Jacques Chirac est mort

Difficile de l’ignorer…

Les journaux locaux rappellent à leurs lecteurs ses visites dans la région, Le Télégramme tout en images et Ouest France en republiant l’intégralité d’une compilation de 2007 pour le Finistère.

France Bleu a fait plus court, tellement court que la visite à Brest du 17 février 2004 n’est même pas mentionnée.

Ce jour-là, j’avais décidé de me rendre à un endroit de la ville qui m’éloignât le plus possible de l’attraction du jour et m’étais retrouvée tout à fait par hasard dans le local de l’association AC ! Brest que je ne connaissais pas encore. En fait, je cherchais une autre association, sans aucun rapport avec celle-là, sinon qu’elles se trouvaient toutes deux à la même adresse.

Ce fut donc ma première rencontre avec des militants d’AC ! Brest, un groupe de chômeurs avec lesquels je suis revenue discuter plusieurs fois les semaines suivantes, sans savoir qu’ils étaient sous contrôle de la LCR. J’étais moi-même au chômage. Nous connaissions tous quelques problèmes similaires et partagions le même intérêt pour cette association : il s’agissait d’abord d’échanger sur nos difficultés respectives et communes, puis de nous organiser pour faire reconnaître nos droits. Quoi de plus naturel ?

Jamais je n’aurais pu imaginer toutes ces choses incroyables que par la suite j’ai pu lire ou entendre en provenance ou de la part des grands paranoïaques et malades mentaux délirants Josette Brenterch, Arnaud Hell et Hubert Casel, dirigeants quasi invisibles de cette association.

Il se trouve que ce sont ces trois-là qui au printemps 2002 avaient convaincu leur organisation politique, la LCR, devenue depuis le NPA, d’appeler les électeurs de son champion d’alors, Olivier Besancenot, à voter Jacques Chirac au second tour de l’élection présidentielle.

Arnaud Hell en était tombé en amour depuis qu’il était conseiller régional de Bretagne, sous la présidence du très chiraquien Josselin de Rohan (1998-2004).

Je vous laisse découvrir ci-dessous le communiqué que ce parti de tordus a fait paraître aujourd’hui.

 

https://www.francebleu.fr/infos/medias-people/jacques-chirac-retour-sur-ses-visites-en-bretagne-1569494232

Jacques Chirac au Domaine des Ormes d’Epiniac – Domaine des Ormes – DR

Quimper, France

Dans l’année qui a suivi son élection à la tête de l’Etat, Jacques Chirac a effectué une visite officielle de trois jours à Quimper, c’était en mai 1996, il avait alors salué le caractère des Bretons, et le tempérament des Finistériens. Le Finistère est le seul département breton à l’avoir placé en tête dès le premier tour de la présidentielle. Cette visite officielle était placée sous le thème de l’innovation : il avait évoqué la « force de la Bretagne » et le « modèle breton ». 

A l’époque, 2.000 personnes s’étaient rassemblées devant la cathédrale pour accueillir le Chef de l’Etat, et le maire de Quimper Bernard Poignant lui avait offert une statuette chinoise : « Ce n’est pas un cadeau traditionnel, avait alors déclaré Jacques Chirac, mais après tout un cadeau c’est fait pour faire plaisir, le but est atteint ».

La même année, sa visite à Brest avait été marquée par les manifestations des salariés de l’Arsenal, qui s’inquiétaient de la restructuration des industries de l’armement. Le Chef des armées avait alors visité le sous-marin nucléaire le Triomphant et le porte avion « Charles de Gaulle », en cours de construction.

De la « Corona » au Domaine des Ormes

Quelques années plus tôt, le président de la République avait aussi fait une visite en toute décontraction, à Épiniac, près de Dol-de-Bretagne en 1993. Le couple Chirac était l’invité du Domaine des Ormes pour découvrir les cabanes dans les arbres. « On avait bu pas mal de Corona« , se souvient le propriétaire des lieux.

En 1998 il défend le service minimum devant le Conseil régional de Bretagne

En 1998, répondant à l’invitation de Josselin de Rohan, Jacques Chirac a présenté devant les élus du Conseil régional ses propositions de modernisation de la vie publique. Alors que la grève à la SNCF entrait dans sa deuxième semaine, Jacques Chirac s’était alors prononcé pour l’instauration d’un « service minimum » dans les entreprises de service public.

Au parlement de Bretagne restauré en 2000

En janvier 2000, Jacques Chirac vient présider l’audience de rentrée solennelle de la Cour d’appel de Rennes qui se déroule dans un parlement de Bretagne entièrement restauré après l’incendie de 1994.  Il est ensuite reçu à l’hôtel de ville par le maire de l’époque Edmond Hervé.

Le 11 septembre 2001

Jacques Chirac et la Bretagne, c’est aussi l’image du 11 septembre 2001. Le président est alors en déplacement en Ille-et-Vilaine, au SPACE, quand il apprend qu’un avion s’est encastré dans un gratte ciel de New-York. Il ne bouscule pas immédiatement son agenda.

Il inaugure la faculté des métiers de Ker Lann quand soudain il est informé qu’un second avion vient de percuter l’autre tour jumelle. Jacques Chirac réagira à ces attentats depuis la Bretagne. Il dit l’émotion de la France, la solidarité des Français avec le peuple américain.

Il est à Rennes quand il refuse le débat avec Le Pen

Le 23 avril 2002, deux jours après l’élimination surprise du socialiste Lionel Jospin au premier tour de l’élection présidentielle, Jacques Chirac est en meeting à Rennes. Le président sortant annonce qu’il refuse le débat avec son adversaire du Front national. C’est une première depuis 1974 :_ »La république ne transige pas quand il en va de l’essentiel, quand il en va de l’esprit et du coeur de notre pays », dit-il. Jacques Chirac explique alors qu’il refuse de cautionner « la banalisation de la haine et de l’intolérance »._

Amoureux des bains de foule

Jacques Chirac fréquentait aussi Dinard, invité par François Pinault. Ami très proche de l’homme d’affaires, propriétaire du Stade rennais, Jacques Chirac est apparu la dernière fois en 2013 en Bretagne à Dinard, pour quelques jours de vacances chez la famille Pinault.

Comme chaque été depuis plusieurs années, l’ancien chef de l’Etat aime arpenter les étals du marché et serrer quelques mains au passage. A l’époque, une commerçante déclarait sur France Bleu : « On a plaisir de lui serrer la main au marché, de faire une photo ». Sentiment partagé par un habitant s’enthousiasmant de sa simplicité « pour un président de la République. Il me dit : vous en avez de belles moustaches vous ! » Jacques Chirac appréciait aussi le Café des anges, à la sortie des halles.

à lire aussi Pour Richard Ferrand, Jacques Chirac fait « désormais partie de l’Histoire de France »
 

https://www.nouvelobs.com/politique/20040217.OBS4386/chirac-met-en-lumiere-la-lutte-contre-les-voyous-des-mers.html

Chirac met en lumière la lutte
contre les « voyous des mers »

 

Chirac met en lumière la lutte<br>contre les "voyous des mers"
Le porte-avions Charles-de-Gaulle

 

Le président Jacques Chirac s’est rendu mardi sur la base navale de Brest pour mettre en lumière les nouvelles missions de la Marine nationale en matière de lutte contre les « voyous des mers ». Il a également rassuré les salariés de la DCN sur le nouveau porte-avions.

 

Par L’Obs

Publié le 25 février 2004 à 08h40

Le président Jacques Chirac s’est rendu mardi sur la base navale de Brest (Finistère) pour mettre en lumière les nouvelles missions de la Marine nationale en matière de lutte contre les « voyous des mers », la pollution ou le terrorisme.
Le président de la République a insisté sur la « sauvegarde maritime », des missions peu connues qui représentent maintenant le quart de l’activité de la Marine. Celles-ci ont pris récemment une importance nouvelle face à des menaces telles que la pollution des côtes, les accidents en mer, les transports de matière dangereuse ou les trafics de toutes sortes.
D’autant qu’avec 11 millions de km2, le domaine maritime de la France est le deuxième au monde par la taille.
La mer est « malheureusement le lieu de tous les excès », a-t-il déclaré en s’adressant aux marins sur la base navale où il était accompagné par la ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie.

Rassurer les salariés de la DCN

M. Chirac a aussi tenu à rassurer les quelque 3.000 employés de la Direction des constructions navales (DCN) qui espéraient, après le Charle de Gaulle, construire un deuxième porte-avions à propulsion nucléaire. Rappelant le choix fait en faveur d’une propulsion classique, qui « ouvre les meilleures perspectives de coopération avec le Royaume Uni », M. Chirac a assuré que « naturellement, DCN jouera dans cette entreprise tout le rôle essentiel auquel son formidable savoir-faire la destine ».
Signe de leur inquiétude, quelque 200 salariés de la DCN ont déployé dans la matinée une banderole sur un pont réclamant « des actes pour Brest et son arsenal, des activités et emplois stables ».

Missions nécessaires

Les missions dites de « sauvegarde maritime » se sont avérées nécessaires par les catastrophes des pétroliers Erika, en 1999, ou Prestige en 2002, les accidents tels celui du Bugaled Breizh et l’augmentation du trafic de drogue, l’immigration clandestine ou les menaces terroristes, fait valoir le ministère de la Défense.
Près de 2.000 marins, plus de 70 bâtiments – bâtiments de combat, patrouilleurs, vedettes de la gendarmerie maritime – et une trentaine d’avions et hélicoptères participent désormais à ces missions.
M. Chirac devait visiter en début d’après-midi quelques uns de ces navires, dont le nouveau bâtiment de dépollution « L’argonaute » et le célèbre remorqueur « Abeille Flandres » qui a fait près de 600 interventions majeures en 23 ans.
Il devait ensuite survoler le rail d’Ouessant, au large des côtes finistériennes, un lieu de passage fréquenté quotidiennement par 150 à 200 navires, dont certains transportant des cargaisons sensibles.

Pertinence

Le chef de l’Etat a souligné que « les contrôles dans les ports ont été renforcés, (que) le taux de 30% est maintenant dépassé et continuera à augmenter ». Il a noté que « la surveillance du trafic en mer (…) s’est intensifiée avec succès ».
« La conjonction d’un arsenal juridique et de moyens d’intervention pleinement utilisés montre sa pertinence, face aux navires poubelle, aux dégazages sauvages, aux comportements criminels, à l’action de tous les voyous de la mer », a déclaré Jacques Chirac.
Il a également « salué la mémoire des marins récemment disparus » après plusieurs accidents dont celui du Bugaled Breizh. « A travers eux, c’est toute la communauté maritime qui est touchée », a-t-il dit.
Le chalutier Bugaled Breizh, avec cinq marins à bord, a fait naufrage le 15 janvier au large des côtes anglaises après avoir été éperonné par un navire inconnu, provoquant une vive émotion chez les gens de la mer.

L'Obs

L’Obs

 

https://npa2009.org/communique/nous-ne-commenterons-pas-la-mort-de-jacques-chirac-communique-du-npa

Nous ne commenterons pas la mort de Jacques Chirac (communiqué du NPA)

 

Jeudi 26 septembre 2019, mise à jour Jeudi 26 septembre 2019, 15:44

Jacques Chirac est mort. Nous comprenons bien évidemment la douleur, sincère, de ses proches et de sa famille en deuil.

Mais la profusion des déclarations, communiqués et reportages apologétiques, qui peignent l’ancien Président de la république en champion de la lutte contre la pauvreté, de l’amitié entre les peuples et de la défense des « valeurs de la république », a quant à elle de quoi donner la nausée.

« Ce n’est pas le moment de faire de la politique, il faut respecter le temps du deuil », disent-ils toutefois, comme si cette déferlante pro-Chirac n’était pas elle-même très politique. Nous avons cependant compris le message et, en vertu de cette étrange trêve, nous mettrons de côté notre appréciation de la vie et de l’œuvre de Jacques Chirac.

Nous n’évoquerons donc pas les affaires (emplois fictifs, marchés publics, HLM, faux électeurs, frais de bouche, voyages, etc.), symptomatiques d’une « certaine idée de la politique ».

Nous ne reviendrons pas non plus sur la reprise des essais nucléaires en 1995, aberration écologique, fuite en avant militariste et symbole d’une attitude néocoloniale à l’égard de la Polynésie.

À ce dernier propos, nous ne parlerons pas du massacre de la grotte d’Ouvéa, en mai 1988, au cours duquel 19 indépendantistes kanaks furent tués lors d’un sanglant assaut ordonné par Jacques Chirac, alors Premier ministre.

Ce n’est pas non plus le moment de se souvenir des déclarations de Chirac, le 19 juin 1991, sur « le bruit et l’odeur » des étrangers, illustration précoce de la reprise par la droite dite « républicaine » des thématiques les plus nauséabondes du Front national.

Nous ne mentionnerons pas davantage la participation active de Jacques Chirac à l’entretien des réseaux de la Françafrique, illustrée notamment par ses belles amitiés avec les dictateurs Omar Bongo, Blaise Compaoré ou Denis Sassou Nguesso.

Nous ne reviendrons pas plus sur ses politiques favorables aux ultra-riches (privatisations de 65 groupes industriels et financiers et suppression de l’ISF en 1986…) et destructrices pour les salariéEs (suppression de l’autorisation administrative de licenciement en 1986, plan Juppé de 1995, réforme des retraites en 2003…).

Nous ne parlerons pas, enfin, de ses ministres de l’Intérieur, Charles Pasqua, Jean-Louis Debré, Nicolas Sarkozy, de leurs politiques répressives et racistes, du sort réservé aux sans-papiers de Saint-Bernard en 1996 ou de l’assassinat de Malik Oussekine en 1986.

Bref, Jacques Chirac est mort et nous ferons preuve, comme tous ceux qui s’expriment en boucle sur les chaînes d’information et les réseaux sociaux depuis ce midi, de retenue.

Montreuil, le 26 septembre 2019. 

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo