire injecte un avant-goût acide au déplacement en Israël du ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, prévu lundi prochain.

L’arrestation du jeune employé consulaire, sur laquelle les autorités israéliennes avaient imposé aux médias locaux un «gag order» (interdiction de publier) jusqu’à lundi, remonte au 19 février, au terminal frontalier d’Erez, entre Israël et la bande de Gaza, ce qui explique qu’il soit jugé à Beersheva, et détenu dans la prison de Shikma (Ashkelon), dans le sud du pays. Selon le Figaro, qui a révélé avec l’Obs l’affaire dimanche soir, Romain F. aurait reconnu le transport des armes, mais nie toute motivation politique ou collusion avec le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza et est considéré comme un groupe terroriste par l’Union européenne. Selon le dossier d’accusation, le Français aurait perçu la somme de 700 dollars (570 euros) à chacun des cinq convois qu’il aurait effectués. Pour le Shabak, le contractuel a «agi pour l’argent, de son propre chef et à l’insu de ses supérieurs».

Copieux communiqués

De fait, lors de la très brève audience de lundi, dédiée à la lecture de l’acte d’inculpation et la décision de son maintien en détention, aucune menace sécuritaire n’a été évoquée, les faits reprochés restant dans le domaine d’une «simple affaire criminelle», comme l’ont souligné les avocats des cinq autres suspects, tous Palestiniens. Parmi eux se trouve Mohamad S., 30 ans, lui aussi employé au consulat en tant qu’agent de sécurité et lié d’amitié avec le Français. Les autres mis en cause auraient écoulé les armes en Cisjordanie, ce qu’ils réfutent. En tout, neuf personnes ont été arrêtées en connexion avec l’enquête.

Mais, malgré les copieux communiqués des autorités israéliennes, ravies de pointer «l’exploitation cynique de l’immunité et des privilèges accordés aux représentants étrangers» par des groupes armés palestiniens, les détails de l’affaire restent nébuleux. Ainsi, les avocats des Palestiniens pointent l’absence de saisie d’armes, et un dossier bâti sur les déclarations du Français. Si son statut d’agent technique ne lui conférait pas l’immunité diplomatique, Romain F. aurait usé de la protection afférente aux fameuses «plaques blanches» des voitures consulaires, échappant aux fouilles méticuleuses auxquelles sont soumis tous les véhicules entrant et sortant de Gaza. Le général israélien Yoav Mordechai, à la tête du Cogat (en charge des questions civiles dans les Territoires), s’est déjà saisi du scandale pour réclamer le renforcement des procédures et de la délivrance des permis pour entrer dans l’enclave, affirmant que «les organisations terroristes de Gaza ne reculent devant aucun moyen, qu’il s’agisse d’aide médicale ou internationale, pour servir leurs intérêts».

Lingots d’or

Dans la petite salle d’audience du tribunal de Beersheva, les deux officiels français présents affichent la mine des mauvais jours. Déjà confronté en 2013 à deux scandales (une diplomate ayant frappé un soldat israélien et un chauffeur arrêté à la frontière jordanienne avec 150 kilos de lingots d’or), le consulat de Jérusalem, qui hérite déjà d’une mission diplomatique délicate en tant qu’ambassade officieuse auprès de l’Autorité palestinienne, apparaît à nouveau sous un jour peu flatteur. D’autant plus que selon le Shabak, Romain F. recevait les armes d’un Palestinien employé par l’Institut français à Gaza…

Lundi soir, l’ambassade de France à Tel-Aviv a assuré prendre l’affaire «très au sérieux», tout en promettant que «notre compatriote bénéficie pleinement de la protection consulaire». Cependant, le Quai d’Orsay ne semble disposer qu’au strict minimum pour Romain F., seul suspect lundi à se présenter avec un avocat commis d’office. Informé des faits par l’ambassadrice d’Israël à Paris il y a quelques semaines, Le Drian n’aurait pas perdu une seconde pour lever son immunité, au vu de la «gravité des faits». «Les autorités françaises semblent avoir décidé de le planter en rase campagne», commente lundi une source proche du dossier. Une enquête administrative sur place a par ailleurs été diligentée par le Quai d’Orsay. Le ministère des Affaires étrangères israélien jure que les «excellentes relations avec la France n’en seront pas affectées». Lundi, Romain F., mutique et hagard, ne donnait pas l’air d’avoir pris la mesure du maelström l’entourant désormais. L’audience fixant les modalités de son procès a été fixée au 28 mars. Il demeurera en prison d’ici là.

Guillaume Gendron Envoyé spécial à Beersheva (Israël)

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/proches-romain-laventinois-arrete-israel-choc-il-ete-manipule-1443131.html

Les proches de Romain, Laventinois arrêté en Israël, sous le choc : “Il a été manipulé”

 

Le jeune homme est soupçonné d'avoir fait passer des armes à Erez, le point de passage entre Israël et Gaza. / © AFP et Facebook

Le jeune homme est soupçonné d’avoir fait passer des armes à Erez, le point de passage entre Israël et Gaza. / © AFP et Facebook

 

Les proches de Romain Franck, le Laventinois arrêté en Israël et accusé d’avoir fait passer des armes en Palestine, sont sous le choc. Ils dressent le portrait d’un jeune homme travailleur et altruiste.

Par Jeanne Blanquart Publié le 19/03/2018 à 14:18 Mis à jour le 19/03/2018 à 14:23

Comment Romain Franck, jeune homme de 23 ans originaire de Laventie, s’est-il retrouvé emprisonné en Israël, soupçonné d’avoir fait passer des armes en Palestine ? Ce lundi matin, alors que l’affaire éclate et que le jeune homme doit être présenté à un juge de Beer-Sheva, dans le sud du pays, c’est l’incompréhension pour ses proches.

« C’est un ami d’enfance, je le connais depuis que je suis tout petit. Je n’arrive pas à y croire« , témoigne l’un de ses amis, la voix tremblante. Lui a appris la nouvelle en regardant la télévision, dimanche soir. Depuis, il a essayé d’appeler son ami plusieurs fois, sans succès. 

« Cette arrestation est improbable« , confirme Mike, un autre ami de Romain. « Je l’ai connu car il a travaillé dans mon cabaret, en tant que serveur. C’est quelqu’un de très travailleur, plein de bonne volonté. Quand il terminait son service ici, il enchaînait avec un autre travail, dans une boulangerie.« 

« Un bon gamin »

Originaire de Laventie, le jeune homme de 23 ans enchaîne les boulots dans la restauration et en tant que serveur dans des pubs de Lille. « A côté de tout ça il arrivait à être pompier volontaire« , précise Mike. « C’est un bon gamin. Il voulait devenir pompier pro. Il est parti en Israël dans l’idée de voyager un peu, de découvrir le pays et surtout de mettre un peu d’argent de côté pour revenir, s’acheter une maison et devenir pompier professionnel« , ajoute son autre ami.

Il y a un an, un ami de Romain Franck qui étudie les sciences politiques lui parle de ce poste de chauffeur pour le consulat français à Jérusalem. Il accepte. Aujourd’hui, il est accusé de s’être servi de ce statut pour faire sortir des dizaines d’armes de la Bande de Gaza vers la Cisjordanie. « Ça n’a aucun sens, il a été manipulé, c’est sûr« , suggère son ami. « Lui, sa famille, ce sont des gens honnêtes. Il n’a pas de casier judiciaire, c’est quelqu’un de bien. »

D’après nos confrères du Monde, la France ne va pas faire obstacle aux poursuite israëlienne mais, s’il était condamné, le jeune homme pourrait purger sa peine en France.

 

https://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/0301454809101-on-en-parle-a-jerusalem-une-ombre-sur-les-relations-entre-israel-et-la-france-2162371.php

On en parle à Jérusalem: une ombre sur les relations entre Israël et la France

 

Nathalie Hamou Le 19/03 à 17:37

image:

Un employé consulat général France Jérusalem, Romain Franck, cache visage lors d'une audience lundi 19 mars tribunal israélien, accusé d'avoir livré armes bande Gaza Cisjordanie bord d'un véhicule service consulaire.

Un employé du consulat général de France à Jérusalem, Romain Franck, qui cache son visage lors d’une audience lundi 19 mars devant un tribunal israélien, est accusé d’avoir livré des armes de la bande de Gaza à la Cisjordanie à bord d’un véhicule de service consulaire. – Sebastian Scheiner/AP/SIPA

 

Un employé du Consulat général à Jérusalem a été arrêté pour trafic d’armes depuis Gaza vers la Cisjordanie.

 

L’affaire n’est pas, en principe, de nature à altérer la relation diplomatique entre la France et Israël. En principe! Car l’incident fait désordre à une semaine de la venue en Israël du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian et à quelques mois de celle du  président Emmanuel Macron , vraisemblablement à l’automne.

Ce lundi 19 mars, les services des renseignements intérieurs israéliens ont annoncé l’arrestation d’au moins deux employés du  Consulat général de France à Jérusalem , qui tient lieu de représentation diplomatique auprès des autorités palestiniennes. Ils sont accusés de trafic d’armes depuis Gaza vers la Cisjordanie.

Le principal suspect, Romain Franck, 24 ans, employé comme chauffeur et qui a avoué les faits, a effectué « cinq transferts d’armes comprenant 70 pistolets et 2 fusils d’assaut par le passage d’Erez », situé à la lisière de la bande de Gaza, territoire contrôlé par le Hamas, considéré comme une organisation terroriste.

Profitant de l’exemption sécuritaire accordée au véhicule du personnel consulaire, il « a agi en contrepartie d’un gain financier, de sa propre initiative et à l’insu de ses supérieurs ». Romain Franck aurait en outre reçu les armes d’un Palestinien de Gaza, employé au centre culturel français de l’enclave.

Un précédent de 2013

Un haut responsable du  Shin Bet , a estimé qu’il s’agissait de « la plus grave exploitation des immunités et privilèges accordés aux missions étrangères en Israël » et a déploré que ces armes « soient susceptibles d’être utilisées pour commettre des attaques terroristes contre civils et forces de sécurités israéliens ».

L’incident est d’autant plus gênant qu’il n’est pas sans précédent. En 2013, déjà, le chef du garage du même consulat avait été arrêté au poste frontière d’Allenby, séparant Israël et la Jordanie, avec dans le coffre d’un véhicule muni de plaques diplomatiques un chargement de 152 kg d’or, des chèques pour une valeur de près de 2 millions de dollars, des centaines de téléphones cellulaires, ainsi que 500 kg de tabac. Mais à l’époque, les autorités israéliennes avaient préféré ne pas ébruiter l’affaire et l’avaient discrètement exfiltré vers la France.

L’ambassade de France à Tel-Aviv, qui n’a aucune autorité sur le Consulat qui ne rend des comptes qu’au Quai d’Orsay, s’est empressée de calmer le jeu. « Nous prenons cette affaire très au sérieux et sommes en lien étroit avec les autorités israéliennes », a indiqué un porte-parole.

Cette affaire intervient alors qu’Israël vient d’être frappé par deux attaques terroristes. L’une a été perpétuée, vendredi 16 mars, à la voiture bélier contre quatre jeunes soldats, dont deux ont trouvé la mort. Tandis qu’à Jérusalem, un trentenaire, père de quatre enfants, a été poignardé à mort, dimanche 18 mars.

Nathalie Hamou
Correspondante à Tel Aviv

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo