Ligue du LOL et autres : Jean-Marc Manach d’Arrêt sur Images aime beaucoup trop les cyberharceleurs

Une semaine après les premières révélations sur la Ligue du LOL était exhumée la vidéo d’une émission de Jean-Marc Manach interviewant en mai 2013 un des membres de ce groupe de cyberharceleurs qui, ne dévoilant pas son identité, était alors présenté comme un « gentil troll ».

Il vient de refaire une émission sur le sujet avec ASI, sous le titre fort désagréable de : « On ne peut pas réduire la Ligue du Lol à du harcèlement » (voir ci-dessous).

Comme il est hors de question que je verse un centime à ce média, vu ce que ses journalistes (les mêmes) avaient aussi fait sur mon compte la même année, et mis en ligne le 10 septembre 2013, je n’ai personnellement pas accès à la totalité de l’article et de la vidéo correspondants, lesquels sont réservés aux abonnés d’ASI. Il ne m’est donc pas possible d’en commenter plus que le titre.

En revanche, je vais parler un peu pour la toute première fois de cette émission de septembre 2013 comportant un reportage-débat qui m’était consacré, sous un titre également très désagréable : « Faudra-t-il dénoncer les blagues de blondes sur Internet ?«  (voir ci-dessous).

La vidéo de cette émission est aujourd’hui intégralement réservée aux abonnés d’ASI.

Que ceux qui n’en sont pas se rassurent : ils ne perdent vraiment rien à la méconnaître, c’est juste une commande du cyberharceleur Pascal Edouard Cyprien Luraghi auprès de son ami Jean-Marc Manach, également ami de David Servenay, ancien journaliste de Rue89, lui-même très grand ami des cybercriminels de la bande dudit Pascal Edouard Cyprien Luraghi, lesquels ont toujours sévi sur le site Rue89 de 2008 jusqu’à janvier 2017, ces deux journalistes étant passés par OWNI, site connu pour avoir hébergé ou employé plusieurs des membres de la Ligue du LOL, dont l’activité de harcèlements sur Internet s’inspire à l’évidence de manière directe de celle de la bande du mythomane « en ligne et à l’oeil depuis 2001″.

Je n’avais donc pas été prévenue avant sa diffusion, Jean-Marc Manach n’ayant à aucun moment cherché à me joindre pour recueillir ma version des faits, son but étant de diffuser uniquement celle, entièrement mensongère et très fortement calomnieuse à mon égard, du mythomane précité.

Il avait toutefois invité à donner son point de vue sur l’incroyable jugement du TGI de Brest du 11 juin 2013 qui l’affectait comme moi le juriste de mon hébergeur de blog de 2010 à 2013, à savoir la plateforme de blogs et société OverBlog.

Cela lui vaudra la rancune tenace de son bon ami Cyprien Luraghi qui dès lors publiera sur divers sites des commentaires haineux à son encontre, que je finirai par remarquer, après d’autres beaucoup plus amènes, et à propos desquels je le contacterai à compter du 17 septembre 2014, d’abord sans me présenter.

Voilà la réponse qu’il avait bien voulu me faire à cette date :

Le 17/09/2014 à 13:02, manhack a écrit :

Cyprien a eu des soucis avec quelqu’un qui l’a diffamé, et il a réclamé à l’hébergeur de son site de censurer les propos en question; on en a longtemps discuté, et on n’est pas d’accord; je pense que c’est à la Justice de décider ce qui doit être censuré (ou pas), pas à un opérateur privé.

PS : comment avez-vous eu mon mail ?
bien cordialement, 
jean marc manach
Le 17 septembre 2014 11:40, XXXXXXXXXXXX a écrit :

Bonjour,Je tombe sur des commentaires de Cyprien LURAGHI sur l’article qui se trouve à cette adresse :http://merzeau.net/reflexions-sur-le-droit-a-loubli/Notamment, il a écrit :

Cyprien Luraghi

Je suis en train de vous écouter dans l’émission 12h42.

Vous n’avez pas la moindre idée de ce dont quoi vous causez et encore moins de la vraie vie des vrais gens en chair et en os.

Lisez ça :

http://icyp.fr/2011/12/24/nemrod34-gagne-en-appel-contre-overblog/

Lisez bien tout, et suivez TOUS les liens inclus.

Et demandez d’en savoir plus à M. Manach.

RépondreDonc, je suis son conseil et vous demande de bien vouloir m’en dire plus.Merci de me renseigner.Cordialement,

XXXXXXX.

 

S’ensuivra une conversation par échange de mails au cours de laquelle, après m’être présentée, je lui expliquerai quelle était la situation réelle. Il y mettra fin le 23 septembre 2014 au motif que je l’ennuyais avec mes reproches quant à sa proximité avec mes harceleurs, qu’il ne souhaitait déranger en aucun cas (je lui demandais de bien vouloir témoigner de toutes leurs calomnies à mon encontre), et son adhésion sans aucune réserve à leur version des faits mensongère qu’il se permettait de divulguer auprès d’inconnus, en l’occurrence moi avant que je ne me présente, sans avoir jamais pris la peine de me contacter pour savoir ce qu’il en était réellement.

Cerpendant, je ne savais encore rien de son émission du 10 septembre 2013, personne ne m’en ayant jamais avertie, ni avant, ni après sa diffusion.

Je l’ai recontacté le 27 novembre 2014 après avoir trouvé un autre commentaire de Cyprien Luraghi le concernant, et il m’avait alors répondu comme suit :

Le 28/11/2014 à 18:32, manhack a écrit :

Bonjour,

comme précédemment indiqué, il a tenté de me convaincre de sa version de l’histoire, mais comme je n’étais pas d’accord avec lui sur la responsabilité des hébergeurs, depuis, il ne semble plus vraiment m’apprécier…

 

bien cordialement, 
jean marc manach 
Le 27 novembre 2014 16:00, XXXXXXXXXX a écrit :

Bonjour,Je suis en train de parcourir les commentaires les plus récents du malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi sur le site Rue89.Comme à son habitude, il peste contre les journalistes dont il n’a réussi à convaincre strictement aucun d’écrire ou publier quoi que ce soit à mon sujet – il me traite toujours de la même manière.Et là, je viens de trouver ceci qui vous concerne :

Numéric Numéric a publié un commentaire à l’article « Evidemment, on ne nous épargnera pas la petite conclusion technophobe… » – il y a 1 semaine 2 jours

Tiens, lis cet article gnangnan radotage gogol du fameux Manach, genre tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil : CLIC

Moi je dis : ils sont totalement à côté de la plaque, ces sectouilleux-là ! Putains de pieds tendres nolife qu’ils sont…

Hunter S. Thompson, reviens !

============================================

Vous aviez donc bien raison de me répondre il y a deux mois que vous n’étiez pas amis – mais à vrai dire, je ne l’ai jamais pensé.

Il reste qu’il a bien tenté de vous vendre sa merde me concernant, comme à bien d’autres, et que votre témoignage à ce sujet m’intéresse toujours.

Pourrez-vous un jour me le livrer ?

Merci de me répondre, ce serait sympa.

Cordialement,

XXXXXX.

 

Il me faudra attendre le 7 janvier 2015 pour être enfin informée :

Le 07/01/2015 à 14:49, manhack a écrit :

il s’agit je pense de cette émission, où intervenait le juriste d’overblog :

http://www.arretsurimages.net/emissions/2013-09-10/Faudra-t-il-denoncer-les-blagues-de-blondes-sur-Internet-id6100

bien cordialement, 
jean marc manach 
Le 7 janvier 2015 13:24, XXXXXXXXXX a écrit :

Bonjour,Depuis quelques jours, je fouille un peu dans les commentaires sur Rue89 et y ai notamment trouvé celui-ci de Cyprien Luraghi se plaignant d’une émission d’ASI où sa bande de « déconnologues » a été qualifiée de « harceleurs en bande organisée » pour ce qui est de ses comportements à mon encontre. Ce commentaire remonte à début février 2014. Je suis un peu chagrinée de l’apprendre de cette manière, mais bon, l’un des buts des harcèlements dont je suis victime est précisément d’isoler la cible, et ils m’ont bien isolée, personne ne m’informe de rien…Pourriez-vous m’indiquer de quelle émission il s’agit ?

Merci d’avance.Cordialement,XXXXXX.

 

Yxe Ygrec répond à Tabasco
islamigré

 

Rue89 est intimement mêlé à cette affaire : la personne condamnée − le corbeau de Brest − a écrit des milliers de commentaires ici entre 2008 et 2009 et c’est d’ici que tout est parti, pour moi en tout cas. Donc il est hors de question pour leur équipe de rédaction, de publier quoi que ce soit à ce sujet, évidemment. Idem pour d’autres journalistes, dont un qui a publié ici en free-lance autrefois et maintenant est une des figures de proue du data-journalisme français : avec lui j’ai échangé 102 mails pendant un mois et demi et passé des heures au téléphone jusqu’à pas d’heure : il sait précisément de quoi il en retourne, à savoir : d’un hébergeur ayant refusé de se conformer à la LCEN et à ses propres CGU pour des raisons que j’ignore, ainsi que mes compagnons de galère. Et : silence radio. Mieux : le juriste de cet hébergeur nous a accusés publiquement sur PCInpact et dans une émission d’ASI − 12h42 − présentée par ce même data-journaliste, d’avoir été des genre de « harceleurs en bande organisée », nous comparant à ces fumiers ayant poussé une minette au suicide sur Ask.com. Faut se cramponner quand on lit et qu’on voit ça, tu sais… J’ignore encore jusqu’où cette dégueulasserie ira : je fais confiance aux tripes puantes du tréfonds de l’esprit humain pour ça… Aucun journaliste n’aura le courage de parler de cette affaire : elle est bien trop sale pour leurs petits mimines bien proprettes.

 

Voilà. Edifiant, non ? Il voit bien que je ne suis pas au courant et ne me dit rien de son émission dont il faudra que je découvre moi-même des traces de l’existence avant d’être enfin informée…

Après cela, je lui ai toujours vainement demandé, et de rectifier ses propos publics me concernant, et d’informer ses lecteurs ou auditeurs des échecs judiciaires de mes harceleurs…

 

https://www.lexpress.fr/actualite/medias/quand-un-membre-de-la-ligue-du-lol-racontait-sa-vie-de-troll_2062436.html

« Ligue du lol »: quand l’un des trolls racontait sa vie

 

Par Audrey Kucinskas, publié le 15/02/2019 à 13:04 , mis à jour à 14:22

 

De dos, David Doucet raconte sa vie de troll, sur France 5.
De dos, David Doucet raconte sa vie de troll, sur France 5.Capture d’écran France 5

 

Une interview datant de 2013 montre le rédacteur en chef des Inrocks, David Doucet, détaillant ses fausses identités, et des canulars téléphoniques.

 

La vidéo circule beaucoup sur Twitter. On y voit un homme portant un bonnet, filmé de dos, répondant aux questions de Jean-Marc Manach, alors rédacteur en chef de l’émission de vulgarisation d’internet, le Vinvinteur, sur France 5. L’idée de ce numéro diffusé en 2013 est de parler avec un « gentil troll », qui expliquerait en quoi sa mission de trolling a presque un intérêt presque public.

L’interviewé, connu sur Twitter à l’époque sous le pseudonyme de @PascalMéric, raconte comment il a notamment créé un profil Twitter pour l’actrice Vanessa Demouy, la rendant, à dessin, particulièrement intellectuelle.

« C’est comme du théâtre en fait, dit-il, sans que sa voix ne soit altérée. Plus il y avait de gens qui la suivaient, plus je dérivais. J’avais envie de lui créer une personnalité très littéraire, cultivée, elle parlait d’Eschyle, d’épigraphie latine, sans que ça ne choque personne. [...] Le décalage était incroyable », s’étonne encore le troll, qui finit par changer de personnalité, délaissant Vanessa Demouy -qui refuse de récupérer les clés du compte Twitter- pour se transformer en Robert Hue. « J’essaie de ne pas profiter, je suis jamais dans la manipulation, » assure-t-il cependant.

LIRE AUSSI >> Les ravages de la Ligue du LOL

« Pascal Meric », qui déplore que les réseaux sociaux se soient professionnalisés au profit du « personal branding » [l'autopromotion] évoque aussi des canulars téléphoniques qu’il a lui-même réalisés. « J’ai fait des canulars mais avec des amis, où je pouvais interviewer des personnalités politiques comme Christian Vanneste (président du Rassemblement Pour la France) . [...] Dès que je suis bourré, je fais un canular téléphonique. »

« Oui Pascal Méric, c’était lui »

Depuis les révélations de l’existence de la Ligue du LOL, signées Checknews, cette vidéo de 38 minutes circule énormément sur Twitter. Car ils sont nombreux à voir derrière l’homme au bonnet, David Doucet, rédacteur en chef des Inrocks, actuellement mis à pied par sa rédaction en raison de son appartenance au groupe Facebook privé.

Lui est notamment reproché un canular téléphonique diffusé sur internet : il y fait croire à Florence Porcel, alors intermittente, qu’il est le rédacteur en chef Laurent Bon, et qu’il souhaite l’embaucher dans une émission. Florence Porcel a admis avoir pleuré pendant trois jours à la suite de la diffusion du piège.

Contacté par L’Express, David Doucet n’a pas encore répondu à nos sollicitations. Jean-Marc Manach auteur de l’interview, lui, confirme : « Oui, Pascal Méric était David Doucet, ils étaient probablement plusieurs à animer le compte, mais c’est David qui a accepté l’interview, se remémore-t-il. « Je n’avais aucune connaissance de la Ligue du LOL et je ne savais pas non plus que certains de ses membres pouvaient faire du harcèlement, comme on l’a découvert depuis la semaine passée… »

LIRE AUSSI >> Ligue du LOL, un harcèlement volontiers antisémite

Malgré tout, Jean-Marc Manach tient à remettre cette interview en contexte. « J’avais totalement oublié, pour tout dire, tout ce qui entourait cette interview. Florence Porcel jouait elle-même par ailleurs un troll, déguisée en fée Clochette. » Quand l’émission est diffusée sur France 5, en mai 2013 (après sa diffusion en ligne) Pascal Méric publie, dans la foulée, son canular téléphonique. Relayé par Jean-Marc Manach lui-même, comme il le confie à L’Express, tweet à l’appui.

« On s’était fait troller par le troll »

« Je me suis excusé auprès de Florence, car s’il n’y avait pas eu l’émission, elle ne se serait pas fait piéger. Comme je n’étais pas tout le temps là, je ne savais pas qu’elle avait pleuré pendant trois jours… Et par ailleurs, à l’époque, j’avais en effet trouvé ça vraiment drôle : on s’était fait troller par le troll qu’on avait invité… Aujourd’hui, David Doucet est accusé d’avoir ‘harcelé’ Florence, alors que c’était donc un canular, qu’elle a perçu comme faisant partie du harcèlement dont elle avait fait l’objet depuis 2010″, déplore le journaliste.

Sur Twitter, la vulgarisatrice scientifique a relayé le message d’excuses de David Doucet, qui a lui-même admis être à l’origine du piège. « Cette libération de la parole m’a fait prendre conscience que je comptais parmi les bourreaux. Durant cette période, j’ai en effet réalisé deux canulars téléphoniques dont celui raconté courageusement par Florence Porcel. [...] Je mesure aujourd’hui la dégueulasserie de ces actes et je n’ai pas d’excuses pour cela. »

Et auprès de France 3, Florence Porcel a détaillé les actes de malveillance dont elle a été victime. « C’étaient des messages malveillants, qui m’attaquaient moi, ma personnalité, mon travail, et surtout de manière répétée, ciblée, pendant des années. C’était clairement pour me nuire, pour me faire perdre confiance en moi, pour m’humilier. »

 

https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement/ligue-du-lol/video-quand-un-membre-de-la-ligue-du-lol-racontait-ses-canulars-a-la-television_3193393.html

VIDEO. Quand un membre de la « Ligue du LOL » racontait ses canulars à la télévision

 

Selon les informations de « L’Express », la personne interviewée est David Doucet, rédacteur en chef du service web des « Inrocks », mis à pied à titre conservatoire, après les révélations sur la « Ligue du LOL ».

 

Jean-Marc Manach, rédacteur en chef de l\'émission \"Le Vinvinteur\", sur France 5, lors d\'une émission en 2013 avec \"Pascal Méric\". 

Jean-Marc Manach, rédacteur en chef de l’émission « Le Vinvinteur », sur France 5, lors d’une émission en 2013 avec « Pascal Méric ».  (LE VINVINTEUR / YOUTUBE)

 

« C’est une personne dont j’ai trouvé une photo comme ça, et d’un coup j’ai essayé d’en faire une sorte de journaliste redresseur de torts, légèrement beauf sur les bords, très attaché aux vieilles règles d’Internet. Durant longtemps, les gens ont cru que c’était un vrai personnage. » Nous sommes en mai 2013 et Jean-Marc Manach, alors rédacteur en chef de l’émission, « Le Vinvinteur », diffusé sur France 5, reçoit un « troll » sur son plateau.

Dans cette vidéo exhumée par L’Express, on y voit l’interviewé raconter comment il a créé de toutes pièces des faux profils au nom de célébrités (l’actrice Vanessa Demouy, l’ancien patron du PCF Robert Hue et l’écrivaine Tristane Banon) mais aussi celui d’un certain Pascal Méric, devenu un personnage connu sur le réseau social.

Le « troll » explique qu’il a également une autre spécialité : « Dès que je suis bourré, je fais un canular téléphonique.«  Mais, assure-t-il, « j’essaye de ne pas profiter, je suis jamais dans la manipulation. »

« Oui, Pascal Méric était David Doucet »

Derrière cet homme au bonnet, les internautes sont nombreux à avoir reconnu David Doucet, devenu depuis rédacteur en chef du service web des Inrocks, et mis à pied à titre conservatoire pour avoir participé à la « Ligue du LOL », ce groupe d’internautes accusés d’avoir dénigré et harcelé des journalistes et des blogueurs au tournant des années 2010. Il a notamment reconnu avoir participé à un canular visant la journaliste Florence Porcel.

Interrogé par L’Express, Jean-Marc Manach confirme que David Doucet était bien son invité dans l’émission. « Oui, Pascal Méric était David Doucet, ils étaient probablement plusieurs à animer le compte, mais c’est David qui a accepté l’interview, se souvient-il. Je n’avais aucune connaissance de la ‘Ligue du LOL’ et je ne savais pas non plus que certains de ses membres pouvaient faire du harcèlement, comme on l’a découvert depuis la semaine passée… » 

Jean-Marc Manach avait, à l’époque, relayé le canular dont avait été l’objet Florence Porcel, jeune journaliste, également participante à l’émission « Le Vinvinteur » qui fait partie des victimes de la « Ligue du LOL ».

« Je me suis excusé auprès de Florence, car s’il n’y avait pas eu l’émission, elle ne se serait pas fait piéger. Comme je n’étais pas tout le temps là, je ne savais pas qu’elle avait pleuré pendant trois jours… Et par ailleurs, à l’époque, j’avais en effet trouvé ça vraiment drôle : on s’était fait ‘troller’ par le ‘troll’ qu’on avait invité… », poursuit Jean-Marc Manach. Contacté par L’Express, David Doucet n’a pas répondu aux sollicitations de l’hebdomadaire.

 

https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/on-ne-peut-pas-reduire-la-ligue-du-lol-a-du-harcelement

« On ne peut pas réduire la Ligue du Lol à du harcèlement »

 

22 février 2019

01 h 21
  • Avec
    Rafik Djoumi et Jean-Marc Manach et Florence Porcel
  • Presentation
    Daniel Schneidermann et Juliette Gramaglia
  • Préparation
    Adèle Bellot
  • Deco-Réalisation
    Sébastien Bourgine et Antoine Streiff

 

Réservé à nos abonné.e.s

 

Les agressions reprochées à la Ligue du LOL sont-elles les dérapages solitaires de certains esprits pervers, ou bien peut-on tenter de les relier à une « culture du LOL », elle-même partie prenante d’une plus vaste culture du web ? Plongée dans la très lointaine période du début des années 2010, avec Jean-Marc Manach, journaliste spécialisé sur les questions de surveillance et de vie privée sur internet, ancien rédacteur en chef de l’émission Le Vinvinteur (France 5, 2012-2013) ; Rafik Djoumi, ancien rédacteur en chef du magazine Bits (Arte Creative, 2013-2018) ; et Florence Porcel, vulgarisatrice scientifique, l’une des premières à témoigner du harcèlement subi de la part de la « Ligue du Lol ».

Twitter, « c’était la cour de récré »

On commence l’émission par le témoignage de Florence Porcel. En 2013, elle reçoit un coup de téléphone d’une personne se présentant comme Laurent Bon, producteur du Petit Journal, pour lui proposer du travail. Il s’agit en réalité de David Doucet, devenu entretemps rédacteur en chef du site des Inrocks aujourd’hui mis à pied et en procédure de licenciement. Plusieurs enquêtes (Mediapart, Rue89, Le Monde), ont détaillé depuis le management parfois brutal de Doucet, ainsi que de certains de ses collaborateurs ou supérieurs, envers des journalistes. Porcel revient aussi sur le harcèlement qu’elle a subi pendant des années. « J’avais peur pour mon intégrité physique » se souvient-elle, évoquant des « tw…

 

https://www.arretsurimages.net/emissions/faudra-t-il-denoncer-les-blagues-de-blondes-sur-internet

Arrêt sur images

Notre nouvelle émission avec PCINpact, animée par Jean-Marc Manach

10 septembre 2013

42 m 40

 

Réservé à nos abonné.e.s

 

Un tour de vis inattendu sur la liberté d’expression sur Internet ?

 

Un projet de loi sur l’égalité hommes femmes, qui devrait être débattu au Sénat en ce mois de septembre, devrait inclure de nouvelles obligations pour les plateformes de blogs et les hébergeurs Internet. Il devrait notamment élargir considérablement les propos susceptibles d’être dénoncés à la police, comme le signalait cette enquête de PCINpact. Ainsi, les discours « haineux » ou « sexistes » devraient être dénoncés.

Ces dispositions sont-elles légales ? Et à propos, sont-elles techniquement possibles ? C’est à ce sujet que nous consacrons notre nouvelle émission, 14 heures 42, en partenariat avec PCINpact. Elle sera diffusée tous les deux mardis à 14 heures 42 précises, et durera 42 minutes. Cette émission, qui se propose de répondre à la gr…

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo…

Cet article est réservé aux abonné.e.s

 



L’Inde bombarde un camp d’entraînement islamiste au Pakistan

Où se trouve actuellement le malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi ?

A la suite des révélations débutées vendredi 8 février 2019 concernant la Ligue du LOL, dont il avait très largement inspiré les activités de harcèlement sur Internet, et du décès brutal par « maladie foudroyante » de son complice le juge brestois ultra CORROMPU Raymond André, il avait publié le 11 février dernier un texte étrange laissant entendre qu’il retournait lui-même dans cette même zone.

Y était-il vraiment physiquement depuis lors ?

Ou bien était-ce seulement l’annonce de l’attentat du 14 février 2019 ?

 

https://www.francetvinfo.fr/monde/inde/cachemire-l-inde-bombarde-un-camp-d-entrainement-islamiste-le-pakistan-proteste_3207899.html

Cachemire : l’Inde bombarde un camp d’entraînement islamiste, le Pakistan proteste

 

L’armée pakistanaise accuse l’Inde d’avoir « violé la ligne de contrôle » qui fait office de frontière entre les deux pays au Cachemire.

 

Un Mirage 2000 de l\'armée indienne lors d\'un exercice militaire, le 16 février 2019.
Un Mirage 2000 de l’armée indienne lors d’un exercice militaire, le 16 février 2019. (PRAKASH SINGH / AFP)

 

L’Inde a annoncé, mardi 26 février, avoir mené au petit matin en territoire contrôlé par le Pakistan une « frappe préventive » contre le principal camp d’entraînement du groupe islamiste responsable de l’attentat suicide qui a tué 41 paramilitaires indiens au Cachemire le 14 février.

« Aux premières heures aujourd’hui, l’Inde a frappé le plus grand camp d’entraînement de Jaish-e-Mohammed à Balakot. Dans cette opération, un très grand nombre de terroristes, de formateurs, de hauts commandants et de jihadistes entraînés aux attentats suicide de Jaish-e-Mohammed ont été éliminés », a déclaré Vijay Gokhale, un haut responsable de la diplomatie indienne, lors d’une conférence de presse.

Le porte-parole de l’armée pakistanaise, le général Asif Ghafoor, avait auparavant accusé l’armée de l’air indienne d’avoir « violé la ligne de contrôle », qui sert de facto de frontière entre les deux pays au Cachemire. « L’armée de l’air pakistanaise s’est aussitôt mobilisée. Les avions indiens sont repartis », a-t-il indiqué sur Twitter. Les avions indiens ont fait leur intrusion du côté du secteur de Muzaffarabad, capitale du Cachemire pakistanais, a-t-il ajouté dans un second tweet. Ils ont pénétré à environ « 3 à 4 miles » (4 à 6 km) dans le territoire sous contrôle pakistanais, a-t-il précisé par la suite.

Des tensions très vives entre les deux pays

Selon les Pakistanais, les avions indiens, pris en chasse, auraient largué en hâte une charge sans faire de victimes ni de dégâts. Mais la chaîne CNN News 18 assure que les frappes indiennes ont fait « près de 200 victimes », citant des « sources gouvernementales haut placées ». L’agence de presse indienne ANI affirme pour sa part que 12 avions Mirage 2000 ont frappé dans la nuit des camps insurgés sur le territoire pakistanais.

L’Inde accuse de longue date le Pakistan de soutenir en sous-main les infiltrations de militants islamistes et la rébellion armée au Cachemire indien, ce qu’Islamabad a toujours démenti.

Les tensions sont très vives entre les deux voisins depuis l’attentat suicide du 14 février au Cachemire indien, revendiqué par le groupe islamiste insurgé Jaish-e-Mohammed (JeM), basé au Pakistan. L’attaque a suscité une vague de colère en Inde et des appels à des représailles. Le Premier ministre indien Narendra Modi, qui cultive une image d’homme fort et briguera un second mandat au printemps, est sous pression de son opinion publique et des commentateurs pour procéder à une réplique musclée.



Le gouvernement veut diminuer l’indemnisation du chômage pour les cadres : pourquoi ?

L’emploi des cadres serait au meilleur niveau; percevant des « salaires très élevés », ils bénéficieraient aussi d’une « très forte employabilité » – laquelle ? « qui peut le plus peut le moins » ?

En tous les cas, voilà comment le gouvernement entend justifier une réforme dont les syndicats ne veulent pas, en lui opposant d’excellents arguments :

« À chaque fois qu’on baisse l’indemnisation des demandeurs d’emploi, on baisse leur capacité à retrouver du travail. […] Il y a un sujet sur les cadres mais l’indemnisation dégressive, je crois que c’est mettre le doigt dans un système qui n’a jamais prouvé son efficacité. »

Et la démarche du gouvernement est « populiste sans aucune piste d’économies sérieuse ».

Il est certain que si l’emploi des cadres est au meilleur niveau, le nombre de ceux d’entre eux qui restent sans emploi est aussi au plus bas niveau, et leur indemnisation globale itou.

Cependant, individuellement, chacun d’entre eux conserve, tout au moins tant qu’il est indemnisé au taux fort, un certain pouvoir de nuisance à l’encontre de son ancien employeur en cas de licenciement injustifié ou très conflictuel, voire, le cas échéant, de démission forcée pour cause de harcèlement moral ou d’agressions graves…

Il s’agit là d’un problème crucial pour les patrons voyous et tous leurs complices fonctionnaires CORROMPUS ainsi que leurs miliciens de l’extrême-gauche, dont, naturellement, la mère maquerelle Josette Brenterch du NPA de Brest et tous ceux qu’elle a pu mobiliser pour anéantir toute ma famille.

En effet, comment peut-on contraindre une femme ingénieur à se prostituer, alors que même au chômage elle « touche » encore plus d’un SMIC et peut ainsi se permettre de recourir aux services d’un avocat contre ses harceleurs ou consacrer un certain temps à se défendre elle-même ?

C’est une question à laquelle les fonctionnaires brestois ultra CORROMPUS au service de mes anciens employeurs voyous, proxénètes et trafiquants d’armes, avaient répondu très tôt à coups de redressements fiscaux arbitraires contre plusieurs de mes proches et moi-même, afin, d’une part, de me reprendre illégalement par ce biais toutes mes allocations de chômage et autres ressources possibles, et d’autre part, d’empêcher mes proches de m’aider financièrement. Leurs attaques au portefeuille, toujours avec les mêmes objectifs, ne se limitaient pas à ces vols purs et simples par des complices disposant de la puissance publique pour faire ce qu’ils veulent en toute impunité, elles étaient en fait multiformes et se sont répétées à de multiples reprises au cours des trois dernières décennies du fait que je résistais et ne me prostituais toujours pas. Bien évidemment, cela a encore recommencé alors que la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest me faisait publiquement passer pour une prostituée avec l’aide de son complice le mythomane Pascal Edouard Cyprien Luraghi tout en me faisant harceler sexuellement par d’autres complices dans la « vraie vie » alors même qu’elle me faisait aussi poursuivre pour avoir osé publier des démentis et droits de réponse à la suite de ses campagnes de calomnies publiques à mon encontre…

Supprimer leurs allocs à tous ces cadres devenus subitement très dérangeants serait quand même beaucoup plus simple et éviterait de devoir recourir à une multitude de complices qu’il faut corrompre pour au final laisser des traces tangibles de quantité d’exactions attestant d’un harcèlement certain…

 

https://www.bfmtv.com/economie/edouard-philippeil-faut-revoir-les-regles-d-indemnisation-de-l-assurance-chomage-pour-les-salaires-eleves-1640223.html

Edouard Philippe: il faut « revoir » les règles d’indemnisation de l’assurance chômage pour « les salaires élevés »

 

26/02/2019 à 09h36 Mis à jour le 26/02/2019 à 09h41
Edouard Philippe

Le Premier ministre Edouard Philippe. – AFP

 

L’Etat vient de reprendre la main sur la réforme de l’assurance chômage. Le Premier ministre et la ministre du Travail ont présenté ce mardi la méthode et le calendrier qu’ils vont adopter.

 

Après l’échec des négociations entre les partenaires sociaux, qui ont buté sur l’instauration d’un bonus-malus pour lutter contre l’abus des contrats courts, le gouvernement a repris la main sur la réforme de l’assurance chômage.

Edouard Philippe et Muriel Pénicaud ont tenu une conférence de presse ce mardi pour présenter la méthode et le calendrier de cette réforme. Des décisions seraient prises « au printemps » sur ce dossier, avant la publication d’un décret « pendant l’été ». La concertation débutera cette semaine.

Le Premier ministre a pointé un paradoxe français: les règles de l’assurance chômage indemnisent dans le même temps à un niveau bien supérieur en Europe alors que l’emploi des cadres est au meilleur niveau. C’est pourquoi Edouard Philippe estime qu’il faut « revoir » ces règles de l’assurance chômage pour « les salaires élevés ».

>> Plus d’informations à suivre…

 

 

https://www.bfmtv.com/economie/le-gouvernement-envisage-de-toucher-aux-allocations-chomage-des-cadres-1639798.html

Le gouvernement envisage de toucher aux allocations chômage des cadres

 

25/02/2019 à 10h17
Muriel Pénicaud.jpg

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud. – Éric Feferberg – AFP

 

L’exécutif réfléchit à instaurer la dégressivité des indemnités pour les cadres, voire un plafonnement de leurs allocations, selon une information des Échos.

 

Alors qu’il a repris la main sur la réforme de l’assurance chômage après l’échec des négociations entre les partenaires sociaux, le gouvernement commence à étudier plusieurs pistes pour faire des économies. Parmi elles, la révision des règles de l’assurance chômage des cadres, révèlent Les Échos.

Déjà en septembre, le Premier ministre Édouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud avaient émis l’idée d’instaurer la dégressivité des indemnités pour les cadres. Le locataire de Matignon envisageait notamment une diminution des allocations dans le temps pour ceux qui perçoivent des « salaires très élevés » ou qui bénéficient d’une « très forte employabilité », rappellent Les Échos. Une proposition qui n’avait finalement pas été retenue par les syndicats et le patronat.

Le plafonnement des allocations chômage à l’étude

Le gouvernement étant désormais à la manœuvre, la mesure pourrait revenir sur le tapis. Il envisagerait par ailleurs de plafonner les allocations chômage des cadres. Actuellement, les contributions à l’assurance chômage sont appliquées aux salaires bruts dans la limite d’un seuil fixé à quatre fois le plafond de la Sécurité sociale. Autrement dit, un allocataire ne peut pas percevoir plus de 7700 euros par mois environ.

Or, l’exécutif réfléchit à abaisser ce plafond, arguant que ce dernier est le plus élevé d’Europe. D’après l’Unédic, réduire le plafond à 3 fois celui de la Sécurité sociale (5775 euros) permettrait de réaliser 137 millions d’euros d’économies par an, sur un total de 34 milliards d’euros. Un abaissement de ce même plafond à 2,5 fois celui de la Sécurité sociale (4800 euros) dégagerait 285 millions d’euros.

« Opportunisme »

Sur France 2, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, s’est opposé ce lundi à une diminution des allocations chômage des cadres, expliquant être favorable à un « système de dégressivité pour aucun chômeur indemnisé ». « À chaque fois qu’on baisse l’indemnisation des demandeurs d’emploi, on baisse leur capacité à retrouver du travail. […] Il y a un sujet sur les cadres mais l’indemnisation dégressive, je crois que c’est mettre le doigt dans un système qui n’a jamais prouvé son efficacité », a-t-il ajouté.

De son côté, la CFE-CGC, syndicat de l’encadrement, s’est également opposé à un tel projet. Son secrétaire national, Jean-François Foucard, a dénoncé « l’opportunisme » de l’exécutif. Sur RTL, François Hommeril, président du syndicat, a pour sa part qualifié la démarche du gouvernement de « populiste sans aucune piste d’économies sérieuse ».

Paul Louis


Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo