Quand la Ligue du LOL faisait du Luraghi (Pascal Edouard Cyprien)

Qu’il s’agisse de témoignages de victimes ou des enseignements à en tirer, la Ligue du LOL continue tous les jours de faire l’objet de nombreux articles depuis le premier, vendredi 8 février 2019.

A titre d’exemples, j’ai choisi de coller ci-dessous les témoignages de deux blogueuses et un article du Temps.

Les deux blogueuses parce qu’elles ne sont pas journalistes, parce qu’elles disent bien qu’il y avait aussi des filles parmi les harceleurs – lesquels ne sont pas encore tous nommés par les médias français qui balancent depuis une dizaine de jours -, également parce qu’elles évoquent des plaintes non suivies d’effet, et l’article du Temps parce qu’il vise bien en filigrane tous ceux, non encore connus ou reconnus, dont les noms devraient aussi être cités avec l’intégralité des agissements.

Je pense bien évidement en priorité à la bande de « déconnologues » du cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi, dont tous les habitués du site Rue89 savent comment ils en ont infecté tous les débats de 2008 à 2017 – une partie d’entre eux se retrouve depuis sur le site Internet de Marianne.

Pour ceux qui découvrent aujourd’hui le phénomène et s’interrogent, il est nécessaire de montrer quelques exemples concrets de ce que cette bande balançait quotidiennement en quantités industrielles sur les sites et blogs qu’elle avait décidé de pourrir, à commencer par Rue89 et Le Post pour y stopper net tous les débats publics auxquels étaient conviés des internautes qui n’étaient pas journalistes, également sur les blogs du « Konducator » Pascal Edouard Cyprien Luraghi jusqu’au mois de décembre 2012 – cela continue depuis pour un public restreint aux personnes que le psychopathe accepte d’inscrire sur son blog ICYP.

Montrer des exemples concrets, c’est donc ce que je fais avec les témoignages de ces deux blogueuses. C’est ce que j’avais fait aussi devant le juge des référés du Tribunal de Grande Instance de Paris le 8 novembre 2016 en produisant quelques exemples des innombrables textes publics de Pascal Edouard Cyprien Luraghi me concernant, dont un unique extrait de son infâme blog Tique Toc ouvert en juin 2010 et fermé au public trois mois plus tard. Présent à l’audience, le psychopathe avait bien voulu reconnaître en être l’auteur – j’avais fait faire des constats d’huissier pour une partie des textes produits, mais pas pour la totalité – et avait qualifié le tout de simples « moqueries », laissant au juge, une femme, le soin d’apprécier son sens de l’humour…

Manifestement, cela n’a pas fait rire la juge parisienne, et ses collègues de la Cour d’Appel de Paris non plus…

En revanche, les magistrats brestois qui eux ont bien vu la totalité des articles et commentaires publics du blog Tique Toc, c’est-à-dire ceux des trois premiers mois, produits au cours de l’été 2010, ainsi qu’un bon nombre des autres publications de Pascal Edouard Cyprien Luraghi me concernant, n’y ont jamais rien trouvé à redire, bien au contraire…

Je rappelle qu’il s’agit de flots quotidiens de textes et images obscènes et violents, comme ceux qui sont actuellement reprochés à la Ligue du LOL, avec de plus, la révélation de l’identité et toutes les coordonnées des internautes anonymes visés, ainsi que bien d’autres éléments de leurs vies privées, tous obtenus par piratages informatiques et écoutes illégales, des menaces de viols et de mort à répétition, des appels publics au viol et au meurtre, à la lapidation, et des montagnes de calomnies absolument incroyables, toujours présentées comme des vérités vraies par leurs auteurs, principalement le mythomane Pascal Edouard Cyprien Luraghi, également la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest pour toutes les prétendues « révélations » de la bande concernant ma personnalité et ma biographie.

Dès les débuts de leurs harcèlements de divers autres internautes sur le site Rue89, en 2008, les « déconnologues » s’attachent déjà à rechercher aussi des blogs de femmes à pourrir.

Pascal Edouard Cyprien Luraghi s’en expliquera sur son blog ICYP (alors ICI-BLOG) au mois de décembre 2010, notamment dans un billet de blog du 19 décembre 2010 où il écrivait :

 

 

Il y a neuf ans bien sonnés j’ouvrais le Sitacyp en braillant : « les éditeurs, c’est de la merde ! » dès la page d’accueil. Ma machine à écrire avait soudain une imprimerie accolée au bout de la page : l’internet. Comme l’infâme boîte à rythmes et les radios pirates des années 70 avaient un son dégueulasse mais l’immense mérite de coûter que dalle et de permettre la naissance de nouvelles manières ; la littérature y perdait tout autant qu’elle y gagnait.
Elle y perdait en langueurs et en longueur, puisque rien n’est plus chiant que se manger un pavé sur l’écran. Et y gagnait considérablement en fraîcheur. En écrivant sur l’internet en lieu et place de papier, l’écrivain devenait véritablement public. En 2001 nous étions douze, pas un de plus, à balancer la purée en français sur le réseau et s’il n’en reste qu’un je suis celui-là.
Maintenant tout le monde fait ça : deux millions six cent mille scripteurs rien que sur Overblog ; voyez-vous ça. Sans parler de Facebook. Rien que des gros machins où tout un chacun raconte ses petits machins du jour. Et se fait ses mélis-mélos, ses embrouillaminis. Complots et prises de bec, bécotages et mamours.  Ragots et bruits de chiottes.

…/…

Et j’écris aussi sur le Net parce que le Net, c’est l’écriture. Devise longtemps et fièrement proclamée sur mon site et mon blog. Juste devise ; du moins je le pensais jusqu’à peu : parce que oui, les ordinateurs sont avant tout des machines à écrire, et oui j’ai parfois croisé de merveilleux artistes du clavier sur de simples forums, mais non : parce que le grand raz de marée des médiocres a tout noyé dans l’entre temps.
Ce temps que j’ai passé à me dégourdir les papattes sur les forums. D’abord sur celui du défunt site de campagne de DSK en 2007, puis dans les catacombes de Rue89 (dm). Hé oui, parce que quand tu lis une phrase mortelle d’un comme lamorille, tu n’as qu’une seule envie : t’embaucher dans l’escadrille et chatouiller le Roger Velu dans la joie et l’ébullition.
Mais ce n’est pas possible : les forums-boulevards sont super fliqués. Bien que j’aie un ami (simple) flic, je me méfie de la police. Le flic de base est plutôt très con en moyenne, aussi bien sur le pavé que sur les grandes artères de l’internet.
Alors petit à petit, le Blogacyp est devenu l’exutoire, le troquet d’en face où on se lâche après une rude journée de taf bien chiant. Depuis un an et demi, ça ne débande plus au comptoir : je ponds un billet toutes les deux, trois nuits et c’est deux cent coms par jour sinon rien.

…/…

La Déconnologie Pilotique (lamorillienne) était lancée dans la Joie, pourfendant le tristos, surenculant le biomormon au Poteau 62.2 J’en étais le Kondukator Kosmoplanétaire et les disciplettes3 m’adulaient en se tordant les poignets.

 

 

Il ne supportait pas de voir son blog noyé dans « le grand raz de marée des médiocres »… qu’il s’est donc mis à attaquer ou harceler tous azimuts…

Pourquoi avoir ciblé particulièrement des blogueuses mode ou beauté ? Parce que celles-là lui étaient désignées par la soi-disant féministe Josette Brenterch du NPA de Brest comme représentant tout ce qu’elle déteste elle et qualifie de « sexisme » tout en participant avec plaisir à des harcèlement sexuels ultra violents contre des femmes. De même, alors qu’en 2011, suite à l’affaire DSK qui éclate au printemps, de nombreuses manifestations contre les violences faites aux femmes sont organisées dans toute la France, elle-même n’en organise qu’une seule en fin d’année à Brest, contre le concours Miss France qu’elle juge « sexiste », après avoir des mois durant harcelé et calomnié avec son complice Pascal Edouard Cyprien Luraghi des femmes qui dans le sillage de l’affaire DSK se manifestaient comme victimes d’agressions physiques, à l’instar de Tristane Banon qu’elle qualifiait de « people » à l’histoire sans aucun intérêt d’une manière extrêmement méprisante.

La jalousie les motivait l’un et l’autre. Le premier ne supportait pas de voir nombre de nouveaux blogueurs ou blogueuses rencontrer bien plus de succès que lui. Quant à la seconde, toute sa vie elle a très méchamment attaqué des femmes bien plus intelligentes ou séduisantes qu’elle.

Dans la mesure où, à compter de cette même année 2011, elle m’a fait poursuivre pour l’avoir soi-disant injuriée sur son physique en la traitant de « guenon », je précise ici ce que j’ai toujours expliqué à ce sujet à mes avocats comme aux magistrats : non, il ne s’agit absolument pas d’un telle « injure », mon vocabulaire en la matière étant très peu étendu, je ne savais même pas que ce mot pouvait être utilisé pour désigner une femme laide, ou si je l’ai su un jour, ne lisant plus rien que de sérieux depuis très longtemps, je l’avais complètement oublié. De fait, je n’ai jamais accolé ce mot à son nom, mais seulement au pseudonyme de « Chepita » qu’elle utilisait pour me harceler, lequel m’évoquait sans difficulté la guenon Cheetah, vu qu’elle utilisait ce masque pour bien des singeries et qu’en outre ses camarades militants de la LCR de Brest se traitaient volontiers entre eux de gorilles avec beaucoup de fierté :

Le Gorille
C’est à travers de larges grilles
Que les femelles du canton
Contemplaient un puissant gorille
Sans souci du qu’en-dira-t-on
Avec impudeur, ces commères
Lorgnaient même un endroit précis
Que, rigoureusement ma mère
M’a défendu de nommer ici
Gare au gorille
Tout à coup la prison bien close
Où vivait le bel animal
S’ouvre, on n’sait pourquoi je suppose
Qu’on avait du la fermer mal
Le singe, en sortant de sa cage
Dit c’est aujourd’hui que j’le perds
Il parlait de son pucelage
Vous aviez deviné, j’espère
Gare au gorille
L’patron de la ménagerie
Criait, éperdu nom de nom
C’est assommant car le gorille
N’a jamais connu de guenon
Dès que la féminine engeance
Sut que le singe était puceau
Au lieu de profiter de la chance
Elle fit feu des deux fuseaux
Gare au gorille
Celles là même qui, naguère
Le couvaient d’un il décidé
Fuirent, prouvant qu’elles n’avaient guère
De la suite dans les idées
D’autant plus vaine était leur crainte
Que le gorille est un luron
Supérieur à l’homme dans l’étreinte
Bien des femmes vous le diront
Gare au gorille
Tout le monde se précipite
Hors d’atteinte du singe en rut
Sauf une vielle décrépite
Et un jeune juge en bois brut
Voyant que toutes se dérobent
Le quadrumane accéléra
Son dandinement vers les robes
De la vieille et du magistrat
Gare au gorille
« Bah ! Soupirait la centenaire
Qu’on puisse encore me désirer
Ce serait extraordinaire
Et, pour tout dire, inespéré
Le juge pensait, impassible
Qu’on me prenne pour une guenon,
C’est complètement impossible
La suite lui prouva que non
Gare au gorille
Supposez que l’un de vous puisse être
Comme le singe, obligé de
Violer un juge ou une ancêtre
Lequel choisirait-il des deux
Qu’une alternative pareille
Un de ces quatres jours, m’échoie
C’est, j’en suis convaincu, la vieille
Qui sera l’objet de mon choix
Gare au gorille
Mais, par malheur, si le gorille
Aux jeux de l’amour vaut son prix
On sait qu’en revanche il ne brille
Ni par le goût, ni par l’esprit
Lors, au lieu d’opter pour la vieille
Comme l’aurait fait n’importe qui
Il saisit le juge à l’oreille
Et l’entraîna dans un maquis
Gare au gorille
La suite serait délectable
Malheureusement, je ne peux
Pas la dire, et c’est regrettable
Ça nous aurait fait rire un peu
Car le juge, au moment suprême
Criait : « maman ! », pleurait beaucoup
Comme l’homme auquel, le jour même
Il avait fait trancher le cou
Gare au gorille

 

Pour comprendre comment sont nées la « déconnologie pilotique ou lamorillienne » et la Ligue du LOL, il faut aussi lire ou relire les billets de blog du psychopathe en chef de l’année 2008, particulièrement ceux du dernier trimestre et celui-ci, du 6 décembre 2008 :

 

Roger Velu

Par cyp | Publié : 6 décembre 2008

NVDF (Note venue du futur) : le pseudonyme de Roger Velu m’a servi pour écrire sur le forum de Rue89 − Ubu89 pour les intimes − de janvier 1010 à août 2011, date à laquelle un petit caporal modérateur l’a supprimé pour ses raisons personnelles. Voilà.
 
Le Roger Velu est un être très gentil, a priori.
A posteriori par contre, au revers de sa médaille, c’est un fléau. J’ai pioché une photographie au pif : nombre d’entre les miennes représentent des Roger Velu : c’est une espèce très commune. Va pour celui-ci.
Le modèle campagnard est connu, mais vêtu d’un costard-cravate, on en trouve jusqu’au Palais de l’Élysée ; il y en a même de tout petits. La principale caractéristique du Roger Velu, est son asservissement au côté bourrin de la Force.
Ainsi, le Roger Velu lit peu de lignes dans peu de livres. Mais il en est qui lisent considérablement, aussi, qui sont beaucoup plus rares : on les reconnaît alors à la monotonie de leurs bibliothèques, ces Velu pontifiants.
***
Puisque nous sommes, petite poignée si belle et si rebelle, soit en train de tirer la gueule ou de l’ouvrir toute béante à la rédaque du magazine sur non-papier glacé qui nous sert d’ordinaire d’écritoire : Rue89, et que celle-ci ne manifeste rien du tout alors que ça fait deux bons jours que ça dure (lire le billet précédent), j’ouvre mon bal aux renégats de l’esca-drilles : c’est que des Roger Velu, nous en croisons tous les jours là aussi, sur ce forum de perdition.
Le but est donc de les décrire par le menu, de les décortiquer, de les extraire de leur grossières carapaces, en pratiquant la trollogie.
Tout ce qui ne peut s’écrire dans la Rue, écrivons-le ici. Attaques ad hominem de rigueur et ne nous gênons pas : nos lascars n’ont rien de propre et sont masqués par des pseudonymes qui nous protégeront suffisamment des foudres de la loi.
D’ailleurs il n’y a qu’une règle sur l’Ici-Blog : la mienne.
Et pas de charte, surtout pas.
Je censure à ma guise et à ma manière : à la gueule du client, sans supprimer le message mais en le modifiant de l’intérieur : ainsi le nazi deviendra philosémite et l’islamophobe racontera des histoires du Mollah Nasrudin. Et pire encore.
Les gros mots sont permis, sans restriction.
On peut dire autant de mal qu’on veut sur qui on veut.
Les incriminés sont bienvenus : ils s’en prendront plein la poire.
Le copié-collé des meilleures perles des trolls de Rue89 est licite.
Petit détail technique : n’incluez pas plus de deux liens externes, sinon le filtre anti-spam retiendra votre message, que je ne pourrais garantir mettre en ligne immédiatement, si j’ai le nez sous le capot d’un ordino ou toute autre besogne alimentaire ou pas.
Allez hop :  VNP, Ouko, Bardamu, Pierrrrre, Béatrice1, Gaétan/Tégéna, Pedro66 et compagnie : pilori pour tout le monde !
Ne vous gênez pas non plus pour épingler tel ou telle de la rédaque.
Sus aux Roger Velu !
C’est mon petit cadeau de la Saint Nicolas.

 

Enfin, je précise que Pascal Edouard Cyprien Luraghi a décidé de fermer les commentaires de son blog au public au mois de décembre 2012 en raison de l’évolution des procédures croisées ouvertes à Brest sur plaintes avec constitution de partie civile de sa complice Josette Brenterch du NPA de Brest et de moi-même, déposées en 2011 pour les premières et au mois de février 2012 pour la mienne.

Si les juges d’instruction de Brest étaient entièrement acquis aux cybercriminels qui violaient l’intimité de ma vie privée, me harcelaient, me calomniaient, me menaçaient de mort, en revanche le procureur de la République se montrait plus modéré ou plus respectueux du droit dans l’expression de leur haine commune à mon encontre. Ainsi avait-il requis, au mois d’octobre 2012, l’annulation des poursuites engagées à mon encontre sur la première plainte de Josette Brenterch du fait que la juge d’instruction, Mathilde Boissy, après en avoir constaté tous les défauts, était allée elle-même chercher un texte sur mon blog pour s’auto-saisir des poursuites… Puis il avait refusé d’étendre ces poursuites à de nouveaux textes dont s’était plainte Josette Brenterch en fin d’année 2012, tandis qu’il avait bien requis au mois de mai 2012 l’ouverture d’une information judiciaire sur ma plainte de février 2012. Or, la juge d’instruction saisie de cette plainte, Céline Verdier (actuelle doyenne des juges d’instruction de Brest), m’avait auditionnée une première fois au mois d’octobre 2012, et grâce à ses piratages informatiques à mon encontre, Pascal Edouard Cyprien Luraghi me voyait quasiment en temps réel rédiger des lettres à son intention en étayant mes dires à son encontre des commentaires de son blog où il n’était toujours question que de moi ou de ma vie privée…

Ayant déjà fait disparaître des preuves de ses harcèlements à l’aide de piratages informatiques, autant dans les messageries privées et corbeilles de blogs de ses victimes que sur des sites où il les avait publiquement harcelées, comme Le Post, cette fois il décidait donc de fermer au public les commentaires de son blog pour m’empêcher d’y puiser plus longtemps des éléments de preuves de ses piratages informatiques et autres violences du même acabit à mon encontre.

 

 

https://www.terrafemina.com/article/ligue-du-lol-il-y-avait-aussi-des-filles_a348173/1

Elles ont été harcelées par la Ligue du LOL : « Il y avait aussi des filles »

 

Ligue du LOL : le témoignage de deux harcelées
Ligue du LOL : le témoignage de deux harcelées
Marguerite Nebelsztein
Publié le Jeudi 14 Février 2019

 

Laurence Guenoun, photographe, et Kenza Sadoun el Galoui, blogueuse mode, ont toutes les deux étaient harcelées par la Ligue du LOL. Elles racontent.

A lire aussi

Elles ne sont pas journalistes, mais ont toutes les deux été victimes de la Ligue du LOL, cette bande de jeunes journalistes et communicants accusée de cyber-harcèlement au début des années 2010. La première, Laurence Guenoun, est photographe. Le harcèlement, qui a pu être à caractère antisémite, s’est produit dans son cas entre 2010 et 2011.

Pour la deuxième, Kenza Sadoun el Galoui, le harcèlement a duré plus longtemps, de 2013 à 2015 de manière frénétique, puis jusqu’à l’année dernière. Soit des années après la période d’intense activité supposée de la Ligue du LOL, entre 2009 et 2012.

Blogueuse mode depuis 2008, elle en a fait son activité professionnelle : « Ils sont servie de proies pour nourrir leur communauté. Moi, j’avais un blog mode. Ils se sont dit : ‘La fille ne parle que de cosmétiques et que de beauté, elle est sûrement très bête’, ce qui n’est pas le cas mais je sais l’image que peut renvoyer le cliché de la blogueuse mode. »

Elle raconte son harcèlement violent : « Je recevais beaucoup de détournements de photos, dont une à caractère pornographique qui a beaucoup circulé. Ils avaient récupéré une vidéo dans laquelle je mange une glace… Depuis, je ne fais plus de vidéo avec des glaces, vous imaginez bien. J’ai un pénis entre les mains, c’est très bien fait, mais ça a beaucoup tourné. On reprenait mes vidéos mais on changeait la voix et mon discours. Ils s’amusaient à enregistrer mes articles de blogs sur SoundCloud et ils ridiculisaient mes textes avec de la musique derrière. »

Un des tweets reçus par Kenza Sadoun El Glaoui
Un des tweets reçus par Kenza Sadoun El Glaoui

 

Le harcèlement se faisait aussi par le biais de messages sur Twitter, le terrain de chasse préféré de la Ligue : « Il y avait des tweets bidons mais aussi des tweets qui disaient : ‘Moi je rêve de tuer Kenza’, des trucs pas hyper sympa. Ou : ‘Vous êtes quand même pas aidées, avec Kenza d’un côté, les Femen de l’autre’, c’était des pics en permanence. »

Elle raconte avoir également été harcelée par des filles : « Elles se mettaient en scène en train de faire du street style par exemple, en photo et en vidéo en disant : ‘Je fais du street style comme Kenza’. Çà tournait des milliers de fois parce qu’il y avait toute une communauté derrière qui n’attendait que le prochain tacle qu’on allait mettre à Kenza ».

Un des tweets reçus par Kenza Sadoun El Glaoui
Un des tweets reçus par Kenza Sadoun El Glaoui
Un des tweets reçus par Kenza Sadoun El Glaoui
Un des tweets reçus par Kenza Sadoun El Glaoui

 

Mais cela ne s’arrête pas là : « Il y en a une autre qui s’est amusée à créer un blog qui s’appelait ‘Baroudeuse comme Kenza’, où elle recréait mes photos de vacances mais avec un ton méprisant. Les nanas prenaient des photos pour parler de mon physique qui ne leur plaisait pas. La moindre action était reprise, c’était des filles qui me connaissaient par coeur. »

Ces filles sont en lien avec la Ligue du LOL, les « copines de » : « C’était des filles qui étaient un peu plus jeunes, donc je mettais ça sur le compte de la jeunesse, je me disais que j’avais à faire à des gamines adultes, mais des gamines », raconte-t-elle.

Une rencontre avec l’un des membres de la Ligue

A l’époque, pour ne pas nuire à sa situation professionnelle en lien avec des marques, la blogueuse décide de faire le dos rond : « Mon parti, ça a été de ne jamais répondre à ces gens-là, je ne voulais absolument pas nourrir leurs occupations quotidiennes. Je voyais tous les trucs passer, ça me dérangeait beaucoup, mais je ne réagissais pas. »

Si elle dit que ça ne l’a pas empêché de « dormir la nuit », Kenza Sadou el Galoui a quand même été « touchée que l’ont dévalorise le média sur lequel [elle s]‘exprime, qui est celui qu’[elle a] créé ».

Une fois, elle rencontre un des protagonistes dans la vraie vie : « Je savais très bien qui il était et il savait qui j’étais. Mais je n’avais pas envie de créer de malaise à ce moment-là parce qu’il y avait d’autres personnes présentes. Je ne voulais pas leur donner de l’importance à ces gens On s’est regardé dans les yeux, et clairement, il n’a pas fait le malin. Il n’a pas cherché à discuter. »

Si elle a reconnu beaucoup de noms dans la liste des membres de la Ligue du LOL sortie dans les médias, Kenza Sadoun el Galoui explique que certains ne sont pas encore connus : « Je pense qu’ils savent et qu’aujourd’hui, ils ne sont pas sereins. »

Les attaques antisémites contre Laurence Guenoun

La photographe Laurence Guenoun a, elle, dû subir entre autres des attaques antisémites. A l’époque, elle écrit de temps en temps sur le site Mégaconnard. Elle raconte comment tout a commencé. Un des membres de la Ligue du LOL avait utilisé l’une de ses photos de « Mégaconnard », homme à l’origine du site du même nom, pour y ajouter une étoile juive : « Cela m’a mise en colère. Ils s’en prenaient à lui violemment ».

Elle écrit alors un billet sur le site en les attaquant sans les nommer : « Il y a eu un déchaînement de commentaires sous le billet, de @jesuisunblog [Renaud Loubert Aledo], il y avait Gautier Gevrey sous @woumpah, le mec du Tag Parfait @Desgonzo [Stephen des Aulnois], et ça a continué ensuite sur Twitter. Des photos montages, ce qu’ils faisaient avec tout le monde. »

« Ils ont dû se dire : ‘Laurence Guenoun, elle est juive, on va taper dessus’, alors que je ne suis même pas juive. C’était absurde. Par contre, ça avait cet impact de me mettre en colère. Mais je ne me sentais pas menacée. Ils n’ont pas porté atteinte à mon boulot. Mais je ne suis pas journaliste, je n’étais pas dans la même problématique que certaines autres victimes. »

Dans les photos-montages qu’elle met en cause, il y a notamment celui qu’elle tweete ci-dessous.

Des plaintes qui n’aboutiront jamais

A la suite de cette vague de harcèlement, la photographe a monté un dossier avec des captures d’écran et s’est rendue à la police pour porter plainte pour antisémitisme : « Je faisais des captures d’écran et j’ai tout gardé parce qu’un jour, je me suis dit : ‘Karma’. »

Là, les policiers lui ont répondue : « On ne peux rien faire, c’est internet ». « A l’époque, c’était obscur pour eux, ça l’est encore pour beaucoup de monde » déclare-t-elle.

« Ils m’ont dit de faire une lettre au procureur. J’ai fait une lettre, avec un dossier fourni. Je n’ai jamais eu de réponse. J’ai fait un dépôt de plainte sur sosantisemitisme.org, qui luttait contre l’antisémitisme en ligne, avec captures d’écran à l’appui. Pas de réponse. »

Elle raconte son acharnement à trouver des solutions : « Moi, c’était le principe de l’impunité qui me dérangeait chez ces gens-là. C’était ce procédé en toute impunité : ‘Je peux faire chier le monde et m’en tirer à bon compte parce que je suis ‘cool ». Non, en fait, je ne suis pas d’accord. »

Elle finit, après de multiples recherches, par trouver le numéro de téléphone de l’un des hommes à l’origine du photo-montage avec la vache : « J’ai passé un coup de fil, je n’ai pas été très sympa, j’avoue, vraiment pas. Suffisamment pas sympa pour que ça le refroidisse un grand coup, et qu’il disparaisse le lendemain pendant six mois des réseaux sociaux. Quand les autres attaquaient par petites salves, je leur proposais de leur passer un petit coup de fil. Bizarrement, après c’était calme plat et ça c’est réglé comme ça. »

Laurence Guenoun n’a pas de difficulté à repérer à l’époque tous les membres du groupe : « Ils étaient nombreux, mais c’était assez simple de savoir qui en faisait partie. Il suffisait de voir qui faisait les questions-réponses. L’organigramme était simple, il ne fallait pas être Sherlock Holmes. J’ai même les adresses IP. Ils étaient très couillons, ils croyaient tellement à leur impunité qu’ils ne se rendaient même pas compte qu’en laissant des messages en commentaires sur Megaconnards, nous avions accès à leurs adresses IP. »

Des excuses « bidons »

Les seules excuses qu’elle accepte parmi toutes celles qui se sont succédées suite aux révélations, ce sont celles de Baptiste Fluzin : « Je dois avouer, c’est une vraie remise en question, une vraie lettre d’excuses. Ça force le respect. Des années plus tard, il réalise qu’il s’est comporté comme une pauvre merde. Les autres, c’est du gros bidon, c’est presque injurieux de leur part. »

Pour ce qui arrive aujourd’hui aux membres de cette Ligue du LOL (la plupart d’entre eux ont été mis à pied), Laurence Guenoun dit pouvoir « difficilement les plaindre » mais « avoir beaucoup de pitié pour eux ». « Ça leur revient dans la gueule. »

Kenza Sadoun el Galoui regrette elle de ne pas avoir signalé ces harceleurs qu’on appelait à l’époque des « trolls » : « Avec le recul j’aurais dû le faire. Quand je vois tous les témoignages, je m’en suis beaucoup voulu. Je trouve ça nul de ne pas avoir réagi, j’ai eu de la chance parce que je m’en suis sortie plutôt bien. Pour moi, ça devenait la normalité d’en recevoir tous les jours. »

« Twitter ces derniers jours, c’est devenu règlement de compte à O.K. Coral », regrette cependant Laurence Guenoun. « Beaucoup confondent se clasher et harceler. On se clashait beaucoup sur Twitter à l’époque parce qu’on était pas d’accord avec les idées de l’autre ou parce qu’on avait dit une connerie ».

Elle a contacté un ami avocat, Rubin Sfadj, de l’association faisant la promotion de la mixité Jamais sans elles. Elle aussi, tout comme la Fondation des Femmes, a décidé de proposer l’aide de son groupe d’avocat·es pour aider les victimes de ces cyber-harcèlements.

 

https://www.letemps.ch/opinions/ligue-lol-infecte-debats

Quand la Ligue du LOL faisait du Luraghi (Pascal Edouard Cyprien) dans AC ! Brest
n/a
© susuma
3 minutes de lecture
Publié samedi 16 février 2019 à 12:03, modifié samedi 16 février 2019 à 12:04.

 

Opinions

 

Comment la Ligue du LOL a infecté les débats

 

Les agissements de quelques journalistes qui ont semé la terreur sur les réseaux sociaux montrent à quel point une société est fragile. Proférer des discours de haine et d’exclusion n’est pas anodin: cela abîme des personnes et tire toute une population vers le bas

 

Si les médias ont un rôle crucial parmi tant d’autres, c’est d’organiser le débat. Cela peut paraître paternaliste pour certains mais il s’agit pourtant d’une mission de salubrité publique. A l’ère des fake news, du complotisme et des discours de haine, des professionnels peuvent utilement organiser la «curation» des discussions afin que celles-ci ne viennent pas tirer tout le monde vers le bas. Tout cela était vrai jusqu’à la mise au jour des agissements de la désormais tristement célèbre Ligue du LOL qui regroupait de nombreux journalistes. Ces derniers avaient tous le même profil: des hommes blancs, jeunes, bien installés, racistes, misogynes et homophobes. Ce scandale donne raison à ceux qui détestent les médias. Et ce n’est pas une bonne nouvelle.

La Ligue du LOL a commencé ses activités il y a 10 ans. Il s’agissait alors d’un groupe de pionniers dans le domaine de l’utilisation des nouveaux outils du journalisme web, décidant qui était (ou pas) digne de rejoindre leur communauté. A quoi leur a servi cette expertise? Ces «caïds» lâchés sur les réseaux sociaux – principalement Twitter – ont harcelé des dizaines de personnes, surtout des femmes, qu’ils ont humiliées, mais aussi des hommes dont ils ont brisé la carrière.

Sexisme, antisémitisme, volonté de détruire sont autant d’éléments qui se retrouvent dans les milliers de tweets rédigés alors par les membres de la Ligue du LOL. Les commentateurs qui s’étonnent aujourd’hui de la violence qui surgit à chaque manifestation des «gilets jaunes», des agressions en hausse contre la communauté juive ou de la volonté de certains liguards de s’attaquer à l’Etat de droit auraient pu lire l’avenir dans les entrailles numériques de la Ligue du LOL. Ces cyberharceleurs constituaient bien une avant-garde finalement. Ils ont participé, comme tant d’autres sur les réseaux sociaux, à infecter le débat public français.

En assimilant leur prétendue lutte contre le «politiquement correct» à une destruction systématique des principes fondamentaux – à commencer par le respect de la personne –, cette meute a installé une rhétorique de la terreur sur les réseaux. Comme des sales gosses dans une cour de récré, ils ont utilisé le champ lexical des films pornos et des jeux vidéo ultra-violents afin de disqualifier tous ceux qui ne leur ressemblaient pas.

Ironie de l’histoire, les journalistes membres de cette ligue ne travaillaient pas pour la presse d’extrême droite mais pour des titres considérés comme étant à gauche et branchés. Cette crise qui éclate juste après un procès à Paris où se voyait dénoncé le comportement de harceleur d’un ancien élu écologiste jette une ombre cruelle sur le camp des progressistes. Dans les deux cas, la justice, largement démunie face à des faits prescrits, ne pourra pas laver l’outrage, ni rendre aux victimes leur dignité. Quant au débat public français, il paraît désormais durablement et gravement malade.

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo