Pourquoi Jean-Luc Mélenchon est-il lâché par Mediapart

 

 

Les journalistes de Mediapart justifient leurs révélations concernant la vie privée de Jean-Luc Mélenchon en exposant des arguments tout à fait rationnels, comme par exemple dans cette interview de l’un d’eux hier soir.

Il convient toutefois de relever que le média qui a fait ces révélations, contrairement à Francinfo qui a aussi rendu publics les résultats d’une enquête assez dérangeante pour Jean-Luc Mélenchon, ne relève pas du service public et ne peut donc subir les mêmes critiques ou accusations que celles formulées par l’intéressé contre la radio d’Etat.

Pire encore : ce média ne se classe pas parmi les opposants politiques les plus virulents de Jean-Luc Mélenchon, il est de la même famille de « gauche », voire extrême-gauchiste.

Edwy Plenel, que Jean-Luc Mélenchon accuse directement, vient de la Ligue Communiste Révolutionnaire où il a fréquenté la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et ses plus proches amis politiques.

Dès les débuts de ses campagnes de calomnies publiques extrêmement violentes à mon encontre, en 2010, cette dernière se vantait d’ailleurs sur les blogs de son complice Pascal Edouard Cyprien Luraghi de pouvoir obtenir tout ce qu’elle voulait de son vieil ami Edwy Plenel. On notera ici que Mediapart n’a cependant jamais rien publié de tous leurs délires publics et inventions calomnieuses me concernant. Pourquoi ? Eh bien précisément car tout est faux, mensonger, calomnieux, outre que l’intimité de ma vie privée est bien violée sans aucune autre raison que les appels au meurtre, tentatives d’assassinat ou assassinats auxquels s’associent toutes les infractions pénales évidentes dont j’ai été et suis toujours victime.

Jean-Luc Mélenchon, lui, n’a jamais été de la LCR ou du NPA, mais de divers partis concurrents, à commencer par l’OCI :

À l’issue des évènements de mai-juin 1968 à Besançon, la Ligue communiste et le Parti socialiste unifié (PSU), majoritaires dans l’AGEB-UNEF, appuient une prise en main du syndicat par les partisans de sa mutation en « mouvement politique de masse ». En s’y opposant, Jean-Luc Mélenchon rejoint l’Organisation communiste internationaliste (OCI), courant trotskiste d’obédience lambertiste, qui tente de contrer cette politiqueAA 1. (Wikipédia)

Il s’associe régulièrement à la LCR ou au NPA, comme par exemple en 2005 pour la campagne en faveur du « non » au traité établissant une constitution pour l’Europe, et inversement les troupes de ce parti se retrouvent régulièrement avec les siennes sous sa bannière à défaut d’autres candidats.

Il est donc de prime abord assez surprenant que ce soit Mediapart qui l’ait lâché sur le point le plus sensible des révélations qui se succèdent à son sujet depuis les perquisitions de mardi.

Comment expliquer ce largage soudain en rase campagne ?

Peut-être est-il utile de rappeler que ces derniers temps Jean-Luc Mélenchon a très fortement contrarié la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest.

Comment ?

Mais tout simplement en reprenant certains de mes propos publics, comme je l’avais fait remarquer dans cet article du 4 septembre dernier :

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/09/04/wouah-jarrive-a-reconcilier-medef-et-france-insoumise/

Depuis des lustres, la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest me fait passer pour une débile mentale folle à lier, un « cas lourd psychiatrique », comme dit son complice Pascal Edouard Cyprien Luraghi lorsqu’il publie tout ce qu’elle lui dicte à mon sujet, et elle a toujours très violemment attaqué tous ceux qui la contredisaient à ce sujet, ce que fait naturellement celui qui reprend à son compte comme suffisamment intelligents pour se les attribuer certains de mes propos.

De très nombreuses personnes ont déjà fait les frais de sa folie furieuse me concernant depuis qu’elle s’exprime : mes proches, mes médecins, mes anciens employeurs, clients ou collègues, hors les patrons voyous qui m’ont jadis harcelée et qui n’étaient autres que ses complices, un très grand nombre de mes anciens camarades d’AC ! en 2005, et même, fort probablement, Denis Robert pour la surprenante condamnation de 2008 qui l’avait convaincu de ne plus dire un mot sur Clearstream :

https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-medias/20080611.RUE4551/denis-robert-jette-l-eponge-clearstream-dit-sa-surprise.html

En effet, il avait alors été condamné pour une interview de 2006 au cours de laquelle il avait utilisé une image que je lui avais donnée peu de temps auparavant lors d’une conversation téléphonique qui naturellement avait été enregistrée et particulièrement remarquée par les amis techniciens de Josette Brenterch qui écoutent illégalement toutes mes conversations téléphoniques depuis près de trois décennies.

Or, Josette Brenterch n’a jamais manqué de complices dans la magistrature, notamment à Brest, comme l’ont bien compris les innombrables témoins de toutes ses exactions publiques à mon encontre depuis 2010.

D’où, très probablement, la lourdeur particulière de cette condamnation prononcée contre Denis Robert à Bordeaux en 2008.

Aussi, il est tout à fait envisageable que Jean-Luc Mélenchon paie actuellement ce que cette criminelle réellement folle n’aura pu ressentir début septembre que comme une trahison impardonnable.

 

 

http://www.europe1.fr/medias-tele/jean-luc-melenchon-sest-laisse-emporte-par-la-surprise-estime-le-journaliste-de-mediapart-stephane-allies-3783407

« Jean-Luc Mélenchon s’est laissé emporter par la surprise », estime le journaliste de Mediapart Stéphane Alliès

 

19h33, le 20 octobre 2018, modifié à 13h12, le 21 octobre 2018

 

Journaliste à Mediapart et co-auteur en 2012 d’une biographie sur Jean-Luc Mélenchon, Stéphane Alliès a évoqué samedi au micro d’Europe 1 la personnalité du député de La France Insoumise.

 

INTERVIEW

Coup de sang irrépressible ou calcul politique ? Mardi matin, c’est dans une ambiance très tendue que le domicile de Jean-Luc Mélenchon et le siège de La France Insoumise ont été perquisitionnés, dans le cadre de deux enquêtes préliminaires. Des perquisitions qui ont donné lieu à des accrochages avec la police et des magistrats, filmés par une télévision, mais également par Jean-Luc Mélenchon lui-même, et postés sur son compte Facebook. Après ces incidents, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « menaces » et « violences » sur les enquêteurs.

Le « parler dru et cru » du député LFI. Pour Stéphane Alliès, journaliste à Mediapart et co-auteur, avec Lilian Alemagna, d’une biographie en 2012 sur Jean-Luc Mélenchon, Mélenchon, à la conquête du peuple (éd. Robert Laffont), la réaction du député LFI se situe à la fois entre le calcul politique et la réaction spontanée. « Il fait à la fois montre d’un grand savoir faire planificateur, il pense toujours ses stratégies en étapes, mais en même temps, il se laisse parfois emporter par son hybris (sentiment de passion et de démesure, ndlr) et qui fait parfois déraper ses éventuels plans », explique le journaliste. « Je ne pense pas qu’il avait planifié du tout une telle stratégie face à la justice, et qu’il s’est laissé emporter par l’événement, par la surprise […] Peut-être qu’il y avait une certaine panique à voir la justice s’intéresser de trop près à des comptes de campagne dont on ne sait pas encore tout », complète-t-il.

Stéphane Alliès évoque également un parler « dru et cru », de la part de l’Insoumis. « C’est ce qu’il dit et c’est sa manière de fonctionner : il faut avoir un certain comportement de matamore pour se faire entendre, pour être invité dans les médias », explique le journaliste qui ajoute que hors plateaux de télé, radio et autres interviews, Jean-Luc Mélenchon est quelqu’un de « très agréable ». « Il pratiquement rarement le « off » et parle très sincèrement de sa stratégie politique », estime Stéphane Alliès.

Jean-Luc Mélenchon-Sophia Chikirou : « l’intérêt général prime sur la vie privée ». Fallait-il néanmoins sortir l’information qui fait état de la nature de la relation entre Sophia Chikirou (responsable de la communication du candidat pour la présidentielle et propriétaire de la société Mediascop, ndlr) et Jean-Luc Mélenchon ? « Beaucoup disent que c’est un secret de polichinelle. Moi personnellement, je n’avais aucune certitude sur tout ça », reconnaît Stéphane Alliès. « C’est vrai qu’on l’a entendu, de longue date, (à travers) des témoignages, y compris dans le premier cercle, y compris de gens qui nous vouent aujourd’hui aux gémonies et qui nous disaient à quel point ça commençait à devenir un problème vu les affaires qui s’amoncelaient autour de Sophia Chikirou« , poursuit-il.

« Là, l’intérêt général prime sur la vie privée, ce n’est pas une nouveauté, ce n’est pas un traitement spécial réservé à Jean-Luc Mélenchon, en tout cas pas à Mediapart », ajoute le journaliste qui cite l’affaire Bettencourt ou encore la relation entre François Hollande et Julie Gayet que Mediapart avait contribué à révéler.

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo