Attentat du 12 mai 2020 dans une maternité à Kaboul : les mères étaient bien visées

Comme je le disais dès le 13 mai, les assaillants de la maternité ont bien visé les femmes et les enfants, lesquels ont pour eux la fâcheuse tendance à échapper à leur contrôle lorsqu’ils sont pris en charge par des ONG, mais c’est aussi celle-ci, MSF, française, qui devait ainsi recevoir un avertissement :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/05/13/deux-attentats-islamistes-meurtriers-en-afghanistan-mardi-12-mai-2020/

Comment pouvais-je le savoir sans être sur place – et n’y avoir jamais été – ni avoir mené la moindre enquête, ni de toute façon avoir jamais eu aucune relation avec aucun Afghan ?

C’est très simple : je suis sur Twitter le commanditaire de tous les attentats islamistes qui ont été commis contre des Français ou des intérêts français en France et à l’étranger depuis 2012, à savoir le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

 

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/attaque-d-une-maternite-en-afghanistan-les-assaillants-sont-venus-pour-tuer-les-meres-20200515

Attaque d’une maternité en Afghanistan : les assaillants «sont venus pour tuer les mères»

 

11 personnes ont été tuées mardi après l’intrusion de trois hommes armés dans une unité de soins maternels dans un hôpital de Kaboul.

Par Le Figaro avec AFP
Publié il y a 13 heures
Un policier afghan surveille l'extérieur de l'hôpital qui a été attaqué à Kaboul, le 13 mai 2020.
Un policier afghan surveille l’extérieur de l’hôpital qui a été attaqué à Kaboul, le 13 mai 2020. Omar Sobhani / REUTERS

 

Les hommes armés qui ont attaqué une unité de soins maternels gérée par Médecins sans frontières mardi dans la capitale afghane «sont venus pour tuer les mères», a déclaré l’ONG dans un communiqué.

 

«Il est devenu clair que cette attaque était ciblée contre une maternité dans le but de tuer des mères de sang froid», écrit MSF dans son communiqué publié jeudi soir. MSF réagissait à l’attaque perpétrée mardi à Kaboul qui a fait 24 morts –dont des nouveau-nés, mères et infirmières–et au moins 20 autres. «Ils sont entrés dans les chambres de la maternité, en tirant sur les femmes qui étaient dans leurs lits. C’était méthodique. Les murs étaient criblés d’impacts de balles, il y avait du sang sur le sol des chambres», poursuit MSF, en citant Frédéric Bonnot, responsable des programmes de l’ONG en Afghanistan.

Trois femmes sur le point de donner naissance

Cette attaque n’a pas été revendiquée, mais les États-Unis ont déclaré que le groupe Etat islamique était responsable. Au moment de l’attaque, qui a duré 4 heures, 26 mères étaient hospitalisées dans la maternité de Dasht-e-Barchi située dans l’ouest de Kaboul, a précisé MSF. «11 ont été tuées, dont trois étaient dans la salle d’accouchement sur le point de donner naissance à leur bébé, et cinq autres ont été blessées», poursuit l’ONG. «Parmi les morts figurent deux jeunes garçons et une sage-femme afghane qui travaillait avec MSF. Deux nouveau-nés ont été blessés», a ajouté MSF. L’un des nourrissons a notamment reçu une balle à la jambe.


» À voir aussi – Afghanistan: une clinique de Médecins Sans Frontières attaquée par des hommes armés

Afghanistan: une clinique de Médecins Sans Frontières attaquée par des hommes armés
Une clinique de l’ONG Médecins Sans Frontières a été attaquée, mardi 12 mai, par des hommes en armes, à Kaboul, capitale de l’Afghanistan. Selon un pédiatre sur place, l’hôpital était «rempli de patients et de médecins».
Current Time 0:19
/
Duration 1:10

 

Les assaillants sont rentrés dans l’hôpital par la porte principale et se sont rendus directement vers la maternité, selon le personnel de MSF présent lors de l’attaque. «Les violences contre la population sont malheureusement trop fréquentes en Afghanistan. Mais il n’y a pas de mots pour exprimer l’horreur de ce qui s’est passé mardi», a ajouté M. Bonnot. Selon les autorités afghanes, les trois assaillants qui ont commis l’attaque ont ensuite été tués par les forces gouvernementales. Le bâtiment se trouve à Dasht-e-Barchi, un quartier de l’ouest de Kaboul habité par la minorité chiite Hazara, plusieurs fois prise pour cible par la branche afghane du groupe Etat islamique ces dernières années.

 

Le gouvernement afghan a accusé l’EI ainsi que les talibans. Ces derniers ont cependant démenti avoir participé à l’attaque. L’émissaire américain pour l’Afghanistan Zalmay Khalilzad a déclaré sur Twitter que l’EI était responsable.

L’EI, selon lui, «favorise ce type d’attaques odieuses contre des civils», «s’oppose à un accord de paix» entre le gouvernement afghan et les talibans, et «tente d’encourager une guerre sectaire comme en Irak et en Syrie».

 

https://actu.orange.fr/monde/afghanistan-une-femme-accouche-pendant-l-attaque-meurtriere-contre-une-maternite-CNT000001qbxAw/photos/une-femme-attend-pres-de-nouveaux-nes-qui-ont-perdu-leurs-meres-dans-une-attentat-suicide-contre-une-maternite-de-kaboul-le-13-mai-2020-a17eb36e996fdf5b224445bdc1437cc8.html

Afghanistan: une femme accouche pendant l’attaque meurtrière contre une maternité

 

Une femme attend près de nouveaux-nés qui ont perdu leurs mères dans une attentat suicide contre une maternité de Kaboul, le 13 mai 2020.
Une femme attend près de nouveaux-nés qui ont perdu leurs mères dans une attentat suicide contre une maternité de Kaboul, le 13 mai 2020.
1/2
© AFP, STR

AFP, publié le vendredi 15 mai 2020 à 16h27

 

Pendant que des hommes armés tuaient mères et nouveaux-nés dans une maternité de la Kaboul mardi, un groupe de femmes enceintes a réussi à se cacher. L’une d’entre elles sur le point d’accoucher d’une petite fille.

« La mère souffrait, mais tentait de ne pas faire de bruit », a raconté à l’AFP sous couvert de l’anonymat une sage-femme qui a participé à l’accouchement.

« Elle a même mis son doigt dans la bouche du nouveau-né pour l’empêcher de pleurer », a-t-elle ajouté, lors d’une conversation téléphonique vendredi, la voix toujours tremblante, trois jours après l’incident.

Vingt-quatre personnes, dont des nouveaux-nés, des mères et des infirmières, sont mortes dans l’attaque contre l’unité de soins maternels de l’hôpital de Dasht-e-Barchi, situé un quartier de l’ouest de Kaboul où habitent de nombreux membres de la minorité chiite Hazara.

 

Attentat du 12 mai 2020 dans une maternité à Kaboul : les mères étaient bien visées dans Attentats

Des hommes armés, déguisés en membres des forces de sécurité, ont pris d’assaut l’hôpital « dans le but de tuer des mères de sang froid », selon l’ONG Médecins sans frontières, qui gère la maternité.

« Ils sont entrés dans les chambres de la maternité, en tirant sur les femmes qui étaient dans leurs lits. C’était méthodique. Les murs étaient criblés d’impacts de balles, il y avait du sang sur le sol des chambres », a poursuivi MSF, en citant Frédéric Bonnot, responsable des programmes de l’ONG en Afghanistan.

Au moment de l’attaque, qui a duré 4 heures, 26 mères y étaient hospitalisées. Onze d’entre elles ont été tuées, dont trois qui s’apprêtaient à donner naissance en salle d’accouchement. Cinq ont été blessées.

Après avoir entendu l’alarme, la sage-femme, qui a parlé à l’AFP sous couvert d’anonymat, s’est réfugiée avec dix des mamans dans une « pièce sécurisée » – un type de salle spécialement conçue pour protéger ses occupants en cas de tirs et explosions.

- Cordon ombilical coupé à la main -

Les femmes pouvaient entendre les tirs alors que les assaillants allaient de pièce en pièce à la recherche de nouvelles victimes.

C’est alors que l’une d’entre elles a commencé à accoucher.

« Nous l’avons aidé à mains nues, nous n’avions rien d’autre dans la pièce que du papier toilette et nos foulards », a raconté la sage-femme.

« Lorsque le bébé est né, nous avons coupé le cordon ombilical avec nos mains. Nous avons enroulé le bébé et la mère dans les foulards que nous avions sur nos têtes », a-t-elle continué.

Alors que les femmes, terrifiées, tentaient de rester calmes, les assaillants leur demandaient d’ouvrir la porte.

« Mais nous savions qu’ils n’étaient pas (des membres des forces de sécurité) », a-t-elle ajouté.

Les trois hommes ont plus tard étaient tué par les forces afghanes.

Après l’attaque, 18 nourrissons ont été amenés dans un autre hôpital pour être soigné, certains évacués des lieux dans les bras des soldats.

L’attaque n’a pas été revendiquée, mais les Etats-Unis en ont attribué la responsabilité aux jihadistes du groupe Etat islamique, qui a multiplié les attentats dans la capitale afghane, souvent contre les minorités religieuses.

Elle est survenue à un moment où l’Afghanistan fait face à de nombreux défis, dont l’intensification de l’offensive des talibans contre les forces gouvernementales et la propagation du coronavirus.

 

https://www.lefigaro.fr/international/le-directeur-general-de-l-oms-horrifie-par-l-attaque-contre-une-maternite-en-afghanistan-20200513

Le directeur général de l’OMS «horrifié» par l’attaque contre une maternité en Afghanistan

 

Par Le Figaro avec AFP
Publié le 13 mai 2020 à 17:51, mis à jour le 13 mai 2020 à 18:21

 

Le directeur général de l’OMS s’est dit horrifié mercredi par l’attaque meurtrière la veille en Afghanistan d’une maternité soutenue par l’ONG Médecins sans frontières (MSF).

À lire aussi : Afghanistan: un groupe affilié à l’EI revendique l’attaque de Nangarhar

 

«J’ai été choqué et horrifié d’apprendre qu’une attaque avait visé un hôpital de MSF en Afghanistan dans laquelle des infirmières, des mères et des bébés ont été tués», a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d’une conférence de presse virtuelle depuis le siège de l’OMS à Genève, avant d’observer une minute de silence à la mémoire des civils et des personnels soignants tués dans le monde dans les zones de conflit. «Les civils et les personnels médicaux ne devraient jamais constituer une cible (…). En période de pandémie mondiale, j’exhorte toutes les parties prenantes à mettre de côté la politique et à oeuvrer ensemble à un cessez-le-feu mondial et à vaincre la pandémie», a ajouté le directeur général de l’agence sanitaire de l’ONU.

Au moins 24 personnes, dont des nouveau-nés et des infirmières, ont été tuées mardi et 16 autres blessées par trois hommes armés dans un hôpital d’un quartier habité par la minorité chiite à Kaboul, a annoncé mercredi le vice-ministre afghan de la Santé. Un collaborateur afghan de MSF ferait partie des personnes tuées, a indiqué mercredi un porte-parole de l’organisation à l’AFP.

À lire aussi : Afghanistan : des dizaines de victimes, morts ou blessés, dans une attaque suicide lors de funérailles

 

«Une femme a accouché pendant que l’attaque avait lieu. La mère et son bébé se portent bien», a par ailleurs précisé MSF, basée à Genève, dans un communiqué. L’attaque, qui n’a pas été revendiquée, a coïncidé avec la célébration de la Journée mondiale des infirmiers et infimières, a souligné Tedros Adhanom Ghebreyesus.

 

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/afghanistan-un-groupe-affilie-a-l-ei-revendique-l-attaque-de-nangarhar-20200513

Afghanistan: un groupe affilié à l’EI revendique l’attaque de Nangarhar

 

Par Le Figaro avec Reuters
Publié le 13 mai 2020 à 07:12

 

Un mouvement djihadiste afghan affilié au groupe Etat islamique (EI) a revendiqué l’attentat suicide dans la province de Nangarhar, dans l’est du pays, qui a fait mardi 24 morts et 68 blessés, a rapporté le SITE Intel Group, un organisme américain qui suit l’activité de l’extrémisme islamiste.

 

L’attaque a été commise lors des funérailles d’un chef de la police auxquelles assistaient des responsables nationaux et un député, a dit un porte-parole de l’exécutif provincial, craignant que le bilan s’alourdisse.

 

Par ailleurs des hommes armés ont attaqué un hôpital de la capitale Kaboul au sein duquel l’organisation humanitaire Médecins Sans Frontières (MSF) s’occupe d’une maternité, tuant au moins 16 personnes dont deux nouveaux-nés.

 



Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo