Remontées de bile pour le pédophile et terroriste Cyprien Luraghi…

Il faut bien dire qu’il est un peu coincé, quand même, depuis que je sais, et qu’il sait que je sais…

Voir ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/10/26/pourquoi-le-pedophile-cyprien-luraghi-ne-mattaque-plus-en-justice/

Du coup, il me fait poursuivre par plusieurs de ses complices pour des motifs totalement bidons ou bidonnés à sa sauce, d’où la nouvelle série d’attentats « islamistes » débutée au mois de janvier de cette année 2020, qu’ils soient avortés ou non.

En effet, cela a commencé tout de suite, dès la fin de l’année dernière, et nous en sommes déjà à la procédure en appel pour le premier procès, que me fait un individu dont je n’ai jamais parlé sur Internet du fait qu’il me harcelait hors toile, quoique ses attaques ou exactions diverses à mon encontre fussent bien toutes téléguidées par le malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Bien sûr, ce dernier a encore perdu en première instance alors qu’à nouveau je me défendais seule, sans l’aide d’un avocat, c’est-à-dire que son complice – qui lui est avocat – a été débouté de toutes ses demandes à mon encontre. C’est donc lui qui a fait appel de cette décision qui était attendue pour la mi-août, et en prévision de laquelle, pour fêter dignement la très lourde condamnation qu’à nouveau il escomptait, le malade mental extrêmement dangereux PEC Luraghi avait organisé l’assassinat de jeunes humanitaires français au Niger le 9 août dernier.

Il avait annoncé cet attentat à sa manière en publiant le 31 juillet 2020 un texte parfaitement délirant dans lequel il racontait comment il assassine les « moutons » – entendez jeunes diplômés tous sortis du même moule des écoles françaises – en précisant : « zigouiller un mouton, c’est arracher une betterave, et encore » (sic).

Tout le monde a bien compris ou comprend de mieux en mieux avec le procès des attentats de janvier 2015 qu’il avait alors très violemment attaqué la République française sur le premier de ses fondements : la Liberté.

Il continue avec le second, l’Egalité, à travers des attaques de plus en plus saillantes contre l’Ecole de la République qui offre à tous les mêmes chances d’intégration sociale, sans distinction de race, religion, sexe ou autres conditions de naissance : cuiller d’argent dans la bouche, baron tessinois, etc… dont ses complices et lui-même déplorent tous qu’elles soient ignorées par un système qui leur demande de travailler comme les autres alors qu’ils estiment pour leur part tout leur être dû en raison de la seule supériorité intrinsèque qui serait la leur.

Ce mois-ci, il y a donc eu l’assassinat du professeur d’histoire Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine, revendiqué sur Twitter comme le précédent, puisque c’est là qu’officie désormais le malade mental, puis des menaces de mort contre d’autres professeurs et des élèves, à Lyon, et afin de leur donner du crédit, un massacre d’enfants dans leur école samedi dans la région anglophone du Sud-Ouest du Cameroun :

 

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/10/24/cameroun-plusieurs-enfants-tues-dans-l-attaque-de-l-ecole-dans-une-zone-anglophone_6057274_3212.html

Cameroun : plusieurs enfants tués dans l’attaque de l’école dans une zone anglophone

 

L’attaque n’a pas encore été revendiquée et les assaillants identifiés par les autorités. Le premier ministre a tenu, samedi, une réunion d’urgence.

Le Monde avec AFP Publié le 24 octobre 2020 à 22h08 – Mis à jour le 25 octobre 2020 à 08h07

Au moins huit enfants ont été tués et douze autres ont été blessés, samedi 24 octobre, dans l’attaque de l’école de Kumba, dans la région anglophone du Sud-Ouest au Cameroun, a rapporté l’Organisation des Nations unies (ONU).

Les assaillants étaient munis de machettes, selon les éléments diffusés dans un communiqué du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) dans le pays. Un responsable local avait annoncé auparavant que quatre enfants avaient été tués et plusieurs autres grièvement blessés lors de cette attaque.

« L’attaque contre des écoliers est la pire atrocité depuis la reprise de l’année scolaire, le 5 octobre 2020, dans laquelle plus d’étudiants se sont inscrits dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest que ces dernières années », a insisté l’OCHA.

Lire aussi notre série : A l’heure de la pandémie, 600 millions de jeunes Africains en quête d’école

Depuis près de trois ans, des groupes séparatistes et l’armée s’affrontent dans ces deux régions camerounaises où vit l’essentiel de la minorité anglophone, dont une partie s’estime marginalisée par la majorité francophone du pays.

Lire aussi le récit : Au Cameroun, l’impossible vérité sur le massacre de Ngarbuh

« Le boycott des écoles était une stratégie des séparatistes ces dernières années. Sept cent mille jeunes environ étaient en dehors du système scolaire à cause du conflit, a expliqué à l’Agence France-Presse (AFP) Arrey Elvis Ntui, analyste senior du groupe International Crisis au Cameroun. Le gouvernement et la société civile anglophone ont mis beaucoup de pression sur les groupes séparatistes pour que leurs enfants retournent à l’école, et des écoles qui étaient fermées depuis des années ont commencé à rouvrir. »

Plus de 3 000 morts et 700 000 déplacés

L’attaque n’a pas encore été revendiquée et les assaillants n’ont pas encore été identifiés par les autorités. Une réunion d’urgence a été organisée, samedi, par le premier ministre.

 

 

https://twitter.com/CyprienLuraghi/status/1320766876167929856

Tweeter

Voir les nouveaux Tweets

Conversation

Remontées de bile pour le pédophile et terroriste Cyprien Luraghi... dans AC ! Brest TCEgGsqb_bigger
Nicolas Henin
@N_Henin
·

26 oct.

Après une pause salutaire suivant l’horrible attentat de Conflans, je reviens ici mais avec une conviction désormais solide: Twitter est dangereux. Twitter vous donne l’impression d’être un espace d’expression, c’est surtout un chaudron de radicalisation.
TCEgGsqb_bigger dans Attentats
Nicolas Henin
@N_Henin
·

26 oct.

Twitter se fait passer pour l’agora de la démocratie athénienne, c’est surtout une chambre d’écho pour les égouts de la pensée, où dominent structurellement les plus provocatrices et les plus extrémistes -et dans le domaine scientifique, les thèses les plus farfelues.
TCEgGsqb_bigger dans Calomnie
Nicolas Henin
@N_Henin
·

26 oct.

Twitter vous met en danger personnellement. Si vous vous y faites harceler ou même menacer de mort, Twitter fera son possible pour entraver le travail de la Justice – j’en ai fait l’amère expérience. Je ne parle pas de nonchalance mais bien d’entrave active.
TCEgGsqb_bigger dans Corruption
Nicolas Henin
@N_Henin
·

26 oct.

Par sa scandaleuse modération, Twitter peut vous exposer à du contenu haineux, conspirationniste voire terroriste.
TCEgGsqb_bigger dans Crime
Nicolas Henin
@N_Henin
·

26 oct.

Dangereux pour ses utilisateurs, Twitter l’est aussi pour la démocratie. Théâtre de raids, il pousse chacun à l’enfermement au sein d’une bulle affinitaire et à la fragmentation avec pour conséquence de radicaliser et dégrader le débat public.
TCEgGsqb_bigger dans Folie
Nicolas Henin
@N_Henin
·

26 oct.

Twitter n’est pas la vraie vie, dit-on, mais Twitter impacte la vraie vie, dictant les éléments de langage des politiques et le casting des émissions de télé.
TCEgGsqb_bigger dans LCR - NPA
Nicolas Henin
@N_Henin
·

26 oct.

Il faut VRAIMENT repenser la façon dont nous nous informons et dont nous menons les débats publics. Se redonner d’urgence du temps, réaménager des espaces d’échanges intelligents.
TCEgGsqb_bigger dans Le Post
Nicolas Henin
@N_Henin
·

26 oct.

Les réseaux sociaux, tout comme la plupart des émissions de plateau, sont un ersatz d’information. L’information forge des citoyens éclairés. Les réseaux sociaux et les déblatérations des plateaux télé fabriquent surtout des haters.
TCEgGsqb_bigger dans Luraghi
Nicolas Henin
@N_Henin
·

26 oct.

Alors bien sûr, j’ai eu la chance de rencontrer des personnes formidables ici. C’est bien tout ce qui me fait rester. À vous tous, mes amis, je tiens à le répéter: prenez soin de vous.
TCEgGsqb_bigger dans NEMROD34
Nicolas Henin
@N_Henin
·

26 oct.

Gardez vos distances et la tête froide. Si jamais vous sentez la colère qui monte en vous alors que vous parcourez votre timeline: décrochez sans attendre. Allez prendre un journal ou un bon bouquin. Cela vous permettra de ne pas devenir comme ceux qui vous font horreur.
TCEgGsqb_bigger dans Pédophilie
Nicolas Henin
@N_Henin
·

26 oct.

PS: je n’ai pas évoqué ci-dessus Facebook, que j’ai déserté il y déjà longtemps déjà. Mais si vous voulez un aperçu de combien ce dernier se fiche du monde, vous pouvez dérouler:
Citer le Tweet
P3EsVjdG_normal dans Perversité
Alex Abdo
@AlexanderAbdo
· 24 oct.
This is a disturbing development. Last Friday, Facebook sent a cease-and-desist letter to two NYU researchers (@LauraEdelson2 and Damon McCoy), demanding that they shut down their research into political ads and disinformation on FB’s platform. https://wsj.com/articles/facebook-seeks-shutdown-of-nyu-research-project-into-political-ad-targeting-11603488533
Afficher cette discussion
wacpeS_-_bigger dans Politique
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi

En réponse à

Ce n’est pas que Twitter, FB et autres réseaux sociaux : il faut aussi inclure les plateformes de blogs et la quasi totalité des systèmes de commentaires des journaux en ligne. La nature même de l’internet est imprégnée de malfaisance. Il ne faut rien en attendre de bon, jamais.

Tweeter

Voir les nouveaux Tweets

Conversation

G1EUlgR3_bigger dans Rue89

Jean-Louve du Kentucky

Tête de loup
@Coeur_de_rocker
·

26 oct.

Donc, ce qui compte, ce n’est pas la juste cause, mais le fait que des consoeurs ne l’aient pas mise à l’honneur en traitant un sujet qui, selon elle, serait sa propriété… alors que son enquête (à elle) n’a pas été publiée pour la raison tragique que l’on connait.
Image
Image
G1EUlgR3_bigger dans Ufoscepticisme

Jean-Louve du Kentucky

Tête de loup
@Coeur_de_rocker
·

26 oct.

Réponse des consoeurs face aux accusations.
Citer le Tweet
4PRcYM2Q_normal
Émilie Laystary
@laystary
· 26 oct.
En réponse aux accusations d’une consœur, à propos de notre enquête sur les violences sexistes et sexuelles en cuisine. Notre réponse, avec @kvhg :
Image
wacpeS_-_bigger
Cyprien Luraghi
@CyprienLuraghi

En réponse à

Ils me dégoûtent, ces pisse-copies sans qualités et d’une rare malfaisance.

 



Procès des attentats de janvier 2015 : le témoignage de Sonia, femme d’un commanditaire

Ce témoignage de vendredi était attendu depuis peu, je l’avais évoqué dans cet article du 1er octobre dernier relayant un article de presse en date du 4 septembre l’ayant alors révélé au public :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/10/01/les-attentats-de-janvier-2015-a-paris-et-davril-2015-a-villejuif-directement-lies/

L’on notera qu’il rejoint mes propres commentaires ou témoignages sur cette affaire au sens où elle dit bien elle aussi que l’attaque contre Charlie Hebdo fut avant tout dirigée contre la liberté : la liberté d’expression des auteurs de ce journal, symbole de toutes les autres, et particulièrement de la mienne en tant que victime des commanditaires français de l’attentat avec lesquels son mari était en contact, laquelle était très discutée dans le cadre de la procédure toujours pendante devant la Cour d’Appel de Rennes, après une première condamnation, illégale, prononcée à Brest le 11 juin 2013.

Je rappelle que ces commanditaires français s’étaient publiquement réjouis d’en avoir eu pour leur argent le 24 janvier 2015 sur leur blog ICYP.FR, et que le premier d’entre eux, le pédophile, trafiquant de drogue, cybercriminel et malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi, revendiquait dans les colonnes de commentaires publics du site d’information Rue89 où il sévissait alors quotidiennement le droit de rire ou se moquer des victimes de l’attentat depuis le jour de sa commission.

 

https://www.europe1.fr/societe/au-proces-des-attentats-de-janvier-2015-le-repenti-de-sonia-m-femme-dun-commanditaire-4000688

Procès des attentats de janvier 2015 : le repentir de Sonia M, femme d’un commanditaire

 

14h23, le 23 octobre 2020 , modifié à 14h25, le 23 octobre 2020
Au procès des attentats de janvier 2015, en septembre 2020 à Paris. 1:20
Au procès des attentats de janvier 2015, en septembre 2020 à Paris. © Benoit PEYRUCQ / AFP
 
Une Française rentrée de Syrie, entendue vendredi au procès des attentats de janvier 2015, a affirmé que son premier mari était le commanditaire de l’attentat contre l’Hyper Cacher. Elle s’est par ailleurs adressée aux journalistes de « Charlie Hebdo » :  »Ne lâchez pas. Vous représentez la liberté et c’est ce qu’ils détestent le plus. »

Le procès des attentas de janvier 2015 se poursuit à la cour d’assises spéciale de Paris. Vendredi matin a été entendue une jeune djihadiste, Sonia M., dont l’ex-mari aurait recruté Amédy Coulibaly. Rentrée de Syrie en janvier avec ses trois enfants nés sur place, et se disant depuis « repentie », Sonia M. avait affirmé devant un juge d’instruction qu’il était le commanditaire de l’attentat contre l’Hyper Cacher.  »Ne lâchez pas », a-t-elle également lancé en direction des journalistes de Charlie.

Son témoignage concrétise l’existence de commanditaires extérieurs

Incarcérée depuis son retour, la jeune femme s’exprime avec naturel. Devant la cour, en visioconférence depuis la prison où elle est détenue, elle s’exprime le visage à demi caché par son masque. « (Mon ex-mari) m’a juste dit qu’il s’était occupé de recruter Amédy Coulibaly, sans plus de détails. Je sais qu’il avait des contacts avec des gens en France mais je ne sais pas lesquels, il ne m’en a pas dit plus », a assuré Sonia M. à la cour.

Elle a affirmé que son ex-mari s’était aussi occupé du recrutement de Sid Ahmed Ghlam, actuellement jugé par une autre cour d’assise pour le meurtre d’Aurélie Châtelain et son projet d’attaque d’église à Villejuif. Ce témoignage concrétise l’existence de commanditaires extérieurs.

Rencontre avec Hayat Boumeddiene

Sonia M. a également rencontré en Syrie Hayat Boumeddiene, compagne en fuite d’Amédy Coulibaly, jugée par défaut par la cour d’assises spéciale. « Hayat Boumeddiene m’a souvent répété que son mari, Amédy Coulibaly, et les frères Kouachi, voulaient faire ces attentats ensemble pour rapprocher Daech (dont s’est revendiqué Coulibaly, nldr) et Al-Qaida (dont se sont revendiqués les frères Kouachi, nldr). Pour créer une cohésion. »

Pour finir, la jeune femme s’est adressée aux journalistes de Charlie Hebdo.  »Je veux juste dire par rapport à Charlie Hebdo, c’est important que vous continuiez, car c’est tout ce qu’ils détestent. » Et ajoute :  »Ne lâchez pas. Vous représentez la liberté et c’est ce qu’ils détestent le plus. »

Europe 1
Par Chloé Triomphe avec AFP, édité par Laetitia Drevet

 

https://www.ouest-france.fr/faits-divers/attentat/proces-charlie-hebdo-sonia-m-mon-mari-m-a-dit-qu-il-s-etait-occupe-de-recruter-amedy-coulibaly-7026737

Procès Charlie Hebdo. Sonia M. : «Mon mari m’a dit qu’il s’était occupé de recruter Amedy Coulibaly»

 

Cette revenante de Syrie, incarcérée en France depuis janvier, a témoigné ce vendredi 23 octobre au procès des attentats de janvier 2015. Elle était mariée à un « émir des opérations extérieures » de Daech, « l’un des commanditaires de l’attentat de l’Hyper Cacher ».

La façade de l’Hyper Cacher, le 9 janvier 2015 à Paris, attaqué par Amedy Coulibaly.
La façade de l’Hyper Cacher, le 9 janvier 2015 à Paris, attaqué par Amedy Coulibaly. | ERIC FEFERBERG, AFP
Ouest-France Philippe MIRKOVIC. Publié le 23/10/2020 à 12h21

 

J’ai été mariée à Abdelnasser Benyoucef, l’un des commanditaires de l’attentat de l’Hyper Cacher. Sonia M. l’a confirmé ce vendredi dans sa déclaration spontanée à la cour d’assises spéciale. Cette revenante de Syrie, mise en examen dans une autre affaire pour association de malfaiteurs terroriste, a été entendue comme témoin par visioconférence depuis la prison où elle est détenue provisoire depuis janvier.

« Il s’était occupé de recruter Amedy Coulibaly »

Partie en zone irako-syrienne en septembre 2014, elle indique avoir été aussitôt mariée à Abdelnasser Benyoucef. Ce dernier, avec lequel elle a eu deux enfants lui aurait d’abord caché ses fonctions. Il ne voulait rien me dire d’autre pour ma sécurité. J’ai su plus tard qu’il s’occupait des opérations extérieures pour Daech », indique la trentenaire, qui apparaît à l’écran en tee-shirt rayé blanc-saumon, longs cheveux bruns

Abdelnasser Benyoucef a-t-il parlé des attentats de janvier 2015 ? La seule fois où il les a évoqués, c’est lorsqu’il a quitté son poste à la suite de différends avec ses chefs, répond-elle. Ce jour-là, il est revenu énervé. Il m’a juste dit qu’il s’était occupé de recruter Coulibaly, mais sans plus de détails.

Elle « voyait de temps en temps » l’épouse de Coulibaly

Abdelnasser Benyoucef, poursuit-elle, a eu des contacts en France, mais je ne sais pas avec qui. Il est mort au printemps 2016 des suites d’une blessure lors d’un combat contre l’armée syrienne, précise Sonia M., qui s’est remariée plus tard avec un soldat, dont elle a eu un enfant.

Elle assure par ailleurs avoir rencontré à plusieurs reprises en zone irako-syrienne Hayat Boumeddiene. La compagne d’Amedy Coulibaly avait quitté la France quelques jours avant les attaques de janvier 2015. Elle s’était remariée à un Tunisien. On se voyait de temps en temps, on a dû vivre un moment dans la même maison. Et je l’ai revue une fois au camp d’Al-Hol, en Syrie, fin septembre ou début octobre 2019.

« Créer une cohésion entre Daech et Al-Qaida »

C’est le camp d’où elles se sont toutes les deux enfuies, avec leurs enfants. Sonia M. a réussi à rejoindre la Turquie. Mais, selon elle, Hayat Boumeddiene voulait rester sur zone, rejoindre un autre Califat.

La compagne du tueur de l’Hyper Cacher disait souvent que son mari et les frères Kouachi avaient voulu faire les attentats ensemble pour créer une cohésion entre l’État islamique et Al-Qaida, précise Sonia M., interrogée par des avocats.

« Quelqu’un a profité de ma faiblesse »

Pourquoi cette dernière est partie en 2014 ? Elle répond avoir fait une mauvaise rencontre, en avril 2014. Quelqu’un qui a profité de ma faiblesse, l’ayant convaincue de rejoindre l’État islamique en quelques mois. Et de préciser que son engagement pour Daech s’est arrêté après son mariage sur place. Sonia M. dit qu’elle n’était pas pour les attentats

Elle tient d’ailleurs à passer un message pour conclure : À propos de Charlie Hebdo, il faut continuer, c’est ce qu’ils détestent le plus, la liberté. Ne lâchez surtout pas », répète-t-elle avant de disparaître de l’écran.

 



Procès de la gauche : il n’est jamais trop tard pour bien faire

Et tous les instants sont bons, tragiques ou pas.

Et c’est pareil pour la droite.

Dans tout le spectre politique, on n’en voit vraiment pas un pour rattraper les autres.

Lequel dénonce PEC Luraghi et sa bande de criminels ? Aucun.

Passons donc aux travaux pratiques.

J’ai vu plus d’une fois en audition sa juge préférée, celle qu’il appelle par son prénom, la Brestoise Céline Verdier.

Avec ses collègues harceleurs du TGI de Brest, elle a effrayé tous mes avocats successifs au point d’en obtenir ce qu’elle en exigeait : qu’ils ne me défendent surtout pas.

La dernière en date a été fortement déstabilisée par les harcèlements qu’elle a subis de sa part et m’a toujours dit avoir été profondément choquée par ses comportements à mon égard en audition : en 25 ans de métier, elle n’avait jamais vu ça, m’a-t-elle répété par la suite à chacun de nos entretiens; selon ses dires, j’avais été maltraitée par cette juge comme jamais ne l’est même le pire des criminels; or, je n’avais et n’ai jamais rien fait de mal, j’étais censée être interrogée comme victime, ce que je suis effectivement à un point totalement inouï, de l’ordre du jamais vu : on ne me reproche que des qualités, pas des défauts, encore moins des actes répréhensibles, à hauteur suffisante pour justifier trente années de violences ininterrompues, dont plusieurs tentatives d’assassinat.

Je me suis donc plus d’une fois trouvée face à cette juge qui m’accusait en haussant le ton démesurément d’accuser des gens (toujours preuves à l’appui, bien entendu, jamais de manière gratuite, comme le font aussi tous les autres plaignants sérieux) et s’est mise à égrener leurs qualités, titres, fonctions ou professions d’une manière hystérique, jusqu’à s’en étrangler lorsqu’elle a finalement hurlé :

« DES OUVRIERS DE L’ARSENAL !!! »

Ce n’est pas une puce qu’elle m’a mise à l’oreille avec ça, mais carrément le haut-parleur du syndicaliste au plus haut de sa forme.

En effet, je n’ai jamais accusé nulle part aucun ouvrier de l’arsenal, ni dans aucune de mes plaintes, ni dans aucun autre écrit.

En revanche, j’avais jadis bien pu identifier comme des syndicalistes CGT de la DCN certains des individus que j’avais constamment sur les talons à Brest à une époque encore assez proche de celle où, de début mai 1994 jusqu’à la mi-septembre 1994, les avait précédés un groupe de milices dont l’une composée de Pakistanais, alors qu’était négocié le fameux contrat Agosta par l’équipe du sulfureux Ziad Takieddine.

La CGT DCN tenait beaucoup à ce contrat.

Mais l’enquête sur l’attentat de Karachi du 8 mai 2002 n’a jamais exploré cette « piste » constituant pourtant l’une des données essentielles de l’équation « tragique ».

Et pourquoi donc ?

Faisant bloc derrière le juge Raymond André qui s’était personnellement impliqué dans les évènements de cette année 2002, la magistrature ultra CORROMPUE du TGI de Brest alertée par de nouvelles investigations à compter de l’année 2008 a dès lors pris les devants en organisant avec le terroriste « islamigré » Pascal Edouard Cyprien Luraghi et ses mentors du NPA de Brest, notamment la criminelle Josette Brenterch, leur complice de toujours, une déstabilisation massive de l’institution judiciaire.

 

https://www.liberation.fr/france/2020/10/25/ian-brossat-certains-tentent-en-cet-instant-tragique-d-instruire-le-proces-de-la-gauche_1803420

Ian Brossat : «Certains tentent en cet instant tragique d’instruire le procès de la gauche»

 

Par Margaux Lacroux — 25 octobre 2020 à 15:20
Ian Brossat à Paris, le 11 avril. Photo Anne-Christine Poujoulat. AFP

Le porte-parole du Parti communiste réagit à l’inscription «collabo» taguée samedi à l’entrée de son siège parisien.

  • Ian Brossat : «Certains tentent en cet instant tragique d’instruire le procès de la gauche»

Le mot «collabo» a été inscrit à l’encre rouge sur le dôme blanc du siège du parti communiste à Paris, samedi. Le porte-parole du PCF réagit à cet acte de vandalisme, qu’il attribue à l’extrême droite.

Comment interprétez-vous le tag du terme «collabo» devant votre siège ?

Je le vis d’abord comme une infamie. Le Parti communiste, c’est la Résistance. Ce tag a été dessiné sur notre siège au moment où nous commémorons le 79e anniversaire du massacre de Châteaubriant. 27 communistes furent alors fusillés par les nazis. Parmi eux, il y avait Guy Môquet, âgé de 17 ans. Ce siège national du PCF est situé place du Colonel-Fabien, du nom de ce résistant français auteur du premier attentat contre un militaire nazi, le 21 août 1941. Quant aux auteurs de ce tag, je n’ai guère de doute sur leur profil. J’y vois la marque et la signature de l’extrême droite.

Que répondez-vous à ceux qui accusent le PCF de complaisance envers le communautarisme et l’islamisme dans le contexte actuel ?

Je leur réponds que le PCF n’a aucune leçon de République à recevoir de personne. La République française, nous la chérissons et nous avons su la défendre les armes à la main. Après ce que nous venons de vivre, on attendrait des responsables politiques qu’ils veillent à l’unité du pays. Je constate avec effarement que c’est l’exact inverse qui est en train de se produire. Certains tentent en cet instant tragique d’instruire le procès de la gauche, de la disqualifier voire de la criminaliser. Une chose est certaine. Ce n’est pas la gauche, en tout cas pas la mienne, qui vend des armes à l’Arabie saoudite, ce n’est pas ma gauche qui baise les babouches des pétromonarques du Golfe et les décore de tout ce que la République compte de distinctions diverses et variées. Pour le reste, ce que nous disons est clair et précis. Il faut lutter sans faille contre l’islamisme, qui est une forme de fascisme. Cela suppose de condamner avec la plus grande sévérité ceux qui de près ou de loin ont prêté main-forte à l’assassin de Samuel Paty. Et il faut d’un même mouvement lutter contre tout qui fait le terreau de cette idéologie mortifère. Cela suppose de faire revenir l’État dans nos quartiers, pas uniquement sous sa forme répressive mais avec l’ensemble des services publics qui manquent aujourd’hui cruellement. Au premier rang desquels, l’école.

A lire aussi En finir avec l’«islamo-gauchisme» ?

Quelles suites allez-vous donner ?

Nous allons porter plainte, bien sûr. Et je ne doute pas les coupables seront identifiés et punis. Mais le plus important n’est pas là. Nous allons surtout continuer le combat pour une République sociale et démocratique.

Margaux Lacroux

 



Terrorisme : menaces de décapitations à Lyon

Attention, la menace est sérieuse, ce n’est pas de l’amusement.

Pour autant que je sache, c’est bien à Lyon qu’est programmé le gros attentat de l’automne, mais pas pour tout de suite.

L’attentat de Conflans-Sainte-Honorine, qui s’inscrit dans la même série, laquelle a commencé au début de l’année avec le projet avorté de Brest, n’est qu’une sorte d’attentat-étape annonciateur de la suite.

Je rappelle ici qu’il est toujours possible de « décapiter » à tout moment l’organisation terroriste qui commet tous ces assassinats en allant cueillir son chef chez lui à Puy-L’Evêque, mais que les magistrats ultra CORROMPUS qui en sont complices n’y tiennent absolument pas.

A priori, il va donc encore falloir supporter ça durant un certain temps…

 

https://actu17.fr/tags-sur-une-ecole-a-lyon-le-maire-du-8e-les-professeurs-et-les-eleves-menaces-de-decapitation/

Tags sur une école à Lyon : le maire du 8e, les professeurs et les élèves menacés de décapitation

Y.C.

-

24 octobre 2020, 12h50 │ MAJ : 24 octobre 2020, 12h50

Terrorisme : menaces de décapitations à Lyon dans AC ! Brest lyon_241020
Des tags ont été découverts sur l’école Philibert-Delorme à Lyon (8e). (photos @ThomasFaurobert)

 

Des tags ont été découverts sur une école du 8ème arrondissement de Lyon ce samedi matin. Il s’agit de menaces de mort visant le maire de l’arrondissement mais également les professeurs et les élèves de l’école.

« Le maire du 8e on va te décapiter la tête », « Continuez, on va vous décapiter les profs et les élèves ». Ce sont les menaces qui ont été taguées sur l’école Philibert Delorme, située au 159 route de Vienne à Lyon, et découvertes ce samedi matin.

Ces messages visent Olivier Berzane, le maire EELV du 8ème arrondissement, mais également les enseignants et les élèves. « Est-ce un acte isolé de quelqu’un ne sachant pas quoi faire de sa soirée ou une menace sérieuse ? C’est dans tous les cas d’une violence extrême », a réagi l’élu, au Progrès. « C’est de la haine gratuite », a-t-il ajouté. Olivier Berzane a déposé plainte. Les inscriptions doivent être nettoyées dans la journée.

La veille, des tags avaient été découverts sur la commune de Chassieu, dans la métropole de Lyon. Il s’agissait de menaces de mort visant le maire LR de Bron, Jérémie Bréaud. « On va te décapiter », pouvait-on lire. Gérald Darmanin a annoncé dans la journée que la justice allait être saisie et qu’une protection allait être mise en place pour l’édile.

 



Bretagne : le Ruthénois Richard Ferrand se serait converti…

Ayant épousé une Bretonne, Richard Ferrand pourrait aussi avoir adopté ce qui selon ses dires pourrait être la « religion » bretonne…

Ouarf !

Délires en continu de toute la classe politique depuis vendredi… c’est un vrai festival…

Plus que jamais, Lulu doit faire dans sa culotte.

 

https://www.bfmtv.com/politique/quand-je-fais-mes-courses-je-vais-au-rayon-produits-bretons-la-reponse-de-ferrand-a-darmanin_AV-202010210090.html#xtor=AL-68

« Quand je fais mes courses, je vais au rayon ‘produits bretons’ »: la réponse de Ferrand à Darmanin

 

Clarisse Martin
Le 21/10/2020 à 9:20

 

Le ministre de l’Intérieur a déclaré mardi soir être « choqué de rentrer dans un hypermarché et de voir qu’il y a un rayon de telle cuisine communautaire ».

 

Ses propos se sont répandus comme une traînée de poudre: Gérald Darmanin a déclaré ce mardi soir, dans l’émission Face à BFM, qu’il avait « toujours » été « choqué de rentrer dans un hypermarché et de voir qu’il y a(vait) un rayon de telle cuisine communautaire », estimant que « c’est comme ça que commence le communautarisme » et ajoutant qu’il s’agissait là de « son opinion ».

Une analyse que ne partage visiblement pas Richard Ferrandn, invité de BFMTV-RMC ce mercredi matin. Invité à réagir à cette sortie de l’occupant de Beauvau, le président de l’Assemblée nationale a, a contrario, indiqué que la présence dans les grandes surfaces de rayons consacrés aux produits halal ou casher ne le « choqu(ait) pas ».

« Quand je fais mes courses, je vais au rayon ‘produits bretons’, parce que je suis breton. Et je vais vers les produits du terroir », a répliqué l’occupant du Perchoir.

« Moi dans ma circonscription à Chateaulin (dans le Finistère, ndlr), il y a une grande entreprise qui exporte 500.000 tonnes de poulets par an vers l’Arabie saoudite et c’est du poulet halal. Alors je constate que quand ça permet à des filières entières de vivre, à des entreprises de prospérer, eh bien on considère qu’on s’adapte à la demande du marché, donc ce n’est pas un sujet », a coupé court Richard Ferrand sr notre antenne.

« Pourquoi des rayons spécifiques? » a pointé Darmanin

Mardi soir, Gérald Darmanin avait expliqué comprendre « très bien » que « la viande halal soit vendue dans des supermarchés ». « Ce que je regrette, c’est les rayons. Pourquoi je dois faire un rayon différent? J’ai donc le rayon pour les musulmans, le rayon casher puis tous les autres… Pourquoi des rayons spécifiques? » s’est interrogé le ministre, plus tard dans la soirée.

Sur le même sujet

Gérald Darmanin a également pointé « le capitalisme français, mondial » qui aurait selon lui une « responsabilité » dans le communautarisme. « Ce n’est pas parce qu’on a des parts de marché en flattant quelques bas instincts qu’on a rendu service au bien commun », a-t-il jugé.

Clarisse Martin Journaliste BFMTV

 



1...678910...155

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo