Quand Cyprien Luraghi statufie Charles Pasqua…

… un autre adepte des tueries de masse…

 

 

Quand Cyprien Luraghi statufie Charles Pasqua... dans AC ! Brest
Agence France-Presse
@afpfr
·

14h

Pitié-Salpêtrière : le scénario d’une « attaque » battu en brèche, Castaner vivement critiqué (link: http://u.afp.com/JftC) u.afp.com/JftC par

et

#AFP

Image
kkhGiZg1_bigger dans Attentats
Rigobert le Rhino
@Rigobert_Rhino
·

14h

Avant d’indigner avec émotion à la télé, Pasqua faisait ce qui suit : 1) vérifier les infos 2) vérifier qui était au courant dans les média et l’opposition 3) vérifier qui pouvait être ensuite au courant 4) alors seulement communiquer avec indignation #Castaner #Incompétence
wacpeS_-_bigger dans Calomnie
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

14h

5) ce gouvernement pue du cul autant que le FN
z6HcG8i3_bigger dans Corruption
Monsieur Tschäggättä
@Mr_Tschaggatta
·

14h

Rendez-nous Pasqua !!!
wacpeS_-_bigger dans Crime
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
·

14h

Empaillé, il serait tout à fait décoratif.
z6HcG8i3_bigger dans Folie
Monsieur Tschäggättä
@Mr_Tschaggatta
·

14h

Faudra beaucoup de paille.
  • wacpeS_-_bigger dans LCR - NPA
    Cyprien Luraghi
    @CyprienLuraghi
En réponse à

@Mr_Tschaggatta
@Rigobert_Rhino

et 3 autres

No problem : nous avons des roundballs de paille à gaver, pour lui bourrer la panse.
12:03 AM · 3 mai 2019 · Twitter Web Client

 

 

 

https://www.cicns.net/Temple.htm

Centre d’Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités (CICNS)

L’Ordre du Temple Solaire

 

Synthèse du CICNS

 

TFI déclarait en 2001 : « Les divers massacres liés à l’Ordre du Temple Solaire, survenant à la même période que divers drames au fort retentissement international également liés à des mouvements sectaires, ont fortement contribué à durcir en France la lutte contre les sectes

On peut constater aujourd’hui comment ces tragédies fortement médiatisées provoquent l’affolement, la précipitation dans les jugements et la haine. Le public est très peu informé sur les zones d’ombre de toutes ces affaires. On ne lui donne à lire et à entendre que ce qui suscite la peur.

Le Temple Solaire, ou OTS, est devenu tristement célèbre avec cinq tueries : Le 30 septembre 1994, 5 membres de l’OTS meurent dans l’incendie d’une maison à Morin Heights, au Québec. Le 5 octobre 1994, 48 corps carbonisés sont retrouvés en Suisse, 23 à Cheiry et 25 aux Granges-sur-Salvan, dont les deux maîtres de l’OTS, Luc Jouret et Joseph Di Mambro. Le 15 décembre 1995, 16 personnes brûlées dans une clairière du Vercors, dont 3 enfants, ainsi que la femme et le fils de Jean Vuarnet. Le 22 mars 1997, 5 adeptes du Temple solaire, dont 3 Français, sont retrouvés carbonisés à Saint-Casimir, au Québec.

Les trois hommes importants de l’OTS

Joseph di Mambro, ancien bijoutier. Avant de fonder l’Ordre du Temple Solaire (OTS) a fait 6 mois de prison pour escroquerie. Par la suite, et toujours avant l’OTS, il fréquente un groupement successeur du S.A.C (service d’action civique, une police parallèle fondée par Charles Pasqua), qui sera mêlé à au moins un des massacres.

Luc Jouret, un ancien maoïste, à qui Di Mambro aurait demandé d’intégrer un Ordre ésotérique l’Ordre Rénové du Temple afin d’en prendre possession à la suite du décès de son grand maître. Ce que fait Luc Jouret. Il rebaptisera cet ordre : Ordre du Temple Solaire.

Michel Tabachnick, musicien, le troisième homme de l’Ordre est à l’origine des thèses ésotériques de l’OTS, lequel reprendra ses écrits « L’archée » (rédigés bien avant son arrivée à l’OTS).

Dans les années 1980, le nombre d’adeptes de l’OTS grandit au Québec. De nombreux cadres d’une des plus importantes entreprises Québecoises, Hydroquébec, intègrent l’Ordre, fascinés par les théories de Luc Jouret sur tous les sujets.

Les massacres

Di Mambro, dans cette période, a un enfant, Emmanuel (une fille, en fait, qui sera présentée comme un garçon) qu’il déclare être le nouveau Christ. D’autres membres ont, un peu plus tard, un garçon, qu’ils appelleront eux aussi Emmanuel. Selon la thèse sectaire, Di Mambro aurait déclaré qu’il s’agissait de l’antéchrist et commandité la tuerie de 1994 au Canada (durant laquelle l’enfant est tué d’un pieu planté dans le cœur), première de la série présentée comme un sacrifice rituel.

Les tueries de Cheiry et de Salvan s’enchainent et la thèse sectaire et celle du suicide collectif sont suivies par la Justice et les médias. Une enquête plus poussée devient impossible puisque le Juge Piller fait brûler toutes les pièces à conviction. Un journaliste, Éric Lemasson, déclare même avoir découvert dans les poubelles des maisons détruites (que la police aurait négligées), des cassettes de conversations hallucinées sur des « transits vers Vénus ou Jupiter » contribuant à cautionner la thèse la plus farfelue.

Un an plus, tard, en 1995, le massacre du Vercors présente cependant des éléments troublants : selon Gilbert Lavoué, expert judiciaire en incendie chargé de l’enquête, les victimes n’ont pas pu brûler dans une sorte de feu de bois rituel, mais plutôt par le biais de lance-flammes au phosphore; les marques de coups violents portés aux victimes indiquent qu’elles n’étaient pas consentantes et, plus surprenant encore, deux des victimes étaient des membres des Renseignements Généraux, dont un certain Lardanchet, envers lequel Luc Jouret avait exprimé des soupçons d’infiltration dans le but de « détruire l’OTS » (un courrier de Jouret a été retrouvé décrivant ses accusations à son encontre). Ces faits soulèvent des questions importantes. Le reportage d’Yves Boisset présente un autre courrier retrouvé de Di Mambro, adressé à « Très cher Charlie », accusant Charles Pasqua, alors Ministre de l’Intérieur, de « vouloir détruire l’OTS en préparant un massacre collectif ».

De sérieux doutes sur la thèse sectaire

Ces zones d’ombre font naître de nouvelles suspicions et la thèse moins facile d’une intervention extérieure commence à prendre forme. L’absence d’empreintes digitales et la disparition de la plupart des clés des véhicules ont fini de convaincre un certain nombre de personnes, et en particulier plusieurs familles des victimes, que des personnes encore en vie ont quitté les lieux après le massacre (et non le suicide) en faisant disparaître toutes les traces, et que quelque chose d’autre, bien moins folklorique que la thèse sectaire, était en jeu.

Mais tout le monde ne souhaite pas que l’explication antisectes soit balayée. Une sœur d’une des victimes, Ute Verona, témoigne de la présence d’un homme, qui se présente à elle comme un policier, à l’appartement de sa sœur, juste avant la découverte des corps. Elle observe à travers le judas de sa porte que l’homme apporte plusieurs sacs poubelles pleins dans l’appartement de sa sœur avant de disparaître. Par la suite, ayant révélé ce qu’elle avait vu, elle subit des menaces de mort au téléphone.

Magouilles dans l’immobilier, blanchiment d’argent

Avec l’assassinat de Yann Piat, femme politique française, en février 1994, la piste de différentes tractations en rapport avec des projets immobiliers sur la côte d’Azur, se mêle à celle de l’OTS. En effet, après les massacres de l’OTS, deux membres du SAC, qui pourraient être les meurtriers de Mme Piat (plutôt que deux petits malfrats désignés responsables et qui se disent innocents), sont retrouvés « suicidés » au gaz d’échappement de leur véhicule dans un garage, avec des capes de l’OTS dans leur voiture et quelques ouvrages de l’Ordre.

Selon Alain Vuarnet, parent de deux des victimes, l’OTS était avant tout «  une lessiveuse pour blanchir de l’argent ». Des sommes de plusieurs millions de francs ont été découvertes sur des comptes en Australie (au total, la somme de 186 millions de dollars a été avancée) au nom de diverses personnes dont Di Mambro et d’autres personnalités, mais niées ensuite par les autorités juste après leur découverte, complétant la longue succession de bévues, de dénis et d’erreurs des enquêtes depuis le début de l’affaire.

Selon Alain Vuarnet, tout a été fait pour orienter l’opinion publique, la Justice et les médias sur la thèse de la secte et du suicide collectif afin que personne ne s’intéresse aux magouilles monstrueuses qui se déroulaient en arrière-plan. Malheureusement, les enquêtes parallèles ont été entravées (selon le reportage d’Yves Boisset, un commandant de police judicaire, Gilbert Houvenaghel a même demandé aux familles ayant porté plainte de retirer leurs plaintes) et la Justice ne s’y est guère intéressée (pour les familles, il s’agit d’une Justice « aveugle, sourde et muette »).

Il suffit d’interroger l’opinion publique aujourd’hui pour réaliser que la thèse sectaire a pris toute la place. Peu de gens ont une idée claire sur ce qui s’est déroulé en 1994 et 1995 et qui, sous couvert de suicides collectifs d’une secte ésotérique, ressemble à une affaire politico-mafieuse dont le paravent antisectes, un an après l’affaire de Waco, était finalement très pratique. Comme il le sera dans d’autres situations par la suite.

Voir le documentaire d’Yves Boisset de 2005 : « Les mystères sanglants de l’OTS« 

Lire également : Le procès de l’OTS et une interview de Michel Tabachnik de 2005 : « J’ai été déclaré non coupable en première instance »

Livres :

R. Jaton : En quête de vérité, Ordre du Temple Solaire

Jean Vuarnet : Lettre à ceux qui ont tué ma femme et mon fils

Christian English, Frédéric Thibaud : Affaires non classées, tome 2

Jean-François Mayer : Les mythes du temple solaire

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo