Féminicides en hausse en 2019, les plaintes des futures victimes toujours vaines

Même quand elles y mettent de la bonne volonté, ce qui reste un phénomène encore beaucoup trop rare, les forces de l’ordre et autorités judiciaires ne parviennent toujours pas à appréhender le degré de dangerosité de ces hommes haïsseurs de femmes.

C’est ainsi que s’est produit le quarante-deuxième féminicide de l’année 2019 en France.

Je rappelle à cette occasion que dans ce pays il existe aussi des femmes qui ne survivent qu’en restant constamment barricadées chez elles pour éviter les agressions violentes ou tentatives d’assassinat de leurs harceleurs.

C’est mon cas, et c’est un cauchemar de tous les instants, de nuit comme de jour.

Une fois n’est pas coutume, je vais vous raconter le cauchemar qui m’a réveillée ce matin – parce que quand je parviens à dormir la nuit, je suis toujours réveillée par un cauchemar, c’est automatique.

Est donc revenu me hanter cette nuit un de mes deux harceleurs des années 1990 qui voulaient m’épouser. Non pas parce qu’ils auraient pu m’apprécier ou être amoureux de moi, ni comme aboutissement d’une liaison que nous aurions eue, puisqu’il n’y en avait pas, mais parce qu’ils voulaient à tout prix mettre la main sur mon héritage supposé, une fortune d’au moins dix millions de francs dont le complice proxénète de la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest qui à l’époque organisait tous les harcèlements dont j’étais victime leur garantissait l’existence. Adhérant à 100% à tous les délires et inventions calomnieuses de cet individu à mon encontre, ils me haïssaient tous les deux au moins autant que lui et ont projeté l’un après l’autre, toujours à son instigation, de m’épouser pour s’approprier toute cette fortune qui en réalité n’a jamais existé et dont ils estimaient intolérable qu’elle puisse se trouver entre les mains d’une femme et non entre les leurs, car eux auraient su quoi en faire, n’est-ce pas, ils ne manquaient pas d’idées pour faire fructifier tout cet argent… Leur plan à l’un comme à l’autre était de se débarrasser de moi très rapidement après le mariage ou la signature des documents qui leur auraient assuré tout le bénéfice de mon héritage pour pouvoir alors vivre exactement comme ils l’avaient toujours voulu, bien évidemment sans moi, ma personne ne les ayant jamais intéressés, ni l’un ni l’autre, ce qui était d’ailleurs réciproque, ils me faisaient horreur.

Cette nuit, il avait réussi à m’enlever pour me contraindre à signer l’acte de mariage, m’avait ensuite relâchée et ne donnait plus signe de vie depuis. Etant sans aucune nouvelle depuis quelques jours, je n’en étais pas forcément mécontente, car moins j’ai de relations avec ce genre d’individus et mieux je me porte. Cependant, la détente ou l’apaisement qui en résultait tendait à s’estomper pour laisser de nouveau la place à l’angoisse, sachant qu’avec l’acte de mariage j’avais en fait signé mon arrêt de mort et devais désormais m’attendre à tout instant à l’attaque fatale. Sur ce, je rencontre des gens censés pouvoir m’aider de part leurs fonctions, mais qui ne comprennent vraiment rien à ce que je leur raconte, et restent me regarder l’air totalement incrédules, faisant encore augmenter mon angoisse… jusqu’à me réveiller…

Voilà, en fait, de ces assassins ou de ceux qui les laissent faire, je ne sais lesquels me font le plus cauchemarder et j’ai tendance à dire que ce sont les seconds, car ce sont bien eux qui m’ont toujours le plus angoissée.

 

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/04/10/dalila-51-ans-tuee-par-son-mari-malgre-l-intervention-des-gendarmes_5448211_3224.html

Dalila, 51 ans, tuée par son mari dans le Var malgré l’intervention des gendarmes

 

Ce drame est le quarante-deuxième féminicide depuis le début de l’année 2019. Le mari doit être présenté mercredi à un juge d’instruction.

Par Luc Leroux et Lorraine de Foucher Publié aujourd’hui à 09h48, mis à jour à 11h25

Temps de Lecture 3 min.

 

Dalila allait avoir 51 ans. D’une première union, elle avait eu trois enfants, deux grands âgés de 27 et 20 ans et une fille de 13 ans. Elle a été tuée, samedi soir 6 avril, alors que les gendarmes venaient de quitter le domicile conjugal, à Vidauban (Var), à une vingtaine de kilomètres de Draguignan. Soupçonné d’être l’auteur de ce meurtre, son mari, 51 ans, un infirmier libéral exerçant à Cogolin, a été placé en garde à vue lundi. Il devait être présenté mercredi à un juge d’instruction en vue de sa mise en examen pour assassinat.

Cette mort aurait-elle pu être évitée ? Appelés samedi en fin de journée, des gendarmes de la brigade territoriale des Arcs se sont rendus au domicile du couple où le mari menaçait son épouse avec un couteau. A leur arrivée, les militaires ont trouvé cette femme chez un voisin, où elle s’était réfugiée. Son mari avait quitté les lieux.

Restés sur place une heure, les gendarmes ont invité Dalila à se mettre en sécurité chez des proches. « Je regroupe mes affaires et je m’en vais », leur assure-t-elle alors, tandis que les gendarmes remontent dans leur véhicule. A 21 heures, ils la rappellent pour prendre des nouvelles, le mari est revenu : « Il est là, il a une arme », dit-elle. Dix minutes plus tard, les militaires constatent son décès, tuée par arme à feu au volant de son véhicule devant le domicile familial.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les féminicides conjugaux, ce fléau qui ne faiblit pas

Violences psychologiques

« Les premiers éléments de l’enquête permettent de dire qu’il est retourné chercher une arme de poing après être venu, une première fois, menacer son épouse », indique au Monde Patrice Camberou, procureur de la République de Draguignan. Le magistrat a ouvert une enquête pour assassinat car « cet élément signe la préméditation ».

Le couple vivait ensemble depuis février 2017 et s’était marié en septembre de la même année. Les gendarmes étaient déjà intervenus dans le passé pour « des différends de voisinage » et des violences conjugales. Fin mars, le mari s’étant montré une nouvelle fois brutal, il avait été placé en garde à vue et déféré devant le parquet de Draguignan. Il devait être jugé le 12 août par le tribunal correctionnel.

Même si, ce jour-là, Dalila n’avait subi que des blessures légères, les violences exercées étaient importantes sur le plan psychologique, selon le procureur. Dans l’attente du procès, l’homme ne pouvait plus entrer en contact avec son épouse. Mais son contrôle judiciaire lui permettait de se rendre au domicile familial pour des raisons professionnelles : accès au matériel, à son ordinateur…

Samedi soir, l’homme avait pris soin de se débarrasser de son téléphone pour éviter toute géolocalisation et en avait acquis un nouveau. Il a finalement été interpellé lundi soir. A Vidauban, un gendarme rentrant chez lui l’a aperçu au volant de son véhicule. Dans sa fuite, il a foncé sur un véhicule de gendarmerie, blessant légèrement un militaire. Cette course-poursuite devrait lui valoir, en outre, une mise en examen pour violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique.

Lire aussi En France, le nombre des féminicides ne fléchit pas

Points de bascule

Le juge d’instruction aura à vérifier quand l’arme, un pistolet automatique de calibre 9 mm, a été acquise. Mais l’instruction portera pour une grande part sur la personnalité de cet homme déjà condamné en 2014 à huit mois de prison avec sursis pour des violences exercées sur une précédente compagne.

La mort de Dalila pose aussi la question de la prise en charge, par les forces de police ou de gendarmerie, des femmes menacées. En effet, ces moments de tension extrême, où elles sont appelées, sont des points de bascule où les victimes doivent être protégées jusqu’à leur mise à l’abri. Pourquoi Dalila n’a-t-elle pas été accompagnée par les gendarmes pour se rendre dans sa famille, alors que son mari était introuvable et armé ?

Selon le comptage officieux du groupe Facebook « Féminicides par compagnons ou ex » réalisé par des militantes féministes à l’aide de faits répertoriés dans la presse locale, le meurtre de Dalila serait déjà le quarante-deuxième de 2019.

A titre de comparaison, trente-deux homicides conjugaux avaient été commis à la même période de l’année 2018. On savait jusque-là qu’une femme mourait tous les trois jours sous les coups de son conjoint. C’est désormais tous les deux jours.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Espagne, pionnière de la lutte contre les violences faites aux femmes
Luc Leroux (Marseille, correspondant) et Lorraine de Foucher

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/03/09/en-france-le-nombre-des-feminicides-ne-flechit-pas_5433647_3224.html

En France, le nombre des féminicides ne fléchit pas

 

Infographie. Alors que deux marches blanches sont organisées en Corse ce week-end en hommage à une jeune femme tuée par son ex-conjoint, nous publions les principaux chiffres sur les féminicides en France et en Europe.

Par Solène Cordier, Mathilde Costil et Romain Imbach Publié le 09 mars 2019 à 07h29

 

Deux marches blanches sont organisées en Corse, samedi 9 et dimanche 10 mars, en hommage à Julie Douib. Elle avait 35 ans et deux enfants. Elle a été abattue à son domicile de l’Ile-Rousse (Haute-Corse), le 3 mars, par son ex-conjoint, contre lequel elle avait porté plainte à diverses reprises pour violences conjugales. C’est la trentième femme depuis le début de l’année à être tuée dans de telleses circonstances, selon la page Facebook Féminicides par compagnons ou ex, qui relève scrupuleusement ces cas depuis 2016.A la même époque l’an dernier, 18 féminicides conjugaux étaient listés. Même s’il est difficile, sur une période aussi courte, de tirer des conclusions sur ce que signifie une telle hausse, les associations qui accompagnent les victimes de violences conjugales se disent vigilantes. Et toutes rappellent que pour éviter ces meurtres, il faut une meilleure coordination des services de santé, de police et de justice afin d’améliorer la prise en compte du danger. « Si on veut qu’il y ait moins de femmes tuées, il faut mieux les protéger », résume simplement Ernestine Ronai, présidente de l’Observatoire des violences envers les femmes en Seine-Saint-Denis, pionnier dans la lutte contre les violences conjugales.
Féminicides en hausse en 2019, les plaintes des futures victimes toujours vaines dans AC ! Brest 9550229_g-9oXevEqMUKSa8MvIs2-Zjl
LE MONDE
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les féminicides conjugaux, ce fléau qui ne faiblit pas
Solène Cordier , Mathilde Costil et Romain Imbach

 

https://www.liberation.fr/france/2019/03/08/feminicides-des-meurtres-dans-toute-la-france-et-majoritairement-a-domicile_1712410

Féminicides : des meurtres dans toute la France et majoritairement à domicile

 

Par Virginie Ballet — 8 mars 2019 à 10:42
Féminicides : des meurtres dans toute la France et majoritairement à domicile Julien Guillot

Depuis plus de deux ans, «Libération» recense les féminicides survenus en France. L’analyse de ces données révèle notamment que ces meurtres conjugaux sont très majoritairement commis au domicile de la victime, au moment d’une séparation.

  • Féminicides : des meurtres dans toute la France et majoritairement à domicile

Depuis le 1er janvier, elles sont au moins 21. Vingt-et-une femmes à avoir été tuées par leur conjoint, mari ou ex en l’espace de 67 jours à peine, selon le décompte effectué par Libération. Chaque mois, depuis janvier 2017, sont recensées les victimes de meurtres conjugaux, sur la base des articles parus dans la presse nationale et régionale. Cette litanie funèbre est incomplète : la banalisation des féminicides, trop souvent relégués à la rubrique faits divers ou transformés injustement en «drames de la séparation» et autres «crimes passionnels», entrave sans doute la pleine compréhension des mécanismes sociétaux à l’œuvre (1). Mais ce décompte permet au moins de rendre hommage aux 239 victimes répertoriées depuis le 1er janvier 2017. De redonner leurs prénoms, leur profession, leur lieu de vie. Et en creux, d’essayer d’appréhender ce qui, peut-être, les lie.

Quels liens entre Monica, employée dans un centre d’appels de 29 ans, tuée à coups de couteau par son conjoint le samedi 5 janvier après une soirée à jouer aux cartes dans leur appartement toulousain, alors que leur fille de 6 ans dormait dans sa chambre, et Pascale, 56 ans, abattue par Robert, dans leur petite maison des Yvelines ? L’analyse des données recueillies depuis janvier 2017 permet d’abord de constater que dans l’immense majorité des cas (76,6%), les victimes sont tuées chez elles ou au domicile du couple.

Infographie : les féminicides selon le domicile

Même s’il n’est pas possible de déterminer quel schéma malsain peut conduire à tuer sa conjointe, des similitudes apparaissent entre toutes ces histoires, la principale d’entre elles étant qu’elles peuvent survenir n’importe où, du petit village de campagne réputé tranquille à la métropole, en passant par l’outre-mer. Le féminicide est une affaire nationale, politique, et non un simple faits divers isolé.

Infographie : localisation des féminicides

A lire aussiTuées par leur conjoint, ignorées par la société

Dans près de la moitié des cas (44,5%) les auteurs tuent leur compagne au moment d’une séparation. Ces constatations rejoignent celles du ministère de l’Intérieur : dans sa dernière étude sur les morts violentes au sein du couple (travaux publiés chaque année depuis 2005), il relève ainsi que les auteurs «commettent ce crime à domicile, sans préméditation, à égalité quasi parfaite avec une arme à feu ou avec une arme blanche. Leur principale motivation demeure la dispute, suivie de près par le refus de la séparation». A titre d’exemple, c’est exactement ce qui s’est produit le 16 janvier à Mareuil-sur-Ourq (Oise), quand le conjoint de Séverine, 46 ans, a semble-t-il pris conscience qu’elle allait «lui échapper», qu’elle ne souhaitait plus qu’il la possède et voulait se défaire de son emprise en le quittant. Il ne l’a pas supporté et l’a étranglée avec le foulard qu’elle avait autour du cou – elle venait récupérer quelques effets personnels – avant de se donner la mort.

Infographie : les féminicides selon le statut du couple

Quant au mode opératoire, l’analyse des données en notre possession met elle aussi en évidence la prévalence d’une utilisation d’armes à feu (dans 22,5% des cas) et d’armes blanches (dans 38,6% des cas). Viennent ensuite l’étouffement et la strangulation (16,1% des cas), et les coups (11%). Dans 35,7% des cas, l’auteur des faits se donne la mort. Ou du moins il tente de le faire, dans 7,6% des cas.

Infographie : les féminicides par mode opératoire

Comment, dès lors, supporter d’entendre encore que l’on a affaire à «un couple qui connaissait manifestement des difficultés», comme l’a notamment déclaré le procureur de la République de Senlis (Oise) à propos de Séverine et de son conjoint meurtrier ? Selon la famille de la quadragénaire, mère de cinq enfants, la victime avait déposé plusieurs plaintes pour violences conjugales. En vain.

(1) Ainsi l’association Nous Toutes en a de son côté comptabilisé 30 depuis le début de l’année.

Virginie Ballet

http://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/109-feminicides-en-2017-deja-30-en-2019-vers-une-annee-noire

109 féminicides en 2017, déjà 30 en 2019: vers une année noire?

 

Publié le :

Jeudi 14 Mars 2019 – 10:29

Mise à jour :

Jeudi 14 Mars 2019 – 11:14

4a200a246fe35689ee45b3c5d57801b949eff784_field_mise_en_avant_principale_1_0 dans Calomnie

Déjà 30 femmes ont été tuées suite à des violences entre le 1er janvier et le 3 mars, un constat très alarmant.

© Philippe LOPEZ / AFP/Archives

La rédaction de France-Soir

Julie Douib a été tuée par son ex-conjoint le 3 mars dernier sur L’île Rousse en Corse, devenant ainsi la 30e victime de féminicide en France depuis le 1er janvier. Alors que 109 femmes sont décédées suite à des violences en 2017, l’année 2019 pourrait être bien pire.

Les chiffres font froid dans le dos. Déjà 30 femmes sont mortes suite à des violences entre le 1er janvier et le 3 mars dernier. La dernière affaire, très médiatisée, était le meurtre de Julie Douib.

Cette mère de famille de 34 ans a été tuée par son ex-conjoint sur L’île Rousse en Corse. Le suspect lui a tiré dessus à deux reprises. Elle avait porté plainte plusieurs fois contre cet ex-mari violent au cours des six derniers mois.

Elle est donc devenue la 30e victime de féminicide en 2019. Un constat très alarmant. Car le nombre de tels crimes en 2017 s’élevait à 130, en 2019 si les meurtres continuent à ce rythme (une mort tous les deux jours), le nombre de victimes pourrait s’élever à 176.

A voir aussi: Marches blanches pour Julie, 30e victime de féminicide en 2019 en France

Cela représenterait une augmentation de 35% alors que les chiffres de 2018 n’ont pas encore été dévoilés par le gouvernement.

Il pourrait cependant y avoir une explication à cette large augmentation de meurtres, comme l’a expliqué une administratrice du groupe Facebook « Féminicides par compagnon ou ex« , qui recense bénévolement les meurtres de femmes.

« Plus les femmes revendiquent leurs droits et leur liberté et plus les hommes sont violents. Tous ces messages qui disent aux femmes de partir, de porter plainte mais rien pour les protéger ensuite. Les juges aux affaires familiales qui laissent des droits de visite aux hommes violents ce qui met les mères encore plus en danger. Avec de moins en moins de places en foyer d’hébergement, l’aide sociale à l’enfance qui ne fonctionne pas, les femmes sont livrées à elles-mêmes avec leurs enfants », a-t-elle expliqué au Figaro le 6 mars dernier.

Si la parole se libère donc, certaines femmes ne sont pas toujours bien protégées. « Scandalisée » par le meurtre de Julie Douib, Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, reconnaissait elle-même que tout n’était pas fait pour protéger ces femmes.

« On passe notre temps à dire aux femmes qu’elles doivent parler, qu’elles doivent déposer des plaintes. Et on déploie des moyens pour cela. (…) Collectivement il y a une responsabilité importante et c’est intolérable, injustifiable, et ne comptez pas sur moi pour justifier cela. Qu’une femme qui va déposer des plaintes, qui va déposer des mains courantes ne soit pas d’avantage protégée ».

 

A lire aussi:

« Féminicide » en Corse: l’inaction des autorités dénoncée après la mort de Julie

Féminicides: « Chaque année, l’équivalent de la tuerie du 13-Novembre » (mère d’une victime)

Val-d’Oise: une femme battue sauvée grâce à un SOS lancé par la fenêtre



Aude Lancelin semble expérimenter la méthode Brenterch au sein du Média

C’est donc avec un grand sourire que je lui dis : bienvenue au club !

 

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/aude-lancelin-deplore-un-putsch-et-demissionne-de-la-presidence-du-media-20190409

Aude Lancelin déplore un «putsch» et démissionne de la présidence du Média

 

LE SCAN POLITIQUE – Dans un communiqué publié mardi soir, les «travailleurs» de la webtélé regrette une «initiative (qui) a été mal interprétée», et garde espoir de «parvenir à un consensus».

Dans un communiqué, publié sur son compte Twitter, la journaliste Aude Lancelin annonce qu’elle démissionne du site d’actualité Le Média, proche de La France insoumise. Elle dénonce «la prise de contrôle extérieure» de «militants politiques et d’anciens associés de Sophia Chikirou», pour qui le site d’information avait pris une position «pro gilets jaunes». «Ce soir, l’Assemblée générale de l’Association du “Média” élira un nouveau bureau», écrit Aude Lancelin. «Le résultat est connu d’avance. Celui-ci a été imposé par une écrasante majorité de personnages n’appartenant pas à notre équipe et dont, à une exception près, aucun n’est journaliste. (…) Cette coalition a pour but avoué, exposé devant témoins, de renverser l’actuelle direction. Tout cela s’est fait dans le dos de l’ensemble de la rédaction, ainsi que des équipes techniques du Média. Sans le moindre souci de leur avenir».

Mardi soir, les «travailleuses et travailleurs» de la webtélé ont publié un communiqué de réponse, où ils indiquent qu’Aude Lancelin «reste directrice de la rédaction et de la publication», et assurent «souhait(er) vivement qu’elle le demeure». Ils regrette une «initiative qui a été mal interprétée», et «ne désespèr(ent) pas de parvenir à un consensus». «C’est pour cette raison que le président de l’association “Le Média” a reporté la tenue de l’assemblée général prévue ce jour», est-il encore écrit.

En juillet 2018, c’était l’ex-conseillère en communication de Jean-Luc Mélenchon Sophia Chikirou qui quittait la direction du pureplayer dans un souci de «garantir son indépendance», comme l’indiquait Le Figaro. L’ancienne directrice de L’Obs l’avait alors remplacée le 10 juillet dernier, avec une volonté de faire évoluer le média. «C’est donc avec la fierté du travail accompli que je démissionne de la présidence de l’Entreprise de presse Le Média (…)», conclut Aude Lancelin. «Tous ceux chez qui notre aventure avait soulevé un immense espoir doivent s’en convaincre, nous ne capitulerons pas devant la coalition des faiblesses et des revanches. La bataille de l’information libre et indépendante continuera sous d’autres formes».

La rédaction vous conseille

 

https://www.liberation.fr/france/2019/04/09/aude-lancelin-demissionne-du-media-et-denonce-un-putsch-a-venir_1720318

Aude Lancelin démissionne du Média et dénonce un «putsch» à venir

 

Par Frantz Durupt et Jérôme Lefilliâtre — 9 avril 2019 à 18:43
Aude Lancelin sur le plateau du Média. Photo Alain Jocard. AFP

Arrivée à la direction de la webtélé en juillet 2018, l’ancienne journaliste de «l’Obs», dont le bilan d’audience n’est pas contesté, a vu ses méthodes managériales de plus en plus critiquées.

  • Aude Lancelin démissionne du Média et dénonce un «putsch» à venir

Que se passe-t-il au Média ? «J’en sais foutre rien», répond un journaliste de la webtélé, qui tente de se tenir à distance des camps qui s’affrontent en son sein. «Je pense qu’ils sont tous dingues», finit-il par lâcher. Un autre : «J’ai découvert toute cette histoire ce matin, en même temps que tout le monde.» L’histoire, soyons honnêtes, n’est pas facile à démêler, tant s’accumulent les frustrations et les tensions depuis la naissance du site, très proche à l’origine de La France insoumise et habitué à régler ses comptes en public. La nouvelle crise a éclaté ce mardi avec la publication d’un communiqué tempétueux d’Aude Lancelin. Dans ce texte, la directrice du Média annonce sa démission et dénonce rien de moins qu’un «putsch» visant à la «renverser», une «prise de contrôle extérieure». «Il n’est évidemment pas possible pour moi de travailler désormais sous la tutelle d’une coalition illégitime à tout point de vue, qui a affiché ouvertement le souhait de me démettre et de s’imposer par la force, sans avoir consulté notre équipe», justifie-t-elle.

Communiqué : Aude Lancelin démissionne de la présidence de @LeMediaTV pic.twitter.com/CHKTgunBab

— Aude Lancelin (@alancelin) 9 avril 2019

Selon Aude Lancelin, qui avait succédé l’été dernier à Sophia Chikirou après une autre crise de gouvernance, la conjuration devait avoir lieu dans la soirée à l’occasion d’une assemblée générale de l’association qui coiffe le Média. Cette AG – finalement reportée au 16 avril à cause des événements du jour – devait procéder à l’élection d’un nouveau bureau, ayant le pouvoir statutaire de nommer le patron du Média. «Le résultat est connu d’avance», affirme la journaliste dans son communiqué. «Celui-ci a été imposé par une écrasante majorité de personnages n’appartenant pas à notre équipe et dont, à une exception près, aucun n’est journaliste.» L’exception, c’est Théophile Kouamouo, auteur mardi matin d’un mail qui a mis le feu aux poudres. «Nous sommes une nouvelle fois face à une crise», écrit l’ancien rédacteur en chef, redevenu simple journaliste. Certes, dit-il, «cette saison 2 [lancée en septembre 2018, ndlr] est une belle réussite en termes d’audience, et cette réussite, on la doit en grande partie à Aude, dont les choix de directrice de la publication ont été judicieux – il serait malhonnête de le nier. Mais d’un point de vue humain, le bilan n’est pas aussi bon – et cela aussi, il serait malhonnête de le nier».

De nombreux départs

Depuis plusieurs semaines, des tensions ont ressurgi au sein de la webtélé. Leurs causes diffèrent en fonction des personnes interrogées. Certains évoquent la surcharge de travail. D’autres, l’impossibilité de contester la ligne éditoriale fixée par Aude Lancelin. Le soutien inconditionnel au mouvement des gilets jaunes a cristallisé des différends éditoriaux, parfois tus, dans la rédaction. Plusieurs salariés sont partis, parfois quelques semaines seulement après avoir été recrutés en grande pompe : le journaliste Julien Brygo a à peine eu le temps de réaliser un documentaire sur un McDonald’s de Marseille qu’il a été mis fin à sa période d’essai, alors qu’il était question qu’il prenne la tête d’une future section syndicale. Les chargés des réseaux sociaux Lucas Gautheron et Mathias Enthoven ont mis les voiles, de même que le rédacteur en chef, Romain Moriconi. Très récemment, la directrice de la société de production du Média, Stéphanie Hammou, a annoncé à son tour son départ. Selon plusieurs sources internes, les relations entre Aude Lancelin et celle qui était censée codiriger la boîte avec elle étaient devenues exécrables.

Dans son mail daté de ce mardi, Théophile Kouamouo évoque la constitution d’une liste de «conciliation» en vue de l’élection du bureau. Un compromis alors que, d’après son récit, la candidature d’une liste «dissidente», regroupant d’actuels et anciens membres du Média qui «désapprouvent les méthodes de l’actuelle direction», avait été d’abord envisagée. Avec cette solution «représentant toutes les sensibilités du Média», Théophile Kouamouo espérait «éviter une crise ouverte». C’est raté. Il ajoutait vouloir faire advenir «la transition qui nous amènera à un collectif géré selon des normes démocratiques, ouvert et pluriel». Une critique implicite de la manière de diriger d’Aude Lancelin, jugée trop solitaire par certains salariés. Cette dernière, qui dit avoir pris connaissance de l’initiative lundi, l’a interprétée comme le premier temps d’un mouvement devant déboucher sur sa mise à l’écart. Elle a donc pris les devants en annonçant son départ.

«Ce sera difficile de se relever»

«Il n’a jamais été question de remplacer» Aude Lancelin, affirme un proche de la liste en cours de constitution. Toutefois, l’objectif assumé était bien, a minima, d’imposer un contre-pouvoir à la directrice du Média. «Il s’agissait de mettre en place une nouvelle organisation pour cadrer ses excès et contourner son autoritarisme», poursuit la même source. Pour Aude Lancelin, l’initiative est sans ambiguïté : «Elle est le fait d’une coalition d’un ou deux collaborateurs partis en mauvais termes, de militants politiques, et des anciens associés de Sophia Chikirou, qui avaient déjà conspiré au départ de cette dernière.» Auprès de Libé, elle ajoute : «On revient au système Chikirou où c’est un média sans journalistes, de communicants maquillés en journalistes.» Et donne les noms de ceux qui auraient «orchestré» le complot : Gérard Miller et Henri Poulain. Ces deux cofondateurs, membres à ce titre du bureau de l’association, disposent du pouvoir de nommer des «membres correspondants», lesquels prennent ensuite part au vote en AG. «J’ai démissionné du bureau en novembre et, depuis cette date, je ne suis plus impliqué ni de près ni de loin dans ce qui se passe au Média», se défend pourtant Gérard Miller, qui assure avoir appris de notre bouche la démission d’Aude Lancelin.

Au sein de la rédaction désormais sans tête, ce nouveau déballage de rancœurs et d’oppositions suscite la consternation. «Derrière tout cela, il n’y a que des enjeux de pouvoir», soupire une journaliste, supputant des règlements de compte liés à La France insoumise. «Ce sera difficile de se relever», commente un autre, relevant que la notoriété d’Aude Lancelin a profité à la visibilité de la webtélé. «Je suis épouvanté de voir cela, déplore un autre. On commençait à être identifiés par les gilets jaunes. Faire cela illustre un grand manque de sens politique… Le Média était déjà bien malade. Ils sont en train de l’achever.»

Frantz Durupt , Jérôme Lefilliâtre

 



Ce matin, Petitcoucou est de retour dans Google

Le voilà :

 

Classé sous Folie, LCR – NPA, Le Post, Luraghi, NEMROD34, Perversité, Politique, Rue89, Sceptiques du Québec, Ufoscepticisme par petitcoucou | 0 …

 

 

Avez-vous eu le temps de vous apercevoir de sa disparition ?

Elle n’a pas duré très longtemps, trois jours tout au plus.

Il a suffi que je signale le problème pour que tout rentre dans l’ordre.

Je ne l’ai fait qu’hier et la personne compétente n’a pas encore eu le temps de répondre à mon message.

Que s’est-il donc passé ?

Exactement la même chose qu’au mois de février 2011 pour mon ancien blog « Un petit coucou » chez OVERBLOG, quelques jours avant l’assassinat de Patricia Bouchon, à Bouloc, c’est-à-dire qu’il s’agit encore d’une intrusion et d’une action malicieuses du pirate informatique Pascal Edouard Cyprien Luraghi dans la gestion de l’indexation de mon blog dans Google.

Ayant vu mon message d’alerte, toujours grâce à ses piratages informatiques, il s’est empressé de tout remettre en ordre.

 



L’escroc Jean-Marc Donnadieu de Béziers s’embourbe dans tous ses mensonges

Dernier état de la discussion sur le site de Midi Libre :

 

https://www.midilibre.fr/2019/04/02/tribunal-de-beziers-la-divulgation-de-la-vie-privee-sur-le-net-coute-cher,8104686.php

Les commentaires (51)
L'escroc Jean-Marc Donnadieu de Béziers s'embourbe dans tous ses mensonges dans AC ! Brest avatar
Anonyme162463 Il y a 1 jour

NEMROD34 va continuer à nier indéfiniment ce qui est établi depuis longtemps et qu’il a lui-même déjà reconnu à de multiples reprises : non, il n’a jamais été anonyme sur Internet sous ce pseudonyme-là, et oui, il a bien commis à mon encontre de multiples infractions d’atteinte à l’intimité de la vie privée tandis que je n’en avais jamais commise aucune à son encontre. Il m’a aussi énormément injuriée, calomniée et menacée.
Je pense qu’il faut maintenant resituer ses procédures abusives contre OVERBLOG dans leur contexte, qui est celui des harcèlements dont je suis victime sur Internet depuis l’année 2008 de la part d’une bande de cybercriminels que NEMROD34 a rejoints au printemps 2010, pour les aider à obtenir la suppression de mon blog chez OVERBLOG, qui les dérangeait, d’une part parce que je continuais à m’y exprimer alors qu’ils avaient réussi à me faire virer des sites Rue89 et Le Post, et d’autre part parce que j’avais commencé à y parler un peu de leurs harcèlements à mon encontre. Depuis environ un an et surtout depuis les révélations concernant la Ligue du LOL, on commence à envisager que de tels harcèlements sont répréhensibles et les victimes commencent à s’exprimer sans crainte. Jusque-là, chacune étant seule face à la meute, à chaque tentative de se manifester, il lui arrivait la même chose qu’à moi : c’est elle qui était poursuivie et/ou toujours menacée d’en subir toujours plus.

 dans Attentats
NEMROD34 Il y a 3 jours

Pour ce que ça intéresse voici l’arrêté de la cour d’appel de Montpellier où il est très clairement précisé les propos tenus par le corbeau en question (accusation de pédophilie, violences conjugales et autres): https://www.legalis.net/jurisprudences/cour-dappel-de-montpellier-3eme-ch-b-arret-du-22-mars-2017/

Et pour avoir une idée de la santé mentale du corbeau, quand je publis ceci sur mon facebook :
Balance : Vous avez la chanson « The Final Countdown » désormais dans la tête.

Ce qui n’est rien d’autre que l’horoscope du gorafi le lundi:

http://www.legorafi.fr/2019/04/01/horoscope-du-1er-avril-2019/

Cette malade mentale dont je subis les nuisances depuis maintenant plus de 9 ans pense que c’est des menaces de mort envers elle …

http://satanistique.blogspot.com/2019/04/nouvelles-menaces-de-mort-de-jean-marc.html

9 ans que je dois subir ça …

avatar dans Calomnie
Anonyme162463 Il y a 3 jours

Il n’y a jamais eu aucune accusation de pédophilie. J’avais juste posé la question d’un lien avec le réseau pédophile qui m’attaquait déjà, il s’est avéré réel. Les difficultés conjugales et de la garde du fils, c’est Nemrod lui-même qui les a apportées sur mon blog. Je n’en savais rien et aucun de mes commentateurs non plus, nous ne le connaissions pas. Et l’élément principal pour la condamnation reste la révélation de l’identité, qui n’a jamais été mon fait, puisque Nemrod révélait lui-même son identité partout où il s’exprimait sous ce pseudonyme, et depuis au moins une dizaine d’années. Il n’a en fait jamais été anonyme sous ce pseudonyme-là.
Quant aux horoscopes balance qu’il publie de temps en temps depuis quelques mois, il s’agit bien toujours de menaces à peine voilée à mon encontre : il choisit ses lignes et ne publie toujours que pour la balance, qui est mon signe.
Et je n’ai aucune maladie mentale, j’ai juste le tort d’être ingénieur alors que je n’ai toujours été qu’une femme.
Un peu d’honnêteté, SVP, M. Nemrod…

 dans Corruption
NEMROD34 Il y a 3 jours

« Il est constant et non contesté que Monsieur X. s’est adressé à diverses reprises à la société JFG Networks en vue d’obtenir la suppression des informations litigieuses avant de l’assigner devant le juge des référés.

Il est tout aussi justifié que ce n’est que le lendemain du prononcé de l’arrêt de la Cour d’appel de Montpellier que la société Overblog a supprimé les mentions faisant grief à Monsieur X.. La seule comparaison des dates permet donc de constater que les informations permettant d’identifier aisément l’appelant sont restées accessibles aux tiers pendant près de 18 mois.

La révélation à son insu de l’identité véritable de Monsieur X. sur un forum de discussion où sont utilisés des pseudonymes, associée dans les articles litigieux à des éléments vrais ou supposés de sa vie privée et à des allégations à caractère diffamatoire ou injurieux, est de nature à constituer, dès lors que les pages internet en question sont, grâce aux moteurs de recherches, aisément consultables par tous, une atteinte à l’intimité de sa vie privée. »

Voilà ce que dit la justice…

avatar dans Crime
Anonyme162463 Il y a 3 jours

Il faudrait encore rappeler que je n’ai jamais été citée dans aucune des procédures de Nemrod contre OVERBLOG et qu’il m’en a volontairement écartée pour n’être pas contredit sur les faits. OVERBLOG ne pouvait se défendre qu’en ce qui concerne ses obligations d’hébergeur, qui ont été toujours été respectées à la lettre, il ne pouvait pas se défendre sur le fond des contentieux m’opposant à Nemrod qui ne sont pas son problème, et c’est pour cette raison que le TGI de Béziers a toujours débouté Nemrod de toutes ses demandes. La cour d’appel de Montpellier s’est prononcée sur des « faits »(imaginaires) exposés par le seul Nemrod et jamais contredits au cours de la procédure du fait que je n’avais pas été citée. Est-ce que tout le monde comprend l’entourloupe ? C’est moi qu’il aurait dû assigner au tribunal, pas OVERBLOG, mais dans ce cas, ses accusations mensongères n’auraient pas fait long feu.

avatar dans Folie
Anonyme162463 Il y a 3 jours

NEMROD34 a berné la « justice » de Montpellier, pas celle de Béziers qui avait bien relevé les anomalies de sa procédure.

 dans LCR - NPA
NEMROD34 Il y a 3 jours

Béziers un juge, cour d’appel de Montpellier trois juges, deux fois …
Si c’est à votre hébergeur que je m’en suis pris c’est bien pour votre anonymat dont vous êtes si fière, et son silence total à mes signalement.
Vous avez fait tombé votre anonymat, il est même tombé via voie judiciaire, et maintenant je connait la procédure, vous aurez votre procès et serez condamné.
Vous êtes une harceleuse malade, et les vices de procédures dont vous avez profité jusque là face à d’autres de vos nombreuses victimes ne marcheront pas plus.
Prouvez tout ce dont vous m’accusez, il faudra le faire devant le tribunal, et c’est impossible vous le savez bien puisque ça n’existe pas…
Votre harcèlement et vos mensonges en revanche c’est très simple …

 dans Le Post
NEMROD34 Il y a 3 jours

« OVERBLOG ne pouvait se défendre qu’en ce qui concerne ses obligations d’hébergeur, qui ont été toujours été respectées à la lettre, il ne pouvait pas se défendre sur le fond des contentieux m’opposant à Nemrod qui ne sont pas son problème, »

C’est pour ça qu’il est précisé que votre hébergeur à enfreint ses propres Conditions Générales d’Utilisation, pour la petite histoire c’et moi même qui les ai épluché et relevé la chose …
Vous pouvez mentir autant que le vous le voulez la réalité reste là …

avatar dans Luraghi
Anonyme162463 Il y a 3 jours

C’est vous qui mentez, M. Nemrod. Vous aviez mon identité et mes coordonnées dès le début de vos harcèlements à mon encontre en 2010. C’est acté par votre audition du 12 juillet 2011 pour des faits antérieurs à janvier 2011, votre première assignation d’OVERBLOG ne remontant qu’à début mars 2011. Quant aux vices de procédures dont soi-disant j’aurais profité, ce ne sont que ceux voulus par vos complices pour leurs propres procédures. Ils ont fait du détournement de procédure, tout comme vous, d’ailleurs. Mon anonymat, c’est vous tous qui l’avez fait « tomber » comme dites en préalable à tous vos harcèlements à mon encontre, à l’aide de piratages informatiques formellement attestés par bien plus de pièces que nécessaire, et auxquels vous avez bien participé.

 dans NEMROD34
NEMROD34 Il y a 3 jours

D’ailleurs tout le monde peut constater le nombre de fois où je donne votre identité …

avatar dans Pédophilie
Anonyme162463 Il y a 3 jours

Vous répondez à côté de la question à plusieurs reprises. Les CGU d’OVERBLOG n’ont rien à voir avec les questions de fond que j’expose. Et vous avez bien publié mon identité et mes coordonnées à de nombreuses reprises sur différents site. Vous vous en êtes même justifié une fois en audition le 12 juillet 2011. L’auriez-vous donc oublié ? Soi-disant je vous aurais fait des misères à vous et vos complices pirates et harceleurs. Ce que vous avez raconté à la police était mensonger. Il reste que vous avez bien commis à mon encontre l’infraction d’atteinte à l’intimité de la vie privée résultant de la levée de mon anonymat, et pas qu’une fois, tandis que moi je ne l’ai jamais commise à votre encontre, puisque vous n’avez jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34.

 dans Perversité
NEMROD34 Il y a 3 jours

« puisque vous n’avez jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34″

D’accord.
Alors si là je donne votre nom et prénom, adresse, photo de votre chambre et tout et que vous accuses d’un milliers de choses horribles tout va bien parce que c’est sur internet et que donc voilà ?
Je le fais ? J’ouvres 6 blog minimum pour le faire et tout ira bien ?
Si je raconte votre vie et montre des photos de vous dans établissement hospitalier c’est bon ?
Parce que c’est sur internet, et rien ne prouve que ça ne vient pas de vous …

 dans Politique
NEMROD34 Il y a 3 jours

« Les CGU d’OVERBLOG n’ont rien à voir avec les questions de fond que j’expose.  »

Les CGU d’Over-Blog on comptées énormément, article 5.1 de leur CGU de l’époque, relisez ou faites lire par quelqu’un qui sait lire…
Il y a votre perception des choses, et il y a la réalité …
Moi la réalité je peux la prouver à le demande…

avatar dans Rue89
Anonyme162463 Il y a 3 jours

C’est quoi encore ce délire ? Des photos de moi dans un établissement hospitalier ? Où donc auriez-vous vu ça ?

avatar dans Ufoscepticisme
Anonyme162463 Il y a 3 jours

Vous admettez n’avoir jamais été anonyme sur Internet sous le pseudonyme de NEMROD34.
Voilà au moins un point qui semble tout à fait clair.
Vous admettez aussi avoir commis plusieurs atteintes à l’intimité de la vie privée à mon encontre.
Bien, on avance un peu en sériant les questions.

NEMROD34 Il y a 3 jours

Remarques :
Vous ne m’appelez plus par mon nom et prénom ? Pourquoi ?
Vous ne m’accusez pas de meurtres, terrorisme, viols, vols, escroqueries et j’en passe ? Pourquoi ?
Même pas une petite accusation de pédophilie ?

NEMROD34 Il y a 2 jours

« Vous admettez aussi avoir commis plusieurs atteintes à l’intimité de la vie privée à mon encontre. »

Montrez nous ça …

avatar
Anonyme162463 Il y a 2 jours

Rappelez-vous, vous en avez avoué une partie en audition au commissariat de Béziers le 12 juillet 2011; il y en a eu d’autres par la suite.

Bon, au moins, là, vous admettez n’avoir jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34. Un point à souligner.

NEMROD34 Il y a 2 jours

L’article 29 du Code Pénal et de la loi du 29 juillet 1881 dispose que « Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l’identification est rendue possible par les termes, des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés ».

« NEMROD34 Il y a 2 heures SIGNALER UN ABUS
« Vous admettez aussi avoir commis plusieurs atteintes à l’intimité de la vie privée à mon encontre. »

Montrez nous ça …

Anonyme162463 Il y a 39 minutes SIGNALER UN ABUS
Rappelez-vous, vous en avez avoué une partie en audition au commissariat de Béziers le 12 juillet 2011; il y en a eu d’autres par la suite.

Bon, au moins, là, vous admettez n’avoir jamais été anonyme sous le pseudonyme de NEMROD34. Un point à souligner. »

Pouvez vous démontrer ça de façon claire ?
Parce que vous continuez à m’accuser d’un tas de choses sans la moindre preuve, comme c’est relevé dans trois procès pour trois personnes différentes (vous avez bien plus de vicrimes on le sait tout les deux)…
Vous changez sans cesse de sujet pour ne pas répondre …
Les lecteurs auront un résumé de l’histoire ici, avec toutes les preuves, pas …

NEMROD34 Il y a 2 jours

« Quant aux horoscopes balance qu’il publie de temps en temps depuis quelques mois, il s’agit bien toujours de menaces à peine voilée à mon encontre : il choisit ses lignes et ne publie toujours que pour la balance, qui est mon signe. »

Et la seule personne au monde à être balance, du coup chaque horoscope fait dans le monde c’est des gens qui vous en veulent …
Soignez vous mademoiselle, c’est mieux pour tout le monde.

avatar
Anonyme162463 Il y a 2 jours

Vos délires et inventions calomnieuses à mon encontre ne seront pas publiés sur ce site dont les responsables doivent au moins connaître les lois qui leur interdisent de publier n’importe quoi.
J’ai retrouvé l’article que vous aviez fait publier sur ce site au mois de janvier 2012, il est ici :

https://www.midilibre.fr/2012/01/19/son-anonymat-n-etait-pas-respecte-sur-un-blog,445818.php

C’était le même journaliste qu’aujourd’hui et déjà à l’époque je m’étais tâtée pour une plainte en diffamation, vu qu’il rapportait dans son article de vos delires et inventions calomnieuses à mon encontre. Je lui précise au passage qu’il ne fait pas un travail sérieux. La moindre des choses, avant d’écrire et de publier, était de vérifier vos allégations. Or, il ne l’a jamais fait, ni à l’époque ni aujourd’hui. Je vois par exemple que vous prétendez au mois de janvier 2012 que je vous accuserais d’attentats terroristes, mais il n’y en a pas eu avant mars 2012. Il est évident que ceux-là se préparaient déjà au mois de janvier 2012, mais seuls les terroristes le savaient ce moment-là : vous peut-être, mais pas moi.
Cela dit, dans cet article que vous aviez fait publier à l’époque, vos nom et prénom sont bien cités avec votre pseudonyme de NEMROD34, comme dans un autre article que vous aviez fait publier à la même époque dans un média belge.
Niez-vous avoir toujours fourni vos nom, prénom et coordonnées sur tous les sites où vous vous êtes exprimés sous votre pseudonyme de NEMROD34 …

NEMROD34 Il y a 2 jours

« C’est quoi encore ce délire ? Des photos de moi dans un établissement hospitalier ? Où donc auriez-vous vu ça ? »

Et les photos de votre chambre vous ne réagissez pas ?
Alors que je suis censé vous avoir mis sur écoutes, vous violer constamment et tout ?
Ce qui vous fait peur c’est une photo éventuelles de Bohars ?

avatar
Anonyme162463 Il y a 1 jour

Je vais de temps en temps à l’hôpital, comme tout le monde, pas à Bohars où je n’ai aucun parent ou ami.
Une photo volée à l’hôpital, c’est toujours possible. Dans ma chambre, par contre, non, ce n’est pas un lieu de passage, figurez-vous.

NEMROD34 Il y a 1 jour

Vous avez publié des photos de votre chambre souvenez vous…
Moi je fous totalement, mais voilà vous les avez publié personne ne vous les as volé.
Pour bohars vous connaissez très bien la section psychiatrie en tant que patiente contre son grès il est vrai …

avatar
Anonyme162463 Il y a 1 jour

C’est vous qui auriez besoin de soins en psychiatrie, là, M. NEMROD.
Je n’ai jamais publié nulle part aucune photo de mon intérieur et vos délires perpétuels concernant ma soi-disant maladie mentale, tout le monde en a soupé et plus personne n’y croit depuis que je me suis défendue seule à Paris contre votre collègue cyberharceleur du LOT (il a perdu), pas même son avocat qui a lui-même soutenu en appel que je n’étais pas folle (il a encore perdu).

NEMROD34 Il y a 1 jour

La notion de preuve devant la justice vous échappe totalement, et pourtant ça ramène à la réalité …
Je vous le dis depuis longtemps ça va vous faire un choc, mais c’est la réalité …

avatar
Anonyme162463 Il y a 23 heures

Oh la la, oui, les « preuves » de votre collègue cybercriminel du Lot m’ont fait un sacré choc, il n’en avait aucune pour toutes ses affabulations à mon encontre…
La sanction encourue en ce cas est bien tombée : il a perdu en 1ère instance comme en appel.
Mais dites-moi, puisque c’est effectivement votre leitmotiv depuis 2010, pourquoi n’avez-vous jamais porté plainte contre moi jusqu’à présent ?

NEMROD34 Il y a 14 heures

Parce que vous étiez anonyme comme ici, et qu’il y a bien eu plainte contre X, puis contre l’hébergeur et maintenant vous …
Et vous le savez parfaitement …

avatar
Anonyme162463 Il y a 9 heures

Vous y croyez vraiment, à toutes vos inventions ?
Rappelez-vous tous vos commentaires sur mon ancien blog « Un petit coucou » chez OVERBLOG. Au début, il était bien question de me faire « manger » sous prétexte que je me défendais contre vos dénonciations calomnieuses auprès de mon hébergeur, de faire « manger » aussi plusieurs de mes commentateurs de blog, ainsi que, bien sûr, OVERBLOG qui n’avait pas supprimé mon blog à la première dénonciation calomnieuse. Mais ce n’est pas ce qu’a fait votre avocat qui lui connaît lois et procédures sur le bout des doigts et a toujours su qu’il n’avait aucun chance de gagner en m’attaquant directement – il n’aurait pas pu gruger les juges comme il l’a fait.

NEMROD34 Il y a 8 heures

« Au début, il était bien question de me faire « manger » sous prétexte que je me défendais contre vos dénonciations calomnieuses auprès de mon hébergeur,  »

Tellement calomnieuses que j’ai gagné les deux procès…
Vous savez que la justice est lente, patience vous serez condamné et vous pourrez au moins cette fois là vous plaindre de quelque chose qui existe…

avatar
Anonyme162463 Il y a 7 heures

Je vous parle de vos dénonciations calomnieuses primitives, celles d’avant toute publication vous concernant. Rappelez-vous, vous êtes arrivé sur mon blog au printemps 2010 pour m’injurier, me menacer et tenter d’obtenir de mon hébergeur la suppression de mon blog au motif que je n’aurais été qu’une folle diffamant des tas de gens, en fait vos amis « déconnologues », mais pas vous que je ne connaissais pas encore.

– Il y a 3 jours

Jean Pièrre A. C’était pas une bonne idée et pourquoi faire ?
J’ai du mal à comprendre ?

– Il y a 3 jours

https://www.midilibre.fr/2015/09/30/gratien-a-rejoint-le-paradis-des-gargotiers,1220355.php

Dye.DM14 Il y a 4 jours

Sacré nemrod ça ne m étonne pas de toi tu provoques laisses des photos de toi sur le trone sur le net crache sur les flics et à la première occasion tu vas déposer plainte bonne mentalité ….

avatar
Anonyme162463 Il y a 4 jours

En fait, comme il passe son temps à harceler, injurier et menacer sur la toile et hors internet, notamment avec des bandes de copains genre Ligue du LOL, il y a aussi pas mal de plaignants contre lui, dont moi. Pour l’instant, seul le Maire de Béziers l’a fait condamner, mais cela ne saurait tarder également pour la CAF dont il outrage le personnel féminin.

NEMROD34 Il y a 4 jours

Et j’ai été commandé quand et pourquoi par le maire de la ville et le reste ? Il faudrait vraiment penser à se soigner, ça serait mieux pour tout le monde…

NEMROD34 Il y a 4 jours

« Anonyme162463 Il y a 17 minutes SIGNALER UN ABUS
En fait, comme il passe son temps à harceler, injurier et menacer sur la toile et hors internet »

Mon dieu je menace et harcèle sur la toile et même en dehors !
Mon Dieu!
Vous comprenez qu’il va falloir prouver ça devant un tribunal ?
Et que comme ça n’existe pas vous perdrez ?
J’ai essayé de vous l’expliquer il y a neuf ans, neufs ans …

NEMROD34 Il y a 4 jours

Philippe rdv chez Gracien. Samedi?

avatar
Anonyme162463 Il y a 4 jours

Excusez-moi, mais vous me faites rire à jouer les outragés de la sorte, M. l’anticlérical et athée forcené…

NEMROD34 Il y a 4 jours

Dye.DM14 qui est un pseudonyme on peut se voir samedi chez gracien, ensuite on règles les comptes loin de tout le monde, tu marches ?

Dye.DM14 Il y a 4 jours

@NEMROD34

Ok mais j espère que tu n iras pas déposer plainte après , j hésite vu que déjà tu déposes plainte pour kedal …
Et il y en a eu tellement comme toi qui ont fait les kékés puis qui en suite sont allé pleurer à la police …
samedi quel heure ?

Dye.DM14 Il y a 4 jours

Et appelle moi monsieur Philippe .

Dye.DM14 Il y a 4 jours

Je les connais trop bien les procéduriers comme toi , déjà que tu déposes plainte pour kedale là tu vas demander une pension d invalidité …

Dye.DM14 Il y a 4 jours

Gracien n est plus laisse le tranquille .

NEMROD34 Il y a 3 jours

L’heure qui te va.

avatar
Anonyme162463 Il y a 5 jours

Bonjour,
Je suis l’auteur du blog visé par NEMROD34. Je tiens à préciser n’avoir jamais révélé au public son identité et ses coordonnées. Il le faisait déjà lui-même sur tous les sites où il s’exprimait sous son pseudonyme de NEMROD34, y compris le sien, et le fera aussi sur le mien. Il a toujours procédé ainsi depuis qu’il s’exprime sur le net sous ce pseudonyme et cela continue, il suffit d’aller voir sa page sur Facebook pour s’en convaincre (il l’a ouverte sous sa véritable identité, indique qu’il est NEMROD34 et y utilise le même avatar que dans ses commentaires ici-même). Quant aux autres révélations concernant sa vie privée, c’est pareil : il les avait faites lui-même dans ses commentaires sur mon blog. En fait, cet individu y était arrivé au mois d’avril 2010 non pas pour y échanger avec qui que ce soit mais uniquement pour me harceler, m’injurier, me menacer, tout en me calomniant ailleurs sur le net, sur divers sites où il a, lui, effectivement commis à mon encontre, entre autres (car il a fait bien plus, beaucoup plus), l’infraction d’atteinte à l’intimité de la vie privée en révélant au public mon identité, toutes mes coordonnées et diverses autres informations relevant de ma vie privée alors que j’étais pour ma part réellement anonyme sous le pseudonyme que j’utilisais et ne racontais pas ma vie sur le net. Il m’a ensuite toujours écartée de ses procédures contre OVERBLOG à seule fin de m’empêcher de le contredire et révéler aux juges la vérité concernant …

NEMROD34 Il y a 4 jours

Vos propos ont étés condamnés, deux fois et ils le seront encore soyez en sure.
Il vous faudra non seulement démontrer ce dont vous m’accusez mais aussi assumer ce vous écrivez sur moi qui vous laisse tranquille, moi je n’ais pas 6 blogs pour vous accuser de choses très graves (meurtres, terrorisme entre autres), je ne vous piste pas constamment sur internet et dans la vie réelle, et ça fait 9 ans que ça dure …

avatar
Anonyme162463 Il y a 4 jours

L’individu fait partie d’une bande d’extrême-gauchistes qui me pirate et m’écoute illégalement depuis onze ans pour pouvoir faire des « révélations » au public me concernant (il y a en fait énormément d’inventions calomnieuses qui se mélangent à des éléments vrais, notamment ceux de l’identité, obtenus par des moyens frauduleux). Tout cela est démontré depuis longtemps, les mobiles, objectifs et résultats sont aussi évidents quand on connaît mon passé (notamment, projets classés pour la défense nationale qui ont toujours dérangé trafiquants d’armes et islamistes). L’escroquerie contre OVERBLOG est aussi démontrée depuis longtemps. Je vous attends de pied ferme avec vos nouvelles dénonciations calomnieuses, M. Nemrod.

NEMROD34 Il y a 4 jours

La folie totale dans tout son éclat…
Pas de de soucis je vous l’ais dit il y a longtemps: vous en répondrez devant un tribunal …

Carpe Diem! Il y a 6 jours

Sauf erreur de ma part cette personne était un posteur sur ce forum qui y a échangé avec des contradicteurs – dont sur ce sujet?

NEMROD34 Il y a 5 jours

Je suis la personne en question qu’entendez vous par « était un posteur sur ce forum qui y a échangé avec des contradicteurs – dont sur ce sujet? » ?



Encore un pédophile français ayant sévi en Thaïlande : un professeur de français…

 


 

 

J’ignore s’il fait partie de la bande de « déconnologues » du cybercriminel extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, mais il pourrait tout à fait en être, il en a le profil.

 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/un-professeur-de-francais-soupconne-d-avoir-viole-50-enfants-en-asie-05-04-2019-8047209.php

Un professeur de français soupçonné d’avoir violé 50 enfants en Asie

 

>Faits divers|Vincent Gautronneau, Jérémie Pham-Lê et Jean-Michel Décugis| 05 avril 2019, 16h07 | MAJ : 05 avril 2019, 23h25 |64

 

Encore un pédophile français ayant sévi en Thaïlande : un professeur de français... dans AC ! Brest 8047209_fa671224-57e8-11e9-a558-b829bb243c05-1_1000x625
Le 4 février, Jean-Christophe Q. avait été interpellé par la police dans sa chambre d’hôtel à Bangkok en compagnie de deux enfants de 13 et 14 ans. DR

 

picto info

Interpellé en flagrant délit en Thaïlande puis relâché, un Français expatrié de 51 ans a été arrêté le 30 mars à son retour à Besançon. Mis en examen, il est soupçonné d’avoir violé et agressé au moins une cinquantaine d’enfants en Asie.

 

Un véritable prédateur, qui pourrait être responsable d’une cinquantaine de viols sur de très jeunes garçons à l’autre bout du monde… Selon des sources concordantes, un professeur de français qui abusait de jeunes garçons vient d’être mis hors d’état de nuire par les enquêteurs de l’Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP).

Âgé de 51 ans, Jean-Christophe Q. a été mis en examen le 1er avril pour « viols et agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans », « détention, acquisition et captation en vue de sa diffusion d’images à caractère pornographique sur un mineur », « participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime » et « corruption de mineur de plus de 15 ans », confirme une source judiciaire. Il a été placé en détention provisoire.

Installé en Malaisie depuis le début des années 2000, enseignant au sein d’un centre de langues à Singapour, ce quinquagénaire inconnu de la justice en France et originaire de Besançon (Doubs) avait été interpellé le 4 février par la police thaïlandaise. Dans sa chambre d’hôtel à Bangkok, les policiers tombent sur deux jeunes garçons de 13 et 14 ans et la panoplie complète du touriste sexuel : une caméra, des provisions de Viagra et une trentaine de préservatifs. Recrutés sur Facebook par Jean-Christophe Q., les deux jeunes garçons auraient dû toucher un peu moins de 30 euros pour ces relations sexuelles.

Signalé à la justice française durant sa détention

« Afin de montrer son implication dans la lutte contre ce tourisme sexuel », la police thaïlandaise médiatise l’affaire début février de manière spectaculaire. Une conférence de presse est même organisée. La police assure avoir trouvé des vidéos de Jean-Christophe Q. en train de violer un jeune garçon, publie des photos anthropométriques du suspect… Sauf qu’après quelques jours de détention, le professeur est libéré. « A-t-il bénéficié d’un contrôle judiciaire sous caution ? Ou s’agissait-il de corruption ? Il a en tout cas récupéré son passeport », soupire une source proche de l’enquête.

Mais durant sa détention, Jean-Christophe Q. est signalé à l’ambassade de France, qui alerte la justice française. Une enquête préliminaire est ouverte par le parquet de Paris et un mandat de recherche délivré, car la justice française est compétente pour les crimes commis par des ressortissants à l’étranger. Jean-Christophe Q. est pisté, mais l’ignore. Le 30 mars, il rentre en France par avion pour rendre visite à ses parents à Besançon (Doubs). Il y est interpellé par les enquêteurs de l’OCRVP. Les policiers français saisissent le téléphone portable du quinquagénaire.

À l’intérieur, ils découvrent des dizaines de photos et de vidéos de Jean-Christophe Q., qui se mettait en scène avec ses jeunes victimes asiatiques. En garde à vue, il aurait « cherché à minimiser » les faits, reconnaissant uniquement ceux pour lesquels il a été interpellé en flagrant délit. Mais le prédateur pourrait avoir fait beaucoup plus d’agressions. Les policiers soupçonnent le pédophile présumé d’avoir fait au moins cinquante jeunes victimes.

Des faits commis dans d’autres pays d’Asie

Grand voyageur, Jean-Christophe Q. « allait régulièrement en Thaïlande, mais aussi dans d’autres pays d’Asie du Sud-Est », confie un proche du dossier. Les autorités thaïlandaises évoquent une dizaine de voyages. Ce que semblent confirmer les réseaux sociaux du suspect. « L’information judiciaire vise des faits susceptibles d’avoir été commis en Thaïlande, en Malaisie, aux Philippines et en Inde », indique une autre source proche du dossier.

Autant de pistes de travail pour les enquêteurs de l’OCRVP, qui tentent de quantifier précisément le nombre de victimes. Pour cela, ils vont « retracer ses voyages, en vérifiant ses billets d’avion », confie une source proche du dossier. Le matériel informatique découvert dans la chambre d’hôtel du Bisontin va aussi être passé au peigne fin.

Cette arrestation illustre en tout cas le problème du tourisme sexuel en Asie du Sud-Est, où de nombreux Européens abusent de jeunes enfants en profitant de la misère. La direction centrale de la police judiciaire traite, tous les ans, une vingtaine de cas de pédophiles français à l’étranger. « On arrive parfois à travailler avec les autorités locales, confie un connaisseur de ces dossiers. Mais on bénéficie surtout de la coopération d’ONG sur place, qui mènent de véritables enquêtes en recueillant les témoignages de jeunes victimes. »

 

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/thailande-quel-est-le-parcours-du-predateur-sexuel-francais_3268881.html

ENQUÊTE FRANCE 2. Thaïlande : le parcours du professeur de français mis en examen pour viols et agressions de mineurs

 

Un enseignant français est accusé d’être un prédateur sexuel en Thaïlande. Quel a été le parcours de ce multirécidiviste présumé ?

FRANCE 2

Deux inspecteurs de la police de Bangkok (Thaïlande) ont mené l’enquête depuis le premier jour, ils ont été alertés par les témoignages de plusieurs enfants. Ces derniers ont beaucoup d’argent en leur possession, alors qu’ils sont issus de familles pauvres du quartier. Après une semaine, les policiers suivent un groupe d’enfants jusqu’à un hôtel. Dans une chambre, ils interpellent un Français de 51 ans vivant à Singapour, il est arrêté pour viol et corruption de mineurs. Dans ses valises, des préservatifs, du viagra et de nombreuses vidéos pornographiques. Remis en liberté après avoir payé une caution, le violeur présumé est retrouvé à Besançon (Doubs). La police va lancer une enquête interne pour comprendre comment cet homme a pu quitter la Thaïlande.

Un tourisme sexuel très présent

Le tourisme sexuel est un fléau qui ne sévit pas qu’en Thaïlande, mais aussi au Népal, aux Philippines et en Indonésie. « Ces pays ont en commun un niveau de pauvreté élevé, mais aussi un grand nombre de jeunes livrés à eux-mêmes », rapporte le journaliste Nicolas Bertrand depuis Bangkok. Ils seraient plusieurs dizaines de milliers d’enfants victimes du tourisme sexuel en Asie.

Le JT
17239695 dans Corruption

JT de 20h du samedi 6 avril 2019

 

https://www.parismatch.com/Actu/International/Pedophile-francais-presume-sevissant-en-Asie-parti-incognito-de-Thailande-1617330

Pédophile français présumé sévissant en Asie : parti incognito de Thaïlande

 

Paris Match | Publié le 07/04/2019 à 11h43

La Rédaction avec AFP
Image d'illustration.
Image d’illustration. Aidan JONES / AFP

 

Un Français, mis en examen pour de multiples viols sur mineurs, avait réussi à quitter la Thaïlande incognito. 

Un Français mis en examen pour de multiples viols sur mineurs commis en Asie du Sud-Est et écroué en France avait réussi à quitter la Thaïlande incognito, a indiqué dimanche la police thaïlandaise. «Il avait été mis en examen pour violences et avait obtenu d’être libéré sous caution», a déclaré à l’AFP le colonel de police Kampol Ratanaprateep.

«D’après les vérifications des services de l’immigration, sa sortie de territoire n’a pas été enregistrée. Il a pu utiliser de faux papiers ou partir par d’autres moyens», a-t-il assuré. La Thaïlande est connue pour la corruption de ses fonctionnaires, mais aussi pour être une plaque tournante du trafic de faux papiers et un havre pour criminels en cavale, malgré les tentatives des autorités de changer cette image.

Des cours de langue à des enfants

Ce Français, qui résidait à Singapour, avait été interpellé début février à Bangkok, où il avait l’habitude d’entraîner des adolescents dans sa chambre d’hôtel. Sous couvert de donner des cours de langue à des enfants, il entrait en contact avec des mineurs et les persuadait d’avoir des relations sexuelles tarifées avec lui, selon la police thaïlandaise.

Tout était parti d’une enquête concernant des jeunes qui dépensaient d’importantes sommes d’argent, que la police avait d’abord soupçonné de provenir du trafic de drogue. Selon le Parquet de Paris, le suspect a finalement été interpellé à Besançon (est de la France) le 30 mars et mis en examen deux jours plus tard, notamment pour «viols et agressions sexuelles sur mineurs» et «détention, acquisition et captation en vue de sa diffusion d’images à caractère pornographique d’un mineur».

Il a été placé en détention provisoire pour ces faits qui lui sont reprochés dans plusieurs pays d’Asie, notamment la Thaïlande.

 



1...34567

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo