L’assassin de Patricia Bouchon a voulu la faire taire : oui !

C’est évident : la faire taire parce qu’elle hurlait (j’ai moi-même été victime d’une agression tout à fait similaire, de nature sexuelle, jusqu’aux excuses de l’agresseur avec tutoiement alors qu’il aurait bien voulu m’étrangler pour me faire taire et finira pas reculer et partir en courant… dans des conditions matérielles qui n’étaient pas celles où Patricia Bouchon a trouvé la mort), ou la faire taire parce qu’elle s’apprêtait à dénoncer la bande de cybercriminels du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi…

Compte tenu de l’implication de mes harceleurs dans cet assassinat, sachant de quoi ils sont capables, et connaissant bien leurs harcèlements particuliers à mon encontre par rapport même à cette affaire, dès ses tout débuts, je me suis d’ailleurs toujours demandé jusqu’où allait le cinéma : n’auraient-ils pas rejoué cette agression finalement ratée dont mes harceleurs de l’époque étaient bien à l’origine ?

Le compte rendu d’audience ci-dessous apporte quelques précisions supplémentaires à celles publiées hier, notamment dans le témoignage des deux Allemands :

 

Très attendus, les époux riverains du lieu de l’agression ont relaté leurs témoignages auditifs du crime. «Dans la nuit du dimanche au lundi, vers 4 h 30, nous avons été plus ou moins réveillés par un bruit que j’ai attribué à un animal, comme des chats qui se battent. Mon mari m’a dit que c’était humain. On a ouvert les volets, c’était la nuit noire et il n’y avait plus aucun bruit».

Le couple se recouche mais l’agitation reprend quelques minutes plus tard. «On a entendu les pleurs d’un homme qui disait «Excuse-moi, excuse-moi». Il y avait une décharge émotionnelle non contrôlée, intense, de quelqu’un qui libérait ses pleurs.» Là encore, les témoins tentent de regarder dans l’impasse mais ils ne voient rien. Leur lampe radar qui s’allume automatiquement à chaque passage est en panne. Ils finissent, un moment plus tard, par entendre une voiture qui «part en trombe». «On pense à une petite querelle de couple. On pense aux voisins. On ne pense pas qu’il se passe quelque chose dans notre chemin. C’est dramatique».

 

 

https://www.ladepeche.fr/2019/03/26/joggeuse-tuee-la-frustration-de-ladn,8091469.php

Procès de la joggeuse de Bouloc : les mystères de l’ADN

Abonnés

  • Des photos de Patricia Bouchon ont été diffusées à l'audience./ Photo DR
Des photos de Patricia Bouchon ont été diffusées à l’audience./ Photo DR

 

Publié le 26/03/2019 à 08:42 , mis à jour à 08:58

l’essentiel

Le procès de Laurent Dejean, accusé du meurtre d’une joggeuse, en 2011 à Bouloc près de Toulouse, s’est rouvert ce lundi. L’expert ADN a longuement présenté ses conclusions qui n’accablent pas l’accusé sans pour autant le disculper.

Le procès de Laurent Dejean, 39 ans, s’est poursuivi ce lundi devant la cour d’assises de la Haute-Garonne à Toulouse. Il est accusé d’avoir tué, le 14 février 2011, Patricia Bouchon, une mère de famille de 49 ans qui effectuait son jogging, de nuit.

Pendant deux heures et demie, un expert en ADN venu de Bordeaux a détaillé le travail colossal réalisé par les équipes du laboratoire d’hématologie légale sur 1 560 prélèvements. Sur le pantalon que portait la victime, il a décrit un mélange d’ADN masculin avec celui de Patricia Bouchon. Sur son tee-shirt, un profil ADN masculin a pu être partiellement identifié mais aussi un mélange d’ADN entre la victime et un ADN inconnu. Sur son soutien-gorge, les experts ont relevé un mélange d’ADN masculin et féminin.

De la même manière, tous les vêtements de Laurent Dejean ont été passés au crible du laboratoire en 2014. Les conclusions sont claires. «On ne retrouve pas l’ADN de Laurent Dejean sur l’ensemble» des scellés afférents au crime. De la même façon, «nous n’avons pas retrouvé l’ADN de Madame Bouchon» sur les effets de l’accusé.

Pour le président Roussel, «le résultat est un peu frustrant. Ces traces ont-elles disparu ? N’ont-elles pas été déposées ?» L’expert souligne : «On a mis les moyens au maximum. Tout a été analysé. On a quand même des résultats. Je ne peux vous dire si la personne avait des gants ou non. Je ne peux pas aller plus loin. Certaines personnes peuvent ne pas laisser de cellules». Pour la défense, Me Guy Debuisson insiste : «Ce laboratoire travaille sur la preuve. On ne peut pas faire d’hypothèses. Nous sommes ici pour rechercher la preuve».

Un cri de femme, des pleurs d’homme

Très attendus, les époux riverains du lieu de l’agression ont relaté leurs témoignages auditifs du crime. «Dans la nuit du dimanche au lundi, vers 4 h 30, nous avons été plus ou moins réveillés par un bruit que j’ai attribué à un animal, comme des chats qui se battent. Mon mari m’a dit que c’était humain. On a ouvert les volets, c’était la nuit noire et il n’y avait plus aucun bruit».

Le couple se recouche mais l’agitation reprend quelques minutes plus tard. «On a entendu les pleurs d’un homme qui disait «Excuse-moi, excuse-moi». Il y avait une décharge émotionnelle non contrôlée, intense, de quelqu’un qui libérait ses pleurs.» Là encore, les témoins tentent de regarder dans l’impasse mais ils ne voient rien. Leur lampe radar qui s’allume automatiquement à chaque passage est en panne. Ils finissent, un moment plus tard, par entendre une voiture qui «part en trombe». «On pense à une petite querelle de couple. On pense aux voisins. On ne pense pas qu’il se passe quelque chose dans notre chemin. C’est dramatique».

À l’issue des débats, le visage d’une Patricia Bouchon active, amoureuse et mère de famille a illuminé les écrans de la salle d’audience.

Ce mardi, Laurent Dejean sera entendu longuement, pour la première fois. Il clame toujours son innocence.


«Une tentative de viol» qui tourne mal

Les spécialistes en sciences du comportement de la gendarmerie ou «profilers» ont décrit, hier matin, le profil du tueur qu’ils avaient établi, à l’époque des faits. «La motivation du crime est une agression sexuelle, une tentative de viol qui tourne mal. Il n’y a pas de préparation, il n’a pas apporté d’arme. Il a des difficultés à la maîtriser. Le gant dans la bouche signifie qu’il a voulu la faire taire. Quant au tutoiement, il ne veut pas dire qu’il connaît la victime».

Et de décrire une personnalité «socialement inadéquate, égocentrique, impulsive, colérique à l’intelligence pratique puisqu’il est capable de se ressaisir émotionnellement» pour dissimuler le corps. «Il a pensé que sans corps il n’y avait pas de crime».

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo