Le 24 mai 2019, un attentat islamiste à Lyon

C’est à ce jour le seul attentat commis à Lyon depuis le début de la vague de ces derniers années, qui avait commencé avec les tueries de Mohammed Merah de Toulouse et Montauban en mars 2012.

L’auteur des faits est un jeune Algérien venu en France suivre des études en informatique, à peu près comme Sid Ahmed Ghlam, auteur de l’attentat manqué de Villejuif du 19 avril 2015, lequel était associé à une Brestoise qui curieusement n’a jamais été inquiétée par les autorités judiciaires, en dépit d’un profil et de relations bien étranges…

« L’agence Reuters indique également que selon une source proche de l’enquête, l’auteur a délibérément agi peu de temps avant les élections européennes afin de « faire monter le vote populiste et raciste [...] pour pousser les musulmans à la révolte »17. »

On rappelle ici que les attentats de mars 2012, que certains tendent à oublier, s’étaient aussi produits en pleine campagne électorale, pour la présidentielle, et de surcroît dans un contexte de tension très particulier entre certains policiers de la DCRI et leurs direction, avec, à la manoeuvre, des personnages déjà très impliqués dans les prémices en 1994 de l’attentat du 8 mai 2002 à Karachi.

Mais surtout, cette idée assez délirante de « faire monter le vote populiste et raciste [...] pour pousser les musulmans à la révolte » est typiquement extrême-gauchiste ou brenterchienne.

En effet, la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest a bien toujours expliqué à ses ouailles qu’il leur fallait quotidiennement et partout où elles détiennent une once de pouvoir ou d’influence ou la possibilité d’en conquérir agir de manière systématique, illégale et violente pour corrompre le système capitaliste, le pourrir au maximum et le rendre totalement invivable pour les populations, afin de pousser celles-ci à la révolte.

C’est ainsi qu’elles vont, par exemple, systématiquement s’opposer à toute mesure sociale tendant à adoucir le capitalisme ou ses effets pour les plus pauvres, les plus fragiles ou les plus démunis, ou encore, systématiquement soutenir les patrons voyous contre toutes leurs victimes, au premier rang desquelles leurs salariés.

Sauf que personne n’a encore jamais vu aucun des cadavres en résultant sortir de sa tombe pour conduire une quelconque révolution et qu’en outre, aucun des cadres du NPA n’a jamais été assez stupide pour croire que ce fût possible.

Non, non, non.

Tout ce qu’ils veulent, en fait, c’est réduire à l’esclavage toute la population salariée et voir leurs postes de fonctionnaires devenir ceux des nababs du nouveau régime de type dictatorial qu’ils auront progressivement mis en place.

Encore une fois, donc, on reconnaît bien dans cet attentat l’influence majeure sinon la commandite de mes harceleurs, comme pour quasiment tous les précédents.

Les tueries de mars 2012 qui se préparaient depuis juin 2010 avaient pour but, en accompagnant la fête quotidienne de la bande de « déconnologues » de Cyprien Luraghi, Josette Brenterch et Jean-Marc Donnadieu sur leur blog ICI-BLOG alors encore intégralement public, depuis ma mise en examen à Brest dans le cadre de la procédure engagée à mon encontre par ladite Josette Brenterch sur la base de dénonciations calomnieuses que je commençais tout juste à découvrir, d’annoncer leur victoire à venir, lors de ma condamnation, qui celle-là sera fêtée en juin 2013 avec l’affaire de la mort de Clément Méric en conséquence d’une rixe organisée par les très complices Josette Brenterch du NPA de Brest et Jacques Fornès du Front National du Finistère, lequel avait déjà envoyé quelques Quimpérois de sa chapelle se battre avec Clément Méric en début d’année 2013.

Au mois de mai 2019, un nouvel attentat étant alors commis, cette fois à Lyon, toute la bande de dingues jubilait donc à nouveau, probablement à la suite d’une nouvelle plainte contre moi, puisque selon Jean-Marc Donnadieu, depuis cette année-là, j’en aurais encore tout un paquet sur le dos.

J’emploie là le conditionnel, car en fait, je ne les vois toujours pas venir, n’ayant à ce jour subi aucune nouvelle audition depuis celle de septembre 2015 consécutive à la plainte du malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi à mon encontre de cette année-là (une litanie d’inventions et dénonciations calomnieuses particulièrement odieuses et tout aussi abracadabrantes), laquelle avait ensuite été classée sans suite.

 

 

https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2012/03/14/avis-de-manifestation-historique-chez-les-policiers-de-la-dcri_5981730_1653578.html

Avis de manifestation historique chez les policiers de la DCRI

 

Par Laurent Borredon(Blog Vu de l’intérieur)

Publié le 14 mars 2012 à 15h49Temps de Lecture 2 min.

 

Il n’y aura pas de communiqué de presse, mais la nouvelle s’est répandue grâce aux bons offices du député (PS) Jean-Jacques Urvoas, sur Twitter: plusieurs dizaines de policiers de la prestigieuse direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) s’apprêtent à manifester leur mécontentement, vendredi matin 16 mars, dans le hall du siège de la direction, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Un évènement inédit pour des fonctionnaires qui évoluent tous dans le secret-défense et la plus grande discrétion. Ces 3100 policiers ont à leur charge la lutte contre l’espionnage étranger, la « répression des actes terroristes ou visant à porter atteinte à l’autorité de l’Etat », la « surveillance des communications », la surveillance des individus et groupes radicaux.

A la manoeuvre, la section du syndicat d’officier SNOP. Pour un responsable syndical, c’est un « ras-le-bol général » qui est en cause: « Cela fait des mois que ça bout. » Des problèmes de « gestion humaine », dans une direction où « tout est opaque ». C’est la nomination d’un commissaire sorti d’école dans l’un des services qui a déclenché l’ire des officiers. Pour les officiers, le choix d’un commissaire débutant plutôt que celui d’un commandant (le grade le plus élevé chez les officiers) témoigne du  manque de considération que la direction leur porte.

Le conflit entre officiers et commissaires – un classique du monde policier – a été relancé, ces dernières semaines, par la présentation au ministre d’un rapport sur une éventuelle fusion des deux corps. Le (très léger) rapport de l’Inspection générale de l’administration et de l’Inspection générale de la police nationale (composée uniquement de commissaires) a balayé tout projet de fusion – une revendication des syndicats d’officiers.

A la DCRI, ces tensions prennent une coloration particulière. La  direction est née d’un simple décret du 27 juin 2008 qui fusionnait la direction de la surveillance du territoire (DST, le contre-espionnage) et les renseignements généraux (RG). Ce qui s’est traduit en pratique par une absorption d’une partie des RG par la DST. Cette dernière a imposé, entre autres, le poids important des commissaires. La DCRI, à Levallois, compte environ 140 commissaires, près de 10% de tous les commissaires français.

Autre élément aggravant, qui est directement en cause ici, « le recrutement massif de jeunes commissaires sortis d’école à des postes élevés », estime Floran Vadillo, spécialiste des questions de renseignement. Un moyen, pour le directeur, Bernard Squarcini, de « faire disparaître la culture ST et la culture RG au profit d’une culture RI », explique M. Vadillo. Avec, comme victimes collatérales, les officiers.

Mais le malaise vient aussi de la personnalité contestée de Bernard Squarcini. « Il y a un effet d’opportunité. Le directeur central est fragilisé. Il n’arrive plus à tenir sa maison », explique Floran Vadillo. Déjà mis en examen, en octobre 2011 par la juge Sylvie Zimmerman, dans l’affaire des fadettes des journalistes du Monde, M. Squarcini a récemment été mis en cause dans le  livre L’Espion du président, des journalistes Olivia Recasens, Didier Hassoux, Christophe Labbé (Robert Laffont). La publication de cet ouvrage a secoué la DCRI. L’accélération de l’enquête sur le cercle Wagram, affaire dans laquelle une des proches de M. Squarcini est mise en examen, commence aussi à déranger à Levallois-Perret. Enfin, le nom du directeur apparaît dans le cadre de l’affaire Guérini. Un responsable syndical s’inquiète de « la pression médiatique » que subissent les policiers en raison de la personnalité de leur chef.

Laurent Borredon

Laurent Borredon(Blog Vu de l’intérieur)

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_de_la_rue_Victor-Hugo_de_Lyon

    1. Attentat de la rue Victor-Hugo de Lyon

      Attentat de la rue Victor-Hugo de Lyon
      Image illustrative de l’article Attentat de la rue Victor-Hugo de Lyon
      Vue du lieu de l’attentat au lendemain de l’évènement

      Localisation Rue Victor-Hugo, Lyon, Rhône, Drapeau de la France France
      Cible Civils
      Coordonnées 45° 45′ 15″ nord, 4° 49′ 48″ est
      Date 24 mai 2019
      17h30
      Type Attentat à la bombe
      Armes Engin explosif improvisé
      Morts 0
      Blessés 14
      Auteurs présumés Mohamed Hichem Medjoub
      Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique (allégeance)
      Mouvance Terrorisme islamiste1
      Géolocalisation sur la carte : Lyon
      (Voir situation sur carte : Lyon)

      Attentat de la rue Victor-Hugo de Lyon
      modifier Consultez la documentation du modèle

      L’attentat de la rue Victor-Hugo de Lyon est une attaque à la bombe survenue le 24 mai 2019. Un individu dépose un sac ou un colis explosif contenant des vis, des clous et des boulons devant un commerce de cette artère piétonne proche de la place Bellecour. L’explosion fait, selon les sources, 14 victimes toutes blessées légèrement.

      Un suspect, auteur présumé de l’attentat, est arrêté le 27 mai 2019. Deux jours plus tard, celui-ci avoue son acte ainsi que son allégeance à l’État islamique2.

      Contexte

      Entre janvier 2015 et l’attentat du marché de Noël de Strasbourg en décembre 2018, la France est confrontée à une vague d’attentats ayant causé la mort de 251 personnes3.

      Déroulement

      Le vendredi 24 mai 2019 vers 17 h 30 dans la rue Victor-Hugo, située au 2e arrondissement de Lyon, un homme à vélo dépose un colis devant l’enseigne Brioche dorée. À 17h40, le colis explose et fait, selon un premier bilan, 13 blessés légers dont 8 femmes, 4 hommes et une enfant de 8 ans4 (ou 10 ans selon d’autres sources5), et les sources font ultérieurement état d’un quatorzième blessé6. Le colis composé de boulons et de vis ne cause pas de dégâts considérables mais des petits projectiles sont projetés sur les vitrines des commerces aux alentours. 11 des 13 blessés seront évacués vers les hôpitaux pour subir des interventions chirurgicales afin de retirer les objets en fer ainsi que les éclats de verre incrustés dans leurs membres. Le quartier d’Ainay où l’attentat a eu lieu est bouclé par la suite ; devant l’absence de danger immédiat suite au passage des démineurs, la rue Victor-Hugo, y compris les immeubles aux abords immédiats du lieu de l’explosion, n’est cependant pas évacuée.

      Enquête

      Le jour même de l’attentat, à 21 h 41, un appel à témoins est lancé par la Police nationale et une enquête a été ouverte pour « association de malfaiteurs terroristes »4.

      Près de 300 fonctionnaires participent à l’enquête jour et nuit dès vendredi soir (DGSI, DCPJ et PTS)7. Ce sont les images prises par les caméras de la ville et un témoignage qui ont permis de retrouver la trace du suspect : alors que les enquêteurs ont pu le suivre jusqu’aux quais du Rhône avant de le perdre, l’appel à témoin a permis de situer son passage vers le musée des Confluences7. L’étude des vidéos du quartier a permis de le suivre à nouveau jusqu’à Oullins, où des images plus précises ont permis dimanche après-midi de l’identifier7. À partir du secteur d’habitation, les enquêteurs ont pu retracer les achats des composants de la bombe, et localiser le domicile du poseur7.

      Le 26 mai, le suspect est toujours recherché. Une trace ADN est identifiée sur le sac qui a servi à dissimuler la bombe mais elle n’est alors pas encore connue de la police. L’explosif utilisé est identifié comme du TATP, un puissant explosif artisanal.

      Quatre8 personnes de nationalité algérienne9 (l’auteur présumé, son père8, sa mère et un lycéen majeur9) sont appréhendées le 27 mai dans le cadre de l’enquête9. Une autre personne est également entendue en audition libre8. L’identité du principal suspect est révélée ultérieurement : Mohamed Hichem Medjoub10.

      Une perquisition a lieu le 27 mai dans une résidence située dans un quartier populaire d’Oullins11. Le Parisien et Le Progrès révèlent l’identité partielle du principal suspect : Mohamed Hichem M.12. Il aurait été repéré grâce à ses commandes de produits chimiques nécessaires à la fabrication du TATP sur Internet13. En outre, le vélo avec lequel la bombe a été déposée est retrouvé à son domicile14. Le 28 mai 2019, le procureur de la République Rémy Heitz rappelle que « l’enquête ouverte à la suite des faits commis à Lyon vendredi soir est couverte par le secret et [...] qu’il est le seul à pouvoir rendre publics des éléments objectifs tirés de la procédure » après la communication à la presse par le ministre de l’intérieur Christophe Castaner et son prédécesseur Gérard Collomb qui ont annoncé des interpellations et gardes à vues avant qu’elles ne soient effectives15. Le 28 mai, les analyses ADN montrent que c’est celui du principal suspect qui avait été retrouvé sur le sac qui avait servi à dissimuler la bombe14.

      Le 29 mai 2019, Mohamed Hichem Medjoub avoue être l’auteur de l’attentat et avoir prêté allégeance à l’État islamique16. Son ordinateur a par ailleurs révélé des contacts avec le groupe terroriste16. L’agence Reuters indique également que selon une source proche de l’enquête, l’auteur a délibérément agi peu de temps avant les élections européennes afin de « faire monter le vote populiste et raciste [...] pour pousser les musulmans à la révolte »17.

      Le 30 mai, les gardes à vues des autres membres de sa famille sont levées, aucun élément n’étant retenu contre eux18.

      Le 31 mai, Mohamed Hichem Medjoub est mis en examen pour tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste, association de malfaiteurs terroriste criminelle, fabrication, détention et transport d’explosifs en relation avec une entreprise terroriste, puis il est placé en détention provisoire18.

      Réactions nationales

      • Le Président de la République, Emmanuel Macron, déclare lors d’une interview : « Il y a eu une attaque à Lyon. Il ne m’appartient pas d’en faire le bilan, mais a priori, aujourd’hui, à ce stade, il n’y a pas de victime. Il y a des blessés, donc je veux avoir évidemment une pensée pour les blessés, leurs familles. »19
      • Le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, se rend sur place avec le procureur de la République de Paris et annonce un renforcement de la sécurité des sites accueillant du public et des événements sur l’ensemble du territoire19.
      • Le président de la région Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, publie sur le réseau social Twitter : « Émotion après l’explosion au cœur de Lyon. Nous attendons des informations précises. De tout coeur avec les blessés. Merci aux secours et aux forces de l’ordre si rapidement mobilisées. »19
      • Le maire de Lyon, Gérard Collomb, a adressé sa profonde sympathie aux victimes de l’attentat et se dit surpris et ému qu’un tel acte puisse être commis dans le centre-ville de Lyon20.

      L’attentat s’étant déroulé en pleine campagne pour les élections européennes, de nombreux candidats apporteront leur soutien aux lyonnais et aux victimes dans des allocutions télévisées ou des communiqués publiés sur les réseaux sociaux19.

      Mohamed Hichem Medjoub

      Mohamed Hichem Medjoub
      Terroriste islamiste
      Information
      Nationalité Drapeau d'Algérie Algérien
      Allégeance Drapeau de l'État islamique État islamique
      Idéologie Salafisme djihadiste
      Sexe Masculin
      Actions criminelles Attentat
      Attentats Attentat de la rue Victor-Hugo de Lyon
      Victimes 14 blessés
      modifier Consultez la documentation du modèle

      Mohamed Hichem Medjoub est un citoyen algérien arrivé en France en août 2017 avec un visa touristique valable 90 jours18. Il se pré-inscrit à l’école d’informatique Epitech mais se voit refuser un titre de séjour le 22 du même mois : il se désinscrit aussitôt sans y avoir jamais mis les pieds21. Il continue alors à vivre sur le territoire français en situation irrégulière, restant inconnu des services de police18.

      Notes et références

    2. Jean-Michel Décugis et Jérémie Pham-Lê, « Explosion à Lyon : les déclarations ambigües du «terroriste à vélo» », Le Parisien,‎ 28 mai 2019 (lire en ligne [archive], consulté le 30 septembre 2020).
    3. « Colis piégé à Lyon : le suspect est passé aux aveux devant les enquêteurs » [archive], sur Franceinfo, 30 mai 2019 (consulté le 22 octobre 2020)
    4. « L’État islamique a fait 251 morts en France en 4 ans » [archive], sur Le Figaro, 23 mars 2019 (consulté le 6 octobre 2019)
    5. « Explosion dans une rue piétonne à Lyon, au moins 13 blessés » [archive], sur LeFigaro.fr, 24 mai 2019 (consulté le 25 mai 2019)
    6. « Explosion à Lyon : ce que l’on sait de l’attaque au colis piégé » [archive], sur LExpress.fr, 25 mai 2019 (consulté le 27 mai 2019)
    7. « Attentat de Lyon: Le suspect passé aux aveux a été inculpé et écroué » [archive], sur 20minutes.fr, 31 mai 2019.
    8. Richard Schittly et Simon Piel, « Colis piégé de Lyon : les pistes qui ont mené à l’interpellation du suspect » [archive], sur LeMonde.fr, 28 mai 2019.
    9. « Colis piégé à Lyon : quatre personnes placées en garde à vue » [archive], sur francetvinfo.fr, 27 mai 2019 (consulté le 27 mai 2019)
    10. « Lyon : trois suspects interpellés après l’explosion du colis piégé » [archive], sur lexpress.fr (consulté le 27 mai 2019)
    11. « Attentat au colis piégé à Lyon: le suspect mis en examen et écroué » [archive], sur huffingtonpost.fr, 31 mai 2019.
    12. Perquisition au domicile du suspect [archive]
    13. principal suspect [archive]
    14. « Colis piégé à Lyon : le suspect avait réalisé des achats en ligne de produits permettant de fabriquer l’engin explosif » [archive], sur francetvinfo.fr, 27 mai 2019 (consulté le 28 mai 2019)
    15. « Colis piégé à Lyon : le vélo vu sur les images de vidéosurveillance également retrouvé lors d’une perquisition chez le suspect » [archive], sur francetvinfo.fr, francetvinfo.fr, 28 mai 2019 (consulté le 28 mai 2019)
    16. Simon Piel, Nicolas Chapuis et Richard Schittly, « Attentat de Lyon : le parquet de Paris recadre Christophe Castaner et Gérard Collomb » [archive], sur LeMonde.fr, 31 mai 2019 (consulté le 2 juin 2019).
    17. Colis piégé à Lyon : le suspect est passé aux aveux devant les enquêteurs [archive], Franceinfo, 30 mai 2019.
    18. Explosion à Lyon: le suspect a admis avoir fait allégeance à Daech [archive], Le Figaro avec Reuters, 30 mai 2019.
    19. Simon Piel, « Attentat au colis piégé à Lyon : le suspect mis en examen » [archive], sur Le Monde, 31 mai 2019.
    20. BFMTV, « « Nous sommes à vos côtés »: Macron apporte son soutien aux blessés de « l’attaque » à Lyon » [archive], sur BFMTV (consulté le 29 mai 2019)
    21. Antoine Sillières, « « Vive émotion » pour Gérard Collomb après l’attentat à Lyon » [archive], sur Lyon Capitale, 25 mai 2019 (consulté le 29 mai 2019)

Non étudiant à l’Epitech [archive]

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Sid_Ahmed_Ghlam

Affaire Sid Ahmed Ghlam

Enfance et études

Sid Ahmed Ghlam, surnommé Djillali, est né à Tiaret, dans la région d’Oran, en Algérie en 19913.

Il arrive avec sa famille en 2001 à Saint-Dizier et retourne en Algérie en 2003 faute de papiers en règle. Il y passe son baccalauréat en 2010 et retourne en France la même année4 dans le cadre du regroupement familial5. Il enseignait l’arabe à la mosquée El-Fath de Saint-Dizier affiliée à la Grande mosquée de Paris6. La presse indique qu’il a été étudiant de 2010 à 2012 à l’école d’informatique SUPINFO de Paris et la quitte au bout de sa deuxième année7. Cependant SUPINFO n’est pas en mesure de confirmer cette information du fait qu’il existe des risques d’homonymie, seul le nom de l’individu ayant été divulgué8.

En septembre 2014, il s’inscrit à l’université Pierre-et-Marie-Curie, mais ne participe ni aux cours ni aux travaux dirigés (TD). L’université a engagé une procédure contre lui pour falsification de note9. L’UNEF est accusée par le Canard Enchaîné, qui cite une source ministérielle, d’avoir aidé Sid Ahmed Ghlam. L’UNEF rétorque que « Ghlam indique qu’il a été boursier échelon 6 (correspondant à une aide de 4 768 euros par an)… Ses demandes de logement ont fait l’objet d’un traitement prioritaire »10.

En 2015, il habite dans une résidence étudiante, rue Julie-Daubié à proximité de la Bibliothèque nationale de France, dans le 13e arrondissement de Paris. Le weekend, il rejoint sa famille dans le quartier sensible du Vert-bois à Saint-Dizier. Selon les médias, certains de ses proches à Saint-Dizier se sont rapprochés des thèses de l’islam radical11. Son frère et sa belle-sœur appartiendraient à la mouvance tabligh12.

Radicalisation

Il séjourne en 2013 et 2014 dans le quartier Croix-Rouge de Reims. Le domicile de Saïd Kouachi, le tueur de Charlie Hebdo, se trouve alors à quelques dizaines de mètres. La police évoque des liens possibles entre Sid Ahmed Ghlam et la « bande des Buttes-Chaumont »13,14.

En février 2014, il passe une semaine en Turquie. Il est placé en garde à vue à son retour. Selon le procureur de Paris, aucun élément ne permet de « justifier l’ouverture d’une information judiciaire ». Il est néanmoins l’objet d’une fiche des renseignements français notamment pour « velléité de départ en Syrie ». Cette « fiche S » (« Sûreté de l’État ») implique son placement sous surveillance policière « sans attirer l’attention »15.

Au printemps 2014, son petit frère de 9 ans signale « que son frère se radicalise ». La police est prévenue. Des écoutes téléphoniques menées à la suite, probablement en 2014 et 2015, n’ont rien révélé  ; ce que le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve justifie par le fait que « les moyens technologiques utilisés (…) sont de plus en plus sophistiqués »16.

Le suivi lancé en 2014 depuis l’alerte à la radicalisation de Sid Ahmed Ghlam n’a rien donné. C’est « parce que la nouvelle menace terroriste qui plane sur la France se caractérise par des techniques de dissimulation que les services secrets peinent à contrer. Cette technique a même un nom, la taqiya »17.

Le 15 octobre il se rend en Algérie, ce qui n’inquiète pas les services de renseignement, puisqu’il emprunte régulièrement cette destination pour se rendre dans son pays d’origine. Depuis l’Algérie, le 29 octobre, il se rend à Istanbul, en Turquie, où il reste un mois. Un djihadiste français se faisant appeler Abu Al-Mouthana lui paye alors des « frais de retour » (2000 euros), en échange de contreparties à venir18.

Assassinat et tentatives d’attentats

Meurtre d’Aurélie Châtelain

Localisation Villejuif, Val-de-Marne, Drapeau de la France France
Cible Civils
Coordonnées 48° 47′ 31″ nord, 2° 21′ 49″ est
Date 19 avril 2015
Type Fusillade, Meurtre
Armes Arme de poing, Kalachnikov
Morts 1
Blessés 1 (le terroriste)
Auteurs Sid Ahmed Ghlam
Organisations Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg État islamique
Mouvance Terrorisme islamiste
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
(Voir situation sur carte : Île-de-France)

Affaire Sid Ahmed Ghlam
modifier Consultez la documentation du modèle
Le 24 mai 2019, un attentat islamiste à Lyon dans AC ! Brest 220px-SacreCoeur_tb
La basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, l’une des trois églises ciblées par Sid Ahmed Glam.

En 2015, il effectue des repérages autour des deux principales églises de Villejuif : l’église Saint-Cyr-Sainte-Julitte dans le centre-ville et l’église Sainte-Thérèse au nord19. Selon l’historien Camille Pascal, cette ville au nom symbolique n’aurait pas été choisie au hasard et lui permettait de cibler deux religions en même temps20.

L’examen de son ordinateur révèle qu’il prévoyait également de s’en prendre à la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, à Paris21.

Le samedi 18 avril, « Sid Ahmed Ghlam reçoit plusieurs nouveaux messages l’incitant « fortement » à passer à l’acte »22. Toujours selon le procureur, le dimanche 19 avril, tôt le matin, il tente de voler la voiture d’Aurélie Châtelain à Villejuif. Celle-ci est tuée d’une balle dans le cœur et il aurait ensuite brûlé la voiture, qui contenait le corps de la jeune femme, avant de regagner le 13e arrondissement.

Le dimanche 19 avril 2015, il préparait à l’heure de la messe un attentat contre les deux églises qu’il avait repérées. D’après le curé de Saint-Cyr-Sainte-Julitte, il y aurait eu « un carnage » car l’église accueille 300 personnes le dimanche23,24.

À 8 h 50, il appelle le SAMU car il est blessé gravement à la hanche et à la rotule par deux balles. Selon les enquêteurs, il se serait lui-même blessé au cours de la tentative de vol du véhicule. Interrogé par la police, il évoque un règlement de comptes. La police remonte les traces de sang et arrive à son véhicule, une Renault Mégane dans laquelle elle trouve un gyrophare, un fusil d’assaut Kalachnikov et un revolver. Les enquêteurs perquisitionnent son domicile et trouvent trois Kalachnikov supplémentaires, des gilets pare-balles25, un minutage précis entre les églises ciblées et les commissariats les plus proches. Il est placé en garde à vue et hospitalisé à l’Hôtel-Dieu26. La garde à vue est prolongée au maximum prévu dans les cas de risque d’attentat maximum.

Selon François Molins, procureur de la République, au moment de son arrestation, il « était en contact avec une autre personne pouvant se trouver en Syrie avec laquelle il échangeait sur les modalités de commission d’un attentat, ce dernier lui demandant explicitement de cibler particulièrement une église »27.

Victime

Aurélie Châtelain était mère d’une fille de cinq ans. Elle avait 32 ans. Elle était originaire de Caudry. Elle a été retrouvée dans sa voiture, dans un début d’incendie, à Villejuif après avoir été tuée par balle. Les enquêteurs pensaient initialement que le motif du meurtre était une tentative de vol de la voiture28. Après coup, ils supposent plutôt que Sid Ahmed Ghlam aurait voulu tuer Aurélie car il « la suspectait d’être un agent du renseignement. Il aurait été intrigué par la présence de cette voiture, au milieu de la rue, et de cette femme assise sur le siège passager avec un ordinateur portable sur les genoux28. »

Elle était professeur de fitness et ancienne conseillère municipale de Caudry. Elle allait participer à un stage à Villejuif pour se perfectionner dans son métier en prenant des cours de pilates29,30.

Le dimanche 26 avril 2015, trois mille personnes participent à une marche blanche dans sa ville d’origine, Caudry31.

Tandis que sa meilleure amie la considère comme une « héroïne », Guy Bricout, le maire de Caudry, suggère que « le décès d’Aurélie avait permis de sauver des vies »32 et demande qu’elle soit décorée de la Légion d’honneur à titre posthume33. Sa fille aura le statut de pupille de la Nation34.

Le 5 janvier 2016, on apprend qu’Aurélie Châtelain ne figure pas parmi les victimes des récents attentats décorées de la légion d’honneur. Le maire de sa commune fait aussitôt part de sa grande déception et de son incompréhension35. Il est alors annoncé que l’omission source de polémique sera réparée lors de la promotion de Pâques 201636. Elle fait finalement l’objet d’une nomination exceptionnelle le 18 mars 201637.

En hommage, son nom a été donné au Palais des Sports de Caudry38.

Version de Sid Admed Ghlam

D’après ses avocats : « Il a reconnu avoir été à Villejuif le 19 avril 2015 en présence d’un autre individu. Il conteste en revanche toute responsabilité dans la mort d’Aurélie Châtelain et a également affirmé avoir fait ce qu’il fallait pour empêcher la commission d’un attentat ce jour-là ». Il ne donne pas plus de détail sur cet autre individu39.

L’un des avocats de la famille d’Aurélie Châtelain, Antoine Casubolo Ferro, réfute cette version : « Il faut qu’il en dise plus, car pour l’instant la réalité du dossier ne correspond pas du tout à ses déclarations … Il faut qu’il s’explique sur toutes les preuves et les traces qui donnent la certitude qu’il a été en contact avec Aurélie Châtelain »40.

Ghlam affine ensuite sa version durant l’hiver 2015 et précise que le mystérieux individu, dont aucune trace n’a été retrouvée, serait Samy Amimour l’un des membres du commando des attentats du 13 novembre 2015, qui s’est fait exploser au Bataclan après avoir mitraillé la foule41. De l’avis des enquêteurs Samy Amimour était en Syrie en avril 2015 et aucun lien n’a pu être établi entre lui et la mort d’Aurélie Châtelain. Ghlam explique aussi avoir renoncé de lui-même à commettre l’attentat après avoir vu le meurtre d’Aurélie Châtelain qui l’aurait choqué, et prétend s’être en conséquence volontairement tiré dans la jambe.

Commanditaire et complicités

Commanditaire, complices et implication

Sid Admed Ghlam ne semble pas être un loup solitaire. En plus du fait qu’il possédait trop d’armes pour un seul homme42, les enquêteurs ont trouvé que « Sid Ahmed Ghlam reçoit en effet l’ordre de passer à l’acte, même seul, même si « il » ne le rejoint pas ». Ils recherchent activement ce « il »43.

Les armes ont été récupérées dans une voiture volée de type Renault Mégane stationnée sur une place de stationnement de la commune d’Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Le volet logistique du projet d’attentat aurait été préparé depuis un snack (« crêperie sucrée/salée« ) du Val-de-Marne dont le propriétaire et plusieurs de ses employés sont fichés S, notamment pour avoir fait le jihad au début des années 200054. Abdelkader Jalal l’un des employés est notamment soupçonné d’avoir fourni les armes.

Le terroriste a ensuite récupéré une seconde voiture, de type BMW 318, dans un garage de Pierrefitte-sur-Seine (toujours en Seine-Saint-Denis) où opéraient ses complices « Vega » (pseudonyme de Macreme Abrougui) et Thomas (Thomas Mayet). Ils sont allés en Syrie début 2015. Ces deux complices ont été endoctrinés par Fabien Clain, un toulousain né à l’île de la Réunion qui est aussi le fondateur du « clan des Belphégor » dans le quartier toulousain du Mirail. Fabien Clain était également un proche d’Olivier Corel, surnommé « l’émir blanc », qui organisait des réunions dans sa ferme d’Artigat, cellule très liée au terrorisme djihadiste.

Rabah Boukaouma, le principal logisticien présumé, connu sous le surnom de « le Kabyle », est supposé avoir livré les armes cachées dans la voiture Mégane55 avec l’aide de Farid Brahami. L’enquête décrit ensuite Abdelnasser Benyoucef (cousin de Boukaouma) et son compagnon Samir Nouad comme les commanditaires des attentas. Les deux hommes qui ont rejoint l’état islamique en Irak et en Syrie avant 2015, auraient plus tard été tués par des frappes de la coalition internationale.

Compagne du mis en examen

Émilie Lechat-Boizumeau56 est élevée dans une famille catholique. Elle effectue toute sa scolarité à Brest. Elle obtient à Vannes, un BEP dans la restauration. Elle a deux garçons à 19 puis 21 ans57. Elle se marie à un Brestois du quartier sensible de Pontanézen. Son mari est « connu des services de police pour des faits de grande délinquance », et se serait converti à l’islam pendant une peine effectuée à la prison brestoise de l’Hermitage58. Elle se convertit alors aussi à l’islam à 22 ans. Elle adopte la burqa comme une quinzaine de femmes de Pontanézen. Rachid Abou Houdeyfa, l’imam salafiste de la mosquée du quartier déclare qu’il ne la connaît pas car, dit-il, « les gens qui sombrent dans l’islam radical ne nous fréquentent pas. Ils ne supportent pas certains prêches ». Émilie part alors pour Saint-Dizier. Son nouveau compagnon a un frère arrêté en 2014 en Belgique pour possession d’armes de guerre. Sid Ahmed Ghlam devient son compagnon un peu plus tard «  mais Aouali, la mère de Sid Ahmed, avait refusé qu’ils se marient, raconte un ami. Parce qu’elle est plus âgée que lui et qu’elle avait déjà été mariée »3.

En février 2015, elle se présente entièrement voilée dans une grande surface de Gouesnou. Ce qui provoque l’intervention de la gendarmerie59.

Le 22 avril 2015, elle est arrêtée à Saint-Dizier. Les voisins parlent d’elle comme d’une femme discrète, convertie à l’islam radical, qui ne sort de chez elle que pour aller chercher ses enfants à l’école en burqa. Les volets de sa maison sont toujours clos. C’est la seule femme en burqa du quartier sensible du Vert-Bois à Saint-Dizier. Le voisinage « confie avoir vu des hommes à la nuit tombée rendre visite à plusieurs reprises à la jeune femme »60,61. Les enquêteurs disposent de trois éléments à charge :

  • Elle possédait des clés de chiffrement permettant d’échanger des messages cryptés.
  • Sid Ahmed Ghlam possédait un deuxième téléphone, uniquement destiné à l’appeler.
  • Un des derniers SMS qu’il ait envoyé à son contact syrien était : « Après le coup, j’irai me réfugier chez Jennifer ». Jennifer est le nom d’Émilie Lechat-Boizumeau dans le répertoire de Sid Ahmed Ghlam62.

Le 24 avril 2015, elle sort libre de sa garde à vue sans être mise en examen.

Réactions

Selon Bernard Bajolet le 22 avril, le directeur général de la Sécurité extérieure, ses hommes ont déjoué six attentats depuis le début 2015, cependant, le lendemain, Manuel Valls parle de cinq attentats déjoués y compris celui-ci. L’attaque planifiée ici serait le septième attentat évité63. 20 minutes note l’importance de la communication gouvernementale, en plein débat sur la loi Renseignement, au sujet d’un événement qui, de l’avis d’un officier de la DGSI, montre les failles des services de renseignement64.

Événements potentiellement liés

Dans la nuit du 23 au 24 avril 2015, un incendie volontaire ravage la salle de prière musulmane de Pargny-sur-Saulx dans la Marne, la sœur de Sid Ahmed Ghlam y donnait des cours65,66.

Incarcération

Le 20 novembre 2015, l’administration pénitentiaire découvre au moins une puce téléphonique dans sa cellule d’isolement à la prison de Fresnes. Il a ainsi, pendant les premiers mois de sa détention, communiqué avec l’extérieur. Ces appels ont cessé le jour même des attentats du 13 novembre 201567.

Il est alors transféré au centre pénitentiaire de Beauvais, où les brouilleurs d’ondes sont plus sophistiqués68.

En avril 2019, l’instruction durant depuis quatre ans sans procès, il a atteint la limite que la loi fixe pour la détention préventive. De manière exceptionnelle, cette détention a été prolongée de quatre mois. De manière encore plus exceptionnelle, elle pourrait être prolongée une deuxième et dernière fois, toujours de quatre mois69.

Procès

Première Instance

Le procès se déroule du 5 octobre au 5 novembre 2020 devant la cour d’assises spéciale à Paris. 6 prévenus comparaissent détenus, 2 sous contrôle judiciaire et les 2 commanditaires sont jugés par défaut car présumés morts en Syrie sans que cela ait été formellement établi70. Les proches d’Aurélie Châtelain font part de leur émotion et livrent des témoignages poignants71, notamment son ex-compagnon, qui raconte la douleur que représente l’absence d’Aurélie pour leur fille. Le procès met en évidence toute la préparation minutieuse de l’attentat et son pilotage depuis la Syrie72. Sid Ahmed Ghlam avait notamment repéré précisément les 2 églises et avait étudié le temps nécessaire aux policiers pour arriver afin de pouvoir s’échapper. D’après l’exploitation des échanges téléphoniques il prévoyait de faire un maximum de victimes parmi les fidèles.

La plupart des accusés reconnaissent leur implication mais essaient de la minimiser quitte à fournir des explications qualifiées de « rocambolesques »73. Ghlam refuse d’avouer le meurtre d’Aurélie Châtelain et maintient sa version concernant la présence de Samy Amimour et le fait qu’il ait renoncé à commettre l’attentat en se tirant volontairement dessus74. Les différents experts soulignent qu’il est presque impossible qu’il se soit volontairement tiré dessus. Son avocat demande l’acquittement de Ghlam pour le meurtre de Châtelain au bénéfice du doute75.

Après plusieurs heures de délibéré, le verdict tombe : les réquisitions des 2 procureurs 76 sont intégralement suivies : Sid Ahmed Ghlam est reconnu coupable du meurtre d’Aurélie Châtelain et de tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste1, il écope de la peine maximale soit la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans ainsi que d’une interdiction définitive du territoire français. Les 2 commanditaires présumés morts sont condamnés par défaut à la même peine avec mandat d’arrêt. Rabah Boukaouma et Farid Brahami sont reconnus coupable d’association de malfaiteurs terroriste (AMA) et de complicité de tentative d’assassinats, ils sont condamnés à respectivement 30 et 25 ans de prison avec une période de sûreté des 2/31. Abdelkader Jalal, moins impliqué et présentant de meilleures perspectives de réinsertion est condamné à 15 ans de prison également avec une période de sûreté des 2/3 pour AMA. Les 2 autres détenus dont un déjà condamné pour AMA sont condamnés pour des infractions à la législation sur les armes à 6 ans de prison et un est interdit du territoire français. Les 2 personnes comparaissant libres écopent de sursis.

Les avocats de Sid Ahmed Ghlam annoncent son intention de faire appel.

 

Références

  1. Par Timothée BoutryLe 2 novembre 2020 à 21h09 et Modifié Le 3 Novembre 2020 À 13h18, « Procès de l’attentat avorté de Villejuif : peine maximale requise contre Sid-Ahmed Ghlam » [archive], sur leparisien.fr, 2 novembre 2020 (consulté le 9 novembre 2020)

Articles connexes

 



Des « antifas » clairement islamistes et terroristes, à Lyon et ailleurs…

Voilà enfin dans au moins deux magazines français une dénonciation de militants prétendument « antifascistes » pour des prises de position publiques très clairement favorables au terrorisme islamiste, ou le justifiant.

Elle provient à l’évidence de l’extrême-droite lyonnaise qui a actuellement tout intérêt à se démarquer de sa petite soeur fasciste de l’extrême-gauche, dont elle était jusque-là très complice.

Concernant plus précisément les « antifas » de Lyon, je rappelle qu’un certain nombre d’entre eux furent les premiers à m’attaquer sur le site Rue89, en 2008, avec leur complice Pascal Edouard Cyprien Luraghi et sa bande de dingues telle qu’elle était alors constituée, sans grande surprise quand on sait que les uns et les autres, ne formant d’ailleurs, à cette époque, qu’un seul et même groupe de riverains du site Rue89, étaient tous mobilisés contre moi par la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest, dont émanait le grand chef de l’extrême-gauche lyonnaise, un vieux complice de ladite Josette Brenterch, de la LCR de Brest, donc, tout comme d’ailleurs l’élue brestoise « antifa » Julie Le Goïc, qui le 26 juillet 2016 s’était fait remarquer pour ses moqueries à l’encontre du père Jacques Hamel tout juste assassiné par deux terroristes islamistes dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray :

http://petitcoucou.unblog.fr/2016/07/30/fausse-rousse-et-vraie-connasse-julie-le-goic-recolte-ce-quelle-a-seme/

http://petitcoucou.unblog.fr/2016/08/03/julie-le-goic-est-elle-aussi-folle-que-son-associe-cyprien-luraghi/

 

 

https://www.valeursactuelles.com/societe/lyon-un-leader-antifa-loue-les-djihadistes-de-boko-haram-et-rigole-de-la-decapitation-de-samuel-paty-126957

A Lyon, un leader antifa loue les djihadistes de Boko Haram et rigole de la décapitation de Samuel Paty

Par

/ Lundi 28 décembre 2020 à 14:25 23

Des

Image d’illustration. Photo © CHAMPALAUNE ROMAIN/SIPA

 

Selon le magazine étudiant l’Etudiant libre, Hamma Alousseini, plus connu sous le nom de Luc Bawa, multiplie les provocations en soutenant la “nébuleuse islamiste”.

Ce sont les événements de trop. Selon l’Etudiant libre, le magazine politique et culturel qui agit en compagnie de Campus Vox, il est temps de prendre des mesures contre la Jeune garde, un mouvement antifasciste lyonnais. Plusieurs figures du mouvement, et en particulier une, multiplient les provocations. La dernière en date remonte à quelques jours à en croire des captures-écran réalisées sur le compte Instagram d’Hamma Alousseini, connu sous le nom de Luc Bawa. Dans une story, il a partagé le tweet de l’assassin de Samuel Paty, le Tchétchène Abdoullakh Anzorov, en ajoutant un commentaire équivoque : « A force de critiquer et insulter la même religion voilà le résultats … mais le tweet mooooorrrrr », lance-t-il dans un message accompagné d’émoticônes moqueurs.

Sur le même sujet

 

Le même Luc Bawa qui posait dernièrement, selon l’Etudiant libre, sur un pickup dans le désert en train « de faire la promotion de Boko Haram », une organisation considérée comme terroriste. D’ailleurs, un peu plus tôt, après des attentats commis par la mouvance terroriste, la Jeune garde antifasciste avait à demi-mot justifié ces actes en appelant seulement à « faire barrage à l’extrême droite ».

Un groupe invité par la mairie

Le groupe antifa avait d’ailleurs fait le même style de réponse à la suite de l’assassinat de Samuel Paty, par l’intermédiaire d’un de ses leaders : « Cette attaque n’est qu’un reflet de l’extrême droite […] présente aussi bien en Occident qu’au Moyen Orient […] Lorsque l’extrême droite grandit ici, elle grandit au Moyen Orient, ils se nourrissent entre eux. » 

Aujourd’hui, L’Etudiant libre demande une réaction des autorités, d’autant que le mouvement antifasciste a été, selon eux, accueilli dans la grande salle de la mairie du Ier arrondissement de Lyon pour une conférence sur l’extrême droite. « Assez cocasse de profiter de ce même système quand on dit lutter contre le système ou l’Etat », tance le magazine.

 

 

https://www.valeursactuelles.com/politique/une-soiree-du-magazine-letudiant-libre-attaquee-par-des-antifas-un-etudiant-touche-loeil-par-de-lammoniaque-113385

Une soirée du magazine “L’Étudiant Libre” attaquée par des antifas, un étudiant touché à l’œil par de l’ammoniaque

Par

/ Jeudi 28 novembre 2019 à 10:09 6

 dans Attentats

Attaque du bar où se trouvait « l’Etudiant Libre » à Rennes. © l’Étudiant Libre, Twitter.

La jeune revue de droite “L’Etudiant Libre” organisait mercredi soir, dans un bar de Rennes, une soirée de présentation. Vers 20h40, un groupe masqué a fait irruption devant l’établissement en projetant divers objets comme des canettes dont certaines contenaient de l’ammoniaque.

La revue l’Etudiant Libre, fondée par des étudiants de différentes universités vendéennes dont l’ICES, a fait l’objet hier soir à Rennes d’une attaque d’« antifas » devant le bar où se déroulait leur soirée de présentation de la revue. « Ils ont commencé par lancer des canettes de bières mais ne voulaient pas prendre le risque de rentrer dans le bar, le personnel a réagi extrêmement rapidement, les serveurs et la sécurité qui étaient plutôt costauds les ont dissuadés d’aller plus loin » raconte Guy Alexandre Le Roux, organisateur et rédacteur pour l’Étudiant Libre.

Après deux minutes de jets de bouteilles et de godets en verre sur le bar, les tables et chaises de la terrasses ont été projetées et entassées pour bloquer l’entrée. Un étudiant a été brûlé à l’œil par un jet de substance chimique. Emmené à l’hôpital, le produit relevé s’avère être de l’ammoniaque. « Il aurait pu perdre la vue s’il n’avait pas eu de lunettes » s’inquiète Guy Alexandre Le Roux.

Sur le même sujet

 

Un étudiant a été touché à l'œil par un jet de produit chimique.

Une attaque préméditée sur un groupe Facebook

L’appel à la mobilisation “antifasciste” est donné notamment sur le groupe Facebook « Comité de mobilisation Rennes 2 », un groupe d’étudiants de l’Université Rennes 2, revendiquant en photo d’accueil : « Rennes 2 la rouge et noire », couleurs des anarchistes.

Sur le même sujet

 

Appel mobilisation devant le Webb Ellis

Une attaque qui s’inscrit dans un contexte de répression systématique de l’extrême gauche

Depuis plusieurs semaines, la situation est très tendue dans plusieurs facultés. Qu’il s’agisse d’organisations étudiantes ou de personnalités politiques, l’extrême-gauche exerce une violence systématique contre l’opposition idéologique. À Nanterre, le syndicat étudiant La Cocarde est régulièrement agressé et ses militants harcelés par des comptes anonymes sur Twitter. Les conférences de Sylviane Agacinski et de François Hollande ont été aussi annulées pour des troubles causés par ces groupuscules. Les livres de l’ancien président ont même été déchirés et piétinés par des militants. Malgré la répétition de ces agressions de plus en plus régulières, aucun plan d’action n’a été annoncé. La liberté d’étudier, tout en ayant un engagement syndical, est pourtant ici en question.

 

Autre signe de l’impunité de l’extrême-gauche ; lors d’une « assemblée générale » organisée dans un amphithéâtre de la faculté de Tolbiac, le slogan « siamo tutti antifascisti » (nous sommes tous antifascistes) claque. Dans la foulée, deux étudiants de la Cocarde en sont expulsés de force.

 

 

https://etudiant.lefigaro.fr/article/qu-est-ce-que-l-etudiant-libre-le-mensuel-conservateur-attaque-a-rennes_07ef698c-11e8-11ea-8bf6-37a3558e7c02/

Qu’est-ce que «L’Etudiant libre», le mensuel conservateur attaqué à Rennes?

 

Par Louis Heidsieck • Publié le 28/11/2019 à 18:01

XVMa2412a3e-11f2-11ea-8bf6-37a3558e7c02 dans Calomnie
L’Etudiant libre dispose d’un site internet et d’une publication mensuelle papier. Crédits photo: L’Etudiant Libre

 

Mercredi, un groupuscule d’extrême gauche a attaqué à Rennes les membres de ce journal étudiant créé en mars dernier et qui défend une ligne conservatrice et patriote.

Mercredi 27 novembre en début de soirée, un groupe d’une vingtaine de personnes encagoulées, en vêtements noirs, avec des bombes lacrymogènes et un liquide acide, a attaqué une quinzaine de jeunes dans un bar à coups de pied et de chaises. Ces jeunes ciblés faisaient partie du nouveau journal conservateur et patriote L’Etudiant Libre, créé à La Roche-sur-Yon (Vendée) en mars dernier, et qui a été visé ce mercredi pour ses supposées affinités avec des personnalités et syndicats de droite et d’extrême droite.

» LIRE AUSSI - Des étudiants anti-blocage agressés à Tolbiac

«On n’est pas dans le courant dominant»

«L’Etudiant Libre est une publication conservatrice et patriote qui ambitionne de rassembler tous les courants de la droite, explique son président Stanislas Rigault. Nous sommes quatre étudiants de l’Institut catholique de Vendée (Ices) à avoir fait la constatation il y a un an qu’il n’existait pas de journal étudiant conservateur. On a donc lancé L’Etudiant Libre en mars. Les débuts n’ont pas été faciles, parce qu’on n’est pas dans le courant dominant mais aujourd’hui nous avons près de 150 abonnés papier et nous venons d’arriver à l’équilibre budgétaire».

Le mensuel, qui vient de sortir sa huitième édition, dispose d’une version payante en ligne en plus de son mensuel papier. Ce média s’est fait connaître pour ses entretiens avec de très fortes personnalités de la droite et de l’extrême droite. Ainsi a-t-il consacré sa dernière Une à Jean-Marie Le Pen, «le dernier tribun» avec qui les jeunes journalistes ont pu s’entretenir à son domicile de Montretout (Hauts-de-Seine). Pêle-mêle, les numéros précédents donnaient la parole à Jean-Frédéric Poisson, le président du Parti chrétien-démocrate (PCD), Charlotte d’Ornellas, journaliste à Valeurs actuelles ou Philippe de Villiers, l’ancien président du Conseil général de la Vendée.

«Problème migratoire»

Récemment, il a donné la parole aux membres de Nemesis, une association féministe qui «refuse de se soumettre à la pensée unique qui consiste à ne pas parler du problème migratoire», et qui s’est fait remarquer par des pancartes hostiles à l’immigration lors de la dernière manifestation contre les violences conjugales, le 23 novembre dernier à Paris.

» LIRE AUSSI - À Nanterre, violente bagarre générale entre étudiants «antifas» et souverainistes

«On les connaît bien et on les soutient depuis leur lancement, explique Pierre-Romain Thionnet, secrétaire général de la Cocarde étudiante, syndicat proche lui aussi de la droite conservatrice et dont certains membres écrivent pour L’Etudiant libre. Il n’y avait aucun journal étudiant de droite. En gros, les étudiants avaient le choix entre les feuilles anarchistes ou d’extrême gauche et les journaux sans intérêt intellectuel des BDE (bureau des élèves). Il y avait bien quelques petites feuilles conservatrices distribuées dans le quartier latin, mais rien de stable.»

«On prend nos aises»

Selon Pierre-Romain Thionnet, «c’est moins le contenu du journal qui gêne les groupes d’extrême gauche que le fait qu’une organisation de droite puisse s’exprimer dans l’espace public. Le fait qu’on s’affiche de plus en plus, à visage découvert, les insupporte, ils ont l’impression qu’on prend nos aises». Selon Stanislas Rigault en effet, «le message du journal est parfois difficile à faire passer, dans un contexte tendu», mais le jeune homme en est persuadé, «les gens en ont ras le bol du manque de pluralité à la fac et se rendent compte à quel point les assemblées générales et les blocages sont insupportables».

L’Etudiant Libre s’appuie désormais sur des «relais», des groupes d’étudiants sympathisants qui en font la promotion un peu partout en France. C’est l’un de ces groupes qui a été attaqué à Rennes mercredi. «C’est la première fois qu’on a un problème! On était étonnés que ça ne soit pas arrivé avant, on se disait qu’on passait entre les mailles du filet…» Des mailles visiblement rafistolées, au grand dam de ce nouveau journal conservateur.

 

 

https://www.breizh-info.com/2013/11/12/3362/brest-la-permanence-du-front-national-vandalisee-par-lextreme-gauche-sous-les-yeux-de-la-police/

Brest : la permanence du Front National vandalisée par l’extrême gauche sous les yeux de la police

 

12/11/2013 09:00

 

12/11/2013 – 09H00 Brest (Breizh-info.com) – Samedi, la permanence du Front National de Brest a été attaquée par une soixantaine de militants identifiés comme appartenant à l’extrême gauche. L’ouverture, début septembre, rue Anatole-France, dans le centre de la ville, de ce local n’avait pas manqué de provoquer une montée d’adrénaline parmi l’extrême gauche locale.

Depuis deux mois, de nombreux tags ornaient la façade du local, mais les choses se sont accélérées samedi dernier, puisque la porte a été fracturée et un bloc de béton projeté à travers les vitres. Le tout en marge d’une manifestation organisée par un « collectif antifasciste » qui appelait à manifester pour « montrer au Front National qu’il n’est pas le bienvenu à Brest La Rouge » (sic).

Visages masqués par des cagoules, les « antifas » de « Brest la Rouge », armés pour certains de chaînes et de bâtons, ont pu agir en toute impunité. Les policiers présents sur place les ont en effet laissé se positionner devant l’entrée du local pour en interdire l’accès aux sympathisants et adhérents frontistes. Une conseillère municipale Europe-Ecologie les Verts, Julie Le Goïc, s’est vantée sur Twitter d’avoir participé à cette « descente ». Aucune interpellation n’a bien entendu été effectuée.
Le secrétaire départemental du Finistère du FN, Éric Dechamps, a annoncé le dépôt d’une plainte, la quatrième en un mois.

le_goic

 

En juin dernier, 200 manifestants appartenant à la mouvante d’extrême gauche brestoise (CNT, SCALP, autonomes, anarchistes, redskinheads etc.) avaient pu défiler tranquillement dans les rues de Brest, armes blanches à la main – bâtons, tessons de bouteille, ceintures cloutées…) pour rendre un dernier hommage à Clément Méric, ce militant « antifa » brestois décédé après avoir reçu un mauvais coup alors qu’il « chassait » des militants d’extrême droite.

Toujours à Brest, en 2011 ces mêmes « antifas » avaient bien failli tuer un jeune couple« , simplement parce qu’ils étaient soupçonnés, à tort, d’appartenir à « l’extrême droite ». Sans suites judiciaires.

À l’image de Rennes, où les agressions émanant de groupuscules clairement identifiés à l’extrême gauche se multiplient, il semblerait que des milices particulièrement violentes puissent agir en toute impunité sur Brest. « Ils ont pignon sur rue, ils fréquentent, les bars de la place Guérin », confie un sympathisant FN. « En juin, ils organisaient plusieurs fois dans la semaine des patrouilles à la recherche de personnes à agresser. À Saint-Renan, ils louent même une salle plusieurs fois dans l’année pour y organiser des concerts. » Certains policiers et gendarmes travaillant dans l’agglomération brestoise avouent « en avoir par-dessus là tête » des agissements de cette mouvance.

À quelques mois des élections municipales, la municipalité socialiste brestoise ne semble pas vouloir prendre la mesure de ces troubles répétés à l’ordre public et à la sécurité des habitants. De quoi donner du grain à moudre aux opposants à François Cuillandre … en plus de tous les autres dossiers déjà très chauds.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

 

 

2020%2B12%2B29%2B-%2BCyprien%2BLuraghi%2Bsur%2BTwitter%2B_%2B_Avec%2B%25C3%25A7a%2Bils%2Bn%2527insisteront%2Bpas%252C%2Bc%2527est%2B_%2B-%2Btwitter.com dans Corruption

 

 

 

 



Attention, grosse rupture dans les habitudes quotidiennes de Jean-Marc Donnadieu

Rappelez-vous, il y a trois ans, je m’étonnais de ce qui était alors la dernière trouvaille de celui de mes harceleurs répondant au nom de Jean-Marc Donnadieu, identité qu’il a toujours fournie, autrefois presque toujours avec son adresse à Béziers et toutes ses autres coordonnées, sur tous les sites qu’il a fréquentés sous le pseudonyme de NEMROD34 depuis qu’il arpente le net à la recherche de proies diverses et variées, notamment de personnes à en chasser et faire taire par tous les moyens, y compris la mort, telles que moi à compter de l’année 2009 au plus tard :

http://petitcoucou.unblog.fr/2017/12/17/du-nomadisme-dun-de-mes-lecteurs-les-plus-assidus/

Eh bien, il vient d’arrêter ce mois-ci, le 5 décembre 2020 à 16h04, ce petit jeu qui était quotidien depuis trois ans et n’avait connu qu’une seule interruption, il y a deux ans, après l’attentat islamiste qu’il avait alors organisé avec tous ses amis de la même veine à Strasbourg :

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/12/19/etrange-nemrod34-nest-pas-venu-sur-satanistique-depuis-dix-jours/

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/12/26/nemrod34-de-retour-parmi-les-visiteurs-de-satanistique/

http://petitcoucou.unblog.fr/2018/12/30/nemrod34-a-bien-repris-ses-visites-quotidiennes-sur-satanistique/

 

Magnify Visitor

 

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
(Pas de lien référant)
Host Name: Navigateur : Chrome 87.0
IP Addresses: Multiple IP addresses
Donnadieu
OS/Platform: Win7/Desktop
Emplacement : France Résolution : 1920×1080
Visites récurrentes : 149 Javascript : Enabled
Durée de la visite: Multiple visits spread over more than one day FAI : Ielo-liazo Services Sas

Navigation Path

Date Heure Page web
(Pas de lien référant)
26 Nov 10:35:50
(Pas de lien référant)
27 Nov 08:11:10
(Pas de lien référant)
28 Nov 10:38:35
28 Nov 10:38:41
(Pas de lien référant)
28 Nov 10:42:49
28 Nov 10:43:08
(Pas de lien référant)
28 Nov 10:43:09
(Pas de lien référant)
29 Nov 13:40:51
29 Nov 13:41:09
(Pas de lien référant)
29 Nov 13:41:29
(Pas de lien référant)
29 Nov 15:10:12
29 Nov 15:10:18
(Pas de lien référant)
29 Nov 16:09:25
29 Nov 16:09:31
(Pas de lien référant)
29 Nov 20:23:34
29 Nov 20:23:39
(Pas de lien référant)
30 Nov 10:34:57
(Pas de lien référant)
1 Dec 09:43:22
(Pas de lien référant)
1 Dec 17:15:58
(Pas de lien référant)
1 Dec 17:20:13
(Pas de lien référant)
1 Dec 17:20:13
1 Dec 17:20:20
(Pas de lien référant)
1 Dec 17:20:28
1 Dec 17:20:34
(Pas de lien référant)
2 Dec 11:49:01
(Pas de lien référant)
2 Dec 17:10:44
(Pas de lien référant)
2 Dec 18:56:52
2 Dec 18:57:53
(Pas de lien référant)
2 Dec 20:24:58
2 Dec 20:25:09
(Pas de lien référant)
3 Dec 11:10:17
(Pas de lien référant)
3 Dec 19:00:52
3 Dec 19:02:25
(Pas de lien référant)
3 Dec 19:02:59
(Pas de lien référant)
3 Dec 20:32:17
3 Dec 20:32:28
(Pas de lien référant)
4 Dec 11:04:26
4 Dec 11:04:38
(Pas de lien référant)
4 Dec 11:04:50
(Pas de lien référant)
4 Dec 15:51:31
4 Dec 15:52:05
(Pas de lien référant)
4 Dec 15:52:17
(Pas de lien référant)
5 Dec 11:36:43
5 Dec 11:36:47
(Pas de lien référant)
5 Dec 16:03:19
5 Dec 16:03:23
(Pas de lien référant)
5 Dec 16:04:38

 

 

D’où, désormais, toutes ces fantaisies dans les commentaires sur Satanistique, où on le reconnaît toujours comme avant, mais qui ne laissent plus aucune trace dans mes statistiques de blog (c’est stratégique, comme nous allons le voir très bientôt) :

 

http://satanistique.blogspot.com/2020/12/branle-bas-de-combat-formation-complete.html#comment-form

5 commentaires:

  1. Attention, grosse rupture dans les habitudes quotidiennes de Jean-Marc Donnadieu dans AC ! Brest blank

    https://leouestfranc.com/category/la-bretagne-ca-nous-gagne/

    RépondreSupprimer

  2. blank dans Attentats

    https://www.midilibre.fr/2020/12/04/herault-logre-sexuel-ecope-de-18-ans-il-avait-echappe-aux-poursuites-durant-un-demi-siecle-9238755.php

    RépondreSupprimer

  3. blank dans Calomnie

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/cecile-duflot-deplore-dans-c-a-vous-le-manque-de-suivi-psychiatrique-pour-les-harceleurs_fr_5fce9133c5b619bc4c353c61

    RépondreSupprimer

  4. blank dans Corruption

    https://www.midilibre.fr/2020/12/11/le-pr-fourtillan-lun-des-intervenants-de-hold-up-interne-dans-le-gard-etait-poursuivi-par-la-justice-9252510.php

    RépondreSupprimer

  5. blank dans Crime

    https://www.jeanmarcmorandini.com/article-445463-un-homme-a-grievement-blesse-trois-personnes-en-les-attaquant-avec-un-couteau-a-antony-hauts-de-seine-deux-d-entre-elles-ont-leur-pronostic-vital-engage.html

    RépondreSupprimer

 

http://satanistique.blogspot.com/2020/12/que-deviennent-les-deux-amis-de-30-ans.html#comment-form

1 commentaire:

  1. blank dans Folie

    https://www.midilibre.fr/2020/12/14/assises-de-lherault-un-septuagenaire-face-a-labsurde-assassinat-de-son-ancien-patron-9255883.php

    RépondreSupprimer

 

http://satanistique.blogspot.com/2020/12/terrorisme-en-tunisie-annonce-dune.html#comment-form

9 commentaires:

  1. blank dans LCR - NPA

    On vous fait un procès à Lyon ? Pourquoi ?

    RépondreSupprimer

  2. blogger_logo_round_35 dans Le Post

    Naaan… vous l’ignorez vraiment, M. Nemrod ? Incroyable…

    Sérieusement, quels sont les commentaires chez votre pote Luraghi ? On croit toujours gagner, là ?

    Supprimer

  3. blank dans Luraghi

    Je ne comprends toujours pas pourquoi vous pensez que je suis cette personne.
    C’est quoi cette histoire de procès ? Pourquoi ?

    RépondreSupprimer

  4. blogger_logo_round_35 dans NEMROD34

    Nemrod égal à lui-même…

    Allez radoter ailleurs.

    Supprimer

  5. blank dans Pédophilie

    https://www.ladepeche.fr/2020/12/22/eure-un-couple-soupconne-davoir-viole-et-tue-son-bebe-de-six-semaines-9272698.php

    Mais pourquoi m’appelez vous nemrod?

    RépondreSupprimer

  6. blogger_logo_round_35 dans Perversité
  7. blank dans Politique

    https://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/aeroport-d-orly-en-garde-a-vue-une-mule-se-suicide-avec-l-arme-d-un-policier-23-12-2020-8415797.php

    https://www.lci.fr/justice-faits-divers/puy-de-dome-saint-just-auvergne-frederic-limole-tireur-sportif-survivaliste-ce-que-l-on-sait-du-forcene-qui-a-abattu-trois-gendarmes-2173638.html

    RépondreSupprimer

  8. blogger_logo_round_35 dans Rue89

    Votre frère ne serait-il pas capable de ce genre d’exploit, lui aussi ?

    Supprimer

  9. blank dans Ufoscepticisme

    Je n’ais pas de frère.

    Supprimer

 

http://satanistique.blogspot.com/2020/12/lhistorien-russe-oleg-sokolov-condamne.html#comment-form

1 commentaire:

blank

https://www.jeanmarcmorandini.com/article-446420-des-victimes-de-cyberharcelement-racontent-leur-confrontation-a-la-haine-en-ligne-et-leurs-difficultes-a-voir-leurs-plaintes-aboutir-menaces-de-mort-photomontages-degradants-messages-ignobles.html

RépondreSupprimer

 



Nouveau message de la sorcière islamiste Céline, en direct de Tunisie

A lire ou à relire :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/12/18/a-rouen-une-magistrate-jugee-pour-le-vol-dun-portefeuille/

 

Rebelote hier :

http://satanistique.blogspot.com/2015/11/dou-sortent-les-magistrats-du-tgi-de.html

2 commentaires:

  1. Nouveau message de la sorcière islamiste Céline, en direct de Tunisie dans AC ! Brest blogger_logo_round_35

    merci pour la qualité de votre article, j’ai aussi écrit un mémoire concernant le sujet, voici des informations : https://www.expert-sorcellerie.com/ , j’espère que ca va vous plaire.

    RépondreSupprimer

  2. blogger_logo_round_35 dans Attentats

 

Cette fois-ci en provenance de Monastir, toujours en zone islamiste :

 

Magnify Visitor

 

Visitor Analysis & System Spec

URL d’origine :
(Pas de lien référant)
Host Name: Navigateur : Chrome 87.0
IP Addresses: 3 addresses in range 41.230.*.*
 
OS/Platform: Win10/Desktop
Emplacement : Monastir, Al Munastir, Tunisia Résolution : 1920×1080
Visites récurrentes : 2 Javascript : Enabled
Durée de la visite: Multiple visits spread over more than one day FAI : Topnet

Navigation Path

Date Heure Page web
(Pas de lien référant)
17 Dec 01:05:22
(Pas de lien référant)
18 Dec 12:47:35
(Pas de lien référant)
25 Dec 15:47:50

 

 

C’est drôle, j’ai vaguement l’impression qu’un autre de ses petits noms pourrait être Josette.

En tous les cas, je m’attends encore à l’annonce d’une nouvelle décapitation.

 

Pour mémoire :

 

https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-monde/20151117.RUE1360/c-est-l-histoire-d-un-petit-berger-tunisien-decapite-par-des-terroristes.html

C’est l’histoire d’un petit berger tunisien décapité par des terroristes

 

Quelques heures avant les attentats parisiens de vendredi, des terroristes ont assassiné un adolescent dans les montagnes tunisiennes. La famille et la population dénoncent la lente réaction des autorités.

Par ramses_kefi

Publié le 21 novembre 2016 à 17h28 Mis à jour le 17 novembre 2015 à 15h55

placeholder dans Calomnie

Samedi 14 novembre, au lendemain des attentats de Paris, le président Beji Caid Essebsi était reçu à l’Elysée par François Hollande. Des Tunisiens n’ont pas compris. Pas son élan de solidarité, mais le fait qu’il ait oublié le jeune berger assassiné dans son pays.

Vendredi, quelques heures avant le carnage en France, Mabrouk Soltani, 16 ans, a été décapité par des terroristes au mont Mghila (gouvernorat de Sidi Bouzid, centre du pays). Dans une zone extrêmement pauvre et livrée à elle-même, d’un point de vue économique, mais aussi sécuritaire.

Je n’y crois pas qu’il soit allé à Paris et pas à Sidibouzid. Mais quelle indécence…

— Amira Yahyaoui (@Mira404) 14 Novembre 2015

Mohamed, 20 ans, frère de la victime, a été interviewé par des journalistes locaux. Sur le plateau d’une émission, il raconte l’horreur et surtout, la solitude de la famille après le drame :

« C’est la première fois dans l’histoire [de la Tunisie, ndlr] qu’une tête passe la nuit dans un frigo et que le corps qui va avec passe la nuit dans la montagne. »

 

A partir de 33 secondes dans la vidéo ci-dessous.

Le témoignage (en arabe) du frère de Mabrouk Soltani

 

Selon les témoignages des proches recueillis par les médias locaux, Mabrouk et son cousin de 14 ans ont croisé des terroristes dans les montagnes, où la population a l’habitude de se rendre avec ses bêtes et pour chercher de l’eau.

Là-bas, les deux gamins ont été accusés d’être des indicateurs des forces de sécurité. Ils ont été ligotés et Mabrouk, décapité. A son cousin, les terroristes ont demandé d’emporter la tête à sa famille.

Le corps, récupéré par des proches

Elle a passé la nuit dans un frigo. Le lendemain, la famille et les habitants sont allés chercher le corps. Ils l’ont retrouvé à côté de chiens que dressait Mabrouk. Ils l’ont ramené, puis enterré.

Tous disent la même chose : l’armée et les forces de sécurité n’ont donné aucun coup de main pour les recherches et se sont manifestées trop tard. Les réactions officielles ont aussi trop tardé, martèlent-ils.

A l’enterrement du jeune berger, des politiques, dont le ministre de l’Intérieur, ont fait le déplacement. Des habitants l’ont conspué.

Révolution de jasmin

C’est la Tunisie profonde, de là où est partie la révolution. La Tunisie trop profonde aux yeux du gouvernement, où des populations sont éparpillées ici et là, dans des zones où il n’y a quasiment rien.

Le village et la famille de Mabrouk Soltani
A partir de 1’25’’, sa mère raconte (en arabe) les journées de son fils à la maison et dans la montagne avec son ami

 

Nassim, le cousin de la victime, a aussi témoigné à la télévision. Près du mont Mghila et des environs la ville de Jelma – où Mabrouk Soltani vivait avec sa mère –, pas de routes, pas d’eau courante et une école très lointaine où l’écrasante majorité des jeunes, faute de moyens, ne fait pas long feu.

« Sommes-nous des êtres humains ? »

Il raconte que Mabrouk avait déjà croisé la route de terroristes cet été. Ces derniers l’avaient prévenu : ils savent tout sur lui et si, dans la nuit, les forces de sécurité débarquaient dans les montagnes, il payerait. Apeuré, il n’avait rien dit sur le coup.

Nassim explique que les terroristes, quand ils ne les effraient pas, draguent les jeunes du coin, dans un contexte qui leur est favorable. Pas de boulot et zéro perspective. Un fort sentiment d’abandon aussi, qui date déjà d’avant la révolution : mis à part administrativement, beaucoup d’habitants des zones très reculées se demandent s’ils sont vraiment tunisiens.

Dans une vidéo qui circule sur Facebook, un membre de la famille enrage, faisant le parallèle avec la tentative d’assassinat dont a été victime un homme politique tunisien. Avec la mobilisation immédiate qui a suivi, dans son cas :

« Lui, c’est un être humain et nous, nous ne sommes pas des êtres humains ? »

 

Les médias en apprentissage

Après l’assassinat de Mabrouk Soltani, le directeur général de la télévision nationale a été limogé. La chaîne officielle a diffusé les images de sa tête coupée.

Dans un excellent article, nos confrères d’Inkyfada analysaient les difficultés des médias tunisiens après la révolution, notamment en matière de terrorisme.

Le passage du musèlement total à l’ouverture. De la communication officielle à l’information pure. Quand il s’agit de terrorisme, des journalistes dérapent. Privilégient la mise en scène, parfois sans prendre de précautions. La course au scoop, forcément et comme partout ailleurs, et l’apprentissage qui commence.

Mea-culpa du Premier ministre

Jusque récemment, les terroristes s’en prenaient aux forces de sécurité et aux politiques, et non pas à la population civile tunisienne – du moins pas directement. La donne change. Il y a quelques semaines, un imam, berger lui aussi, a été tué par balles dans les montagnes de la région de Kasserine (Nord-Ouest). Les djihadistes de Okbaa Ibn Nafaa (affilié à Al Qaeda) ont revendiqué cet assassinat, menaçant du même sort tous ceux qui collaboreraient avec les autorités.

Franois Hollande et Bji Cad Essebsi, le 14 novembre 2015  l'Elyse

François Hollande et Béji Caïd Essebsi, le 14 novembre 2015 à l’Elysée – STEPHANE DE SAKUTIN/AFP

 

La Tunisie paye un lourd tribut en matière de djihadisme. Premier exportateur de combattants au Moyen-Orient et cible de choix pour Al Qaeda et les cellules dormantes de l’Etat islamique autoproclamé. Ces dernières ont revendiqué les attaques du Bardo (24 morts) en mars et celles de Sousse (39 morts) en juin, lesquelles visaient des touristes étrangers.

Lundi, Habib Essid, le Premier ministre, s’est exprimé à propos de Mabrouk Soltani. Il a fait un mea-culpa sur la lenteur des réactions officielles, assurant que le gouvernement ne laissera pas tomber la famille. Il le répète aussi : il n’était pas un indicateur des forces de sécurité, qui ont commencé dimanche à ratisser les environs. Bilan pour le moment : un terroriste présumé abattu, plusieurs blessés et un militaire tué.

« Tristes pour la France »

Toujours pas de revendication officielle. Alors qu’il avait été désigné dans un premier temps responsable par des médias tunisiens, le groupe Okbaa Ibn Nafaa, qui occupe les montagnes tunisiennes, a publié un communiqué pour dire qu’il n’avait rien à voir dans la mort de Mabrouk Soltani.

Une philosophe française est allée rendre visite aux proches du défunt. Sur Facebook, elle raconte la solitude de la famille et le message qu’elle lui a adressé :

« Nous sommes tristes pour la France. On voulait te le dire. »
7671416414966 dans Corruption
ramses_kefi

 



Grosse trouille en ce moment dans la famille Le Pen et associés…

Hips !

Sans commentaire…

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/12/24/jean-marie-le-pen-dissout-ses-micropartis_6064404_823448.html

Jean-Marie Le Pen dissout ses micropartis

 

Jean-Marie Le Pen a engagé la dissolution de Cotelec et Promelec, deux micropartis qui ont servi au financement des campagnes électorales de l’extrême droite pendant près de trente ans. Le signe d’un retrait des affaires politiques, mais également du durcissement des règles de financement électoral.

Par Pierre Januel

Publié aujourd’hui à 09h19, mis à jour à 09h21

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Depuis sa création, en 1991, Cotelec (pour « cotisation électorale ») était au cœur du financement des campagnes du Front national. Fin 2013, Jean-Marie Le Pen y a associé une seconde association, Promelec. Ces deux micropartis fonctionnaient comme des banques pour les campagnes du FN : ils prêtaient de l’argent aux candidats RN, souvent à des taux importants (entre 5,5 % et 6,5 %). Pour se financer, Cotelec et Promelec empruntaient de l’argent à des sympathisants, voire au FN lui-même, mais à des taux moins importants (3 %).

Les candidats frontistes, qui dépassent presque toujours le seuil de 5 % des voix, étaient quasi certains d’être remboursés par l’Etat. Cotelec gardait donc près de 3 % de marge sur chaque prêt. Un mécanisme rentable, qui a permis à Cotelec de survivre depuis 1991. Et à Jean-Marie Le Pen de garder la main sur le financement des campagnes, même après avoir été exclu du Front national, son microparti étant indépendant.

Mais le mécanisme s’est progressivement grippé. Certains candidats n’ont pas remboursé Cotelec qui, fin 2018, traînait des dettes de dix ans. Le Rassemblement national (RN) lui-même a longtemps été dans l’incapacité de rembourser 4,3 millions d’euros accordés par Cotelec pour la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2017. Pour obtenir satisfaction, Jean-Marie Le Pen a dû demander sa créance directement auprès du ministère de l’intérieur, en la prélevant sur les 5,2 millions de financement public annuel que touche le RN. Une fois ce versement effectué au printemps, Cotelec a pu rembourser ses multiples créanciers, avant le 30 juin.

Article réservé à nos abonnés

Lire aussi Marine Le Pen se contente de surfer sur les colères

Car, pour prêter, Cotelec empruntait beaucoup : fin 2018, il y avait pour plus de 5 millions d’euros d’emprunts. Près de la moitié de la somme (2,3 millions) était répartie entre 448 personnes physiques, qui prêtaient à 3 % d’intérêt autant par militantisme que par « confiance en Jean-Marie Le Pen et en sa signature », selon l’entourage de l’ancien leader du Front.

Changement de réglementation

Mais 2 millions d’euros provenaient d’un emprunt de 2014 auprès d’une société chypriote, Vernonsia Holdings Ltd, obtenu grâce à un oligarque russe, Konstantin Malofeev. Fin 2018, Cotelec devait également 79 000 euros à des fédérations départementales du RN et 600 000 euros à la SCI Clergerie Hugo, une société civile immobilière détenue à 90 % par le RN, qui possédait l’argent de la vente du siège du FN.

Il vous reste 53.17% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

 

https://www.lepoint.fr/politique/jean-marie-le-pen-pret-a-se-ranger-des-affaires-politiques-24-12-2020-2407022_20.php

Jean-Marie Le Pen prêt à se ranger des affaires politiques ?

 

L’ex-patron du Front national a entamé la dissolution de ses deux micropartis politiques Cotelec et Promelec, rapporte « Le Monde » jeudi 24 décembre.

 

Par

Publié le 24/12/2020 à 13:44 | Le Point.fr

 

Cotelec, microparti de Jean-Marie Le Pen, a notamment finance a hauteur de plusieurs millions d'euros la campagne presidentielle de Marine Le Pen en 2017.
Cotelec, microparti de Jean-Marie Le Pen, a notamment financé à hauteur de plusieurs millions d’euros la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2017. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

 

Pendant environ trois décennies, les micropartis de Jean-Marie Le Pen, Promelec et Cotelec, ont servi de « banques » aux candidats du Front national, puis du Rassemblement national. Lors des échéances électorales, ces formations ont financé de nombreuses campagnes, non sans polémiques parfois. Or, selon les informations que révèle Le Monde, jeudi 24 décembre, Jean-Marie Le Pen a décidé de dissoudre, lentement mais sûrement, ses deux micropartis. De quoi laisser présager son possible retrait définitif des affaires politiques françaises, évoque le journal.

Depuis 1991 pour Cotelec et 2013 pour Promelec, ces micropartis prêtaient de l’argent aux candidats frontistes en campagne, à des taux assez élevés, et pour se financer, eux-mêmes empruntaient de l’argent aux sympathisants voire au FN, à des taux plus avantageux. Des investissements presque toujours assurés d’être rentables et qui ont permis à Jean-Marie Le Pen de garder, au fil du temps, un certain pouvoir et une influence au sein des rangs frontistes, malgré son expulsion du FN.

Un agrément révoqué début décembre

Cotelec a ainsi financé à hauteur de plusieurs millions d’euros la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2017. Une somme que le Rassemblement national n’a toutefois pas été capable de payer. Au final, le microparti de Jean-Marie Le Pen a accumulé les dettes depuis une dizaine d’années, le forçant au passage à lui-même emprunter auprès de différents créanciers. Si depuis Cotelec est parvenu à rembourser ses créances, il semblerait bien que l’ancien leader frontiste ait décidé de se dégager des affaires politiques.

Lire aussi Marine Le Pen, la stratégie du chat

Auprès du Monde, Jean-Marie Le Pen a confirmé que Promelec et Cotelec opéraient désormais sous le statut d’associations de droit commun dont l’objectif est de disparaître. Dans le détail, les associations de financement ont été dissoutes le 30 septembre dernier. En conséquence de quoi, la commission de contrôle des comptes de campagne et des financements politiques a donc révoqué, le 7 décembre, son agrément de parti politique.

Des changements de réglementation qui se sont avérés fatals

Le quotidien évoque aussi des changements dans la réglementation du financement de la vie politique comme raison de la disparition de ces micropartis. L’entourage de Jean-Marie Le Pen a confirmé au Monde qu’en raison de ces évolutions, « il n’était plus possible de maintenir le fonctionnement de Cotelec et de Promelec ».

Lire aussi EXCLUSIF. Le testament de Jean-Marie Le Pen

En avril 2019, Jean-Marie Le Pen se retirait de la vie politique active après avoir achevé son mandat de député européen. Lors de son ultime prise de parole au Parlement, il avait lancé un avertissement sur la « déferlante migratoire », comme le rapportait alors L’Opinion. Avant de conclure : « Je m’en vais, et le souvenir que j’emporte est le sentiment d’inutilité. »

 

https://www.valeursactuelles.com/politique/92-ans-jean-marie-le-pen-prepare-discretement-son-possible-retrait-definitif-de-la-politique-126903

A 92 ans, Jean-Marie Le Pen prépare discrètement son possible retrait définitif de la politique

Par

/ Jeudi 24 décembre 2020 à 17:45 10

Grosse trouille en ce moment dans la famille Le Pen et associés... dans AC ! Brest

Jean-Marie Le Pen en mai 2019. © NICOLAS MESSYASZ/SIPA

 

Retraité de la vie politique active depuis juin 2019 et son départ du Parlement européen, Jean-Marie Le Pen s’apprêterait à se retirer définitivement de toute structure politique.

Si les menhirs possèdent a priori une durée de vie très élevée, c’est généralement moins le cas de leur carrière politique. Celle de Jean-Marie Le Pen, en tout cas, pourrait bien définitivement s’arrêter dans les prochains mois. Selon une information du Monde, l’ancien président et fondateur du Front National s’apprêterait à dissoudre les dernières structures dont il est à la tête. Deux micro-partis sont concernés, Promelec (fondé en 2013) et Cotelec (1991). Véritables « banques » des candidats FN, puis RN, les deux micro-partis ont vu leurs associations de financement s’auto-dissoudre en septembre dernier. Une décision qui fait perdre, de fait, le statut de micro-parti à Promelec et Cotelec. Contacté par Le Monde, Jean-Marie Le Pen a précisé que les structures perduraient encore, sous la forme « d’associations de droit commun dont l’objectif est de disparaître ».

Banques du RN et agents d’influence de Jean-Marie Le Pen

Depuis trente ans pour l’un, dix ans pour l’autre, Cotelec et Promelec avaient pour objet de prêter de l’argent aux candidats FN qui en faisaient la demande. Selon les informations du Monde, Cotelec aurait ainsi financé à hauteur de plusieurs millions d’euros la campagne de Marine Le Pen, en 2017. D’une manière plus générale, d’ailleurs, les micro-partis continuaient à prêter aux candidats FN et RN, même après le départ de Jean-Marie Le Pen. Une façon comme une autre de garder un pied dans la maison frontiste, malgré son exclusion, en contrôlant le nerf de la guerre. C’est finalement un changement dans la réglementation du financement de la vie politique qui aura eu raison des micro-partis lepénistes, dont le fondateur a assuré au Monde qu’il « n’était plus possible de maintenir » le fonctionnement.

 



1...45678...155

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo