La chlorpromazine contre le Covid-19 : compléments d’informations

On devrait toujours tout rechercher et lire avant de se lancer dans le commentaire… ce que je fais habituellement, autant que possible.

Cependant, hier, j’ai réagi à un article assez succinct de Nice Matin sur l’essai clinique « reCovery » qui avait été annoncé lundi, le premier que je venais de trouver sur le sujet, immédiatement après l’avoir lu et sans avoir pris le temps de chercher autre chose :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/05/05/un-antipsychotique-contre-le-covid-19/

Ayant moi-même mes petits problèmes de santé, j’émerge tout juste d’un épisode un peu difficile et n’ai pas encore toute ma tête ni tous mes réflexes habituels…

Je corrige aujourd’hui, après avoir déjà lu hier soir l’article de France Info, mais j’étais trop claquée pour reprendre tout de suite… et là, bizarrement, j’ai l’impression qu’il a été modifié sur plusieurs points… Est-ce la fatigue qui me joue des tours, ou non ?

Enfin, ce n’est pas grave, il tend toujours à confirmer que les psychiatres qui se lancent dans cet essai ont bien traité un taux non négligeable de leurs patients avec de la chlorpromazine, alors que d’autres médias, notamment Libération hier, disent bien comme moi que ce médicament est aujourd’hui peu prescrit. J’en ai déjà donné les raisons, assez logiques, évidentes, tout à fait compréhensibles.

Or, nous apprenons donc avec le lancement de cet essai qu’il existe encore des services de psychiatrie qui le prescrivent très largement… ce qui est confirmé non seulement par une partie des journalistes ayant interviewé ces audacieux psychiatres mais également par leurs propres communiqués :

https://www.ghu-paris.fr/fr/actualites/recherche-covid-19-recovery-effets-anti-viraux-de-la-chlorpromazine-confirmes-vitro-le

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0013700620300798

Questions : à quels patients ? internés pour quels motifs ?

Par ailleurs, ils exposent que des retours d’expérience similaires aux leurs sont « rapportés de Chine, d’Italie, d’Espagne et d’autres hôpitaux de l’Hexagone». Rien de surprenant là-dedans, contrairement à ce qu’ils laissent entendre (voir mon article d’hier). On notera seulement que ni les Chinois ni les Italiens ni les autres n’ont pour autant imaginé d’utiliser la chlorpromazine ou d’autres neuroleptiques pour traiter les malades du Covid-19.

Et j’ai bien lu ce matin que certains annoncent déjà que les mêmes essais cliniques sont aussi envisagés pour d’autres neuroleptiques, ce qui paraît somme toute assez logique, vu qu’ils ont à peu près tous les mêmes propriétés.

Pourquoi donc la chlorpromazine ?

Eh bien, il existe une littérature… des tests in vitro anciens et renouvelés récemment…

France Info :

« On connaissait des travaux développés depuis les années 80 sur les propriétés antivirales de plusieurs traitements utilisés en psychiatrie, explique-t-elle, « on s’est plongé dans la littérature et on a découvert trois articles qui avaient été publiés en 2014 et 2018. Ils montraient qu’un antipsychotique, la chlorpromazine, avait déjà démontré, in vitro sur des cellules, son efficacité sur les coronavirus qui étaient responsables des précédentes épidémies en 2002 et en 2012. » La psychiatre et son équipe se sont alors tournés vers l’Institut Pasteur pour tester si la chlorpromazine pouvait être efficace sur le coronavirus actuel. « Les résultats de l’étude à Pasteur montrent qu’effectivement la chlorpromazine a une efficacité contre le coronavirus responsable de l’épidémie actuelle. L’équipe de Pasteur a pu tester cela sur des cellules animales et aussi des cellules humaines, ce qui est une première mondiale », souligne Marion Plaze.

France Inter :

Le docteur Marion Plaze, cheffe de service à l’hôpital Sainte-Anne, s’est associée à l’institut Pasteur pour la première étape. « Avec l’institut Pasteur, nous avons pu montrer que la chlorpromazine avait bien une efficacité antivirale contre le nouveau coronavirus. Elle va venir gêner l’entrée des virus dans les cellules en bloquant les outils que les virus vont utiliser pour rentrer dans la cellule », explique-t-elle. « Cela a été démontré sur des cellules animales et aussi sur des cellules humaines, ce qui est une première mondiale. »

Ah ouais… bof… ce truc-là est de toute façon aussi aimable qu’une porte de prison ou un Luraghi sur Twitter : il bloque tout…

On rappelle ici que l’hydroxychloroquine du Pr Raoult a aussi fait la preuve de son efficacité contre le virus in vitro, mais que pour l’instant, aucune étude sur l’homme qui soit exempte de toute critique n’est venue confirmer qu’elle soit appropriée pour traiter les malades du Covid-19.

Quant aux résultats déjà patents de la pandémie en psychiatrie, ils procèdent à n’en pas douter des mécanismes que j’expliquais hier et qui sont parfaitement connus depuis longtemps.

Il ne faut pas croire pour autant que les virus restent sans aucun effet sur les schizophrènes ou les personnes traitées par neuroleptiques, ils les attaquent directement dans leurs points faibles ou fragilisés par les traitements : le cerveau, le coeur, les organes nobles que les réactions habituelles du système immunitaire ont pour but de protéger au maximum.

Vous voulez que je vous dise ?

Une balle dans la tête du malade aussi, ça peut très bien marcher contre le Covid-19 qui dès lors ne pourra plus se répliquer ni survivre très longtemps là où il a élu domicile…

Cela dit, on constate aussi depuis le début du confinement que les personnes psychiatrisées, qu’elles soient hospitalisées ou non, n’en sont absolument pas gênées.

Pensez donc, entre les enfermements en psychiatrie et tous les viols qui la plupart du temps en sont la cause, que les victimes aient pu craquer ou être internées à la demande de leurs bourreaux afin de garantir à ces derniers une impunité totale, elles en ont vu bien d’autres…

Ce sont des jeunes sans antécédents que l’on voit actuellement se présenter aux services d’urgences avec des bouffées délirantes dont il est précisé dans l’article de Libération faisant le point sur la question qu’elles « se soignent assez vite, même si elles peuvent présager d’une entrée dans une maladie mentale… » … en raison du traitement neuroleptique…

Sans traitement, elles disparaissent comme elles sont venues et restent la plupart du temps sans conséquence…

 

 

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/traitement-contre-le-covid-19-les-effets-dun-antipsychotique-prometteurs-une-premiere-etude-sur-lhomme-lancee-en-france_3948041.html

Traitement contre le Covid-19 : les effets d’un antipsychotique prometteurs, une première étude sur l’homme lancée en France

 

Les médecins-chercheurs du groupement hospitalier universitaire Paris psychiatrie et neurosciences ont constaté que les soignants étaient davantage contaminés par le Covid-19 que leurs patients, pour beaucoup traités avec la chlorpromazine.

 

Le service de soins intensifs réservés aux malades du Covid-19, au sein de l\'hôpital Saint-Anne, à Paris, le 10 avril 2020. 
Le service de soins intensifs réservés aux malades du Covid-19, au sein de l’hôpital Saint-Anne, à Paris, le 10 avril 2020.  (MERYL CURTAT / HANS LUCAS)

 

La chlorpromazine est à l’essai pour tester un effet antiviral sur le Covid-19, indiquent les médecins-chercheurs du Groupe hospitalier universitaire (GHU) Paris psychiatrie & neurosciences dans un communiqué publié ce lundi 4 mai. La chlorpromazine est un antipsychotique utilisé depuis des décennies notamment dans le traitement de la schizophrénie et des troubles bipolaires.

>> Coronavirus : suivez l’évolution de la crise sanitaire dans notre direct

Baptisée « reCovery », la première étude sur l’homme dans le monde débute au sein du GHU parisien en partenariat avec l’Institut Pasteur, explique le communiqué. « Les services de soins en psychiatrie constatent une faible prévalence de formes symptomatiques et sévères du Covid-19 chez les patients atteints de troubles psychiques »  pourtant « à risque » (surpoids, troubles cardio-vasculaires), est-il expliqué.

La chlorpromazine pourrait agir comme un inhibiteur de l’entrée du virus dans les cellules, ou endocytose. Ce phénomène serait opérant à des stades précoces, mais aussi tardifs, de l’infection.GHU Paris psychiatrie et neurosciences

D’après le GHU Paris psychiatrie & neurosciences, le même phénomène a été constaté dans d’autres hôpitaux de l’Hexagone, en Chine, en Italie et en Espagne. À l’hôpital Saint-Anne, situé au sein du GHU, les médecins-chercheurs ont constaté que « 19% du personnel soignant ont contracté le Covid-19″, contre « seulement 3% des patients hospitalisés », indiquent les chercheurs.

« Une piste intéressante qui nécessite d’être confirmée chez l’homme »

Le premier médicament antipsychotique de l’histoire médicale est encore largement prescrit pour traiter des troubles relevant de la bipolarité ou de la schizophrénie, il peut aussi servir en anesthésie ou en obstétrique. Son usage est « une piste intéressante qui nécessite d’être confirmée chez l’homme » explique sur franceinfo le docteur Marion Plaze, psychiatre et chef de service à l’hôpital Sainte-Anne à Paris. Elle coordonne l’étude sur l’homme pour tester les propriétés antivirales de la chlorpromazine.

« On connaissait des travaux développés depuis les années 80 sur les propriétés antivirales de plusieurs traitements utilisés en psychiatrie, explique-t-elle, « on s’est plongé dans la littérature et on a découvert trois articles qui avaient été publiés en 2014 et 2018. Ils montraient qu’un antipsychotique, la chlorpromazine, avait déjà démontré, in vitro sur des cellules, son efficacité sur les coronavirus qui étaient responsables des précédentes épidémies en 2002 et en 2012. » La psychiatre et son équipe se sont alors tournés vers l’Institut Pasteur pour tester si la chlorpromazine pouvait être efficace sur le coronavirus actuel. « Les résultats de l’étude à Pasteur montrent qu’effectivement la chlorpromazine a une efficacité contre le coronavirus responsable de l’épidémie actuelle. L’équipe de Pasteur a pu tester cela sur des cellules animales et aussi des cellules humaines, ce qui est une première mondiale », souligne Marion Plaze.

Nous allons débuter une étude pilote sur 40 patients pour essayer de démontrer l’intérêt de cette molécule dans le traitement du Covid-19.Marion Plaze, psychiatre à l’hôpital Sainte-Anne sur franceinfo

L’étude  »reCovery » va prendre environ un mois, précise Marion Plaze. « Si les résultats étaient probants, il faudrait d’abord les confirmer sur un plus grand groupe de patients. C’est ce qu’on appelle une étude pivot. Elle est nécessaire avant de pouvoir passer un traitement en utilisation routine clinique. La chlorpromazine pourrait tout à fait être donnée le temps du Covid-19, pendant quelques semaines, lorsque les patients sont hospitalisés afin de réduire la durée de la maladie et de réduire sa sévérité », détaille-t-elle. Pour l’instant, son équipe est la seule qui ait proposé une étude chez l’homme pour traiter le Covid-19 avec la chlorpromazine.

 

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

 

La chlorpromazine contre le Covid-19 : compléments d'informations dans Calomnie coronavirus

 

 

https://www.franceinter.fr/un-antipsychotique-va-etre-teste-contre-le-coronavirus-une-premiere-mondiale

Un antipsychotique va être testé contre le coronavirus, une première mondiale

 

par Danielle Messager publié le 5 mai 2020 à 7h07

Le médicament est utilisé pour les troubles de schizophrénie ou de bipolarité. Son efficacité antivirale contre le nouveau coronavirus a été montrée par des chercheurs.

L'efficacité de l'antipsychotique a été montrée par des chercheurs.
L’efficacité de l’antipsychotique a été montrée par des chercheurs. © AFP / NICOLA VIGILANTI

 

C’est une première mondiale. La chlorpromazine (Largactil pour son nom commercial), un antipsychotique largement prescrit en psychiatrie pour les troubles de bipolarité ou de schizophrénie, va être testé contre le Covid-19. Son action antivirale avait déjà été remarquée.

Depuis le début de l’épidémie, peu de malades hospitalisés en psychiatrie – seulement 3% – ont été touchés par le Covid-19. Un chiffre qui monte à 19% chez les soignants alors qu’ils partagent le même espace, la distanciation étant difficile à appliquer en psychiatrie. D’où cette interrogation sur cet antipsychotique que prennent les malades, alors que la littérature scientifique avait démontré son efficacité sur d’autres coronavirus ou sur le virus de la grippe.

« Une efficacité antivirale contre le nouveau coronavirus »

Le docteur Marion Plaze, cheffe de service à l’hôpital Sainte-Anne, s’est associée à l’institut Pasteur pour la première étape. « Avec l’institut Pasteur, nous avons pu montrer que la chlorpromazine avait bien une efficacité antivirale contre le nouveau coronavirus. Elle va venir gêner l’entrée des virus dans les cellules en bloquant les outils que les virus vont utiliser pour rentrer dans la cellule », explique-t-elle. « Cela a été démontré sur des cellules animales et aussi sur des cellules humaines, ce qui est une première mondiale. »

Une démonstration in vitro qui justifie maintenant un passage à l’homme : « La prochaine étape sera de confirmer cette hypothèse intéressante en réalisant un essai clinique chez quarante patients hospitalisés pour la prise en charge du Covid-19. »

Cet essai, avec ce qui fut le premier antipsychotique de l’Histoire, devrait donner de premiers résultats dans un mois.

 

 

https://www.liberation.fr/france/2020/05/05/covid-19-nouvelles-du-front-des-fous_1787404

Covid-19 : nouvelles du front des fous

 

Par Eric Favereau — 5 mai 2020 à 14:42
A l’hôpital psychiatrique du Clos-Bénard à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 12 février. Photo Christophe Archambault. AFP

L’hôpital psychiatrique a bien tenu le coup, en dépit de moyens dérisoires. Les malades longue durée n’ont pas craqué avec le confinement. En revanche, les urgences ont vu affluer des patients inconnus jusque-là, avec des bouffées délirantes inédites.

  • Covid-19 : nouvelles du front des fous

C’est la bonne surprise, inattendue et réconfortante. Alors que bon nombre de psychiatres redoutaient ces dernières semaines les conséquences du confinement pour leurs patients, les choses se sont plutôt bien passées. «Dans nos unités d’hospitalisations, nos patients longue durée en particulier, n’ont pas craqué», rapporte le Dr Laurent Vassal qui dirige la Commission médicale d’établissement de l’hôpital Ville-Evrard à Neuilly-sur-Marne, en charge entre autres de l’est et du nord de Paris, une des parties les plus défavorisées de l’Ile-de-France. «Le confinement ils connaissent», poursuit la Dr Françoise Linard. «Certains patients n’ont pas vu de grande différence. Ce qui est très lourd, ce sont les angoisses sans objet. Là, il y avait un objet.»

De fait, cette bonne surprise se retrouve un peu partout, aussi bien dans les hôpitaux psychiatriques autour de Paris, que ceux du Havre, de Bayonne ou de Strasbourg. «Nos patients que l’on voyait en ambulatoire, s’en sont également bien sortis. On a continué à les suivre avec les téléconsultations. Cela a bien fonctionné. Et quand on n’avait pas de nouvelles, on allait les voir», détaille le Dr Laurent Vassal. «On a beau être fou, on a des ressources», rappelle Tim Greacen, chercheur à Maison-Blanche et proche des associations de malades. «C’est sur ces ressources propres à chacun qu’il faut s’appuyer pour les accompagner. Et non pas les abrutir ou les enfermer», souligne-t-il.

La psychiatrie, parent pauvre du Covid-19

A côté de cette bonne surprise, il y a le contexte. Cette crise sanitaire n’a fait que confirmer que la psychiatrie publique reste le parent pauvre de notre système de santé. «Nous n’avons rien obtenu. Zéro de chez zéro», raconte le Dr Laurent Vassal. Et cela n’a pas été sans conséquence. A Ville-Evrard, certaines unités de soins ont vu leur personnel ravagé par le Covid-19. «Dans l’une d’entre elles, détaille le médecin, près de 80 % des soignants étaient absents, la plupart parce qu’ils étaient infectés. On n’avait pas de masques. Rien. On a même monté des ateliers pour fabriquer des tenues de protection avec des sacs-poubelles.»

Ce médecin et plusieurs autres psychiatres de Ville-Evrard se sont retrouvés, eux aussi, infectés. «C’était le dénuement total. A nous de nous débrouiller. Mais, ce que j’ai trouvé insupportable, c’est d’avoir infecté ma compagne.» Pour autant, une solidarité inédite s’est construite. «Entre médecins, entre hôpitaux, on s’est entraidés, poursuit le Dr Vassal. Des hôpitaux de Clermont-Ferrand et d’ailleurs, avec qui on avait des liens, nous ont envoyé des infirmières, des médecins. L’ONG Aviation sans frontières a assuré leur transport en avion. Une aide magnifique. Mais c’est nous, médecins, qui avons tout monté.» Et quid des autorités sanitaires ? «Zéro. A part des recommandations qui ne servaient à rien, cela a été la république autonome de la psychiatrie», lâche Laurent Vassal. «Au niveau de la direction de l’hôpital, ils ont fait tout ce qu’ils ont pu», tempère une chef de pôle de Ville-Evrard.

Ceux qui perdent la tête

Le coronavirus a fait affluer vers des hôpitaux des patients inconnus jusque-là du monde de la santé mentale : des personnes qui craquent après de semaines de confinement à leur domicile. Ils délirent. Se prennent pour le virus, ou se lancent dans des diatribes messianiques. D’autres évoquent encore leur responsabilité coupable dans cette épidémie.

La Dr Marie-Christine Beaucousin, cheffe de secteur de psychiatrie à l’hôpital Ville-Evrard en a vu et entendu beaucoup. Avec quelques autres psychiatres, elle s’est démenée depuis deux mois pour construire une sorte de veille commune sur le nord de l’Ile-de-France et apporter ainsi une réponse commune face à des urgences en psychiatrie. Elle raconte : «Au début, l’activité s’était effondrée. Et depuis quelques semaines, nous voyons arriver des jeunes, sans antécédent. Ils présentent des bouffées délirantes aiguës. Aussi bien des garçons que des filles. On a regardé s’il y en avait plus qu’avant. C’était bien le cas. Et on ne s’y attendait pas du tout», lâche la Dr Beaucousin.

A lire aussiConfinement : ceux qui souffrent de maladies mentales vont-ils tenir ?

Comment peut-on l’expliquer ? «Les éléments déclenchants ? Bien sûr il y a le climat très anxiogène de ce confinement, analyse Marie Christine Beaucousin. Et nous sommes dans un des départements les plus pauvres avec des conditions de logement parfois très difficiles. Le confinement pouvait être très tendu. Mais ce n’est pas très clair. On s’attendait à voir nos malades habituels, et bien non. Certains de mes collègues ont mis en avant des hypothèses sur l’usage de toxiques [médicaments notamment, ndlr], des abus de drogues ou des drogues nouvelles. On va essayer de comprendre. Peut-être ? Mais on n’a pas de réponses.»

En tout cas, ces bouffées délirantes se soignent assez vite, même si elles peuvent présager d’une entrée dans une maladie mentale…

Et si les antipsychotiques se révélaient anti-coronavirus ?

Dans la course aux traitements contre le Covid-19, voilà que ces jours-ci sont apparus les molécules antipsychotiques, et en particulier le largactil, une molécule très largement prescrite en psychiatrie.

Selon des chercheurs de l’hôpital Sainte-Anne à Paris, les services de soins en psychiatrie ont constaté un faible nombre de formes symptomatiques et sévères du Covid-19 chez les patients atteints de troubles psychiques.

A lire aussiDes traitements anti-Covid au banc d’essai clinique

«Pourtant, les populations concernées présentent des tableaux cliniques (surpoids, troubles cardio-vasculaires) les plaçant a priori dans les catégories à risque», notent ces chercheurs. Or, dans le XVarrondissement de Paris et au sein de l’hôpital, «alors qu’en moyenne 19 % du personnel médico-soignant avait contracté le Covid-19, seuls 3 % des patients hospitalisés ont été dépistés positifs. C’est peu. Des retours similaires ont été rapportés de Chine, d’Italie, d’Espagne et d’autres hôpitaux de l’Hexagone».

Coincidence ou lien de causalité. Ces médecins-chercheurs, en partenariat avec l’Institut-Pasteur, ont lancé le projet reCoVery : avec le repositionnement de la chlorpromazine (le largactil) dans le traitement du Covid-19. «Il s’agit de la première étude mondiale sur le sujet.» Non sans raison, ils ajoutent : «Dans la course à la recherche sur le Covid-19, ce sont les stratégies de repositionnement de molécules connues qui priment, compte tenu de l’urgence à développer des thérapeuties. La chlorpromazine pourrait agir comme un inhibiteur de l’entrée du virus dans les cellules, ou endocytose.» Une hypothèse qui reste évidemment à vérifier. Ce médicament est aujourd’hui peu prescrit.

Eric Favereau

 

 

https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200505.OBS28404/oestrogenes-anticorps-de-lama-antipsychotiques-la-science-explore-toutes-les-pistes-contre-le-coronavirus.html

Oestrogènes, anticorps de lama, antipsychotiques… la science explore toutes les pistes contre le Covid

 

Partout dans le monde, des hypothèses sont explorées tous azimuts pour contrer le Covid-19.

 

Par L’Obs

Publié le 05 mai 2020 à 16h11 Mis à jour le 05 mai 2020 à 16h12

Temps de lecture 3 min
Le monde scientifique s’affaire depuis des mois pour trouver un traitement au coronavirus. Photo d’illustration. (TEK IMAGE/SCIENCE PHOTO LIBRARY / Science Photo Library via AFP)
Le monde scientifique s’affaire depuis des mois pour trouver un traitement au coronavirus. Photo d’illustration. (TEK IMAGE/SCIENCE PHOTO LIBRARY / Science Photo Library via AFP)

 

Le monde est lancé dans une course pour trouver un traitement ou un vaccin contre le coronavirus. Les essais se comptent par dizaines, et leurs résultats sont attendus avec fébrilité. Parmi les plus scrutés, on trouve notamment l’essai européen Discovery, qui teste plusieurs médicaments, dont l’hydroxychloroquine, le Kaletra et le Remdésivir.

D’autres pistes de traitement, passées plus inaperçues, pourraient faire hausser le sourcil. Elles sont pourtant très sérieuses.

Suivez la crise du Covid-19 avec « l’Obs »

 

Des morts qui se comptent par dizaines de milliers, des milliards d’humains confinés : la pandémie de coronavirus a plongé le monde dans un scénario digne d’un film catastrophe. « L’Obs » vous offre des clés pour comprendre : en explorant les pistes pour affronter cette récession historique ; en réfléchissant au monde de demain avec les plus grands philosophes ; en couple, au travail, comment vivons-nous le confinement ?… Pour tout savoir, suivez notre rubrique dédiée.

Le lama, allié contre le virus ?

« Un lama belge pourrait détenir la clé qui permettrait de produire un anticorps neutralisant le coronavirus qui cause le Covid-19 », annonce ainsi un article du quotidien de Hong Kong « South China Morning Post » repéré par le « Courrier international ».

Ce lama de quatre ans, nommé Winter, aurait développé des anticorps contre les coronavirus lorsqu’on lui a injecté les virus Sars et Mers dans l’espoir de développer un traitement pour ces maladies en 2016, dans le cadre d’une expérience menée par des scientifiques de l’Université du Texas et du Centre de biotechnologie médicale de Gand, en Belgique.

 

Les lamas, tout comme d’autres camélidés, produisent en effet deux types d’anticorps lorsqu’ils détectent des agents pathogènes : l’un ressemble aux anticorps humains tandis que l’autre, plus petit, a une action plus spécifique sur les virus. Selon Jason McLellan, de l’Université du Texas à Austin et co-auteur de l’étude, ce nouvel anticorps développé par Winter le lama est l’un des « premiers anticorps connus pour neutraliser Sars-CoV-2 [le nom officiel du nouveau coronavirus, NDLR]».

L’équipe de scientifique s’est dite encouragée par ses résultats préliminaires, qui seront publiés dans la revue scientifique « Cell » la semaine prochaine. Des études et des essais cliniques sont toutefois nécessaires pour voir si cet anticorps être utilisé chez l’homme.

La piste des hormones « féminines »

Des deux côtés des Etats-Unis, à Los Angeles et à New York, des médecins se sont eux penchés sur une statistique : les hommes meurent plus que les femmes du coronavirus. Ils en ont tiré cette interrogation : et si la progestérone ou les oestrogènes, ces hormones « féminines » (présentes dans le corps humain mais en plus grand nombre chez la femme), protégeaient mieux de la maladie ?

A New York, les médecins ont donc débuté en avril un essai dans lequel ils ont injecté des oestrogènes chez des patients atteints du Covid-19. A Los Angeles, les médecins se sont tournés vers la progestérone, qui a des propriétés anti-inflammatoires et pourrait potentiellement prévenir des réactions dangereuses du système immunitaire, rapportait le « New York Times » fin avril.

 

Interrogée par le quotidien, le docteur Sharon Nachman, de l’université Stony Brook, reste toutefois prudente, estimant qu’« on ne comprend peut-être pas très bien comment l’œstrogène fonctionne, mais on peut peut-être voir comment le patient y réagit ».

Les résultats de ces essais pourraient être connus dans les mois à venir.

Un antipsychotique bientôt testé en France

En France, c’est l’efficacité de la chlorpromazine qui va être mise à l’essai, rapporte France Inter ce mardi. L’action antivirale de cet antipsychotique prescrit en psychiatrie pour les troubles de bipolarité ou de schizophrénie, notamment contre d’autres coronavirus ou encore contre la grippe, avait déjà été remarquée.

Seulement 3 % des malades hospitalisés en psychiatrie ont été touchés par le Covid-19 depuis le début de l’épidémie, rappelle la radio publique, alors que 19 % des soignants partageant le même espace ont été atteints.

 

« Avec l’institut Pasteur, nous avons pu montrer que la chlorpromazine avait bien une efficacité antivirale contre le nouveau coronavirus », explique à France Inter le docteur Marion Plaze, cheffe de service à l’hôpital Sainte-Anne, qui s’est associée à l’institut pour la première étape de ce test.

« Elle va venir gêner l’entrée des virus dans les cellules en bloquant les outils que les virus vont utiliser pour rentrer dans la cellule. Cela a été démontré sur des cellules animales et aussi sur des cellules humaines, ce qui est une première mondiale. »Après cette démonstration in vitro, quarante patients hospitalisés pour Covid-19 vont participer à la prochaine étape de cet essai clinique. Les résultats devraient être connus dans un mois.

7671416414966 dans Corruption
L’Obs

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo