Pédophilie : les psychiatres concernés ont bien fait le ménage !

Parmi les signataires des pétitions pro-pédophiles de 1977 figure Alain Robbe-Grillet, dont la sortie du « Roman sentimental » en 2007 n’était pas passée inaperçue.

En effet, sachant ses bouquins habituellement autobiographiques, il y avait vraiment lieu de s’inquiéter des contenus de celui-là…

Il avait alors déclaré que LE grand psychiatre de la ville de Brest assurait qu’il n’était pas pervers.

Il s’agit de Jean-Jacques Kress, qui est le pape de la psychiatrie brestoise depuis son arrivée dans cette ville en provenance de Strasbourg en 1973 et l’ouverture de l’hôpital psychiatrique de Bohars en 1975 (voir ci-dessous).

Il me semble que ces propos avaient été tenus dans l’émission de Frédéric Taddeï du 24 octobre 2007.

Cependant, j’ai beau chercher, je n’en retrouve actuellement aucune trace nulle part…

 

 

https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20051007&article=10817113&type=ar

Publié le 07 octobre 2005 à 00h00

« Une liberté toute neuve »

 

Le Pr Jean-Jacques Kress a ouvert l'hôpital de Bohars en 1975.
Le Pr Jean-Jacques Kress a ouvert l’hôpital de Bohars en 1975.

 

«Je me souviens de cette première réunion de tout le personnel, faute de salle de réunion, dans le hall de la tour médicale en mai 1975», déclare le Pr Jean-Jacques Kress, venu de Strasbourg en 1973.

 

��Je me souviens de cette première réunion de tout le personnel, faute de salle de réunion, dans le hall de la tour médicale en mai 1975», déclare le Pr Jean-Jacques Kress, venu de Strasbourg en 1973. A son arrivée il est accueilli par le Dr Coulonjou, à l’hôpital Ponchelet. Le service compte 24 lits et six cellules vétustes et repoussantes. «Dès qu’un nouveau malade arrivait, il fallait chercher lequel pouvait sortir». La création de Bohars répondait à la volonté de soigner les patients près de chez eux et à la nécessité de doter la jeune faculté de médecine d’un enseignement et d’une recherche en psychiatrie. Côté architecture, un plan créé pour l’Afrique du Nord est choisi, plutôt mal conçu : les pavillons sont éloignés de la tour médicale.

Le tout premier patient

Le service de Ponchelet a subsisté et Bohars n’a pas eu à recevoir les malades chroniques de Morlaix et Quimper. «Nous avons perdu cet avantage en 90, lorsque des lits ont été supprimés ailleurs, sans réduction de personnel. Il nous a été plus difficile de créer des structures extérieures à effectif constant». Le tout premier patient de Bohars, un SDF du port, a été accueilli par tout le personnel venu le saluer. «L’hôpital qui comptait alors 150 lits s’est rempli peu à peu. Une liberté toute neuve s’est déployée pour les personnels qui venaient, pour la plupart, de grands hôpitaux psychiatriques marqués par les séquelles de l’époque asilaire». A Bohars, pas de barreaux, tout était ouvert, ce qui n’a pas manqué non plus de poser quelques problèmes. «On a cherché nos marques, on s’est heurté à une réalité violente, cela nous a permis de nous donner nos propres règles».

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Robbe-Grillet

Voir aussi

50px-Megaphone.svg dans Corruption
Écouter cet article (info sur le fichier)

Ce fichier audio a été réalisé à partir de la version du 22 février 2008, et ne reflète pas les changements ayant eu lieu depuis.
(Aide pour les sons)

Sources et bibliographie

Liens externes

:

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_roman_sentimental

Un roman sentimental

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

 

Un roman sentimental
Auteur Alain Robbe-Grillet
Pays Drapeau de la France France
Genre Récit, BDSM
Éditeur Fayard
Date de parution 2007
modifier Consultez la documentation du modèle

Un roman sentimental est un récit d’Alain Robbe-Grillet, publié en 2007 chez Fayard.

Il a fait l’objet d’une controverse quant à la notion de « licence artistique », car il décrit des actes de pédophilie, inceste, meurtres et autres actes de barbarie sur de très jeunes filles.

Présentation par l’auteur

C’est par ces lignes que l’auteur présente son œuvre1 : « Le présent récit est une sorte de conte de fées pour adultes, ce qui lui permet d’outrepasser en maintes occasions les lois de la vraisemblance. Il est écrit cependant avec un grand souci de précision, qui peut ressembler au réalisme le plus méticuleux, outrepassant cette fois les lois de la bienséance. C’est d’autre chose qu’il s’agit, délibérément. Une autre bienséance et une autre vraisemblance… Malgré les tendres couleurs des chairs nues adolescentes, les contes de fées pour adultes n’ont pas leur place dans la Bibliothèque rose. »

Bibliographie

Références

Liens externes

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo