Le Média, proche de la France Insoumise, en crise perpétuelle depuis sa création : comme AC !

 

 

Je ne suis sûrement pas la seule à me régaler de ce second feuilleton de l’été 2018, en gestation depuis la création du Média qui dès ses premiers mois d’existence aura été secoué par quelques crises et polémiques tout à fait semblables à celles auxquelles les militants du réseau de collectifs AC ! (Agir ensemble contre le chômage, la précarité et les exclusions) des douze premières années de ce mouvement ont tous peu ou prou pris part, jusqu’à sa scission de l’automne 2005, officialisée au cours de l’été 2006 dans des conditions qui ressemblent étonnamment au conflit relaté dans les articles de presse ci-dessous.

Ayant déjà pas mal publié sur ce que j’ai vécu dans l’association AC ! Brest et ce mouvement AC ! entre 2004 et 2006, j’invite le lecteur intéressé à rechercher tous mes écrits à ce sujet.

La comparaison vaut le détour.

Cependant, rappelant avoir dû ainsi rétablir quelques vérités à la suite des campagnes de calomnies publiques particulièrement violentes dont j’ai été et suis toujours victime sur Internet depuis le mois de juin 2010, je ne la ferai pas moi-même.

 

https://www.20minutes.fr/justice/2319915-20180810-accusee-malversations-sophia-chikirou-compte-saisir-justice-prouver-bonne-gestion-media

Accusée de malversations, Sophia Chikirou compte saisir la justice pour prouver sa «bonne gestion» du «Média»

 

JUSTICE Sophia Chikirou, ex-directrice de la publication du Média, compte saisir la justice pour prouver sa bonne gestion financière du site d’information, alors que d’anciens collègues l’accusent de malversations…

A.O

Publié le 10/08/18 à 16h50 — Mis à jour le 10/08/18 à 16h50

Sophia Chikirou, confondatrice du Média, devant la rédaction le 26 février 2018.
Sophia Chikirou, confondatrice du Média, devant la rédaction le 26 février 2018. — LE MEDIA / CAPTURE D’ECRAN

 

Face aux accusations, la contre-attaque judiciaire. Sophia Chikirou, ancienne directrice de la publication du Média, qui a démissionné début juillet de son poste, n’a pas manqué de réagir face aux accusations de malversations portées par certains de ses anciens collègues du site d’information lancé par plusieurs sympathisants de La France insoumise (FI).

Comme l’a révélé Mediapart ce vendredi, l’ex-conseillère de Jean-Luc Mélenchon – qui occupe désormais le même poste pour la campagne européenne de La France insoumise – est accusée par des salariés du Média d’avoir facturé des « prestations sans réalité » alors qu’elle affirmait exercer sa fonction à titre bénévole.

Mediapart précise qu’elle est accusée d’avoir voulu se rémunérer – à hauteur de 130.000 euros  –, via sa société Mediascop (dont elle est l’unique actionnaire).

Sophia Chikirou veut « prouver [sa] bonne gestion »

En raison «de la gravité de ces accusations», «je vais devoir saisir le tribunal de grande instance et demander la désignation d’un administrateur judiciaire provisoire et un audit pour prouver ma bonne gestion», rétorique Sophia Chikirou, interrogé par Médiapart.

La rentrée du Média, prévue le 3 septembre, s’annonce en tout cas tendue alors que les conflits entre l’ancienne et la nouvelle direction sont visiblement encore loin d’être résolus.

 

https://www.20minutes.fr/arts-stars/medias/2320327-20180812-conflit-media-tout-fait-sophia-chikirou-gesticulations-assure-direction

Conflit au «Média»: «Tout ce que fait Sophia Chikirou, ce sont des gesticulations», assure la direction

 

POLEMIQUE L’ancienne présidente de la webtélé réclame un audit sur sa gestion du Média. La nouvelle direction contre-attaque et dénonce un « coup de com’ »…

Nils Wilcke

Publié le 12/08/18 à 17h30 — Mis à jour le 13/08/18 à 21h07

Sophia Chikirou, confondatrice du Média, devant la rédaction le 26 février 2018.
Sophia Chikirou, confondatrice du Média, devant la rédaction le 26 février 2018. — LE MEDIA / CAPTURE D’ECRAN

 

Rien ne va plus entre le Média et son ancienne dirigeante Sophia Chikirou. « Tout ce qu’elle fait là, ce sont des gesticulations », indique à 20 Minutes une source proche de la direction. L’ex-présidente de la webtélé qui se décrit comme « humaniste, progressiste, écologique, féministe » réclame un audit « indépendant et qualifié » sur sa gestion des comptes, en réponse aux accusations qui pèsent contre elle.

Mi-juillet, le départ de la communicante, proche de Jean-Luc Mélenchon, pour la plateforme de la France Insoumise en vue de préparer les Européennes, était annoncé de manière apaisée, du moins officiellement. En coulisses, elle aurait été poussée à la démission. Un mois plus tard, les dirigeants actuels du Média accusent l’ex-présidente d’avoir facturé des « prestations sans réalité » alors qu’elle affirmait exercer sa fonction à titre bénévole, ainsi que Médiapart l’a révélé.

« Elle court des risques judiciaires très importants »

Le site d’information précise qu’elle est accusée d’avoir voulu se rémunérer – à hauteur de 130.000 euros –, via sa société Mediascop (dont elle est l’unique actionnaire). Des prestations « réelles », selon Sophia Chikirou, qui a annoncé qu’elle allait réclamer le paiement d’une facture de plus de 60.000 euros. « D’autant plus qu’elle n’est pas contestée ! », assure-t-elle ce dimanche au JDD.

Une version remise en cause côté Média : « Aucun de ses associés n’a connaisance d’une convention écrite entre Le Média et Médiascop. Elle court des risques judiciaires très importants, notamment au pénal », affirme à 20 Minutes une source proche de la direction.

« Elle s’est signée la facture à elle-même »

L’ancienne présidente du Média a également annoncé son intention de porter l’affaire en justice. « C’est de la com’. Sur quelle base pourrait-elle nous attaquer ? Non-paiement d’honoraires ? Mais nous n’avons même pas eu le détail de la deuxième facture (celle qui a été refusée par la banque, d’environ 67.000 euros). Elle se l’est signée à elle-même », assure à 20 Minutes cette même source.

Samedi, Aude Lancelin, nommée présidente de l’entreprise de presse du Média, a assuré sur Twitter qu’elle ne s’opposait pas à l’audit demandé par Sophia Chikirou.

>> A lire aussi : Accusée de malversations, Sophia Chikirou compte saisir la justice pour prouver sa «bonne gestion» du «Média»

>> A lire aussi : Audiences, déficit… Le Média dans le rouge

>> A lire aussi : Sophia Chikirou recadrée sans ménagement par le «Canard Enchaîné» sur Twitter

 

https://www.nouvelobs.com/medias/20180813.OBS0830/menace-de-plainte-cles-perdues-entre-sophia-chikirou-et-le-media-la-situation-s-envenime.html

Menace de plainte, clés « perdues »… entre Sophia Chikirou et le Média, la situation s’envenime

 

Menace de plainte, clés "perdues"... entre Sophia Chikirou et le Média, la situation s'envenime
Sophia Chikirou souligne « l’étanchéité totale », note Mediapart, entre son rôle à la tête de la société de production et celui de patronne de Mediascop. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

 

Sophia Chikirou est accusée par ses anciens collègues d’avoir voulu facturer des prestations sans réalité.

 

Par L’Obs

Publié le 13 août 2018 à 18h00

Eté tumultueux pour la « télé-Mélenchon », comme certains la surnomment. Sophia Chikirou en a quitté la présidence bénévole dans une ambiance très lourde, accusée de management brutal et de mauvaise gestion. Certains de ses collègues l’accusent désormais d’avoir facturé des « prestations sans réalité », via sa société Mediascop, pour se rémunérer.  »De la calomnie pure qui ne vise qu’à nuire à ma réputation de chef d’entreprise », réplique Sophia Chikirou auprès de « l’Obs », menaçant de saisir la justice pour obtenir « un audit indépendant ». « Les voies de droit adéquates sont à l’étude », confirme au « Parisien » son avocat, Me David Marais.

 

C’est Mediapart qui a révélé l’affaire vendredi, en s’appuyant sur un document interne : « Sophia Chikirou a demandé au Crédit du Nord de faire trois virements : les deux premiers à deux des six autoentrepreneurs ayant travaillé pour le Média, le troisième à sa propre société, Mediascop, d’un montant de 67.146 euros », explique le site d’information.  « La demande de virement a été bloquée par la banque. Deux jours plus tôt, indique le document, un chèque de 64.119,61 euros, libellé également à l’ordre de Mediascop avait été débité du compte. Plus de 130.000 euros en 48 heures. »

Dont des  »prestations de direction conseil et stratégique », facturées 400 euros la journée, entre janvier et juillet 2018.

« En résumé : via sa société Mediascop, dont elle est l’unique actionnaire, la consultante Sophia Chikirou donnait des conseils à la présidente Sophia Chikirou. » « Elle facture des prestations sans réalité », assure un salarié de la société de production (SDPLM) qui gère tous les aspects techniques du Média.

De son côté, Sophia Chikirou défend la régularité des factures et a annoncé son intention de saisir la justice face à ces accusations de malversations. Face à « la gravité de ces accusations », la communicante de La France insoumise affirme qu’elle va « saisir le tribunal de grande instance et demander la désignation d’un administrateur judiciaire provisoire et un audit pour prouver [s]a bonne gestion ».

Elle affirme que le co-fondateur du Média, Gérard Miller, lui aurait refusé un audit externe des comptes, ce que dément la nouvelle présidente de l’entreprise de presse du Média, Aude Lancelin, ex-numéro deux de « l’Obs » :

 

Bureau fermé à clé

« Au Média, qui se veut le miroir des luttes sociales, la rentrée sera chaude », ironise « le Monde ». Le quotidien rapporte que les salariés du Média expliquent ne même pas avoir accès aux documents sur les prestations facturées par Sophia Chikirou. Ils seraient dans son ancien bureau, « fermé à clé ». Les clés, elles, ont été « perdues », par Sophia Chikirou. Mais l’intéressée assure au contraire que « tout le monde au Média était informé de ces prestations, surtout les fondateurs puisque les trois sociétés des fondateurs fournissaient des prestations de communication et audiovisuelles pour lesquelles le Média n’avait pas les compétences en interne ». Ce que la nouvelle direction conteste.

Aude Lancelin va plus loin. Elle estime en effet que « Sophia ne veut pas que le Média survive à son départ. « Chercher à effectuer ces deux virements à quarante-huit heures d’intervalle, sans en avertir personne, c’est vouloir asphyxier financièrement un média fragile », juge-t-elle.

« Si la banque n’avait pas bloqué le virement, nous aurions été en grande difficulté financière et les salaires n’auraient vraisemblablement pas pu être versés cet été. » 

 

Gérard Miller, qui juge avoir « beaucoup donné pendant la saison 1 du Média », ne veut plus s’exprimer, indique encore « le Monde », soulignant qu’il a également quitté la présidence de l’association.

Avant de partir avec pertes et fracas, Sophia Chikirou avait, elle, trouvé son point de chute : un retour dans l’entourage politique de Jean-Luc Mélenchon, pour préparer la prochaine campagne des européennes. Sa prochaine mission commencera fin août à Marseille lors des amphis d’été de La France insoumise, où elle a convié les représentants de partis européens alliés.

C. C.

L'Obs

L’Obs

 

http://www.liberation.fr/france/2018/08/21/le-media-sophia-chikirou-sommee-de-payer-la-fracture_1673770

Le Média : Sophia Chikirou sommée de payer la fracture

 

Par Jérôme Lefilliâtre — 21 août 2018 à 19:21 (mis à jour à 19:27)
Sophia Chikirou, en janvier 2017 à Paris. Photo Geoffroy van der Hasselt. AFP

Selon nos informations, l’ex-directrice de campagne de Mélenchon, qui vient de quitter avec fracas l’entreprise de presse, a été «mise en demeure» par les deux autres cofondateurs de la web-télé. Ils l’accusent d’abus de biens sociaux.

  • Crise au Média : Miller et Poulain menacent de porter plainte contre Chikirou

La meilleure saga de l’été ne se déroule pas sur les écrans de TF1, mais dans les couloirs du Média. Proche de La France insoumise, la web-télé lancée au début de l’année, avec de grandes ambitions journalistiques, a profité des vacances pour se déchirer à la vue de tous, sur les réseaux sociaux et dans les journaux. Alors que la reprise de la diffusion est prévue le 17 septembre et que la rédaction a fait sa rentrée lundi dans ses locaux de Montreuil (Seine-Saint-Denis), la tension n’est pas retombée entre les trois cofondateurs : d’un côté, Sophia Chikirou, l’ex-directrice de la communication de Jean-Luc Mélenchon, qui a quitté la structure à grand fracas avec plusieurs proches ; de l’autre, le psychanalyste Gérard Miller (qui n’a pas souhaité répondre) et le producteur Henri Poulain, qui tentent tant bien que mal de sauver la baraque. La crise a atteint un point ­culminant depuis que ces deux derniers ont, selon nos informations, adressé le 14 août, au nom du ­Média, une «mise en demeure» à leur ancienne associée.

Déclaration de guerre et moyen de pression, le courrier exige que Sophia Chikirou rembourse un paiement effectué le 25 juillet par le ­Média, via la société de production qui lui est liée. D’un montant de 64 000 euros, il a bénéficié à Mediascop, la société personnelle de la communicante. La mise en demeure demande également que Chikirou renonce au règlement, non effectué, d’une autre facture, cette fois d’un montant de 67 000 euros, émise le 27 juillet. Surtout, la missive est assortie d’une menace qui révèle l’état de la relation entre les cofondateurs : si Chikirou, redevenue une dirigeante active de la France insoumise en vue des élections européennes de 2019, ne donne pas suite à ces ­requêtes d’ici le 31 août, Miller et Poulain envisagent de déposer une plainte contre elle pour «abus de biens sociaux».

Contactée par Libération, Sophia Chikirou parle de «manœuvre grossière». «Cette lettre consiste à nier l’intervention de Mediascop entre septembre 2017 et juillet 2018. Toutes les pièces prouvant la mauvaise foi et l’hypocrisie de Miller et Poulain sont entre les mains de mon avocat. Elles démontrent que, dès octobre 2017, un prévisionnel réalisé par Anaïs Feuillette [compagne de Miller, ndlr] prévoit une dette de 80 000 euros envers Mediascop.»

Guerre de com

Révélée par Mediapart, l’embrouille a éclaté fin juillet, après que Chikirou, alors toujours présidente de la société de production du Média, a validé les deux paiements en question, au profit de son entreprise personnelle. L’un des deux a été réglé par chèque ; l’autre, sous forme de virement, a été bloqué par la banque. Ils étaient censés rémunérer des prestations de production, de communication et de direction, dont certaines assurées par Chikirou elle-même. C’est peu dire que la nouvelle, dans un contexte de fragilité financière pour le jeune Média, est mal passée. Chikirou étant à l’émission et à la réception des factures, le conflit d’intérêts semble patent et motive le soupçon d’abus de bien social aux yeux de Miller et Poulain. Ces derniers s’interrogent sur la réalité de certains services facturés.

Ils reprochent à leur ancienne partenaire, qui clamait selon eux travailler bénévolement, d’avoir été mis devant le fait accompli. Faux, rétorque Chikirou : «Tout le monde au Média était informé de ces prestations». Et de faire valoir que la société de production personnelle d’Henri Poulain, StoryCircus, a elle-même bénéficié de contrats avec le Média pour plus de 140 000 euros. «C’est du délire complet», réagit auprès de Libération l’intéressé, qui explique avoir facturé pour 84 000 euros (un chiffre détaillé sur le site Arrêt sur images) et avoir fait valider le tout par Chikirou. «Poulain parle en hors taxe dès qu’il s’agit des factures de StoryCircus mais en TTC pour celles de Mediascop», réagit cette dernière. «Nous publierons dans quelques jours des copies des livres de comptes», réplique Poulain. Guerre de com…

Dans le camp Chikirou, on goûte peu que le travail fourni soit ­contesté : «Regardez ce qu’elle a fait en six mois, dit Alexis Poulin, ­chroniqueur au Média. Elle a levé plus de deux millions d’euros, recruté 19 000 socios, diffusé un journal télévisé quotidien, lancé un magazine papier… Elle a fait un super boulot de chef d’entreprise.» Et le contributeur occasionnel d’ajouter, façon kamikaze : «On est en train de se faire avoir par une équipe de branques, qui n’a aucune stratégie, aucun plan. Leur seul discours, c’est : Sophia a fait de la merde, à nous de faire désormais.» Dans le ­viseur, la journaliste Aude Lancelin, qui a pris la tête de la rédaction, soutenue par Miller et Poulain. «Elle a fédéré une partie de la rédaction avec une partie des cofondateurs, qui se sont sentis dépossédés de leur influence sur le Média, contre Sophia, peste un journaliste proche de Chikirou, sous couvert d’anonymat. Aude Lancelin est un monument de suffisance, qui a toujours pensé être au-dessus de nous tous.» Des accusations balayées par l’intéressée, qui assure n’avoir jamais voulu une fonction dirigeante avant la crise. Si l’ambiance est aussi pourrie, c’est parce que le conflit n’est pas seulement d’argent, mais aussi d’ego, d’idées, d’ambitions. D’un camp à l’autre, les invectives fusent comme rarement.

Temps court

Chez les anti-Chikirou, on ne cesse de renvoyer au management de la communicante, qui s’est retirée après avoir été violemment critiquée par une partie de l’équipe lors d’un séminaire brûlant début juillet. «C’est la solitude de Sophia qui nous a séparés, balance Henri Poulain. Elle ne sait pas partager le pouvoir. Elle a une manière d’être au quotidien presque néolibérale, presque macroniste. Elle ne ­comprend pas qu’un journaliste puisse avoir besoin de trois jours pour écrire un article, elle a un goût démesuré pour le temps court et elle part du postulat qu’elle aurait fait mieux. Elle est capable de sacrifier les gens et le réel pour sa cause. Et sa seule cause, c’est Sophia Chikirou.» Aude Lancelin abonde : «Au fil du temps, il y a eu des cris, des pleurs, des portes qui claquent. Sophia est impulsive et vient du monde du militantisme, où compte l’allégeance. Avec les journalistes ça passait mal.»

«A la fin, c’était vraiment horrible, embraye la reporter Virginie Cresci. Elle nous hurlait dessus, nous montait les uns contre les autres. Cela fonctionnait comme dans un parti politique… Et on faisait un journal télévisé sans moyens, médiocre. On le savait tous, personne n’était ­content.» Long format imposé par l’ex-patronne du Média, le «JT» quotidien, qui s’apparentait plus à de la radio filmée et consumait les énergies, a rapidement montré ses limites, faute de temps pour réaliser les sujets le remplissant. Il a vite été décrédibilisé par l’énonciation en avril d’une fausse nouvelle concernant un blessé grave à Tolbiac. Même les partisans de Chikirou en conviennent, à l’image d’Alexis Poulin : «Il faut revoir le format.» Mais c’est une erreur pour eux de le supprimer, comme Aude Lancelin l’a rapidement décidé. «Le JT est notre promesse éditoriale de base aux socios : une autre hiérarchie de l’information tous les soirs», s’inquiète un journaliste proche de Chikirou. Pour lui, l’arrivée de Lancelin aux commandes signe la prise de pouvoir «des ultragauchistes tendance Julien Coupat, attirés par le communautarisme». Sophia Chikirou déplore que certains membres de la rédaction émettent des revendications identitaires : «Lors du séminaire, certains « racisés », comme ils se définissent eux-mêmes, ont porté des accusations de racisme contre les républicains, dont je suis.» Pour avoir tenu un discours semblable dans la presse, le journaliste Serge Faubert a écopé d’un avertissement disciplinaire lundi. «Tout cela est un rideau de fumée, s’agace Henri Poulain. Sophia dresse un storytelling pour faire croire que la crise est politique.» Sur ce sujet, pas facile d’y voir clair…

Il est cependant une certitude : quelques mois après un lancement non dénué d’arrogance, l’effet d’image pour le Média est terrible. La nouvelle direction croit néanmoins à des lendemains qui chantent. Aude Lancelin promet pour le 17 septembre de l’actualité quotidienne, mais aussi de l’investigation, de la critique des médias, de nouvelles émissions, avec des titularisations et «trois ou quatre recrutements» dans la rédaction. «Cette crise est l’occasion de repartir sur des bases saines», dit-elle, donnant rendez-vous dans six mois : «S’il n’y a pas d’amélioration, je remettrai mon mandat en jeu.» Quant à Henri Poulain, il estime que «le Média va bénéficier du départ de Sophia Chikirou. Un bouchon de suspicion disparaît». Comprendre que l’ombre de La France insoumise s’éloigne avec elle, redonnant à la web-télé des gages de crédibilité journalistique. Il n’y a plus qu’à espérer, pour l’avenir économique du Média et ses salariés, que la communicante n’emmène pas trop de socios dans son sillage…

A lire aussi : Crise au Média : mise au point de Gérard Miller et Henri Poulain

Jérôme Lefilliâtre

 

https://www.nouvelobs.com/politique/20180822.OBS1158/la-crise-au-media-sujet-tabou-chez-les-insoumis.html

La crise au Média, sujet tabou chez les Insoumis

 

La crise au Média, sujet tabou chez les Insoumis
Jean-Luc Mélenchon et Sophia Chikirou, à Paris, le 22 avril 2012. (CHARLES PLATIAU / POOL / AFP)

 

Alors que les cofondateurs de la web-télé se déchirent, Jean-Luc Mélenchon et les cadres de La France insoumise restent silencieux.

 

 

« J’ai suivi ça de loin », « désolé j’étais en vacances », « on dirait un sac de nœuds »… Depuis mi-juillet, Le Media, cette web-télé proche de La France insoumise, voit ses cofondateurs s’étriller dans la presse et sur les réseaux sociaux. Mais au sein du mouvement de la gauche radicale, qui tient ce week-end son université d’été à Marseille, on semble avoir complètement loupé le feuilleton de l’été. « Pas de commentaires », répond Eric Coquerel.

« Le Média, ce n’est pas La France insoumise », tranche Alexis Corbière.Et pourtant… Il y a tout pile un an, c’est précisément à Marseille, où La France insoumise tenait déjà son grand raout de rentrée, que le lancement du Média avait été annoncé. C’était lors d’une conférence intitulée « Faut-il dégager les médias ? » A la tribune d’un amphithéâtre bondé, Sophia Chikirou, l’ex-directrice de communication de Jean-Luc Mélenchon, était alors assise à côté d’Aude Lancelin, ex-journaliste à « l’Obs ». Le ton était moqueur, les deux femmes riaient de bon cœur et dénonçaient ensemble le « système médiatique ».

Un an plus tard, voilà qu’elles, et leur entourage respectif, s’accablent de tous les maux par médias interposés et tweets vengeurs. Accusée d’avoir fait régner la terreur dans les locaux de Montreuil, Sophia Chikirou a été poussée à démissionner de la présidence du Média mi-juillet. Aude Lancelin l’a remplacée à la tête de l’entreprise de presse. Depuis, la guerre est déclarée entre, d’un côté, la communicante et ses proches et, de l’autre, la nouvelle boss et les cofondateurs Henri Poulain et Gérard Miller. Le 10 août, Mediapart a révélé que Sophia Chikirou a reçu via sa société Mediascop le paiement d’une facture de 64.000 euros. Le 14 août, elle reçoit un courrier du Media exigeant le remboursement de cette somme avant le 31 août sous peine de dépôt de plainte pour « abus de bien social ». Ce que l’intéressée n’a pas du tout l’intention de faire. Les coups pleuvent. Des deux côtés, on menace de porter l’embrouille devant la justice.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux socios, (les contributeurs citoyens du Média), n’en croient pas leurs yeux devant pareil spectacle. Certains annoncent d’ores et déjà qu’ils ne remettront pas un euro dans le projet. D’autres réclament des comptes. Et parmi eux, figurent de nombreux électeurs de Jean-Luc Mélenchon à la dernière présidentielle.

Le leader « insoumis » va-t-il s’exprimer sur le sujet ? En janvier dernier, après que le Média a diffusé ses premiers journaux télévisés, le député de Marseille avait mis la main à la pâte en invitant ses troupes à soutenir financièrement l’aventure dans une de ses revues de la semaine. « C’est une expérience. Ils tentent quelque chose. Il faut les aider les gars, faut pas tourner autour du pot, faut pas rester les bras croisés. Par exemple, on peut donner des sous », exhortait-il face caméra. Six mois plus tard, peut-il à son tour rester « les bras croisés » ? Entre Sophia Chikirou, sa proche conseillère à qui il vient de confier pour mission de préparer la campagne des européennes, et la nouvelle équipe dirigeante du Média – rappelons que Gérard Miller est son ami – JLM va-t-il jouer les arbitres ? Ou choisir de rester silencieux ?

Dans tous les cas, l’affaire a déjà donné des arguments à la majorité macroniste. « Ils voulaient gouverner le pays, ils ne sont même pas capables de gérer une web-tv », a ainsi tweeté le député LREM Gabriel Attal.

A Marseille, où les Insoumis font leur rentrée, le Media n’a envoyé personne. La web-télé a préféré dépêcher une journaliste à Grenoble, où se tient, depuis mercredi, l’Université d’été rebelle et solidaire des mouvements sociaux et citoyens. Le signe d’un début d’émancipation de la tutelle insoumise ? Sophia Chikirou sera, elle, bien présente dans la cité phocéenne. Dans les allées du parc Chanot, derrière les discours anti-Macron, la crise au Média ne fera l’objet d’aucune table ronde, mais sera présente dans tous les esprits.

 

https://www.nouvelobs.com/politique/telephone-rouge/20180828.OBS1443/crise-au-media-un-e-mail-de-sophia-chikirou-jette-le-trouble.html

Crise au Média : un e-mail de Sophia Chikirou jette le trouble

 

Crise au Média : un e-mail de Sophia Chikirou jette le trouble
Sophia Chikirou en janvier 2017. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

 

L’ex-patronne de la webtélé a-t-elle prévenu ses anciens associés qu’elle comptait facturer près de 130.000 euros pour sa société Mediascop ?

 

Par Rémy Dodet

Publié le 29 août 2018 à 07h12

 

C’est le sujet qui fâche entre Sophia Chikirou et ses anciens associés du Média, le psychanalyste Gérard Miller et le réalisateur Henri Poulain. L’ex-patronne de la webtélé proche de La France insoumise les a-t-elle prévenus qu’elle comptait facturer près de 130.000 euros pour sa société Mediascop ?

 

Dans un e-mail daté du 28 mars dernier adressé à Miller et Poulain, que nous avons pu consulter, Sophia Chikirou a bien évoqué l’idée d’une « convention entre Le Média et Story Circus [la société de Henri Poulain, NDLR] d’une part, Le Média et Mediascop d’autre part ». Un document censé encadrer les factures portant sur de la location de matériel et des prestations de conseil.

« Si tout le monde est d’accord, je fais rédiger les conventions pour la semaine pro », écrit alors la présidente à ses camarades.

 

« Ça n’a pas été suivi d’effet »

Contacté par « l’Obs », l’un d’eux ne conteste pas l’e-mail mais s’indigne : « Ça n’a pas été suivi d’effet. Elle essaie de faire croire qu’on a validé les factures alors que nous avons découvert leur libellé et leur montant en juillet. » Réponse de la conseillère de Jean-Luc Mélenchon : « Nous avions un rendez-vous pour discuter oralement de tout ça. A cette occasion, j’ai présenté la convention entre ‘Le Média’ et Mediascop, et il n’y a eu aucune objection. »

Le 14 août, Sophia Chikirou a reçu un courrier émanant de la nouvelle direction du Média, lui réclamant le remboursement des 64.000 euros déjà encaissés par sa société Mediascop, faute de quoi la justice serait saisie.

Rémy Dodet

L'Obs

Rémy Dodet

 

https://www.francetvinfo.fr/politique/la-france-insoumise/le-media-porte-plainte-apres-une-intervention-malveillante-et-la-disparition-d-une-partie-de-ses-contenus-videos_2919135.html

Le Média porte plainte après une « intervention malveillante » et la disparition d’une partie de ses contenus vidéo

 

Plus de soixante vidéos se sont volatilisées des serveurs de la webtélé proche de La France insoumise.

Capture d\'écran d\'une vidéo du Média, publiée sur YouTube le 15 janvier 2018.

Capture d’écran d’une vidéo du Média, publiée sur YouTube le 15 janvier 2018. (LE MEDIA / YOUTUBE)

Le Média secoué par un nouveau conflit interne. Aude Lancelin, la directrice de la webtélé proche de La France insoumise, rapporte sur Twitter, vendredi 31 août, que soixante contenus vidéo ont été supprimés de la chaîne YouTube du Média. Une « intervention malveillante » qui va faire l’objet d’une plainte, annonce-t-elle dans un communiqué. « Le Média est en train d’évaluer l’étendue des dommages et essaye bien évidemment de trouver une solution pour que ses programmes ainsi supprimés puissent être rendus au public », poursuit le texte.

« D’anciens membres partis à La France insoumise, administrateurs de notre page Facebook, ne veulent pas nous rendre l’accès », assure une journaliste à franceinfo. « Ils ont supprimé un certain nombre de vidéos sur le compte YouTube – des entretiens d’Aude Lancelin, de Gérard Miller, des best of », poursuit-elle.

Le Média traverse une crise, en raison notamment du départ de sa directrice de publication Sophia Chikirou, accusée par ses anciens collègues de mauvaise gestion financière.

 



Beau temps à Berlin ?

 

Pages vues récemment

Entire Log (3 weeks)
Date Heure Système Location / Language Host Name/Web Page/Referrer
29 Aug 15:20:32 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
Beau temps à Berlin ? dans Folie de Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.53)  

(Pas de lien référant)
28 Aug 17:03:17 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
de dans Insolent - Insolite Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.53)  

(Pas de lien référant)
28 Aug 17:00:59 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
de dans NEMROD34 Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.53)  

(Pas de lien référant)
27 Aug 16:27:38 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
de Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.53)  

(Pas de lien référant)
27 Aug 13:13:19 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
de Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.53)  

(Pas de lien référant)
27 Aug 13:12:31 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
de Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.53)  

(Pas de lien référant)
27 Aug 10:44:52 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
de Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.53)  

(Pas de lien référant)
26 Aug 09:16:31 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
de Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.53)  

(Pas de lien référant)
25 Aug 15:14:07 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
fr Lieuran-lès-béziers,
Languedoc-Roussillon,
France / fr-fr
Free Sas (78.220.74.62)  

(Pas de lien référant)
24 Aug 11:54:00 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
mx Mexico,
Distrito Federal,
Mexico / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (31.187.93.65)  

(Pas de lien référant)
22 Aug 17:15:54 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
nl Roosendaal,
Noord-Brabant,
Netherlands / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.151)  

(Pas de lien référant)
22 Aug 10:49:38 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
nl Roosendaal,
Noord-Brabant,
Netherlands / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.151)  

(Pas de lien référant)
21 Aug 09:47:58 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
it Rome,
Lazio,
Italy / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (31.187.93.155)  

(Pas de lien référant)
20 Aug 13:55:20 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
es Madrid,
Spain / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.162.25)  

(Pas de lien référant)
19 Aug 10:27:26 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
es Madrid,
Spain / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.162.25)  

(Pas de lien référant)
18 Aug 09:38:11 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
es Madrid,
Spain / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.162.25)  

(Pas de lien référant)
17 Aug 18:00:14 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
es Madrid,
Spain / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.162.25)  

17 Aug 17:59:44 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
es Madrid,
Spain / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.162.25)  

(Pas de lien référant)
16 Aug 17:21:14 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
cn Pekin,
Beijing,
China / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.121)  

16 Aug 17:20:49 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
cn Pekin,
Beijing,
China / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.121)  

16 Aug 17:14:28 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
cn Pekin,
Beijing,
China / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.121)  

(Pas de lien référant)
16 Aug 17:00:59 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
cn Pekin,
Beijing,
China / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.163.121)  

(Pas de lien référant)
14 Aug 13:25:05 Chrome 68.0
Win7
1920×1080
bs Bahamas / fr-fr Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.80)