Pédophilie : comment une famille de Bourgoin-Jallieu en Isère vivait d’amour et d’eau fraîche (ironie)

Comment ne pas penser au malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi quand on lit ce genre de choses (voir article ci-dessous) ?

Notons à ce propos qu’il a encore « conquis » quelqu’un sur Twitter :
 

Pédophilie : comment une famille de Bourgoin-Jallieu en Isère vivait d'amour et d'eau fraîche (ironie) dans AC ! Brest Samuel%2BDelacre%2Bsur%2BTwitter%2B_%2B_%2540GaelJouneau%2B%2540inspecteurcrou1%2B%2540Ri_%2B-%2Btwitter.com

 

 

https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement-sexuel/viols-d-enfants-en-isere-on-entendait-vraiment-des-cris-des-insultes-en-plein-milieu-de-la-nuit_3225303.html

Viols d’enfants en Isère : « On entendait des cris, des insultes en plein milieu de la nuit »

 

Sept personnes sont mises en examen pour viols et agressions sexuelles sur une fratrie de trois enfants de 4 à 10 ans. La mère, l’oncle et la grand-mère des enfants sont notamment impliqués dans cette affaire. Un voisin témoigne pour franceinfo.

 

Illustration de Bourgoin Jallieu
Illustration de Bourgoin Jallieu (GOOGLE MAPS / FRANCEINFO)

« En plein milieu de la nuit, on entendait vraiment des cris, des insultes », témoigne à franceinfo un voisin d’une famille de Bourgoin-Jallieu en Isère au cœur d’une affaire de pédophilie. Sept personnes sont mises en examen pour viols et agressions sexuelles sur une fratrie de trois enfants de 4, 7 et 10 ans, dont leur mère, leur beau-père, leur oncle et leur grand-mère.

« C’était des insultes, j’ai l’impression que c’était surtout le garçon. Il devait avoir des problèmes pour dormir et en plein milieu de la nuit, on entendait vraiment des cris, des insultes. J’avais même fait appel à la police », raconte ce voisin.

Selon les témoignages du voisinage recueillis par le journaliste de franceinfo sur place, la mère, le beau-père et les trois enfants vivaient dans un appartement aux murs sales d’un immeuble rénové d’une cité HLM d’où émanait une mauvaise odeur. Le couple ne travaillait pas, promenait ses deux chiens et fumait du cannabis.

Les enfants avaient été placés par l’Aide sociale à l’enfance en janvier 2018 en raison de carences éducatives mais ils voyaient toujours leur famille qui aurait continué les abus sexuels jusqu’à l’automne 2018, au moment où l’aîné a révélé les faits.

D’après une personne proche de la famille, la mère aurait elle-même subi des violences sexuelles dans sa jeunesse.

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo