Voilà déjà la rentrée pour le cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi…

Il l’a annoncée en date d’hier dans un nouveau dégueulis délirant intitulé « 666 666 ».

Et voilà qu’effectivement, une cyberattaque sans précédent paralyse aujourd’hui nombre d’entreprises et administrations dans plusieurs parties du monde…

On rappelle ici que dès 2011, alors qu’il jouait à SaMo_Dz et quelques autres en attaquant simultanément la plateforme de blogs OverBlog et plusieurs autres sites, notamment ceux de préfectures françaises, le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi se vantait publiquement d’« enculer l’informatique mondiale » (sic) et bénéficiait déjà du soutien hyperactif de ses amis « islamigrés » ou islamistes.

Ses attaques de natures diverses et variées ont depuis lors bien progressé.

Par ailleurs, afin de s’éviter trop d’ennuis judiciaires, il a dû progressivement supprimer quantité de ses textes publics me concernant, puis limiter drastiquement leur production.

Pour autant, il n’est toujours pas capable de s’abstenir de toute manifestation sataniste…

Outre celles de son blog ICYP, par exemple le 19 mai dernier ou hier, je suis toujours régulièrement interpellée par diverses cyberattaques et de curieuses visites de mes blogs.

Ainsi les statistiques de Satanistique ont-elles encore parlé hier, avec le retour subit de visites en provenance d’Ukraine et certains records de lectures :

 

20 juin 2017 22:00 – 27 juin 2017 21:00

 

Graphique représentant les consultations des pages Blogger

Pages vues aujourd’hui
88
Pages vues hier
136
Pages vues le mois dernier
3 845
Historique global des pages vues
158 379
Membres

Gérer le suivi de vos propres consultations de pages

Plus »

Sources du trafic

Plus »

Participants

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog

 

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
Entrée Pages vues

France

462

États-Unis

156

Ukraine

66

Russie

17

Allemagne

12

Brésil

11

Belgique

7

Irlande

7

Nouvelle-Zélande

7

Pologne

7

Pages vues par navigateur

Entrée Pages vues

Firefox

434 (51%)

Chrome

198 (23%)

Internet Explorer

107 (12%)

Safari

78 (9%)

SamsungBrowser

8 (<1%)

GSA

5 (<1%)

CriOS

2 (<1%)

Konqueror

1 (<1%)

LibertyBrowser

1 (<1%)

Opera

1 (<1%)
Image illustrant les navigateurs les plus populaires

Pages vues par système d’exploitation

Entrée Pages vues

Windows

641 (76%)

iPhone

50 (5%)

Macintosh

41 (4%)

Linux

39 (4%)

Android

33 (3%)

Unix

23 (2%)

iPad

8 (<1%)

compatible

1 (<1%)
Image illustrant les plates-formes les plus populaires

 

 

Il est aussi notable que ce même blog est depuis longtemps frappé d’un phénomène bloquant à 666 le nombre de visites totales affiché pour un de ses articles dans la liste des dix plus lus depuis son ouverture, celui-là :

http://satanistique.blogspot.fr/2015/12/samir-bouabout-agent-de-securite-devenu.html

Le compteur attaché à cet article m’indique qu’en réalité il a été lu 865 fois depuis sa publication le 21 décembre 2015.

Effectivement, je vois régulièrement le nombre de ses visites inscrit dans le tableau des dix articles les plus lus du blog augmenter à la suite de nouvelles lectures, puis irrémédiablement redescendre à 666 sur intervention sataniste…

Voici ce tableau, attestant par ailleurs que le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi et ses acolytes Josette Brenterch du NPA de Brest et Jean-Marc Donnadieu de Béziers n’ont pratiquement et malheureusement jamais intéressé d’autres lecteurs qu’eux-mêmes :

 

mai 2010 – juin 2017

Articles

Entrée Pages vues
6500
2025
1553
1506
1479
674
666
633
397
366

 

 

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/06/27/un-virus-informatique-paralyse-entreprises-et-administrations-dans-plusieurs-parties-du-monde_5151918_4408996.html

Le virus Petya paralyse entreprises et administrations dans plusieurs parties du monde

 

L’Ukraine est le pays le plus touché, mais des entreprises comme Saint-Gobain ou le géant pétrolier russe Rosneft sont également concernées.

LE MONDE | 27.06.2017 à 16h19 • Mis à jour le 27.06.2017 à 20h12 | Par Martin Untersinger, Damien Leloup et Florian Reynaud

 

Un « ransomware » est un logiciel qui chiffre les données présentes sur un ordinateur et exige une rançon pour le rétablir.

 

Un virus informatique de type « ransomware », qui chiffre le contenu d’un ordinateur pour le rendre inutilisable jusqu’au paiement d’une rançon, a paralysé le fonctionnement de très nombreuses entreprises dans le monde, mardi 27 juin. Le virus semble être une variante d’un ransomware apparu en 2016, baptisé Petya, d’après les premières constatations des spécialistes de la sécurité informatique.

 

Les premières alertes ont été données en Ukraine, le pays le plus sévèrement touché, en début d’après-midi. Le fonctionnement de plusieurs banques, du métro, de plusieurs administrations et de l’opérateur d’énergie de la région de Kiev est largement perturbé. L’ordinateur du vice-premier ministre ukrainien a lui-même été touché, a-t-il annoncé sur Facebook :

Le premier ministre ukrainien a qualifié cette épisode de « sans précédent » tout en précisant que « les systèmes vitaux [du pays] n’ont pas été affectés ». Le système de contrôle automatisé des radiations de la centrale de Tchernobyl a cependant été affecté par le virus, forçant l’autorité de surveillance à revenir à des contrôles manuels, selon l’agence chargée du contrôle de la zone d’exclusion autour de la centrale.

Selon une première analyse effectuée par le spécialiste Kaspersky, 60 % des ordinateurs infectés se trouvent en Ukraine, et 30 % en Russie.

Ordinateurs totalement inutilisables

Ailleurs dans le monde, plusieurs entreprises majeures, dont le géant du bâtiment Saint-Gobain, le pétrolier russe Rosneft, le groupe publicitaire britannique WPP, ou encore le poids lourd danois du transport maritime Maersk ont confirmé être victimes d’« attaques informatiques » paralysant en partie ou totalement leurs services.

C’est le cas notamment du géant pharmaceutique Merck, qui a fait savoir sur Twitter que son réseau informatique était ciblé par l’attaque « mondiale ». Selon le site spécialisé Motherboard, des bureaux du cabinet d’avocat DLA Piper ont également été visés.

En France, le géant des matériaux Saint-Gobain (170 000 salariés) a confirmé avoir été touché par « une cyberattaque », qui a notamment provoqué une panne de son système e-mail. La SNCF a également dit « subir l’attaque en cours » niant toutefois en être « victime », a insisté le porte-parole du groupe soulignant que les opérations de l’entreprise ferroviaire n’étaient pas affectées.

« Le niveau de cette attaque est sans précédent », a indiqué le secrétaire d’Etat au numérique Mounir Mahjoubi. Il a cependant vanté la solidité du web français : « les entreprises les plus importantes et les services publics les plus importants sont protégés par des systèmes de haut niveau », a-t-il déclaré.

Le virus Petya touche la partie du disque dur qui contient les logiciels utilisés au démarrage de l’ordinateur, le rendant totalement inutilisable, là où la plupart des ransomwares habituels se « contentent » de bloquer l’accès aux documents personnels.

Une faille de sécurité connue soupçonnée

« Nous constatons actuellement plusieurs milliers de tentatives d’infection, un rythme comparable à celui des premières heures de déploiement de Wannacry [un virus qui s’était propagé de façon spectaculaire le 19 mai] », a déclaré Costin Raiu, de l’entreprise Kasperksy, interrogé par Forbes.

Selon plusieurs entreprises de sécurité informatique, cette souche de Petya utilise EternalBlue, un outil issu de la NSA, la puissante agence de renseignement américaine. C’était lui qui était déjà responsable de la propagation éclair du rançongiciel WannaCry, en mai. La faille qu’il utilise est pourtant corrigée depuis le mois d’avril par Microsoft, ce qui signifie que les machines touchées par cette dernière variante de Petya n’étaient vraisemblablement pas mises à jour.

En revanche, selon un bulletin émis mardi en fin d’après-midi par le centre d’alerte de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi), le garde du corps numérique de l’Etat, le vecteur de diffusion demeure « inconnu » à ce stade. Cependant, il précise que Petya pourrait, outre les postes de travail, toucher également les serveurs.

Lire aussi :   Qui est Lazarus, le groupe de pirates dont l’ombre plane sur le rançongiciel WannaCry ?

Le logiciel demande aux victimes de payer une rançon en bitcoins, une monnaie virtuelle, pour pouvoir débloquer leur ordinateur. La cible devait ensuite envoyer un e-mail à une adresse indiquée avec un identifiant spécifique pour prouver qu’il avait bien payé la rançon et donc récupérer l’accès à son système. Le fournisseur e-mail utilisé par le ou les rançonneurs, Posteo, a précisé sur son site avoir fermé l’adresse incriminée. Ce qui signifie que, même si une victime choisit de payer la rançon, elle ne pourra plus récupérer l’accès à son ordinateur.

Europol, l’agence de coordination policière de l’Union européenne, est en train de prendre langue avec les unités de cybercriminalité des Etats membres, afin d’évaluer la portée de la contagion, a expliqué un porte-parole de l’agence, sollicité par Le Monde.

Le virus Wannacry avait paralysé de nombreuses administrations et entreprises un peu partout dans le monde. Sa progression avait été stoppée de manière presque accidentelle par un chercheur en sécurité informatique qui avait découvert par hasard un mécanisme d’arrêt d’urgence dans le code du logiciel, stoppant sa propagation, avant que Microsoft ne publie plusieurs correctifs de sécurité.

 



Nathalie Kosciuzko-Morizet, la femme qui chuchote à l’oreille de Vincent Debraize…

C’est ce que tente de nous vendre le spécialiste en marketing, adepte avéré de l’Eglise de Déconnologie…

Je disais dimanche qu’à l’en croire, NKM avait dû simuler son malaise, mais c’est bien ce qu’il soutient de manière explicite, entre autres choses qualifiées de « n’importe quoi » par la victime.

Et bien entendu, tous ses copains de Champignolles font bloc autour de leur Konducator…

Que se serait-il donc passé s’il n’avait fait l’erreur de s’en prendre à une «personne chargée d’une mission de service public» ?

Probablement l’affaire aurait-elle été traitée comme l’ont toujours été les miennes, c’est-à-dire qu’à chaque fois la « justice » n’a retenu que les inventions délirantes de mon agresseur à mon encontre en dépit de tous les éléments de preuve dont elle disposait.

Je rappelle ici qu’en ce qui me concerne, cela perdure depuis bien plus de vingt ans et que mes très nombreux agresseurs ont toujours été liés entre eux : l’un d’eux a commencé un jour, et tous ses copains ou groupes de copains ont suivi les uns après les autres en utilisant les mêmes procédés.

Non seulement la « justice » française a toujours catégoriquement refusé d’engager des poursuites contre ces délinquants et criminels, mais elle encourage toutes leurs exactions à mon encontre et y participe elle-même sans aucun problème.

Il faut bien dire que j’ai beaucoup de torts, notamment ceux-ci : je suis une femme, je suis ingénieur, et je suis Bretonne. Je cumule à mort…

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/06/19/01016-20170619ARTFIG00170-salut-nazi-insultes-chuchotees-le-maire-livre-sa-version-de-l-altercation-avec-nkm.php

«Salut nazi», «insultes chuchotées» : le maire livre sa version de l’altercation avec NKM

 

  • Par Stéphane Kovacs
  • Mis à jour le 19/06/2017 à 16:43
  • Publié le 19/06/2017 à 14:11

 

Une photo de l'altercation, jeudi, entre NKM et Vincent Debraize, place Maubert, à Paris.

 

VIDÉO – Présenté en comparution immédiate ce lundi après-midi, Vincent Debraize a obtenu un renvoi pour mieux préparer sa défense.

Il devait être présenté au tribunal ce lundi après-midi, en comparution immédiate, pour violences et outrage «sur une personne chargée d’une mission de service public». Vincent Debraize, l’agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet, aura finalement quelques semaines supplémentaires pour préparer sa défense. «Au regard du fait qu’il a passé plus de 20 heures en garde à vue et une nuit au dépôt», explique son avocat, Me Antoine Lachenaud, l’affaire a été renvoyée au 11 juillet. Le suspect a été placé sous contrôle judiciaire: il lui est interdit d’entrer en contact avec NKM et de paraître à proximité de son domicile. Le moins que l’on puisse dire est que la version de Vincent Debraize diffère totalement de celle de l’ancienne ministre. «C’est elle qui a été insultante, assure son avocat. À aucun moment, il n’a entendu la frapper».

Placé en garde à vue samedi, ce chef d’entreprise de 55 ans, maire d’une petite commune de Normandie «a reconnu avoir insulté» la candidate LR, battue aux législatives à Paris, lors d’«une altercation» jeudi sur un marché de la capitale, mais a contesté «tout contact physique», selon une source proche de l’enquête. L’ancienne ministre, qui avait été brièvement hospitalisée après avoir perdu connaissance, s’est vu reconnaître deux jours d’incapacité totale de travail.

«Bobo de droite» ou «bobo de merde»?

Samedi, à la veille du second tour des législatives, Vincent Debraize, maire sans étiquette de Champignolles (Eure), s’était rendu à la convocation des policiers. Dans l’après-midi, les enquêteurs ont entendu son récit et celui de Nathalie Kosciusko-Morizet lors d’une confrontation. Mais leurs versions s’opposent: «Il a reconnu avoir insulté NKM, avoir arraché les tracts et les avoir jetés en sa direction, rapporte une source proche de l’enquête. En revanche, il nie tout contact physique et avoir bousculé» la candidate LR, comme cette dernière l’affirme. Une photo montre la candidate en train de lever sa main droite, masquant sa bouche de ses tracts.

«A deux reprises, elle lui a dit ‘Dégage connard’, raconte Me Lachenaud. Mais c’était presque en chuchotant…» C’est sans doute pour cela qu’aucun membre de l’équipe de la candidate n’a dit avoir entendu ces insultes. «Il a ensuite repoussé les tracts, se sentant visé, insulté en tout cas, poursuit l’avocat. Et elle s’est auto-heurtée avec les mains. À aucun moment il n’a voulu la frapper. Elle a dû faire une baisse de tension…» «M. Debraize reconnaît avoir dit ‘bobo de droite’ mais pas ‘bobo de merde’: pour nous il n’y a pas d’insultes», estime encore Me Lachenaud. En tout cas, martèle-t-il , «il s’agit bien d’«une altercation suivie d’un malaise», comme les médias l’ont écrit dès le début. Sans doute après l’intervention de l’équipe de la candidate, ça s’est transformé en agression…»

Mais l’homme est tout de même parti «en courant vers le métro», selon des témoins, sans se préoccuper de la candidate qui gisait sur le trottoir, sans connaissance. «C’est parce que trois personnes, assez corpulentes et musclées, l’ont poursuivi en proférant des menaces comme ‘On va lui péter la gueule!’, rétorque l’avocat. Il y en a même un qui a levé le bras en lançant ‘Heil Hitler!’. Et j’ai la photo de sa chemise déchirée par l’un de ses poursuivants dans le métro». Me Lachenaud a beau marteler que «tous les éléments sont cohérents», les témoins entendus dimanche par les enquêteurs n’ont pas la même version. «Un salut nazi, un jeudi de marché place Maubert, ça ne serait pas passé inaperçu!», s’exclame l’un d’entre eux.

«Pas de salut nazi»

Présente sur les lieux, une journaliste de l’AFP est formelle: «Jamais il n’y a eu de salut nazi, ni quelque chose que l’on aurait pu prendre pour un salut nazi, souligne-t-elle. En revanche, j’ai bien entendu, comme des passants que j’ai interviewés, l’agresseur dire ‘bobo de merde’. Une photo de l’AFP le montre en train de regarder tranquillement NKM par terre. Puis il s’en est allé, sans que personne ne crie ‘on va lui péter la gueule!’».

Lors de la confrontation, NKM s’est écrié: «C’est n’importe quoi!». Pour l’avocat de la candidate, Me Xavier Autain, «l’agresseur essaie de justifier un comportement injustifiable. C’est une agression caractérisée contre une élue de la République. On espère que la justice traitera ce dossier avec toute la fermeté nécessaire».

 

https://www.marianne.net/politique/l-agresseur-presume-de-nkm-l-accuse-de-simulation

L’agresseur présumé de NKM l’accuse de « simulation »

 

Par Pascal Marie

Publié le 19/06/2017 à 17:30

 

Vincent Debraize, ce maire auteur d’agression présumée contre Nathalie Kosciusko-Morizet, était jugé en comparution immédiate ce lundi 19 juin au Palais de justice de Paris. Sa défense a demandé un délai pour préparer le procès, tout en profitant de l’espace médiatique pour livrer une version bien différente de celle de l’élue de Paris.

 

Face au juge qui énonce les faits qui lui sont reprochés, « violences ayant entraîné une incapacité totale de travail inférieure à huit jours sur personne chargée d’une mission de service public » et « outrage », Vincent Debraize reste droit, imperturbable. Mais lorsqu’il commence à s’exprimer, sa voix laisse transparaître une pointe d’émotion et une fatigue difficile à dissimuler. Éreinté par 48 heures de garde à vue, ce maire accusé d’avoir agressé Nathalie Kosciusko-Morizet a, sans surprise, demandé un délai pour préparer sa défense. La décision est donc renvoyée au 11 juillet, Vincent Debraize étant en attendant placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de contacter l’ancienne candidate à la mairie de Paris.

« Dégage connard ! »

L’agression présumée de Nathalie Kosciusko-Morizet, vendredi 16 juin sur un marché du Vème arrondissement de la capitale, et surtout les images de la candidate aux législatives, étendue au sol, l’air hagard, sont encore dans les esprits. Les avocats du prévenu ont profité de l’espace médiatique, en amont de l’audience, pour exposer la version de leur client. Vincent Debraize affirme avoir traité NKM de « bobo de droite » (des témoignages relatent plutôt les termes « bobo de merde ») en lui intimant, entre autres, de « retourner dans l’Essonne », il a en revanche réfuté tout « contact physique », et accuse même NKM de s’être rendue coupable de « simulation ».

« Mon client a vu NKM sourire au moment de sa chute », affirme même l’un de ses deux défenseurs, Me Lachenaud, avant de refaire l’historique de cette fameuse matinée sur le marché de la place Maubert. « Mon client faisait ses courses comme tout un chacun (Vincent Debraize réside dans le Vème arrondissement), quand une discussion animée a éclaté avec l’équipe de campagne de NKM. L’intéressée est alors arrivée et a voulu dialoguer à son tour. Le ton est monté et NKM a alors brandi les tracts près du visage de mon client, de manière extrêmement rapprochée », assure-t-il, en insistant bien sur ce dernier point.

« Il a bien vu qu’elle était tombée par terre »

Me Lachenaud assure par ailleurs que Vincent Debraize n’aurait pas été le seul à user de mots fleuris. Selon la version du prévenu, NKM lui adresse alors un « Dégage connard ! ». C’est là que tout aurait basculé. Le photographe de l’AFP qui a assisté à la scène avait pour sa part livré sa version aux médias , allant plus que loin que les avocats de Vincent Debraize : « Un moment donné, NKM a pris les tracts qu’elle avait en main et elle les a montrés au niveau de son visage (…) Lui les saisit, il prend les tracts de la main de NKM et fait un revers de la main avec les tracts vers le visage de Nathalie Kosciusko-Morizet. Elle, à ce moment-là, met sa main devant son visage pour se protéger et les tracts heurtant sa main de manière assez violente, elle reçoit sa propre main dans sa figure. Suite à quoi, elle fait un pas ou deux en arrière et elle s’effondre. Et l’agresseur a bien vu qu’elle était tombée par terre (…) et il s’en va sans courir, en marchant. »

S’ensuivra une courte hospitalisation et deux jours d’interruption temporaire de travail pour NKM, qui confiera la gestion de la fin de sa campagne à sa suppléante.

Les avocats de la défense sont aussi revenus sur le départ au pas de course de leur client. Une fuite, pour des témoins de la scène. « Il ne s’agit en aucun cas d’une fuite, selon Me Lachenaud. Mon client a été pris à partie par trois hommes, les entendant même dire « On va se le faire ! » Il a réagi comme tout le monde l’aurait fait dans une situation pareille, il a pris ses jambes à son cou ». Vincent Debraize se fera « arracher sa chemise » par un homme qui l’avait suivi dans le métro, affirme toujours son avocat.

Lire aussiAgression de NKM : le maire placé en garde à vue nie toute violence

 

Durant l’audience, Me Lachenaud et Me Ader s’se sont évertués à rappeler le profil de leur client. En couple depuis 27 ans, le maire du village de Champignolles (bien que résident du Vème arrondissement parisien) affiche un casier judiciaire vierge et s’est présenté de lui-même aux forces de l’ordre. Les avocats de la défense ont demandé « la relaxe et la disqualification des faits ».

« Je ne le quitte plus depuis deux jours, regrette Me Lachenaud. Mon client subit un véritable périple judiciaire. Il sort de 48 heures de garde à vue et doit encore rester vingt heures au dépôt. Il est quand même très surprenant que cela aille aussi loin pour deux jours d’ITT. Tout cela est lié à des motifs électoraux ».

Lire aussiLégislatives : moment de disgrâce pour NKM, qui perd sa circo « imperdable »

 

Arrivé quelques minutes après le terme de l’audience, l’avocat de NKM s’est contenté de répéter que « les faits avaient été considérés comme suffisamment graves » pour qu’une telle procédure soit enclenchée et que les accusations d’insulte avancées par Vincent Debraize contre NKM (le fameux « Dégage connard ») ne « figuraient pas dans le dossier ».

Vincent Debraize s’exprimera en personne lors d’une conférence de presse, mercredi 21 juin à 17 heures depuis le cabinet de Me Lachenaud. « Cette affaire aurait dû être jugée par un tribunal de police, nous allons demander la relaxe et la disqualification des faits », a annoncé Me Ader.

 

http://www.lereveilnormand.fr/2017/06/19/vincent-debraize-le-maire-soupconne-d-avoir-agresse-nkm-est-juge-cette-apres-midi/

Vincent Debraize, le maire soupçonné d’avoir agressé NKM sera jugé le 11 juillet

 

Il a été entendu le 17 juin 2017 pour l’agression de NKM. Vincent Debraize, maire de Champignolles dans l’Eure sera jugé le 11 juillet.

 

20/06/2017 à 06:33 par hugo.blin

Vincent Debraize, maire de Champignolles (photo d'archives Réveil Normand) -

Vincent Debraize, maire de Champignolles (photo d’archives Réveil Normand) –

 

Vincent Debraize souhaite rétablir sa vérité. C’est ce que martelait son avocat, Maître Antoine Lachenaud quand nous l’avons contacté dimanche 18 juin. Le maire de Champignolles devait donner hier une conférence de presse devant sa mairie pour revenir sur l’affaire de l’agression présumée de NKM, chose qui ne s’est pas produite en raison de la poursuite de la garde à vue commencée samedi 17 juin pour l’agression de la députée de Paris Nathalie Kosciuzko-Morizet.

Jugé pour violences et outrage

L’agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet sera présenté au tribunal à Paris, lundi 19 juin 2017, dans l’après-midi, pour y être jugé en comparution immédiate pour violences et outrage « sur une personne chargée d’une mission de service public », a appris l’AFP de source judiciaire. Les faits se sont produits jeudi 15 juin. Placé en garde à vue samedi 18 juin, Vincent Debraize, 55 ans, « a reconnu avoir insulté » la candidate LR, lors de leur altercation jeudi 15 juin sur un marché de la capitale, mais a contesté « tout contact physique », selon une source proche de l’enquête. Dès lors, Vincent Debraize risque jusqu’à trois ans de prison et 45 000 € d’amende

Jugé le 11 juillet

Le procès de l’agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet a été renvoyé au 11 juillet, a décidé lundi le tribunal correctionnel de Paris qui devait le juger en comparution immédiate dans l’après-midi.

Le suspect, Vincent Debraize, qui a demandé un délai pour préparer sa défense, a été placé sous contrôle judiciaire d’ici à sa prochaine comparution: il lui est interdit d’entrer en contact avec NKM et de paraître à proximité du domicile de la candidate LR battue dimanche aux législatives, selon l’AFP

Confronté à NKM

D’après l’AFP, Vincent Debraize a été confronté à Nathalie Kosciuzko-Morizet dans l’après-midi de samedi. « Mais il nie les faits » de violences et les accusations d’agression verbales, a déclaré Xavier Autain, l’avocat de NKM qui ajoute : « c’est une agression grave sur une élue de la République et j’espère une réponse de l’institution judiciaire à la hauteur. »

Expliquer sa version des faits

La candidate avait été hospitalisée après cette altercation puis était restée en observation.

Le maire de Champignolles estime de son côté que « la presse a monté l’affaire en épingle ». Pour lui, il ne s’agirait « pas d’une agression mais d’une altercation ».

Commentant le traitement médiatique de l’affaire, Maître Lachenaud, son avocat, considère que les faits parus dans la presse (notamment nationale) sont inexacts. « Nous apporterons au jugement des faits plus détaillés », en donnant une autre version de la réalité qui pourrait bien changer la vision globale de la scène. Il précise que son client n’a « rien à se reprocher ». Déplorant que dans cette affaire seuls « NKM et l’hôpital aient pu s’exprimer », la garde à vue de Vincent Debraize étant intervenue et ayant été prolongée, elle l’a empêchée de donner sa version des faits. « Il est déterminé », précise son avocat.

A Champignolles, le conseil fait bloc autour du maire Vincent Debraize

On notait un absent dimanche 18 juin à la traditionnelle messe à l’église de Champignolles pour la Saint-Jean célébrée par le Père Délogé : le maire Vincent Debraize toujours en garde à vue à Paris. Après cette affaire qui a mis la plus petite commune de l’Eure sous les feux des projecteurs : « Nous avons songé tout d’abord à annuler la messe mais pour Vincent, qui est très attaché à cette tradition qu’il perpétue depuis qu’il a été élu en 2008, et qui constitue un jour de fête pour notre commune, nous l’avons maintenue. Je pense que nous avons bien fait. Au conseil, nous restons solidaires de notre maire et lui apportons tout notre soutien dans les moments difficiles qu’il doit traverser », a confié le 1er adjoint Jean-Louis Hermier. Peu de commentaires sur cette affaire qui agite les médias depuis quelques jours chez les habitants. « No, comment, on ne sait pas ce qui s’est vraiment passé à Paris, on ne peut donc pas juger », a seulement consenti à dire l’ancien maire Claude Poulain. Même son de cloche du côté d’un habitant qui a estimé qu’« On le présente dans les médias comme quelqu’un d’agité, voir violent, ce qui est loin du personnage que l’on connaît. Qui a des convictions, certes, mais qui aime le débat. C’est un Maire très apprécié et proche des gens » a témoigné un conseiller. Tristesse donc, du côté de l’équipe municipale qui fait bloc autour du 1er magistrat. « Ce que l’on souhaite avant tout c’est qu’on le laisse s’exprimer et qu’il puisse apporter sa vérité sur cette histoire ».

Le Reveil Normand avec Actu.fr

 



Richard Ferrand : trois petits tours et puis s’en va…

Et pouf !

Ouf…

 

Am, stram, gram,

Pic et pic et colégram,

Bour et bour et ratatam,

Am, stram, gram ;

Pic ! monsieur ;

Pic ! madame ;

Pique nique-douille,

C’est toi l’andouille,

Dans un plat de nouilles,

A la sauce à la grenouille,

Mais comme le Roi

Ne le veut pas,

Ce ne sera pas toi !

Au bout de trois…

Un, deux, trois !

 

Même le perchoir lui passe sous le bec…

 

LE CORBEAU ET LE RENARD

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l’odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
Et bonjour, Monsieur du Corbeau,
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie,
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s’en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute.
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
Le Corbeau honteux et confus
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

 

 

A noter : la cybercriminelle Annie Luraghi envoie un peu partout des lettres recommandées avec accusé de réception pour m’accuser mensongèrement de n’importe quoi…

 

https://www.francebleu.fr/infos/politique/richard-ferrand-demissionne-de-son-poste-de-ministre-de-la-cohesion-des-territoires-1497891080

Richard Ferrand démissionne de son poste de Ministre de la Cohésion des territoires

 

Par Jérôme Collin, France Bleu Breizh Izel et France Bleu lundi 19 juin 2017 à 18:51

 

Richard Ferrand ne sera resté qu'un mois au sein du gouvernement

Richard Ferrand ne sera resté qu’un mois au sein du gouvernement © Maxppp – LE TELEGRAMME

 

Richard Ferrand, réélu député du Finistère lors des élections législatives, quitte le Ministère de la Cohésion des territoires. L’annonce a été faite ce lundi, après une réunion avec Emmanuel Macron. Richard Ferrand devient président du groupe La République En Marche à l’Assemblée Nationale.

Un mois et deux jours après sa nomination au Ministère de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand démissionne du gouvernement. Il va prendre la tête du groupe La République En Marche à l’Assemblée Nationale. Réélu député de la 6e circonscription du Finistère lors des élections législatives, Richard Ferrand siégera donc à l’hémicycle.

Richard Ferrand : trois petits tours et puis s'en va... dans AC ! Brest pixel

Depuis l’ouverture d’une enquête préliminaire portant sur ses transactions immobilières lorsqu’il était directeur des Mutuelles de Bretagne, Richard Ferrand semblait menacé au gouvernement, même si le Premier Ministre lui avait réitéré sa confiance à plusieurs reprises. Avec cette nomination comme président du groupe LREM à l’Assemblée, c’est une porte de sortie toute trouvée pour Richard Ferrand.

 

 

Trois petits tours et puis s’en va …

 

Les filles en « ie » ne te vont pas
Elles ne sont pas faites pour toi
Elles savent comment te faire plaisir
Comment faire monter ton désir
Mais tout ça te mène au délire
Les filles qui commencent en « A »
Ont un petit je ne sais quoi
Mais il ne faut pas sauter le pas
Elles te porteront au trépas
Elles ne peuvent que te faire souffrir
Jusqu’à faire palir ton sourire
Les filles en « ie » ne te valent pas
Ne te berce pas de leurs voix
Elles ne sont pas comme tu les vois
Les filles qui finissent par un  » ie »
Sont bien trop proches du mot vie
Qui rime avec le mot fini
Ne te laisse pas porter par elles
Un jour elles te couperont les ailes
Ce sont de drôles de volatiles
Leurs vies ne tiennent qu’à un seul fil
Elles ont un petit je ne sais quoi
Qui fait qu’un jour çà te perdra
Leurs prénoms les rendent difficilles
Ces filles ne sont pas des dociles
Ces filles-là ne te comprennent pas
Elles ne voient pas l’amour comme toi
Ne te couche pas dans leurs draps
Elles te disent » je t’aime » comme çà
Trois petits tours et puis s’en va
Elles vont où le vent les portera
Ces trop jolies prénoms de filles
Ont un très fort impact sur toi
Mais je t’en prie ferme les yeux
Tu ne peux qu’être malheureux
Ces filles ne sont pas comme tu veux
Cette fille qui commence par A
S’il te plait ne la revois pas
Elle ne peux pas te rendre heureux
Son prénom fini par un « ie »
Elle n’a su que gacher ta vie
Et tes larmes ne changeront pas
Tout ce qu’elle a brisé en toi
Mais ne pars, non pas comme ça
Elle ne t’a pas laissé le choix
Mais son coeur à souffert comme toi
Dis lui je t’aime une dernière fois
Trois petits tours et puis s’en va …

 



C’est confirmé, Vincent Debraize est bien « déconnologue »

Selon l’avocat de NKM, non seulement il nie, mais il se présente comme victime : c’est lui qui aurait été insulté, agressé…

La dame a dû se laisser choir et simuler un malaise exprès pour pouvoir ensuite lui en remettre une couche devant les juges…

Et pourquoi fait-elle tout ça pour lui nuire ? Simple comme bonjour : elle est jalouse de son succès à Champignolles…

Et puis c’est une paranoïaque et elle est très très très méchante…

 

http://www.bfmtv.com/police-justice/la-garde-a-vue-de-vincent-debraize-agresseur-presume-de-nkm-a-ete-prolongee-1188738.html

La garde à vue de Vincent Debraize, agresseur présumé de NKM, a été prolongée

 

18/06/2017 à 13h47
  • Newsletter BFMTV Midi

Le suspect a été placé en garde à vue samedi matin pour   »violences volontaires sur personne chargée d’une mission de service public ».

 

Nathalie Kosciusko-Morizet a été confrontée samedi après-midi à l’homme soupçonné de l’avoir agressée jeudi à Paris. L’intéressé, Vincent Debraize, maire d’un petit village de l’Eure, s’était rendu de lui-même au commissariat samedi matin, à la convocation des policiers chargés de l’enquête. Il avait été placé en garde à vue  »pour des faits de violences volontaires sur personne chargée d’une mission de service public ».

Devant la police, le suspect a nié « les faits » de violence et les accusations d’agressions verbales, a déclaré à l’AFP Xavier Autain, l’avocat de NKM.

Alors que Vincent Debraize avait indiqué vouloir s’exprimer dimanche devant la presse, dans son village de Champignolles, sa garde à vue a été prolongée de 24 heures, jusqu’à lundi matin 8h30 maximum, a fait savoir son avocat à BFMTV.

Des auditions de témoins prévues

Des auditions de témoins sont notamment prévues dimanche. Selon l’entourage de Nathalie Kosciusko-Morizet, cette dernière a « formellement reconnu » le suspect lors de la confrontation organisée par la police, rapporte Le Parisien.

Après cette agression, l’élu avait pris la fuite et était parti vers la bouche de métro la plus proche. Photographié, son visage avait été diffusé dans les médias et le parquet de Paris avait ouvert une enquête immédiatement pour « violences volontaires ».

« Il a été identifié après des témoignages et grâce à l’exploitation de la vidéo-surveillance », a expliqué une source policière à l’AFP.

Liv Audigane avec Alexandra Gonzalez
A lire aussi
  • Agression de NKM: qui est l’homme en garde à vue et que risque-t-il?

  • Après son agression, NKM souffre d’un traumatisme crânien

  • NKM est sortie de l’hôpital: « j’ai encore besoin de récupérer »

 

http://www.lejdd.fr/politique/qui-est-vincent-debraize-lhomme-suspecte-davoir-agresse-nkm-3363740

Qui est Vincent Debraize, l’homme suspecté d’avoir agressé NKM?

 

09h00 , le 18 juin 2017, modifié à 10h24 , le 18 juin 2017

L’homme à l’origine de la perte de connaissance de la candidate Nathalie Kosciusko-Morizet et qui a été placé en garde à vue s’appelle Vincent Debraize et est maire d’une petite commune de l’Eure.

Nathalie Kosciusko-Morizet est sorti de l'hôpital vendredi.
Nathalie Kosciusko-Morizet est sorti de l’hôpital vendredi. (Sipa)

 

Est-ce la défaite d’Henri Guaino, ancienne plume de Nicolas Sarkozy et candidat éliminé dès le premier tour dans la même circonscription que NKM, qui a provoqué la colère de Vincent Debraize ? Ce maire sans étiquette de la paisible commune de Champignolles dans l’Eure – 38 habitants au dernier recensement – faisait partie des 33 élus qui lui avaient apporté son parrainage. Il invite la presse devant sa mairie dimanche à midi pour expliquer son geste contre NKM… Interrogé par L’Obs, Henri Guaino a démenti, de son côté, toute proximité avec Debraize. En 2014, ce dernier s’était manifesté en lançant une pétition contre l’insécurité dans les zones rurales. Un de ses conseillers municipaux avait été victime d’une tentative de cambriolage.

Vincent Debraize a été placé en garde à vue

Vendredi soir, après son identification par la police, le quinquagénaire, qui a entamé en 2014 son deuxième mandat de maire, a répondu à la convocation des enquêteurs qui l’ont placé en garde à vue. Avant de quitter Champignolles, où il préparait les fêtes de la Saint-Jean, l’élu a expliqué à ses adjoints qu’il était l’homme recherché depuis la veille. Pour avoir agressé NKM, il est susceptible d’être poursuivi pour « violences volontaires sur personne chargée d’une mission de service », même si son avocat démentait hier soir le terme « d’agression ».

Sur les images vidéo disponibles, on voit un homme jeter ses tracts au visage de Nathalie Kosciusko-Morizet avant que la candidate LR tombe et perde connaissance. Elle sera hospitalisée une nuit en observation à l’hôpital Cochin. Un journaliste de l’AFP présent aux côtés de NKM, qui faisait campagne sur le marché de la place Maubert dans le 5e arrondissement de Paris, dit avoir clairement entendu l’homme pester « bobo de merde ». Il aurait ajouté « C’est votre faute si on a Hidalgo dimanche comme maire », lançant également : « Retournez dans l’Essonne! » Vincent Debraize a ensuite pressé le pas pour prendre le métro, pensant ne pas être reconnu… Le choc de NKM a ému la classe politique et le Premier ministre, Édouard Philippe, est venu la visiter à l’hôpital. Son adversaire de LERM qui fait la course en tête avec plus de 41 % des voix dimanche, a arrêté sa campagne. Nathalie Kosciusko-Morizet, qui s’est déclarée très secouée, n’a pas non plus terminé sa campagne. C’est sa suppléante qui a honoré ses derniers engagements. Au premier tour, NKM avait essuyé un camouflet en ne réunissant que 18,5 % des suffrages. La vague de sympathie qu’elle a suscitée aura sans doute un effet dans les urnes. Pas sûr cependant qu’elle inverse la tendance…

Sur le même sujet :

 

 http://www.leparisien.fr/faits-divers/un-maire-de-normandie-suspecte-de-l-agression-contre-nkm-18-06-2017-7060785.php

Un maire de Normandie suspecté de l’agression contre NKM

 

>Faits divers|Valérie Hacot et Benoît Hasse|18 juin 2017, 7h39|5
C'est confirmé, Vincent Debraize est bien
« LE Réveil normand » et AFP/GEOFFROY VAN DER HASSELT
1/2
Valérie Hacot et Benoît Hasse

 

Vincent Debraize, élu local normand, a été placé en garde à vue hier. Particularité : c’était l’un des rares maires à avoir parrainé Henri Guaino à la présidentielle.

Fin mai, il lançait une pétition auprès de ses administrés pour dénoncer l’insécurité dans les campagnes. Hier, Vincent Debraize, le maire sans étiquette de Champignolles, un village de 33 âmes dans l’Eure, a été placé en… garde à vue pour des faits de violences volontaires sur personnes chargées d’une mission de service public. Identifié grâce à des images de vidéosurveillance et des témoignages, ce chef d’entreprise de 54 ans est soupçonné d’avoir agressé Nathalie Kosciusko-Morizet jeudi dernier sur le marché Maubert, dans le Ve arrondissement de Paris. Hier après-midi, la candidate LR dans la 2e circonscription de Paris l’a, selon son entourage, « formellement reconnu » lors d’une confrontation organisée par les policiers.

 

 - Paris (Ve), jeudi. Vincent Debraize (photo de gauche) est soupçonné d’être l’homme qui a agressé Nathalie Kosciusko-Morizet.

 

Avant même de répondre à la convocation de la police, Vincent Debraize confiait dès vendredi soir à certains de ses administrés qu’il était bien l’auteur de l’altercation avec l’ex-ministre : « Il a passé toute la journée à Champignolles pour préparer les festivités autour de notre église qui accueille ce week-end la messe annuelle », raconte un adjoint de l’élu local. « Le soir, il a dit à des collègues qu’il devait remonter sur Paris parce qu’il était convoqué à la police. Et il leur a expliqué pourquoi », poursuit le colistier de Vincent Debraize qui avait reconnu « son » maire sur les images diffusées dans les médias. « Je ne lui ai pas demandé de comptes. Cela ne me regarde pas. » Selon l’avocat de NKM, le maire n’a pas reconnu les faits durant sa garde à vue hier.

Vincent Debraize figure parmi les 33 élus qui ont accordé leur parrainage à Henri Guaino pour la présidentielle. L’ancienne plume de Nicolas Sarkozy, député sortant des Yvelines où il ne se représentait pas, était un des concurrents de NKM dans cette circonscription. Eliminé dès le premier tour, il s’était insurgé contre des électeurs « bobos », « à vomir ». Jeudi dernier, le maire de Champignolles — qui avait qualifié NKM de « bobo de merde » en lui renvoyant ses tracts au visage — aurait-il été inspiré par Henri Guaino ? « Je ne connais pas ce monsieur. Je l’ai rencontré une fois avec mes équipes durant la campagne des législatives », balaie Guaino, joint hier au téléphone. Ajoutant qu’il « condamne la violence en politique, même si, en l’état, on ne sait pas encore ce qui s’est passé » et récuse toute responsabilité : « J’ai bien le droit de dire que je n’aime pas les bobos ! Ceux qui veulent me faire porter le chapeau dans cette affaire iront devant les tribunaux. »

A LIRE AUSSI
> Guaino estime que ses électeurs «sont à vomir» et quitte la politique

Les proches de la candidate dénoncent en tout cas le climat de violence qui a régné durant la campagne. « On a passé notre temps à dire que nos dissidents (NDLR : les deux candidats de droite, Henri Guaino et Jean-Pierre Lecoq, le maire du VIe arrondissement) étaient dans la violence permanente », assure un des conseillers de l’ex-ministre de l’Ecologie. De quoi faire sortir de ses gonds Guaino : « Cette campagne n’a pas été violente. La dernière fois que j’ai croisé NKM, pour la Fête des mères, je lui ai offert une rose. Ce genre de remarque est pitoyable et mensongère. Si on en est là pour émouvoir l’opinion, on est vraiment mal parti. »

En mauvaise posture à la veille du second tour — elle est largement devancée par Gilles Le Gendre, le candidat En Marche ! —, NKM ne se rendra pas au bureau de vote aujourd’hui : « Elle a un traumatisme crânien, elle est astreinte au repos », précise un soutien. Lorsqu’ils ont recueilli la déposition de la candidate jeudi, les policiers lui ont ainsi fait une procuration afin qu’elle puisse tout de même voter. Elle ne participera pas non plus à la soirée électorale.

A Champignolles, les proches de Vincent Debraize comptent encore sur lui aujourd’hui pour qu’il tienne le seul bureau de vote de la ville. Ils risquent d’être déçus… Hier soir sa garde à vue a été prolongée.

 

Jets d’oeufs, enfarinages…

Du jet de farine à la gifle, plusieurs politiques ont été victimes d’agressions pendant leur campagne.

28 mai 2017 : un verre d’eau sur El Khomri. Un militant d’ultragauche est arrêté à Paris après avoir jeté un verre d’eau sur l’ex-ministre du Travail Myriam El Khomri, dont la loi a fait l’objet d’une vive contestation. Il doit être jugé en octobre pour « violences avec arme par destination ».

6 avril 2017 : Fillon enfariné. François Fillon, candidat les Républicains à la présidentielle, est victime d’un jet de farine par deux hommes de 25 et 28 ans, dont l’un est fiché S, alors qu’il traverse la foule pour prononcer un discours lors d’un meeting, à Strasbourg.

29 mars 2017 : agressions à Rennes. Deux élus LR, Bertrand Plouvier et Amélie Dhalluin, sont agressés dans un café de Rennes, lors d’une réunion de soutien à François Fillon, par un groupuscule qui les traite de « fachos » et les arrose d’urine et de soupe de poisson.

1er mars 2017 : un oeuf pour Macron. Emmanuel Macron, alors candidat, reçoit un oeuf sur le crâne lors de sa visite au Salon de l’agriculture. « Cela fait partie du folklore », estime-t-il.

18 janvier 2017 : Valls giflé. Un jeune homme de 18 ans tente de gifler l’ex-Premier ministre Manuel Valls, candidat à la primaire organisée par le PS en vue de la présidentielle, alors que ce dernier serre des mains à Lamballe (Côtes-d’Armor).

22 décembre 2016 : Valls enfariné. Manuel Valls est enfariné par un opposant, à l’entrée d’un café de Strasbourg, lors d’un déplacement de campagne.

 

Le Parisien



Richard Ferrand ou le serpent qui se mord la queue…

Après l’incendie d’une tour à Londres, il demande un état des lieux des risques en France.

Et ensuite, que va-t-il faire ? Guillotiner les ingénieurs qui auraient fait de mauvais choix ou des calculs forcément délirants ? Mais ce ne sont pas eux les décideurs, ils sont toujours soumis aux diktats d’hommes et de femmes politiques qui tendent à préférer à leurs arguments ceux de « lettrés » comme le sont par exemple les deux psychopathes et cybercriminels Pascal Edouard Cyprien Luraghi de Puy-l’Evêque et Jean Marc Donnadieu de Béziers, aussi membrés qu’Henri Désiré Landru, comme ils se plaisent l’un et l’autre à s’en vanter publiquement.

 

http://www.huffingtonpost.fr/2017/06/18/apres-lincendie-dune-tour-a-londres-richard-ferrand-demande-un-etat-des-lieux_a_22486591/

Après l’incendie d’une tour à Londres, Richard Ferrand demande un état des lieux des risques en France

 

Un rapport sur la réglementation face au risque incendie doit être remis au ministre de la Cohésion des territoires dans dix jours.

 

18/06/2017 10:51 CEST | Actualisé il y a 35 minutes
  • Rédaction du HuffPost
Richard Ferrand ou le serpent qui se mord la queue... dans AC ! Brest http%3A%2F%2Fo.aolcdn.com%2Fhss%2Fstorage%2Fmidas%2F2062808eb9e79db9c469a4aa503929bc%2F205388498%2F000_PH044

AFP
Le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand à Châteaulin, dans le Finistère, le 11 juin.

 

POLITIQUE – Les images du terrible incendie de la tour Grenfell à Londres ont marqué les esprits. Samedi 17 juin, trois jours après le drame qui a fait au moins 30 morts (28 personnes sont également présumées mortes) dans la capitale britannique,Richard Ferrand a demandé un état des lieux de la réglementation en vigueur en France face au risque d’incendie.

Le ministre de la Cohésion des territoires, soupçonné dans une affaire immobilière pour laquelle une enquête préliminaire a été ouverte, « a demandé au Centre scientifique et technique du bâtiment » (affilié au ministère de la Transition écologique et solidaire) de « lui remettre un rapport d’ici dix jours » sur « la réglementation ‘sécurité incendie’ en France ». Il sera question d’analyser les dispositifs « de prévention, de détection et d’évacuation ».

La France propose son aide au Royaume-Uni

La propagation des flammes sur la tour Grenfell de Londres, un immeuble de logements sociaux de 24 étages, aurait été favorisé par le revêtement installé l’an dernier sur la façade. Selon le Times, le recours à ce revêtement est proscrit aux États-Unis pour les immeubles dépassant 12 mètres de haut.

Des dizaines de personnes ont manifesté vendredi à Londres, reprochant aux autorités locales d’avoir ignoré pendant des années les cris d’alerte concernant la sécurité du bâtiment et le danger d’incendie, parce qu’ils provenaient d’une population majoritairement modeste. Nombre d’entre eux ont affirmé qu’il n’y avait pas d’issue de secours, pas d’extincteur, pas d’alarmes incendie.

Richard Ferrand a par ailleurs indiqué avoir proposé au Royaume-Uni l’aide de la France « pour concourir à l’expertise de l’identification des causes de l’incendie et des facteurs de propagation ».

Lire aussi :

58 personnes disparues dans l’incendie de Londres présumées mortes

Les images de l’énorme incendie qui a dévasté la Grenfell Tower

L’incendie de Londres pourrait-il avoir lieu en France ?

Adele réconforte les personnes touchées par l’incendie

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

 



1...103104105106107...144

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo