Cas de maltraitance à l’hôpital psychiatrique de Morlaix

Est-ce un nouvel effet de l’affaire du chirurgien pédophile Joël Le Scouarnec ?

Ces jours-ci, plusieurs journaux ont relayé des informations publiées initialement sur son mur Facebook par la fille d’une femme de 63 ans dont l’hospitalisation en psychiatrie à Morlaix à compter du 16 octobre dernier a rapidement pris une tournure catastrophique, puisqu’en tout juste deux semaines, elle est devenue totalement méconnaissable pour ses propres enfants qui n’ont pu lui rendre visite avant le 30 octobre, et a dû alors être transférée en réanimation après que ceux-ci ont pu la voir et constater l’état lamentable dans lequel elle se trouvait sans qu’aucun des « soignants » de la psychiatrie ne s’en fût inquiété… ce qui est malheureusement assez fréquent dans les services psychiatriques de la région, dont les personnels, pour la plupart des dingues dangereux, ont pour habitude de bénéficier d’une impunité et d’une omerta totales quant à toutes leurs pratiques absolument scandaleuses, à tous les niveaux de responsabilités…

Comme bien d’autres avant eux, donc, les proches de cette femme sont extrêmement choqués, et le médecin qui la suivait jusque-là se montre également totalement « décontenancé ».

Une plainte a été déposée et la direction de l’hôpital dit avoir demandé une enquête administrative.

Que s’est-il donc passé ? Impossible de le savoir pour l’instant.

En attendant, et puisqu’il s’agit de l’hôpital psychiatrique de Morlaix, de triste réputation, je vais parler d’un autre cas de maltraitance dans cet hôpital. C’est celui d’un homme dans la force de l’âge qui n’était ni bipolaire ni schizophrène ni atteint d’aucune autre maladie psychiatrique mais avait pour tort d’avoir porté plainte contre son voisin agriculteur qui le spoliait d’une partie de ses terres sans aucune gêne. Ce dernier avait de ce fait demandé l’internement du plaignant à un copain médecin du même bord politique, lequel avait accepté d’établir le certificat médical nécessaire, un faux manifeste, sans avoir jamais vu l’intéressé. Lors de son internement, celui-ci avait notamment subi des passages à tabac de la part du personnel hospitalier et en était ressorti avec des dents cassées… et un tel traumatisme psychologique que des années plus tard, lorsque j’ai eu l’occasion de l’interroger à propos de ses aventures psychiatriques à Morlaix, il s’avérait totalement incapable d’en parler calmement : colère, terreur, souffrance et amertume mêlées bloquaient toujours son expression. Comme toujours, l’humiliation ressentie lors de cette expérience était également extrême. Mais c’est bien le but de tous les faits de maltraitance dont sont toujours victimes à l’hôpital psychiatrique ceux qui n’y ont pas leur place.

Dans ces cas-là, à l’hôpital psychiatrique de Bohars, du CHU de Brest, qui ne vaut guère mieux que celui de Morlaix, toute communication du « patient » avec ses proches ou d’autres personnes de l’extérieur est rigoureusement interdite. Le supplicié est à l’isolement total et n’a le droit à aucune visite jusqu’à ce qu’il soit suffisamment « ramolli » par les traitements médicamenteux pour ne plus pouvoir parler. Ses proches sont alors avertis que le très mauvais état dans lequel ils vont le trouver ne résulte que de sa maladie psychiatrique… laquelle n’a en réalité jamais existé…

Mais cela ne semble être le cas de la maman de Mathilde et Bénédicte, qui a plutôt été victime de maltraitances ordinaires en ces lieux sordides, comme l’est aussi le Centre René Fortin, un « Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées dépendantes (EHPAD) et une Unité de Soins Longue Durée (USLD) » administrativement rattachés à l’hôpital psychiatrique de Bohars et se trouvant sur le même site hospitalier, en vérité un « mouroir » dont nombre de visiteurs reviennent horrifiés par ce qu’ils ont vu.

J’en fais partie et ne tairai pas non plus le cas du Dr Jean-Baptiste Richard, lequel a d’abord exercé à l’hôpital psychiatrique de Bohars et a carrément assassiné.

J’insiste : ce psychiatre spécialisé en addictologie et qui a la réputation d’être lui-même alcoolique a assassiné dans le cadre de ses fonctions à l’hôpital psychiatrique de Morlaix.

 

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/morlaix/service-psychiatrie-hopital-morlaix-mis-cause-maltraitance-1744959.html

Le service de psychiatrie de l’hôpital de Morlaix mis en cause pour maltraitance

 

Le service de psychiatrie de Morlaix visé par une plainte / © France Télévisions
Le service de psychiatrie de Morlaix visé par une plainte / © France Télévisions

 

Les filles d’une patiente hospitalisée quinze jours au service de psychiatrie ont porté plainte contre l’hôpital de Morlaix. Elles estiment que leur mère a été victime de maltraitance. Une enquête administrative est ouverte au sein du service.

Par E.C Publié le 04/11/2019 à 16:56 Mis à jour le 04/11/2019 à 17:10

Mathilde se dit encore sous le choc. Sa mère a passé quinze jours dans le service de psychiatrie du centre hospitalier de Morlaix et en ressort « méconnaissable ». Âgée de 63 ans, cette dernière est bipolaire et également atteinte d’un syndrome parkinsonien, diagnostiqué il y a peu. Malgré les aides à domicile, le quotidien devient difficile et dangereux. L’été dernier, la sexagénaire décide d’intégrer une maison de retraite rattachée au centre hospitalier de Morlaix. Mi-octobre, sa famille est avertie qu’elle pourrait être envoyée dans le service de psychiatrie, notamment pour réajuster son traitement. « La communication se passe bien » souligne Mathilde.

Leur mère est hospitalisée mi-octobre, Mathilde indique « c’est là que ça devient problématique ». Les contacts téléphoniques sont compliqués, « il faut insister pour pouvoir lui parler ». Au fil des échanges, ses filles trouvent qu’elle a l’air fatiguée, qu’elle a du mal à parler. Une proche se rend sur place pendant un week-end et affiche son inquiétude.

Mathilde finit par se rendre sur place, à l’heure des visites mercredi dernier. « On a tout de suite senti un malaise en arrivant. Une infirmière nous a dit que nous allions peut-être être choquées car notre mère était tombée la veille. » 

Elles se rendent dans une salle commune où leur mère se trouve seule, attachée à une chaise. « Je ne l’ai pas reconnue tout de suite », dit Mathilde « seulement grâce à un vêtement qu’elle portait. Au début je ne voyais pas sa tête et elle avait perdu au moins dix kilos. » « Je me suis agenouillée pour être à sa hauteur et mieux la voir. Et là elle avait la tête d’un monstre. Elle était enflée de partout, avec des cocards. Elle ne parlait pas. Elle avait du pus qui lui sortait de la bouche. » 

Mathilde et sa soeur exigent de voir un médecin. « On a rencontré un psychiatre mais qui ne l’avait pas suivie. Il nous a parlé de mélancolie…alors que notre mère était défigurée. La cadre nous a pris de haut. » Elles rencontrent aussi le chef de service qui répond que « tout a été fait dans les règles. »

Leur mère est changée de service. Elle se trouve actuellement en réanimation. Un scanner a permis de révéler une infection. Selon Mathilde, la neurologue qui la suit habituellement dans un autre service et qui a pu la voir a été totalement « décontenancée ».

Une plainte a été déposée le 31 octobre aupès du commissariat de Morlaix, pour « délaissement d’une personne incapable de se protéger ». Mathilde et ses proches ont fait le choix de publier cette histoire sur les réseaux sociaux, « pour ne pas que ça arrive à d’autres. » Mathilde ajoute : « Je ne souhaite ça à personne. Ce qui est arrivé est honteux. »

Une enquête administrative ouverte

Contactée, la direction de l’hôpital confirme qu’une plainte a été déposée. « J’ai demandé une enquête administrative au sein du service », indique Ariane Bénard et d’ajouter « je renouvelle ma confiance au personnel. Par ailleurs, je réfute totalement le terme de maltraitance parce qu’on ne sait pas ce qu’il s’est passé. » 

Une rencontre avec la famille est prévue prochainement.

 

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/enquete-interne-apres-un-possible-cas-de-maltraitance-a-l-hopital-psychiatrique-de-morlaix_2105745.html

Enquête interne après un possible cas de maltraitance à l’hôpital psychiatrique de Morlaix

 

Par LEXPRESS.fr , publié le 05/11/2019 à 08:09

 

Le centre hospitalier de Morlaix, dans le Finistère
Le centre hospitalier de Morlaix, dans le FinistèreGoogle Maps (capture d’écran)

 

Internée 15 jours, Françoise, 63 ans, aurait été retrouvée par ses filles avec un oeil au beurre noir et du pus qui sortait de la bouche. Une plainte a été déposée.

 

En quinze jours à l’hôpital psychiatrique, Françoise est devenue « méconnaissable » pour ses filles, Mathilde et Bénédicte. Âgée de 63 ans, bipolaire et atteinte d’un syndrome parkinsonien, raconte la première d’entre elles à France 3 Bretagne, elle aurait été victime de maltraitance.

LIRE AUSSI >> Rennes: l’hôpital psychiatrique au bord de la crise

Les deux soeurs sont alertées de l’état de leur mère lors d’un appel téléphonique pendant lequel elles la trouvent affaiblie. Inquiètes, elles décident de passer la voir. Une infirmière les prévient qu’elles risquent d’être « choquées » car Françoise était « tombée la veille ». Mais c’est plus qu’un choc lorsqu’elles arrivent dans l’aile psychiatrique: elles ne reconnaissent pas leur génitrice.

« Je ne l’ai pas reconnue tout de suite »

Mathilde raconte à France 3 avoir trouvé sa mère assise toute seule sur une chaise: « Je ne l’ai pas reconnue tout de suite(…) seulement grâce à un vêtement qu’elle portait. Au début je ne voyais pas sa tête et elle avait perdu au moins dix kilos (…) Je me suis agenouillée pour être à sa hauteur et mieux la voir. Et là, elle avait la tête d’un monstre. Elle était enflée de partout, avec des coquards. Elle ne parlait pas. Elle avait du pus qui lui sortait de la bouche ».

LIRE AUSSI >> « La psychiatrie citoyenne, alternative aux hôpitaux psychiatriques »

Dans son poste Facebook, Bénédicte tient le même discours. Elle raconte l’avoir retrouvée « recouverte de bleus sur le visage et sur le corps, même pas lavée et vomissant du pus. Elle a perdu 10 kilos et ne parle plus… L’horreur absolue… ».

Plainte déposée

« On a rencontré un psychiatre mais qui ne l’avait pas suivie, poursuit Mathilde auprès de la chaîne régionale. Il nous a parlé de mélancolie…alors que notre mère était défigurée. La cadre nous a pris de haut. »

Alors que leur mère a finalement été changée de service, les deux soeurs ont déposé une plainte pour « délaissement d’une personne incapable de se protéger », fait savoir France 3, tandis que la direction de l’hôpital a réclamé une enquête administrative au sein du service.

 



A Brest, Yohann Nédélec soutient toujours François Cuillandre malgré ses ennuis judiciaires

Il lui a quand même fallu deux jours pour sortir de son silence…

C’est que le maire est bel et bien mis en examen, et que l’on peine à comprendre pourquoi et comment, vu que les seules informations publiées par la presse jusqu’à présent sont celles que le mis en examen lui-même a bien voulu communiquer au public à l’issue de sa très longue audition du 17 octobre dernier – encore Le Télégramme a-t-il choisi de taire totalement à ses lecteurs l’objet de ces débats d’une durée de 7 heures, à savoir des flux financiers à hauteur de 46 000 euros dont la juge d’instruction n’a finalement même pas retenu le dixième pour prononcer sa mise en examen.

L’appel à la Chambre de l’Instruction de Rennes laisse entendre que celle-ci ne serait pas justifiée.

Si la juge d’instruction fait n’importe quoi pour venir en aide aux adversaires politiques de l’intéressé, il ne faut pas hésiter à la citer.

De laquelle s’agit-il ? Il n’y en a pas 36000, et la cheffe est de toute façon la doyenne Céline Verdier qui s’est déjà comportée avec moi, victime et non coupable, comme une vulgaire mère maquerelle, au profit de vrais proxénètes et de pervers sexuels avérés, et en parfaite connaissance de leurs accointances islamistes et terroristes, sans compter que je lui fournissais quantité de preuves irréfutables de leurs innombrables exactions à mon encontre, dont elle ne voulait rien entendre… (j’y reviendrai).

De la même manière, si elle a finalement absous le maire pour des flux financiers injustifiés à hauteur de 42000 euros, on veut son nom.

Il nous faut une transparence totale sur ce dossier. Quels sont donc tous ces flux et leurs justificatifs ?

Qu’est-ce qui a bien pu justifier une aussi longue audition ?

 

https://www.letelegramme.fr/elections-municipales/brest/municipales-a-brest-yohann-nedelec-maintient-son-soutien-a-francois-cuillandre-06-11-2019-12426873.php

Municipales à Brest. Yohann Nédélec maintient son soutien à François Cuillandre

 

Publié le 06 novembre 2019 à 18h52 Modifié le 06 novembre 2019 à 18h51

Yohann Nédélec a décidé de couper court aux spéculations : il sera bien aux côtés de François Cuillandre pour les prochaines élections municipales.
Yohann Nédélec a décidé de couper court aux spéculations : il sera bien aux côtés de François Cuillandre pour les prochaines élections municipales.

 

Son absence sur la photo, lundi, aux côtés des élus socialistes venus afficher leur soutien au maire sortant avait ouvert la porte aux spéculations. Ce mercredi soir, Yohann Nédélec a décidé de la refermer : il sera bien aux côtés de François Cuillandre pour les municipales.

 

Yohann Nédélec a donc décidé de mettre un terme aux spéculations qui entouraient son absence aux côtés de François Cuillandre, lors de la conférence de presse organisée par ce dernier, lundi, et le silence qu’il observait depuis. « Je maintiens mon soutien à François et confirme, s’il en était besoin, que je serai candidat auprès de lui pour mener de nouveaux projets à Brest », écrit, ce mercredi soir, le maire du Relecq-Kerhuon, qui avait, un temps, envisagé de se lancer dans la bataille brestoise.

L’élu socialiste affirme ainsi sa fidélité à ses propos initiaux, lâchés le 5 janvier dernier dans nos colonnes : « Je serai candidat pour être maire de Brest, si François Cuillandre n’y va pas ». Effectivement, Yohann Nédélec avait officiellement mis un mouchoir sur cette tentation, trois jours après la candidature de François Cuillandre à la primaire socialiste.

Seulement, depuis, la révélation de la mise en examen du maire de Brest, dans le cadre de l’affaire « Vivre à Brest », semble avoir ébranlé les certitudes de nombreux membres ou partenaires de la majorité sortante. À l’image des élus UDB, qui ont choisi de franchir le Rubicon pour soutenir la liste Europe Écologie-Les-Verts.

 

Pas d’impact de l’évolution judiciaire

Pour Yohann Nédélec, il n’en serait rien. « À mes yeux, l’évolution procédurale du 17 octobre dernier n’enlève rien aux qualités unanimement reconnues que possède le maire de Brest », affirme-t-il. « Avec lui et avec tant d’autres, nous nous mobiliserons pour que les Brestoises et Brestois continuent à être fiers de la cité du Ponant ».

Pour François Cuillandre, cette annonce vient éclaircir un ciel bien nuageux ces dernières semaines. Et elle pourrait précéder une autre bonne nouvelle : l’investiture officielle du Parti socialiste. On imagine assez mal, en effet, Yohann Nédélec, premier socialiste finistérien et proche du premier secrétaire Olivier Faure, affirmer son soutien à un candidat qui risquerait d’être désavoué par la direction nationale du parti…

En attendant Fayret, BNC et le PC

Aujourd’hui, des trois candidats socialistes potentiellement sur la ligne de départ, seul Thierry Fayret n’est donc pas encore sorti de son silence, et n’a pas commenté la mise en examen du maire, ni réaffirmé son soutien. Quant aux partenaires actuels des socialistes dans la majorité municipale, Brest nouvelle citoyenneté et le Parti communiste n’ont pas davantage fait entendre leur voix et n’auraient, selon nos informations, pas totalement arrêté leur choix.

Pour François Cuillandre, quelques nuages restent donc à dissiper avant d’entrer réellement en campagne. Mais sur ce point, Yohann Nédélec se veut rassurant : « L’équipe travaille déjà depuis de nombreuses semaines. Ces aléas n’empêchent aucunement les uns et les autres de réfléchir, rencontrer, produire… ». Et le soutien de François Cuillandre de tendre, à nouveau, la main vers les Verts, en citant leur tête de liste Ronan Pichon : « Ne nous trompons pas d’adversaires : nos combats sont contre la droite et l’extrême droite ».

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-francois-cuillandre-mis-en-examen-pour-4-000-eu-6569849

Brest. Le maire François Cuillandre mis en examen pour un prêt de 4 000 € contracté en 2012

 

Le maire de Brest (Finistère) a été entendu toute la journée, ce jeudi 17 octobre 2019, par une juge d’instruction. Il prend acte de sa mise en examen mais annonce qu’il fait appel de cette décision.

 

François Cuillandre, maire de Brest, a été entendu toute la journée par une juge d’instruction. Il va faire appel de sa mise en examen.
François Cuillandre, maire de Brest, a été entendu toute la journée par une juge d’instruction. Il va faire appel de sa mise en examen. | OUEST-FRANCE
 

 
Ouest-France Modifié le 17/10/2019 à 19h58 Publié le 17/10/2019 à 19h09

 

Il l’annonce lui-même dans un communiqué de presse. Ce jeudi 17 octobre, François Cuillandre a été mis en examen dans le cadre de l’enquête sur l’association Vivre à Brest. [J’ai été] « entendu entre 9 h 30 et 16 h 30 par la juge d’instruction en charge du dossier Vivre à Brest, concernant des flux financiers à hauteur de 46 000 € », explique le maire de Brest dans son communiqué.

Cet « échange approfondi a amené la juge à écarter plus de 90 % des montants, objets des investigations le concernant. Cependant la juge a décidé la mise en examen de François Cuillandre, pour une somme de 4 000 €, constituant un prêt datant de 2012. »

« Aucun délit concernant sa qualité de maire »

Cette somme a été consignée voici plusieurs mois par François Cuillandre « dès qu’il a eu connaissance des éventuelles difficultés juridiques posées. Il a rappelé qu’il a lui-même apporté près de 100 000 € d’indemnités, qu’il n’a donc pas perçues, entre 1989 et 2001 au dispositif de mutualisation solidaire » mis en place entre élus socialistes à la Ville de Brest.

François Cuillandre insiste sur le fait « qu’aucun délit n’a été soulevé concernant sa qualité de maire, ni vis-à-vis des contribuables brestois ». Ayant pris acte de cette décision, il annonce néanmoins qu’il « déposera un appel » sur cette mise en examen devant la chambre de l’instruction, à Rennes, « dans les délais prévus par la loi ».

Une garde à vue illégale ?

Durant l’audition, son avocat a par ailleurs souligné « le caractère illégal de la garde à vue intervenue le 9 avril dernier ».

 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/le-maire-de-brest-mis-en-examen-dans-l-affaire-des-indemnites-dans-la-majorite-socialiste-1571334044

Le maire de Brest François Cuillandre mis en examen à cinq mois des municipales

 

 

Le maire de Brest est mis en examen, après avoir été auditionné 7h par une juge d’instruction, ce jeudi. Un dossier lié à l’affaire de l’association « Vivre à Brest », qui collectait et redistribuait des indemnités des élus de la majorité socialiste brestoise.

 

Le maire de Brest François Cuillandre a été mis en examen ce jeudi
Le maire de Brest François Cuillandre a été mis en examen ce jeudi © Radio France – Valérie Le Nigen

Brest, France

Le maire de Brest François Cuillandre a été mis en examen, ce jeudi. Nouveau rebondissement dans l’affaire de l’association « Vivre à Brest ». Il a été entendu pendant sept heures par la juge d’instruction en charge du dossier.

4.000 euros au cœur du litige

Il semble que le maire de Brest a emprunté, en 2012, 46 000 euros à l’association Vivre à Brest. Il affirme dans un communiqué qu’il a fourni des justifications qui ont convaincu la juge pour 90% de cette somme sur laquelle elle demandait des explications. Mais il semble qu’il ait du mal à justifier 4.000 euros de « flux financiers ». La mairie précise que « cette somme a été consignée voici plusieurs mois par François Cuillandre dès qu’il a eu connaissance des éventuelles difficultés juridiques posées ».

François Cuillandre indique qu’il va faire appel. Il dénonce notamment une faille juridique concernant les modalités de sa garde à vue en avril dernier. Cette mise en examen rebat les cartes à cinq mois des élections municipales et pose la question du maintien de sa candidature.

Affaire des indemnités de la majorité

L’association Vivre à Brest était par ailleurs le pivot d’un système de redistributions des indemnités des adjoints de la majorité socialiste : elles étaient mises en commun avant d’être réparties auprès de ceux ayant les plus faibles revenus. François Cuillandre affirme qu’il a arrêté de prendre part au dispositif dès son élection en tant que maire. Il avait apporté en tant qu’adjoint _« près de 100.000 euros d’indemnités qu’il n’a donc pas perçues_, entre 1989 et 2001 à ce dispositif de mutualisation solidaire », précise le communiqué.

Le maire s’était précédemment désolidarisé d’Alain Masson, le premier vice-président de la métropole, avait reconnu avoir touché plus de 3.000 euros non déclarés par mois et avait démissionné en novembre 2018, de même que le trésorier de l’association Vivre à Brest, Jean-Luc Polard.

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo