Procès de Laurent Dejean à Toulouse : il faut sauver le soldat Luraghi !

Enfin, sauver le soldat Dejean pour sauver le soldat Luraghi…

C’est quand même bien l’impression qu’on a, là… Ce serait risible si ce n’était grave – sont tous tellement prévisibles, ces ripoux…

Je rappelle qu’il y a la quasi totalité des magistrats du Finistère, également au moins un magistrat de la Cour d’Appel de Montpellier, et encore quelques autres. Ils se serrent les coudes face aux victimes.

Revenons à Laurent Dejean, que tout le monde aurait laissé croupir dans sa merde si personne ne doutait de son innocence.

On l’a déjà vu anéantir tout le travail de son avocat en quelques mots devant la Chambre de l’Instruction, et dès l’ouverture du procès, sans que personne ne le lui demande, reconnaître enfin que la Clio, c’est lui, c’est vrai… mais pas encore le reste, puisqu’il se dit toujours innocent…

Le risque qu’il casse lui-même sa belle défense en stéréophonie (ses avocats d’un côté, l’avocat général de l’autre) est bien réel, avec pour conséquence redoutée, s’il est effectivement coupable, qu’il finisse tôt ou tard par balancer Luraghi et toute sa clique, soit après sa condamnation, soit même, éventuellement, durant le procès.

Du coup, il n’a pas la parole.

Ce fut exactement la même chose pour toutes les procédures de Jean-Marc Donnadieu contre mon ancien hébergeur de blog OverBlog dans l’Hérault : il n’a jamais été présent, ni en première instance à Béziers, ni en appel à Montpellier. C’était la condition sine qua non pour que son avocat (un escroc) puisse tranquillement plaider son affaire pour le faire gagner le plus sûrement possible… et ses commanditaires avec lui… à l’aide d’arguments qui n’étaient pas du tout les siens et pour certains s’y opposaient même de manière radicale – mais il a toujours été totalement incapable d’y comprendre quoi que ce soit, et donc, il valait beaucoup mieux pour les intérêts âprement défendus avec ses minables escroqueries au jugement qu’aucun magistrat honnête ne puisse l’entendre et prendre conscience de ce qui se jouait réellement.

Sur ce, je voudrais que tous ceux qui me lisent sachent que je prends des risques en commentant ce procès comme je le fais.

J’en ai parfaitement conscience, mais bon, vu la somme de criminalité et de corruption d’un côté, les souffrances de l’autre, pour moi la pesée est vite faite et donc… je balance.

Si d’autres pouvaient en faire de même, ce serait sympa.

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-debut-proces-laurent-dejean-1641864.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : un début de procès “sans” Laurent Dejean

 

Le procès devant la cour d'assises de Haute-Garonne de Laurent Dejean prend fin le 29 mars 2019. / © Jean-Pierre Duntze/France 3 Occitanie
Le procès devant la cour d’assises de Haute-Garonne de Laurent Dejean prend fin le 29 mars 2019. / © Jean-Pierre Duntze/France 3 Occitanie

 

Depuis le début du procès de Laurent Dejean, jugé pour le meurtre de Patricia Bouchon en 2011, les débats se déroulent sans que le prévenu ne soit sollicité. Et ce, conformément au calendrier d’audience établi par le président de la cour d’assises de Haute-Garonne.

Par Marie Martin Publié le 20/03/2019 à 15:59

5ème jour d’audience, ce mercredi 20 mars, du procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon et toujours pas un mot de Laurent Dejean.

A l’exception des trois phrases prononcées par lui, à la demande de la cour, le 14 mars 2019 [« J’ai passé quatre ans en prison pour rien. J’espérais un non-lieu. Mais la Clio, c’est vrai, c’est moi…], c’est silence radio dans le box des accusés.

Des dizaines de témoins (enquêteurs, collègues, amis…) sont déjà passés à la barre, pour parler des faits et de lui, mais jamais, jusqu’à maintenant, il n’a réagi verbalement à leurs propos.

Non pas qu’il n’en ait pas eu envie – il n’est certes pas démonstratif mais rien n’indique non plus son refus de parler -, il n’y a tout simplement pas été invité.
C’est le plan de déroulement de l’audience tel que l’a prévu le président de la cour. Et il s’y tient.

D’abord, les gendarmes. Les témoins. Les experts. Puis ce sera au tour de Laurent Dejean, la semaine prochaine.

Aussi, quand le témoin-clé est là, personne ne lui demande s’il reconnaît Laurent Dejean dans le box. Et l’inverse non plus.
L’ami d’enfance de l’accusé  l’accable (involontairement) par son témoignage ? Laurent Dejean ne lui répondra pas.

A une question de maître Stéphane Juillard, avocat du mari de Patricia Bouchon, ce mercredi : « Monsieur le Président, peut-être peut-on poser la question à Laurent Dejean ?« , c’est non. Très poliment mais fermement, le président explique que c’est mieux [pour l'accusé, croit-on comprendre] de consacrer une journée ou plus aux réponses de Laurent Dejean.

Cela donne des débats minutieux, qui vont dans les moindres détails, fouillés et apaisés. Mais un procès où le principal intéressé semble jusqu’à maintenant absent.

 

https://www.ladepeche.fr/2019/03/20/meurtre-de-la-joggeuse-de-bouloc-au-proces-les-amis-de-laccuse-se-succedent-a-la-barre,8080184.php

Meurtre de la joggeuse de Bouloc : « Je suis monté dans sa Clio »

Abonnés

  • Le procès aux assises du meurtrier présumé de Patricia Bouchon s'est ouvert lundi à Toulouse.
Le procès aux assises du meurtrier présumé de Patricia Bouchon s’est ouvert lundi à Toulouse. DDM – MICHEL VIALA

 

Publié le 20/03/2019 à 16:33 , mis à jour à 19:11

l’essentiel

Les amis et connaissances de Laurent Dejean, l’accusé dans le meurtre de Patricia Bouchon, le 14 février 2011 à Bouloc se sont succédé ce mercredi à la barre de la cour d’assises de la Haute-Garonne.

Laurent Dejean, accusé du meurtre de Patricia Bouchon, cette mère de famille tuée le 14 février 2011 alors qu’elle faisait un jogging nocturne à Bouloc, au nord de Toulouse, est sorti de son hébétude, hier après-midi au cinquième jour de son procès devant la cour d’assises de la Haute-Garonne. Il a exprimé son émotion à l’écoute du témoignage de l’un de ses meilleurs amis d’enfance, venu pour le soutenir. L’accusé, jusqu’alors atone, a souri à l’évocation de souvenirs. Il a versé quelques larmes et adressé des baisers lointains à cet ami, certain de son innocence, lorsqu’il a quitté la barre.

La journée avait difficilement commencé pour l’accusé avec l’audition d’un autre de ses « meilleurs amis » d’enfance. « Je suis monté dans une Clio avec lui », affirme d’emblée celui par lequel l’enquête de la section de recherches s’est tournée vers Laurent Dejean. Le « renseignement anonyme », c’est lui, avait dévoilé lundi le dernier directeur d’enquête. « Qu’est-ce qui vous conduit à aller rencontrer les gendarmes, à faire des révélations ? » interroge le président Roussel. « J’ai vu le portrait-robot et j’ai cru voir Laurent Dejean et ils recherchaient une Clio. Mais je ne le dénonce pas. »

Pêche, cueillette de champignons, courses à Toulouse… les deux garçons passent beaucoup de temps ensemble.
Questionné sur la Clio, il précise : « Elle était blanche. Je suis monté dedans cinq six fois. C’était un peu avant ce qui s’est passé, peut-être six mois avant. Pour transporter des objets chez le ferrailleur, Laurent rabattait la plage arrière. » Car, plusieurs témoins en parlent, « Laurent Dejean découpait des voitures à la hache ou à la débardeuse ».

Quelques jours avant le meurtre de Patricia Bouchon, leur amitié cesse. « Il est venu chez moi à 5 heures du matin pour me taxer des cigarettes et il a pété les plombs. Il a toqué violemment à la porte et il y avait ma mère. Je ne l’avais jamais vu comme ça ».

« Pétages de plombs »

Les « pétages de plombs » de Laurent Dejean sont sur les lèvres de tous ceux qui se succèdent à la barre de la cour d’assises mais aussi ses « pleurs » et ses « excuses » récurrentes à l’issue. Ils évoquent aussi son « changement de comportement entre 2010 et 2011 ».

D’autres, notamment deux de ses ex-compagnes, viennent en aide à l’accusé. « C’était quelqu’un de très consciencieux avec moi, il avait certaines valeurs au niveau des femmes », explique l’une d’entre elles. « Il était surprotecteur avec moi. Il était superattachant », confirme une autre. Son meilleur ami l’affirme, « il n’aurait jamais eu de violences envers les femmes ».

L’enquête encore remise en cause

L’audience de ce mercredi a été marquée par plusieurs incidents au cours desquels trois témoins ont remis en cause l’enquête. Interrogé par la défense représentée par Mes Guy et Pierre Debuisson, l’auteur du « renseignements anonyme » l’affirme, contrairement à ce qui est écrit au dossier :  »Je suis formel, je n’ai jamais dit qu’il s’était débarassé de la Clio deux trois jours après les faits ». Invité à la barre, le directeur d’enquête se défend : « Il ne faut y voir aucune suspicion, les remontées par les gendarmes de Fronton nous arrivent en bloc, peut-être avec une distorsion sur la période ».

Un peu plus tard, un témoin est formel : « Les gendarmes m’avaient mis un peu la pression en me disant que tout le monde l’avait reconnu » sur le portrait-robot.

Le dernier surprend. Il s’agit du meilleur ami de Laurent Dejean. « On m’a demandé de le faire boire pour qu’il avoue qu’il avait une Clio ».

La défense et l’avocat général prennent acte.

Claire Lagadic

 

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-je-ne-comprends-pas-qu-il-soit-accuse-1641976.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : “Je ne comprends pas qu’il soit accusé”

 

Le procès devant la cour d'assises de Haute-Garonne de Laurent Dejean prend fin le 29 mars 2019. / © Jean-Pierre Duntze/France 3 Occitanie
Le procès devant la cour d’assises de Haute-Garonne de Laurent Dejean prend fin le 29 mars 2019. / © Jean-Pierre Duntze/France 3 Occitanie

 

Quelques amis de Laurent Dejean ont témoigné, mercredi 20 mars 2019, 5ème jour du procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon. Des témoins à décharge, pas si nombreux dans cette affaire.

Par Marie Martin Publié le 20/03/2019 à 17:54

Marjorie a 36 ans et vit désormais dans les Hautes-Pyrénées.
Avant l’affaire Patricia Bouchon, elle fait la connaissance de Laurent Dejean, dans le cadre du chantier d’insertion où il travaille. « Tout de suite, j’ai sympathisé avec lui. Il a été très protecteur avec moi. Je venais de me faire larguer après une relation de 7 ans, j’étais seule avec mes deux enfants, je n’avais pas le permis à l’époque« , explique la jeune femme.
« Il m’aidait à faire les courses, à m’occuper des enfants. J’ai repris confiance en moi« .

Les deux jeunes gens « sortent » ensemble pendant une semaine. « Une relation amoureuse, quoi ?« , demande le président. « Oh non« , répond-elle, « ce n’était pas assez long« . « Laissez-moi mes illusions !« , s’amuse celui qui mène les débats.
Pour la première depuis le début du procès, on peut voir Laurent Dejean esquisser un sourire.

Le témoin suivant détend un peu plus l’atmosphère. Valérie T. a elle aussi rencontré Laurent Dejean au chantier d’insertion. Ils se plaisent et très vite, une relation se noue. Elle va durer un peu plus d’un mois.
« Le peu que j’ai connu, c’est quelqu’un de respectueux, il avait des valeurs concernant les femmes, je ne le vois pas du tout faire ça« . Comme d’autres, elle décrit quelqu’un de travailleur et serviable. Mais elle n’a pas envie d’une relation pérenne et lui a l’air pressé de s’installer et pourquoi pas de fonder une famille. Elle rompt par SMS.

Interrogé par le président, elle reconnaît qu’une des raisons de la rupture est la consommation excessive de cannabis de Laurent Dejean. 5 ou 6 joints par jour. « J’en avais marre de cette odeur d’herbes de Provence !« .
Fou rire général.

Yannick M. amène lui aussi des sourires sur le visage fermé de Laurent Dejean. Il est son ami d’enfance et dès son arrivée à la barre, il assène, face à la cour : « C’est incompréhensible. Je ne comprends pas qu’il soit accusé, que vous le gardiez en prison depuis quatre ans. Cela me met hors de moi, j’ai pas les mots« .

Cet ami loyal décrit Laurent Dejean comme un bosseur, casanier, respectueux vis-à-vis des femmes. « Impulsif, colérique mais jamais violent« .

Le temps des proches de Laurent Dejean est presque terminé dans ce procès. Jeudi 21 mars 2019, c’est au tour des médecins légistes de soutenir leurs expertises sur les derniers moments de Patricia Bouchon…

 



Affaire Patricia Bouchon : portrait de l’accusé Laurent Dejean

Les témoignages des amis, voisins et collègues de Laurent Dejean nous en apprennent sur sa personnalité et sa situation au moment des faits.

Retenons d’abord qu’il n’a pas digéré sa séparation d’avec son ex-amie, ce qui peut lui conférer quelques affinités avec les masculinistes haïsseurs de femmes de la bande de « déconnologues » du malade mental extrêmement dangereux pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Par ailleurs, il a beaucoup d’amis. Eux aussi.

Et tout comme eux, il est aussi consommateur de drogues : cannabis, cocaïne. Et par voie de conséquence – à moins qu’il ne s’agisse d’une cause à effet -, il est aussi caractériel.

Cependant, quelques jours avant les faits, il s’est brouillé avec son ami d’enfance qui rapporte qu’il devenait de plus en plus violent pour de simples cigarettes qu’il venait lui taxer même de nuit, à 5 heures du matin (heure de fin des discussions publiques sur les blogs Luraghi).

Il avait pourtant un emploi et se faisait aussi de l’argent en achetant et revendant des voitures, certaines au poids de ferraille après les avoir découpées chez lui (Mohamed Merah bricole aussi des voitures dans le même secteur).

Or, alors que dans ces conditions, quelques jours avant les faits il semble tellement à court d’argent qu’il ne peut plus acheter lui-même ses cigarettes, quelques temps après il décide d’arrêter de travailler. Il n’aurait donc plus besoin de son salaire.

En conséquence, j’émets l’hypothèse qu’il aurait touché comme un pactole dans l’intervalle. Lequel ? Sa rémunération pour sa participation à l’assassinat de Patricia Bouchon ?

Je rappelle ici que le commanditaire de ce crime, le psychopathe et cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi, qui a toujours été payé pour toutes ses exactions à mon encontre, avait reçu en 2011 des sommes tellement considérables à cet effet qu’au mois de mai il décidait lui aussi d’arrêter de travailler, et de manière définitive, estimant qu’il avait désormais assez d’argent pour s’en dispenser jusqu’à la fin de ses jours.

De même, dès le début de ses harcèlements à mon encontre, en 2010, son complice Jean-Marc Donnadieu de Béziers avait vu sa situation matérielle s’améliorer nettement.

Voir ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/04/15/interdit-de-harceler-jean-marc-donnadieu-veut-se-battre/

A supposer que Laurent Dejean soit l’assassin de Patricia Bouchon, celui-là même qui vient plaisanter du crime avec ses nouveaux amis sur les blogs Luraghi à compter du 25 février 2011, il est clair qu’il s’enfonce dès lors dans la « déconnologie », cette manière de vivre du crime organisé et d’en jouir haut et fort aux dépens des « bourgeois » à la marge de notre société « capitaliste ».

 

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-portrait-laurent-dejean-ses-collegues-voisins-1641398.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : le portrait de Laurent Dejean par ses collègues et voisins

 

Céline Pagès est secrétaire dans la dernière entreprise de Laurent Dejean. / © France 3 Occitanie
Céline Pagès est secrétaire dans la dernière entreprise de Laurent Dejean. / © France 3 Occitanie

 

Mardi 19 mars 2019, 4ème jour d’audience dans le procès de Laurent Dejean pour le meurtre de Patricia Bouchon, les collègues et voisins du prévenu sont venus à la barre pour tenter de décrire sa personnalité et ses comportements au moment des faits.

Par Marie Martin Publié le 19/03/2019 à 20:14 Mis à jour le 20/03/2019 à 08:39

Ils n’en ont pas tous le même souvenir mais un élément ressort de chacun des témoignages des anciens collègues de Laurent Dejean, c’est son caractère instable.

Le jeune homme, plutôt solitaire et discret, peut se comporter de manière « normale », polie et dans la minute qui suit, se mettre en colère, crier, serrer les poings et claquer des portes.

Une « bombe à retardement« , « une cocotte-minute« , décrit un de ses anciens collègues. En 2009, il est embauché sur un chantier de réinsertion. Laurent Dejean y travaille et le « coache » durant une semaine. « Au fil du temps, je me suis aperçu qu’il était impulsif. On ne pouvait pas lui dire comment travailler, il ne supportait pas les réflexions. Un jour, ça allait. Le lendemain, il faisait la gueule, on ne pouvait pas lui adresser la parole. Il lui arrivait de menacer des gens. Et parfois, après, il s’excusait« , explique ce témoin à la barre du tribunal.

Au moment de la disparition de Patricia Bouchon, Laurent Dejean travaille dans une entreprise spécialisée de la région de Bouloc. Quelques jours après les faits, il est arrêté par un médecin. Puis il est placé en unité psychiatrique. Avant de solliciter son licenciement.
A son patron qui témoigne à la barre ce mardi, il explique : « J’ai entendu dire qu’il allait y avoir des tests ADN, je ne veux pas te créer d’ennuis« .

La secrétaire de cette même enteprise témoigne elle aussi. « Il m’a dit qu’il voulait partir pour oublier« . Elle décrit un homme « perturbé, mal à l’aise, inquiétant« . Et reconnaît dans le portrait-robot établi suite au témoignage-clé de Nicolas Gelis des troublantes similitudes avec Laurent Dejean.

Même trouble pour l’une de ses voisines, qui réside dans l’immeuble où Laurent Dejean vit à Bouloc et a tissé des liens amicaux avec lui. Le portrait-robot est très ressemblant, dit-elle. Avant d’expliquer les changements de comportement de Laurent Dejean, dans le courant de l’année 2011. Il a des crises, l’accuse de pratiquer la sorcellerie contre lui. Il lui fait peur et elle prend ses distances.
Au président de la cour d’assises de Haute-Garonne qui l’interroge, elle répond : « Oui, j’ai pensé à lui au moment des faits. Je lui ai même demandé pour plaisanter mais pas seulement s’il avait quelque chose à voir avec la disparition de Patricia Bouchon. Il m’a dit : « Arrête tes conneries !« .

Madame Nathalie P., masseur-kinésithérapeute, n’a quant à elle pas tellement envie de rire quand elle évoque sa seule et unique rencontre avec le prévenu. A l’époque, elle soigne la mère de Laurent Dejean au domicile familial, en vue d’une prochaine opération. Elle raconte qu’elle l’a vu rentrer dans la maison « râlant, invectivant sa mère, claquant des portes« . Sa patiente lui dit de ne pas s’inquiéter : « N’ayez pas peur« . Avant de lui raconter que c’est un fait habituel, et que son fills l’a déjà menacé physiquement.

Voisins, anciens collègues : les témoignages se succèdent, aucun ne plaide en faveur de l’accusé. Les détails, de plus, se répètent, troublants. Ainsi ces remarques sur la façon de conduire de Laurent Dejean : « Il conduisait comme un fou« , « Il  aimait faire crisser les pneus« , « Il arrivait en faisant des dérapages« .
Comme un écho au témoignage-clé de Nicolas Gelis, ce matin…

* Le procès de Laurent Dejean devant la cour d’assises de Haute-Garonne se tient jusqu’au 29 mars.

Les grandes dates de l’affaire Patricia Bouchon

14 février 2011 : disparition de Patricia Bouchon alors qu’elle fait un footing à Bouloc, vers 4h du matin.
15 février 2011 : découverte d’effets personnels de Patricia Bouchon et d’une importante trace de sang dans une impasse de Bouloc ; lancement d’un avis de recherches.
19 février 2011 : déposition de Nicolas Gelis qui a croisé Patricia Bouchon et une voiture suspecte le 14 février. Etablissement d’un portrait-robot.
28 février 2011 : ouverture d’une information judiciaire contre X pour homicide volontaire.
29 mars : découverte par un chasseur du corps de Patricia Bouchon à Villematier, à dix kilomètres de Bouloc.
15 octobre 2013 : à la demande de la famille, diffusion du portrait-robot établi d’après la déposition de Nicolas Gelis le 19 février 2011.
9 février 2015 :  mise en examen de Laurent Dejean (après trois gardes à vue, entre 2012 et 2015).
18 janvier 2018 : saisi par Laurent Dejean qui clame son innocence et fait appel de son renvoi devant une cour d’assises, le parquet requiert un non-lieu, en l’absence de preuve formelle.
16 février 2018 : la chambre d’instruction de la cour d’appel de Toulouse va à l’encontre de ce réquisitoire et ordonne le renvoi de Laurent Dejean devant la cour d’assises de Haute-Garonne.
14 mars 2019 : début du procès de Laurent Dejean, jugé pour meurtre.

 

A lire aussi

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-ces-amis-qui-accablent-laurent-dejean-1641716.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : ces amis qui accablent Laurent Dejean

 

Jean-Luc de Biasi était un ami d'enfance de Laurent Dejean, son témoignage a été capital. / © France 3 Occitanie
Jean-Luc de Biasi était un ami d’enfance de Laurent Dejean, son témoignage a été capital. / © France 3 Occitanie

 

Ce mercredi 20 mars 2019, 5ème jour du procès devant la cour d’assises de Haute-Garonne de Laurent Dejean, poursuivi pour le meurtre de Patricia Bouchon en 2011, les proches du prévenu sont appelés à la barre. Parmi eux, des amis qui attestent qu’il possédait une Clio blanche au moment des faits.

Par Marie Martin Publié le 20/03/2019 à 11:56 Mis à jour le 20/03/2019 à 12:29

Il appelle Laurent Dejean son « collègue ». Mais en réalité, Jean-Luc de Biasi est un ami d’enfance du prévenu. Né en 1979, il allait à l’école à Fronton avec lui.

Leur amitié a duré jusqu’au moment des faits, en 2011. « On faisait plein de choses ensemble« , explique ce témoin particulier, le premier entendu dans ce procès à être proche de l’accusé.
« On allait se balader partout, on allait à la pêche, aux champignons« . Les deux hommes consomment ensemble cannabis et cocaïne. Selon Jean-Luc de Biasi, Laurent Dejean avait beaucoup d’amis mais il ne lui connaît pas de compagne, depuis sa séparation d’avec son ex-amie, séparation que le prévenu n’aurait pas « digéré ».

Quelques jours avant la disparition de Patricia Bouchon, les deux hommes se fâchent. « On s’est embrouillé« , explique Jean-Luc de Biasi. « Il était parti dans un délire. Il était venu chez moi à 5 heures du matin pour me taxer des cigarettes. Il a pété les plombs. Il était violent, agressif, il m’a insulté. Je ne l’avais jamais vu comme ça« . Les amis se quittent et ne se reverront pas avant longtemps.

Fin 2013, le portrait-robot établi grâce au témoignage de Nicolas Gelis est diffusé. Jean-Luc de Biasi est très clair : « J’ai vu le portrait, j’ai vu Laurent« . L’ami de Laurent Dejean réfléchit quelques jours, en parle à sa mère. Et décide de se rendre à la gendarmerie de Fronton. Son témoignage est d’abord recueilli anonymement, puis les enquêteurs viennent le chercher pour l’entendre. Il n’a aucune envie d’enfoncer son ami mais se soumet volontiers aux questions.

Il évoque notamment la Clio blanche que possédait Laurent Dejean à l’époque. Il est formel : il l’a vue plusieurs fois, il est même monté dedans. Confronté au suspect, à deux reprises, il ne comprend pas son ami qui dit ne pas se souvenir d’avoir possédé un tel véhicule. « Il ne peut pas avoir oublié« , explique-t-il à la barre.

Fait plus troublant encore : cette habitude qu’avait Laurent Dejean d’acheter et de revendre des voitures, voire de les découper pour les emmener dans une entreprise de ferraille à Fronton où on le payait au poids. « Il découpait les voitures chez lui« , détaille Jean-Luc de Biasi. « Je l’ai même fait une ou deux fois avec lui. Il les découpait à la hache ou à la débardeuse. Ensuite, on mettait la ferraille dans la Clio, dont les sièges arrières étaient baissés« .

Il pense que Laurent Dejean s’est débarrasé de la Clio dans l’année 2011 mais ne sait plus à quel moment.

Interrogé par la cour sur la connaissance des environs de Bouloc par Laurent Dejean, Jean-Luc de Biasi répond que Laurent Dejean connaissait les lieux comme sa poche, « il est né et a grandi ici« . Le lieu où le corps de Patricia Bouchon a été retrouvé, un mois après sa disparition, une buse en contrebas de la « route des vins » à Villematier, « il pouvait le connaître« .

Un autre ami d’enfance, non présent ce jour mais dont les dépositions sont lues par le président, est plus formel. « C’est sûr qu’il connaissait bien le secteur car on allait en boîte de nuit pas loin et on passait en mobylette sur cette route« .
Cyril G. est entendu une première fois en 2013. Ses déclarations vont dans le même sens que les autres : Laurent Dejean était « un brave type, pas bête mais une bombe à retardement« .
Il lui connaît de nombreuses voitures, dont une Clio blanche de type commercial, sans sièges arrières.
Laurent Dejean, dans une de ses crises, a agressé verbalement la mère de Cyril, pour lui réclamer des cigarettes.

Confronté au portrait-robot, le jeune homme est catégorique : « Cela lui ressemble tout à fait« . Etait-il du genre à pleurer et à s’excuser après ces emportements* : « C’est tout Laurent« …

Dans le box des accusés, Laurent Dejean se tient les bras croisés et paraît renfrogné. Il réagit très peu, à peine quelques signes d’exaspération parfois.
Sur le banc réservé aux proches du prévenu, il n’y a personne, depuis le début du procès…

* Cette question revient régulièrement car deux témoins ont entendu un homme pleurer et dire : »Excuse-moi, excuse-moi« , le matin de la disparition de Patricia Bouchon , dans l’impasse où on a retrouvé des effets personnels de la joggeuse et une importante trace de sang.

 



A Toulouse, le procès de Laurent Dejean s’est transformé en celui des gendarmes

Le méritent-ils ?

Certes un peu, voire beaucoup, ils n’ont même pas pris la peine de procéder à un minimum de vérifications sur toutes les informations que je leur avais fournies…

Cependant, pour autant que je sache, ils travaillaient sous le contrôle d’un juge d’instruction, une information judiciaire ayant été ouverte très tôt après la découverte du crime, comme toujours en la matière, le procureur de la République suivant toujours l’affaire lui aussi.

Où sont ces magistrats ? Pourquoi ne sont-ils pas sur le grill eux aussi ?

Encore un mystère…

Venons-en aux éléments débattus en ce début de semaine.

Il s’agit essentiellement du scénario de l’attaque que proposent les gendarmes sur la base de l’unique témoignage du chauffeur livreur Nicolas Gelis, 21 ans à l’époque des faits, qui lui aussi conduisait une Renault Clio ce jour-là – ce qui fait décidément beaucoup de véhicules de ce type dans cette affaire – et des constatations effectuées dans l’impasse où ont été retrouvées des traces de sang de la victime.

Les précisions horaires et de lieu fournies par le témoin indiquent que Patricia Bouchon venait en fait tout juste de sortir de chez elle et commencer son jogging – à 4h30 – lorsqu’il l’a croisée puis s’est retrouvé face à la Clio présumée de Laurent Dejean, arrêtée moins de 300 m plus loin, donc vraiment très près du domicile de la joggeuse. Celle-ci aurait d’ailleurs pu elle aussi l’apercevoir ou la dépasser environ 2mn plus tôt si elle se trouvait déjà là, à l’arrêt, tous feux éteints, mais plafonnier allumé.

Après sa confrontation avec Nicolas Gelis, qui dit s’être arrêté sur le bas-côté de la route, son conducteur, manifestement énervé ou apeuré, aurait démarré en trombe et rejoint ou précédé la joggeuse à l’entrée de l’impasse en moins de 30 secondes… tandis que le chauffeur livreur repartait de son côté sans plus rien voir ni demander son reste… quoiqu’il ait bien jeté un oeil dans son rétroviseur puis sur l’horloge de son tableau de bord et noté l’heure : 4h33.

Laurent Dejean, si c’est bien lui, vient d’être dérangé alors qu’il se trouve à l’arrêt au milieu de la route. Il doit connaître les lieux. S’il n’est du coin, il a procédé à des repérages. Admettons qu’il décide alors d’aller se garer dans l’impasse, où il ne dérangera plus et ne sera plus dérangé. Sur ce, la joggeuse arrive et il l’agresse très brutalement et violemment. Il n’aurait peut-être pas supporté d’être dérangé deux fois de suite en si peu de temps… à moins que l’impasse n’ait été le lieu où il ne voulait surtout pas rater la joggeuse.

Il est quand même étrange d’aller commettre une agression tout juste après avoir été dévisagé par un témoin qui s’avèrera par la suite capital… surtout quand après avoir tué et massacré sa proie on a la présence d’esprit d’en prendre le corps pour aller le cacher à 12 km de distance dans un endroit où, selon la mère « dodu » (une femme médecin et soeur masculiniste de la clique des « déconnologues » du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi), au bout d’un an il ne resterait plus aucune trace exploitable pour incriminer qui que ce soit… car elle aussi est bien impliquée dans cet assassinat… collectif… qui avait bien été programmé pour ce jour-là et pas un autre…

Cela ressemble en fait à un enlèvement dont le minutage a été prévu en fonction de l’emploi du temps de la victime, qui se sera peut-être défendue bien plus vigoureusement que ne l’imaginait a priori son agresseur. Un contrat bien plus qu’une occasion ou une pulsion, difficilement envisageables alors que le prédateur vient d’être vu et dérangé par un tiers.

Neuf jours plus tard, soit le 23 février 2011, Laurent Dejean consulte une psychiatre et en ressort avec un arrêt de travail. Il sera par la suite hospitalisé en psychiatrie sans l’avoir jamais été auparavant, ses comportements devenant délirants, du moins en apparence.

L’assassin de Patricia Bouchon déboule sur le blog Luraghi le 25 février 2011 et commence vraiment à participer aux discussions de la bande le 1er mars 2011. Il s’exprime sous pseudonyme. Il n’est absolument pas troublé par le crime, il en plaisante autant que les autres. Il est tout à fait regrettable que les gendarmes n’aient pas recherché son identité, on serait fixé depuis longtemps. S’il s’agit de Laurent Dejean, alors il a simulé la folie dans le but de pouvoir le cas échéant plaider l’irresponsabilité pénale et s’en sortir avec une privation de liberté d’une durée beaucoup plus courte que la peine encourue pour le crime commis.

 

 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/toulouse-proces-de-l-affaire-patricia-bouchon-certitudes-contre-incertitudes-1552940108

Toulouse – Procès de l’affaire Patricia Bouchon : certitudes contre incertitudes

 

mardi 19 mars 2019 à 5:50 Par Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie

Difficile pour la cour d’assises d’y voir clair dans l’affaire Patricia Bouchon. Hier après l’audition de témoins qui n’ont rien vu, les jurés ont à nouveau entendu l’un des directeurs de l’enquête pour tenter de comprendre les certitudes des gendarmes. Pas toujours simple.

 

Plus de 70 témoins doivent se succéder à la barre jusqu'à la semaine prochaine.

Plus de 70 témoins doivent se succéder à la barre jusqu’à la semaine prochaine. © Radio France – Stéphanie Mora

 

Toulouse, France

Un témoin clé très attendu

La conduite de l’enquête sur le meurtre de Patricia Bouchon a de nouveau été au coeur des débats devant les assises de Haute-Garonne.  Ce lundi après-midi, la cour a entendu le témoin qui a découvert le corps, le 29 mars 2011 (plus d’un mois après la disparition), un chasseur. Et surtout, elle a réentendu l’un des directeurs de la cellule Disparition 31 sur les conclusions de l’enquête de gendarmerie. Une audition qui a une nouvelle fois donné lieu à une passe d’arme entre le militaire, la défense et l’avocat général.  Ces derniers mettant en doute la solidité du témoin clé de cette enquête. Le jeune chauffeur routier (21 ans à l’époque) qui dit avoir vu Laurent Déjean près du lieu du crime, juste avant celui-ci (le 14 février 2011) et qui a permis l’établissement d’un portrait-robot. La famille de Patricia Bouchon attend beaucoup de son audition ce mardi matin.

Les conclusions des enquêteurs

LEntre les témoins qui ne se souviennent plus très bien huit ans après, ceux qui ont changé de version au fil de leurs dépositions et cette Renault Clio de couleur claire aperçue à l’heure du meurtre mais que l’on n’a jamais retrouvée… L’avocat de Laurent Déjean passe ses journées à maugréer.

Pourtant les gendarmes de la cellule Disparition 31 ont acquis la certitude que Patricia Bouchon est dépassée par une voiture vers 4h35 ce matin-là, route de Fronton.  Que cette voiture tourne brutalement dans l’impasse où la joggeuse est morte; que l’agression est « soudaine », « violente » dira le troisième directeur d’enquête à la barre. Elle se déroule au début du chemin, là où des cheveux et des bijoux sont retrouvés. La suite est moins claire. Le corps est probablement transporté 100m plus loin vers le fond de l’impasse le temps de le charger dans la voiture. Mais quatre des six riverains ont déclaré ce lundi n’avoir rien entendu.  Le dernier couple (celui qui a entendu des cris) s’exprimera la semaine prochaine.

À cinq heures du matin, un chauffeur de bus de Tisséo qui part travailler voit une voiture type Renault au croisement. Voiture dont les phares s’éteignent à son passage.  Autre élément troublant : la veille du meurtre Laurent Déjean achète pour un peu plus de 10€ d’essence sans plomb, alors qu’il dit avoir un véhicule diesel. Il ne s’expliquera jamais sur ce point, ni sur le fait d’avoir perdu dans la même période sa carte bleue et son portable. Il consulte une psychiatre neuf jours plus tard. Il en ressort avec un arrêt de travail mais selon les gendarmes il ment sur le motif et parle d’une tendinite alors qu’il souffre de troubles mentaux. Enfin, les débats de ce lundi ont permis d’apprendre que le témoin anonyme qui a dénoncé Laurent Déjean en 2013 était son meilleur ami. Ce dernier a raconté aux enquêteurs que l’accusé s’est débarrassé d’une Clio blanche et terré chez lui après le meurtre de la joggeuse.

Le verdict est attendu le 29 mars prochain.

Mots-clés :

Par :

Stéphanie Mora
Stéphanie MoraFrance Bleu Occitanie

 

 

https://www.ladepeche.fr/2019/03/19/meurtre-de-la-joggeuse-de-bouloc-le-chef-denquete-sur-le-gril,8077287.php

Meurtre de la joggeuse de Bouloc : le chef d’enquête sur le gril

 

Mes Pierre et Guy Debuisson, les avocats de Laurent Dejean./ Photo DDM Michel Viala
Publié le 19/03/2019 à 07:57 , mis à jour à 10:52

l’essentiel

Le dernier chef d’enquête dans le meurtre de la joggeuse de Bouloc, Patricia Bouchon, le 14 février 2011, s’est expliqué longuement hier après-midi devant la cour d’assises de la Haute-Garonne. Il a détaillé son travail face à des avocats de la défense virulents.

«Le rôle d’un enquêteur n’est pas de tirer des hypothèses mais de faire une analyse objective de la situation à partir des constatations», tonne Me Guy Debuisson devant la cour d’assises de la Haute-Garonne. Hier, au troisième jour du procès de Laurent Dejean, 39 ans, suspect n° 1 dans le meurtre de Patricia Bouchon, une mère de famille de 49 ans tuée alors qu’elle faisait un footing nocturne, le 14 février 2011 à Bouloc au nord de Toulouse (nos éditions précédentes), le témoignage du dernier chef d’enquête a occupé la majorité des débats.

Il s’agissait notamment d’établir la façon dont le témoin clef, qui se présentera à la barre ce matin, a réalisé le portrait-robot du suspect croisé quelques minutes avant l’agression de la joggeuse, en pleine nuit, sur la route de Fronton. «Il croise d’abord Patricia Bouchon qui court normalement et ne semble pas inquiète, rapporte le gendarme. Quelques centaines de mètres plus loin, il freine brusquement pour éviter une collision avec un véhicule, une Clio première génération. Il parvient à s’arrêter, la contourne par la droite et s’arrête à hauteur du conducteur.»

Ce témoignage permet aux enquêteurs de la section de recherches d’affirmer que Patricia Bouchon se trouve à 253 mètres du chemin où elle sera agressée. Le véhicule, lui, est à 543 mètres. «Si Patricia court à 8 km/h, il lui faut 1mn53. Si elle est à 10 km/h, il lui faut 1mn31. Le véhicule, s’il roule à 80 km/h est à 24 secondes. À 90 km/h, il est à 21 secondes.»

Et de décrire un scénario de l’agression : «Elle a pu être rattrapée par le conducteur de la Clio au niveau du chemin. Ce qui nous frappe, c’est la soudaineté. L’entrée du véhicule dans le petit chemin est précipitée. Il y a un freinage brutal et, immédiatement, on retrouve des touffes de cheveux de la victime. Je pense qu’il lui a coupé la route. Je pense que l’agression est soudaine et violente».

«On vous demande une analyse objective, pas des supputations ou des analyses personnelles, s’agace Me Guy Debuisson. Je préfère un témoin visuel plutôt que quelqu’un qui fait des hypothèses derrière un bureau».

À l’analyse du dossier, l’avocat regrette la façon dont certaines questions ont été posées en garde à vue à son client à l’époque «sous curatelle». «Parce qu’au bout de quatre ans on n’a personne, le gendarme fait de Dejean le coupable idéal de manière insidieuse. Le procédé me heurte. Il est sous curatelle et on lui explique qu’il est coupable».

Le président Roussel tempère : «C’est une longue enquête de grande qualité». Droit à la barre, l’enquêteur résume le faisceau d’indices qui a conduit à Laurent Dejean et dévoile l’auteur du renseignement anonyme qui mènera Laurent Dejean en garde à vue : son meilleur ami. Pour le gendarme, au terme de l’enquête, «on a vérifié tout ce qu’il y avait à vérifier sur M. Dejean.»


Clio grise ou Clio blanche ?

Le témoin clef du procès de Laurent Dejean sera à la barre aujourd’hui, dès 9 heures, ce chauffeur-livreur qui partait au travail cette nuit-là devra fournir de nombreuses explications. Celui-là même qui a reconnu Laurent Dejean «à 90 % voire plus» lors de la reconstitution mais qui ne l’a pas désigné lors d’un tapissage, maintiendra-t-il son témoignage ?

La question cruciale de la couleur de la Clio que l’homme qu’il a croisé conduisait sera largement abordée. Claire, grise, gris anthracite… au cours de ses auditions, son témoignage a varié. Il devra le préciser aujourd’hui, 8 ans après.

Une trentaine de proches de Laurent Dejean lui attribue aussi une Clio autour de la période des faits. Mais pour eux, elle est blanche.

Les nombreuses investigations menées par les gendarmes jusqu’en 2017, en Haute-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne afin de retrouver ce véhicule n’ont jamais rien donné. La fameuse Clio n’a jamais été retrouvée.

Claire Lagadic

 

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-temoin-ndeg1-barre-1641148.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : le témoin n°1 à la barre

 

Le portrait-robot établi grâce au témoignage de Nicolas Gelis, le 19 février 2011. / © Gendarmerie nationale

Le portrait-robot établi grâce au témoignage de Nicolas Gelis, le 19 février 2011. / © Gendarmerie nationale

 

Nicolas Gelis a été longuement entendu mardi 19 mars 2019, au 4ème jour du procès de Laurent Dejean jugé pour le meurtre de Patricia Bouchon. C’est lui, ce matin du 14 février 2011, qui a croisé la joggeuse de Bouloc puis, immédiatement après, une voiture à l’arrêt, feux éteints.

Par Marie Martin Publié le 19/03/2019 à 14:49 Mis à jour le 19/03/2019 à 15:12

C’est son témoignage qui a permis d’établir le portrait-robot du suspect et donc de faire avancer l’enquête.

Nicolas Gelis, éducateur sportif en Bourgogne, doit faire appel à sa mémoire, huit ans après les faits.
Ce matin du 14 février 2011, ce jeune chauffeur-livreur quitte son domicile de Saint-Jory (Haute-Garonne) peu avant 4 heures du matin, pour rejoindre son lieu de travail à Montauban (Tarn-et-Garonne).

Il traverse Bouloc vers 4h30 et à la sortie du village, croise une femme faisant son footing. Patricia Bouchon.
Immédiatement après, il doit faire un écart pour éviter une voiture arrêtée sur la route, moteur et phares éteints, et qui « mord » sur la voie de circulation sur laquelle roule Nicolas Gelis.

Surpris, il freine, puis s’arrête sur le bas-côté, à hauteur de l’autre véhicule. Il croise le regard d’un homme qu’il décrira comme étant âgé « entre 30 et 50 ans, portant un bonnet et une barbe de quelques jours« .

Immédiatement après, l’homme redémarre en trombe. Nicolas Gelis se souvient que « la première a souffert« . Il jette un oeil dans le rétro puis sur l’horloge de son tableau de bord. Il est 4h33.

Détails importants que rapportera Nicolas Gelis : le véhicule arrêté est une Clio, le témoin est formel, il a la même. Elle est de couleur claire et les sièges arrières sont rabattus.

De ces informations, Nicolas Gelis ne fait rien dans l’immédiat : il ignore la disparition de Patricia Bouchon. Lorsque celle-ci devient une affaire médiatisée, il se rend sur les conseils de sa mère à la gendarmerie de Fronton (Haute-Garonne). On est alors le 19 février 2011, soit cinq jours après la disparition de la mère de famille.

Un portrait-robot est établi (qui ne sera diffusé que bien plus tard) et un transport sur les lieux permet de situer la « rencontre » des deux Clio. On est à quelques mètres seulement de l’impasse dans laquelle on retrouve, quelques jours seulement après la disparition de Patricia, son chouchou, une de ses boucles d’oreille et plus loin, une importante trace de sang.

Seulement voilà, de déposition en déposition, il y a (comme souvent) des imprécisions, voire des contradictions dans les déclarations de Nicolas Gelis, qu’il ne peut expliquer, huit ans après les faits. Ces « dissonances », l’avocat général et les avocats de la défense de Laurent Dejean s’en emparent.

La couleur de la voiture ? Nicolas Gelis l’a décrite comme « claire, grise puis gris anthracite« . Celle que l’on suppose avoir appartenu à Laurent Dejean était blanche.

Comment Nicolas Gelis a-t-il pu si bien décrire l’homme aperçu quelques secondes ? « J’ai une excellente mémoire visuelle« , explique-t-il à la barre, ce mardi 19 mars 2019, 4ème jour d’audience du procès de Laurent Dejean devant la cour d’assises de Haute-Garonne. « Quand je vois quelqu’un une fois, je le retiens« . De plus, il explique lors d’une de ces dernières auditions, en 2015, que le plafonnier de la voiture arrêtée était allumé. « Mais pourquoi ne l’aviez-vous pas dit avant ?« , demande maître Guy Debuisson, avocat de la défense. Nicolas Gelis ne sait que répondre. Il semble que personne ne lui ait posé la question.

Autre « faille » : Nicolas Gelis, confronté à un « tapissage » soit à la photo de 12 hommes dont Laurent Dejean, en désigne deux mais pas l’homme qui comparaît aujourd’hui devant la cour d’assises de Haute-Garonne.

L’avocat général s’étonne que lors d’une de ses dernières auditions (là encore), Nicolas Gelis parle du « regard de psychotique » du suspect. « Je ne m’en souviens pas« , explique le jeune homme.
« Vous l’avez dit, pourtant« , réplique le magistrat. Qui précise que cette description intervient, dans la chronologie de l’affaire, après l’expertise psychiatrique de Laurent Dejean et le diagnostic posé de « psychose et schizophrénie« .

 » Est-ce que vous voulez dire que j’ai été influencé dans mes réponses par les enquêteurs ?« , sourit Nicolas Gelis.
L’avocat général esquive.
Mais pas maître Guy Debuisson : « Toutes les évolutions de vos déclarations vont à l’encontre de Laurent Dejean. Cela interroge. Est-ce que vous vous rendez compte de votre responsabilité ? »

Nicolas Gelis ne se laisse pas impressionner. Lui qui a expliqué plus tôt n’avoir fait à l’époque aucun lien entre la joggeuse et la Clio arrêtée est clair : il a dit ce qu’il a vu, à plusieurs reprises, entre 2011 et 2015.
Commenter aujourd’hui ses déclarations de l’époque est un exercice difficile…

* Le procès de Laurent Dejean se tient devant la cour d’assises de Haute-Garonne jusqu’au 29 mars 2019.

 

https://www.ladepeche.fr/2019/03/19/meurtre-dune-joggeuse-pres-de-toulouse-le-principal-temoin-malmene-par-les-avocats-du-suspect,8078234.php

Meurtre de la joggeuse de Bouloc : le principal témoin malmené par les avocats du suspect

 

  • Mes Pierre et Guy Debuisson, les avocats de Laurent Dejean.
Mes Pierre et Guy Debuisson, les avocats de Laurent Dejean. Photo DDM Michel Viala
Publié le 19/03/2019 à 19:09

l’essentiel

Le principal témoin au procès de Laurent Dejean, accusé du meurtre d’une joggeuse à Bouloc en février 2011, a été pressé de questions mardi devant la cour d’assises de la Haute-Garonne, la défense pointant ses « contradictions » et ses « trous de mémoire ».

Le président Guillaume Roussel a averti Nicolas Gelis dès le début de l’audience: « Vous connaissez l’enjeu de vos déclarations », lui a-t-il signifié, le témoin soulignant que l’audience se tenait 8 ans après les faits.
« Avec ma mémoire, ça va pas être facile », a-t-il déclaré avant de se lancer dans le récit de cette journée du 14 février 2011, le jour de la Saint-Valentin.
Pour « démarrer » son travail à 05H00, raconte ce livreur, il prend une petite route, croise vers 04H30 « quelqu’un qui faisait un jogging », quelque chose « d’inhabituel à cette heure-là », puis « une voiture » stationnée un peu plus loin et empiétant sur sa voie.

Nicolas Gelis répète les déclarations qu’il a faites devant la police où il s’est rendu 5 jours après les faits, sur les conseils de sa mère : il s’arrête à la hauteur de cette voiture, « la même » que la sienne, « une Clio » qui redémarre rapidement, le chauffeur « faisant hurler le moteur ».
Mais il a eu le temps de l’apercevoir et se « rappelle de la personne à l’intérieur », son « regard fuyant, un regard « de peur et de surprise ». C’est grâce à sa description que sera établi un portrait robot du suspect.
Celui-ci ne sera diffusé publiquement que 2 ans et 8 mois plus tard mais permettra toutefois d’appréhender l’accusé, grâce à un coup de fil anonyme.

Mais à quelle hauteur de la Clio s’est-il arrêté ? Ses déclarations ont varié : 7 mètres, 5m, 3m et même 1,50m. « Soyez précis, lui enjoint le président, « l’enjeu est important ».
Le plafonnier de la Clio était-il allumé ? « Je crois », dit le témoin, alors qu’il l’a affirmé mais seulement trois ans après ses premières déclarations.
La couleur de la Clio ? Grise, avait-il déclaré. Mais sur ce sujet, sa mémoire va lui jouer à nouveau des tours, puisqu’il parle ensuite d’une voiture blanche.
« Vous avez dit lors de deux auditions, à six reprises, que la Clio était grise », va tempêter plus tard un des avocats de la défense, Me Guy Debuisson. « Toutes vos déclarations évoluent à l’encontre des intérêts de M. Dejean », tonne-t-il.
L’avocat s’étonnera aussi que lorsque pendant l’instruction on présentera douze portraits de suspects au témoin, il ne reconnaisse pas parmi eux l’accusé.

Mais mardi, personne ne lui a demandé s’il reconnaissait en M. Dejean le chauffeur de la Clio.
L’audition d’autres témoins –le directeur de l’association d’insertion pour laquelle l’accusé travaillait, la secrétaire-comptable, des collègues– n’apportera pas d’éléments supplémentaires, personne ne se souvenant s’il a travaillé le jour de la disparition de Patricia Bouchon, âgée de 49 ans.
Dans le box des accusés, M. Dejean, qui a toujours clamé son innocence, semble un peu éteint et n’a eu aucune réaction pendant les débats.
Le procès doit s’achever le 29 mars. Mais il a bien failli ne pas avoir lieu : en janvier 2018, l’avocat général de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse avait estimé qu’il n’y avait pas, dans le dossier, les éléments nécessaires pour un renvoi devant les assises. Ce réquisitoire avait été infirmé par la chambre de l’instruction.

La rédaction

 

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/meurtre-de-la-joggeuse-de-bouloc-j-ai-croise-le-regard-de-cet-homme-affirme-un-temoin-capital-19-03-2019-8035524.php

Meurtre de la joggeuse de Bouloc : «J’ai croisé le regard de cet homme», affirme un témoin capital

 

>Faits divers|Julie Rimbert, correspondante à Toulouse (Haute-Garonne)| 19 mars 2019, 19h51 | MAJ : 19 mars 2019, 19h54 |1
A Toulouse, le procès de Laurent Dejean s'est transformé en celui des gendarmes dans Attentats 8035524_f4e32736-4a76-11e9-b01c-185c2a3a32bd-1_1000x625
Unique suspect qui a toujours nié les faits, Laurent Dejean, un ancien plaquiste de 39 ans, comparait jusqu’au 29 mars devant la cour d’assises de Haute-Garonne pour le meurtre de Patricia Bouchon. AFP/Manon BILLING

 

Nicolas Gélis, chauffeur-livreur, avait permis d’établir le portrait-robot qui a mené les enquêteurs à Laurent Dejean, accusé du meurtre de Patricia Bouchon près de Toulouse en 2011.

 

Son témoignage ce mardi devant la cour d’assises de Haute-Garonne était très attendu, car il avait été au cœur de l’enquête sur le meurtre de la joggeuse Patricia Bouchon en 2011 à Bouloc. C’est lui qui avait établi le portrait-robot qui avait mené à l’accusé. Huit ans après, Nicolas Gélis, chauffeur-livreur de 21 ans à l’époque, a fait appel à sa mémoire pour raconter ce qu’il avait vu ce matin du 14 février 2011, jour de disparition de la joggeuse.

Parti avant 4 heures du matin de son domicile de Saint-Jory pour aller sur son lieu de travail à Montauban, il a traversé la commune de Bouloc vers 4h30, où il a croisé Patricia Bouchon faisant son jogging sur la route. « J’étais en retard donc je regardais l’heure, souligne cet homme aujourd’hui âgé de 29 ans, au crâne chauve et portant de petites lunettes. Immédiatement après, il y avait un véhicule arrêté sur la route, phares et moteur éteint, qui mordait ma voie de circulation. J’ai freiné et je me suis retrouvé sur le bas-côté, à hauteur du véhicule. C’était la même voiture que moi, une Clio de couleur claire. J’ai croisé le regard de cet homme âgé entre 30 et 50 ans, portant un bonnet et une barbe de quelques jours. Il a redémarré en trombe, la première a souffert ! »

Ignorant la disparition de Patricia Bouchon, c’est cinq jours après cet étrange incident que Nicolas Gélis va voir les gendarmes et réalise un portrait-robot, qui mettra les enquêteurs sur la piste de l’accusé, Laurent Dejean. Selon ce témoin, cette rencontre avec un autre véhicule a eu lieu à quelques mètres de l’impasse où la joggeuse a été agressée mortellement.

« Il est égal à lui-même face à tous les procès-verbaux »

À l’aise devant la cour d’assises, Nicolas Gélis a pourtant été mis devant les contradictions de ses déclarations qui ont évolué au cours de l’enquête. Quand l’avocat de l’accusé lui demande comment il peut aussi bien décrire un homme aperçu quelques secondes dans l’obscurité, sa réponse est assurée. « J’ai une excellente mémoire visuelle, quand je vois quelqu’un une fois, je le retiens, assure-t-il. Et j’ai précisé lors d’une audition en 2015 que le plafonnier de l’autre voiture était allumé. »

Autre incohérence pour la défense : Nicolas Gélis n’a pas reconnu Laurent Dejean sur un tapissage de douze personnes. Le témoin ne l’explique pas. Pour Guy Debuisson, l’avocat de l’accusé, qui pointe depuis le début du procès le travail des enquêteurs toujours orienté vers le seul accusé, « le problème, c’est qu’on dit que c’est un témoin avec un grand T, mais il y a pourtant des contradictions successives et l’évolution de ce dossier est toujours au détriment de Laurent Dejean. C’est un cumul qui me laisse à penser que finalement ce témoin a été influencé dans ses dépositions par les gendarmes. L’audience n’a rien apporté si ce n’est que ce témoin ne se souvient que de ce qu’il veut se souvenir et ne dit pas pourquoi il a fait certaines déclarations à certains moments. »

La famille de Patricia Bouchon porte, elle, un autre regard sur Nicolas Gélis qui lui est apparu confiant et restant sur sa version. « Je suis rassurée par cette audition parce qu’on est face à un témoin qui rapporte exactement les mêmes choses lors de ses auditions, bien sûr avec des souvenirs qui ont été altérés mais il ne change pas de version, confie Carlyne, la fille de Patricia Bouchon. Il est égal à lui-même face à tous les procès-verbaux qui ont été réalisés auparavant. Pour nous, c’est le témoin principal, celui qui a vu Laurent Dejean, quelques secondes avant la disparition de ma mère donc évidemment c’est un témoignage capital. On est rassurés car même si les souvenirs ont été occultés, son témoignage reste identique. »

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo