L’assassin de Patricia Bouchon n’est pas un psychotique mais un « déconnologue »

Je suis entièrement d’accord avec les comportementalistes de la gendarmerie qui sont venus ce matin livrer à la barre les résultats de leur expertise : l’auteur du crime ne souffre pas de troubles mentaux sévères, son profil psychologique est sensiblement le même que celui de ses camarades de jeux de la bande du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, c’est-à-dire que c’est un pervers, un psychopathe et un criminel d’un cynisme effrayant, qui comme tous ses complices ment éhontément, joue la comédie, manipule son monde.

Sans connaître leur avis qui vient d’être révélé au public pour la première fois aujourd’hui, je l’avais d’ailleurs déjà dit dans cet article de la semaine dernière :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/20/a-toulouse-le-proces-de-laurent-dejean-sest-transforme-en-celui-des-gendarmes/

Si Laurent Dejean est bien l’auteur des faits, alors il a simulé la folie depuis leur commission, dans le but, dans l’éventualité où il viendrait à être identifié, d’obtenir une sérieuse atténuation de sa peine.

Restent quand même de nombreux mystères…

Aucun des deux ADN retrouvés sur le corps de la victime ne lui correspond.

Les témoins allemands qui étaient aujourd’hui à la barre n’ont pas reconnu sa voix, celle qu’ils ont entendue était plus grave.

Il est aujourd’hui précisé qu’ayant entendu un cri de femme, ils avaient ouvert leurs volets, mais n’avaient rien vu dans l’impasse, et plus rien entendu durant au moins cinq minutes avant d’entendre cet homme, puis à nouveau plus rien. Ils avaient pensé à une dispute de couple, imaginant même qu’il s’agissait de leurs voisins, puis entendu une voiture passer en trombe dans l’impasse, mais sans avoir perçu aucun bruit de moteur au préalable.

J’imagine que les enquêteurs ont vérifié ce qu’il était possible de voir ou non à partir de leur fenêtre, dans cette impasse non éclairée, à 4h30, au mois de février, quatre jours avant la pleine lune.

On aimerait connaître toutes les vérifications effectuées par les gendarmes, ainsi que le nom du cabinet d’avocats où travaillait Patricia Bouchon, lequel, à ma connaissance, n’a jamais été publié nulle part.

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-deux-comportementalistes-barre-1644264.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : deux comportementalistes à la barre

 

La scène du meurtre, dans une impasse de Bouloc. / © Remy Gabalda/AFP

La scène du meurtre, dans une impasse de Bouloc. / © Remy Gabalda/AFP

 

La cour d’assises de Haute-Garonne, qui juge Laurent Dejean pour le meurtre de la joggeuse de Bouloc, a entendu lundi 25 mars 2019 deux enquêteurs chargés d’établir le profil de l’auteur du crime.

Par Marie Martin Publié le 25/03/2019 à 14:36

Ils sont saisis le 16 février 2011, deux jours après la disparition de Patricia Bouchon et la découverte d’effets personnels et d’une importante trace de sang dans une impasse de Bouloc.La scène de crime « parle » et permet aux enquêteurs spécialisés dans l’analyse comportementale de décrire un profil du tueur et la motivation du crime.Le témoignage de deux riverains, qui ont entendu les cris d’une femme puis un homme en pleurs répétant « Excuse-moi, excuse-moi… » leur permet de proposer une première hypothèse : l’auteur du crime n’a peut-être pas eu comme intention première de tuer.

Ce qui est décisif dans leur analyse, expliquent-ils ce lundi 25 mars 2019 à la cour d’assises de Haute-Garonne, c’est la découverte du corps de Patricia Bouchon, le 29 mars 2011. Elle provoque un second rapport des enquêteurs, en septembre 2011.

Pour eux, la motivation serait une agression à motivation sexuelle. L’agresseur cherche un contact mais surpris par la résistance de sa victime, se laisse « déborder » et l’agression se transforme en meurtre, sans qu’il y ait d’atteintes sexuelles. Les propos d’excuses seraient l’expression de remords. « Il y a eu une escalade dans ce crime« , explique Marc Mazère, chef d’escadron de gendarmerie et co-auteur du rapport. « Il a été plus loin que ce qu’il voulait commettre« . Même si les blessures attestent d’une agression « longue et violente, qui traduit une certaine détermination« .

Peu après, « l’intelligence pratique » de l’auteur des faits lui permet de se « remobiliser » et d’organiser le transport du corps de sa victime.

Les deux gendarmes comportementalistes vont plus loin : ces actes laissent à penser que leur auteur n’est pas asocial, complètement isolé, mais est parfois « socialement inadéquat« , éprouvant des difficultés de relations avec les autres, se faisant remarquer pour cela. Sans doute impulsif et colérique. Mais ne souffrant pas de troubles mentaux sévères qui se seraient traduits sur la scène de crime.

En conclusion de ces deux dépositions effectuées en vidéo-conférence, maître Guy Debuisson, avocat de Laurent Dejean, rappelle la prudence de rigueur : « même si ça m’intéresse qu’on dise que ce tueur serait exempt de troubles mentaux sévères, attention, certains de ces « profils » se révèlent complètement faux, je l’ai encore vu il y a peu de temps dans un procès« .

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-quand-pilosite-faciale-s-invite-debats-1644286.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : quand la pilosité faciale s’invite dans les débats

 

© Guy Dubuisson

© Guy Dubuisson

 

Lundi 25 mars 2019, l’avocat de Laurent Dejean a distribué à la cour une photographie « de très près » de son client, pour prouver que ce dernier est totalement imberbe des joues et ne peut donc correspondre aux descriptions de certains témoins.

Par Marie Martin Publié le 25/03/2019 à 15:00 Mis à jour le 25/03/2019 à 15:34

« Toujours mal rasé » ou au contraire « Toujours bien rasé« , « Barbe de trois jours« , « Moustache et petit bouc » : on a beaucoup parlé, depuis le 14 mars 2019, premier jour du procès devant la cour d’assises de la Haute-Garonne de Laurent Dejean, du caractère, de l’aspect physique mais aussi de la pilosité faciale de ce dernier.Or, vendredi 22 mars, son avocat, maître Guy Debuisson, a fait une révélation : Laurent Dejean ne peut avoir de barbe, il est complètement imberbe des joues. Tout au plus, peut-il « produire » une fine moustache et un petit bouc.Pour étayer sa déclaration, l’avocat toulousain a demandé à Laurent Dejean de ne pas se raser pendant le week-end et ce lundi 25 mars 2019, à la reprise de l’audience, il a distribué à la cour une photo prise de très près du visage de son client, tirée et agrandie à plusieurs exemplaires.
Maître Debuisson a en outre proposé au président de la cour d’assises de Haute-Garonne de permettre aux jurés de rencontrer « de près » l’accusé afin de vérifier de visu cette particularité.Ce devrait être fait avant la fin du procès, vendredi 29 mars. Les débats judicaires prennent parfois d’étranges tournures…

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-laurent-dejean-ces-decevantes-analyses-adn-1644510.html

Procès de Laurent Dejean : ces décevantes analyses ADN

 

Les enquêteurs sur place après la disparition de Patricia Bouchon. / © AFP

Les enquêteurs sur place après la disparition de Patricia Bouchon. / © AFP

 

Dans l’affaire du meurtre de Patricia Bouchon, l’ADN n’a pas « parlé » autant que l’auraient souhaité les enquêteurs. Malgré de très nombreuses analyses.

Par Marie Martin Publié le 25/03/2019 à 18:02 Mis à jour le 25/03/2019 à 22:54

1 600 prélèvements, 200 profils génétiques maniés. Et au final, une grande « frustration », de l’aveu même du président de la cour d’assises de Haute-Garonne.

Le biologiste chargé des analyses, Christian Doutremepuich, a soutenu ses conclusions, durant plus de deux heures, ce lundi 25 mars 2019. Il a analysé des prélèvements effectués sur le corps et les vêtements de Patricia Bouchon, sur la scène de crime. Et plus tard, sur de nombreux vêtements et chaussures de l’accusé, Laurent Dejean.

On trouve sur la victime de nombreuses traces de sang, son ADN et deux traces différentes d’ADN masculin partiel, l’une sur son tee-shirt, le second sur le bonnet de son soutien-gorge.

Ces traces ne correspondent pas à l’ADN de l’accusé mais envoyées au FNAEG (fichier national automatisé des empreintes digitales), elles ne donnent rien.

Sur les effets de Laurent Dejean saisis trois ans après le meurtre, on ne retrouve aucune trace de Patricia Bouchon.

« Des preuves peuvent disparaître, bien sûr« , explique Christian Doutremepuich. « De plus, par contact, des personnes peuvent déposer des cellules et d’autres, aucune« . Par exemple, on n’a retrouvé aucune trace d’ADN de Christian Bouchon, son mari, sur le corps de la victime.

Cette science comporte encore une part de mystère. Et l’avocat de la défense de conclure : « Nous sommes ici pour trouver des preuves, pas des hypothèses« .

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-joggeuse-bouloc-couple-temoigne-derniers-instants-patricia-bouchon-1644534.html

Procès du meurtrier présumé de la joggeuse de Bouloc : un couple témoigne des derniers instants de Patricia Bouchon

 

Patricia Bouchon / © DR

Patricia Bouchon / © DR

 

Un couple d’habitants de Bouloc, la commune où vivait et a été tuée Patricia Bouchon, est venu témoigner à la barre, lundi 25 mars 2019. L’homme et la femme ont entendu des cris et les pleurs d’un homme, ce lundi 14 février 2011.

Par Marie Martin Publié le 25/03/2019 à 18:21 Mis à jour le 25/03/2019 à 22:07

Ils vivent dans cette impasse de Bouloc où Patricia Bouchon a été tuée, le 14 février 2011.

Lui est ingénieur chez Airbus, elle est infirmière et ce matin de février, ils dorment, fenêtres ouvertes mais volets fermés.
A 4h30 environ, ils sont tous deux réveillés par un bruit. Elle croit entendre un cri de chats, « comme quand ils se battent, vous savez« , explique-t-elle au président.
Lui précise qu’il pense s’agir d’un cri de femme. Ouvrant les volets, ils ne voient rien. Et surtout n’entendent plus rien.

Bien réveillés, ils discutent puis quelques minutes plus tard, cinq peut-être, ils entendent un homme sangloter. Fort. Et dire plusieurs fois : « Excuse-moi, excuse-moi…« . Puis plus rien, à nouveau.

Les Schnedler pensent à une dispute de couple. Et ainsi qu’ils le disent à la barre, ils pensent même qu’il pourrait s’agir de leurs voisins.
Le temps d’envisager de prendre un café, ils entendent une voiture passer en trombe dans l’impasse. Mais sans avoir perçu de bruit de moteur au préalable.
Ce n’est que plus tard dans la journée du lundi que l’on retrouvera dans l’impasse un chouchou, des piercings et une boucle d’oreille de Patricia Bouchon, dont la disparition a été signalée par son mari tôt le matin.

Le témoignage des Schnedler est important : depuis l’ouverture du procès de Laurent Dejean, jugé pour le meurtre de Patricia Bouchon, de nombreux témoins sont venus dire que quand l’accusé s’emportait, il finissait très souvent par s’excuser. En répétant ses mots d’excuse…

Après cette journée d’audience particulièrement éprouvante pour la famille de Patricia Bouchon, le président a fait projeter des photos de la victime, à la demande du mari de cette dernière. Des clichés heureux, du couple mais aussi de la famille. Des bribes d’une vie passée, différentes de ces deux photos de Patricia Bouchon qui ont marqué l’affaire et que l’on a retrouvé partout, tout le temps, dans l’avis de recherche, dans les marches blanches, dans les articles de presse.
Un temps silencieux pour ne pas oublier que l’on parle ici de la mort violente d’une femme.

Demain, mardi 26 mars 2019, l’accusé sera pour la première fois de ce procès entendu – longuement. Sur tous les faits évoqués depuis le 14 mars. Une journée capitale…
 

 

http://archive.francesoir.fr/actualite/faits-divers/%E2%80%9Cl%E2%80%99hypothese-sombre%E2%80%9D-privilegiee-dans-disparition-joggeuse-73941.html

“L’Hypothèse sombre” privilégiée dans la disparition de la joggeuse

 
La découverte d’effets personnels appartenant à Patricia Bouchon, une joggeuse de 49 ans disparue lundi matin, ne laisse que peu d’espoir de la retrouver vivante.

Publié : 17/02/11 – 07h47
Mis à jour : 17/02/11 – 07h50

L'espoir s'amincit, trois jours après la disparition de Patricia

L’espoir s’amincit, trois jours après la disparition de Patricia SIPA

 

« Ce matin (mercredi, NDLR), tout a changé. Avant il y avait l’inquiétude, mais encore de l’espoir. Désormais, dans toute la ville, c’est l’angoisse », déplore Christian Faurie, maire de Bouloc. Dans la nuit de mardi à mercredi, la découverte d’une boucle d’oreille, d’un chouchou et de sang dans une impasse de la ville a fait basculer la disparition de Patricia Bouchon, une joggeuse de 49 ans, vers l’hypothèse la plus sombre. « L’enquête, menée par les gendarmes depuis lundi matin pour une disparition inquiétante, a basculé dans un cadre criminel pour enlèvement, séquestration et violence volontaire », a indiqué hier Michel Valet, procureur de Toulouse.

« Ils ne se faisaient jamais remarquer »

Gendarmes, policiers et experts scientifiques ont envahi la petite ville tranquille qu’était Bouloc jusqu’à lundi dernier, alimentant les discussions des habitants. Ici, tout le monde ou presque sait qui est Patricia, mais personne ne la connaît vraiment. « Le couple Bouchon est très discret », s’accordent à dire tous leurs voisins proches. Pas de fréquentations villageoises, pas de participation aux activités associatives ni à la vie du village en général, Patricia et son mari Christian « ne se font pas remarquer ». C’est le moins que l’on puisse dire. Quelques-unes des 4.000 âmes de la ville ont même découvert son visage et son nom sur les affiches placardées aux frontons des commerces de la ville. Installés depuis quelques années dans une jolie maison un peu excentrée, route de Vallaudric, les Bouchon « sont très sympathiques, mais pas très liants », témoigne une de leurs voisines dont la villa fait face à celle du couple. « On se dit bonjour, quelques mots quand on se croise, mais sans plus. Ils sont toujours tous les deux, ce sont des sportifs qui aiment la nature. Souvent, le week-end, ils se promènent ou jardinent, alors on se fait coucou de derrière la haie », poursuit-elle. Christian, qui travaille comme chef de projet et directeur de magasin chez Weldom, est souvent absent. Patricia, employée comme secrétaire dans un cabinet d’avocats de Toulouse, a un emploi du temps bien réglé. Chaque matin, vers 4 h 30, elle part courir pendant 30 ou 45 minutes, rentre chez elle pour se changer. Puis elle se rend à pied jusqu’au centre du village, à un bon quart d’heure de marche de chez elle, pour prendre le bus de 6 h 45 pour Toulouse. « Elle adore marcher », confirme une jeune voisine. « Mon père lui propose de la raccompagner lorsqu’il la croise sur la route. Elle refuse toujours. »

Lundi matin, des cris

Il y a quelque temps, Patricia avait d’ailleurs fait une demande à la mairie pour qu’une partie du chemin pédestre reliant le stade au centre-ville soit aménagée. « J’imagine qu’elle devait l’emprunter le matin et que cela n’était pas pratique de marcher sur les graviers en chaussures de ville », explique le maire. La semaine dernière, Patricia « était certainement en congés » et avait passé un peu plus de temps chez elle. Le temps de confier à une autre de ses voisines qu’elle venait d’installer un éclairage sur le petit chemin reliant sa maison à la route. « C’était plus pratique, parce qu’il faisait nuit noire quand elle partait courir. » Lundi dernier, jour de sa disparition, Patricia venait juste de reprendre son rythme habituel. Partie de chez elle à 4 h 30, elle a été aperçue sur la route par le boulanger du village un quart d’heure plus tard. Depuis, plus aucune nouvelle. Ce n’est qu’en apprenant sa disparition le lendemain que des habitants du village vont signaler des éléments importants. De l’autre côté du village, dans une impasse sur la route de Fronton, un couple de retraité va remarquer des traces de pneus devant sa maison, signifiant qu’une voiture a roulé de manière assez étrange très près de leur mur d’enceinte, brisant même une dalle. Les Schnedler, leurs voisins directs, auraient déclaré aux enquêteurs avoir entendu des cris lundi matin très tôt. C’est dans cette impasse qu’ont été retrouvés les effets de Patricia et des traces de sang dont les analyses devraient révéler rapidement s’il s’agit du sien.

De notre envoyée spéciale à Toulouse, Kael Serreri


Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo