Encore un attentat aujourd’hui, 25 décembre 2018, cette fois en Irak

C’est certainement plus facile qu’en France…

 

https://www.challenges.fr/monde/attentat-a-la-voiture-piegee-a-tal-afar-en-irak-deux-morts_633577

Attentat à la voiture piégée à Tal Afar en Irak, deux morts

Par Reuters le 25.12.2018 à 17h10

BAGDAD (Reuters) – Au moins deux personnes ont été tuées et onze autres blessées mardi dans l’explosion d’une voiture piégée dans la ville de Tal Afar, ancien fief du groupe Etat islamique dans le nord de l’Irak, annonce l’armée irakienne.

L’EI a revendiqué la responsabilité de cette attaque quelques heures plus tard via son organe de propagande Amaq.

Tal Afar, qui se situe à 80 km environ à l’ouest de Mossoul, est le théâtre de violences entre sunnites et chiites depuis l’intervention américaine en Irak en 2003.

La ville, qui compte environ 200.000 habitants, est passée sous le contrôle de l’EI lors de l’offensive menée par les djihadistes en 2014.

Les forces de sécurité irakiennes, soutenues par la coalition sous commandement américain, en ont repris le contrôle en août 2017. Elle est placée sous une sécurité renforcée depuis cette date.

(Raya Jalabi; Pierre Sérisier pour le service français)

 



Deux nouveaux attentats au Maroc et en Afghanistan depuis le 11 décembre 2018

L’attentat marocain est décidé au lendemain de celui de Strasbourg, le 12 décembre 2018. Il est perpétré dans la nuit du 16 au 17 décembre dans la région de Marrakech et frappe deux jeunes touristes scandinaves dont les corps sont retrouvés le lendemain matin.

Le second s’est produit hier à Kaboul et visait un complexe gouvernemental. Le bilan de cette attaque se monte actuellement à 43 morts et 10 blessés, pour la plupart des civils.

 

https://www.jeuneafrique.com/694884/politique/attentat-terroriste-au-maroc-une-radicalisation-expresse-et-pas-de-liens-directs-avec-letranger/

Attentat terroriste au Maroc : une radicalisation expresse et pas de liens directs avec l’étranger

 

24 décembre 2018 à 15h35 | Par
Deux nouveaux attentats au Maroc et en Afghanistan depuis le 11 décembre 2018 dans Attentats terroristes-592x296

 

Le porte-parole de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN, la police marocaine) est intervenu dimanche soir à la télévision pour livrer les derniers éléments de l’enquête ouverte après l’assassinat « terroriste » de deux touristes scandinaves, le week-end dernier dans les environs de Marrakech.

Boubker Sabik, porte-parole de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a fait des révélations aux téléspectateurs de la chaîne 2M sur le double meurtre à caractère terroriste d’Imlil, sur le plateau de l’émission « Confidences de presse » présentée par Abdellah Tourabi, ce dimanche 23 décembre.


>>> À LIRE – Attentat terroriste au Maroc : « Daech désigne les cibles et laisse des petits groupes faire le travail »


Le porte-parole de la DGSN est revenu sur le profil des quatre suspects. Ils ont entre 25 et 33 ans et vivent en partie d’activités informelles – ce secteur de l’économie représente environ 2,4 millions d’emplois, selon une récente étude de 2018 pour le compte de la Confédération générale des entreprises du Maroc. L’un d’eux est menuisier.

L’action préméditée mais pas la cible

Un autre a été condamné en 2013 après avoir été proche de réseaux organisant des départs de Marocains vers la Syrie et l’Irak. Ce serait lui qui, à Marrakech, anime les rencontres régulières du petit groupe, qui se radicalise vite et, a priori, sans tisser de liens avec des groupes à l’étranger.

Le groupe n’aurait pas de cible précise et se contente d’installer une tente dans un paysage escarpé, puis d’y enregistrer une vidéo d’allégeance à Daech

Le quatuor se serait entendu mercredi 12 décembre pour passer à l’acte. Vendredi 14, les quatre suspects quittent Marrakech et s’installent dans la région d’Imlil, fréquentée par de nombreux randonneurs. Mais pour le moment, le groupe n’aurait pas de cible précise et se contente d’installer une tente dans un paysage escarpé, puis d’y enregistrer une vidéo d’allégeance à Daech (acronyme arabe de l’État islamique). La séquence sera diffusée dans les jours suivant le double meurtre.

Dans la nuit du 16 au 17 décembre, deux jeunes touristes scandinaves qui comptent gravir le mont Toubkal plantent leur tente le long d’une route de la région. Leurs corps sont retrouvés le lendemain matin par des habitants. On ne sait pas comment les suspects ont possiblement repéré les victimes. Toujours est-il qu’ils repartent en direction de Marrakech dans la foulée de l’assassinat, alors qu’il ne fait pas encore jour.

Arrestations et enquête

Le porte-parole de la police a ensuite donné des précisions sur le déroulé de l’enquête. La piste d’un crime terroriste aurait été retenue parmi d’autres. Devant une scène de crime étonnante, le ministère public décide de confier l’affaire au Bureau central d’investigation judiciaire (Bcij). Les enquêteurs auraient alors vite identifié un des suspects sur la base de vidéos. Dès le 18 décembre au matin, il est arrêté. Dans la foulée, les déclarations de ce dernier et les données recueillies dans la région d’Imlil permettent l’identification des trois autres suspects.


>>> À LIRE – Attentat terroriste au Maroc : neuf nouvelles arrestations


Les auteurs présumés seront arrêtés le 20 décembre au matin, à proximité de Bab Doukkala, où se trouve l’une des principales gares routières de Marrakech. Selon Boubker Sabik, la police connaît déjà leur itinéraire. Les agents attendent que les suspects soient montés à bord d’un car avant de le stopper et de les y appréhender.

Dans la foulée, l’enquête a amené à identifier et arrêter neuf autres personnes qui étaient en contact avec les quatre suspects. Lors de ces interpellations, la police a saisi des matières chimiques permettant de fabriquer des explosifs. Sabik a aussi évoqué le cas d’une vidéo relayée sur les réseaux sociaux et présentée par beaucoup comme étant la scène du crime. La police mènerait encore une expertise à propos de cet enregistrement.

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2018/12/24/afghanistan-un-complexe-gouvernemental-pris-d-assaut-a-kaboul_5401916_3210.html

Attaque d’un complexe gouvernemental à Kaboul : le bilan monte à 43 morts

 

Des assaillants sont entrés lundi dans des bâtiments qui abritent plusieurs ministères afghans, après l’explosion d’une voiture piégée. L’assaut a duré plus de sept heures.

Le Monde avec AFP Publié hier à 17h36, mis à jour à 05h29

Temps de Lecture 1 min.

 

Des flammes sortent d’un complexe gouvernemental après l’attaque commise par plusieurs assaillants, lundi 24 décembre.
Des flammes sortent d’un complexe gouvernemental après l’attaque commise par plusieurs assaillants, lundi 24 décembre. Rahmat Gul / AP

 

L’attaque d’un complexe gouvernemental, lundi 24 décembre à Kaboul, pris d’assaut durant près de sept heures par des hommes armés, a fait au moins 43 morts et dix blessés, selon un nouveau bilan présenté mardi par le ministère afghan de la santé.

Il s’agit de l’attaque la plus meurtrière à Kaboul depuis qu’un kamikaze s’est fait exploser le mois dernier lors d’un rassemblement de religieux de haut rang, faisant au moins 55 morts. dans Corruption

Le complexe attaqué lundi abrite des bâtiments des ministères des travaux publics et du travail et des affaires sociales. L’attaque n’a pas été revendiquée dans l’immédiat. La plupart des victimes sont des civils, a précisé le porte-parole du ministère afghan de l’intérieur, Najib Danish. Les forces afghanes ont tué trois des quatre assaillants et libéré plus de 350 personnes qui s’étaient retrouvées piégées dans le complexe, a indiqué M. Danish. Un quatrième assaillant a été tué dans l’explosion d’une voiture piégée, qui a lancé l’attaque.

Selon des journalistes, de nombreuses explosions ont été entendues après le lancement de l’attaque, au milieu de l’après-midi. Une épaisse fumée noire s’échappait du complexe, que survolaient deux hélicoptères militaires.

Semaine tumultueuse

Le drame intervient après une semaine tumultueuse pour l’Afghanistan, avec l’annonce – non confirmée officiellement – du prochain retrait de quelque 7 000 des 14 000 soldats américains présents en Afghanistan.

Cette déclaration surprise, intervenue sur fond d’efforts pour relancer les négociations de paix avec les talibans, a pris de court de nombreux diplomates et responsables politiques à Kaboul. Aucun détail supplémentaire n’a filtré depuis, et la Maison Blanche n’a rien confirmé officiellement.

Nombre d’Afghans redoutent pour leur part une chute du gouvernement afghan, voire une nouvelle guerre civile. Les talibans n’ont pas fait de commentaires officiels, mais l’un de leurs commandants a salué vendredi la décision américaine.

Dimanche, le commandant en chef des forces américaines stationnées en Afghanistan a affirmé n’avoir pas reçu l’ordre de retirer des troupes du pays, des propos confirmés lundi par la mission de l’OTAN Resolute Support.

Le président Ashraf Ghani a par ailleurs nommé dimanche deux anciens responsables du renseignement fermement opposés aux talibans aux postes de ministres de l’intérieur et de la défense.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Afghanistan : le rendez-vous manqué de Genève


Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo