Terrorisme : Mélenchon vient d’en faire la découverte et se pose des questions

On pourrait en rire si le sujet n’était si grave…

L’a qu’à demander à sa copine Josette comment elle a organisé tout ça.

 

http://www.lci.fr/elections/terrorisme-jean-luc-melenchon-s-interroge-sur-les-assassinats-cibles-evoques-par-francois-hollande-2011941.html

Terrorisme : Mélenchon s’interroge sur les « assassinats ciblés » évoqués par Hollande

 

 

2017 : la bataille de la gauche

Voir

CRITIQUE – Le candidat de « La France insoumise » à l’élection présidentielle de 2017 a organisé jeudi son premier « Rendez-vous terrorisme et sécurité ». Un thème abordé « rarement dans ma famille de pensée », reconnaît-il. Et il égratigne le bilan de François Hollande en la matière.

10 nov 16:34

Jean-Luc Mélenchon a sauté le pas. En organisant jeudi son premier « rendez-vous terrorisme et sécurité », le candidat à la présidentielle a reconnu lui-même qu’il abordait un thème intéressant et pourtant « rarement » abordé dans sa « famille de pensée ».

En attendant la présentation du programme fin novembre, puis la mise en place « d’atelier législatifs en janvier ou février », celui qui s’imagine déjà au second tour face à Marine Le Pen a engagé le débat auprès de ses sympathisants. Avec un message à l’adresse des forces de l’ordre, et en particulier des policiers qui ont récemment manifesté leur colère  et dont il ne veut pas laisser les voix au Front national : « Je vous le dis solennellement, je suis votre point d’appui [...] On peut choisir d’opter pour la solution d’extrême droit. Mais je veux qu’on sache qu’on peut aussi choisir l’extrême République que j’incarne. »

Jean-Luc Mélenchon a dressé un sévère réquisitoire de la politique antiterroriste de François Hollande. Il s’est notamment interrogé sur le traitement réservé aux djihadistes français partis combattre en Syrie et en Irak aux côtés de Daech, et de retour sur le sol national. « J’ai lu qu’un retour sur deux n’est pas suivi quand ils reviennent sur le territoire national. Comme cela est-il possible ? »a questionné le candidat de « La France insoumise ». « Quiconque a servi dans une armée étrangère doit être interrogé à son retour, que ce soit une armée légale ou une bande criminelle », a-t-il jugé.

Question sur les « assassinats ciblés »

L’ancien sénateur s’est également interrogé sur les tentatives d’attentats qui ont été déjouées, et sur les suites données à ces affaires en France. « Si des actes ont été prévenus, c’est donc qu’on en connaît les auteurs. Où sont-ils ? Où sont les inculpations ? Il n’y en a pas. Les auteurs ne sont ni connus ni jugés ».

Et le candidat de s’interroger encore : « Les a-t-on mis dans des prisons secrètes ? C’est inefficace ». Avant d’évoquer des révélations polémiques faites par François Hollande sur des « assassinats ciblés« , dans le livre de confidences Un président de devrait pas dire ça. « Le chef de l’Etat a-t-il décidé de les faire assassiner à l’étranger ? C’est lui qui le dit. Pour quelles raisons ? Pourquoi n’a-t-on pas plutôt capturé ces personnes ? On aurait pu les donner à la justice, les interroger… »

S’attaquer aux sources du terrorisme

Jean-Luc Mélenchon, qui fustige une politique « qui croupit dans l’inefficacité », a également plaidé pour que la lutte antiterroriste s’attaque prioritairement « aux circuits criminels », et notamment « bancaires », qui ont permis de financer le terrorisme. « Dans ce circuit, il y a des Etats, des sociétés, des circuits bancaires. On les connaît », a-t-il précisé.

Le candidat à la présidentielle, sans évoquer la question des moyens des forces de l’ordre, a en outre estimé qu’il était temps « que les militaires de l’opération Sentinelle rentrent dans leur caserne », y voyant « une armée réduite à des patrouilles ». Avant de conclure : « Nous pouvons mener cette bataille sans régime d’exception. »

Mélenchon sur l’élection de Trump : « Comment autant de gens aussi intelligents ont pu se tromper dans l’analyse »

 

 

Vincent Michelon

Mis à jour : Hier à 16:34Créé : Hier à 16:34



Harcèlement scolaire : gros dossier du jour dans Le Télégramme

Le sujet étant important, le Télégramme a choisi d’y consacrer aujourd’hui 4 pleines pages, les 3 premières et la dernière, ce qui est énorme.

On le félicite. Enfin, moi je le félicite, tandis que mes harceleurs, des professionnels de ce type de délinquance ou de criminalité comptant plusieurs professeurs, doivent eux se renfrogner…

La diffusion du téléfilm « Marion, 13 ans pour toujours » le 27 septembre dernier est à l’origine de cette enquête de notre quotidien local.

On remarquera aussi au passage que les témoignages de victimes ou de leurs parents ont été recueillis dans le cadre d’un appel à témoignages accompagné de la promesse que leur anonymat serait respecté, à peu près comme en 2008 les journalistes du site Rue89 lançaient des appels à témoignages aux victimes de harcèlement moral en entreprise, mais pour s’asseoir sur le respect de leur anonymat et permettre à des cybercriminels comme le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi et sa bande de psychopathes se disant « déconnologues » de les harceler sans fin, avec, plus tard, l’assentiment des magistrats ultra CORROMPUS du Tribunal de Grande Instance de Brest.

 

http://www.letelegramme.fr/france/harcelement-mon-fils-ne-veut-plus-aller-a-l-ecole-01-11-2016-11275827.php

Harcèlement.  »Mon fils ne veut plus aller à l’école »

 

Publié le 01 novembre 2016 à 19h00
Photo d'illustration, archives François Destoc
Photo d’illustration, archives François Destoc

 

Reportage dans un collège, témoignages de victimes et de parents, interview de Nora Fraisse, auteure de « Marion, 13 ans pour toujours »…  Ce mercredi, retrouvez dans Le Télégramme un dossier consacré au harcèlement scolaire. Un phénomène qui touche environ 1 enfant sur 10.

 

Le sujet du harcèlement scolaire a longtemps été tabou. Aujourd’hui, des victimes, d’ex-victimes ou leurs parents prennent la parole. Ils dénoncent des situations intolérables, celles d’enfants ou d’adolescents qui en viennent à se mutiler, qui se réfugient dans des troubles obsessionnels compulsifs ou qui, cinq ans après les faits, sont encore sous anti-dépresseurs…

« Mon fils ne veut plus aller à l’école »

« Je suis bouleversée. À 8 ans, mon fils s’est fait attaquer par deux enfants. Il a reçu des coups de pied dans la tête. Il a été mordu aux doigts. Il ne veut plus aller à l’école, car ils lui ont dit : « T’es tout seul ! »« , nous a raconté S. Cette autre maman est tout aussi révoltée : « À force de se faire traiter de « pute », ma fille croit en être une ».

A la veille de la 2e journée nationale « Non au harcèlement » , Le Télégramme y consacre un dossier spécial de trois pages.
Au sommaire :
- des témoignages sans concession
- l’interview de Nora Fraisse, dont le livre « Marion, 13 ans pour toujours » a été adapté en téléfilm
- un reportage au collège Saint-Pol-Roux, à Brest, très souvent cité en exemple pour son action dans le domaine…

Ce mercredi, dans Le Télégramme et sur letelegramme.fr

 

 
http://www.letelegramme.fr/france/harcelement-scolaire-ils-temoignent-02-11-2016-11277082.php

Harcèlement scolaire. Ils témoignent

 

Publié le 02 novembre 2016 à 08h00

Ce jeudi, aura lieu la 2e journée nationale contre le harcèlement à l’école. Un phénomène qui n’épargne pas la Bretagne, comme le prouvent certains témoignages.

 

Ils subissent insultes, coups, racket… Jour après jour, ils sont des cibles, ils sont victimes de harcèlement scolaire. Le sujet a longtemps été tabou. Aujourd’hui, la parole commence à se libérer. Certains récits sont sidérants (*), à l’image de celui de cette maman : « À huit ans, mon fils s’est fait attaquer par deux enfants. Il a reçu des coups de pied dans la tête. Il ne veut plus aller à l’école, car ils lui ont dit : « T’es tout seul ! » ».

Autre exemple : celui d’une collégienne insultée au quotidien. « À force de se faire traiter de « pute », ma fille croit en être une », témoigne sa mère. « Elle a été jusqu’à se scarifier. L’heure du coucher reste son pire moment, car elle ressasse tout ça. »

« On la voyait dépérir »

Dès l’école primaire, des enfants deviennent des souffre-douleur. « T’es moche ! », « Vas te cacher ! » : ces mots, une fillette les a entendus tous les jours. Puis, explique sa maman, « est venu le temps de l’exclusion », l’écolière tyrannique « interdisant aux autres enfants de jouer avec elle, de l’inviter aux anniversaires. On la voyait dépérir, jusqu’au moment où elle a refusé de s’alimenter. Une hospitalisation de trois mois a suivi ».

Fallait-il porter plainte ? Cette question, elle se l’est posée : « Notre fille n’a jamais voulu qu’on le fasse, nous avons respecté son choix. À tort ou pas, je ne sais pas… ».

Cette autre fillette de sept ans n’est pas mieux lotie. « Si elle fait la moindre erreur, les autres lui rappellent qu’elle est « nulle et conne » », indique sa mère, exaspérée.

Il s’agit de paroles insultantes « qui vous hantent et vous détruisent. Parfois, vous ne voulez même plus vivre à cause de ces mots », confie N., 19 ans, dont le cauchemar a pris fin, il y a un an.

Le suicide, certains y pensent. « Mon fils en a parlé à plusieurs reprises. Depuis trois ans, il subit les conséquences d’une rumeur », rapporte C., qui ne compte pas en rester là : « Si rien ne change, une plainte sera déposée ». Car les conséquences sont terribles : « Avant, il adorait l’école. Aujourd’hui, il est agressif et a du mal à se concentrer », déplore-t-elle.

Conduites autodestructrices, somatisation, décrochage scolaire… Ce qu’engendre le harcèlement scolaire peut être grave. « Ça m’a coûté ma scolarité », illustre Y., mis au ban pour une question vestimentaire. « Quand tes parents n’ont pas de tunes pour te saper à la mode, tu es un paria », fait-il remarquer.

Le témoignage de M. fait froid dans le dos. Souffrant de problèmes cardiaques, sa fille a été harcelée. « Nous avons essayé de la rescolariser, et là, elle a été victime de discrimination. À l’occasion d’un voyage, une prof nous a dit : « Si votre fille était en chaise roulante, ce serait plus facile pour nous ». Le directeur était présent, mais n’a pas pipé mot. » Là aussi, les séquelles sont lourdes. « Depuis cinq ans, elle est sous antidépresseurs. Nous, ses parents, nous resterons aussi marqués à vie », se désole-t-elle. Une double peine.

 

 

Harcèlement scolaire : gros dossier du jour dans Le Télégramme dans AC ! Brest harcelement-scolaire-ils-temoignent_3155549C’est également ce que vit D., qui est « tombée de haut » lorsque la directrice lui a lancé qu’il était préférable que son fils change d’établissement. « Je lui ai répondu que ce n’était pas à mon enfant de partir, mais aux autres d’être punis. » Désormais, le pré-ado voit un psychologue, car « il en était venu à se mutiler ».

Aucun répit

Les victimes ne bénéficient d’aucun répit. « Durant mes trois premières années de collège, j’ai eu droit à ce que la moitié des élèves se paie ma tronche. « Porcinet », « microbe » : cela à toutes les récrés, tous les soirs en sortant du bahut », témoigne S..

À 26 ans, F. se souvient également de ses années de collège. « J’y entrais la peur au ventre. Je suis devenue le bouc émissaire de la classe, puis du collège. » Un effet de meute contre lequel il est très difficile de lutter. Le passage dans les vestiaires était « un calvaire » : « J’étais un petit gabarit pas formé, alors que mes camarades avaient déjà des signes de féminité. On cachait mes vêtements, on baissait mon pantalon, on me poussait ».

Peut-on oublier cette méchanceté gratuite ? C’est compliqué. L. en garde « un manque de confiance en (elle) ». Collégienne dans les années 1980, elle a « tout de suite été prise en grippe » par une autre élève : « Elle me faisait des croche-pattes, elle me giflait », explique-t-elle. Une situation qui a duré trois ans. « Je me suis réfugiée dans les TOC. Je suis devenue une élève médiocre. » Son salut, elle ne l’a dû qu’à un changement d’école. « Là, je n’ai pas compris qu’on se prenne d’amitié pour moi », commente-t-elle. « Je me dis que j’ai eu de la chance qu’internet n’ait pas existé à cette époque, car je n’ose imaginer ce que cette fille aurait pu me faire. »

* Des récits recueillis dans le cadre d’un appel à témoignages, dans lequel il était notifié que l’anonymat des anciennes victimes ou de leurs parents serait respecté. L’intégralité des témoignages sur letelegramme.fr

 

 

http://www.letelegramme.fr/bretagne/education/christophe-lemaitre-enjoyphoenix-d-anciennes-victimes-en-parlent-25-10-2016-11270162.php

Harcèlement scolaire. Lemaitre, EnjoyPhoenix, Mika : des stars en parlent

 

Publié le 25 octobre 2016 à 14h46
Modifié le 02 novembre 2016 à 11h29

Chacun à leur manière, ils alertent, ils sensibilisent. Marie Lopez, alias EnjoyPhoenix, Christophe Lemaitre et Mika sont aujourd’hui connus, mais, il y a quelques années encore, ils étaient les souffre-douleur de leurs « camarades ». Témoignages.

 

Au lycée, Marie Lopez, plus connue sous le nom d’EnjoyPhoenix, a été l’objet de moqueries et d’insultes. Un harcèlement « incessant ». « Je n’en parlais pas. Je me suis vraiment recroquevillée sur moi-même », avait expliqué la célèbre youtubeuse (plus de 2,6 millions d’abonnés) sur le plateau de l’émission de France 2 « Toute une histoire » en novembre 2015.

Un épisode qui a laissé des traces : « Je n’ai pas confiance en moi », avait-elle ajouté. Ce qui au premier abord surprend, car la jeune femme est une star du Web, la vidéo dans laquelle elle raconte sa terrible expérience ayant, par exemple, été vue plus de trois millions de fois.

Elle est aussi une star de l’édition : paru en mai 2015, son premier livre, « #EnjoyMarie », dans lequel il est, entre autres, question de harcèlement scolaire, s’est vendu à plus de 200.000 exemplaires (1).

Un véritable calvaire

Lui aussi, Christophe Lemaitre, médaillé de bronze sur 200 m aux JO de Rio, a été victime de harcèlement scolaire. Dès la classe de CE2, mais surtout au collège. « Un véritable calvaire », avait-il indiqué à « L’Obs » en 2013. « Je n’en garde pas un seul bon souvenir. On se moquait de moi en permanence. Le matin, j’avais toujours une petite appréhension lorsque j’arrivais devant le portail de l’établissement. La peur de croiser ceux qui m’embêtaient. Ils ne me tapaient pas, mais ils se moquaient de ma grande timidité et notamment de mon cheveu sur la langue », a-t-il aussi écrit dans son autobiographie, « La revanche du grand blond ».

« J’y pense encore souvent »

En 2013, l’athlète s’était engagé dans la campagne de lutte lancée par le ministère de l’Éducation nationale. Ses mots étaient forts : « J’aurais voulu qu’on prenne ma défense. J’y pense encore souvent et je pense souvent à ceux qui le vivent aujourd’hui. On peut tous agir contre le harcèlement ».

 

Mika a également eu à subir cette violence verbale. De ses anciens bourreaux, il a dit à nos confrères d’aufeminin.com : « Dès qu’ils avaient l’op­por­tu­nité de m’hu­mi­lier publique­ment, ils le faisaient. La seule chose que je pouvais faire était de ne pas leur donner ce privi­lège. J’ai inventé un monde paral­lèle rien qu’à moi, dans lequel je m’iso­lais. Devant mon piano, je m’échap­pais ».

« Ça ne te quitte jamais »

« Le harcèlement à l’école, ça ne te quitte jamais. C’est quelque chose qui reste (…). Je suis toujours quelqu’un qui ne se défend pas très bien face à cette situation », a aussi indiqué le coach de « The Voice » devant les caméras d’Envoyé spécial.

 

Le chanteur utilise désormais sa musique pour mieux dénoncer. Cela a, notamment, été le cas avec le remix de son titre « Hurts ». Dans ce clip, il joue aux anges gardiens pour tenter de sauver plusieurs élèves de l’humiliation et de violences verbales ou physiques.

Un moyen terriblement efficace pour atteindre les enfants et les adolescents, et, peut-être, les faire réfléchir à ce sujet si délicat.

 

1. Elle dédicacera « Carnets de route », son deuxième ouvrage, le 12 novembre, à 13h30, à la librairie Dialogues, à Brest.

 

 

http://www.letelegramme.fr/bretagne/education/harcelement-scolaire-ils-temoignent-31-10-2016-11275829.php

Harcèlement scolaire

Ils témoignent

 

Un élève sur dix est victime de harcèlement scolaire. Un chiffre en dessous de la réalité selon plusieurs associations. Le Télégramme a choisi de vous donner la parole : violence verbale, coups, racket… Vos témoignages sont durs, mais utiles. Car ils font réfléchir, ils permettent de sensibiliser.

19 octobre 2016 – Nathalie André / Lucile Girard / Vincent Lastennet

Table of Contents

 

http://www.letelegramme.fr/bretagne/harcelement-scolaire-on-vous-invite-a-temoigner-06-10-2016-11244676.php

Harcèlement scolaire. N’hésitez pas à témoigner !

 

Publié le 06 octobre 2016 à 09h53

(Photo François Destoc)

(Photo François Destoc)

 

Ils subissent insultes, moqueries, coups, racket… Jour après jour, ils sont la cible de ceux qu’on peut qualifier de harceleurs. Enfants ou adolescents, dans la cour de leur établissement scolaire ou sur les réseaux sociaux, ils ne connaissent aucun répit. Ils sont les victimes de harcèlement scolaire.

Le 27 septembre, le téléfilm « Marion, 13 ans pour toujours » a été suivi par plus de quatre millions de téléspectateurs. Un téléfilm qui a permis de libérer la parole. Sur Facebook et Twitter, vous avez, en effet, été très nombreux à partager votre indignation.

Actuelle ou ancienne victime, parent, enseignant… Le Télégramme aimerait recueillir votre témoignage. N’hésitez à nous écrire à l’adresse e-mail : telegramme@letelegramme.fr. Vous pouvez aussi le faire par le biais d’un message privé sur notre page Facebook : https://www.facebook.com/letelegramme

Votre anonymat sera, bien sûr, respecté.

 

Retrouvez plus d’articles

Facebook harcèlement scolaire témoignages

 

 

http://www.letelegramme.fr/bretagne/education/harcelement-scolaire-un-telefilm-pour-en-parler-eduquer-27-09-2016-11233425.php

Harcèlement scolaire. Émoi sur Twitter après la diffusion du téléfilm

 

Publié le 28 septembre 2016 à 08h14

 

Le harcèlement scolaire est un mal insidieux. Plusieurs centaines de milliers d’enfants et d’adolescents sont concernées. Le sujet était au cœur d’un téléfilm diffusé ce mardi, « Marion, 13 ans pour toujours », qui s’est hissé à la deuxième position des audiences télévisées. Sur Twitter, les réactions ont été très nombreuses.

 

Nora Fraisse a écrit deux ouvrages : « Marion, 13 ans pour toujours » et « Stop au harcèlement : le guide pour combattre les violences à l’école et sur les réseaux sociaux ». Elle a aussi fondé l’association « Marion Fraisse, la main tendue », afin de poursuivre la prévention et la lutte contre le harcèlement à l’école et le cyberharcèlement.

Ce sujet, elle ne le connaît que trop bien… Le 13 février 2013, sa fille, élève en classe de 4e, s’est suicidée en se pendant dans sa chambre. L’adolescente a laissé une lettre dans laquelle elle a confié se sentir mal au collège…
Depuis, Nora Fraisse témoigne. Ce fut le cas le 1er mars, à Lorient, face aux élèves des collège et lycée Saint-Joseph – La Salle. « Je cherche à lever les inquiétudes, à donner des clefs, à reposer les bases du harcèlement à l’école, à travers la relation triangulaire entre le harceleur, le harcelé et le témoin », avait-elle, notamment, expliqué.

À lire sur le sujet

Harcèlement. Un cri du coeur

Fidèle au livre  »Marion, 13 ans pour toujours », un téléfilm a été diffusé ce mardi soir, sur France 3. Avec, en tête d’affiche, Julie Gayet, qui interprétait le rôle de Nora Fraisse. Un rôle qui a fait douter la comédienne : « Serai-je à la hauteur de cette mère qui a tant souffert et qui se bat tous les jours pour que d’autres enfants n’en arrivent pas là ? », s’est-elle interrogée dans une interview qu’elle a accordée au Figaro.fr.

Vive émotion sur Twitter

Le téléfilm a été très suivi. Il a attiré plus de quatre millions de téléspectateurs, talonnant TF1 et sa série policière « Blindspot ». Sur Twitter, l’adaptation télévisée du livre de Nora Fraisse a fait énormément réagir : le hashtag #Marion13ansPourToujours a été parmi les plus utilisés, de très nombreux internautes appelant, par exemple, à la diffuser dans tous les collèges et lycées.

Il ne faut pas cesser d’éduquer, d’être vigilant

Selon Julie Gayet, « c’est toujours le moment de parler du harcèlement. Il ne faut pas cesser d’en parler, d’éduquer, d’être vigilant ». Les chiffres le confirment : selon des enquêtes sur le climat scolaire, il toucherait 12% des écoliers, 10% des collégiens et 3,4% des lycéens. Avec, dans certains cas, une issue tragique…

À lire sur le sujet

Le harcèlement, c’est quoi ?

 



Décès en 2010 de l’ancien riverain de Rue89 Jaycib

 

 

Poursuivons notre retour aux sources.

Le 18 juin 2010 à 18h55 décédait le riverain de Rue89 répondant au pseudonyme de « Jaycib ».

Il s’appelait de son vrai nom Jean-Claude Barré et résidait à Albi.

Je lui avais consacré les deux articles dont copies ci-dessous les 21 juin et 7 juillet 2010.

Cliquer sur les images pour les agrandir et lire les textes.

 

2010-06-21 Jaycib, un ami riverain, a disparu - Un petit coucou

 

2010-07-07 Le NPA, une secte fasciste - Un petit coucou

 

Sa compagne avait informé ses amis internautes de son décès par un mail que j’avais donc repris dans le premier de ces articles, et par lequel elle précisait :

 

Il a eu dans la rue une hypoglycémie est tombé sur le dos, a eu un traumatisme crânien avec fracture du crâne postéreur saignant à l’intérieur. Il est resté inconscient et dans le coma jusqu’à son décès.

 

Elle avait ajouté le 23 juin 2010 à l’adresse du blogueur Paul Jorion dont il était un fidèle lecteur et commentateur :

 

http://www.pauljorion.com/blog/2010/06/19/jean-claude-barre/

Qui était Jean-Claude?

Il se faisait une haute idée de l’humanité, toute l’humanité. C’était un homme vertueux, courageux et exceptionnel. Il était de grande valeur.

Dépensant sa jeunesse (avec les copains) en lisant, écoutant de la musique (classique et jazz), lisant de la littérature, des poésies… les « littéraires » étaient copains avec les « scientifiques »…

Après sa réforme du service militaire à Bamako (pendant un match de football) où l’on avait diagnostiqué une maladie rénale, sa vie a changé. Il a opté pour des études universitaires et est parti vers son nouveau séjour américain. La décompensation de sa maladie vers les années 80, sa première greffe, son retour définitif en France, la perte de sa greffe, une deuxième transplantation en 1991, puis Albi, où encore d’autres maladies se sont ajoutées, telles que le diabète. Il n’a été épargné de rien, il ne s’est jamais plaint.

In fine, toujours occupé avec les autres tout en ayant sa maladie, il a lutté courageusement contre la mort qu’il n’a ni souhaitée ni voulu hâter. Ce combat aura été sa dernière cause sociale.

 

Une autre de ses connaissances lui a par la suite consacré l’article suivant :

https://triton95.wordpress.com/2012/12/02/la-disparition-dun-commentateur-de-lactualite-jaycib/

 

Nous nous retrouvions donc sur quelques sujets de discussion et il faisait partie des riverains de Rue89 qui avaient demandé à la rédaction de ce site ma réintégration parmi eux après la suppression de mon premier compte, « existe », le 6 septembre 2008.

C’est lui qui m’avait annoncé le succès de leur démarche sitôt après avoir obtenu au nom du groupe dont il était le porte-parole mon autorisation de me réinscrire.

Les « déconnologues » de la bande du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, qu’il n’appréciait pas, lui en gardaient rancune, comme à tous les autres internautes qui m’avaient soutenue contre eux à un moment ou à un autre, et de façon plus large en ce qui concerne l’instigatrice de toutes leurs exactions à mon encontre, Josette Brenterch du NPA de Brest, comme à toute personne m’ayant un tant soit peu soutenue contre toutes ses attaques démentielles depuis 2004.

A compter de l’automne 2004, elle n’avait eu de cesse jusqu’à l’obtenir de me faire exclure de l’association AC ! Brest après que je sois intervenue sur le sujet du harcèlement moral en entreprise au cours d’un débat public organisé par la Ville de Brest à propos de la santé et de la précarité.

Le 6 septembre 2008, j’avais également vu brutalement supprimer mon premier compte sur le site Rue89 alors que je m’y faisais attaquer par une de ses amies sitôt après avoir commencé à m’exprimer anonymement sur le sujet du harcèlement moral en entreprise.

A peine réinscrite sous le pseudonyme de « jexiste », non seulement j’étais menacée de mort jusqu’à la porte de mon domicile pour avoir recommencé à m’exprimer sur le sujet du harcèlement moral sur le site Rue89, mais j’y serai dès lors harcelée jusqu’à l’obtention de mon bannissement définitif le 31 juillet 2009.

Tout en me calomniant de façon pérenne sur leur blog ICI-BLOG, mes harceleurs, les « déconnologues » de la bande du cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi, me traquaient également sur tous les autres sites où je tentais de m’exprimer, me harcelant et exigeant toujours mon exclusion, notamment sur Le Post jusqu’à obtention de mon bannissement fin février 2010, puis sur la plateforme de blogs OverBlog à compter du mois d’avril 2010.

Le 12 juin 2010, le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi avait ouvert son blog Tique Toc, entièrement et exclusivement dédié à une nouvelle campagne de calomnies publiques à mon encontre.

Il continuait en parallèle à me calomnier sur son blog ICI-BLOG où il avait publié le 17 juin 2010 un article particulièrement odieux à l’égard de ses cibles habituelles sur le site Rue89.

C’est donc dans ces conditions que Jean-Claude Barré avait trouvé la mort le 18 juin 2010.

Cyprien Luraghi révèlera mon identité à ses lecteurs de Tique Toc dès le lendemain, 19 juin 2010, à 17h07, comme si un verrou venait de sauter.

Il avait annoncé l’imminence de cette publication à ses lecteurs de l’ICI-BLOG le même jour à 16h23 alors que l’annonce de la mort de Jaycib venait tout juste d’être diffusée par un mail envoyé par sa compagne à 16h00, et qu’au moins la « déconnologue » Mon-Al avait bien reçu.

Voici les messages publics dont il s’agit, dans les commentaires sur son article du 17 juin 2010, intitulé « Trolls de Drames » :

 

70492

cyp répond à 0

Le 19 juin 2010 à 13:10 | Permalien

ACHTUNG BICYCLETTE BAROUETTE !!!

Jour J aujourd’hui !

J’ai eu raison d’écrire ce billet : il tombe à point nommé.

D’abord vous saurez que GSXR1100 hé ben c’est BROGILO !

Ensuite les lecteurs de Tique Toc concernés par l’affaire de [Petitcoucou] a progressé à pas de géant hier soir.

J’ai fait de grandes découvertes !

Mes deux nouveaux téléphones vont chauffer à blanc cet après-midi !

Comme disait le prophète Phillipulus :

LA FIN EST PROCHE.

Et salut le monde !

Répondre
70509

cyp répond à 0

Le 19 juin 2010 à 16:23 | Permalien

AVISSE ! AVISSE !

C’est fait : plié et achevé.

Je sais qui est Jexomil©. Tout sur elle je sais. D’un bout à l’autre ou presque.

Rendez-vous d’ici peu sut Tique Toc. Encore un chouïa de poil de patience.

Et à tout’ : Annie revient tout juste du jardin et je viens de raccrocher le téléphone… qui est encore tout pantelant d’avoir entendu ce qu’il a entendu… brrrrr.

Répondre
70518

cyp répond à 0

Le 19 juin 2010 à 17:11 | Permalien

C’EST ACHEVÉ :

http://sd-16847.dedibox.fr/sit…..-nous-deux

Répondre
  • 70530

    Mon-Al répond à 70518

    Le 19 juin 2010 à 17:58 | Permalien

    Bravo à notre Kondukator Cosmoplanétaire … LA KLASSE !!!

    Une de moins !

    Répondre
  • 70572

    alain pacifique répond à 70518

    Le 19 juin 2010 à 22:52 | Permalien

    Tique Toc,Tique Toc,Tique Toc,Tique Toc, BOUM!!!!!

    Répondre
    • 70573

      cyp répond à 70572

      Le 19 juin 2010 à 23:15 | Permalien

      Comme tu dis : BOUM.

      Hé : c’est carrément un sujet de roman, ce truc. Je déconne pas : je me suis baladé sur je sais pas combien de forums depuis 96, et jamais j’avais croisé un stalker d’un tel calibre. Jexomil©, c’est un cas d’école.

      Brogilo peut aller se rhabiller : même sur ce point, c’est un minable.

      Répondre

 

Conclusion

Christian Hamon en 2008 et Jean-Claude Barré en 2010 : deux chutes mortelles qui surviennent « à point nommé » pour arranger les affaires de mes harceleurs ou les libérer de toute entrave quant à la poursuite d’exactions toujours plus graves à mon encontre.



Le lavoir de la rue Conseil à Brest

 

 

L’aquarelle illustrant mon précédent article représente l’ancien lavoir du quartier de Saint-Martin, à Brest.

Ce haut lieu de procès publics a été réhabilité entre 2012 et 2014.

Divers spectacles y sont depuis organisés.

 

http://www.cotebrest.fr/2014/07/20/la-deuxieme-vie-du-lavoir-de-saint-martin/

Brest La deuxième vie du lavoir de Saint-Martin

 

Il a fait l’objet d’une réhabilitation soignée. Grâce à la mobilisation de ses habitants et des associations du quartier, il retrouve une seconde jeunesse.

 

14/07/2014 à 15:09 par martinedesaintjan

P1110037.JPG
 

 
Vestige du passé, friche urbaine, vieille pierre… : le lavoir de la rue Conseil fut longtemps considéré ainsi, derrière ses murs austères et ses grilles de fer forgé. Aujourd’hui réhabilité, il est le théâtre de nombreuses propositions artistiques et culturelles. Retour sur cinq dates qui ont fait son histoire…
• 1884 : lors d’une séance du conseil municipal, il est proposé l’acquisition d’un terrain pour la construction d’un lavoir public afin de satisfaire la population, majoritairement ouvrière, du quartier de Saint-Martin, qui manque d’eau pour blanchir son linge. La commission des travaux de la ville achète 425 m2 rue Conseil. Le début des travaux est voté en septembre 1885, mais la livraison de la structure n’interviendra qu’en octobre 1889. Le lavoir vit ensuite ses heures de gloire, véritable lieu de rencontres et élément indispensable de la vie du quartier. L’activité y perdure jusqu’après la Seconde Guerre mondiale.
• 1970 : le lavoir tombe en désuétude et perd son rôle social.
• 2007 : à l’initiative de la mairie de quartier, du patronage laïque Guérin et de l’association Vert le jardin, émerge un projet de réhabilitation avec pour objectif  la réappropriation des lieux par  les habitants. Travaux de recherche sur la mémoire du site et modélisation en 3D sont réalisés.

 

Modélisation 3D / Daniel Larvor.

Modélisation 3D / Daniel Larvor.

 

• 2012 : début des travaux, rénovation des bassins, aménagements de parcelles végétales…
• 2013 : inauguration officielle du nouveau lavoir, fruit de la réflexion collective ayant impliqué les habitants et les acteurs associatifs de Saint-Martin.
 
Lavoir-1.jpg
 

 
Depuis, le lavoir de la rue Conseil ne demande qu’à être investi. S’y succèdent expositions, concerts, spectacles et animations. « Emparez-vous des lieux », telle est la devise de la mairie de quartier et du patronage laïque Guérin qui sont à l’écoute de nouveaux projets pour le lavoir…A.B.


›  PL Guérin : yann.roue@plguerin.fr
Mairie de quartier :  elodie.cornec@mairie-brest.fr
Rue Conseil, 29200 Brest, France

 

 

http://www.septjoursabrest.fr/2014/09/17/lavoirs-a-brest-a-quoi-servent-ils-aujourdhui/

Lavoirs à Brest. A quoi servent-ils aujourd’hui ?

 

Lavoirs en fonctionnement, réhabilités ou dévolus à l'accueil de spectacles... La seconde jeunesse des lavoirs

Par | 17.09.2014 | 07:00 0

 

Si aujourd’hui, 30 lavoirs subsistent à Brest, seuls cinq d’entre eux sont utilisés pour leur fonction première : laver du linge. Si certains sont désormais inutilisés, d’autres ont été réhabilités et ont droit à une seconde vie. Le lavoir rue Conseil a été réhabilité en juin et se veut maintenant être un lieu de vie pour les habitants et les assos du quartier. Quant au lavoir rue Saint-Malo, il accueille depuis quelques années de nombreux spectacles. Tour d’horizon.

Brest, ville rasée pendant la Seconde Guerre mondiale et dont le patrimoine a complètement disparu avec les bombes alliées ? Que nenni ! « Beaucoup de gens pensent qu’il n’y a pas de patrimoine à Brest, raconte Christine Berthou-Ballo, responsable du service Patrimoines à Brest. Or, beaucoup de bâtiments datent d’avant-guerre ». Un exemple de cette trace architecturale de l’histoire de la ville ? Les lavoirs, construits, comme celui situé rue Conseil ou rue Saint-Malo, à la fin du XIXe siècle.

30 lavoirs à Brest

Aujourd’hui, 30 lavoirs sont répertoriés à Brest, selon le dernier recensement effectué par la Ville en 2009. « Cinq ont encore cette fonction de lavoir, précise Hervé Séguineau, directeur du service sanitaire à la Ville. Il y a le lavoir de la rue Jules-Lesven, mais aussi ceux de Kerangoff, Kerraros, Pen Ar Rhun et de la rue Brigadier Le Cann ». Fermés au public, ils sont accessibles à tous en journée. Il suffit de demander la clé aux mairies de quartier.

Comme le rappelle Hervé Séguineau, « il y a encore des gens qui viennent laver leur linge, mais c’est à la marge. Le lavoir situé rue Jules-Lesven est tout de même souvent utilisé. Les habitués savent qu’ils vont y retrouver des amis. C’est aussi ça, la fonction du lavoir, être un lieu de rencontre dans un quartier ». Et les autres lavoirs de Brest, que deviennent-ils ? Certains sont inutilisés, d’autres, comme ceux de Kervao à Lambézellec et square Hyppolite-Rolland, à Saint-Pierre, sont intégrés à des espaces verts et transformés en mare.

Des espaces culturels

Et puis, il y a ceux dont la fonction a été complètement repensée. C’est le cas des lavoirs de la rue Saint-Malo, à Recouvrance et rue Conseil, à Saint-Martin. « Au lavoir de la rue Saint-Malo, 80 femmes pouvaient laver leur linge en même temps, raconte Mireille Cann, fondatrice de l’association Vivre la rue, qui gère ce lavoir. Cela fait 10 ans que nous organisons des spectacles ici et à nos débuts, les lavandières y venaient encore ».

Aujourd’hui, plus question d’utiliser le lieu pour sa fonction d’origine. Le lavoir a désormais une fonction purement culturelle. Les concerts des fameuses « Petites lessives » y ont lieu pendant l’été, au même titre que des spectacles de danses et de théâtre. Le 21 septembre, l’asso Brest city Groover proposera d’ailleurs du hip-hop. « Cet espace de 400 m² permet d’avoir un spectacle couvert et clos. On y a construit une scène, un bar et des toilettes pour que ça devienne un espace vraiment culturel. On va faire des travaux pour avoir un son de meilleure qualité et on espère pouvoir créer des loges dans la maison attenante au lavoir ».

Le lavoir rue conseil rénové

Du côté du lavoir Conseil, le PL Guérin, les habitants du quartier et la Ville ont poussé le concept encore plus loin. En juin, ce lavoir, « inutilisé depuis un demi-siècle » selon Yann Roue, animateur au PL Guérin, a été entièrement rénové. Aujourd’hui, un bassin, encore en eau, a été végétalisé. Le deuxième bassin peut lui aussi être remis en eau pour des spectacles. Une parcelle du terrain a même été aménagée en jardin partagé.

« L’idée est d’en faire un endroit accessible aux associations et aux habitants qui veulent organiser des événements. On a accueilli la Foire aux croûtons, Vert le Jardin y a organisé Le bal des pépins et le lieu sera ouvert tous les samedis jusqu’à la Toussaint ». « C’est super de pouvoir réhabiliter un lieu chargé d’histoire et l’utiliser pour autre chose, conclut Christine Berthou-Ballot. Le patrimoine ne doit pas rester figé, il doit être vivant ».

 



Décès en 2008 de Christian Hamon, ancien président de l’association AC ! Brest

 

Fichier:Lavoir StMartin Aquarelle02.jpg

 

Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’évoquer, nombre de mes témoins contre Josette Brenterch du NPA de Brest et ses complices les « déconnologues » de la bande du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi ont trouvé la mort dans des circonstances troublantes depuis que j’ai commencé à m’exprimer anonymement sur Internet en 2008.

Je n’ai pas toujours eu conscience de toutes les conséquences de cette expression publique anonyme, que je découvre toujours assez tardivement et ne peux toujours pas connaître complètement à l’heure actuelle.

Tant que mon identité n’avait été publiquement révélée par personne, soit jusqu’au 19 juin 2010, ces conséquences néfastes ont toujours été provoquées par les réactions hystériques de Josette Brenterch et ses divers complices à des propos totalement innocents dont ils ne connaissaient l’identité de l’auteur que grâce à des piratages informatiques, Josette Brenterch m’ayant toujours fait illégalement surveiller par ce moyen depuis que je dispose d’une connexion à Internet.

A compter du 19 juin 2010, ce sont à l’évidence toutes leurs révélations et calomnies publiques me concernant qui deviennent causes de nombreux désordres.

Ainsi, par exemple, l’ancien président de l’association AC ! Brest pour les années 2004 et 2005, Joël Roma, victime collatérale des campagnes de calomnies publiques dont je fais l’objet depuis cette date, a-t-il définitivement quitté ses anciens camarades de l’extrême-gauche brestoise pour rejoindre ceux du Front national à la suite de ces faits.

Je ne vais pas m’étaler ici sur la manière dont la vie politique locale en est depuis devenue singulièrement animée, ce n’est pas l’objet de mon propos d’aujourd’hui.

Le jour des morts, je restaure leur mémoire et vais donc vous présenter quelques-uns de mes témoins malheureusement décédés depuis 2008.

Avant d’aller plus loin, je précise tout de suite qu’aucun d’entre eux ne m’avait délivré d’attestation en bonne et due forme contre Josette Brenterch et ses complices de la bande du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, un geste qui semble protéger leurs auteurs au lieu de les exposer à une mort prématurée.

Le premier, décédé en 2008, était donc déjà mort lorsqu’ont débuté en 2010 les procédures qui tout depuis nous opposent les uns aux autres.

Il s’agit de Christian Hamon, président de l’association AC ! Brest de 2001 à 2004, dont Joël Roma avait pris la suite à compter du mois d’avril 2004 alors que j’en faisais moi-même partie depuis février 2004.

Momentanément indisponible pour des raisons d’ordre personnel, il était redevenu très actif dans cette association à compter de l’automne 2004 et en est resté membre du Conseil d’Administration jusqu’à fin 2005.

Il était à l’origine de ma candidature et de mon élection comme secrétaire de l’association au mois de février 2005, avec pour objectif d’y consolider ma position face à la trésorière Josette Brenterch qui avait décidé de m’en faire exclure au mois de décembre 2004 et exerçait depuis lors sur ses autres membres diverses pressions dans le but de parvenir à ses fins.

C’était le plus remonté de nous tous contre Josette Brenterch dans le cadre des conflits internes qui s’étaient ainsi déclarés à compter de l’automne 2004.

A l’automne 2005, il voulait porter plainte contre elle et étudiait toujours les possibilités de la traduire en justice en 2006.

Il nous a donc quittés prématurément en 2008, alors que mon inscription sous pseudonyme sur le site Rue89 au mois de décembre 2007 avait bien réveillé la folie paranoïaque de Josette Brenterch à notre sujet.

A la suite de toutes ses exactions à notre encontre au cours de l’année 2005, comprenant déjà des violences graves et des menaces de mort et de nouvelles violences encore très graves, cette femme à la moralité plus que douteuse s’était montrée fermement décidée à nous faire taire par tous les moyens. Notamment, elle nous avait menacés de surveillances illicites et de plainte en diffamation au premier mot susceptible de la contrarier, même si prononcé dans l’intimité de nos vies privées ou de nos foyers, bien évidemment hors sa présence, et sans aucun témoin.

Aussi, tout depuis, elle nous surveillait de près ou ne nous « lâchait pas » selon la formule employée par l’une de ses sbires au mois de juin 2005.

C’est dans ces conditions que Christian a trouvé la mort, à son domicile, où il vivait seul.

C’est sa femme de ménage qui a découvert son corps, paraît-il terriblement abîmé. C’était horrible à voir, il y aurait eu du sang partout, m’a-t-on rapporté, sans que je sois en mesure de vérifier si c’est l’exacte vérité. Il aurait fait une chute tout seul chez lui, dans un appartement à l’agencement standard, d’un seul niveau. C’est du moins la conclusion officielle de l’enquête diligentée sur les causes de sa mort, dont j’ignore si elle fut très sérieuse.

Le jour des morts est aussi jour de mémoire.

Restaurant celle de Christian, j’expose ci-dessous la liste des 30 premières pièces sur un total de 70 que j’ai produites devant la Cour d’Appel de Rennes lors de l’audience du 30 septembre de l’année dernière dans le cadre des poursuites engagées à mon encontre par Josette Brenterch en 2011 à raison de droits de réponse que j’avais publiés sur mon ancien blog « Un petit coucou » chez OverBlog, à la suite de ses campagnes de calomnies publiques à mon encontre.

Les cinq dernières de ces pièces sont des courriers électroniques de Christian relatifs à notre conflit avec Josette Brenterch en 2005, que je publie à la suite d’une autre de ces 30 premières pièces toutes y consacrées, à savoir un texte de Joël Roma de 2005. Ces documents sont publiés intégralement à l’exception de quelques noms et des adresses électroniques qu’ils contiennent.

Leur fait suite la liste des candidats présentés aux élections municipales de 2001 par le micro parti politique local BAGA (Brest à Gauche Autrement), émanation de la LCR dont Josette Brenterch faisait toujours partie à l’époque des faits, et qui aujourd’hui n’existe plus.

Voilà. Josette Brenterch du NPA de Brest et ses complices Pascal Edouard Cyprien Luraghi et autres déconnologues s’obstinant à publier et divulguer de nombreuses allégations mensongères à mon encontre, munie de ma caisse et de mes battoirs, je lave le linge sale sur la place publique.

Comme pour tous les autres chapitres de ma biographie, leurs prétentions concernant mon activité dans l’association AC ! Brest sont toujours toutes mensongères, et j’ai dû rétablir la vérité, nombreux éléments de preuve à l’appui, au cours de la procédure qui s’est conclue par ma relaxe de la totalité des chefs de poursuite en appel à Rennes le 2 décembre 2015, soit dix ans après mon départ de cette association dans des conditions tout autres que celles alléguées mensongèrement jusque devant les juges par l’affabulatrice et calomniatrice Josette Brenterch.

 

1°/ Liste des pièces signifiées par [Petitcoucou], prévenue, à Monsieur le Procureur Général près la Cour d’appel de Rennes, en vue de l’audience du Jeudi 19 Septembre 2013 à 14h00

1. Observations de [Petitcoucou] du 30 août 2012 (32 pages)

2. Liste des 45 pièces jointes (2 pages)

3. Observations de [Petitcoucou] du 5 octobre 2012 (7 pages)

Ces observations, accompagnées au total de 55 pièces justificatives, qui ont été adressées en deux temps au magistrat instructeur, par dépôts enregistrés au greffe du Tribunal de Grande Instance de Brest en août et octobre 2012, portent sur les déclarations mensongères de la partie civile que révèle une première partie du dossier de l’information judiciaire, allant jusqu’à la cote D489, à l’exception de la pièce cotée D156, manquante.
Ces déclarations mensongères et inventions calomnieuses de Mme Brenterch sont multiples et ont amené [Petitcoucou] à exposer par le menu sur 39 pages au total, en étayant ses dires de 55 pièces justificatives, toute l’histoire de ses relations avec Mme Brenterch, depuis sa participation aux activités de l’association AC ! Brest en 2004 et 2005 jusqu’aux campagnes de calomnies que Mme Brenterch organise depuis lors à son encontre, notamment sur Internet depuis 2008, et les plaintes que Mme Brenterch a déposées contre elle à compter de l’automne 2010 après que [Petitcoucou], en réponse à ses questions à ce sujet, lui eut fait part de son intention de saisir la justice pour obtenir la suppression de tous les écrits publics où elle était injuriée et calomniée et voyait de plus l’intimité de sa vie privée violée.
Elles portent ainsi sur les conditions dans lesquelles [Petitcoucou] a révélé fin août 2010 sur son blog « Un petit coucou » l’identité de « Chepita » et « amnlae », c’est-à-dire Josette Brenterch, sur incitation de celle-ci et avec son consentement.

4. Attestation de [Papa de Petitcoucou] du 27 août 2012 (4 pages)

Mr [le Papa de Petitcoucou], père de [Petitcoucou], atteste qu’il connaissait bien depuis de nombreuses années plusieurs des personnes dont sa fille a fait la connaissance avec Mme Brenterch en 2004 et 2005, notamment Mr Michel Le Doaré et Mme Christiane Voisset, deux militants de la Ligue Communiste Révolutionnaire de Brest auxquels Mme Brenterch a fait appel à compter du printemps 2005 pour l’aider à obtenir l’exclusion de [Petitcoucou] de l’association AC ! Brest.

5. AC ! Brest : réunion interne du 17 juin 2005 (3 pages)

Au cours de cette réunion, dont l’organisation avait été exigée par Mme Brenterch, et à laquelle avaient notamment participé à sa demande Mr Michel Le Doaré et Mme Christiane Voisset, Mme Brenterch avait tenté d’obtenir l’exclusion de l’association AC ! Brest de Mme [Petitcoucou] en proférant contre elle des accusations mensongères. Or, elle a réitéré ces accusations mensongères au cours de l’information judiciaire ouverte en 2011 sur sa plainte avec constitution de partie civile d’août 2011 alors que cette affaire était classée depuis juin 2005. Les inventions calomnieuses de Mme Brenterch n’avaient alors pu produire l’effet escompté et s’étaient retournées contre son auteure qui les avait ensuite abandonnées.

6. Statuts de l’association AC ! Brest (4 pages)

Ces statuts précisent les conditions et modalités de convocation d’une assemblée générale de l’association, soit ordinaire, chaque année, par le secrétaire (article 11), soit extraordinaire, « si besoin est, ou sur demande de la moitié plus un des membres inscrits », par le président, selon son bon vouloir et suivant les formalités prévues par l’article 11 (article 12).

7. Demande d’AGE du 5 septembre 2005

Mme Brenterch et treize de ses amis, un groupe de personnes que pour la plupart elle vient de faire adhérer à l’association à cet effet, demandent à son président de convoquer une assemblée générale extraordinaire. Ils expriment leur désaccord avec l’intégralité des actions menées par les membres actifs de l’association depuis plusieurs mois, mais ne sont toujours pas majoritaires.

8. Mise en demeure du 7 septembre 2005

Le président de l’association met sa trésorière Josette Brenterch en demeure de lui présenter les comptes de l’association pour l’année 2004, ce qu’elle n’a toujours pas fait depuis l’assemblée générale de février 2005.

9. Convocation d’AGE du 8 septembre 2005

Mme Brenterch convoque elle-même l’assemblée générale extraordinaire qu’elle demande avec une minorité d’adhérents, presque tous fictifs ou de fraîche date.

10. Lettre du président d’AC ! Brest du 10 septembre 2005

Le président Joël Roma informe les adhérents de l’association que la convocation qu’ils viennent de recevoir est nulle et non avenue, et qu’il a décidé de convoquer le conseil d’administration de l’association pour examiner la situation.

11. Lettre de Josette Brenterch du 10 septembre 2005

Josette Brenterch, trésorière d’AC ! Brest, notifie au président de l’association son refus de lui présenter les comptes de l’association.

12. Convocation de Josette Brenterch du 16 septembre 2005

Josette Brenterch est convoquée devant le bureau de l’association pour s’expliquer.

13. Courrier de [XXXXXXXXXX] du 17 septembre 2009 (2 pièces)

Lettre de soutien d’un collectif de neuf adhérents de l’association AC ! Brest au bureau de celle-ci, composé de son président Joël Roma et de sa secrétaire [Petitcoucou].

14. Lettre du président d’AC ! Brest du 19 septembre 2005

Le président Joël Roma convoque son conseil d’administration pour le 21 septembre 2005.

15. Déclaration du conseil d’administration d’AC ! Brest du 21 septembre 2005

Procès-verbal de réunion du conseil d’administration signé par ses six participants.

16. Compte rendu du conseil d’administration du 21 septembre 2005 (3 pages)

Compte rendu de la réunion du conseil d’administration diffusé par son président.

17. Notification de radiation de Josette Brenterch du 22 septembre 2005

Lettre du président de l’association AC ! Brest notifiant à Josette Brenterch sa radiation de l’association pour tous les motifs exposés dans cette notification.

18. Convocation de Monique Saluden du 22 septembre 2005

Lettre du président de l’association AC ! Brest convoquant Monique Saluden devant le bureau de l’association pour qu’elle s’explique sur des menaces et comportements violents.

19. Déclaration de modification d’AC ! Brest du 26 septembre 2005 (2 pages)

De nouveaux dirigeants de l’association AC ! Brest, élus lors de l’assemblé générale extraordinaire organisée le 26 septembre 2005 par Josette Brenterch, qui vient d’être radiée de l’association par décision de son conseil d’administration en date du 21 septembre 2005, se sont déclarés à la sous-préfecture de Brest le 28 septembre 2005. La précédente déclaration, enregistrée le 15 juillet 2004, désigne Joël Roma comme président de l’association régulièrement élu lors de l’assemblée générale d’avril 2004.

20. Article de presse du 29 septembre 2005 (Ouest-France)

Les nouveaux dirigeants de l’association AC ! Brest ont organisé une conférence de presse pour se faire connaître du public et lui exposer son programme.

21. Convocation de Michel Le Doaré du 30 septembre 2005

Lettre du président Joël Roma, seul légitime au regard des statuts de l’association, convoquant Michel Le Doaré devant le bureau de l’association pour qu’il s’explique.

22. Convocation de Manu Gouriou du 3 octobre 2005

Lettre du président Joël Roma convoquant Manu Gouriou devant le bureau de l’association pour qu’il s’explique sur des menaces et comportements violents.

23. Convocation de [Petitcoucou] du 20 octobre 2005

Convocation de [Petitcoucou] devant le nouveau bureau de l’association AC ! Brest par son secrétaire Manu Gouriou, pour s’expliquer sur une « faute grave » non précisée, le nouveau conseil d’administration de l’association s’étant prononcé pour sa radiation le 19 octobre 2005. Les autres membres actifs réels de l’association ont reçu de son nouveau secrétaire Manu Gouriou la même convocation, motivée à l’identique.

24. Notification de radiation de [Petitcoucou] du 8 décembre 2005

Notification de radiation de l’association AC ! Brest de [Petitcoucou] au motif de son « refus de reconnaître la légitimité de l’assemblée générale extraordinaire du 26 septembre 2005 ainsi que du conseil d’administration et du bureau qui y ont été élus ». Les autres membres actifs réels de l’association ont reçu de son nouveau secrétaire Manu Gouriou la même notification de radiation, motivée à l’identique.

25. Compte rendu de Joël Roma du 25 novembre 2005 (5 pages)

Dans ce texte du 25 novembre 2005, Joël Roma expose toutes les difficultés qu’il a connues comme président de l’association AC ! Brest à compter du printemps 2005 et justifie sa décision de se retirer ou d’abandonner la lutte contre Mme Brenterch et ses amis.
Cet ensemble de pièces (1 à 25) présente la réalité des conflits qui secouaient l’association AC ! Brest en 2005, et opposaient la totalité de ses membres actifs à sa trésorière, Mme Brenterch, qui pour reprendre le contrôle de l’association et pouvoir obtenir de ses instances dirigeantes l’exclusion de [Petitcoucou], qu’elle réclamait depuis le mois de décembre 2004, aura constitué un groupe d’opposants comprenant essentiellement de ses amis politiques de l’extrême-gauche brestoise.
Au cours de l’année 2006, elle proposera leur réintégration à l’association AC ! Brest à tous les autres exclus de l’automne 2005, qui refuseront.

26. Mail de Christian Hamon du 04/10/2005 à 0h24 (2 pages)

27. Mail de Christian Hamon du 12/10/2005 à 10h13

28. Mail de Christian Hamon du 02/11/2005 à 23h22

29. Mail de Christian Hamon du 17/12/2005 à 12h14

30. Mail de Christian Hamon du 30/12/2005 à 12h26

Ces courriers électroniques dont l’auteur, Christian Hamon, décédé en 2008, est un ancien président de l’association AC ! Brest, attestent, comme il le dit lui-même, qu’il avait toujours connu des difficultés avec Mme Brenterch depuis son arrivée dans cette association en 1999, et qu’en conséquence [Petitcoucou] ne peut en être tenue pour responsable, comme Mme Brenterch l’affirme mensongèrement lorsqu’elle accuse (toujours mensongèrement) [Petitcoucou] d’avoir « embobiné » tous les membres actifs d’AC ! Brest qui refusaient de lui obéir. Mr Hamon est le seul des exclus de l’automne 2005 qui s’était rendu à la convocation devant le bureau de l’association que ceux-ci avaient tous reçue de son nouveau secrétaire Manu Gouriou (cf. pièces 28 à 30).

…/…

 

Pièces 25 à 30

 

25.

Sujet: Le Putsch

De : « roma.joel » <…> Date : 25/11/2005 22:06 Pour : [Petitcoucou]

Je me permet après un long silence d’intervenir pour une dernière fois dans un but d’information au sujet de ce qui c’est passé en date du 26 Septembre 2005 lors de la décision de « la part » de la trésorière Josette Brenterch  de mettre en place une AGE aidé en cela par des colistiers de circonstances.IL ne faut pas être dupe de ce qui c’est passé ce jour là dans l’association AC Brest, puisque la volonté affiché lors de l’Assemblé Générale du 25 Février 2005 par tous et toutes c’est vu remettre en cause par un panel de mercenaires soumis à la vindicte d’une personne dont l’acte politique reste discutable! Je pense quant à moi qu’il est préférable de ne pas ce cantonner dans une frustration permanente, et s’engager dans un combat qui ne peut en ce moment que nuire à certaines victimes de ce coup État. Effectivement, j’ai aujourd’hui des responsabilités qui m’incombent concernant des parents très âgés, et cela m’est déjà assez difficile de tenir la structure pour me payer de surcroît le privilège de l’ouverture d’un second front! Je préfère me cantonner dans les faits, rien que les faits vécus durant ma présidence à AC. Je ne suis pas de ceux qui sont revanchards et  finissent par haïr, je ne marche pas comme ça. Ces comportements n’étant pas chez moi une seconde nature. C’est de toutes façons une perte de temps énorme, ainsi que d’énergie; bref j’ai choisi de rester zen. J’ai pour ma part vécu ma situation de président dans la tourmente comme à l’intérieur d’un théâtre, les rapports de forces qui se sont établis de semaines en semaines, s’intensifiant et s’amplifiant, notamment entre Josette trésorière et [Petitcoucou] secrétaire. N’oublions pas un seul moment que l’intelligence particulièrement vive de la secrétaire à toujours eu comme impacte de déranger Josette qui en l’absence de cette dernière ainsi que de XXXXXXXXX pouvait se permettre une grande marge de manoeuvre dû notamment au fait que la plupart des permanences étaient tenues par des gens soumis à la hiérarchie « intellectuelle » qu’on le veuille ou non, que ce soit volontaire ou non, les marques se font ainsi entre les « prolos » et la maîtrise! tout le monde ne s’appelle pas Besancenot. Pour tenir tête à Josette il faut avoir mangé de la soupe culturelle, mais pour ce qui est de [Petitcoucou], il en faut visiblement bien plus pour la déstabiliser, J’en ai été un jour témoins, et ce ne fut pas facile pour notre trésorière de se dépêtrer d’une position devenue intenable.Il me faut ici faire savoir que sont venus nous rejoindre dans l’association durant l’année 2004 et XXXXXXXXXX ingénieur agronome puis [Petitcoucou] ingénieur d’études, et moi en tant que président pour essayer de maîtriser ce foyer d’ intello. Ce ne fut pas triste du tout!!!
Datant du  25 / 10 / 2005 Mr ROMA JOEL
LE Putsch
Il est, je vois indispensable de retracer l’historique de ce qui c’est passé durant l’année 2005 suite à l’AG en Février de cette année. Il ne faut pas dire tout et son contraire en se faisant passer pour victime et en diabolisant son président le rendant responsable de fautes qu’il n’a pas commises. Il est vrai que de nombreux dysfonctionnements se sont révélés, notamment en Avril de cette année lors précisément de la venue de Michel Le Douaré au sein du collectif d’AC. Par trois fois ce dernier s’est permis de se comporter comme un soudard, en invectivant la permanence de propos injuriant envers les adhérents, après quoi, devant la réprobation générale des présents, tant sur la forme que sur le fond, perdant tout sang froid, il quittait les lieux frustré. Par la suite lors d’une mobilisation du 1er Mai devant la maison du Peuple, il prenait l’initiative de me proposer dans le cadre d’une réunion de section de la ligue de Brest de faire un point sur la ligne politique d’AC.
Ne connaissant pas du tout cette personne, sinon que par les conflits qu’il faisait naître dans les permanences d’AC depuis sa récente venue, et de surcroît n’ayant jamais croisé Le Douaré lors de permanences de la Ligue de Brest durant 5 années, je n’ai pas pris pour argent comptant les allégations de ce dernier, mais plutôt le résultat d’un comportement jubilatoire provoqué par l’actualité d’une mobilisation !
Le mardi 3 Mai lors de notre permanence, Michel Le Douaré présent au local réitérait ses humeurs, lorsque souhaitant prendre la parole dans le but de temporiser ses propos excessifs, ce dernier éructait se drapant dans une vertu hélas pour lui perdue depuis bien longtemps. Devant un tel comportement, fatigué de supporter ce personnage, je me levais, puis demandais l’attention de l’ensemble de la permanence dont d’ailleurs Josette ce jour là faisait partie !
Je divulguais donc les propos tenus par Le Douaré lors de la mobilisation du 1er Mai devant la maison du Peuple : à savoir la mise à l’ordre du jour de la ligne politique d’AC à l’occasion d’une réunion de la section de la Ligue de Brest, dont je me doit de préciser je ne savais pas qu’il faisait partie depuis très peu de temps ;  ne l’ayant jamais rencontré depuis 5 ans que je fais partie de la ligue. Sa réaction ne se fit pas attendre, et il devint soudain pareil à lui-même laissant apparaître son naturel « fougueux » comme me l’a par la suite déclaré Josette comme pour le dédouaner de tous ses excès  ! Hors de lui il me traita de malade mental, de taré puis de fou, déclarant que jamais il ne fallait parler de partis politique dans les associations ! Il faut dire qu’au devant de tels agissements, Josette à la place de remettre Le Douaré à sa place, temporisa la situation dans le but de sortir son colistier d’une situation bien délicate ; Il venait de se tirait de nouveau une balle dans le pied ; « et Gauche s’il vous plait ! »
Le soir du 3 / 5 / 2005 lors d’une réunion de la section de la ligue de Brest, surprise de ma part de rencontrer le Sieur Le Douaré dans l’assemblée riche d’une quinzaine de militants tous camarades de longue date et bien connus de ma part. A l’ordre du jour divers sujets relatifs à la conjoncture économique puis politique de la France, et du monde, ce qui est on ne peux plus normale. Réaction de Le Douaré en fin d’ordre du jour :   point AC !!!
De nouveau remise en cause de la ligne politique d’AC puis de son président Faisant fi de la ligne politique votée lors de l’assemblée Générale du mois de Février, et d’ailleurs n’ayant pas du tout à être discuté et remise en cause dans l’enceinte de la ligue !
Devant de tels agissements, je me permettais donc de lui révéler que je ne le connaissais pas, et lui demandais de se présenter ! Situations des plus extravagantes qu’il me soit donné de vivre dans l’enceinte de mon parti ! Silence interminable, lourd, pesant, on aurait entendu une mouche voler en ce lieu où j’avais donné tant de mon temps et d’espoirs aujourd’hui déçus.
Par ce comportement de certains de mes camarades, j’avais compris soudainement l’origine entres autres de la mise sur orbite de Michel Le Douaré dans l’association d’AC ainsi que  de certains éléments du bureau de la section de la LCR de Brest ! Cela n’enlève nullement l’estime que je continu à garder envers la base militante de mon parti, avec qui j’ai partagé des moments intenses d’investissements citoyens  sans en oublier la chaleur humaine vers l’objectif  Démocratique tant souhaité lors de nombreuses mobilisations. Voilà pour le cas Le Douaré !
_____________________________________________
Pour ce qui est de Manu qui se drape lui aussi dans une dignité fraîchement retrouvée, ce depuis sa présence tardive dans les permanences d’AC au mois de mai avec la venue des premiers bourgeons; Il faut,  je le pense sincèrement, en développer un tout petit peu plus sur le personnage emblématique tant il le vaut bien.
Durant l’année 2004,  il s’est présenté peut-être trois ou quatre fois inopinément, et pas pour s’investir dans le travail de l’association, mais pour parler des problèmes de santé qu’il rencontrait, ainsi de tout et de rien ce qui j’en conviens, est aussi le rôle d’AC. Cela dit visiblement il en veut personnellement à notre secrétaire qui en fait de trop ! Quant à lui qui n’en avait pas fait une ramée, sinon celle de crier en compagnie de quelques loups et une majorité de moutons confortés par la présence de partis politique. Il brame, entends des voix dans les permanences de l’association : Propos qu’il aurait entendu à l’intérieur de permanences : antisémitisme, racismes, homophobies, lit du front national, sucursalle de la scientologie.Déclaration tenue lors de la réunion tenue en date du 17 Juin 2005 à Brest ; Bref nous voilà affublé de tout et de n’importe quoi. Il ne manque plus que l’adjectif terroriste pour couronner le tout ! Du reste Mr Gouriou n’est pas à sa première expérience quant à la méthode employée, puisqu’il avait agit de la même façon envers l’AGCL de Brest durant l’année 1999 à l’encontre de l’association d’aide aux chômeurs de l’époque, où il avait décelé, puis dénoncé la main mise de secte de la scientologie dans le sein de l’association AC!  Il est donc un familier de la rumeur et de l’intrigue. Force est de reconnaître que ce dernier repris par [Petitcoucou] dans ses propos mensongers, a vite dû déclarer que ses propos mentionnés plus haut étaient de la source de Josette laissant à cette dernière la responsabilité  de ses allégations. Il est à noter qu’il appartient au parti Communiste ; ce qui ne veut absolument pas dire qu’il a l’appuis de ce dernier, et qu’il n’est certes pas mandaté pour ce travail de sape.
En ce qui concerne Monique, elle fait partie comme moi et ce « en ce qui me concerne jusqu’à fin Janvier 2005 » de la LCR de Brest. Mais son slogan de guerre militant étant, ça me prend le chou, elle faisait aussi parti de l’association d’AC. Ce tout au moins jusqu’à la date de mai 2005, puisque de sa propre voix en date du 17 Juin 2005 jour de la réunion, elle refusait de la reprendre! Ses venues à la permanence durant l’année écoulée furent lors de notre présence aux permanences autant sporadiques qu’aléatoires, dans la mesure où cette dernière ne s’était pas du tout sentie investit de l’importance du combat à mener au profit des chômeurs. Tout le monde aura bien compris que c’est de nouveau la faute du président.
Pratiquement invisible dans les permanences ainsi que dans l’investissement militant d’AC ! elle se sera entendue proposer par la voix de Josette sa carte de l’association pour l’année 2005, lors de la réunion du 17 / 06 / 2005.  Carte qu’elle refusera de reprendre pour des raisons qui m’échappent. Cependant à l’issue de la réunion  du 17 juin, la chose pris une tournure plus significative.
Cette réunion informelle ayant eu lieu, nous nous quittâmes dans la volonté de se retrouver en date du 14 Septembre 2005 au centre sociale de Pen AR Créach de Brest dans le but de enfin solutionner ces situations de conflits. Donc à la fin de ladite réunion, les groupes se séparèrent puis décidèrent d’aller boire un pot dans un bistrôt en ville. Sollicité par Monique pour me rendre en compagnie du groupe Le Douaré, je refusais élégamment de me joindre à eux, et préférais m’en tenir au groupe dont je n’avais pas subit d’insultes puis de pressions.
Le lendemain de la réunion nous avions convenus d’une soirée chez une amie, qui avait eu la gentillesse de nous inviter «  soirée barbecue » Tout est-il qu’en me rendant chercher [Petitcoucou] en compagnie de Monique, cette dernière me mis devant un dilemme ; c’est elle ou c’est moi ! Sur ce, je décidais de ramener Monique chez elle tout en me désolant de son refus de se joindre à nous comme il avait été convenu deux semaines plus tôt !
Mal m’en pris de la reconduire, puisque cette dernière prenait l’initiative de téléphoner à un ami de la CGT, et lui intimait de ne pas participer à la soirée dont lui-même avait été invité, pour me mettre la pression,  puis ainsi souhaiter pénaliser la secrétaire d’AC, dans l’espoir de me sentir obligé de l’isoler. La soirée se passa pour le mieux du monde jusqu’au moment où deux heures après le début de celle-ci, « Monique » se présenta à la porte de la maison de cette amie. Agréablement surpris, je me levais en sa direction,  puis me dirigea à  son encontre ! Ha ! Enfin tu t’es décidée à nous rejoindre ! Réponse de cette dernière.
Toi avec ta gueule de faux cul, on t’a  à l’oeil, et on finira par t’avoir, on ne te lâchera pas !!!
Je prenais donc la décision de m’en aller malgré les sentiments que je porte à mes amis, pour ne pas me laisser à mon tour emporter, et proférer  des insultes envers Monique Saluden.
Révolté par la méthode et d’ailleurs intimement persuadé de l’implication du bureau politique de la Ligue, je décidais dès le 20 / 06 / 2005 d’envoyer une lettre recommandée à André Garçon pointure brestoise de la LCR à sont domicile à Brest, demandant que se dernier intervienne auprès de Monique dans le but qu’elle présente des excuses tant sur le fond que sur la forme. Depuis malgré un coup de téléphone, de ce dernier, j’attends toujours. « des excuses de Monique»
____________________________________________________
Il est aussi à noter que la cousine de Josette a la suite de la réunion du 17 / 06 / 2005, c’est permis de menacer XXXXXXXXX du bureau de l’association de Brest au téléphone, ce qui a perturbé ce militant d’AC au point de se rendre dans les bureaux de la police dans la perspective d’une plainte. Après excuses de Marie claire, XXXXXXXXX est donc revenu sur sa volonté de porter l’affaire en justice, et a laissé tomber cette affaire malheureuse.
Au devant de tels agissements, Manu qui ne cesse de pousser des cris d’Orfraie en clamant haut et fort la démocratie, et qui se plaint de n’être pas représenté par un président soucieux d’éthique, et de surcroît partial envers les deux groupes, se devrait de nettoyer devant sa porte, et se rendre compte que dans les Statuts de  l’association, les menaces et insultes, les dénigrements sont passible de radiations. Mon rôle de président ne doit pas être de supporter les insultes, menaces, intrigues de tout genres,  mais au contraire de respecter les militants  qui travaillent dans l’association. Sur ce point précis je me doit de témoigner de l’investissement militant que la secrétaire [Petitcoucou] a fournie tout au long de sa présence à l’intérieur de l’association, et de la charge de travail qu’elle a accomplie durant son mandat ! Ce qui est loin d’être le cas de Manu, Josette  et Le Douaré  entre autres.   Avec preuves et témoignages écrits à l’appui!!!
____________________________________________________
Pour ce qui concerne Josette,notre trésorière pour qui j’avais des sentiments Amicaux, j’aurais appris à mes dépends qu’il faut se méfier de l’eau qui dort. Elle aura tissée sa toile comme d’habitude, doucettement dans le silence feutré de la générosité sacerdotal chez elle chose innée. Elle était  par ses venues sporadiques autant qu’aléatoires curieuse, et quelques fois il est vrais aussi militante investie durant un laps de temps assez court. Très proche de la gauche radicale, ce qui n’avait pas pour me déplaire elle servait je le croyais de caisse de résonance à la victoire de notre cause au sein de partis politique locaux; Du moins le pensaisje naïvement! Le temps me révélera qu’il n’en était pas du tout le cas. Le collectif est un objectif pour espérer être en mesure de peser sur les décisions prises par les gouvernements successifs. Force est de constater, qu’il n’en n’est rien! Alors pour qu’elle raison d’un coup d’un seul avoir opéré un Putsch avec l’appui du bureau politique de la LCR de Brest ? Josette de part son passé militant que je respect tout à fait, est une personne impliquée, investie localement. Soit, mais cela ne doit pas  la dédouaner de respecter et les militants et la Chartre d’AC Brest. Visiblement, elle se permet du haut de son cursus de vouloir faire ce que bon lui semble quand elle veut où elle veut avec qui elle veut! Je crois aujourd’hui avec le recul du temps en analysant la situation qu’en fait Josette est une femme autoritaire, qui sous des dehors « sympathiques, » ne souffre pas d’être remise en cause par des personnes n’étant pas du sérail! Elle est intrigante, calculatrice, et aime diriger. Ce n’est pas pour rien que les présidents successifs ces trois dernières années se sont vu proposer le poste par elle « trésorière! » Pour le reste, je pense personnellement qu’elle ne fait que reculer pour mieux sauter! Elle offre du poisson, mais n’apprends pas à pêcher. Et il viendra le temps pas si lointain où elle devra lâcher la place à d’autres, et peut-être « pire » alors elle se fait plaisir tout simplement dans l’instant pour montrer qu’elle est la patronne, puis qu’elle compte surtout le rester. le reste n’est que du pipi de chat!
En ce qui concerne la réunion demandée par Josette et Monique dans l’urgence d’une situation qui ne le justifiait absolument pas; Il va de soit qu’après avoir reçus leurs demande, puis étant loin du nombre d’adhérents légale justifiant la saisie du Conseil d’Administration de l’Association, je leurs avait promis de retenir cette demande après la campagne du traité Constitutionnel lequel pour un certain nombre d’entres nous a énormément mobilisé au point d’en être ressortit épuisé, et qui était je doit l’avouer et l’assumer un combat des plus important de l’année ! De surcroît gagné, quoique l’on en pense !
Au sortir de cette victoire, la réunion était actée puis effectuée en date du 17 / 06 / 2005. Puis trahi en date du 26/09/05 par les putschistes.
Celle du 14/09/05 acquiescé par les deux partis, et non respectée par le groupe dissident dont la tête se tient  l’indéboulonnable, l’indéracinable,
l’incontournable Josette Mère de tous les nécessiteux en ce bas monde dont bon nombres d’entre eux les gogos auront voté CHIRAC !
Alors Heureuse de votre mentor ?
Salutations Militantes Le Président
Mr Roma

 

26.

Sujet: Re: Le putstch

De : « Chris » <…> Date : 04/10/2005 00:24 Pour : « Josette BRENTERCH » <…> Copie à : [Petitcoucou], XXXXXXX, « Joel ROMA » <…>

Au lieu d’employer de grands mots, tu ferais mieux de laisser la parole aux vrais chômeurs derrière lesquels tu cache ta soif de pouvoir. De qui tu sais
—– Original Message —-

From: Josette BRENTERCH To: Joel ROMA ; [Petitcoucou] ; André Garçon ; Chris ; Christiane VOISSET ; XXXXXXXXXX ; Emmanuel GOURIOU ; Hubert Casel ; Michel LE DOARE ; Edouard RENARD ; Philippe VITAL ; Thierry RIOU Sent: Tuesday, October 04, 2005 12:02 AM

Subject: Re: Le putstch

Diable, enfin un peu de vraie autorité dans ce bordel.
Moi, petite militante d’AC! (c’est le seul titre dont j’aie plaisir à me parer), j’ai une idée : il faut effectivement se débarrasser de cette affreuxe « trotskyste »… J’ai nommé Josette Brenterch, ma petite personne.
Au bout de 11 ans à AC, il me prend l’envie de faire de l’entrisme trotskyste, et me voilà tout de suite démasquée… cela mérite effectivement une punition…
En plus, je ne suis pas nette sur les sous, c’est vraiment terrible. J’ai bien sollicité l’avis des copains et copines d’AC! Brest sur le sujet lors de notre dernière AG, mais il n’ont même pas eu le courage de me condamner et ont lâchement approuvé mes comptes…
Il faut vraiment faire quelque chose. Puisqu’il semble que je sois devenue « trotskyste » à mon insu, il faudrait que l’un de vous trouve un piolet, j’exige d’être exécutée comme le grand ancêtre, même si je sais bien que je n’arrive pas au dixième de la semelle de ses chaussures coté politique et militant. Je demande aussi (cigarette du condamné) que mon exécution soit votée par les militant(e)s d’AC! au niveau régional (puisque ce courrier met le débat à ce niveau).
Bon, c’est pas tout de jouer, demain il y a manif et aujourd’hui je suis malade, alors je vais faire dodo pour être debout demain.
Pour vous rassurer, on vous envoie un de ces jours la délibération de la dernière AG de notre collectif. Je suis toujours trésorière, et je n’ai toujours pas l’intention de voler des sous dans la caisse.
Venceremos quand même, on sait où sont nos adversaires, et ça n’est pas à AC! .
Josette
—– Original Message —-

From: Chris To: Thierry RIOU ; Philippe VITAL ; Edouard RENARD ; AC! NANTES ; Michel LE DOARE ; Josette BRENTERCH ; Hubert Casel ; Emmanuel GOURIOU ; XXXXXXXXXXXXX ; Christiane VOISSET ; Chris ; André Garçon ; [Petitcoucou] ; Joel ROMA Sent: Monday, October 03, 2005 11:33 PM

Subject: Le putstch

La dernière AG désignant le nouveau conseil d’administration est pour moi, ex-président d’AC! Brest absolument illégal au vu des statuts votés démocratiquement en 2002. Status que j’ai, moi-même, déposés à la sous-préfecture de Brest.
Je reste un militant d’AC! Brest, mais je suis écoeuré par les procédés indignes provoqués par ceux qui se croient les nouveaux dirigeants. Si nous ne respectons pas la démocratie, que reste-t-il, le coup d’état, et je crois que cet une pratique très critiquée par les gens de Gauche. Après tout, la révolution permanente pronée par les Troskistes, c’est peut-être cela!
J’ai le sentiment de voir un certain castrisme se développer au sein d’AC! Brest.
Ma confiance en certaines personnes s’en trouve complètement boulversé. Pour d’autres, il est évident, que je ne leur ai jamais accordé ma totale confiance.
Je reste solidaire du bureau élu lors de l’Assemblée Générale de février 2005. Et je ferais en sorte de mettre mes compétences à leur service, même si pour certaine je ne suis qu’un militaire en retraite ….. La personne qui a tenu ce propos à mon encontre a été radiée du bureau dont elle tenait le poste de trésorière ou elle a brillé par son manque de transparence et c’est la dame qui gouverne avec quelques femmes et hommes de paille le nouveau bureau. Je désigne Josette BRENTERCH.
Un adhérent sincère d’AC! Brest
Christian HAMON
————————————————————————————–Wanadoo vous informe que cet e-mail a ete controle par l’anti-virus mail. Aucun virus connu a ce jour par nos services n’a ete detecte.

 

27.

Sujet: Fw: les présidents qui ne veulent pas obéir à Josette

De : « Chris » <…> Date : 12/10/2005 10:13 Pour : « Joel ROMA » <…>, [Petitcoucou], André Garçon <…>, « Chris » <…>, « Christiane VOISSET » <…>, XXXXXXXXXXXXX, « Emmanuel GOURIOU » <…>, « Hubert Casel » <…>, « Josette BRENTERCH » <…>, « Michel LE DOARE » <…>

Bonjour à tous,
Et oui, je tiens à vous soumettre un peu l’histoire de mon parcours à AC! Brest depuis septembre 1999, quand j’ai enfin pu rencontrer cette association.
J’y fut accueilli avec un peu de septicisme – que vient faire cet ancien militaire ici – Je voulais m’informer et combattre les injustices que j’avais vu à l’ANPE et aux ASSEDIC, étant moi-même un demandeur d’emploi. Mon tempérament d’avancer vite m’attira une inamitié de la part de Josette qu’elle diffusa savamment. Et, c’est également vrai, que la suffisance de cette présidente aux accents professoraux lors de nos réunions me faisait rêver à je ne sais quelle reine UBU. Si je suis resté, c’est grâce à Christiane VOISSET qui est une personne à qui l’on peut parler, même si aujourd’hui, je suis désolé qu’elle soit entièrement du côté des putshistes.
Si je suis devenu président en 2001, c’est parce que Josette et Christiane m’ont demander de me présenter. Jamais, je ne me serais présenter sans cela et j’ai accepté parce que Christiane devenait Trésorière, Josette Secrétaire mais seulement de loin, d’après elle, elle avait trop donné à AC! Brest.
En fait, je n’ai pas eu de passation de suite et me suis retrouvé un peu paumé, j’ai eu plusieurs pépins qui m’ont écartés provisoirement de la gestion de l’association que Christiane a pris avec compétence. J’ai repris, même après une aggravation de ma maladie, pour que AC! brest soit un peu plus claire dans ses statuts. Statuts qui furent soumis à l’assemblée générale ( qui à l’époque ne regoupait pas beaucoup d’ahdérents) votés et déposés à la sous-préfecture de Brest en 2002.
Je me suis battu ensuite pour que AC! Brest ne ferme pas ses portes malgré la volonté de Josette et de Christiane. Quelques actions mais vraiment éparses pendant mon mandat. Quand il y a peu de monde que peut-on faire? Mais j’ai tenu bon bon, AC! Brest ne fermera pas sous mon mandat, c’est également le souhait  d’André, de Gilbert, de Roselyne qui sont aujourd’hui avec ceux qui voulaient fermer AC! Brest. Que penser d’eux, sinon qu’ils sont manipulés.
Fin 2003, suite à encore une aggravation de ma maladie et à mon engagement politique, j’ai donné ma démission de président.
Et j’apprends de mon ami joël, que j’ai connu dans des luttes en été 2003, qu’il a été lui aussi, présenté à ce poste de président d’AC! Brest par Josette.
Et qui entreprends de mettre au banc d’AC! Brest les deux hommes qu’elle a sollicité pour prendre la place de président, cette même Josette!
Si quelqu’un y comprends quelque chose, qu’il me le dise.
Pour moi, il fallait fermer AC! Brest, mais sous la présidence d’un autre que Josette, je souhaite « bon courage » à Clément DINELLI qui un jour ou l’autre se verra lâché par cette femme avide de pouvoir.
Christian HAMON UN adhérent sincère de AC! Brest

 

28.

Sujet: Quelques questions suite à ma radiation

De : « Chris » <…> Date : 02/11/2005 23:22 Pour : « Christiane VOISSET » <…>, [Petitcoucou], XXXXXXXXXXXXXXX, « Joel ROMA » <…> Copie à : « Hubert Casel » <…>, « Emmanuel GOURIOU » <…>, <ledoare.michel@…>, « Josette BRENTERCH » <…>

Cet après-midi, je me suis rendu à la convocation de monsieur Emmanuel GOURIOU ( GOUROU de la secte AC! Brest, c’est le sentiment que j’ai éprouvé).
J’étais accompagné de mon ami XXXXXXXXXXXXXXXX en tant que témoin.
J’ai rappelé haut et fort que je ne reconnaisais pas la légitimité du nouveau bureau de l’association, d’ailleurs je n’ai été reçu que par le secrétaire et président de ce nouvel AC! Brest.
D’après les statuts, c’est devant le bureau en entier que j’aurais du être reçu.
La démocratie se doit d’être claire par rapport à la loi.
Je n’ai entendu aucune accustion de la part de Clement DINELLI, pourtant Président, mais simplement les accusations d’Emmanuel GOURIOU et de Michel LE DOARE (Quel poste a-t-il, sinon celui de commisaire politique).
Plusieurs adhérents étaient présents et n’ont soufflé mot.
Je réitère mes accusations contre le nouveau bureau d’AC! Brest, à savoir une opacité sur les comptes de l’association tenues par Josette BRENTERCH et Christiane VOISSET. Le coup d’état de septembre et surtout le contrôle constant du compte courant de AC! Brest depuis 1996 par Hubert CASEL, Josette BRENTERCH et Christiane VOISSET.
Je réclame à Christiane VOISSET ( que je considère encore comme une femme honnete) tous les bilans et comptes de résultats depuis 2001.
Je demande à Madame Josette BRENTERCH de me rembourser les deux adhésions que j’ai versé par chèque en 2004 et 2005 parce que cette personne n’a jamais voulu me donner ce que je demandais pour gérer ce qu’elle n’était pas capable de faire, soit demander une subvention au conseil général pour « Internetiser » AC! Brest.
Il est évident, comme je l’ai dit, que je n’hésiterais pas à saisir le procureur de la république sur le fonctionnement douteux de cette association à laquelle j’ai donné beaucoup de temps et d’argent.
Pour moi, l’opacité révèle un comportement maffieux, et je me demande, je n’accuse pas encore, si les fonds de AC! Brest ne sont pas détournés pour d’autres actions qui n’ont pas pour intérêt la défense des chômeurs ou des chercheurs d’emploi.
Je reste membre du véritable AC! Brest dont le président est Joël ROMA, la secrétaire [Petitcoucou].
Tous les autres ne sont que des usurpateurs et je mettrais en oeuvre tous les moyens dont je dispose pour le prouver sur la place publique de Brest.
Christian HAMON
 

 
29.

Sujet:

De : « Chris » <…> Date : 17/12/2005 12:14 Pour : « Joel ROMA » <…>, XXXXXXXXXXXX, [Petitcoucou] Copie à : <ledoare.michel@…>, « Josette BRENTERCH » <…>, « Emmanuel GOURIOU » <…>

Chers amis,
Je n’ai pas reçu de courrier me spécifiant mon éviction de AC! Brest, sans doute une erreur de ce nouveau bureau démocrate à la manière de Bonaparte. « Je dis que je suis démocrate, donc vous savez que vous devez le croire. »
Bien conscient, que la liberté, l’égalité et la fraternité, maîtres mots de notre république bien malade, ne sont que des mots qui sonnent le creux. Non, contents d’être écrasées par les puissants de notre système politique, nous nous écrasons nous-même entre nous. Une anarchie, comme le propose la « passionara auto-proclamée » d’AC! Brest semble le seul but de cette nouvelle direction. Ou révolution permanente, on sait ou cela à amener TROSTSKY.
Mais bon, moi, je me demande à quoi sert ce « nouvel AC! Brest ». Pour jusqu’à présent n’avoir rien vu, comme action pour ce qui est le thème central de cette association, je me pose des questions. A moins que je me sois trompé, encore une fois, et que ce n’est pas autour du chômage, des précarités et de l’exclusion qu’est centrée AC! Brest , mais comme faire-valoir pour toujours la même personne. J’ai lu dernièrement dans une invitation à un débat en second sur une liste de responsables communistes Josette BRENTERCH , Responsable de AC! Brest.
Moi, je dis, j’en ai ras le bol, de voir ce nom accolé à celui d’AC! Brest, cela ne peut être qu’ un préjudice grave pour l’image, il est vrai déliquescente de l’association pour laquelle nous avons,vous trois et moi, donné beaucoup de notre temps et de notre énergie. Après tout, laissons-les s’enferrer dans un combat qui est mené de façon à ce que les chômeurs, précaires et exclus soient vus par les autres citoyens comme des gens de peu d’importance. Gens manipulés qui véhiculent des tracts insipides, tellement entachés de slogans de l’extrême-gauche, qu’ils ne peuvent que desservir les deux causes.
Christian HAMON
 

30.

Sujet: Notre Josette

De : « Chris » <…> Date : 30/12/2005 12:26 Pour : « Joel ROMA » <…>, XXXXXXXXXXX, [Petitcoucou]

 
Pour les membres du vrai AC! Brest          J’ai appris, hier soir, que notre Josette a débuté sa carrière d’enseignante dans le privé et qu’elle y a laissé un souvenir très vivace.    Je n’aurais pas l’outrecuidance de vous dire de quel type est ce souvenir.    Mais si, c’est le notre. Madame Brenterch, a prioiri, ne s’est pas bonifié avec le temps. Mais c’est vrai que l’on n’est pas toujours comme les choses que l’on aime avant tout.
A+ Christian

 

 

http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20010122&article=2206056&type=ar

La liste Baga

Publié le 22 janvier 2001
Voici la composition de la liste de 56 noms présentée par Baga ! Hubert Casel, Recouvrance, 44 ans, ingénieur; Marie-Eve Calvès, Le Guelmeur, 41 ans, infirmière; Josette Brenterch, Lambézellec, 48 ans, enseignante BTS; Claude Léostic, Saint-Pierre, 51 ans, enseignante; Rémi Salaün, Saint-Pierre, 38 ans, technicien à l’arsenal; Arnaud Hell, Kérinou, 54 ans, professeur économie; Valérie Pau, Ponchelet, 41 ans, secrétaire de direction; Guy Le Dem, Lambézellec, 51 ans, ouvrier de l’arsenal; Dominique Rojas, Bellevue, 48 ans, employée; André Garçon, Saint-Marc, 47 ans, technicien Télécom. Annie Le Roux, Saint-Martin, 55 ans, au chômage; Georges Arzel, Le Landais, 44 ans, technicien Equipement; Louisette Guinio, Lambézellec, 47 ans, commerçante; Jean-Marc Pifaud, Ponchelet, 40 ans, instituteur; Elodie Viard, Recouvrance, 27 ans, enseignante stagiaire; Michel Cam, Lambézellec, 45 ans, éducateur; Julie Corre, Kérichen, 22 ans, étudiante; Philippe Rogel, Pen-ar-Créac’h, 45 ans, instituteur bilingue; Josiane Le Baccon, Lambézellec, 40 ans, technicien EDF; Jean-François Jacopin, Saint-Pierre, 27 ans, professeur de maths. Maryvonne Le Hir, port de commerce, 29 ans, étudiante en thèse; Frédéric Jean, Kérinou, 36 ans, universitaire; Caroline Bourgeais, centre, 20 ans, étudiante; Mathias Le Pennec, Saint-Martin, 29 ans, éducateur; Maryvonne Cariou, Le Guelmeur, 46 ans, enseignante; Gurvan Kervern, Kérinou, 18 ans, lycéen; Joëlle Tassel, Kérargaouyat, 38 ans, technicienne; Daniel Kerhornou, Ponchelet, 33 ans, géologue; Morgane Hell, Kérinou, 23 ans, étudiante IUP; Thierry Pennamem, Lambézellec, 32 ans, monteur. Valérie Merrien, Kérinou, 27 ans, accompagnatrice scolaire; Christophe Inizan, Recouvrance, 43 ans, professeur d’histoire; Catherine Le Guellec, Lambézellec, 39 ans, institutrice; Michel Le Doaré, Le Dourjacq, 49 ans, technicien; Françoise Kerarvran, Recouvrance, 43 ans, agent EDF; Samy Bencib, Le Guelmeur, 18 ans, lycéen; Catherine Fichou, Le Portzic, 43 ans, institutrice; Denis Le Roux, Lambézellec, 51 ans, technicien GDF; Annie Cressever, Saint-Pierre, 45 ans, employée administrative; Gwenal Le Dem, Lambézellec, 23 ans, étudiant. Michèle Fichaut, Valy-Hir, 41 ans, ingénieur; Pierre Abgrall, Le Landais, 49 ans, secrétaire; Christine Bobin, Recouvrance, 47 ans, institutrice; Pierre Le Goïc, Le Guelmeur, 47 ans, enseignant; Anne Donval, Kérinou, 45 ans, ingénieur de recherche; André Auton, Recouvrance, 45 ans, chauffagiste; Odile Kerhornou, Saint-Martin, 29 ans, étudiante en thèse; Roger Connan, Saint-Pierre, 66 ans, retraité; Joël Roma, Quatre-Moulins, 48 ans, carreleur; Yvonne Lagadec, Le Landais, 66 ans, ouvrière retraitée; Loïc Lagadec, Valy-Hir, 27 ans, informaticien. Françoise Dibouès, Le Douric, 38 ans, documentaliste; Jean Gourmelen, Bellevue, 73 ans, retraité de l’arsenal; Armelle Pucel, Recouvrance, 44 ans, enseignante; Françoise Pellennec, Kérinou, 62 ans, technicien retraité; André Fichaut, Le Landais, 73 ans, retraité d’EDF.

 



1...101102103104105...125

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo