Français enlevés au Bénin : le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire

Je rappelle mes deux publications du 15 avril dernier :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/04/15/terrorisme-une-nouvelle-vague-dattentats-lancee-par-jean-marc-donnadieu/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/04/15/petit-qi-et-gros-besoins-etes-vous-plutot-cambriolage-braquage-ou-escroquerie-au-jugement/

En fait, une première décision était attendue en début d’audience dès aujourd’hui dans le procès qui préoccupe actuellement le cybercriminel Jean-Marc Donnadieu de Béziers et tous ses complices. Il est donc logique qu’elle ait été précédée de nouveaux actes terroristes.

Il y en aura d’autres plus importants avant le jugement qui doit être rendu dans cette affaire.

Par ailleurs, l’attaque informatique que j’ai subie aujourd’hui a pris fin à 16h42.

Je rappelle ici que j’avais de même subi une attaque informatique assez remarquable le 13 octobre 2015, soit tout juste un mois avant les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, puis une autre plus importante les 6 et 7 novembre 2015, soit tout juste un mois avant la tentative d’assassinat qui aura frappé l’un de mes proches après la décision de la cour d’appel de Rennes du 2 décembre 2015, la date où celle-ci devait être rendue étant connue depuis l’audience du 30 septembre 2015, et enfin une troisième attaque informatique encore plus importante que les précédentes les 15, 16 et 17 novembre 2015, mais l’assassinat prévu dix jours avant que ne se soit écoulé le délai d’un mois après cette dernière attaque avait échoué.

Il est aisé d’en déduire que le 13 juin 2019 est un jour à risque terroriste élevé.

Notons que ce sera l’anniversaire de l’assassinat de deux policiers à Magnanville le 13 juin 2016, l’un d’eux venant de l’Hérault où il aura pu croiser malencontreusement le malade mental extrêmement dangereux Jean-Marc Donnadieu de Béziers, un habitué de soirées échangistes et SM au Cap d’Agde dont la copine lorsqu’il a commencé à me harceler en 2010 habitait à Pézenas.

Or, les policiers sont derechef particulièrement visés en ce moment, comme on l’a bien vu récemment :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/04/30/cyprien-luraghi-naime-pas-la-police-ni-les-policiers/

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/05/12/attentat-dejoue-contre-la-police-le-cinquieme-suspect-ecroue/

On rappelle ici que l’attentat du 13 juin 2016 faisait partie des « amuse-gueule » censés annoncer les grandes festivités prévues pour la victoire judiciaire contre moi du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, laquelle était alors attendue pour l’automne 2016, mais n’est finalement jamais venue…

Voir ou revoir le planning de 2016 ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/09/30/nouvelles-menaces-de-cyprien-luraghi-le-21-septembre-2018/

 

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/benin/francais-enleves-au-benin-le-parquet-de-paris-ouvre-une-enquete-preliminaire_3441729.html

Français enlevés au Bénin : le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire

 

Elle a été ouverte pour « arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire d’otage commis en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste ».

 

Un ranger du parc national de la Pendjari en patrouille sur son véhicule, le 10 janvier 2018 près de Tanguieta (Bénin).
Un ranger du parc national de la Pendjari en patrouille sur son véhicule, le 10 janvier 2018 près de Tanguieta (Bénin). (STEFAN HEUNIS / AFP)

Le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire, lundi 13 mai, après l’enlèvement et la séquestration de deux Français au Bénin, finalement libérés par les forces spéciales françaises lors d’une opération au Burkina Faso.

Cette enquête a été ouverte pour « arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire d’otage commis en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste », a précisé le parquet. Les investigations ont été confiées à la Direction générale de la sécurité intérieure et à la sous-direction antiterroriste.

« L’heure n’est pas aux polémiques, en tout cas ne comptez pas sur moi pour les nourrir », a commenté la ministre des Armées, Florence Parly, alors que certains dénoncent l’imprudence supposée des deux Français. Un hommage national est organisé à la mémoire des deux militaires, Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, mardi aux Invalides à Paris.

 



Terrorisme au Burkina Faso : six Chrétiens tués dans une église deux jours après la libération des otages

Rappelons que des amis de Josette Brenterch du NPA de Brest sont bien implantés au Burkina Faso comme au Mali, et ce depuis très longtemps.

 

https://www.liberation.fr/planete/2019/05/12/burkina-faso-six-morts-dans-une-attaque-d-eglise_1726517

Burkina Faso: six morts dans une attaque d’église

 

Par LIBERATION, avec AFP — 12 mai 2019 à 20:21
Un soldat burkinabé s’entraîne près de Ouagadougou contre la menace terroriste, en avril 2018. Photo Issouf Sanogo. AFP

Deux jours après la libération des otages français, cinq fidèles et un prêtre ont été tués durant une messe à Dablo, dans le nord du Burkina Faso.

  • Burkina Faso: six morts dans une attaque d’église

Deux jours après la libération des otages au Burkina Faso, une vingtaine de terroristes ont surgi dimanche matin pendant la messe dans une église catholique de Dablo, toujours dans le nord du pays, tirant sur les fidèles. Les assaillants ont tué six personnes, dont le curé, avant de mettre le feu au bâtiment. «Ils ont incendié l’église, puis des boutiques et un maquis [petit restaurant, ndlr] avant de se rendre au centre de santé où ils ont fouillé le local et incendié le véhicule de l’infirmier chef de poste», a expliqué à l’AFP le maire de Dablo, Ousmane Zongo. Dans la ville règne un climat de panique. Les gens sont terrés chez eux, aucune activité n’est fonctionnelle. Les boutiques et magasins sont fermés. C’est pratiquement une ville morte.»

Le nord du Burkina Faso est plongé dans la violence depuis quatre ans. Les islamistes armés qui s’y sont implantés ont transformé la zone en terrain d’affrontements intercommunautaires. Les attaques y sont de plus en plus fréquentes et meurtrières, attribuées à des groupes jihadistes, dont Ansarul Islam, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) et l’organisation Etat islamique au grand Sahara (EIGS). Fin mars, six personnes avaient été tuées lors de l’attaque de l’église protestante de Silgadji. Mi-mars, l’abbé Joël Yougbaré, curé de Djibo, a été enlevé par des individus armés. Plusieurs imams ont également été assassinés par les jihadistes dans la même région. Selon des sources sécuritaires, ceux-ci étaient «considérés comme pas assez radicaux», ou «accusés de collaborer avec les autorités». 

À lire aussi :Au Sahel, l’amer bilan de dix ans de lutte antiterroriste

LIBERATION avec AFP

 

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/les-deux-otages-francais-enleves-au-benin-ont-ete-liberes_2077358.html

Les deux otages Français enlevés au Bénin ont été libérés

 

Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 10/05/2019 à 12:56 , mis à jour à 20:52

 

Deux militaires français ont perdu la vie dans l’opération, qui a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi, au Burkina Faso. Au total, quatre otages ont été libérés.

 

Les deux Français qui avaient disparu au Bénin le 1er mai ont été retrouvés et libérés. L’Elysée a en effet annoncé ce vendredi que l’armée française avait libéré quatre otages au Burkina Faso, parmi lesquels Patrick Pique et Laurent Lassimouillas, qui s’étaient volatilisés du pays voisin.

Les quatre otages – les deux Français enlevés le 1er mai dernier, ainsi qu’une Américaine et une Sud-coréenne – ont été libérés lors d’une intervention dans le nord du Burkina Faso. L’identité des deux autres otages libérés n’était pas connue dans l’immédiat.

Deux militaires morts durant l’opération

« Cette libération a pu être obtenue grâce à une opération militaire, conduite par les forces françaises dans la nuit de jeudi à vendredi, au nord du Burkina Faso », a précisé l’Elysée dans un communiqué. « Au cours de celle-ci, deux militaires ont trouvé la mort au combat, le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncello, tous deux officiers mariniers au sein du commandement des opérations spéciales », qui supervise les forces spéciales françaises, est-il précisé. Quatre ravisseurs ont été tués lors de l’opération.

Le président Emmanuel Macron « s’incline avec émotion et gravité devant le sacrifice de nos deux militaires, qui ont donné leur vie pour sauver celles de nos concitoyens » et « adresse ses sincères condoléances à leurs familles ». Ce vendredi soir, Emmanuel Macron a annoncé qu’un « hommage national » serait rendu mardi aux deux militaires tués.

« C’est avec émotion et tristesse que j’adresse mes pensées aux familles des deux militaires décédés, à leurs proches, à leurs frères d’armes et à l’ensemble des commandos marine », a réagi la ministre des Armées Florence Parly dans un communiqué séparé. Cette dernière a par ailleurs « salué le précieux soutien de nos alliés américains dans la conduite de cette opération » et remercié « les autorités béninoises et burkinabées pour leur coopération ».

L’opération de libération des otages français a été lancée dans la nuit de jeudi à vendredi au Burkina Faso notamment pour éviter leur transfèrement aux djihadistes de la Katiba Macina actifs au Mali voisin, a déclaré ce vendredi le chef d’Etat major des Armées.

Risque de transfèrement des otages

Les autorités françaises suivaient l’évolution des ravisseurs depuis plusieurs jours et ont saisi l’opportunité d’agir en raison du risque « de transfèrement de ces otages à une autre organisation terroriste qui agit au Mali, et qui est la Katiba Macina » du prédicateur Amadou Koufa, ce qui aurait dès lors « rendu impossible d’organiser une quelconque opération de libération », a déclaré à la presse le général François Lecointre.

Quant aux deux autres otages libérées, une Américaine et une Sud-coréenne, leur présence était inconnue. « Personne n’avait connaissance de leur présence. Nous n’avions pas connaissance du fait qu’au côté de nos deux ressortissants il pouvait en avoir d’autres, et les contacts que nous avons eus depuis quelques heures avec les Etats-Unis et la Corée du Sud montrent que probablement, ces pays-là n’avaient pas nécessairement conscience de la présence de ces deux ressortissantes en territoire burkinabé », a déclaré Florence Parly.

Les Etats-Unis remercient la France

« A priori elles étaient otages depuis 28 jours », a précisé le général Lecointre lors d’une conférence de presse sur cette opération de sauvetage dans laquelle deux militaires français membres des forces spéciales ont été tués. L’amiral Christophe Prazuck, chef d’état-major de la Marine nationale, a rendu hommage à Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, les deux hommes morts durant l’opération, et salué leur courage. La Marine nationale a publié sur internet un In Memoriam.

Ce vendredi, les Etats-Unis ont adressé leurs « remerciements » à la France pour la libération « sains et saufs » des quatre otages. « Je présente mes plus sincères condoléances aux familles des soldats français tués pendant l’opération », a ajouté le responsable du département d’Etat américain chargé de l’Afrique, Tibor Nagy, sur Twitter.

Disparus lors d’un safari, leur guide mort

Les deux Français avaient disparu le 1er mai dernier lors d’un safari dans le parc de la Pendjari, l’un des derniers sanctuaires de la vie sauvage en Afrique de l’Ouest, qui s’étend sur près de 5000 km le long de la frontière burkinabée. Le cadavre de leur guide béninois, Fiacre Gbédji, et leur véhicule vide avait été retrouvés quelques jours plus tard. Le Bénin était jusque-là considéré comme un îlot de stabilité en Afrique de l’Ouest, une région où opèrent de nombreux groupes djihadistes liés à Al-Qaida et à Daech.

 

https://www.huffingtonpost.fr/entry/katiba-macina-jihad-mali-burkina-faso-otages-france_fr_5cd5a72ee4b0705e47db9d27

10/05/2019 19:39 CEST | Actualisé 11/05/2019 21:51 CEST

 

Qu’est-ce que la Katiba Macina, le groupe terroriste impliqué dans la prise d’otages?

 

Selon le Général d’armée François Lecointre, c’est à cette organisation que devaient être remis les deux Français enlevés dans le nord du Bénin et secourus dans la nuit du 9 au 10 mai.

Extrait d'une vidéo de propagande de l'organisation terroriste Katiba Macina publiée fin...

Capture d’écran France 24
Extrait d’une vidéo de propagande de l’organisation terroriste Katiba Macina publiée fin février 2019.

 

TERRORISME – À en croire le Centre d’études stratégiques de l’Afrique, organisme financé par le ministère de la Défense des États-Unis pour étudier la géopolitique du continent africain, il s’agit du groupe terroriste à la croissance la plus rapide au Sahel.

Ce vendredi 10 mai, les autorités françaises ont annoncé que les forces spéciales étaient intervenues dans le nord du Burkina Faso pour libérer des otages, dernière opportunité avant qu’ils ne soient remis à la Katiba Macina. Si la ministre des Armées Florence Parly n’a pas voulu confirmer l’identité du groupe terroriste, le Général d’armée François Lecointre semblait formel quant aux informations livrées par le renseignement militaire français.

Car si le nom n’est pas forcément connu du grand public, cette organisation constitue une menace certaine et une préoccupation constante pour les soldats de l’opération Barkhane. Katiba signifie en arabe un groupe armé et le Macina est un ancien État guerrier de l’ouest du Mali, à la frontière nord du Burkina Faso et jusqu’au sud de la Mauritanie. En français, le groupe est régulièrement appelé “Front de libération du Macina”.

Présent au sein d’une “multinationale du terrorisme”

Fondée en 2015 et principalement active dans la région de Mopti, la Katiba Macina a gagné en influence ces dernières années. Depuis mars 2017, elle a rejoint le JNIM, une “multinationale du terrorisme” pour citer les mots de la sénatrice Nathalie Goulet, spécialiste des questions jihadistes. Cette alliance de multiples factions regroupe par exemple Ansar Dine, des branches d’Al-Qaeda au Maghreb islamique, des combattants du défunt Mujao et du MNLA etc. Bref, de la plupart des factions qui font planer une menace jihadiste omniprésente sur le Sahel depuis 2012.

Terrorisme au Burkina Faso : six Chrétiens tués dans une église deux jours après la libération des otages dans AC ! Brest vAwhxIkO_normal

Africa Center @AfricaACSS

The Sahel’s fastest growing Islamist group, the Macina Liberation Front or Katiba Macina first arrived on the scene in January 2015, claiming that it would seek to “reinstall the Islamic Macina Republic” that ruled the region in the 17th century.https://africacenter.org/spotlight/confronting-central-malis-extremist-threat/ …

Voir les autres Tweets de Africa Center

 

Selon le Centre d’études stratégiques de l’Afrique, alors que les exactions islamistes ne cessent d’augmenter en nombre dans la région depuis 2016, c’est bien la Katiba Macina qui perpétue la plupart des attaques. Des attentats qui ne touchent pas seulement le Mali, mais aussi de plus en plus fréquemment le Burkina Faso et le Niger.

Et la Katiba Macina affiche clairement ses objectifs: l’organisation veut rétablir la “République islamique du Macina”, du nom d’un Empire du XIXe siècle où était appliquée la loi islamique et qui s’étendait sur de vastes régions du centre du Mali. Aujourd’hui, elle compte accaparer le soutien populaire et faire sécession vis-à-vis de l’État malien.

Le groupe a été fondé par Amadou Koufa, un prêcheur modéré qui s’est progressivement radicalisé, notamment au contact d’autres leaders jihadistes de la région. Après avoir été formé militairement en 2012 au sein du groupe Ansar Dine jusqu’à mener des attaques contre les autorités maliennes et à faire une percée en direction de Bamako, il s’est vu opposer une réponse internationale: l’opération Serval.

Des liens profonds avec d’autres groupes jihadistes

Battant en retrait et œuvrant davantage dans l’ombre, il a alors commencé à se constituer un réseau d’alliés, à partir d’anciens membres d’autres groupes jihadistes. Puis en 2015, donc, il a officiellement fondé la Katiba Macina et perpétré plusieurs attentats massifs, dont l’attaque contre l’hôtel Byblos, à Sévaré, ou celle du Radisson de Bamako, qui a fait 22 morts.

À l’heure actuelle, le groupe serait responsable de la mort d’une centaine de soldats maliens, via des attentats suicides, des attaques armées et des poses de bombes. Sur le conseil d’Aqmi, le groupe a longtemps réussi à rester sous les radars de l’antiterrorisme international, dissimulant avec talent ses liens avec des groupes étrangers. Selon les informations du Monde, ce seraient d’ailleurs des jihadistes burkinabés affiliés à l’État islamique qui auraient tenté de remettre les otages à la Katiba Macina (proche, elle, du rival jihadiste Al-Qaeda). Une preuve supplémentaire de l’importance prise par l’organisation dans la région et de ses rapports profonds avec d’autres groupes terroristes.

Aujourd’hui, et malgré le possible décès d’Amadou Koufa dans une frappe de l’opération Barkhane fin 2018 (mort qui a été réfutée par des chefs jihadistes et dont les autorités françaises doutent également), la Katiba Macina reste donc l’une des menaces les plus puissantes dans la région. Sans l’intervention des forces spéciales françaises, elle pourrait même être en possession de quatre otages occidentaux. À en croire le général d’armée François Lecointre, si elle avait pu se faire transférer les prisonniers, il n’aurait plus été possible d’intervenir militairement pour les libérer.

À voir également sur le HuffPost:

LIRE AUSSI

 



Nouvelle attaque informatique depuis midi

J’essuie une nouvelle attaque informatique depuis aujourd’hui à midi.

J’en ferai toutes les déductions possibles plus tard, quand elle aura pris fin et que j’aurai eu quelques nouvelles du procès du jour qui intéresse le pirate informatique Jean-Marc Donnadieu de Béziers.



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo