Affaire Gabriel Matzneff : l’enquête continue de progresser

Revenons donc à nos Lions super menteurs ou abuseurs dont les soucis sont bien visibles depuis la pleine lune du 9 février dernier, comme j’en avais déjà parlé ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/02/16/9-fevrier-2020-une-pleine-lune-sensationnelle-anti-menteurs/

Je ne dis rien sur le cas de Roman Polanski, né Raymond Thierry Liebling le 18 août 1933 à Paris, bien d’autres s’en chargent déjà, les féministes ne le lâcheront pas.

Pour l’instant, je m’intéresse davantage aux progrès de l’enquête sur Gabriel Matzneff, qui quoique certains en disent aujourd’hui, sont bien réels.

En particulier, il est d’ores et déjà acquis qu’il sera jugé pour apologie de la pédophilie, sauf suicide ou assimilé d’ici là.

Par ailleurs, les perquisitions et autres recherches de preuves se poursuivent et Christophe Girard a été auditionné pour la première fois cette semaine, mercredi.

Christian Giudicelli et Philippe Sollers avaient déjà été entendus par la police le 13 février dernier.

Les enquêteurs n’ont pas fini de s’y intéresser.

Notamment, ils pourront poursuivre leurs investigations dans le Sud-Est, où le premier aimait à se ressourcer avec son alter ego Claude Verdier, jusqu’au décès de ce dernier en 1997.

 

 

https://www.purepeople.com/article/affaire-matzneff-enquete-difficile-preuves-introuvables-et-prescription_a377927/1

Affaire Matzneff : Enquête difficile, preuves introuvables et prescription

 

Difficile investigation pour les policiers en charge de l’enquête ouverte à l’encontre de Gabriel Matzneff. Entre le délai de prescription et le manque de témoins, le bureau du procureur pourrait désespérer, mais les enquêteurs s’acharnent.

 

L’enquête dans l’affaire Matzneff piétine. Le 11 février 2020, le procureur de Paris a lancé un appel à témoins pour retrouver d’éventuelles « victimes oubliées », mais, à ce jour, aucun témoin ne s’est déclaré auprès de la police. « Comme dans l’affaire Epstein, nous n’avons que des faits très anciens ne pouvant plus faire l’objet de poursuites. La majorité concerne des femmes qui ont refait leur vie », détaille une source dans les colonnes du Parisien. Car le délai de prescription est bel et bien l’un des freins majeurs de cette enquête policière.

 

Chou blanc aussi côté perquisitions. Les policiers sont en quête de documents (photos et écrits) non publiés. Gabriel Matzneff a déjà évoqué des journaux intimes destinés à une publication posthume. Toujours selon l’écrivain déchu, une partie de ses écrits seraient conservés et cachés par Christian Giudicelli, 64 ans, qui fut son éditeur.

Côté témoin, Christophe Girard, actuel adjoint d’Anne Hidalgo en charge de la culture, a été entendu par l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) à Nanterre. L’homme, ancien maire de 4e arrondissement, a dû justifier de ses liens avec Matzneff. Dans les années 80, Girard était l’assistant personnel d’Yves Saint Laurent. Il aurait réglé plusieurs chambres d’hôtel pour l’écrivain en vue de ses escapades avec Vanessa Springora, alors encore mineure. Matzneff était, en ce temps, largement soutenu financièrement par le couturier et dans le viseur de la brigade des mineurs. « Le collaborateur d’Yves Saint Laurent, ce charmant Christophe Girard que j’ai vu l’autre jour, m’a appelé ce matin pour m’annoncer que leur Fondation allait désormais prendre en charge ma note d’hôtel », a écrit Gabriel Matzneff dans son journal. Interviewé le 13 février 2020 par Le Parisien, Christophe Girard a avoué s’être occupé de sa chambre d’hôtel tout en affirmant n’avoir jamais su quoi que ce soit concernant de quelconques activités pédophiles. « À l’époque, je ne savais pas qu’il cherchait à échapper à la brigade des mineurs. »

L’enquête à l’encontre de Gabriel Matzneff a été ouverte par le parquet de Paris le 3 janvier 2020, 24 heures après la sortie du livre Le Consentement, ouvrage accusateur de Vanessa Springora, directrice des Éditions Julliard. Dans son livre, elle raconte comment elle a été séduite par Gabriel Matzneff alors qu’elle n’avait même pas 14 ans. L’éditrice a été entendue fin janvier par les enquêteurs, mais les faits la concernant sont prescrits. Elle est à ce jour la seule femme à avoir témoigné contre l’écrivain de 83 ans.

Le 05 Mars 2020 – 22h55

 

 

https://www.actualitte.com/article/monde-edition/affaire-matzneff-un-editeur-de-gallimard-inquiete-alors-qu-un-proces-s-ouvre/99225

Affaire Matzneff : un éditeur de Gallimard inquiété alors qu’un procès s’ouvre

 

Antoine Oury – 12.02.2020

Après le récit d’une des victimes, Vanessa Springora, dans le livre Le Consentement, ce que l’on désigne désormais comme l’affaire Matzneff prend une autre tournure avec des suites judiciaires. L’enquête menée par l’Office central pour la répression des violences aux personnes s’est intéressée à la place de l’éditeur de Matzneff chez Gallimard, Christian Giudicelli, tandis qu’un procès s’ouvre contre l’écrivain à Paris.

Affaire Gabriel Matzneff : l'enquête continue de progresser dans Corruption Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202020-01-03%20a%CC%80%2013_19_31(2)
Gabriel Matzneff

 

Cité à comparaître à la chambre correctionnelle du tribunal de Paris par l’association L’Ange Bleu en janvier dernier pour « provocation à commettre des atteintes sexuelles et des viols sur mineurs » ainsi que pour « apologie de crime », l’écrivain Gabriel Matzneff a fait l’objet d’une première audience ce mercredi matin.

L’association a évoqué plusieurs articles, parus dans l’Obs, le Parisien et l’Express, ainsi que le récit fait par la principale intéressée de sa relation avec Vanessa Springora dans le livre Le Consentement, publié par les éditions Grasset, rapporte l’AFP. L’association maintient ses accusations, estimant que Matzneff est coupable d’apologie « de crime de viol aggravé ».

Ce sont donc les écrits de Matzneff qui sont visés, raison pour laquelle l’audience s’est tenue devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée dans les affaires touchant à la liberté d’expression et à la presse. L’écrivain sera jugé le 28 septembre 2021.

L’association L’Ange bleu, qui lutte contre les actes pédophiles et accompagne les victimes, estime que « Gabriel Matzneff a toujours cherché à normaliser la pédophilie, racontant ses aventures avec des mineurs dans ses ouvrages et autres publications ».

Un exil et des soutiens disparus

Exilé en Italie depuis la parution du livre Vanessa Springora, l’écrivain français a accepté de se confier au New York Times, qui a diffusé l’article en français. Comme il l’a déjà fait depuis le début de l’affaire qui porte son nom, Matzneff affirme ne ressentir aucun regret vis-à-vis de ses actes ou de ses écrits, affirme l’auteur de l’article, qui a rencontré l’écrivain en Italie.

Sur BFMTV, fin janvier, ce dernier avait toutefois tenu d’autres propos, expliquant : « On faisait des choses interdites. C’était tout à fait regrettable. Un touriste, un étranger, ne doit pas se comporter comme ça. »

« Qui sont-ils pour juger leurs semblables ? », s’interroge Gabriel Matzneff auprès du journal américain. « Des associations pour la vertu, et eux comment ils couchent, qu’est-ce qu’ils font au lit et avec qui ils couchent, et leurs désirs secrets et refoulés ? »

Au cours de la conversation, l’écrivain évoque ceux qui l’ont soutenu, accueilli, et déplore « leur lâcheté », assurant qu’il est désormais « très, très seul ». Le journal américain évoque par exemple les rôles joués par Christophe Girard, adjoint à la mairie de Paris chargé de la culture, ou Emmanuel Pierrat, avocat très en vue dans le monde littéraire et président du PEN Club français, dans le devenir de Matzneff ou de son oeuvre. Autant de soutiens qui, depuis l’affaire, se font plus discrets.

Perquisition chez Gallimard

Un des soutiens de Gabriel Matzneff, Christian Giudicelli, son éditeur et « compagnon de voyage aux Philippines », romancier et membre du comité de lecture des éditions Gallimard, fait l’objet d’une enquête de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP).

Participant aux voyages de Matzneff à l’étranger, Giudicelli évoque dans ses propres textes des expériences partagées avec l’écrivain dénoncé par Vanessa Springora, dans des oeuvres explorées dans un article de Mediapart.

Des personnalités de l’édition s’engagent contre
le sexisme et les violences sexuelles

Giudicelli évoque même, dès son premier roman Une leçon particulière (1968), des relations sexuelles avec des mineures : « À moi les filles. Dès quatorze ans elles m’intéressent et jusqu’à vingt-trois. Déflorer les vierges, j’adorerai ça. [...] Déchirer la jupe courte, ouvrir les cuisses. Mordre. Les yeux révulsés. Le cri. Satisfaire mon goût du saccage. Plus je détruirai, plus je serai fort. » La justice déterminera si ces phrases relèvent de la fiction ou si elles trahissent, comme chez Matzneff, une expérience vécue.

Dans l’article du New York Times, Christian Giudicelli est également cité par Matzneff, qui assure que ce dernier a dissimulé des lettres et des photographies de Vanessa Springora qui auraient pu mettre en difficulté son compagnon de voyage.

 

https://www.nouvelobs.com/justice/20200227.OBS25395/info-obs-affaire-matzneff-philippe-sollers-et-christian-giudicelli-entendus-par-la-police.html

INFO OBS. Affaire Matzneff : Philippe Sollers et Christian Giudicelli entendus par la police

 

L’écrivain et l’éditeur ont été auditionnés en tant que témoins mi-février. Par ailleurs, au terme de six perquisitions, dont une dans un coffre de banque, les enquêteurs ont récolté plus de 150 cartons d’archives.

 

Par Caroline Michel-Aguirre

Publié le 27 février 2020 à 22h42 Mis à jour le 28 février 2020 à 10h01

Temps de lecture 2 min

 

Le 13 février, à 10 heures, Philippe Sollers s’est présenté à l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), à Nanterre. L’écrivain a été entendu par les policiers chargés de l’enquête préliminaire pour « viols sur mineurs de moins de 15 ans » ouverte à l’encontre de Gabriel Matzneff. Saisis le 3 janvier, à la suite de la publication du livre de Vanessa Springora « le Consentement » (toujours en tête des ventes), les enquêteurs recherchent de potentielles victimes pour qui les faits ne seraient pas prescrits (le délai de prescription pour les viols sur mineurs est de vingt ans à partir de la majorité des victimes pour les faits antérieurs à août 2018), ainsi que d’éventuels complices des relations que Gab

Pour lire les 75 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.

 

 

https://www.lepoint.fr/faits-divers/italie-l-hotel-ou-s-est-refugie-gabriel-matzneff-perquisitionne-27-02-2020-2364806_2627.php

Italie : l’hôtel où s’est réfugié Gabriel Matzneff perquisitionné

 

L’écrivain est soupçonné d’avoir emporté un journal intime retraçant la période 1989-2006 qui pourrait mettre au jour de nouvelles victimes.

 

Source AFP

Publié le 27/02/2020 à 14:27 | Le Point.fr

 

L’enquête se poursuit jusqu’en Italie. L’hôtel dans lequel s’est réfugié Gabriel Matzneff depuis la sortie du livre de Vanessa Springora, non loin de la frontière française, a été perquisitionné le 26 février dans l’enquête pour « viols sur mineur » de moins de 15 ans qui vise l’écrivain, a appris l’Agence France-Presse de source judiciaire. Gabriel Matzneff, 83 ans, réfugié à Bordighera, sur la côte ligure, depuis le début de l’affaire, est soupçonné d’avoir emporté des archives utiles à l’enquête, a précisé une source proche du dossier.

L’enquête a été ouverte le 3 janvier, au lendemain de la parution du roman autobiographique Le Consentement de Vanessa Springora. Elle y dénonce sa relation sous emprise avec l’écrivain alors qu’elle était mineure, dans les années 1980. La perquisition a été menée par la police italienne sous l’autorité du parquet de Gênes, en présence d’enquêteurs français de l’Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP), dans le cadre d’une demande d’entraide européenne du parquet de Paris. Une perquisition avait déjà eu lieu à Paris à son domicile le 13 février.

close
volume_off

Lire aussi Gabriel Matzneff a été fiché par les services de renseignements

Les enquêteurs s’intéressent à différents écrits de Matzneff afin de rechercher de potentielles victimes : l’écrivain a raconté de manière quasi quotidienne ses activités dans ses journaux publiés qui concernent les années 1953 à 1988, puis 2007 à 2018. Dans ses Carnets noirs, parus en 2009, Gabriel Matzneff relevait que manque à l’appel son « journal intime de 1989 à 2006 [...], dix-huit années où je pétais le feu, ai vécu mille aventures, prenais beaucoup de notes ».

Ne pas oublier de victimes

Dans un ouvrage ultérieur, La Jeune Moabite, paru en 2017, il expliquait que ces pages étaient « présentement enfouies dans le coffre-fort d’Antoine Gallimard ». Les éditions Gallimard ont fait l’objet d’une perquisition le 12 février. Gabriel Matzneff racontait aussi que n’étaient pas parues « deux cents pages censurées » pourtant « prêtes à la publication » de certains journaux intimes concernant les années 1974 à 1986. Dans un entretien avec l’ex-site Biffures, en 2008, l’auteur expliquait cette « autocensure », car des passages risquaient d’être « jugés spécialement scandaleux ». L’écrivain a confié une large partie de ses archives, y compris des lettres qui lui étaient adressées ou des photos, à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, en périphérie de Caen. Ces documents ont fait l’objet d’une « demande de transmission », selon la source judiciaire.

Lire aussi Vanessa Springora : un « Consentement » sous emprise

Gabriel Matzneff, qui revendiquait dans ses livres son attirance pour les « moins de 16 ans » et pour le tourisme sexuel avec de jeunes garçons en Asie, a pendant longtemps été toléré, voire encensé, dans le monde littéraire parisien. Selon une autre source proche du dossier, les enquêteurs s’intéressent aussi à Christian Giudicelli, son éditeur au sein de Gallimard et compagnon de voyage aux Philippines. Dans le cadre de cette enquête, un appel à témoins a été diffusé le 11 février. Le procureur de Paris Rémy Heitz a expliqué qu’il s’agissait d’éviter qu’il y ait « des victimes oubliées ». Gabriel Matzneff a affirmé, fin janvier, « regretter » ses pratiques pédophiles passées en Asie, tout en faisant valoir qu’« à l’époque [...] jamais personne ne parlait de crime ».

Lire aussi Quand la brigade des mineurs surveillait discrètement Matzneff

La rédaction vous conseille

Pourquoi Gabriel Matzneff a (jusqu’ici) échappé à la justice
Retrait des livres de Gabriel Matzneff : quels risques pour les éditeurs ?

 

 

https://www.lepoint.fr/justice/affaire-matzneff-christophe-girard-entendu-comme-temoin-par-les-enqueteurs-04-03-2020-2365768_2386.php

Affaire Matzneff : Christophe Girard entendu comme témoin par les enquêteurs

 

Les enquêteurs s’intéressent notamment au soutien financier dont a bénéficié l’écrivain. L’adjoint à la culture d’Anne Hidalgo nie toute proximité.

 

Source AFP

Publié le 04/03/2020 à 16:20 | Le Point.fr

 

L’enquête pour « viols sur mineurs » qui vise l’écrivain Gabriel Matzneff se poursuit. C’est Christophe Girard, adjoint à la culture d’Anne Hidalgo à la Mairie de Paris, qui était entendu ce mercredi en tant que témoin, selon les indications d’une source proche du dossier à l’Agence France-Presse. Christophe Girard s’est présenté vers 15 heures à l’Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP) à Nanterre, a constaté un journaliste de l’Agence France-Presse. Les enquêteurs s’intéressent notamment au soutien financier dont l’écrivain a bénéficié dans les années 1980 de la part de la Maison Yves Saint Laurent, dont Christophe Girard a été secrétaire général entre 1986 et 1987.

L’éditrice Vanessa Springora a publié début janvier un roman autobiographique, Le Consentement,  dans lequel elle dénonce les ravages de sa relation sous emprise avec l’écrivain Gabriel Matzneff, pédophile revendiqué, dans les années 1980. C’est au lendemain de la publication de ce témoignage, le 3 janvier, qu’une enquête pour « viols sur mineurs » a été ouverte par le parquet de Paris. Les enquêteurs ont depuis procédé à plusieurs perquisitions, notamment chez Gallimard, l’un de ses éditeurs, au domicile parisien ainsi qu’à l’hôtel italien où réside actuellement celui qui revendiquait dans ses livres son attirance pour les « moins de 16 ans » et pour le tourisme sexuel avec de petits garçons en Asie.

Lire aussi Quand la brigade des mineurs surveillait discrètement Matzneff

Le soutien de la Maison Yves Saint Laurent

Dans un article intitulé « Un écrivain pédophile sur le banc des accusés. Et les élites françaises aussi », le New York Times a rappelé le 11 février comment Gabriel Girard avait, en 1987, apporté une aide financière à Gabriel Matzneff. L’auteur lui-même a écrit dans La Prunelle de mes yeux, son journal des années 1986-1987, que Christophe Girard, alors secrétaire général de la Maison Yves Saint Laurent, lui avait annoncé que la maison de couture financerait, « aussi longtemps qu’il le souhaite », les frais de l’hôtel dans lequel il vivait à l’abri des regards dans le quartier de Saint-Germain-des-Près. Gabriel Matzneff, longtemps toléré, voire encensé, dans le monde littéraire parisien, voyait régulièrement dans cet hôtel Vanessa Springora, alors âgée de 15 ans.

Lire aussi Gérald Bronner – Affaire Matzneff : le moment de la fureur morale

Interrogé récemment par l’Agence France-Presse, Christophe Girard avait nié toute proximité avec Gabriel Matzneff. « La personne avec laquelle je vis depuis vingt-cinq ans ne l’a jamais rencontré, avait-il dit. Un ami proche, c’est quelqu’un qui part en vacances avec vous, qui dîne chez vous, chez qui vous allez. Eh bien, ce n’est pas le cas ! »

La rédaction vous conseille

Affaire Matzneff – « C’était une autre époque » : un argument valable qui n’excuse rien
Sastre – Affaire Matzneff : les ravages de l’air du temps
Pourquoi Gabriel Matzneff a (jusqu’ici) échappé à la justice
Affaire Matzneff : un « appel à témoins » lancé pour retrouver d’éventuelles victimes
Patrick Besson – Moix, Matzneff, Griveaux, Handke et Polanski sont dans un bateau
Patrick Besson – Extraits de Matzneff

 

 

https://www.valeursactuelles.com/societe/affaire-matzneff-ladjoint-la-culture-dhidalgo-entendu-par-les-enqueteurs-115926

Affaire Matzneff : l’adjoint à la culture d’Hidalgo entendu par les enquêteurs

 

Par

/ Mercredi 4 mars 2020 à 17:05 39

 dans Crime

Christophe Girard. Photo © ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Autrefois collaborateur d’Yves Saint-Laurent, Christophe Girard aurait protégé l’écrivain dans les années 1980.

Le 11 février dernier, Le New York Times retrouvait Gabriel Matzneff sur les bords de la Riviera italienne pour évoquer avec lui tous ceux qui l’ont lâché depuis le début de l’affaire et les révélations de l’écrivaine, Vanessa Springora. L’écrivain était revenu sur des années passées à ne rien cacher, notamment dans ses ouvrages. Et parmi les personnalités mises en cause, on trouvait notamment Christophe Girard, actuel adjoint à la culture d’Anne Hidalgo à la mairie de Paris. Ce mercredi 4 mars, ce dernier a été entendu en audition libre par l’Office central pour la répression aux personnes (OCRVP), dans le cadre de l’enquête visant Gabriel Matzneff, rapporte notamment franceinfo.

Dans les années 1980, Gabriel Matzneff qui vivait avec Vanessa Springora (alors mineure) cherchait un abri plus sûr. Il s’installe alors dans un hôtel, apprenait-on dans l’interview du New York Times ; Gabriel Matzneff y expliquait que les factures étaient alors réglées par le couturier Yves Saint-Laurent, un de ses proches, mais surtout par l’entremise d’un de ses collaborateurs : Christophe Girard. Pendant deux ans, Gabriel Matzneff pouvait donc vivre « caché ». « Nous nous occupons de tout, les repas, tout », avait glissé l’écrivain en rapportant les paroles de Christophe Girard. « Pour nous, c’est une goutte d’eau, ce n’est rien, nous vous aimons beaucoup », avait alors ajouté l’adjoint d’Anne Hidalgo.

Sur le même sujet

 

Une prime à vie, rare

Outre cette affaire de factures d’hôtel, Christophe Girard aurait aussi agi d’une autre manière, quelques années plus tard, en 2002 précisément, alors qu’il était devenu adjoint à la Culture du maire de Paris. Selon le New York Times, il aurait « fait pression » afin que Gabriel Matzneff obtienne une allocation annuelle à vie du Centre National du Livre. Une distinction très rare selon l’Opinion, qui expliquait cela le 3 janvier. Invité à réagir par le média américain, Christophe Girard avait refusé toute sollicitation.

Durant toutes ces années, l’écrivain a bénéficié du soutien de plusieurs personnalités de l’époque, à commencer par l’ancien président de la République, François Mitterrand, qui avait réalisé un article très élogieux à son égard après avoir découvert ses collections d’essais Le Défi. Mais Gabriel Matzneff eut également le soutien de Christian Giudicelli, Prix Renaudot en 1986, et avec qui il est parti de nombreuses fois en voyage. C’est ce dernier qui avait caché des photos compromettantes de l’écrivain avec Vanessa Springora et qui l’avait appuyé afin qu’il obtienne le Prix Renaudot (Essais) à son tour en 2013. Aujourd’hui, Gabriel Matzneff est reclus dans son hôtel de la Riviera italienne et explique être « trop malheureux ».

 

 
http://www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-matzneff-christophe-girard-adjoint-a-la-mairie-de-paris-entendu-par-les-enqueteurs-04-03-2020-8272317.php

Affaire Matzneff : Christophe Girard entendu, l’enquête dans l’impasse

 

L’adjoint à la mairie de Paris a été auditionné ce mercredi. Il avait réglé des chambres d’hôtel pour l’écrivain. Mais les investigations se heurtent aux problèmes de prescription.

 

 Christophe Girard dit avoir soutenu l’écrivain Gabriel Matzneff, mais il dément avoir eu connaissance de sa relation avec Vanessa Springora.
Christophe Girard dit avoir soutenu l’écrivain Gabriel Matzneff, mais il dément avoir eu connaissance de sa relation avec Vanessa Springora. LP/Philippe Lavieille

 

Par Jean-Michel Décugis et Jérémie Pham-Lê

Le 4 mars 2020 à 15h19, modifié le 5 mars 2020 à 17h43

Maison d’édition fouillée, écrivains retraités entendus, manuscrits saisis… Depuis l’ouverture le 3 janvier de l’enquête pour « viols sur mineurs » visant Gabriel Matzneff, les policiers ont mené une dizaine d’auditions et de perquisitions, en France et jusqu’en Italie, où le sulfureux écrivain s’est réfugié depuis l’éclatement du scandale sur ses liaisons pédophiles présumées.

Un zèle qui soulève un certain paradoxe : la justice recherche, de façon hâtive mais tardive, des témoignages de victimes de faits non prescrits susceptibles de mettre en cause Gabriel Matzneff. Or, l’auteur n’a jamais caché de nombreuses relations sexuelles avec des adolescents dans ses écrits publiés depuis les années 1970.

Cette enquête laborieuse a emprunté ce mercredi 4 mars un détour inattendu… par la mairie de Paris en pleine campagne. Comme nous l’avons révélé, Christophe Girard, actuel adjoint d’Anne Hidalgo en charge de la culture, a été entendu sous le statut de témoin. Arrivé peu avant 15 heures dans les locaux de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) à Nanterre (Hauts-de-Seine), il en est ressorti dans la soirée.

Des nuits d’hôtels réservées

L’ancien maire socialiste du IVe arrondissement, âgé de 64 ans, a été entendu sur ses liens avec Gabriel Matzneff, dont il fut un ardent soutien. Et particulièrement sur un épisode remontant aux années 1980, révélé par le New York Times : alors qu’il était l’assistant personnel d’Yves Saint Laurent, Christophe Girard a été chargé de régler des séjours à l’hôtel pour le compte de Gabriel Matzneff à Paris. Or, l’écrivain profitait de cet hébergement temporaire pour rencontrer discrètement son amante Vanessa Springora, alors adolescente. L’auteur était, à cette période, dans le collimateur de la brigade des mineurs, mais n’a finalement jamais été traduit en justice.

Christophe Girard aurait apporté ce soutien financier à Gabriel Matzneff à la demande du compagnon d’Yves Saint Laurent, Pierre Bergé, qui a fourni ses fonds propres. Le couturier et l’homme d’affaires comptaient parmi les nombreux bienfaiteurs de Gabriel Matzneff dans le milieu artistique et intellectuel parisien.

Contacté, Christophe Girard était injoignable hier soir. Dans une interview au Parisien, il avait affirmé n’avoir jamais eu connaissance des activités pédophiles présumées de l’écrivain : « Oui, je me suis occupé de sa chambre d’hôtel. A l’époque, je ne savais pas qu’il cherchait à échapper à la brigade des mineurs. ». Ce séjour à l’hôtel, avait indiqué l’élu, devait permettre à Gabriel Matzneff, alors malade, de recouvrer sa santé. Il aurait duré huit mois.

Christophe Girard avait aussi minimisé sa proximité avec l’homme dont il a aidé à obtenir une aide financière du Centre national du livre : « Ce n’est pas un ami proche, c’est une relation amicale. […] On ne l’a pas soutenu parce qu’il était pédophile, mais parce que c’était un écrivain en difficulté. »

LIRE AUSSI > Cinq minutes pour comprendre l’affaire Matzneff

A ce jour, aucun témoin interrogé par les policiers n’a livré d’informations permettant d’identifier d’éventuelles victimes récentes de Gabriel Matzneff. L’appel à témoins lancé par le parquet de Paris, le 11 février, n’a pas été décisif.

« Comme dans l’ affaire Epstein, nous n’avons que des faits très anciens ne pouvant plus faire l’objet de poursuites. La majorité concerne des femmes qui ont refait leur vie », confie un proche des investigations.

Tel est le cas de l’écrivaine Vanessa Springora qui décrit dans son livre « le Consentement » une liaison sous emprise avec l’écrivain. C’est la publication de cet ouvrage qui a poussé la justice à ouvrir une enquête. « A son âge aujourd’hui, Matzneff n’est plus un sex-symbol. Mais cela ne signifie pas qu’il n’existe pas d’autres victimes, notamment à l’étranger », assure une autre source proche de l’enquête. L’écrivain est notamment soupçonné de s’être livré à du tourisme sexuel en Asie.

PODCAST. Affaire Matzneff : comment Vanessa Springora s’est reconstruite par l’écriture

Les policiers recherchent à tout prix des manuscrits non expurgés de Gabriel Matzneff, ainsi que ses fameux journaux intimes. L’écrivain avait lui-même évoqué l’existence de ces écrits inédits, qui couvriraient la période 1989-2016, et qu’il envisageait de publier après sa mort.

Ces documents pourraient contenir des informations sur des agissements pédophiles inconnus de l’écrivain. C’est pourquoi les enquêteurs ont récemment perquisitionné le domicile parisien de Gabriel Matzneff ainsi que sa chambre d’hôtel à Bordighera (Italie). D’après nos informations, les policiers italiens ont saisi son ordinateur et celui-ci est en cours d’analyse. Des perquisitions ont également été menées au siège de Gallimard ainsi que dans un entrepôt, hors région parisienne, où sont stockées des archives de la maison d’édition.

Philippe Sollers lui aussi interrogé

En février, deux amis intimes de Gabriel Matzneff ont par ailleurs été auditionnés, ainsi que l’a révélé « L’Obs ». D’abord, Christian Giudicelli, 64 ans. « Complice fidèle » de l’écrivain accusé de pédophilie, il fut aussi son éditeur. Son domicile a été perquisitionné. D’après Matzneff, Giudicelli aurait accepté de cacher des documents compromettants − photos et écrits − étayant ses relations avec des mineurs. Tous deux auraient également voyagé aux Philippines.

Philippe Sollers, écrivain auréolé de plusieurs distinctions littéraires, a aussi été interrogé. En audition, les deux hommes ont estimé que Gabriel Matzneff n’avait rien commis de répréhensible.
 

 

https://www.midilibre.fr/2011/08/01/quand-la-commune-inspirait-deux-artistes,364727.php

Quand la commune inspirait deux artistes

  • Christian Giudicelli peint par son ami Claude Verdier.

    Christian Giudicelli peint par son ami Claude Verdier. © D.R
Publié le 01/08/2011 à 00:00 / Modifié le 01/08/2011 à 00:00

 

Quelques articles récents concernant La Roque ont brièvement mentionné les noms de Christian Giudicelli et de Claude Verdier : deux artistes talentueux dont les œuvres ont valorisé la région, bien au-delà des frontières. Ils ont, maintes fois, puisé leur inspiration, l’un pour la peinture, l’autre pour la littérature, dans le charme des vieux villages locaux, les faisant ainsi apprécier par un très large public.

Claude Verdier (1932-1997) quittait régulièrement Paris pour se ressourcer dans sa maison familiale à Goudargues, où sa mère enseigna le piano à plusieurs générations de Goudarguais. Par ses créations picturales, Claude recherchait inlassablement à percer le mystère de la nature et des vieilles bâtisses. Le site de La Roque l’attirait tellement qu’il lui consacra un livre et une exposition dans la capitale en 1971. Par cinq fois, la galerie d’art Anne-Colin exposa ses tableaux. Petite anecdote : cette galerie, située rue Mazarine, recevait à chaque fois, un visiteur de marque, François Mitterrand qui appréciait particulièrement Goudargues. En 2011, le domaine de Bel-Air rend hommage à Claude ; l’étiquette apposée sur les bouteilles de la cuvée, médaille d’or 2010, est une pointe sèche de l’artiste représentant La Roque.

Ces années de création artistiques (théâtres, décors, expositions, conférences etc.), Claude les a partagées avec son compagnon Christian Giudicelli.

Ce dernier, Nîmois de naissance, est devenu un homme de Lettres récompensé par les prix les plus prestigieux (prix Valéry-Larbaud, prix Jean-Freustié, prix Renaudot en 1986 pour le livre Station balnéaire). Son dernier ouvrage Square de la couronne (2010) se passe à Nîmes. Ses émissions sur France Culture ont séduit un large public. Il est conseiller littéraire chez Gallimard.

Fidèle à la mémoire de Claude et de leurs souvenirs communs de La Roque, Christian a accepté avec joie de préfacer le tout nouveau livre de Mme Frach-Descazeaux intitulé Vivre à La Roque au XVIIIe siècle ». (Midi Libre du 23 juillet 2011).

« Je ressens ce village, tout en traits coupés, comme l’étape d’un ultime pèlerinage », écrivait leur ami commun Boris Schreiber, lui aussi prix Renaudot.

Correspondant : 06 60 09 59 49

Midi Libre

 



Cyprien Luraghi s’essouffle déjà avec sa nouvelle machine à clics

C’est très net dans toutes mes statistiques de blog (voir ci-dessous).

En voici l’explication :

 

Cyprien Luraghi s'essouffle déjà avec sa nouvelle machine à clics uWNcJ6ak_bigger
La menace du Cantal
@salejul
·

1h

Les moulins c’était mieux à vent
Show this thread

 

 

 
6 févr. 2020 – 6 mars 2020

 

Cyprien Luraghi s'essouffle déjà avec sa nouvelle machine à clics dans Corruption Blogger%25C2%25A0_%2BSatanistique%2B-%2BVue%2Bd%2527ensemble%2Bdes%2Bstatistiques%2B1%2B-%2Bwww.blogger.com

 

Pages vues par pays

70702 4802 480
Entrée Pages vues
France
2480
États-Unis
1572
Russie
415
Allemagne
214
région indéterminée
166
Philippines
164
Irlande
131
Ukraine
80
Pays-Bas
72
Royaume-Uni
70

 

 

28 févr. 2020 12:00 – 6 mars 2020 11:00

 

Blogger%25C2%25A0_%2BSatanistique%2B-%2BVue%2Bd%2527ensemble%2Bdes%2Bstatistiques%2B2%2B-%2Bwww.blogger.com dans Crime

 

Pages vues par pays

771 1441 144
Entrée Pages vues
États-Unis
1144
France
452
Irlande
99
Allemagne
86
Philippines
65
Ukraine
33
Russie
23
région indéterminée
16
Australie
9
Canada
7

 

 

5 mars 2020 12:00 – 6 mars 2020 11:00

 

Blogger%25C2%25A0_%2BSatanistique%2B-%2BVue%2Bd%2527ensemble%2Bdes%2Bstatistiques%2B3%2B-%2Bwww.blogger.com dans Folie

 

Pages vues par pays

225656
Entrée Pages vues
États-Unis
56
France
55
Irlande
41
Allemagne
32
Philippines
6
région indéterminée
4
Ukraine
4
Inde
2
Russie
2
Thaïlande
2

 

 

 

Satanistique.blogspot.fr

Page View Activity

 

Date Heure Système Location / Language Host Name/Web Page/Referrer
6 Mar 10:08:57 IE 9.0
WinVista
1024×768
us dans Insolent - Insolite Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 09:20:54 IE 9.0
Win7
1024×768
us dans Luraghi Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 08:52:23 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 08:00:33 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 05:40:11 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 05:32:37 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
6 Mar 00:41:14 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 23:39:40 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 23:13:50 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 21:16:10 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 20:54:37 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 20:36:00 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 20:30:18 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 19:57:00 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 19:44:08 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 19:43:06 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 18:57:48 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 18:18:38 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 17:39:24 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 17:30:25 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 16:50:55 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 16:44:53 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 16:35:01 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 15:43:25 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 15:24:25 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 15:00:01 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 14:52:32 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 14:12:58 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 14:08:01 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:55:14 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:32:56 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:15:15 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:12:54 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:11:05 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:07:08 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:04:32 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:04:00 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:02:10 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:02:10 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:01:25 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 12:00:14 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:58:42 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:56:00 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:54:45 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:54:10 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:51:48 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:51:25 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:51:18 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:49:31 IE 9.0
WinVista
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
5 Mar 11:48:41 IE 9.0
Win7
1024×768
us Chicago,
Illinois,
United States / en-us
Microsoft Azure (23.100.232.233)  

(Pas de lien référant)
All (34 hours of log)

Page 1 of 9

Last 24 Hours

 



Géant : comment le roi des fous me traite de « putaclic » !

Il branche des machines à clics sur mes blogs, comme la toute nouvelle sur Satanistique il y a deux jours, quand mes publications ou les réactions de mes hébergeurs à ses demandes de suppression le font sortir de ses gonds.

C’est ce qu’il a précisé dans la journée d’hier sur Twitter en réponse à mes publications de ces deux derniers jours sur son délire cliquant :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/04/un-de-mes-lecteurs-de-satanistique-a-manifestement-pete-un-cable/

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/03/05/corruption-de-magistrats-dans-le-finistere-mon-information-est-validee/

 

Tweet

See new Tweets

Conversation

Géant : comment le roi des fous me traite de
Jean-Louve du Kentucky

@Coeur_de_rocker
·

6h

Pas de réponse et compte passé en privé. Les représentants du « quatrième pouvoir » sont bien plus prolixes quand il s’agit de casser que de réparer.
Quote Tweet
8A4r3nYv_normal dans Attentats
Jean-Louve du Kentucky

@Coeur_de_rocker
· 7h
Replying to @AudreyKucinskas
« Quand la course à l’audience tue le journalisme » : vous avez, à vous seule, signé 9 articles en 5 jours sur le sujet ligue du lol l’année dernière. Un chiffre pour le moins étonnant. C’était sous la pression de votre direction ?
wacpeS_-_bigger dans Calomnie
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi
Replying to

Faudrait inventer un terme plus fort que « putaclic »…
Translate Tweet
5:51 PM · Mar 5, 2020·Twitter Web App

 

 

 

MDR !

Je n’y avais jamais pensé.

Sachant que j’ai affaire à un calculateur particulièrement retors, je cherchais plutôt une explication de ce côté-là sans très bien comprendre à quoi il jouait.

Je rappelle ici avoir quasiment toujours eu au mieux une centaine de lecteurs par jour toutes publications confondues, ce qui ne fait vraiment pas lourd une fois décomptés le premier d’entre eux, à savoir le cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi lui-même, puis tous ses complices « déconnologues », ses complices pédophiles, ses complices du grand banditisme, ses complices islamistes et tous ceux de l’extrême-gauche.

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pi%C3%A8ge_%C3%A0_clics

Piège à clics

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un piège à clics1 ou un attrape-clics2 (de l’anglais, clickbait [ˈklɪkbeɪt]3 : « appât à clics »), appelé vulgairement pute à clics, ou putaclic, est un contenu Web destiné exclusivement à attirer le maximum de passages d’internautes afin de générer des revenus publicitaires en ligne, au mépris de toute autre considération. Chaque clic rapporte de l’argent au créateur de l’article donc il y a une réelle motivation économique. Pour ce faire, il s’appuie sur un titre racoleur, voire mensonger4, et sur des éléments sensationnels ou émotionnels au détriment de la qualité ou de l’exactitude (avec un basculement possible vers les fake news5). Le piège à clics sert à attirer les clics à peu de frais et à encourager le transfert d’un contenu sur les réseaux sociaux. Selon Ryte Wiki – l’encyclopédie du marketing digital, le contenu web n’est pas en accord avec les valeurs du lecteur, il ne lui apportera pas de culture puisque ce sont généralement des informations inutiles, il ne s’agit ni d’une présentation, ni d’un produit.

B. Bathelot – professeur agrégé de marketing, propose un autre point de vue du phénomène de piège à clics : pour lui, c’est une technique publicitaire discutable qui vise à faire croire qu’il est possible d’interagir par un clic au sein du bandeau, alors que le clic provoque en fait, un renvoi classique vers le site de l’annonceur.

Principe

Les pièges à clics exploitent le fait que les gens sont curieux de nature (technique du curiosity gap, « écart de curiosité », expression forgée par George Loewenstein (en)6). Les clickbaits fournissent assez d’information pour éveiller la curiosité des gens mais pas assez pour la combler, afin d’inciter les gens à cliquer sur le lien associé pour en savoir plus7,8,9. Selon Renaud Demaret – formateur en web marketing, ce mécanisme exploite les tendances naturelles de l’être humain comme le voyeurisme et le sensationnalisme.

Les pièges à clics s’intéressent à la psychologie pour attirer le maximum de personnes. Ils utilisent les émotions. Les créateurs définissent une cible puis choisissent les couleurs, les images, les titres accrocheurs les plus enclins à engendrer le maximum de clics. 10

On trouvera ainsi souvent des titres sensationnalistes, mystérieux, courts, concis, directs et clairs 10 tels que « Vous ne croirez jamais ce qui arrive à cette personne quand… », « Le Top 10 des plus… Le 3e est incroyable ! », souvent accompagnés de visuels racoleurs, mettant éventuellement en scène des jeunes femmes peu vêtues. Nous pouvons retrouver ce genre de « gros titres » dans les posts de blogs, les actualités et les vidéos.

D’après Renaud Demaret, le phénomène de piège à clics possède 8 stratégies principales : la surprise – l’inattendu ; les questions directes ; les faussés traumatiques ; la négativité – menace ; les « comment ? » ; les nombres ; nommer concrètement un groupe / l’audience ; les cas précis (étude de cas). Autre stratégie des articles utilisant le système de piège à clics : le choix d’utiliser des adjectifs forts, des verbes actifs etc. Le but est d’attirer la curiosité du lecteur et de créer de l’émotion.

Histoire et réactions

Au début des années 2010, l’omniprésence des pièges à clics sur Internet a eu un impact négatif sur l’image qu’ont les internautes de cette technique9,11.

Il est aujourd’hui difficile de dresser une liste de tous les médias en ligne qui utilisent ce type de titres, tant il est ancré dans le modèle économique. Selon le magazine Libération, les réseaux sociaux, tel que Facebook sont les principaux concernés, mais chaque média possède sa spécificité pour gagner des clics et ainsi obtenir des revenus publicitaires en ligne.

En août 2014, Facebook a annoncé qu’il prenait des mesures, notamment le changement de son algorithme, pour réduire l’efficacité des contenus « attrape-clics » dans les fils d’actualité des utilisateurs de son réseau social12,13,14. Entre autres mesures, Facebook utilise le temps passé par un utilisateur sur une page pour mesurer la qualité de la page, c’est-à-dire qu’il ne supprime pas le clickbait, mais il le retarde dans le fil d’actualité de l’utilisateur pour laisser place à des publications plus pertinentes (Libération – Facebook filtre les pièges à clics – Août 2016)

Quelques années après, Facebook a donc décidé de durcir sa politique envers ces pièges à clics car pour ce réseau, le système de piège à clics allait finir par déteindre sur « l’expérience utilisateur » du réseau lui-même. C’est la forte baisse de visite sur ce réseau social qui a poussé Facebook a prendre de nouvelles mesures et à revoir leur configuration. En effet, selon Marking Land – un blog américain très sérieux sur le marketing digital, la portée organique des pages Facebook a chuté de 52% de Janvier à mi-Juillet 2016.

Une enquête des « décodeurs » du journal Le Monde a identifié fin 2018 un informaticien français du nom de Johann Fakra comme la tête d’un réseau d’une trentaine de sites clickbait de désinformation comprenant des sites et comptes Facebook de fausses informations à tendance sensationnaliste (Paye ton smile, Tranche de rire…), des sites complotistes (Cadoitsesavoir.fr, Onsaitcequonveutquonsache.com – supprimé en 2018 suite à des enquêtes -, La vérité sur notre monde, Réveillez-vous, Libre info, Esprits libres…) ou encore des sites de fausses informations de santé (Alter santé, Le Mag Santé, A ta bonne santé, Osons rêver d’un monde meilleur…) 15. La santé est en effet l’un des secteurs les plus touchés par les fake news des pièges à clics, avec des sites et fils Facebook très populaires comme Santé+Magazine (site détenu par un ancien cuisinier marocain reconverti dans l’e-business) avec plus de 7 millions d’abonnés, mais aussi Santenatureinnovation.com, Sante-nutrition.org ou Topsante.org, tous massivement partagés par des internautes naïfs16. Aucun de ces sites n’est tenu par des médecins diplômés (ou même un quelconque personnel médical qualifié), et une grande partie appartiennent à des officines opaques utilisant de fausses identités et de fausses adresses de siège social16. De même, la politique est un secteur très touché par les fakes news des pièges à clics.

Notes et références

1,2,3,4,5,6

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

  1. « 39 chiffres et statistiques incontournables sur Facebook en 2018 (et après) » [archive], sur Danilo Duchesnes, 26 décembre 2017 (consulté le 12 décembre 2019)

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo