Petit QI et gros besoins, êtes-vous plutôt cambriolage, braquage ou escroquerie au jugement ?

En ce qui concerne Jean-Marc Donnadieu de Béziers, qui fréquente de nombreux ex-taulards qu’il dit aider à la sortie de prison, le choix de l’escroquerie au jugement ayant déjà bien payé sans le conduire où il aurait dû être depuis longtemps, c’est-à-dire, derechef derrière des barreaux, comme du temps où il ne harcelait que des ufologues, il a décidé de réitérer la « plaisanterie » procédurière qu’il s’apprêtait à finaliser au mois de février 2011 lorsque Patricia Bouchon menaçant tout à coup de faire capoter ses plans et ceux de ses complices de la bande du cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi, ils avaient décidé de l’éliminer.

Il l’a annoncé sur son mur Facebook au début du mois, comme indiqué dans mon précédent article.

Il n’a toujours pas les moyens de faire poursuivre les ufologues qui selon lui piratent tous ses échanges de courriers électroniques depuis des années et m’auraient fourni la pièce suivante, attestant que ses amis cybercriminels et lui-même se sont bien rendus coupables de tels faits à mon encontre au moins en 2011, mais s’il s’agit de nouvelles procédures à mon encontre, alors là, il n’y a aucun problème, son avocat Philippe Desruelles est toujours prêt – noter que ce dernier tente actuellement l’escroquerie au jugement contre l’ufologue Christian Comtesse pour le compte d’un individu qui aurait déjà bien profité de la générosité dudit ufologue et bénéficie bien entendu du soutien inconditionnel de Jean-Marc Donnadieu et de tous ses complices cybercriminels prétendument « ufosceptiques » dont toutes les plaintes contre Christian Comtesse sont toujours classées sans suite comme infondées, en conséquence de quoi il existe très logiquement un gros risque d’attentat islamiste quelques jours avant le verdict, comme pour leurs précédentes procédures, donc probablement avant l’été ou à son début (la date doit être fixée en mai).

 

Pirates

Cliquer sur l’image pour l’agrandir et lire le texte.

 

Jean-Marc Donnadieu prévoit de m’attaquer dans la foulée.

C’est qu’il doit toujours avoir la garantie de magistrats ultra CORROMPUS dès lors qu’il m’attaque moi, directement ou indirectement, même ou surtout pour des faits imaginaires, et que par ailleurs, comme il s’en plaignait déjà le 22 décembre dernier, plusieurs mois de Gilets Jaunes ont dû bien rogner ses capacités à économiser et faire naître quelques besoins :

 

-3:57:59
2 127 259 vues
Brut était en direct.

REPLAY – #GiletsJaunes : Tensions en cours à Paris.

Les dernières infos avec Rémy Buisine sur place.

Regarder cette vidéo avec vos amis
Commentaires
  • Jean-marc Donnadieu
    Jean-marc Donnadieu Si les gilets jaunes voulaient bien me laisser acheter mon tabac en Espagne, et de la viande aussi , parce que un mois ça va, deux je peut pas suivre.. Je me lève 6/7 a 4 h du matin pour moins de 700 balles alors si je pouvais économiser un peu …

 

 

En Ile-de-France, ce sont les cambriolages qui se multiplient depuis quelques mois.

On notera par ailleurs que ceux qui cherchent encore la vérité dans l’affaire de l’assassinat de Patricia Bouchon à Bouloc le 14 février 2011 pourraient peut-être utilement s’intéresser aux auteurs du casse de Bessières, survenu le 18 mars 2014, dans une agence du Crédit Agricole.

En effet, ces individus qui seraient eux aussi liés à la bande de « déconnologues » des deux psychopathes et pirates informatiques Pascal Edouard Cyprien Luraghi et Jean-Marc Donnadieu semblent bien connaître tous les égouts du secteur où a été découvert le corps de la joggeuse.

Et il n’y a pas que mon témoignage à n’avoir pas été exploité par les enquêteurs dans cette affaire d’assassinat :

 
http://www.slate.fr/societe/impasse-bouloc/episode-7-proces-laurent-dejean-meurtre-joggeuse-patricia-bouchon-avocat-general-david-senat

 

Extrait :

 

«Les erreurs sont humaines»

Le garagiste de Bouloc qui a vu Christian Bouchon cherchant partout sa femme Patricia au matin du 14 février a une fille, Hélène. Elle se souvient avoir été réveillée cette même nuit par «quelqu’un qui tambourinait».

Hélène pense à un jeune essayant de braquer le distributeur de boissons, avant de se rappeler que celui-ci était blindé. Elle ouvre ses volets pour vérifier: «Quelqu’un se servait de la lumière du distributeur pour éclairer ses phares et son pare-chocs et donner des coups dessus. C’est un bruit bien particulier.» Son père et son grand-père ont été garagistes Renault, alors elle connaît le bruit.

En audition, Hélène est certaine: «C’était une Clio ancien modèle série 1.»«Couleur anthracite», ajoute-t-elle. À la barre, elle précise: «Vu l’éclairage jaunâtre du village, je sais que c’est une couleur foncée, gris foncé ou vert foncé, mais pas clair, en tous cas.»

Le lendemain matin, après le passage des éboueurs, son œil est attiré par une masse noire reposant près des conteneurs. Intriguée, elle s’approche. Trois gros sacs-poubelle, qui portent l’inscription: «Communauté de communes de Villeneuve-sur-Tarn.» Elle les ouvrent: «C’était du papier blanc.»

Le 29 mars 2011, à la découverte du corps de Patricia Bouchon à Villematier, la fille du garagiste fait le lien avec les sacs. Villematier dépend de la commune de Villeneuve-sur-Tarn.

Face à la cour, elle s’agite: «Je l’ai dit aux enquêteurs, je l’ai dit plusieurs fois. Ça n’était jamais arrivé, ces sacs-poubelle, et ça ne s’est jamais reproduit!» Elle soupire: «Je pensais qu’il y aurait des investigations plus poussées.»

Tous les mercredis, le directeur d’enquête de la cellule «Disparition 31» est pourtant envoyé en hélicoptère à Paris pour faire un rapport en conseil des ministres.

L’avocat général souffle: «Les erreurs sont humaines, et seuls ceux qui ne font rien ne risquent rien.» «Je ne blâme pas les gendarmes. Je blâme l’autorité judiciaire», promet-il.

 

Il y a une erreur dans ce texte. Il ne s’agit pas de Villeneuve-sur-Tarn, mais de Villemur-sur-Tarn, commune voisine de Bessières.

Par ailleurs, j’ai bien le souvenir d’avoir vu un « déconnologue » dire qu’il tapait de la sorte sur sa voiture et vais tâcher de retrouver ce passage.

 

https://www.lci.fr/police/paris-delinquance-vol-explosion-du-nombre-de-cambriolages-dans-les-quartiers-aises-en-ile-de-france-2118404.html

Explosion du nombre de cambriolages dans les quartiers aisés en Île-de-France

 

FLÉAU – A Paris et dans ses banlieues attenantes, le nombre de cambriolages a sensiblement augmenté dans les quartiers cossus, selon des chiffres révélés par Le Parisien.
 
15 avr. 06:26 – La rédaction de LCI

 

Ils visent en priorité les quartiers riches. Selon des chiffres de la police relayés par Le Parisien, les cambrioleurs n’ont pas chômé en 2018 en Ile-de-France. A Paris (du Ier arrondissement au VIIe), les cambriolages ont ainsi augmenté de 40% en un an. Une hausse qui peut notamment s’expliquer par les nombreux travaux de ravalements de façade survenus dans la capitale.

« Les cambrioleurs peuvent se faire passer pour des ouvriers avec leurs outils auprès des riverains, et puis profitent des échafaudages pour grimper dans les étages », explique au quotidien Christophe Soullez, chef de l’observatoire national de la délinquance. Selon lui, les manifestations des Gilets jaunes ayant mobilisé en nombre les forces de l’ordre n’auraient toutefois pas eu d’impact sur la hausse constatée, « même si on ne peut pas l’exclure ».

En définitive, cette explosion des vols par effraction à Paris est la conséquence de la professionnalisation des cambrioleurs. Lesquels « ne perdent pas leur temps en périphérie ou dans les coins pauvres, ils veulent des bijoux et du cash et enchaînent plusieurs logements chaque jour », détaille un commissaire cité par Le Parisien. Pour autant, certains malfrats n’hésitent pas à miser sur les villes attenantes à la capitale, comme Vincennes, Charenton, Les Lilas ou encore Montreuil : « Ces équipes viennent à Paris en journée parce que le champ de prospection est illimité, mais les villes frontalières sont aussi desservies par le métro et de plus en plus denses donc leur fournissent un terrain de jeu similaire », souligne un commissaire.

La rédaction de LCI

Mis à jour : Aujourd’hui à 06:27Créé : Aujourd’hui à 06:26

 

https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/01/2879368-casse-de-bessieres-qui-sont-les-spaggiari-toulousains.html

Casse de Bessières : qui sont les Spaggiari toulousains ?

 

  • image dans Calomnie Le 5 avril 2016, les gendarmes de la section de recherches de Toulouse interpellent plus d'une dizaine de suspects deux ans après le casse de Bessières. «Vlad» est arrêté à Toulouse, chemin du Moulis.
Le 5 avril 2016, les gendarmes de la section de recherches de Toulouse interpellent plus d’une dizaine de suspects deux ans après le casse de Bessières. «Vlad» est arrêté à Toulouse, chemin du Moulis. Photo DDM, archives, Thierry Bordas.

 

Publié le 01/10/2018 à 07:08

 

Une équipe ancrée dans la grande délinquance à laquelle se greffent des techniciens du bâtiment, soudeur ou expert en chalumeau. C’est cet attelage atypique qui constitue l’essentiel du commando des égoutiers de Bessières. Une équipe resserrée autour de quatre hommes, dont Pascal Teso, un Tarnais domicilié à Bessières, cette commune qui l’a vu grandir et galoper dans les égouts lorsqu’il était enfant.

Dans son imaginaire, une icône : Albert Spaggiari, figure du grand banditisme et auteur du célèbre casse de Nice en 1976. Dans son entourage on le répète : «Spaggiari c’est extra ce qu’il a fait, c’est pas comme Mesrine, lui c’est un bandit !» Des paroles longtemps gravées et qui finissent par nourrir chez lui le goût du risque et de l’interdit mais aussi l’appât du gain. Installé dans le bâtiment, Pascal Teso sollicite alors un prêt au Crédit Agricole de Bessières. Pour lancer sa carrière, il se dit qu’un coup de pouce chez ceux qui ont le pouvoir de dire «oui», peut l’aider à démarrer. Mais il essuie un cinglant refus de la banque. Une vraie claque. Au même moment, un membre de sa famille lui offre un bouquin sur la vie de Spaggiari. Un cadeau qui va changer son destin.

Dans un snack de Bessières, il retrouve Cédric L., jeune serveur, copain admiratif de Teso. Les deux hommes sont très proches. Cédric L., auquel on reproche d’avoir fait le guet à l’extérieur du tunnel et d’avoir aidé à évacuer quelques gravats et aussi celui qui aurait mis en relation le reste de la bande avec Pascal Teso. Dans une salle de sport, il fréquente Wlodizimiers Janczyszyn, dit «Vlad» le Polonais, autoentrepreneur, spécialisé dans les casses et les cambriolages. Lequel s’est lié avec un ancien taulard d’origine croate, Zoran Panic, ex-légionnaire, dit «La Zoze», connu des services d’enquête pour acheter voitures et téléphones avec de faux papiers. De fil en aiguille, l’équipe reçoit le renfort du Toulousain Dominique Soulage, importateur de chalumeau dans le muretain et connu des services d’enquête pour des vols aggravés. Soulage et «Vlad» le Polonais travaillent en Suisse, à Crans Montana dans un centre de karting sur glace.

D’un côté le savoir-faire technique, de l’autre des experts en casses et vols en tout genre dont les ambitions grandissent un peu plus chaque mois. Une montée en puissance illustrée par le parcours de «Vlad», qui de 2007 à 2011 multiplie les vols de berlines à Toulouse et en Tarn-et-Garonne. En 2007, il se laisse enfermer dans un restaurant Flunch de Toulouse, caché au fond des ballons de jeux pour enfants. «J‘avais remarqué la présence du coffre-fort en allant manger», avait-il déclaré, en avril 2017, devant le tribunal correctionnel lors de son procès. Bien avant le casse de Bessières, «Vlad» avait reconnu un autre projet très audacieux après la lecture d’un livre sur le braqueur Antonio Ferrara. Il avait noté les tournées de convoyeurs de fonds, à Muret, Ramonville et Toulouse, avant d’abandonner son projet jugé trop compliqué. À ses heures perdues, il vend des voitures de luxe à bas prix et consulte des sites paramilitaires. Avant l’attaque de Bessières, «Vlad» a des fourmis dans les jambes et de l’adrénaline à revendre. En prison, il croise la route de Panic «tombé» dans des affaires de vols et d’escroquerie. Un homme extrêmement méfiant, ultra-mobile qui utilise des brouilleurs de téléphone, toujours accompagné de quelques lieutenants assurant sa protection. À leur sortie de prison, la connexion se fait avec le clan Teso. Lorsque le commando est arrêté par les gendarmes de la section de recherches, le 5 avril 2016, au terme de moyens exceptionnels (lire plus bas), «Vlad» nie sa participation au creusement du tunnel. «Il était persuadé que le casse de Bessières n’allait pas marcher. D’ailleurs, il conteste les charges et les éléments de preuve retenus contre lui. Il estime qu’il y a eu beaucoup de trop de raccourcis», précise son avocat, Me Apollinaire Legros-Gimbert qui assure sa défense, avec Me Edouard Martial. L’opération de Bessières réussie, «Vlad», Panic, Soulage et quelques autres lorgnent aussitôt sur une autre banque, à Reims, où le projet d’un autre tunnel et des actes préparatoires étaient en cours. Tout comme l’attaque du dépôt de la Brinks, à Toulouse ou le vol de l’armurerie du PSIG dans une caserne de gendarmerie toulousaine. Des projets auxquels ils devront également répondre devant le tribunal correctionnel.

Frédéric Abéla

 

 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/proces-du-casse-de-bessieres-7-ans-de-prison-pour-le-cerveau-et-entre-8-et-10-ans-pour-les-1539355455

Procès du casse de Bessières : 7 ans de prison pour le cerveau et entre 8 et 10 ans pour les principaux accusés

 

vendredi 12 octobre 2018 à 16:44 Par Stéphanie Mora et Laurine Benjebria, France Bleu Occitanie, France Bleu et France Bleu Gironde

Au terme de onze jours d’audience, le tribunal correctionnel de Bordeaux a rendu son jugement. Les magistrats ont suivi dans les grandes lignes le réquisitoire du procureur contre les principaux suspects du casse du crédit agricole de Bessières (Haute-Garonne).

 

Le procès du casse de Bessières en Haute-Garonne s'est refermé ce vendredi sur des peines allant de un à 10 ans de prison
Le procès du casse de Bessières en Haute-Garonne s’est refermé ce vendredi sur des peines allant de un à 10 ans de prison © Radio France – Simon Cardona

 

Bessières, France

Ils étaient 11 à être jugés pour ce vol spectaculaire : 110 coffres du Crédit agricole de Bessières fracturés en 2014 en passant par un tunnel de 30m de long. Un butin de 2,5 millions d’€ et une équipe qui n’a cessé de minimiser ses torts.

Mais ce vendredi tous les prévenus ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Bordeaux.

Pascal Teso « le cerveau du tunnel » écope de sept ans

Il voulait se venger d’une banque qui lui avait refusé un prêt. Il avait Albert Spaggiari pour modèle et souhaitait être jugé en voleur pas en braqueur.  Pascal Teso, celui qui a eu l’idée du casse, risquait neuf ans de prison selon les réquisitoires du procureur. Les magistrats ont finalement tranché pour sept ans.

« Ce sont des peines sévères par rapport aux faits reprochés à l’ensemble des prévenus. On est en dessous des réquisitions mais c’est dommage que le tribunal n’ait pas complètement entendu Mr Teso quand il demandait à être jugé comme un voleur et pas comme un braqueur. Ce sont des peines lourdes pour un dossier où il n’y a pas d’arme, pas de violence » Me Caroline Marty-Daudibertières.

En revanche les principaux autres protagonistes « Vlad »Janczyszyn, Zoran Panic ou Dominique Soulage sont condamnés respectivement à huit, neuf et 10 ans d’emprisonnement.

Les autres prévenus sont condamnés à des peines allant d’une simple amende à 5 ans de prison ferme en passant par des peines de sursis.  A la sortie de l’ultime audience, les avocats de la défense n’ont pas caché leur déception, ils espéraient que les magistrats prennent en compte les manquements qu’ils avaient pointé pendant le procès.

Mots-clés :

Par :

Stéphanie Mora
Laurine BenjebriaFrance Bleu

 

https://www.petitbleu.fr/article/2018/10/13/94885-principaux-accuses-ecopent-peine-5-10-ans-prison.html

  • Casse de Bessières : les principaux accusés écopent de peine de 5 à 10 ans de prison
    Casse de Bessières : les principaux accusés écopent de peine de 5 à 10 ans de prison
Publié le 13/10/2018 à 03:54 / Modifié le 13/10/2018 à 09:00

 

Casse de Bessières : les principaux accusés écopent de peine de 5 à 10 ans de prison

 

Les principaux prévenus du «casse des égoutiers» de Bessières (Haute-Garonne) en 2014, une réplique presque parfaite du casse du siècle de Spaggiari à Nice en 1976, ont été condamnés hier à des peines allant de sept à dix ans d’emprisonnement.

Des peines de 9 et 10 ans de prison avaient été demandées à l’encontre des quatre principaux accusés pour ce casse au cours duquel un butin de près de 2,5 millions d’euros avait été dérobé dans une agence Crédit Agricole en creusant un tunnel.

Le cerveau du projet, Pascal Teso, a été condamné à 7 ans de prison alors que 9 avaient été requis. «Les réquisitions étant de neuf ans, il aurait été normal qu’il ne prenne que quatre ou cinq ans, le tribunal n’a fait que la moitié du chemin qu’il devait faire et c’est regrettable», a souligné Me Pierre Le Bonjour, l’avocat de M. Teso.

Pour Me Le Bonjour, son client, fasciné par Albert Spaggiari, et les autres prévenus «paient trop cher» ce casse commis de manière «intelligente et sans violence».

Les quatre autres prévenus comparaissant détenus ont écopé de cinq à dix ans d’emprisonnement. Six autres, qui comparaissaient libres, ont été condamnés à des peines allant de trois ans d’emprisonnement à 120 jours-amendes à 5 euros. Ils sont également condamnés, à titre de réparation de différents préjudices, à payer environ 230 000 euros à la caisse régionale du Crédit Agricole et près de 1,5 million à la société Orange.

Les braqueurs avaient creusé un tunnel sous la banque./AFP

Le Petit Bleu d’Agen

 



Terrorisme : une nouvelle vague d’attentats lancée par Jean-Marc Donnadieu

Les médias viennent de nous informer, en deux jours, de deux attentats ratés ou déjoués (voir ci-dessous).

Cela va continuer, Jean-Marc Donnadieu de Béziers en a récemment donné le programme :

 

Commentaires
  • Jean-marc Donnadieu
    Jean-marc Donnadieu A savoir, la personne étant formellement identifiée et ayant republiés les propos et bien plus encore elle fait l’objet de deux plaintes une en gendarmerie, une au près du procureur directement. Au mois de septembre si je n’ais pas de nouvelles c’est l’avocat qui se chargera du dépôt de plainte, procès assuré.

 

 

https://www.nicematin.com/faits-divers/cest-un-attentat-un-adolescent-sintroduit-dans-un-college-de-saint-denis-et-braque-une-enseignante-avec-une-arme-factice-375264

« C’est un attentat »: un adolescent s’introduit dans un collège de Saint-Denis et braque une enseignante avec une arme factice

 

PAR La rédaction avec AFP Mis à jour le 13/04/2019 à 19:54 Publié le 13/04/2019 à 19:50
Illustration de la police.
Illustration de la police. Photo Franz Chavaroche

 

Un adolescent de 15 ans a été interpellé jeudi, soupçonné d’avoir tiré avec un pistolet à billes en direction d’une enseignante d’un collège de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) où il s’était introduit, a-t-on appris de sources concordantes.

 

Jeudi vers 15h, trois jeunes sont entrés dans le collège Elsa Triolet, a expliqué une source proche de l’enquête.L’un d’eux a « tiré avec un pistolet à billes en direction d’une enseignante » mais celle-ci n’a pas été blessée, selon une source proche de l’enquête. Ancien élève du collège, l’adolescent a été arrêté peu après. Les deux autres jeunes n’ont pas été identifiés pour l’heure.« Il y en a un qui est entré en criant: c’est un attentat », a témoigné la professeure à Francetvinfo. Ce n’est pas un événement ponctuel. L’incident est d’une extrême gravité mais les violences, c’est tout le temps. »

En réaction à cette intrusion, les personnels du collège se sont mis en grève vendredi.

La ville de Saint-Denis, où d’autres établissements scolaires ont été touchés par des incidents ces derniers mois, a «fermement condamné» ces violences et demandé qu’une réunion avec les acteurs concernés soit organisée à la préfecture.

En octobre dernier, la mise en ligne d’une vidéo montrant une professeure d’un lycée de Créteil menacée par un élève avec une arme factice avait déjà suscité un vif émoi et une avalanche de témoignages d’enseignants sur les réseaux sociaux sous la bannière #pasdevague.

>>RELIRE. VIDEO. Un ado braque sa prof en pleine classe pour qu’elle le note « présent »

Le gouvernement avait annoncé un plan sur les violences à l’école qui doit entrer en vigueur à la rentrée prochaine.

 

https://www.7sur7.be/7s7/fr/32684/Menaces-terroristes-en-Belgique/article/detail/3525849/2019/04/15/Jeune-Wavrien-suspecte-de-preparer-un-attentat-les-premiers-elements-de-l-enquete.dhtml

Jeune Wavrien suspecté de préparer un attentat: les premiers éléments de l’enquête

 

Par: rédaction
15/04/19 – 12h35  Source: Belga media_xll_10845666 dans Attentats Photo prétexte © photo news.

 

Aucun explosif et aucune arme n’a été découvert lors de perquisitions menées à Wavre, mais aussi à Ottignies et à Comines, dans le cadre d’une enquête terrorisme, a confirmé le parquet fédéral, lundi en fin de matinée. Dans la nuit de vendredi à samedi, un jeune homme, suspecté de planifier une attaque terroriste, a été interpellé par la brigade anti-terroriste à Wavre. Il est sous mandat d’arrêt et désormais inculpé pour participation aux activités d’un groupe terroriste.

Le jeune homme a été interpellé samedi à l’aube alors qu’il s’apprêtait à commettre un attentat terroriste samedi ou dimanche, indiquait dimanche le journal La Dernière Heure.Le parquet fédéral a confirmé lundi en fin de matinée que le suspect, Jimmy K., un homme de nationalité belge, âgé de 22 ans, a été inculpé par un juge d’instruction montois pour participation aux activités d’un groupe terroriste.

Ni explosifs ni armes
Le parquet fédéral a ajouté qu’outre la perquisition menée à Wavre, deux perquisitions ont été menées à Ottignies et à Comines, mais que ni explosifs ni armes n’ont été découverts.

Selon La Dernière Heure, l’interpellation a été menée par cinq membres de la brigade anti-terroriste samedi à 03h45. Ceux-ci ont enfoncé la porte de la maison de la grand-mère du suspect, à Wavre.

Le jeune homme aurait assuré à sa grand-mère n’avoir rien fait de répréhensible, avant d’être emmené par les policiers. Selon le quotidien, il était allé voir sa famille afin de faire ses adieux avant de commettre un attentat.

Le suspect se serait converti à la religion musulmane après le décès de sa mère, tuée par son compagnon.

Le parquet fédéral s’est refusé à davantage de commentaires compte tenu de l’enquête en cours.

Lire aussi



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo