Attaques de Luraghi…

 

 

Il est très excité par les lions, qu’il charge sans raison… car ce ne sont pas des hyènes…

Au début, c’est très surprenant, on se demande ce qu’il veut.

Est-il en rut ou totalement parano ?

Evidemment, on l’évite, mais il revient à la charge, sans cesse…

Extraits de sa fiche Wikipédia (voir ci-dessous) :

« Leurs cris sont un barrissement, un grognement, un halètement. »

Oui, c’est ça, il le dit lui-même assez souvent dans ses écrits publics, chez lui on se « grogne au museau », on pousse des « cris cois », etc, etc… et on « s’encule » aussi beaucoup…

« Le mot rhinocéros vient du grec rhinos, nez, et keras, corne, car il porte une ou deux cornes sur le nez, et non sur le front comme les autres mammifères cornus. »

Au tribunal, je l’ai surtout vu de profil et c’est bien cette protubérance nasale peu commune qui m’a frappée lorsqu’il débitait invention délirante sur invention délirante. Et dire qu’en 2010 il a osé présenter une de ses victimes en « Pinocchiasse© »… Le mensonge est la base de toutes ses stratégies, tout en lui est faux ou mensonger, même cette fameuse corne qui n’en est pas une. Là encore, il l’a souvent dit lui-même : il fonctionne par mimétisme, copie ou imite les uns ou les autres, s’approprie leurs idées, pensées et bons mots selon ce qui lui plaît.

« Ils sont très utiles pour fertiliser le sol. »

Ils ne connaissent pas les toilettes…

Leur peau plissée « donne l’impression d’un blindage ».

C’est bien ce qu’il dit lui-même pour ses paupières.

« Les rhinocéros ont une faible capacité visuelle mais un odorat développé et une très bonne audition. »

Effectivement, ses petits yeux de myope ne voient pas grand-chose, mais il a un grand nez et de grandes oreilles… trop, beaucoup trop… On se demande d’ailleurs ce qu’attendent encore les autorités pour les ramener à des dimensions normales…

« Malgré leur apparence, les rhinocéros sont dotés d’une musculature impressionnante qui leur permet de courir très vite si nécessaire mais sur une courte distance, jusqu’à 50 km/h pour les plus rapides. Très agiles, ils peuvent aussi faire volte-face en pleine course12,13. »

Oui, je l’ai bien vu le 13 septembre 2016.

« Les mâles ne possèdent pas de scrotum : les testicules se trouvent à l’intérieur du corps. »

Ah… c’est donc ça…

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rhinoc%C3%A9ros

Rhinocéros Rhinocérotidés, Rhinocerotidae

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

 

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rhinocéros (homonymie).

Les rhinocéros sont les mammifères périssodactyles appartenant à la famille des rhinocérotidés (Rhinocerotidae). Toutes les espèces de rhinocéros sont actuellement en voie de disparition.

Les rhinocéros font localement l’objet d’une protection et de projets de réintroduction. Ils sont très utiles pour fertiliser le sol. Ils peuvent mesurer 4 m de longueur pour 1,50 à 2 m de hauteur au garrot, et une masse pouvant avoisiner les 3 tonnes. Ce sont les plus gros mammifères terrestres actuels après l’éléphant. Les rhinocéros sont du même ordre que les chevaux et les tapirs, et non celui des éléphants. Leurs cris sont un barrissement, un grognement, un halètement. Le mot rhinocéros vient du grec rhinos, nez, et keras, corne, car il porte une ou deux cornes sur le nez, et non sur le front comme les autres mammifères cornus. On décrit quatre genres et cinq espèces encore en vie :

En Afrique

En Asie

Historique

Article connexe : Rhinocéros dans l’art.

Le rhinocéros possède un statut particulier dans l’imaginaire européen puisque sa connaissance et ses descriptions ont longtemps vécu en parallèle avec la composante mythique véhiculée par la licorne. L’animal indien décrit sous le nom de monoceros ou unicornis par Ctésias, Pline l’Ancien, Strabon et d’autres auteurs anciens, qui est probablement un mélange de l’onagre, l’antilope du Tibet et du rhinocéros indien, entretient cette confusion. Pourtant, ils connaissent le rhinocéros puisque ces animaux exotiques sont importés pour être utilisés dans les combats d’animaux dans les arènes.

Cependant, certains auteurs antiques distinguent déjà le rhinocéros de la licorne. Diodore de Sicile mentionne l’animal sous son nom de « rhinocéros » dans sa description de l’Éthiopie1. Selon lui, l’animal aiguise sa corne contre des rochers et est « ennemi de l’éléphant », dont il ne manque pas une occasion d’essayer de percer le ventre avec sa corne. Cette croyance en une hostilité naturelle farouche entre rhinocéros et éléphants apparaît aussi chez Claude Élien2. Au IIIe siècle, Oppien de Syrie, dans ses Cynégétiques, affirme que l’animal peut même percer une roche avec sa corne ; il affirme aussi que les rhinocéros sont tous mâles et que, de ce fait, la façon dont ils se reproduisent reste mystérieuse3.

Le Devisement du monde écrit en 1298 par Marco Polo mentionne les éléphants et licornes (c’est-à-dire des rhinocéros indiens)4. L’animal n’est distingué de la licorne qu’au XVIe siècle lorsqu’il est redécouvert en Europe avec le rhinocéros de Dürer. Mais Dürer n’a pas vu le mammifère et dessine un rhinocéros chimérique, et c’est cette gravure qui reste l’image du rhinocéros pendant plus de deux siècles : ni la présence d’un nouveau rhinocéros indien pendant huit années à Madrid de 1579 à 1587, représenté par une gravure de Philippe Galle en 1586 à Anvers et qui a pourtant inspiré certains artistes au XVIIe siècle, ni l’exposition d’un rhinocéros vivant à Londres en 1684-1686 et d’un deuxième en 1739 n’ont empêché le rhinocéros de Dürer de rester pour la plupart des gens l’image vraie d’un rhinocéros5. Ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle, avec l’arrivée de rhinocéros célèbres en Europe que l’image réaliste de ce dernier animal se substitue à celle de Dürer dans l’iconographie européenne6. Le rhinocéros de Versailles (en)7 et surtout la tournée européenne de Clara déclenchent une véritable rhinomania, cette dernière faisant vendre estampes, gravures, brochures et inventer rubans, harnais, bonnets, perruques et même coiffures « à la rhino »8.

Description

Généralités

La principale caractéristique visible des rhinocéros est la corne sur leur nez. Selon l’espèce il y en a une ou deux. Chez les rhinocéros fossiles, on trouve aussi des espèces dépourvues de corne. La corne avant pousse sur l’os nasal, la corne arrière (quand elle existe) sur l’avant du crâne. Malgré leur dureté, les cornes ne se composent pas d’une substance osseuse. Techniquement ce n’est pas une corne, c’est une protubérance de la peau composée de kératine agglutinée, une protéine fibrillaire comme nos cheveux et nos ongles. Les vraies cornes (vaches, buffles) poussent à partir du crâne. La corne du rhinocéros pousse environ de 7 cm par an. Elle repousse comme l’ongle. La plus grande corne connue mesurait 1,58 m.

Le nom de cet animal en langue indienne est relié à la mythologie de la Licorne (uni corne). Dressée vers le ciel, la corne est une grande protection et un symbole de puissance.

Dans certaines cultures de l’Asie orientale, les rhinocéros sont tués uniquement pour leurs cornes car elles sont utilisées pour faire des sculptures, des coupes libatoires9 notamment. Les supposés effets thérapeutiques et aphrodisiaques attribués à la corne broyée et la mode des poignards en corne de rhinocéros dans les classes supérieures du Yémen, comme marque de standing et symbole de virilité, ont favorisé leur trafic sur le marché noir et le braconnage d’espèces pourtant en voie de disparition10. Des tests faits en laboratoire n’ont trouvé aucune des propriétés prétendues : « Médicalement c’est comme se ronger les ongles » RAJ AMIN (Société Zoologique de Londres)11.

On distingue la corne de rhinocéros des autres cornes grâce à l’existence de poils sur la corne, d’un intérieur qui est plein contrairement à l’ivoire qui est creux. Les cornes de rhinocéros possèdent une couleur généralement sombre qui peut virer au marron clair selon les cornes. À sa base cette crête est rugueuse au toucher.

Les rhinocéros ont un corps massif et des jambes grosses et courtes. Leurs pattes ressemblent à celles du tapir mais chaque pied a trois doigts se terminant chacun par un gros ongle comme 3 sabots miniatures, d’où l’empreinte caractéristique en feuille de trèfle. La peau est épaisse et de couleur grise ou brune. La peau du rhinocéros est douce près de sa bouche.

Chez les espèces asiatiques, la peau au début du cou et des jambes est si plissée qu’elle donne l’impression d’un blindage.

Les rhinocéros ont une faible capacité visuelle mais un odorat développé et une très bonne audition.

Malgré leur apparence, les rhinocéros sont dotés d’une musculature impressionnante qui leur permet de courir très vite si nécessaire mais sur une courte distance, jusqu’à 50 km/h pour les plus rapides. Très agiles, ils peuvent aussi faire volte-face en pleine course12,13.

Les mâles ne possèdent pas de scrotum : les testicules se trouvent à l’intérieur du corps.

Comparaisons physiques

Espèce Cornes Longueur Hauteur (garrot) Masse Photo
Ceratotherium simumrhinocéros blanc 2 3,40 m à 4,20 m 1,70 m à 2 m14 1 400 à 3 600 kg15 White rhinoceros Hluhluwe-Umfolozi.jpg
Diceros bicornisrhinocéros noir 2 m à 3,50 m16 1,40 m à 1,70 m17 800 à 1 800 kg Diceros bicornis 2006 09 c.jpg
Dicerorhinus sumatrensisrhinocéros de Sumatra 2 2,50 à 3 m 1,20 à 1,45 m18 600 à 950 kg SumatranRhino3 CincinnatiZoo.jpg
Rhinoceros sondaicusrhinocéros de Java 1 (courte) 3 à 3,50 m 1,40 à 1,70 m19 900 à 2 300 kg Indian rhinoceros.jpg
Rhinoceros unicornisrhinocéros indien 1 (longue) 3,20 à 3,80 m 1,60 à 1,90 m20 800 à 2 700 kg Indian Rhinoceros.jpg

Populations

Espèces Population sauvage21 Population captive21 Repartition Statut de conservation (UICN)
Ceratotherium simum
rhinocéros blanc
11 330Afrique australe, Afrique centrale et une minorité en Afrique de l’ouest 750
Mapa distribuicao original white rhino.png
Status iucn NT icon.svg

Quasi-menacé

Diceros bicornis
rhinocéros noir
  3 610Afrique australe, Kenya et une poignée d’individus au Sénégal 250
Leefgebied zwarte neushoorn.JPG
Status iucn CR icon.svg

En danger critique d’extinction

Dicerorhinus sumatrensis
rhinocéros de Sumatra
     250Sumatra, Bornéo, péninsule malaise     9
Leefgebied sumatraanse neushoorn.JPG
Status iucn CR icon.svg

En danger critique d’extinction

Rhinoceros sondaicus
rhinocéros de Java
      40L’espèce ne subsiste plus que dans le Parc national d’Ujung Kulon à l’ouest de Java, Les sous-espèces indo-birmanes et vietnamiennes ont disparu en 1925 et 2010 respectivement.     0
Rhinoceros sondaicus distribution map.jpeg
Status iucn CR icon.svg

En danger critique d’extinction

Rhinoceros unicornis
rhinocéros indien
  2 500Nord de l’Inde, Népal 150
Rhinoceros-unicornis-carte.jpg
Status iucn VU icon.svg

Vulnérable

En 1800, il y avait 1 000 000 de rhinocéros dans la nature22. En 2005, il ne restait plus que 18 000 rhinocéros dans la nature et 1 159 en captivité. En 2016, leur population est estimée à 29 500, 70 % vivant en Afrique du Sud23.

Biologie et comportement

Les rhinocéros vivent normalement en solitaires mais, dans la savane, on peut parfois voir de petits troupeaux. Leur communication est essentiellement olfactive.

La boue est la plus grande protection des rhinocéros, et non leur carapace visuelle. La boue est essentielle pour les rafraichir, les protéger des insectes, adoucir et protéger leur peau du soleil. Dans la journée les rhinocéros dorment, ils sont surtout actifs au crépuscule et la nuit. Exclusivement herbivores, ils sont essentiellement phyllophages. Les rhinocéros adaptent leur régime alimentaire en fonction du milieu : le rhinocéros noir, dont la lèvre supérieure est préhensile, se nourrit de feuilles d’acacias ou autres broussailles épineuses ; le rhinocéros blanc, à la bouche large et aux lèvres carrées, broute l’herbe ; les rhinocéros asiatiques sont plus éclectiques et consomment toute végétation à leur portée (branchages, bourgeons, graminées). Ces méga-herbivores digèrent les végétaux par une fermentation qui a lieu dans le colon. Contrairement aux ruminants, ils sont monogastriques ; aussi les rhinocéros adultes qui pèsent plus d’une tonne doivent consommer 50 kg de végétaux par jour, jusqu’à 100 kg parfois24.

La peau épaisse sert de carapace lors des combats qui s’établissent pour la dominance. La peau des rhinocéros indiens formée de plaques a de grands plis richement vascularisés qui augmentent la surface d’échange et favorisent la régulation thermique transférant la chaleur aux plaques de peau les plus larges qui agissent comme des refroidisseurs25.

Ces animaux évitent les hommes et chargent lorsqu’ils se sentent menacés, essentiellement pour protéger les jeunes rhinocéros. Très rares, ces attaques peuvent parfois occasionner de graves blessures en raison de la puissance de l’animal et du danger que représente leur corne.

Des rhinocéros sont souvent accompagnés par des oiseaux pique-bœufs ou mainates qui se perchent sur leur peau et les nettoient des parasites ou hérons garde-bœufs qui chassent les insectes dérangés au sol par le passage de l’animal. Dans des cas assez rares, les jeunes rhinocéros peuvent être une proie d’opportunité pour de grands félins comme le lion. En revanche, les rhinocéros adultes n’ont aucun ennemi si ce n’est l’homme.

La plupart du temps le rhinocéros menace son adversaire mais ne le combat pas réellement.

Ils sont à la fois polygynes et polyandres : mâles et femelles ont plusieurs partenaires.

Si une femelle est en chaleur, les mâles peuvent en venir à se battre. Le vainqueur fait sa cour à la femelle de façon curieuse : il marque son territoire avec son urine et ses déjections, faisant tourner sa queue à la manière d’un ventilateur pour épandre sur une plus grande surface ; en outre, les deux partenaires se pourchassent et se battent l’un contre l’autre avant l’accouplement.

Après une gestation de 15 à 18 mois naît un petit qui peut rester deux ans et demi avec la mère. Il suit sa mère comme son ombre. Celle-ci est alors spécialement agressive pour défendre son bébé même contre les membres de son espèce. L’allaitement dure un an minimum. Huit ans est l’âge adulte d’un jeune rhinocéros. La mère repousse son enfant à la naissance du suivant. La femelle peut avoir 10 bébés au cours de ses 45 ans de vie minimum.

Systématique

Espèces actuelles

Attaques de Luraghi... dans AC ! Brest 240px-Sumatran_Rhino
Avec sa fourrure et sa petite taille, le Rhinocéros de Sumatra est l’espèce actuelle la plus éloignée des autres, apparenté aux rhinocéros laineux de la Préhistoire.

Selon BioLib [archive] (1 janvier 2018)26 :

Les deux principaux rhinocéros d’Asie sont apparentés entre eux et se seraient séparés il y a environ 26 millions d’années des rhinocéros d’Afrique.

Asie : Le rhinocéros de Sumatra (Dicerorhinus sumatrensis), en grand danger d’extinction, est l’unique survivant du groupe le plus ancien, les Dicerorhinina. Avec son duvet noir, le rhinocéros de Sumatra est le plus proche de son ancien cousin, l’ancien rhinocéros laineux vivant à l’aire glaciaire et exterminé par l’homme de l’âge de pierre. Des fossiles ont été retrouvés et selon les fouilles archéologiques, certains rhinocéros laineux vivaient en Angleterre il y a entre 500 000 et 30 000 ans.

Le genre Rhinoceros (2 espèces) est également en danger : le rhinocéros indien (Rhinoceros unicornis) et surtout le plus rare : le rhinocéros de Java (Rhinoceros sondaicus).

Avec sa cuirasse, le rhinocéros indien a une allure préhistorique.

Ces deux genres se seraient séparés l’un de l’autre il y a environ 10 millions d’années.

Ils vivent dans les forêts pluviales d’Asie du Sud ; la déforestation et le braconnage portent un coup fatal à la population.

Afrique : Les deux genres africains, le rhinocéros blanc (Ceratotherium simum) et le rhinocéros noir (Diceros bicornis), se sont séparés l’un de l’autre il y a environ 5 millions d’années.

Ils se distinguent l’un de l’autre, entre autres, par leur façon de s’alimenter. Tandis que le rhinocéros blanc broute les herbes, le rhinocéros noir se nourrit de feuilles et de branchages. Il a besoin d’une végétation dense alors que le rhinocéros blanc vit dans la savane ouverte. Il est capable de tirer dans sa gueule l’extrémité des branches grâce à sa lèvre supérieure qui pointe en avant.

Les petits rhinocéros blancs marchent devant leur mère, alors que les petits rhinocéros noirs marchent derrière leur mère. On dit, en Afrique, qu’ils font comme les femmes blanches qui poussent leurs enfants devant elles dans une poussette et les femmes noires qui portent les leurs dans le dos.

En réalité, les rhinocéros blanc et noir sont tous les deux…gris ! L’appellation vient en fait d’une vieille erreur de traduction de l’Afrikaans « wijde » (« large » pour rhinocéros à bouche large, qui broute de l’herbe). Lorsque les Anglais colonisèrent l’Afrique australe, ils traduisirent le « wijde » en « white » (« blanc »). L’allemand a préservé la traduction correcte.[réf. nécessaire]

Histoire évolutive

220px-Indricotherium11 dans Calomnie
Les Paraceratherium, groupe frère des rhinocéros, furent les plus grands mammifères terrestres de tous les temps.
220px-Coelodonta_antiquitatis_ dans Corruption

La famille des rhinocérotidés, apparue à l’Éocène, a connu un certain succès évolutif durant le Cénozoïque, avec plusieurs dizaines d’espèces réparties sur presque tous les continents, marquées par une grande diversité de formes dont les cinq espèces restantes ne donnent qu’une idée très limitée.

Les premiers parents connus des rhinocéros sont des fossiles de l’Éocène supérieur. Ces Amynodontidae étaient déjà aussi grands que les rhinocéros actuels, mais n’avaient pas de corne et se nourrissaient probablement de plantes aquatiques (d’où leur nom allemand « Wassernashörner » littéralement : rhinocéros d’eau). Trois groupes frères apparaissent à cette époque au sein des périssodactyles (formant selon certains auteurs la super-famille des Rhinocerotoidea) : les Hyracodontidae, Amynodontidae et Rhinocerotidae.

Les rhinocéros géants (Hyracodontidae) ont été avec Paraceratherium (connu également sous le nom de Baluchitherium et d’Indricotherium) les plus grands mammifères terrestres connus de tous les temps. Ils avaient un long cou, étaient dépourvus de corne et vivaient pendant l’Oligocène (-30 millions d’années).

Les véritables rhinocéros (Rhinocerotidae) apparaissent à la toute fin de l’Eocène en Eurasie ; ce sont tout d’abord de petits animaux vivant en troupeaux, et rapidement très diversifiés (on connaît au moins 26 genres différents entre l’Eurasie et l’Amérique du nord, avant un phénomène d’extinction important à l’oligocène médian). Parmi les espèces survivantes à cette extinction, on note les Menoceras (pourvus de cornes latérales disposées à la manière des défenses des phacochères) et les Teleoceras (qui rappellent morphologiquement des hippopotames). C’est aussi à l’oligocène que les trois branches actuelles de rhinocéros se séparent : les Dicerorhinina (dont le rhinocéros de Sumatra et les rhinocéros laineux), les Dicerotina (rhinocéros africains) et les Rhinocerotina (rhinocéros indiens). La famille s’éteint définitivement sur le continent américain au Pliocène, il y a environ cinq millions d’années.

À la dernière période glaciaire, la famille comptait encore le groupe des rhinocéros laineux, les Elasmotheriinae, dont le genre le plus connu Elasmotherium se distinguait par une corne immense au milieu de la tête, longue de 2 m ; ils étaient très nombreux en Europe voilà 200 000 ans, et se sont éteints il y a environ 26 000 ans. Les hommes préhistoriques de l’Ouest européen ont côtoyé jusqu’à il y a à peine 10 000 ans au moins 4 espèces de rhinocéros (notamment le rhinocéros laineux Coelodonta antiquitatis disparu vers 8000 av. J.-C) qui avaient survécu à trois glaciations, mais qu’elles ont sans doute contribué à faire disparaître.

Le rhinocéros laineux de l’ère glaciaire est rangé parmi les Dicerorhinini : il est donc apparenté aux rhinocéros de Sumatra, qui présentent eux aussi de longs poils.

Classification selon BioLib [archive] (1 janvier 2018)26 :

 

Les rhinocéros et l’homme

Redécouverte en Occident

220px-D%C3%BCrer_-_Rhinoceros dans Politique
Le Rhinocéros de Dürer.

A la Renaissance, où les Européens prennent progressivement des distances critiques d’avec les bestiaires médiévaux souvent fantaisistes, le doute s’installe autour de la véracité de l’existence de ces rhinocéros. Mais en 1515, un spécimen de rhinocéros indien (Rhinoceros unicornis) est ramené par bateau au Portugal. Cette première fait grand bruit dans toute l’Europe car elle confirme la description laissée par Pline dans son Histoire naturelle. Dürer en fera une gravure, appelée « Rhinocéros de Dürer », aujourd’hui au British Museum, sur la seule base des descriptions faites de l’animal.

Le rhinocéros comme figure

Article détaillé : Rhinocéros dans l’art.

Le rhinocéros est le sujet de nombreuses réalisations artistiques, comme :

Le Soutra du Rhinoceros est considéré comme l’un des plus anciens textes bouddhiques.

Croyance autour de la corne

Article détaillé : Corne (biologie)#Cornes de rhinocéros.
220px-Nas-Horn dans Rue89
Corne de rhinocéros, broyée, certains lui attribuent des vertus aphrodisiaques. La boîte contient du bézoard prélevé dans l’estomac des animaux ruminants.

Le comportement sexuel de ces animaux les a beaucoup desservis. En effet, contrairement à un grand nombre d’espèces, l’accouplement peut durer plus d’une demi-heure chez le rhinocéros. C’est sans doute pourquoi certains attribuent, sans fondement, des effets thérapeutiques et aphrodisiaques à la corne de rhinocéros broyée, alors que celle-ci est constituée essentiellement de kératine, une substance banale retrouvée dans les ongles, les cheveux et les sabots27.

Tenue pour aphrodisiaque par les Chinois, qui la prennent notamment en infusion, la corne de rhinocéros n’a aucune vertu médicinale mais, à cause de cette croyance, beaucoup de rhinocéros sont tués. D’autres pays d’Asie sont concernés, notamment le Vietnam ; au Japon cependant, autrefois grand importateur d’ivoire, une régulation stricte et la récession économique ont permis d’enrayer la demande. En Chine, le kilogramme de poudre de corne de rhinocéros se vendait 50 000 USD en 201128. La demande chinoise, combinée à la baisse des populations d’animaux sauvages, contribue à faire monter les prix de l’ivoire ; d’après le Washington Post, une corne de rhinocéros peut se négocier 300 000 dollars sur le marché noir.29 Entre 1980 et 1984, le nombre des rhinocéros noirs, autrefois très répandus, a diminué de moitié, probablement à cause de leurs cornes[réf. nécessaire]. En 1970, il y avait 70 000 rhinocéros noirs en Afrique, 15 000 en 1981 et seulement 4 200 en 2011, principalement en Afrique du Sud, Namibie, Zimbabwe et Kenya28. Mais la population progresse enfin et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) considère l’espèce comme sauvée. Le rhinocéros blanc se porte mieux avec 18 000 individus, dans le sud de l’Afrique. Pour réduire la chasse, la International Rhino Foundation30 a mis en place des patrouilles antibraconnage[réf. nécessaire]. En 2008, 83 rhinocéros noirs ont été braconnés rien qu’en Afrique du Sud. En 2011, ce chiffre est de 448. En 2012, 66831,32. Cette fondation a aussi entrepris de déplacer des animaux vers des zones très surveillées au Kenya (Parc national de Tsavo East) et au Zimbabwe (à Hwange et à Lemco).

Notes et références

  1. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, III, 35. [lire en ligne [archive]]
  2. Élien, De la nature des animaux, XVIII, 44. Cité dans Timothée de Gaza, On Animals. Fragments of a Byzantine Paraphrase of an Animal-Book of the 5nd Century A.D., traduction, commentaire et introduction par F.S. Bodenheimer et A. Rabinowitz, Paris-Leiden, Brill, 1950, p. 44, note 4. L’apparat critique du texte indique que Timothée de Gaza a repris beaucoup d’informations à des auteurs antérieurs sans citer ses sources, pratique courante à l’époque.
  3. Oppien, Cynégétiques, II, 555 (la corne aiguisée) et 560 (le sexe des rhinocéris). Passages référencés dans Timothée de Gaza, On Animals. Fragments of a Byzantine Paraphrase of an Animal-Book of the 5nd Century A.D., traduction, commentaire et introduction par F.S. Bodenheimer et A. Rabinowitz, Paris-Leiden, Brill, 1950, p. 44, note 4. L’apparat critique du texte indique que Timothée de Gaza a repris beaucoup d’informations à des auteurs antérieurs sans citer ses sources, pratique courante à l’époque.
  4. Sudel Fuma, Regards sur l’Afrique et l’océan Indien, Publieur, 2005, p. 110
  5. Clarke 1986, chap. 2 et 3
  6. Codex99 2011.
  7. (en) Jesse Russell, Ronald Cohn, Rhinoceros of Versailles, Book on Demand, 2012, 140 p.
  8. (en) Glynis Ridley, Clara’s Grand Tour. Travels with a Rhinoceros in Eighteenth-century Europe, Grove Press, 2005, 222 p.
  9. « libation » [archive]
  10. Le rhinocéros noir [archive] www.linternaute.com
  11. « Documentaire Les rhinocéros – Reportage de Nigel Marven pour la chaine ANIMAUX. » [archive], sur Youtube, 28 janvier 2015 (consulté le 27 janvier 2015)
  12. http://www.borneorhinoalliance.org/?page_id=173 [archive]
  13. http://www.desertusa.com/animals/rhino.html [archive]
  14. Africanimo – Rhinocéros Blanc [archive]
  15. Animaux.org/Rhinocéros Blanc [archive]
  16. Dinosoria – Rhinocéros Noir [archive]
  17. Animaux.org/Rhinocéros Noir [archive]
  18. Animaux.org/Rhinocéros-de-Sumatra [archive]
  19. Animaux.org Rhinocéros-de-Java [archive]
  20. Animaux.org Rhinocéros-Indien [archive]
  21. a et b Estimation février 2005, International Rhino Foundation [archive]
  22. Rhino-economics [archive]
  23. Aude Massiot, « Les rhinocéros d’Afrique, toujours dans les viseurs » [archive], sur liberation.fr, 29 septembre 2016.
  24. (en)Jan van der Made, René Grube, « The rhinoceroses from Neumark-Nord and their nutrition », in Harald Meller (éds), Elefantenreich – Eine Fossilwelt in Europa, Halle/Saale 2010, p. 382–394.
  25. (en) D.B. Allbrook, A.M. Harthoorn, C.P. Luck, P.G Wright, « Temperature regulation in the white rhinoceros », Journal of Physiology, no 143,‎ 1958, p. 51-52
  26. a et b BioLib, consulté le 1 janvier 2018
  27. Des rhinocéros amputés de leur corne pour dissuader les braconniers [archive], LEMONDE.FR avec AFP | 26.01.10.
  28. a et b GEO N°384 de février 2011 p.78
  29. Michael Gerson, « What is a rhino in the wild really Worth ? », The Washington Post, 12 octobre 2015.
  30. International Rhino Foundation [archive]
  31. National Geographic France p.5
  32. Phillipe Chapleau, « Face aux tueurs de rhinos, les Sud-Africains déploient du lourd! » [archive], sur Ouest-France, 24 février 2013 (consulté le 25 février 2013)

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Références taxinomiques

Liens externes

 



13 septembre 2016 : Pascal Edouard Cyprien Luraghi a bien voulu me saigner

Celui qui se plaît à répéter mensongèrement à droite et à gauche qu’il serait « non violent » n’en est pas moins ultra-violent, comme le sont tous ses propos et exactions à mon encontre, depuis 2008.

A compter du 18 septembre dernier, j’ai commencé à raconter nos confrontations des 13 septembre et 8 novembre 2016 à Paris.

D’abord dans cet article :

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/09/18/tariq-ramadan-confronte-a-ses-accusatrices/

Puis dans ceux-ci, après que Cyprien Luraghi m’ait de nouveau menacée les 21 et 22 septembre 2018 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/09/27/cyprien-luraghi-continue-de-faire-des-emules/

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/09/30/nouvelles-menaces-de-cyprien-luraghi-le-21-septembre-2018/

Il ne me fera pas taire sur ses innombrables exactions à mon encontre.

Le 27 septembre 2018, je racontais donc comment, le 13 septembre 2016, après l’audience de ce jour-là au Tribunal de Grande Instance de Paris, Pascal Edouard Cyprien Luraghi, son épouse Annie Belléculée Luraghi et leur complice Josette Brenterch du NPA de Brest m’ayant aperçue avec un ami à proximité de la terrasse de café où ils étaient installés et discutaient avec plusieurs autres « déconnologues », s’étaient brutalement levés de leurs sièges pour nous courir après, et avaient fait demi-tour après nous avoir presque rejoints.

En fait, Cyprien Luraghi avait déjà évoqué lui-même cet épisode dans son texte du 16 juin 2018 intitulé « Capital et Cupidal », empli d’allusions à nos confrontations judiciaires parisiennes :

 

Des horreurs j’en ai dégusté tout mon soûl. De visu et vécu dans. J’en ai déjà contées pas mal dans des billets icy-même et il y en aura d’autres encore dans les temps à venir. En attendant je me bidonne.

Je devrais me foutre dans tous mes états, possédé par des envies de voir des têtes fichées au bout de piques. Je devrais. Puis j’imagine la scène : tant que ça reste au plan de l’image d’Épinal un peu floue, l’envie subsiste. Puis quand l’objectif se met au point, alors là soudain, demi-tour. Le sang appelle le sang, c’est bien connu et à part sous la forme de boudin, autant vous dire que ce n’est pas ma tasse de thé. Donc ne pouvant rien changer à l’ordre des choses, je fais l’andouille plutôt que de sombrer dans le spleen.

On se moque volontiers du bouseux en chef taré des Américains et du vampire de son pauvre peuple Kim-il Dracula − la bouse humaine et l’asia-tique − : la mise en scène hallucinogène de leur sommet à Gniassagapour m’a autant fait pleurer de rire que celle du mariage d’Adolf et Eva dans le Führerbunker en 45. Mais nul besoin n’est d’aller au loin pour ce faire : on a tout ce qu’il nous faut en stock au pays, pour exercer nos muscles zygomatiques. Les salopards grotesques se pressent au portillon du palais des Bourbons. Ruffians et pouffiasses ridicules à la Cour.

 

« Ruffians et pouffiasses » tellement « ridicules à la Cour » qu’ils lui ont mis une baffe magistrale…

Mais en attendant, le 13 septembre 2016, au fur et à mesure que l’objectif se mettait au point, l’homme qui m’accompagnait lui apparaissait toujours plus grand et musclé, en tous les cas plus que lui. Résultat : demi-tour…

J’avais réellement peur d’agressions physiques à l’occasion de ces convocations à Paris et ai été bien inspirée de me faire accompagner à chaque fois.

On notera au passage que Cyprien Luraghi dit lui-même ne pouvoir « éprouver les émotions adéquates agréées par la communauté » que par « mimétisme », c’est-à-dire qu’en vérité il est sans émotion, ce qui est une caractéristique du pervers narcissique :

 

Je devrais. Faire comme tant d’autres. Comme ceux de mon espèce biologique : fonctionner par mimétisme afin d’éprouver les émotions adéquates agréées par la communauté. Vibrer à l’unisson du corps social.

 

Ces rencontres de 2016 m’ont permis d’observer un homme d’une très grande rigidité, dont le cuir épais est aussi dur qu’une carapace. Son masque n’a pas la moindre mobilité. Ses petits yeux inexpressifs y sont profondément enfoncés. J’ai été impressionnée.



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo