Procès de Laurent Dejean à Toulouse : un accusé à la limite de l’aveu

Ce matin, les questions serrées du président n’ont pas déstabilisé Laurent Dejean qui n’a semble-t-il rien livré de nouveau.

Jusqu’à ce moment particulier :

 

Laurent Dejean avait-il l’habitude de se promener la nuit ? Plusieurs témoins le disent. « Pas quand je travaillais, monsieur le président. Je ne suis pas du matin, j’ai du mal à me réveiller. Je ne me promenais pas la nuit, seul« .
« Vous n’êtes pas un coucou régulier, non plus, monsieur Dejean« , rétorque le président.
Du tac au tac, l’accusé lui répond : »Je ne suis pas un criminel, monsieur le jugeAbsence de preuves et vice de forme : c’est dramatique, cette cour d’assises« .

 

Jean-Marc Donnadieu aussi, le mot « coucou » lui fait de l’effet :

 

Procès de Laurent Dejean à Toulouse : un accusé à la limite de l'aveu dans AC ! Brest
Jean-marc Donnadieu a partagé une vidéo.
 dans Corruption

-3:10
857 506 vues

attention, chats méchants !!!

Commentaires
Masquer 21 réponses
L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan

 

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-laurent-dejean-confronte-ses-incoherences-1645528.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : Laurent Dejean confronté à ses incohérences

 

Laurent Dejean, au moment de son interpellation.
Laurent Dejean, au moment de son interpellation.

 

Mercredi 27 mars 2019, 10ème jour du procès devant la cour d’assises de Haute-Garonne de Laurent Dejean, l’accusé est de plus en plus poussé dans ses retranchements. Mensonges, versions diverses et variées, incohérences : chaque élément du dossier est à nouveau passé au crible.

Par Marie Martin Publié le 27/03/2019 à 12:34 Mis à jour le 27/03/2019 à 13:47

Le président l’annonce d’emblée, à l’ouverture de l’audience : il souhaite revenir longuement sur des questions évoquées la veille. Et notamment la Clio blanche de Laurent Dejean.Sitôt passée l’audition de l’enquêteur de personnalité auprès du tribunal de grande instance de Toulouse, de laquelle on n’a rien appris de nouveau sur l’accusé, le président interroge à nouveau Laurent Dejean. Et il a de nombreuses questions.Il revient tout d’abord sur le témoignage-clé de Nicolas Gelis, qui aperçoit, le 14 février 2011, Patricia Bouchon qui court sur la route de Fronton puis croise une Clio blanche première génération, à l’arrêt, feux éteints et débordant sur la ligne blanche. Et la question est on ne peut plus claire : « Est-ce que c’était la vôtre, monsieur Dejean ? »
« Non« , répond l’accusé. « Je n’ai jamais eu de Clio grise« .
« Est-ce que c’était vous, ce jour-là, monsieur Dejean ? »
« Mais non ! Ce n’est pas moi, monsieur le juge. Le jour des faits, je dormais. Je me levais à 6 heures« .

Mais les dénégations ne suffisent plus, ce mercredi 27 mars 2019. Le président insiste. Cette Clio ressemble beaucoup à celle que possédait Laurent Dejean et que décrivent ses proches.
Idem pour le portrait-robot.

Laurent Dejean avait-il l’habitude de se promener la nuit ? Plusieurs témoins le disent. « Pas quand je travaillais, monsieur le président. Je ne suis pas du matin, j’ai du mal à me réveiller. Je ne me promenais pas la nuit, seul« .
« Vous n’êtes pas un coucou régulier, non plus, monsieur Dejean« , rétorque le président.
Du tac au tac, l’accusé lui répond : »Je ne suis pas un criminel, monsieur le jugeAbsence de preuves et vice de forme : c’est dramatique, cette cour d’assises« .

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/proces-du-meurtrier-presume-patricia-bouchon-expertise-psychiatrique-laurent-dejean-1645692.html

Procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon : l’expertise psychiatrique de Laurent Dejean

 

L'entrée de la salle d'audience de la cour d'assises de Toulouse. / © Jean-Pierre Duntze/France 3 Occitanie
L’entrée de la salle d’audience de la cour d’assises de Toulouse. / © Jean-Pierre Duntze/France 3 Occitanie

 

Mercredi 27 mars 2019, les psychiatres qui ont examiné ou expertisé Laurent Dejean sont venus expliquer aux jurés de quelle pathologie souffrait Laurent Dejean, jugé par la cour d’assises de Haute-Garonne depuis le 14 mars pour le meurtre de la joggeuse de Bouloc, Patricia Bouchon.

Par Marie Martin Publié le 27/03/2019 à 17:34 Mis à jour le 27/03/2019 à 17:42

L’enfance de Laurent Dejean a été, selon ses propres termes, heureuse et aimante. Mais la mort de son père, alors que lui est âgé de 17 ans, marque le début des premiers troubles.
Il était le dernier d’une fratrie de trois, le seul garçon, et la relation avec le père semble avoir été privilégiée. Son père cédait à ses caprices, raconte le docteur Robert Franck, le psychiatre qui l’a rencontré deux fois à la prison de Seysses, près de Toulouse.

Mais sa mère, elle, ne cède pas et refuse d’accéder aux demandes de son fils, financières surtout. La frustration provoque des colères chez Laurent Dejean qui s’en prend verbalement à sa mère.

Il est en échec scolaire, a arrêté plusieurs formations et peine à trouver son indépendance. Lui décrit des relations familiales harmonieuses mais sa mère ne supporte plus ses crises et fait intervenir la mairie et les services sociaux pour lui trouver un logement.
Selon le psychiatre, Laurent Dejean idéalise les relations et les souvenirs, non par déni mais dans l’intention de se présenter sous un bon jour. Et cette attitude semble prouver que la pathologie n’était pas sévère.

Quand s’est-elle aggravée ? Des amis évoquent l’après-rupture avec sa petite amie,  ses collègues et voisins font état de crises et de « pétages de plomb » à partir de 2009. Sa famille, elle, retient l’année 2011.

C’est là que des troubles de la persécution émergent : Laurent Dejean entend des voix. Neuf jours après la disparition de Patricia Bouchon, un ami s’en inquiète et l’emmène chez une médecin-psychiatre libérale. Elle lui prescrit un arrêt de travail d’un mois et des médicaments type anxiolytique et antidépresseurs.
Plus tard, lors d’hospitalisation voire d’internement contraint, des élements de persécution et d’hallucination sont évoqués dans le dossier médical consulté par le docteur Franck.

Les traitements stabilisent l’état de santé de Laurent Dejean mais problème, il continue à être un gros consommateur de cannabis, dont on sait qu’il influe sur la psychose, en compliquant l’efficacité des traitements et en majorant les phénomènes hallucinatoires. « Sans cannabis, il serait peut-être resté « border line », c’est-à-dire à la frontière de la folie mais pas schizophrène« .

L’accusé a connu plusieurs épisodes de décompensation : « la réalité devient insupportable« , explique Robert Franck. « on invente  quelque chose pour y échapper, pour changer cette réalité« . Des voix, en l’occurrence…

Y a-t-il eu des signes précurseurs du délire schizophrénique qui le touche en 2011 et 2012 ? Au moment des faits, « il a peut-être déjà des troubles mais qui n’abolissent pas son discernement puisqu’il va travailler« , poursuit l’expert-psychiatre. Tout au plus une « altération » de ce discernement.

Jeudi 28 mars, 11ème jour du procès de Laurent Dejean, l’audience sera consacrée aux plaidoiries.

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/meurtre-de-patricia-bouchon-les-bizarreries-de-l-accuse-27-03-2019-8041239.php

Meurtre de Patricia Bouchon : les «bizarreries» de l’accusé

 

>Faits divers|Armelle Parion, notre correspondante à Toulouse (Haute-Garonne)| 27 mars 2019, 21h50 | MAJ : 27 mars 2019, 21h53 |0
8041239_d8e40414-50cb-11e9-9e9c-818a6f67e457-1_1000x625 dans Crime
Laurent Dejean nie toujours avoir tué Patricia Bouchon le 14 février 2011 à Bouloc. AFP/Manon Billing

 

Devant la cour d’assises de Toulouse, les experts ont détaillé la personnalité trouble de Laurent Dejean, accusé du meurtre de Patricia Bouchon, tuée à Bouloc, le 14 février 2011.

 

Une personnalité fragile. Capable de passer à l’acte. Voilà la description faites par les experts psychiatres de Laurent Dejean, accusé du meurtre de Patricia Bouchon, à Bouloc, le 14 février 2011. Un meurtre qu’il nie depuis le début de son procès devant la cour d’assises de Haute-Garonne à Toulouse.

Les experts détaillent : Laurent Dejean a été « très affecté par la mort de son père, alors qu’il avait 17 ans ». Sa scolarité est laborieuse et il ne mènera à bout ni son CAP de plâtrier, ni ses apprentissages de boulanger et de miroitier. Il décroche un emploi de plaquiste en 2010, mais démissionne en juillet 2011, car il n’est « pas bien dans sa tête ». Depuis, il n’a plus eu d’activité, a été placé sous curatelle et touche l’allocation pour adultes handicapés.

Un homme colérique et jaloux

Le Centre communal d’action sociale est intervenu à plusieurs reprises pour suggérer à Laurent Dejean de quitter l’appartement de sa mère, qui se plaint de son comportement violent. Sa seule relation amoureuse sérieuse, de 2004 à 2006, avec une certaine Natacha, révèle une personnalité colérique et jalouse. Elle le quitte après qu’il a levé la main sur elle. Lors d’un épisode délirant, en 2012, qui aura pour conséquence son hospitalisation d’office, Laurent Dejean a crevé deux fois les pneus d’une voisine, qu’il accuse de lui avoir jeté un sort vaudou.

L’expertise psychiatrique montre que le jeune homme, hospitalisé à plusieurs reprises, souffre de schizophrénie paranoïde. Mais selon les experts, rien ne prouve que sa psychose était active au moment des faits qui lui sont reprochés.

Quelques jours après le meurtre de Patricia Bouchon, il se rend chez une psychiatre, lui confie son sentiment d’être persécuté au travail, et sera arrêté un mois. « Je n’ai pas d’argument pour dire que son trouble mental l’a amené à commettre ce crime. S’il l’a fait, ce n’était pas parce que son discernement était aboli. Mais il n’a pas toujours eu tout son discernement », a expliqué le psychiatre Roger Franc. Le psychologue Alain Penin relève pour sa part des « bizarreries comportementales » chez l’accusé, depuis ses quinze ans, âge auquel il a commencé à consommer régulièrement du cannabis et autres psychotropes.

Curieuses déclarations en garde à vue

Après avoir enfin reconnu mardi qu’il possédait bien à l’époque des faits une Clio blanche, une voiture décrite par un témoin la nuit des faits, Laurent Dejean a nié farouchement mercredi être le conducteur croisé par le livreur Nicolas Gélis cette nuit-là. Il a reconnu qu’il portait un bonnet, comme sur le portrait-robot établi, et avoir parfois transporté du matériel dans son véhicule, confirmant un élément donné par le témoin clé et corroboré par neuf autres témoins

Confus dans ses explications, Laurent Dejean nie aussi connaître la buse dans lequel le corps de Patricia Bouchon a été dissimulé et retrouvé seulement plus d’un mois après. Autre élément troublant pointé par Me Lena Baro, avocate de la famille Bouchon : l’accusé a déclaré lors de sa garde à vue en 2014, avoir remarqué en passant sur la route départementale surplombant le chemin de terre, où a eu lieu le meurtre, qu’il manquait deux cailloux de Garonne. « Je ne sais pas qui a enlevé ce caillou, mais il aurait pu être une arme, donc j’ai avoué », se justifie Laurent Dejean, tout en martelant toujours son innocence. Déstabilisant.

Le réquisitoire est désormais très attendu ce jeudi.

 



Assassinat de Patricia Bouchon : des mégots sur la scène du crime…

Une chroniqueuse judiciaire a débuté le 25 mars 2019 une « série » intéressante sur l’affaire de cet assassinat, à lire ici :

http://www.slate.fr/story/impasse-a-bouloc-proces-laurent-dejean-meurtre-joggeuse-patricia-bouchon-episode-1

On y trouve des tas de détails qu’aucun autre journaliste n’a jamais rapporté.

Le second épisode a été publié ce matin, ici :

http://www.slate.fr/story/impasse-a-bouloc-proces-laurent-dejean-meurtre-joggeuse-patricia-bouchon-episode-2-temoignages

Il s’agit des premiers témoignages recueillis par les enquêteurs et des découvertes faites dans l’impasse.

Voir extraits ci-dessous.

On y apprend notamment que le lundi 14 février 2011, la camionnette du maraîcher, un véhicule volé, a brûlé vers 4h45 sur la route de Fronton à 100 m du domicile de Patricia Bouchon, qu’un témoin a aperçu le même jour vers 5h20 dans l’impasse où a eu lieu l’agression un véhicule sombre et volumineux à l’arrêt, plafonnier allumé, portière du conducteur ouverte, et à l’intérieur quelqu’un d’imposant, et enfin, que quatre mégots de cigarette ont été retrouvés au bout du chemin, avec une boucle d’oreille de Patricia Bouchon et les plus grandes quantités de sang.

Là encore, on aimerait bien connaître les vérifications effectuées par les enquêteurs.

Pas d’ADN sur les mégots ???!!

On voit bien deux explications possibles pour leur présence sur ce lieu : l’assassin a fumé quatre cigarettes une fois son crime commis, ou alors, il attendu là sa victime dans le noir jusqu’à ce qu’elle arrive en vue de l’impasse, et fumé quatre cigarettes durant ce temps d’attente.

A l’époque où j’étais constamment cernée par les hommes de la milice à chacune de mes sorties, j’en ai bien vu ainsi fumer en m’attendant, par exemple, devant chez moi.

Par ailleurs, le véhicule volé qui brûle à 100 m du domicile de la victime vers 4h45 a bien pu faire partie d’un dispositif de guet-apens encore une fois tout à fait similaire à tous ceux auxquels j’ai moi-même été habituée avec mes harceleurs. Il y avait régulièrement un véhicule ou deux et des hommes postés en différents endroits, se relayant les uns les autres, voire se surveillant mutuellement. Je n’avais pas juste un malade sur les talons, il s’agissait de toute une équipe – pour le moins…

 

 

Extraits :

 

Comme à son habitude les jours de repos, monsieur Ourmières s’en va chercher le pain. Avec sa femme Josette, ils habitent depuis dix-huit ans une maison embellie au fil du temps, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Les chambres donnent désormais sur un jardin arboré, et un parterre de fleurs entouré de galets de Garonne longe le muret bordant l’avant de leur propriété.

Ce lundi 14 février 2011, en sortant de chez lui, monsieur Ourmières appelle sa femme: «Viens voir, une voiture a failli rentrer dans notre portillon.» Une voiture qui s’engouffre par erreur dans leur impasse puis fait demi-tour, cela peut arriver, mais là, c’est tout de même embêtant.

La veille, dimanche après-midi, Monsieur Ourmières a jardiné. Il ne reste désormais plus rien de ce travail, si ce n’est des galets de Garonne dans tous les sens sur la terre fraîche et le parterre de fleurs balafré de deux empreintes de pneus.

Déjà, à Bouloc, le bruissement du malheur se répand.

«Le corps n’est pas là»

L’après-midi, madame Ourmières est allée chez le médecin. Dans la salle d’attente, quelqu’un a demandé: «Vous avez vu ce qui s’est passé?». Les mauvaises nouvelles jaillissent ainsi –du moins, c’est comme ça qu’elle l’a appris: une femme avait disparu très tôt ce matin, pendant son jogging.

Josette Ourmières n’avait rien vu, à part la longue trace de pneus sur ses fleurs. Elle n’a pas tout de suite fait le lien. Quand elle a vu les gendarmes, avec son mari, ils l’ont signalé. Des moulages des empreintes ont été faits, des photos aussi.

Tôt ou tard, ils seraient tombés dessus; ils allaient partout. Mais les gendarmes n’étaient pas encore allés dans l’impasse des Ourmières.

Patricia Bouchon ne l’aurait jamais empruntée volontairement: elle ne courait que dans les endroits éclairés. Là, sans éclairage public, à 4h33 du matin, il faisait toujours nuit noire.

C’est pourtant devant la maison du couple qu’une mèche de cheveux et un gant en latex appartenant à Patricia Bouchon sont retrouvés. Un peu plus loin, d’autres cheveux mélangés à des traces de sang, un morceau de doigt de son gant en latex, son piercing de nez et son chouchou noir et beige, plus tard identifié par son mari, Christian Bouchon. Au bout du chemin, enfin, une boucle d’oreille, son fermoir, quatre mégots de cigarette et un élément plus alarmant.

 

Assassinat de Patricia Bouchon : des mégots sur la scène du crime... dans Corruption 1_000_par8100984Un repère utilisé lors de la reconstitution du crime, le 17 février 2015 | Rémy Gabalda / AFP

«La troisième scène, à 110 mètres de l’entrée de l’impasse, est la zone la plus importante: on trouve des traces de sang éparses et du sang infiltré jusqu’à cinq centimètres de profondeur dans la terre», détaille la première directrice d’enquête, Véronique Chaudriller.

Trouver tant de sang tempère l’optimisme des enquêteurs. Carlyne Bouchon, la fille de Patricia, espère: «Mais le corps n’est pas là. Si elle n’est pas là, c’est peut-être qu’elle est encore en vie.» La procédure en flagrance pour disparition inquiétante se mue en enquête pour enlèvement, violences et séquestration.

Les époux Ourmières n’ont rien entendu cette nuit-là. Comment auraient-ils pu? Leur chambre donne sur le jardin à l’arrière.

 

«Des pleurs de désespoir»

L’impasse est composée de trois maisons, où vivent les Ourmières, le couple Nadal et, entre les deux, les époux Schnedler.

Jürgen Schnedler est ingénieur aéronautique, Allemand parlant français: «Lundi 14 février 2011 au soir, je suis allé à Hambourg, et le mardi, je reçois un appel de ma femme: “Gendarmerie! Hélicoptère! Une femme a disparu.” Le lendemain, j’ai fait mon protocole à la gendarmerie de Fronton.»

Dans la nuit du dimanche au lundi 14 février, vers 4h30 du matin, Jürgen a sursauté dans son lit. Il a entendu un bruit. Dany, sa femme, s’est elle aussi réveillée: «J’ai attribué ça au cri d’un animal, des chats qui se battent. Comme on habite à la campagne… Vous savez, les chats, quand ils se battent, ils ont un cri presque humain, aigu.» Mais avec tout son pragmatisme allemand, son mari lui a répondu que non, ce n’était pas ça: «Ça ressemble à un cri humain, de femme.»

Les Schnedler dorment avec les fenêtres ouvertes et les volets fermés. Jürgen ouvre le volet. «Nuit noire. Plus aucun bruit», observe Dany. Ils referment le volet.

C’est alors qu’ils entendent quelqu’un pleurer. «Une voix d’homme: “Excuse-moi, excuse-moi.” Deux fois.»

Jürgen est surpris d’entendre un homme pleurer ainsi. «Vraiment, des pleurs de désespoir, de regret, décrit Dany aux enquêteurs. Pour moi, c’était une décharge émotionnelle non contrôlée.» Dany a longtemps été infirmière en milieu psychiatrique, alors les sanglots, ça la connaît –un peu à la manière des pédiatres, qui savent analyser les pleurs des nourrissons.

Dany et Jürgen ont songé à une dispute de couple, une scène de ménage. Pour être tout à fait honnêtes, ils ont pensé à leurs voisins. Ils ont mis des visages sur l’incident, pour lui conférer moins d’intensité dramatique.

Le couple a ensuite entendu une voiture repartir en trombe, un véhicule tous phares éteints partant tellement vite qu’ils n’ont même pas aperçu les feux arrière rouges au bout du chemin.

Normalement, dans le jardin de devant, les époux Schnedler ont un éclairage automatique. Mais l’ampoule a grillé, «sinon, elle se serait allumée». Il n’y avait pas de bruit de moteur, celui des pneus crissant sur le gravier couvrait tout.

Jürgen croit savoir que la voiture a bifurqué à gauche au bout du chemin, direction Bouloc, parce que «quand une voiture part à droite vers Fronton, on l’entend sur cinq kilomètres».

Et puis la nuit est redevenue silencieuse.

 

…/…

 

«J’étais suivie par une voiture»

Le téléphone de la cellule «Disparition 31» ne cesse de sonner. «Nous sommes bombardés par les signalements», indique le directeur d’enquête Didier Bonnin. Des médiums prétendent avoir réussi à localiser le corps de Patricia Bouchon. «Avec le pendule, ils disaient: “Je la vois là-bas, je la vois là-bas.”», raconte Didier Bonnin. L’un d’entre d’eux a même rédigé une lettre en écriture automatique. «Ce n’était pas la priorité, mais on les a versés à la procédure, bien sûr.»

Un chef d’entreprise de sécurité se rend à la gendarmerie pour signaler le comportement inhabituel de ses chiens le lundi 14 février au matin: «Mes chiens –ce sont des chiens de défense– aboyaient anormalement en direction du bois qui appartient à mon beau-père. Personne ne va dans ce bois. Ils avaient une réaction typique de la détection humaine: oreilles dressées et queue battante.» Une battue est organisée dans le bois, jusqu’à une carrière de gravats –en vain.

Un habitant de Bouloc raconte avoir vu des flammes sur la route de Fronton, vers 4h45. Mais il s’agit de la camionnette du maraîcher, qui brûle à cent mètres du domicile de Patricia Bouchon: «C’est une camionnette volée, précise l’enquêtrice. Des individus qui devaient connaître les habitudes du maraîcher, car ils ont pris les clés du véhicule cachées sous une poubelle.»

Dans cet univers nocturne parallèle, d’autres témoins ont vu Patricia Bouchon courir seule ce matin-là. Certains avec une tresse dépassant de sa capuche, d’autres avec un bonnet. Franck le boulanger se souvient l’avoir aperçue à l’heure où il prenait le service, dans la descente du stade. Un chauffeur routier est entendu: quelques jours avant le 14 février 2011, il a croisé «une silhouette cachée dans une haie, vers 6h15». Serge, le chauffeur de taxi, reconnaît «en avoir eues, des [personnes] très perturbées dans la voiture».

«Dans le chemin, j’ai vu un véhicule sombre et volumineux, avec le plafonnier allumé et la portière conducteur ouverte.»

Un témoin convoyeur de fonds

Deux femmes témoignent avoir été suivies sur la route, au départ ou au retour du travail. «Quand je rentrais le soir, j’étais suivie par une voiture, mais elle était tellement près que je n’ai jamais pu relever la plaque. La personne mettait les pleins phares. Si je freinais, elle freinait; si j’accélérais, elle accélérait», dit l’une. «C’était après la station-service, vers Bruguières. Un homme chevelu type ébouriffé, cheveux foncés, un peu engoncé. Il me faisait paniquer. Chaque fois que j’essayais de le doubler, il se déportait. Si j’accélérais, il freinait. Voiture couleur foncée, longue, type break. Pour moi, c’était un saoulard», dit l’autre.

Un convoyeur de fonds se remémore être passé vers 5h20 devant l’impasse où l’on a retrouvé le sang de Patricia Bouchon: «Je croisais quotidiennement Patricia Bouchon vers 4h30, 5 heures. Même sous la neige, elle courait. Ça m’interpellait. [...] Ce jour-là, je ne l’ai pas vue. Je commençais à 6 heures. Mais dans le chemin, j’ai vu un véhicule sombre et volumineux, une voiture noire ou bleu foncé type berline, avec le plafonnier allumé et la portière conducteur ouverte.» En audition, il déclare avoir vu «quelqu’un d’imposant à l’intérieur».

Une agricultrice du coin tombe souvent sur Patricia Bouchon à l’heure de sa livraison. Trois fois par semaine, elle livre les supermarchés de Bouloc et Fronton, la commune limitrophe. Ça l’inquiète, cette affaire, d’autant plus qu’elle livre toute seule et que dans les entrepôts à l’arrière des magasins, il n’y a aucune lumière. Mais ce matin du 14 février, elle n’a pas vu Patricia faire son footing.

Qui est la dernière personne à avoir vu la joggeuse de Bouloc?

«Son regard a bifurqué»

Cinq jours plus tard, le samedi 19 février 2011, un jeune homme de 22 ans pousse la porte de la gendarmerie de Fronton. Le directeur d’enquête Frédéric Aüllo en parle en ces termes: «Nicolas Gélis est un jeune passionné de rugby. Il ne s’intéresse pas trop aux faits divers. C’est un garçon sensible. Il ne boit pas, ne se drogue pas. Il est sportif. Il m’a paru sportif.»

Nicolas Gélis est chauffeur-livreur chez Chronopost à Montauban. Les livraisons commencent à 5 heures du matin. Et si le camion ne tourne pas à 5 heures pétantes, son chef l’appelle pour savoir où il est.

Lundi 14 février, il quitte son domicile de Saint-Jory à 4h20 au lieu de 4h15. Il sait qu’avec un coup d’accélérateur, il pourra rattraper son retard, mettre quarante minutes au lieu de quarante-cinq pour arriver au centre de dépôt.

Il n’habite pas très loin de la N20, «la route de Paris, très fréquentée par les camions», et après la zone industrielle, explique-t-il, «on peut bifurquer vers l’autoroute ou passer par Fronton-Bouloc». Lui ne prend pas l’autoroute, «ça permet de ne pas payer deux euros» –même si en vérité, ce n’est pas tant les deux euros: sa voiture n’est pas assurée, et par la route de Bouloc, il a moins de risques de croiser les gendarmes.

Cet entretien à la gendarmerie de Fronton, il s’en serait bien passé: quand on a 22 ans, on a toujours mieux à faire le samedi après-midi. C’est sa mère qui l’a incité à s’y rendre.

Lui n’avait rien suivi. Elle lui a parlé de la mauvaise nouvelle, vu le tapage médiatique, et lui a commencé à cogiter. Il s’est rappelé avoir aperçu une joggeuse à cette drôle d’heure, cela l’a marqué. Il empruntait cette route au lieu de l’autoroute depuis quinze jours, mais c’était la première fois qu’il la voyait.

Patricia Bouchon a subi une opération chirurgicale qui l’a empêchée de courir durant deux semaines. Le 14 février 2011 était son jour de reprise.

Il l’a vue au niveau du panneau de signalisation. Une centaine de mètres plus loin, il a été surpris par un véhicule stationné en plein milieu de la route, tous phares éteints; il a manqué de le percuter. Il a pilé pour éviter la collision, l’a dépassé par la droite pour s’arrêter à son niveau et lui faire un geste peu amical. L’homme l’a regardé dans les yeux.

«Et pfffiout, son regard a bifurqué», se souvient Nicolas Gélis. «J’ai plutôt une bonne mémoire visuelle. J’oublie pas les visages», ajoute-t-il. L’homme a redémarré en trombe, «la première a souffert». Nicolas Gélis regarde l’heure sur son autoradio: 4h33.

Un homme blanc, entre 30 et 50 ans, 1m75 à 1m80, avec un bonnet noir aux bords retournés, mal rasé. Le plafonnier de la voiture était allumé.

«Les gens qui font ça sont très compétents. Ils posent des questions en toute neutralité, arrivent à trouver des traits dominants du visage.»

Nicolas Gélis, témoin

Arrivé à la gendarmerie pour sa déposition en début d’après-midi, Nicolas Gélis n’en sortira qu’au milieu de la nuit. Son témoignage intéresse les enquêteurs au plus haut point.

Le directeur d’enquête Frédéric Aüllo fait le calcul: «Si Patricia Bouchon court à 8 km/h, il lui faut 1 minute 53 pour rejoindre le chemin. Si elle court à 10 km/h, 1 minute 31. Selon la vitesse du véhicule, il lui faut entre 21 et 24 secondes.»

La voiture et Patricia Bouchon se sont forcément croisées.

Une Renault Clio gris anthracite de première génération, trois ou cinq portes, avec les sièges arrière rabattus, sans plage arrière, avec «un peu de bordel à l’arrière»: Nicolas Gélis a exactement la même. Ce que l’on connaît, on le décrit mieux.

Pendant trois heures, Nicolas Gélis travaille avec un portraitiste de la gendarmerie pour établir un portrait-robot. «C’est pas mon métier, mais les gens qui font ça sont très compétents, assure-t-il. Ils posent des questions en toute neutralité, arrivent à trouver des traits dominants du visage. On part d’une dominante physique. Pour moi, c’était la barbe.»

…/…

 



Des lecteurs des Pays-Bas sur Satanistique…

Manifestement, c’est l’affaire de l’assassinat de Patricia Bouchon qui les fait venir.

Curieux, non ?

 

26 mars 2019 13:00 – 27 mars 2019 12:00

 

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
90
Pages vues hier
326
Pages vues le mois dernier
6 378
Historique global des pages vues
355 847
Membres

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

Plus »

Participants

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

Pays-Bas

146

France

69

Ukraine

17

États-Unis

15

région indéterminée

14

Allemagne

13

Russie

12

Corée du Sud

9

Royaume-Uni

6

Suisse

4

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Opera

136 (40%)

Chrome

83 (24%)

Firefox

76 (22%)

Safari

22 (6%)

Internet Explorer

15 (4%)

CriOS

2 (<1%)

GSA

1 (<1%)

SamsungBrowser

1 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Linux

139 (41%)

Windows

135 (40%)

Macintosh

27 (8%)

Android

16 (4%)

Unix

6 (1%)

iPhone

5 (1%)

iPad

4 (1%)

compatible

3 (<1%)

Android 8.0.0

1 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

Articles

Entrée Pages vues
12
8
7
7
7
5
4
4
3
3

 

20 mars 2019 13:00 – 27 mars 2019 12:00

 

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
89
Pages vues hier
326
Pages vues le mois dernier
6 377
Historique global des pages vues
355 846
Membres

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

Plus »

Participants

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

France

440

États-Unis

267

Pays-Bas

189

Ukraine

95

région indéterminée

85

Allemagne

75

Russie

54

Royaume-Uni

51

Autriche

33

Moldavie

30

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Chrome

765 (50%)

Firefox

396 (26%)

Safari

138 (9%)

Opera

136 (8%)

Internet Explorer

44 (2%)

SamsungBrowser

26 (1%)

GSA

8 (<1%)

CriOS

2 (<1%)

Mwendo

2 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

961 (63%)

Macintosh

188 (12%)

Linux

148 (9%)

Android

133 (8%)

iPhone

48 (3%)

Unix

11 (<1%)

iPad

11 (<1%)

compatible

10 (<1%)

Android 6.0.1

2 (<1%)

Unknown

2 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

Articles

Pages

 



Toujours des masculinistes chez Jean-Marc Manach…

Gab est repassé le 25 mars :

 

http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2019/02/17/david-doucet-et-la-presomption-de-culpabilite/

 

Yo bro On se sert les couilles, tous derrière toi mate. Ce soir je bois une bière à ta santé.
#SororitéMasculiniste

 

Et voilà c’est une hystérique féministe qui remplace Doucet. Comme par hasard lesbienne en plus comme si on voulait eviter tout dérapage de harcélement hétérosexuel. C une guerre à la masculinité qui a commencé. Les flaques qui travaillent encore aux inrocks, ceux qui pleuraient maman parce qu’on leur mettait un peu la pression, vont encore un peu plus rendre ce magazine de mec un rdv pour lopette. Vous inquietez pas que ca va pas durer dans six mois quand les inrocks aura perdu tous ses abonnés historiques , elle sera virée la progressiste. On va pas devenir un mag lesbien non plus, on va pas se laisser faire. On va voir si elle tient la pression de ses nouvelles responsabilités la petite, on va voir si elle va vouloir rester avec les coups de pression. Redac chef c sérieux, c pas un petit podcast de rien sur des imbécilités. Elle tiendra pas et on reprendra un mec pour ce poste. Les nanas ont rien à foutre à un poste de responsabilité dans un magazine rock de mec

 

 

Cela ne change pas, hein… J’entendais déjà les mêmes inepties dans mon entourage professionnel dans les années 1990 : « Il faudrait être fou pour confier des responsabilités à une femme ! »

C’était le fait de commerciaux aux profils psychologiques et intellectuels tout à fait similaires à ceux des deux débiles mentaux et psychopathes Pascal Edouard Cyprien Luraghi et Jean-Marc Donnadieu.

Il faudrait peut-être vous réveiller, tous les autres : ils ne se contentent pas de harceler des femmes, ils en assassinent aussi pour le plaisir…

 

A lire ou à relire :

 

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/11/jean-marc-donnadieu-de-beziers-son-echappee-en-solitaire-de-la-ligue-du-lol/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/16/ligue-du-lol-le-journaliste-david-servenay-a-encore-perdu-une-bonne-occasion-de-se-faire-discret/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/19/quand-la-ligue-du-lol-faisait-du-luraghi-pascal-edouard-cyprien/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/20/ligue-du-lol-apres-les-journalistes-deux-agents-de-la-mairie-de-paris-suspendus/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/21/ligue-du-lol-les-inrocks-des-harceleurs-issus-de-rue89/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/21/victimes-de-la-ligue-du-lol-et-autres-harceleurs-aucun-droit-dexister-aucun-droit-a-la-vie/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/26/ligue-du-lol-et-autres-jean-marc-manach-darret-sur-images-aime-beaucoup-trop-les-cyberharceleurs/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/27/pascal-edouard-cyprien-luraghi-de-puy-leveque-et-jean-marc-donnadieu-de-beziers-deux-predateurs/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/27/ligue-du-lol-et-autres-jean-marc-manach-defend-lindefendable/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/28/ligue-du-lol-jean-marc-manach-provoque-la-colere-des-victimes-et-le-degout-des-abonnes-dasi/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/01/cybercriminalite-jean-marc-manach-ou-la-comprenette-tout-a-lenvers/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/02/ligue-du-lol-les-cool-kids-ont-pour-mere-une-prostituee-nommee-jean-marc-manach/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/04/ligue-du-lol-deux-nouveaux-journalistes-remercies-ou-licencies-toujours-rien-sur-rue89/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/05/jean-marc-manach-et-ses-gentisl-trolls-haro-sur-la-dissidence/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/06/comment-cyprien-luraghi-exige-mon-exclusion-de-rue89-en-2009/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/06/des-precurseurs-de-la-ligue-du-lol-sur-le-site-rue89/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/07/ligue-du-lol-nouvelles-pierres-dans-le-jardin-de-jean-marc-manach-en-provenance-des-inrocks/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/08/journee-de-la-femme-2019-encore-une-pierre-dans-le-jardin-de-jean-marc-manach/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/08/juin-2010-pascal-edouard-cyprien-luraghi-ouvre-son-blog-tique-toc/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/10/jean-marc-manach-bien-en-vue-sur-google-avec-la-ligue-du-lol/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/13/jean-marc-manach-refuse-dentendre-parler-des-echecs-judiciaires-de-pascal-edouard-cyprien-luraghi/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/03/14/sororite-masculiniste-kesako/

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo