Dépression : luminothérapie et phytothérapie sont efficaces

Plusieurs journaux publient actuellement les résultats d’une étude montrant que la luminothérapie est aussi efficace que les antidépresseurs chimiques pour lutter contre la dépression – effets indésirables en moins…

Il faut rappeler que les plantes, et particulièrement le millepertuis qui ailleurs qu’en France, notamment en Allemagne, est depuis longtemps utilisé avec succès par les psychiatres, le sont aussi, quoiqu’en disent les médecins sous influence des laboratoires pharmaceutiques et leurs idiots utiles tels les deux débiles mentaux Jean-Marc Donnadieu de Béziers et Pascal Edouard Cyprien Luraghi dont certains se rappellent peut-être comment ils se « moquaient » de moi à ce sujet sur le site du Gorafi il y a quelques années…

Noter l’extrême stupidité des médecins malhonnêtes de Doctissimo qui, d’une part, mettent en garde contre les risques liés aux effets sérotoninergiques du millepertuis, lesquels sont très exactement ceux de tous les antidépresseurs de cette classe (exemple : le Prozac ou fluoxétine), et d’autre part, laissent entendre qu’il n’en aurait pas l’efficacité contre la dépression…

En vérité, il est au moins aussi efficace, et ses effets indésirables restent bien moindres.

 

https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-sciences/luminotherapie-versus-antidepresseur-exaequo

Luminothérapie vs antidépresseur : ex aequo

 

07/11/2019

 

De nouvelles évidences sur l’efficacité de la luminothérapie pour le traitement des dépressions sévères et autres actualités scientifiques.

 

• Crédits : PhotononstopGetty

 

Selon une nouvelle étude parue dans Sleep Medicine Reviews, la luminothérapie est aussi efficace que les antidépresseurs pour traiter la dépression. Depuis la première étude en 1984, on sait que la luminothérapie est très efficace pour soigner les dépressions saisonnières, car elle vient lutter contre la baisse de luminosité. Mais ce traitement reste sous-estimé.

Une équipe du CHU de Strasbourg vient de publier une méta-étude qui a regroupé l’ensemble des essais disponibles dans la littérature scientifique, concernant environ 400 participants, et qui compare les effets de la luminothérapie avec ceux des antidépresseurs pour traiter les dépressions sévères. L’équipe a aussi regardé quels étaient les effets de la combinaison des deux traitements. En psychiatrie, en France, les habitudes sont très médicamenteuses, mais ce travail montre de nouvelles preuves scientifiques sur l’efficacité de la luminothérapie.

Interview avec le psychiatre et neuroscientifique Pierre-Alexis Geoffroy qui a mené cette étude.

« Si on compare luminothérapie versus antidépresseurs, notre étude ne montre pas de supériorité d’un traitement par rapport à l’autre. C’est une première information qui est très importante. Aucun des deux traitements n’est supérieur l’un par rapport à l’autre. La deuxième information qui est importante et qu’on a pu observer, c’est que la combinaison luminothérapie-antidépresseurs était significativement supérieure à la monothérapie seule antidépresseur. Ça, c’est une information qui est très utile sur plan clinique parce que ça invite les médecins, face à une dépression qui serait sévère, à prescrire d’emblée les deux thérapies pour avoir un meilleur effet et être plus efficace. Et l’autre information aussi : on fait une analyse, ce qu’on appelle en sous-groupes, c’est à dire chez des patients qui n’avaient que des dépressions non saisonnières. On montre que la bithérapie est aussi plus efficace chez les patients qui ont une dépression qu’on dit non-saisonnière. »

Ce que suggère vos travaux, c’est que l’option thérapeutique de la luminothérapie pourrait être une option de première ligne ?

« Absolument, c’est tout à fait ça. Ce qu’on espère pour la suite, c’est de penser à une luminothérapie en première ligne et pas seulement en seconde ligne, sur un traitement qui est efficace, qui a démontré son efficacité. C’est au moins un outil supplémentaire dans la boîte à outils des médecins. Il n’y a pas que la réponse médicamenteuse antidépresseurs classique. Penser à cette bithérapie d’emblée, parce que ça marche mieux que l’antidépresseur seul. Mais en dehors de ce trouble affectif saisonnier, donc la dépression non-saisonnière, la luminothérapie n’était pas vraiment une stratégie utilisée. Il faut que ça change. Il faut que ça soit un des outils disponibles auxquels les médecins pensent parce qu’il y a un niveau de preuve scientifique. »

 

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/prozac-au-naturel_497735.html

Prozac au naturel

 

Par LEXPRESS.fr , publié le 25/09/1997 à 00:00

 

C’est une plante aux fleurs jaunes qui pousse dans tous les parcs publics. Vulgairement baptisé «herbe de Saint-Jean», le millepertuis est devenu en Allemagne l’un des antidépresseurs les plus utilisés: trois fois plus prescrit que le Prozac, remboursé par les caisses d’assurance-maladie, il connaît, sous forme de pilules ou de dragées, une carrière fulgurante outre-Rhin, après avoir été longtemps considéré comme un remède de bonne femme. Utilisée depuis des siècles en baume pour guérir les blessures et réduire les hématomes, l’herbe de Saint-Jean aurait en effet des vertus thérapeutiques contre la dépression.

L’histoire commence en 1991, avec la mise sur le marché allemand d’un produit baptisé Jarsin, aux extraits d’Hypericum perforatum, nom scientifique du millepertuis. Pour être homologué par les autorités sanitaires, le nouveau médicament a dû s’appuyer sur une vingtaine d’études cliniques prouvant son efficacité. Etudes menées en «double aveugle» (ni le médecin ni le patient ne sait s’il a recours ou non à un placebo) et financées en partie, il est vrai, par la firme qui commercialise le Jarsin, l’entreprise Lichtwer Pharma, à Berlin. «Mais c’est souvent l’usage, se défend le PDG de cette société spécialisée dans l’élaboration de produits pharmaceutiques à base de plantes. Les scientifiques des universités avec lesquelles nous avons collaboré ont travaillé en toute indépendance.» Leurs résultats: le Jarsin serait efficace contre les dépressions moyennes ou modérées et provoquerait des effets secondaires moins nombreux et moins forts que ceux des antidépresseurs traditionnels. Par exemple, des maux d’estomac et une hypersensibilité au soleil. Mieux que le Prozac, donc? En tout cas aussi bien, si l’on en croit Walter Müller, directeur du laboratoire de pharmacologie de l’université de Francfort, qui vient de publier dans la revue Pharmacopsychiatry les résultats de ses propres recherches menées depuis deux ans: l’herbe de Saint-Jean déclenche dans les cellules du cerveau des mécanismes similaires à ceux suscités par le Prozac. « Nous ne sommes pas des gourous, explique Walter Müller. Il faut savoir que des extraits de plantes ne sont pas toujours réguliers dans leurs effets, un peu comme un vin peut être plus ou moins bon. Il ne s’agit donc pas d’un remède miracle. Mais nous avons démontré d’un point de vue pharmacologique que le millepertuis agit d’une façon comparable au Prozac.» D’autres l’avaient déjà compris: les grandes entreprises pharmaceutiques allemandes, comme Bayer ou Böhringer Mannheim, pourtant spécialisées dans la production de médicaments traditionnels, ont lancé il y a peu des produits aux extraits de millepertuis destinés à traiter les petites dépressions. Il faut dire que les Allemands, très portés sur les produits naturels, ont été saisis d’un incroyable engouement pour l’herbe de Saint-Jean. Les ventes de Jarsin ont ainsi littéralement explosé entre 1994 et 1995: + 82% des prescriptions, quand le Prozac, lui, n’affichait «que» 55% de progression. Parmi les produits à base d’extrait de millepertuis, le Jarsin réalise près de 30% de part de marché et figure dans le peloton de tête des antidépresseurs les plus prescrits en Allemagne. Après les Pays-Bas, les Etats-Unis commencent à découvrir ce «Prozac naturel». La France, elle, l’ignore encore. La firme Lichtwer Pharma a demandé l’homologation du Jarsin auprès des autorités sanitaires françaises. Elle attend toujours la réponse.

 

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/le-millepertuis-plante-aux-vertus-antidepressives_31009

Le millepertuis, plante aux vertus antidépressives

 

Par Rachel Mulot le 24.07.2016 à 17h00, mis à jour le 24.07.2016 à 17h00

Sciences et Avenir a croisé les études scientifiques sur quelques plantes efficaces contre des affections courantes. Parmi elles, le millepertuis.

 

Millepertuis

Millepertuis (Hypericum perforatum)

© Creative Commons

 

COMPOSITION. Les sommités fleuries recèlent des flavonoïdes ou des composés phénoliques dont l’hyperforine, principal actif antidépresseur, et de l’hypéricine, pigment rouge aux propriétés anti-inflammatoires, cicatrisantes, antalgiques et antirétrovirales.

Comme antidépresseur par voie orale, le millepertuis (Hypericum perforatum) est le médicament à base de plantes le plus vendu en Allemagne et aux États-Unis. En France, il a moins bonne presse : dans un communiqué en ligne depuis 2000, l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) souligne que son activité thérapeutique n’a pas pu être démontrée et met en garde contre les risques d’interaction, notamment avec un médicament destiné aux malades du Sida.

Si le dernier point est exact — les conseils d’un médecin phytothérapeute étant toujours souhaitables —, le premier en revanche ne l’est pas : de multiples essais cliniques et des méta-analyses de ces tests attribuent à ce végétal une efficacité comparable à celle de différents antidépresseurs synthétiques chez les patients faiblement ou modérément déprimés. Qui plus est avec moins d’effets secondaires. Sa prise améliore tous les symptômes de la dépression : humeur, perte d’intérêt et d’activité, de concentration et de sommeil. La monographie européenne de contrôle de l’EMA (Agence européenne des médicaments) précise que cet usage est bien établi. Les résultats des différents essais menés ne sont contradictoires que pour les épisodes dépressifs sévères.

Les essais pharmacologiques ont permis de préciser ses voies d’action. In vitro, il inhibe ce que les spécialistes nomment « la recapture de la sérotonine, de la dopamine et de la noradrénaline », ce qui est également le mode d’action des antidépresseurs de synthèse de deuxième et troisième génération parmi les plus prescrits aujourd’hui en France. Les extraits agissent aussi sur la mélatonine, une hormone produite par le système nerveux central et impliquée dans la régulation de l’horloge interne (sommeil, rythme circadien).

 

https://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/mag0126/ps_3482_millepertuis.htm

Le millepertuis contre la dépression

 

Dossier

Utilisée en phytothérapie, le millepertuis est disponible en pharmacie et dans certains magasins de diététique contre la déprime. Quelle est sa réelle efficacité contre la dépression ? Alors que ce produit est l’objet d’une médiatisation régulière, Doctissimo fait le point sur son éventuelle efficacité et les risques liés à son utilisation.

millepertuis-depression-wd-510

Le millepertuis, efficace en cas de dépression ?

La plupart des études sur le millepertuis font l’objet de controverses. Parmi celles qui ont tenté de prouver son efficacité dans le traitement de la dépression, une analyse1 datant de 1996 conduite sur plus de 1 700 patients. Elle avait conclu à une efficacité du millepertuis supérieure à celle d’un placebo. Puis, une étude allemande2 publiée en 2000 dans la prestigieuse revue The British Medical Journal a comparé l’extrait de millepertuis à l’imipramine, un médicament antidépresseur. Après six semaines de traitement sur 324 patients, l’équipe de Helmut Woelk de l’université de Giessenles concluaient que l’hypericum est aussi efficace et mieux toléré que l’imipramine dans le traitement de dépressions légères et modérées.

Sans remettre en cause la validité de cette étude, on doit cependant souligner trois points.

  • Premièrement, les doses de l’hypericum délivrées lors de cette étude (250 mg) sont supérieures à celles généralement recommandées.
  • Deuxièmement, l’imipramine est un médicament assez ancien qui comprend plus d’effets secondaires (sécheresse de la bouche, sueurs, bouffées de chaleur) que les dernières générations d’antidépresseurs dont fait partie la fluoxétine.
  • Enfin, les résultats ne concernent que des dépressions légères.

Ainsi, il est impératif de consulter un médecin qui diagnostiquera le type de dépression.

Actuellement disponible en officine et dans certains magasins de diététique, le millepertuis est utilisé dans le traitement de courte durée (transitoire) des manifestations dépressives légères. Mais, ce produit est-il sans risque ?

Remaining Time -0:21

Millepertuis : des interactions dangereuses avec d’autres médicaments

En attendant que l’efficacité du millepertuis soit comparée à celle des derniers antidépresseurs, certains risques associés au millepertuis doivent inciter à la prudence.

En effet, il présente en effet le sérieux inconvénient d’interagir avec de très nombreux médicaments, dont certains antidépresseurs. Le millepertuis est donc fortement déconseillé voire contre-indiqué en cas de prise de médicaments contenant :

  • de la digoxine (utilisée dans le traitement de l’insuffisance cardiaque),
  • de la théophylline (autrefois utilisée dans le traitement de l’asthme),
  • de l’ indinavir3 (utilisé dans le traitement d’infection à VIH),
  • un contraceptif oral,
  • un anti-épileptique,
  • un antidépresseur,
  • de la carbamazépine,
  • de la phénytoïne,
  • un antimigraineux (de la famille des triptans),
  • des anticoagulants oraux,
  • de la ciclosporine4 (utilisé contre le rejet des greffes)

Le 1 er mars 2000, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé précise certaines recommandations, reprises par la HAS en 2002.

Ne doivent pas prendre de millepertuis :

  • Les patients traités par indinavir et, par extrapolation, les patients traités par d’autres médicaments antirétroviraux dans le cadre d’une infection à VIH, étant donné le risque de baisse d’efficacité du traitement antirétroviral et de développement de résistances virales ;
  • Les patients traités par un antidépresseur inhibiteur de la recapture de la sérotonine, étant donné le risque de survenue d’un syndrome sérotoninergique potentiellement grave, particulièrement chez les sujets âgés ;
  • Les femmes sous pilule, étant donné le risque de diminution de l’efficacité contraceptive ;
  • Par prudence, tout patient soumis à un autre traitement médicamenteux, étant donné le risque d’interaction médicamenteuse pouvant se traduire par une baisse d’efficacité des médicaments associés.

Attention, les patients recevant un traitement médicamenteux et prenant du millepertuis ne doivent pas interrompre brutalement la prise de millepertuis sans avis médical.

Une telle interruption peut entraîner une augmentation des concentrations plasmatiques de ces médicaments. Un tel phénomène peut se révéler dangereux pour des produits tels que la digoxine, la ciclosporine, la théophylline, ou les anticoagulants oraux.

Millepertuis : demandez l’avis d’un médecin

L’utilité thérapeutique de cette plante médicinale n’est pas démontrée. Seuls les cas de manifestation dépressives légères semblent pouvoir bénéficier de ses vertus. Selon les auteurs, une dépression non traitée ou mal traitée peut entraîner un cercle vicieux de rechutes et augmenter le risque de suicide. Seul un médecin pourra diagnostiquer le degré d’importance de la dépression et proposer le traitement adapté. Pas de place à l’automédication !

L’Inpes et le ministère de la santé s’accordent aussi à cet avis et précisent : « Le millepertuis n’est pas un traitement pour les épisodes dépressifs caractérisés, même d’intensité légère. Bien qu’il soit actuellement en vente libre en France, le millepertuis ne doit en aucun cas être pris à la légère, comme une sorte de tisane antidépressive. Il est très important d’informer le médecin de l’utilisation éventuelle de ce produit« .

Vous souhaitez consulter un thérapeute ? Prenez rendez-vous près de chez vous avec un praticien certifié dont les dipômes et références ont été vérifiés.

Révision médicale : Dr Jesus Cardenas, Directeur médical de Doctissimo, 08 novembre 2017

Mis à jour le 07 novembre 2017

Sources :

 

 

http://cheminsdelasante.canalblog.com/archives/2017/06/18/35340867.html

18 juin 2017

3 généralistes sur 4 ne connaissent pas le millepertuis contre la dépression

 

Lettre d’Eric Muller, de la Newsletter Neonutrition

 


 

Remède contre la dépression découvert il y a 2500 ans

Hippocrate, médecin de la Grèce antique, connaissait déjà une plante aux fleurs jaunes d’apparence banale… mais redoutable pour soigner la mélancolie : Il s’agit du millepertuis.

Par la suite, à toutes les époques (Rome, Moyen Âge, Renaissance, etc.), le millepertuis était prescrit par les plus grands médecins : Pline, Galien, Paracelse [3].
Il servait surtout à chasser « les mauvais esprits »… en langage moderne, la dépression. Mais il avait beaucoup d’autres usages médicaux. Nous en parlerons plus loin.

Au XIXe siècle encore, le millepertuis appartenait à la pharmacopée française. Puis il tomba dans l’oubli à l’avènement de la médecine chimique.

Médicament star en Allemagne

C’est en 1984, en Allemagne, que le millepertuis fit son grand retour.
L’agence sanitaire allemande, la « Commission E » l’ajouta à la liste des traitements des troubles psychosomatiques, des états dépressifs, de l’anxiété et de l’agitation nerveuse.
Le millepertuis s’est donc vu attribuer la même place que les antidépresseurs chimiques.
Aujourd’hui, les médecins allemands n’hésitent pas à prescrire du millepertuis.

Quel est le principe actif du millepertuis ?

 

millepertuis-visoflora-3479

 

Pour vous expliquer, je laisse la parole à Annie Casamayou, rédactrice pour la revue Alternatif Bien-Être :

« Malgré les recherches, tout n’est pas encore élucidé sur le mode d’action du millepertuis.
Il est fort probable que l’ensemble des constituants de la plante participe à son activité thérapeutique, alors que l’on a longtemps considéré un de ses pigments, l’hypéricine, comme étant le principe actif essentiel.

Mais on sait aujourd’hui que son activité est trop faible ; il semble que l’hyperforine, associée à l’adhyperforine [4], soient les molécules à l’origine du rééquilibrage de la chimie du cerveau [5] [6]

Le sentiment d’échec, le découragement, la fatigue psychique, l’anxiété et les troubles de l’humeur sont intimement liés à des altérations de la transmission des informations opérée d’un neurone à l’autre par les neurotransmetteurs.

Or, le mécanisme d’action du millepertuis ressemble à celui de la plupart des antidépresseurs chimiques : il optimise la production et la circulation des neurotransmetteurs [7] (sérotonine [8], dopamine [9], noradrénaline [10] [11], mais aussi GABA et glutamate). 

Il agit à un double niveau, en bloquant aussi bien leur destruction que leur recapture, ce qui a pour résultat d’augmenter leur présence dans les synapses du cerveau et de faciliter les connexions neuronales [12].

Il s’agit, comme les médicaments, d’un traitement symptomatique : on ne guérit pas la cause de la dépression mais on permet à l’organisme d’affronter plus sereinement cette période difficile [13]. » 

Que disent les études ?

En 1996, une vaste méta-analyse a été réalisée par une équipe allemande. En étudiant plus de 1 700 patients, les chercheurs ont conclu que le millepertuis avait une action comparable aux antidépresseurs chimiques sur les troubles dépressifs [14].

C’est donc en 1996 que le monde a recommencé à s’intéresser au millepertuis.

De nombreuses études sur des milliers de patients ont confirmé que le millepertuis était aussi efficace voire plus efficace que les antidépresseurs standards pour traiter les dépressions légères à modérées [15]. 

Dans une étude sur 12 mois, 440 participants souffrant de dépression légère à modérée ont reçu 500 mg par jour d’extrait de millepertuis. Les résultats ont montré que le millepertuis permettait de diminuer les symptômes de la dépression… et qu’il serait également efficace pour prévenir une rechute [16].

En 2008, le Groupe Cochrane a recensé les 29 meilleurs essais cliniques sur le millepertuis pour les cas de dépressions sévères. Leur synthèse a révélé que :

  • Le millepertuis est plus efficace que les placebos 
  • Le millepertuis est aussi efficace que les antidépresseurs chimiques [17] 
  • Le millepertuis implique moins d’effets secondaires que les antidépresseurs standard. 

En plus d’être efficace sur les symptômes de la dépression, le millepertuis est plutôt bien toléré. Lors d’une étude menée sur environ 1500 personnes, aucun effet secondaire sérieux n’a été répertorié [18].

Le millepertuis améliore donc considérablement la qualité de vie des patients sous traitement contre la dépression.

En 2000, la France veut interdire le millepertuis !?

Malgré l’intérêt grandissant en Allemagne, et en France, chez les patients lassés des effets secondaires des antidépresseurs chimiques…
Malgré même les essais cliniques concluants … Le millepertuis n’est toujours pas reconnu officiellement en France.

Pire même, le 1er mars 2000, l’AFSSAPS, l’Agence française du médicament, publie un communiqué mettant en garde contre l’utilisation du millepertuis [19].

L’AFSSAPS réfléchit même à interdire complètement la vente de millepertuis en France. Puis, en 2002, elle se ravise et publie une Autorisation de Mise sur le Marché pour le millepertuis. 

Il aura donc fallu 2 400 ans avant que le millepertuis soit enfin reconnu par les autorités sanitaires françaises.  Mais la bataille n’est pas terminée. Après 2002, il faut le temps que les produits arrivent sur le marché. C’est seulement en 2009 que le millepertuis débarque en pharmacie. Et surtout… il faut informer les médecins que le millepertuis est un traitement agréé, aussi légitime que les autres. Et même plus valable que les antidépresseurs chimiques, puisque le millepertuis est naturel et que ses effets secondaires sont bien moins nombreux.

Or ce n’est pas gagné…  En 2009, le Centre régional de pharmacovigilance et d’information sur les médicaments du CHU de Clermont-Ferrand publie une note à destination des médecins.

La conclusion est la suivante :

  • Le millepertuis est fortement déconseillé pour les dépressions majeures, car disent-ils, son efficacité n’a pas été démontrée (sic) [20].
  • Pour les dépressions mineures, les médecins devraient cesser de prescrire du millepertuis.

Parce que « la balance bénéfice/risque du millepertuis n’est pas plus favorable que celle des médicaments antidépresseurs ».

Autrement dit, à choisir entre un médicament naturel et un médicament chimique pour des effets identiques, ils recommandent le produit chimique !?

Leur posture est incompréhensible… Ils pourraient par exemple comparer les prix des 2 traitements s’ils les considèrent équivalents par ailleurs. Ce serait une démarche un peu plus honnête.

Pourquoi tant de haine contre le millepertuis ?

D’abord parce qu’on a cru que son principe actif était l’hypéricine.

Aujourd’hui encore, les chercheurs ne sont pas certains d’avoir identifié tous les principes actifs du millepertuis.

Ensuite parce que le millepertuis est comme tout : il ne marche pas à 100 %.

Il existe des personnes sur lesquelles il est inefficace. Cela paraît évident, mais c’est seulement en 2004 que des chercheurs américains ont mis en évidence ce phénomène [21].

Car ce phénomène s’observe dans les études. Certains résultats sont inégaux. C’est pourquoi beaucoup ont cru que le millepertuis était globalement inefficace.

Voici ce qu’il faut retenir :

Au pire, le millepertuis sera inefficace pour vous (mais pas nocif).

Au mieux, il sera plus efficace que les antidépresseurs « atomiques » – ceux que l’on n’ose même plus prescrire à cause de leurs effets secondaires mortels…

Donc le millerpertuis vaut toujours la peine d’être essayé.

Quand prendre du millepertuis ?

  • À la place des antidépresseurs tricycliques et des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRs) : fluoxétine (Prozac), fluvoxamine (Floxyfral), paroxétine (Déroxat, Divarius), citalopram (Séropram), escitalopram (Séroplex), sertraline (Zoloft), amitriptyline (Laroxyl, Elavil), amoxapine (Défanyl), clomipramine (Anafranil, Clomipramine Merck), chlorhydrate de dosulépine (Prothiaden), doxépine (Quitaxon), maprotiline (Ludiomil), opipramol (Insidon).
  • En cas de dépression saisonnière.
  • En cas de dépression juvénile (entre 10 et 35 ans).
  • Pour contrer la dépression, améliorer l’humeur et le sommeil chez les personnes âgées. Il est comparable à la fluoxétine (Prozac).
  • En cas de dépressions sévères. Son efficacité est comparable à l’imipramine (Tofranil, Surmontil, Kinupril).
  • Pour traiter les symptômes de la fatigue, de l’inactivité et de l’insomnie [22].

Voici ce que vous devez dire à votre médecin 

En consultation, si votre médecin ne connaît pas le millepertuis, demandez-lui de chercher « Mildac » dans son Vidal. C’est le nom du produit le plus vendu en pharmacie.
Si au bout de 3 semaines vous ne voyez aucun effet, il est alors raisonnable d’envisager un traitement chimique.

Précautions importantes

Le millepertuis contient des principes actifs puissants. Il exige des précautions d’utilisation.

Gardez en tête que les effets secondaires des antidépresseurs chimiques sur ordonnance sont bien plus graves. Le millepertuis, lui, reste accessible en vente libre. Vous pouvez donc l’utiliser en toute sécurité.

Soleil

On entend souvent que le millepertuis est dangereux car il rend la peau plus sensible au soleil.  C’est largement exagéré.
Lors d’une étude clinique, même en prenant 600 mg par jour, une dose conséquente, les sujets continuaient à bien supporter le soleil [23].
Simplement, les personnes ayant une peau très claire doivent mieux se protéger du soleil lors d’un traitement au millepertuis.

Ne pas cumuler les antidépresseurs

Ne prenez pas de millepertuis si vous êtes déjà sous antidépresseurs chimiques.  Le millepertuis doit être pris seul, comme un traitement à part entière.

Interactions possibles

Le millepertuis peut interagir avec certaines classes de médicaments :

  • Contraceptifs oraux
  • Anticoagulants
  • Antirétroviraux (par exemple pour le VIH)
  • Antiépileptiques
  • Thymorégulateurs
  • Anticancéreux
  • Médicaments antirejet de greffe.

Si vous prenez l’un de ces traitements et que vous êtes intéressé par le millepertuis, demandez l’avis de votre médecin.

Les femmes enceintes et les enfants de moins de 6 ans devraient consulter un médecin avant de prendre du millepertuis.

Cure de traitement et sevrage

Les effets du millepertuis se font sentir de façon graduelle après 10 jours de traitement.  La durée du traitement est de 30 jours au minimum.  Certaines personnes ayant arrêté le millepertuis brutalement ont ressenti un manque.
Pour éviter ce désagrément, il est donc conseillé de réduire petit à petit les doses de millepertuis… avant d’arrêter.

Autre utilisation du millepertuis

Arthrose : L’huile « rouge » de millepertuis appliquée sur la peau est réputée pour soulager les douleurs articulaires [24].
L’huile « rouge » de millepertuis s’achète en magasin bio.

On peut aussi la produire soi-même. Voici la recette :

Récoltez un grand bol de fleurs jaunes de millepertuis pendant une journée ensoleillée autour de la Saint-Jean, le 24 juin – solstice d’été. C’est la date à laquelle il fleurit, ce qui lui vaut son petit nom : « Herbe de la Saint-Jean ».
Sans attendre, empilez délicatement les fleurs de millepertuis dans un bocal stérile en verre transparent et équipé d’un bouchon bien hermétique.
Confectionnez un mélange d’huiles de tournesol, de jojoba (20 %) et de noisette (20 %) [25]. Remplissez le bocal avec ce mélange d’huiles jusqu’à couvrir les fleurs.
Fermez le bocal, puis déposez-le au soleil (ou près d’une source de chaleur) pendant 3 semaines. Secouez régulièrement pendant ce processus de macération.
Vous verrez que l’huile prendra une couleur rouge-brun.
C’est le moment de la filtrer à travers un linge propre. Essorez les fleurs retenues dans le linge pour récupérer toute la lie. Conservez l’huile « rouge » de millepertuis obtenue dans une bouteille en verre sombre.

Sciatiques et troubles nerveux : Pour soulager une sciatique, appliquez de l’huile « rouge » de millepertuis à l’endroit de la douleur, puis massez [26]. Pour les troubles nerveux, optez pour la voie orale.

Migraines : Le millepertuis est réputé pour soigner les maux de tête [27].

Blessures, brûlures, infections : Traditionnellement, le millepertuis en pommade était utilisé sur la peau pour apaiser les brûlures, blessures et infections.

Ménopause : Le millepertuis a montré son efficacité pour atténuer les symptômes de la ménopause [28].

Fibromyalgie : La fibromyalgie est une douleur musculaire continue. Elle s’accompagne d’une fatigue permanente et d’un mauvais sommeil. Elle touche surtout les femmes.

Lors d’une étude clinique, 79 sujets atteints de fibromyalgie ont reçu soit du millepertuis, soit de l’amitriptyline (un antidépresseur tricyclique).

Après 12 semaines, tous les sujets ont rapporté une diminution semblable de la sensation de douleur [29].

Quelle forme de millepertuis consommer ?

Traditionnellement, on boit une infusion 4 g de millepertuis par jour.
Cependant, la teneur en principes actifs de l’infusion reste aléatoire. Et donc son efficacité n’est pas constante.
Pour plus de certitude, préférez les extraits standardisés à teneur garantie en molécules actives.

Où trouver des extraits standardisés de millepertuis ?

Le millepertuis se trouve en pharmacie – demandez du Mildac 300 mg.
 


 

Sources :

[1] Site Hepmag.com, Poll : 75 % of Primary Care Docs Unaware of New Hep C Meds, 25 juin 2014
[2] Site lefigaro.fr, 215.865 médecins en activité en France, 4 juin 2013
[3] 215.865 médecins en activité en France
[3] Annie Casamayou, Dépression : le traitement efficace négligé par les médecinsAlternatif Bien-Être, n°101, février 2015.
[4] Tian J, et al. Antidepressant-like activity of adhyperforin, a novel constituent of Hypericum perforatum L. sci Rep. (2014)
[5] Greeson JM, sanford B, Monti DA. st. John’s wort (Hypericum perforatum): a review of the current pharmacological, toxicological, and clinical literature. Psychopharmacology (Berl). 2001 feb;153(4):402-14.
[6] Zanoli P. Role of hyperforin in the pharmacological activities of st. John’s Wort. CNs Drug Rev. 2004 fall;10(3):203-18.
[7] Müller We, et al. Hyperforin represents the neurotransmitter reuptake inhibiting constituent of hypericum extract. Pharmacopsychiatry. (1998)
[8] Gobbi M, et al. Hypericum perforatum L. extract does not inhibit 5-HT transporter in rat brain cortex. Naunyn schmiedebergs Arch Pharmacol. (1999)
[9] Yoshitake , et al. Hypericum perforatum L (st John’s wort) preferentially increases extracellular dopamine levels in the rat prefrontal cortex. Br J Pharmacol. (2004)
[10] Jakobs D, et al. Downregulation of β1 -adrenergic receptors in rat C6 glioblastoma cells by hyperforin and hyperoside from st John’s wort. J Pharm Pharmacol. (2013)
[11] Prenner L, et al. Reduction of high-affinity beta2-adrenergic receptor binding by hyperforin and hyperoside on rat C6 glioblastoma cells measured by fluorescence correlation spectroscopy. Biochemistry. (2007)
[12] Singer A, Wonnemann M, Müller We. Hyperforin, a major antidepressant constituent of st. John’s Wort, inhibits serotonin uptake by elevating free intracellular Na+1. J Pharmacol exp Ther. (1999)
[13] Annie Casamayou, Dépression : le traitement efficace négligé par les médecinsAlternatif Bien-Être, n°101, février 2015.
[14] Linde K, et al., St John’s wort for depression – an overview and meta-analysis of randomised clinical trials, BMJ, 1996 Août 3;313(7052):253-8.
[15] Kim HL, streltzer J, Goebert D, St. John’s wort for depression: a meta-analysis of well-defined clinical trials, J Nerv Ment Dis. 1999 sept; 187(9):532-8.
[16] Brattström A, Long-term effects of St. John’s wort (Hypericum perforatum) treatment: a 1-year safety study in mild to moderate depression. Phytomedicine. 2009 Apr;16(4):277-83. doi: 10.1016/j.phymed.2008.12.023. Epub 2009 Mar 18.
[17] Linde K, Berner MM, Kriston L, St John’s wort for major depression, Cochrane Database syst Rev. 2008 oct 8;(4):CD000448. doi: 10.1002/14651858.CD000448.pub3.
[18] Melzer J, et al., A hypericum extract in the treatment of depressive symptoms in outpatients: an open study. Forsch Komplementmed. 2010 Mar;17(1):7-14. doi: 10.1159/000277628. Epub 2010 Feb 4.
[19] TPE millepertuis
[20] Retrait européen du dextropropoxyphène : une mesure adaptée à la France ?
[21] Goodnick PJ, et al., The effectiveness of st. John’s Wort in major depressive disorder: a naturalistic phase 2 follow-up in which nonresponders were provided alternate medication. J Clin Psychiatry. 2004 Aug;65(8):1114-9.
[22] Annie Casamayou, Dépression : le traitement efficace négligé par les médecinsAlternatif Bien-Être, n°101, février 2015.
[23] Brockmöller J, et al., Hypericin and pseudohypericin : pharmacokinetics and effects on photosensitivity in humans. PharmacopsychiStry. 1997 sep; 30 suppl 2: 94-101.
[24] Didier Le Bail, Douleurs arthrosiques : les solutions AromaAlternatif Bien-Être, n°85
[25] Claudine Luu, Huiles de fleurs solarisées : une préparation beauté, Plantes & Bien-Être, n°8
[26] Nicolas Wirth, Courrier des lecteurs, Plantes & Bien-Être, n°8
[27] Annie Casamayou, Dépression : le traitement efficace négligé par les médecinsAlternatif Bien-Être, n°101, février 2015.
[28] Thierry Souccar, Bien vivre sa ménopauseDossier de Santé & Nutrition, n°24, septembre 2013
[29] Thierry Souccar, Fibromyalgie : Les solutions naturellesDossier de Santé & Nutrition, n°7, avril 2012

 

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo