Moeurs : 6,5% des Américaines n’étaient pas consentantes lors de leur premier rapport

C’est le résultat d’une étude américaine récente qui a été publiée lundi.

En France, où elle n’a pas encore été menée, un rapport parlementaire présenté aujourd’hui dénonce l’inefficience de la prise en charge psychiatrique des présumés « malades mentaux ».

Elle est dite « catastrophique », leur nombre croissant sans cesse tandis que le nombre de lits en psychiatrie a diminué de moitié depuis les années 1990.

Rien de bien nouveau, tant les rapports et alertes sur le sujet se sont accumulés ces dernières années.

Notons que leurs auteurs omettent toujours de préciser que c’est l’évolution des psychotropes à disposition des psychiatres qui, en réduisant très considérablement le temps de traitement à l’hôpital, a aussi entraîné une diminution du nombre de lits, mais pas dans la même proportion, si bien qu’en réalité, le nombre des personnes hospitalisées en psychiatrie chaque année n’a pas baissé mais au contraire très sérieusement augmenté… Ce roulement de patients au total beaucoup plus nombreux qu’auparavant et restant bien moins longtemps à l’hôpital y a aussi vu disparaître toute prise en charge psychologique au profit du traitement médicamenteux, exclusif, puissant. C’est dans ces conditions que la demande de « soins » psychiatriques sans le consentement des intéressés continue de croître… et je ne vois toujours pas débattre la moindre étude sur cette population en pleine expansion…

Rappelons donc que les victimes de viols constituent toujours l’immense majorité des patients de la psychiatrie et que la priorité des « médecins » de ce secteur reste de garantir l’impunité aux violeurs, afin que ces auxiliaires hyper actifs puissent continuer à massacrer femmes et enfants et rendre prospère toute l’industrie psychiatrique : pharmaceutique, hospitalière, sociale, etc…

Soulignons encore que selon ses gouvernants, la France aurait toujours ou plus que jamais besoin d’esclaves en tous genres, sexuels et autres, afin de répondre à la demande du patronat. Toute une chaîne de très sympathiques fonctionnaires est là pour les former, les façonner, du viol jusqu’à l’état de zombie désiré par les autorités, mais ils sont débordés et le système menace d’imploser.

Aussi, les Français restant bien trop râleurs et contestataires, on réfléchit à de nouvelles modalités de leur prise en charge psychiatrique.

 

https://www.nouvelobs.com/societe/20190917.OBS18578/une-statistique-glacante-sur-le-premier-rapport-sexuel-des-americaines.html

Une statistique glaçante sur le premier rapport sexuel des Américaines

 

Photo d'illustration.
Photo d’illustration. (Andrew Neel / Unsplash)

 

Sans que le mot « viol » ne soit jamais employé, une étude affirme que 6,5% des Américaines n’étaient pas consentantes lors de leur premier rapport.

 

Par L’Obs avec AFP

Publié le 17 septembre 2019 à 18h43

Une Américaine sur quinze n’était pas consentante lors de son premier rapport sexuel, selon une étude qui souligne les effets négatifs à long terme de ce « traumatisme » sur leur santé.

Aux Etats-Unis, « le mouvement #MeToo a révélé à quel point les femmes sont souvent victimes de violences sexuelles, mais aucune étude récente n’avait évalué la prévalence de la contrainte lors du premier rapport sexuel et son impact en terme de santé », écrivent les chercheurs en guise d’introduction.

Publiée lundi dans une revue de l’Association américaine de médecine (JAMA Internal medecine), leur étude se base sur un échantillon de plus de 13 310 femmes âgées de 18 à 44 ans, interrogées dans le cadre d’une enquête des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) réalisée entre 2011 et 2017.

Une femme sur 15 a été victime d’un viol

Environ 6,5% d’entre elles ont répondu ne pas avoir été consentantes lors de leur premier rapport sexuel, ce qui extrapolé à la population des Etats-Unis correspond à plus de 3,3 millions de femmes de cette tranche d’âge, relèvent les auteurs. Soit une femme sur 15.

Ces femmes disent avoir subi une ou plusieurs formes de contraintes:

  • 56,4% ont fait l’objet de pressions verbales,
  • 46,3% ont été maintenues contre leur gré,
  • 25,1% ont été victimes de violences,
  • 22% ont été forcées de boire ou de se droguer,
  • 16% étaient sous la menace d’une rupture.

Tous les groupes ethniques et sociaux sont concernés, avec un risque plus élevé pour les femmes noires, nées en dehors des Etats-Unis, pauvres et moins éduquées.

La principale différence avec les femmes consentantes lors de leur premier rapport sexuel est liée à l’âge: en moyenne, les femmes non consentantes avaient un peu plus de 15 ans, contre 17 pour les consentantes, et l’homme était beaucoup plus âgé : 27 ans contre 21. Les auteurs de l’étude relèvent :

« Ces initiations sexuelles forcées semblent liées à plusieurs problèmes de santé »,Les femmes ayant été contraintes lors de leur premier rapport sexuel semblent plus susceptibles d’avoir une grossesse non désirée que les femmes consentantes, avortent davantage, souffrent plus d’endométriose, de maladie pelvienne inflammatoire et de problèmes d’ovulation ou lors des règles.

Leur santé générale est également plus mauvaise, avec davantage de consommation de drogues ou de problèmes mentaux, relèvent les auteurs de l’étude, en plaidant pour renforcer les politiques publiques de lutte contre les violences sexuelles.

Le terme « viol » n’est jamais employé dans l’étude, même si des situations qui y sont abordées semblent correspondre à cette définition pénale.

L'Obs

L’Obs avec AFP

 

 https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/09/18/la-psychiatrie-publique-au-bord-de-l-implosion_5511845_3224.html

La psychiatrie « au bord de l’implosion » en France

 

Un rapport parlementaire livre un diagnostic alarmant sur la situation de la psychiatrie en France : la prise en charge des patients est décrite comme « catastrophique ».

Par François Béguin Publié aujourd’hui à 10h41, mis à jour à 11h23

Temps de Lecture 5 min.

C’est un rapport d’initiative parlementaire dont se serait sans doute bien passée la ministre de la santé, Agnès Buzyn. A quelques jours d’une nouvelle journée d’action des personnels paramédicaux des urgences en grève, et quelques mois seulement après des mouvements sociaux d’ampleur dans plusieurs établissements psychiatriques, les députées Caroline Fiat (La France insoumise, LFI, Meurthe-et-Moselle) et Martine Wonner (La République en marche, LRM, Bas-Rhin) livrent, mercredi 18 septembre, un diagnostic explosif de la situation de la psychiatrie en France. « Ce rapport est avant tout un manifeste politique et un cri d’alarme », expliquent les deux élues.Sans être véritablement inédit, tant les rapports et alertes sur le sujet se sont accumulés ces dernières années, les constats de la mission d’information sur « l’organisation territoriale de la santé mentale » sont très forts. Cette organisation y est qualifiée d’« inefficiente » et d’« inefficace », la filière psychiatrique publique est jugée « au bord de l’implosion », et la prise en charge des patients est décrite comme « catastrophique ». A l’issue de plusieurs semaines d’auditions de soignants et de patients à travers tout le pays, les deux femmes se demandent même si « l’hôpital psychiatrique, tel qu’il existe aujourd’hui en France, peut (…) encore soigner les malades ».

A l’exception de la nomination en avril du professeur Frank Bellivier au poste de délégué ministériel à la psychiatrie, saluée comme une « excellente décision », Caroline Fiat et Martine Wonner ne disent rien des mesures prises depuis janvier 2018 par la ministre de la santé, Agnès Buzyn, pour tenter d’améliorer la situation de la psychiatrie. Pour les deux élues, les problèmes sont « identifiés », les solutions sont « connues » et « ce qui a manqué jusque-là, c’est une volonté politique suffisamment forte pour faire changer les choses de manière radicale ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Agnès Buzyn : « Il faut préserver les moyens de la psychiatrie »

« Millefeuille indigeste » de structures et d’acteurs

Le constat tout d’abord. Soixante ans après sa mise en place, le « secteur », qui structure géographiquement la prise en charge psychiatrique en France, est jugé en « échec ». Au fil des années, le système s’est petit à petit complexifié, devenant progressivement un « millefeuille indigeste » et « illisible » de structures et d’acteurs. Conséquence : « une incompréhension totale du dispositif de la part des patients et de leurs familles », relèvent les députées.

 

https://actu.orange.fr/france/psychiatrie-un-rapport-denonce-la-prise-en-charge-catastrophique-des-patients-magic-CNT000001jiEIm.html

Psychiatrie : un rapport dénonce la prise en charge « catastrophique » des patients

 

81 partages
Psychiatrie : un rapport dénonce la prise en charge "catastrophique" des patients
En psychiatrie, le nombre de lits par habitant a diminué de moitié depuis les années 1990
©PHILIPPE DESMAZES / AFP

 

Orange avec AFP-Services, publié le mercredi 18 septembre 2019 à 12h05

Un rapport présenté ce mercredi 18 septembre réclame une « véritable politique nationale de santé mentale » afin d’alléger la charge confiée au ministère de la Santé.

« Sortir la psychiatrie de l’hôpital ». Tel est la recommandation centrale du rapport dévoilé par les députées Martine Wonner (LREM) et Caroline Fiat (La France insoumise), sur l’état.

Face à la  « prise en charge catastrophique » des patients en santé mentale, le document recommande de redéployer « 80% » du personnel de cette filière « au bord de l’implosion » vers la ville « à l’horizon 2030″.

Les constats négatifs dressés par le rapport sont multiples : « Retard au diagnostic beaucoup trop important », « sur-occupation des lits » de psychiatrie représentant un « fléau pour les patients comme pour les soignants », recours croissant « à l’hospitalisation sans consentement »… L’organisation territoriale de la psychiatrie est « tout à la fois inefficiente et inefficace », estiment les deux élues, rapporteures d’une mission d’information sur le sujet. Ancienne psychiatre devenue députée, Martine Wonner estime que « la psychiatrie aujourd’hui, c’est comme si des patients en cardiologie arrivaient en état d’infarctus ».  »Si la souffrance était traitée dès l’apparition des signaux faibles, 90% des patients n’auraient pas à être hospitalisés », ajoute t-elle dans un tweet.

Centres « saturés », les urgences en pâtissent 

« Le nombre de lits d’hospitalisation en psychiatrie par habitant a diminué de moitié depuis les années 1990″, rappellent Martine Wonner et Caroline Fiat, aide soignante dans un Ehpad. Les députés notent que les structures qui se sont développées parallèlement en ville « ne permettent pas de répondre à la demande croissante » de soins, les centres médicopsychologique (CMP) étant « partout saturés » tandis que « le premier rendez-vous avec un psychiatre peut atteindre trois mois, et parfois bien plus ». Conséquence, « les patients n’ont d’autre solution que les urgences, puis d’être hospitalisés, alors que la crise aurait pu être évitée ».

« La réponse ne se trouve pas dans l’hôpital mais en dehors »

« Si les revendications des personnels hospitaliers », illustrées par le mouvement de grève des urgentistes qui dure depuis l’an dernier (Amiens, Rouen, Le Havre, etc…), « en faveur de plus de lits sont parfaitement compréhensibles (…) la réponse ne se trouve pas dans l’hôpital mais en dehors », jugent-elles.  »Il est urgent de déployer des moyens importants sur les structures extra-hospitalières, qu’elles soient sanitaires, sociales ou médico-sociales », font-elles valoir, plaidant pour « le développement massif d’équipes mobiles sur l’ensemble du territoire mais aussi de structures d’amont et d’aval ».  »Au terme d’une dizaine d’années, l’objectif (…) devrait être de déployer 80% des moyens de l’hôpital psychiatrique sur l’ambulatoire ».

Les députées proposent en outre la création d’une « agence nationale en charge des politiques de santé mentale » sur le modèle de l’Institut national du cancer. En réponse à la crise du secteur, Agnès Buzyn avait nommé en avril le professeur Frank Bellivier délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie, quand les députées souhaitent un « pilotage interministériel ». Le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2020 devrait par ailleurs amorcer la « refonte » du financement de la psychiatrie.

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo