Jacques Chirac et son « apprétit » pour la gent féminine

Il n’est franchement pas trop tôt pour en parler !

Ce type présentait là une vraie pathologie ayant fait au moins une victime connue du public en la personne d’une secrétaire du RPR s’étant toujours refusée à lui et qui en fut gravement harcelée.

Comment peut-on gouverner ou diriger tout un pays honnêtement dans ces conditions ?

Celui qui trompe sa femme, ou toutes ses femmes, et s’en moque éperdument, trompe aussi son peuple et s’en « moque » tout autant, harcèlements et autres violences y compris.

Sans compter que les grands malades de ce genre-là se font toujours acheter par le cul.

Quid des aventures « exotiques » du Chi ?

 

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/jacques-chirac-avait-un-appetit-tous-azimuts-avec-les-femmes-cette-petite-phrase-coquine_436271

Jacques Chirac avait un “appétit tous azimuts”… avec les femmes ! Cette petite phrase coquine

 

« Un vorace doté d’un faim pathologique »

Clara Carlesimo | vendredi 11 octobre 2019 à 19h20

 

Jacques Chirac avait un “appétit tous azimuts”… avec les femmes ! Cette petite phrase coquine

 

Dans une interview accordée au magazine ELLE, Catherine Ney raconte le rapport presque obsessionnel que Jacques Chirac entretenait avec les femmes. La journaliste, auteure de plusieurs livres sur l’ancien président de la République, file la métaphore de la nourriture pour expliquer son penchant coureur de jupons qui enchaîné les conquêtes.

 

Avec la nourriture, comme avec les femmes, Jacques Chirac avait beaucoup de mal à être rassasié. Pourtant marié à Bernadette Chodron de Courcel depuis le 16 mars 1956, l’ancien président n’a jamais perdu son goût pour la gent féminine. Durant sa vie, il a enchaîné les conquêtes fugaces comme les relations extraconjugales. Les femmes ? « Ça n’est un secret pour personne qu’il en avait le goût », plaisante la journaliste Catherine Ney, qui a écrit plusieurs livres à son sujet, dans les colonnes du magazine ELLE. Amoureux des femmes, Jacques Chirac ne s’en cachait pas vraiment. L’auteure du Dauphin et le Régent se souvient notamment d’une phrase coquine qu’il prononçait.

« Il aimait en parler, et souvent de manière un peu leste et militaire, comme lorsqu’il disait : ‘Elle a un frelon dans la culotte !’ », raconte Catherine Ney avant de rappeler que Jacques Chirac n’aimait pas les femmes que pour son plaisir personnel : « Mais il aimait s’entourer de femmes, y compris dans le travail – ce qui est plus rare -, il leur faisait confiance ». Grand séducteur, l’ancien président de la République était « un vorace doté d’une faim pathologique », explique-t-elle. A tel point qu’il a longtemps été surnommé « 10 minutes douche comprise… » Quelle que soit l’heure, il avait toujours quelque chose dans l’estomac. « Le matin, il prenait un gros petit-déjeuner, puis un casse-croûte à 11 heures, puis un gros déjeuner, un en-cas vers 17 heures, enfin un dîner arrosé de cinq ou six bières… Il avait un appétit pantagruélique qui allait de pair avec le reste, un appétit tous azimuts« , se souvient Catherine Ney dans ELLE.

« Il ne pouvait pas se passer d’elle »

Malgré ses nombreuses histoires – plus ou moins sérieuses – Jacques Chirac est resté fidèle à Bernadette jusqu’à son dernier souffle. « Il avait beaucoup d’histoires, certaines ont compté plus que d’autres, on le sait désormais. Mais Bernadette était son point fixe, décrit Catherine Ney. C’était un couple à l’ancienne. Ils s’exaspéraient mutuellement mais formaient une alliance. » Puis, comme le répétait la mère de Jacques : « Chez les Chirac, on ne divorce pas ». Un slogan que l’ex-chef d’Etat a respecté à la lettre. Pourtant, lui et son épouse avaient des quotidiens totalement différents : « Elle sortait seule le soir et se couchait tard, lui se levait tôt, détestait les dîners en ville, ils vivaient à rythmes contrariés, mais il ne pouvait se passer d’elle et l’appelait tout le temps ».

Et si l’appétit féminin de Jacques Chirac fait sourire et passionne, la journaliste tient tout de même à rappeler qu’il a aussi beaucoup compté pour la représentation de la gent féminine en politique et a permis une avancée considérable pour les droits des femmes. « C’est lui qui a nommé Michèle Alliot-Marie à la Défense, Michèle Barzach à la Santé. Marie-France Garaud a longtemps été son mentor. Il a aussi fait nommer Simone Veil. C’était au moment des débats sur l’IVG, se souvient celle qui l’a suivi pendant des années. Il s’en est fallu de peu pour que le groupe UDR ne vote pas la loi. La mesure heurtait. » A l’époque, Jacques Chirac a « accouru dans la nuit pour houspiller tout le monde (…) Sans Chirac, la loi sur l’avortement ne serait sûrement pas passée ».

 

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/il-est-fou-quand-jacques-chirac-embrassait-a-pleine-bouche-une-jeune-journaliste-a-lelysee_436277

“Il est fou” : quand Jacques Chirac embrassait “à pleine bouche” une jeune journaliste à l’Elysée

 

Une scène inattendue

Johanna Amselem | vendredi 11 octobre 2019 à 20h20

 

Dans un livre, sorti en mars 2016, César Armand et Romain Bongibault racontent un échange totalement inédit entre l’ancien président de la République, Jacques Chirac, et une journaliste présente.

 

Jacques Chirac est décédé jeudi 26 septembre 2019 à l’âge de 86 ans. Si l’ancien président de la République a laissé sa marque sur la politique française, il n’a jamais caché son côté séducteur. La photographe Bettina Rheims, qui a réalisé son portrait officiel en 1995, disait d’ailleurs de lui qu’il « aurait séduit une chèvre ». Mariée avec Bernadette Chirac depuis 1956, l’ancien locataire de l’Elysée a fréquenté d’autres femmes au cours de sa vie. A l’image de sa romance avec la journaliste Jacqueline Chabridon dont il était follement épris

Plusieurs livres sont revenus sur les romances de l’ancien président de la République et ses nombreuses aventures. Dans le livre Dans l’ombre des Présidents: Au coeur du pouvoir : les secrétaires généraux … (paru le 9 mars 2016 aux éditions Fayard), César Armand, Romain Bongibault reviennent sur le pouvoir présidentiel au quotidien. Ils livrent des scènes inédites pour le grand public. Dans cet ouvrage, les auteurs reviennent par exemple sur un événement survenu lors du mandat de Jacques Chirac. Une scène étonnante qui s’est déroulée lors de la présentation des voeux à la presse française.

« Sous ses airs de faux pudique, Jacques Chirac affiche parfois son bonheur avec plaisir. Un matin de présentation des voeux de bonne année à la presse française sous les dorures de la Salle des fêtes, il embrasse, à pleine bouche et devant tous les reporters présents, une jeune journaliste débutante. L’éditorialiste Philippe Alexandre, témoin de la scène rapporte le fou rire de l’intéressée, pas gênée du tout : ‘il est vraiment fou’« , racontent les auteurs.

 

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/jacques-chirac-seducteur-ce-surnom-peu-aimable-donne-a-ses-conquetes_435738

Jacques Chirac séducteur : ce surnom peu aimable donné à ses conquêtes

 

Un homme à femmes

Lea Cardinal | jeudi 3 octobre 2019 à 09h33

 

 

S’il est resté marié avec Bernadette pendant plus de soixante ans, Jacques Chirac a eu plusieurs conquêtes au cours de sa vie. Il leur donnait d’ailleurs un surnom peu flatteur, comme le relate Arnaud Ardoin dans son livre « Président, la nuit vient de tomber » paru en 2017.

 

Jacques Chirac était un séducteur invétéré. L’ancien président de la République, mort le 26 septembre dernier à l’âge de 86 ans, a eu de nombreuses conquêtes tout au long de sa vie… et de son mariage avec Bernadette. Dans le livre Président, la nuit vient de tomber, paru aux éditions du Cherche-Midi en 2017, le journaliste Arnaud Ardoin revient sur plusieurs anecdotes racontées par des proches ou par le personnel de Jacques Chirac.

Parmi celles que l’homme politique compte parmi ses maîtresses, « il y a les régulières, les coups de cœur, les amuse-bouches qui réussissent à franchir les cordons de sécurité pour approcher le président, d’autres qui partagent le même avion que lui et qui attendent, nues dans son espace privé, brûlantes de désir », écrit le journaliste dans l’ouvrage cité. « Amuse-bouche », un surnom peu flatteur pour évoquer les conquêtes de celui qui fut également maire de Paris.

Pour passer du temps avec ses maîtresses, Jacques Chirac pensait à tout

Si les femmes désireuses de se rapprocher de Jacques Chirac se bousculaient au portillon, ce dernier tenait à être discret. Et pour cause, il était déjà marié à une femme, Bernadette, qui a d’ailleurs longtemps supporté ses frasques sans rien dire. Cela était notamment dû à son éducation stricte et traditionaliste, comme elle l’expliquera plus tard. Pour rejoindre ses maîtresses en douce, l’ancien président de la République usait d’un stratagème bien huilé: « Il utilise régulièrement une garçonnière dans l’immeuble du 241, boulevard Saint-Germain pour satisfaire ses plaisirs avec une collaboratrice du RPR ou une jeune ambitieuse qui cherche la chaleur fugace du pouvoir », peut-on lire dans le livre Président, la nuit vient de tomber.

Face aux infidélités de son mari, Bernadette Chirac a toujours tenté de faire bonne figure. Mais elle n’était pas dupe. Loin de là. Dans un documentaire qui consacré à l’ex Première dame et diffusé sur France 2 en 2016, elle se confiait au sujet de cet époux volage : «  Les papillons tournaient autour de la lampe. Et j’en ai eu des inquiétudes et du chagrin même… Tous les hommes qui ont du pouvoir ou une très grosse fortune attirent les femmes. Au début, ça a été dur, j’ai eu beaucoup de chagrin. Puis après, je m’y suis faite. Je me suis dit que c’était la règle et qu’il fallait la subir avec autant de dignité que possible. » Pour son homme, « Bernie » semblait prête à toutes les concessions.

 

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/jacques-chirac-navait-pas-une-mais-au-moins-trois-garconnieres_436331

Jacques Chirac n’avait pas une mais au moins trois garçonnières

 

Un stratagème bien huilé

Clara Carlesimo | dimanche 13 octobre 2019 à 09h51

Jacques Chirac n’avait pas une mais au moins trois garçonnières

 

Séducteur invétéré, Jacques Chirac a parfois dû user de stratagèmes ingénieux pour retrouver ses maîtresses. Dans son livre Chirac, le président aux 5 visages, Xavier Panon raconte les rendez-vous secrets de l’ancien président de la République, qui n’avait pas qu’une seule garçonnière…

 

Un homme à femmes bien préparé. On le sait, Jacques Chirac a vécu plusieurs existences amoureuses. Son mariage avec Bernadette, durant l’année 1956, n’a pas entamé son appétit « tous azimuts » pour la gent féminine. Et pour rejoindre ses maîtresses – qu’il a compté en nombre – l’ancien président de la République, décédé jeudi 26 septembre, devait user d’un stratagème ingénieux et surtout, bien huilé. Pour organiser ses 5 à 7 comme il le souhait, Jacques Chirac possédait une garçonnière à un endroit plus que stratégique : dans un immeuble du boulevard Saint-Germain, qui abritait le siège départemental du RPR. Préparé à toute éventualité, l’ex-chef d’Etat ne s’est pas cantonné à cet appartement du Ve arrondissement parisien.

En réalité, Jacques Chirac n’avait pas qu’une garçonnière… mais bien trois, comme l’explique Xavier Panon dans son livre Chirac, le président aux 5 visages. Celle du siège de son parti donc, mais aussi un appartement loué exprès dans Paris, rue Marignan, pour rejoindre Jacqueline Chabridon. Et pour retrouver ses conquêtes dans un troisième lieu, il a même été aidé par des tiers. « A côté de ses grandes et belles histoires d’amour, ou de ses passades, Chirac a goûté à d’autres charmes plus exotiques, ici ou là, parfois dans un appartement de Neuilly, prêté par un ami de Roland Dumas », lit-on dans l’ouvrage. Pour se déplacer rejoindre l’une de ses amantes à l’époque, là aussi Jacques Chirac devait faire travailler ses méninges. Pas question pour lui de se mouvoir à la vue et au su de tous. Comme l’écrivait Renaud Revel, l’ex-président « se faisait toujours accompagner d’un minibus aux vitres teintées qui lui permettait d’abriter ses amours à la hussarde ».

Bernadette Chirac encaissait sans sourciller

Dans ces lieux secrets, connu d’une petite poignet de personne, Jacques Chirac ne s’est jamais attardé. Avec lui, que l’on surnommait « 10 minutes douche comprise », il fallait que ça aille vite, pas question que ses conquêtes traînent. « Lorsqu’il avait rendez-vous avec une femme, c’était à la minute près. Nous le déposions, et il nous donnait un horaire exact, il ne fallait surtout pas être en retard », racontait son chauffeur de l’époque dans Une histoire érotique de l’Élysée. Des rendez-vous galants de son époux, Bernadette Chirac n’a jamais été dupe. « Pendant plus de cinquante ans de frasques chiraquiennes, Bernadette a vécu sous la menace, informées des vies parallèles, sans suivre les frivolités passagères, mais veillant à limiter la casse », écrit Xavier Panon. Pendant son mariage, la mère de Claude Chirac a longtemps essayé d’éloigner les maîtresses de son mari. En vain.

Alors elle s’y est petit à petit habituée, résignée. « Cocue magnifique, à l’ancienne, elle supporte, de mauvais gré, le tempérament de son époux volage : mais elle le fait avec les respect des convenances sociales », lit-on dans Chirac, le président aux 5 visages. De toute façon, Bernadette Chirac n’avait pas le choix. Dans son esprit, la devise de sa famille se répétait sans cesse : « Chez les Chirac, on ne divorce pas ». Alors elle a encaissé sans rien dire pendant des années. « Je me suis dit que c’était la règle et qu’il fallait la subir avec autant de dignité que possible », expliquait-elle dans C à vous en 2016. Sans sourciller face au tableau de chasse de Jacques Chirac, Bernadette a toujours préféré la carte de l’humour comme lorsqu’elle s’amusait à les comparer : « Je ne connais pas toutes les maîtresses de mon mari. Mais ce qui me fait plaisir, c’est qu’elles sont devenues aussi laides que moi aujourd’hui ».

 



Violences dans un lycée brestois : les précisions du Télégramme

Au moins l’un des jeunes impliqués dans ce qui apparaît pour l’heure comme un règlement de compte entre eux est Albanais. A priori, il s’agit donc bien d’un des protégés d’Olivier Cuzon et des autres complices extrême-gauchistes de Brest de la criminelle Josette Brenterch. Or, manifestement, il attendait ses agresseurs au lycée…

Lire ou relire mon précédent article sur ce sujet :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/09/05/brest-encore-un-coup-de-feu-au-lycee-dupuy-de-lome-mercredi-4-septembre-2019/

 

https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/brest-coup-de-feu-au-lycee-dupuy-de-lome-05-09-2019-12375242.php

Brest. Coup de feu dans un lycée : ce que l’on sait

 

Publié le 05 septembre 2019 à 12h58 Modifié le 05 septembre 2019 à 16h55

Ce mercredi, une bande de jeunes armés et cagoulés a fait irruption dans la cour du lycée Dupuy-de-Lôme, à Brest. Un coup de feu a été tiré. Une jeune fille a été blessée avec une batte de baseball. Deux des suspects ont été identifiés.

 

Il était environ 15 h 30, ce mercredi, selon les témoignages. « C’était l’heure de la récré ». Une dizaine de jeunes, cagoulés et armés de battes de baseball, d’armes blanches et d’au moins une arme de poing, sont entrés dans la cour du lycée Dupuy-de-Lôme, par l’arrière de l’établissement. « Un accès qui normalement est fermé », déplore un professeur. Les jeunes voulaient visiblement en découdre avec un élève de terminale d’origine albanaise. Élève qui, visiblement, se sentait menacé et les attendait, « puisqu’il avait deux marteaux dans son sac », souligne un autre professeur. L’élève aurait déjà eu maille à partir, dans la matinée, avec un membre de la bande qui lui aurait promis « de revenir ». Heureusement, le mercredi, il y a peu d’élèves, les faits auraient pu être beaucoup plus graves.

Une douille retrouvée

Une bagarre a alors éclaté. Des enseignants, un surveillant et un conseiller d’éducation auraient tenté de s’interposer. Parmi les intrus, ils ont identifié deux anciens élèves de l’établissement, « qui, aujourd’hui, ne sont plus scolarisés », dont un très défavorablement connu de la police, confirme-t-on au commissariat. Un coup de feu a été tiré. Personne n’a été blessé, mais une douille a bien été retrouvée. Elle est partie à l’expertise. Il s’agit d’un calibre 7.65, « ce qui laisse à penser que l’arme utilisée était un semi-automatique de petit calibre » souligne une source proche de l’enquête.

Une jeune fille blessée

Dans la cohue générale, le jeune Albanais âgé de 18 ans a été légèrement blessé. Mais il a refusé de porter plainte. Une jeune fille « qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment » a également reçu un coup de batte de baseball. Elle a été prise en charge à l’infirmerie du lycée pour y recevoir des premiers soins avant d’être admise aux urgences. Elle a déposé plainte, tout comme le surveillant et le conseiller d’éducation qui ont été chahutés. Les policiers ont été avisés, mais « plus d’une heure après les faits » déplore cette même source proche de l’enquête. Appelé ce jeudi midi, le proviseur n’était « pas joignable », nous a fait savoir son secrétariat. Le rectorat ne s’est pas montré plus loquace. Tout juste précise-t-il, dans un communiqué, qu’« un rappel a été fait auprès des élèves sur les règles de sécurité de l’établissement ». Quant au maire, François Cuillandre, il n’a tout simplement pas été mis au courant par la préfecture et les forces de l’ordre, visiblement très occupés par la sécurisation du G7 parlementaire qui s’ouvre ce jeudi soir à Brest. Après avoir appris la nouvelle, il a dénoncé « ces actes de violences intolérables » et adressé « une pensée particulière aux lycéens concernés ».

Selon nos informations, le jeune Albanais a été exclu du lycée et devrait passer ce vendredi en conseil de discipline, pour ne pas avoir signalé à la direction qu’il était menacé. L’enquête, confiée à la Sûreté départementale, se poursuit. « Plusieurs témoins ont été auditionnés » précise le parquet.

Violences dans un lycée brestois : les précisions du Télégramme dans AC ! Brest peu-d-eleves-etaient-presents-mercredi-apres-midi-ce-jeudi_4785476_540x269p
Peu d’élèves étaient présents mercredi après-midi. Ce jeudi, beaucoup ignoraient ce qui s’était passé. (Le Télégramme/Sarah Morio)

 

Notre sélection d’articles pour comprendre le dossier Violence et coup de feu au lycée Dupuy-de-Lôme à Brest

 



Brest : encore un coup de feu au lycée Dupuy de Lôme mercredi 4 septembre 2019

C’est étrange, encore une fois l’incident aura permis à la vedette extrême-gauchiste qui exerce dans l’établissement de faire connaître son mécontentement et ses revendications à l’échelle nationale au moment le plus opportun…

Il doit faire des incantations spéciales pour les provoquer.

Naan… je rigole, je sais très bien ce qui se passe, j’en avais déjà parlé dans cet article du 18 mars 2017 à la suite d’un précédent coup de feu dans le même lycée :

http://petitcoucou.unblog.fr/2017/03/18/un-coup-de-feu-dans-un-lycee-a-brest-jeudi-16-mars-2017/

Au mois de décembre 2008, les complices de la mère maquerelle Josette Brenterch du NPA de Brest se vantaient dans les colonnes de commentaires du site Rue89 d’avoir bel et bien organisé les violences spectaculaires s’étant alors produites dans le même lycée Dupuy de Lôme à seule fin de faire la Une des journaux de tout l’Hexagone et de profiter de cette médiatisation pour faire connaître toutes leurs protestations et revendications de l’époque.

Celles d’aujourd’hui sont toujours les mêmes, à quelques variantes près : Blanquer, G7, Macron, Petitcoucou, etc… et comme d’habitude, tous les services publics gravement menacés, ou plus exactement, leurs fonctionnaires les plus corrompus, dont cette pauvre Muriel Corre qui n’en a toujours pas fini avec sa propre institution, la justice, et devra peut-être un jour répondre d’un certain nombre de ses saloperies…

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-un-coup-de-feu-tire-dans-l-enceinte-d-un-lycee-6506450

Brest. Un coup de feu tiré dans un lycée après l’intrusion d’une dizaine de jeunes : une blessée

 

Le lycée Dupuy-de-Lôme, à Brest, où un coup de feu a été tiré mercredi 4 septembre, dans l’après-midi.
Le lycée Dupuy-de-Lôme, à Brest, où un coup de feu a été tiré mercredi 4 septembre, dans l’après-midi. | OUEST-FRANCE

 

Ouest-France Modifié le 05/09/2019 à 16h28 Publié le 05/09/2019 à 15h31

 

Une bande d’une dizaine de personnes a pénétré dans l’enceinte du lycée Dupuy-de-Lôme, à Brest, à la recherche d’un élève. Il s’est défendu en brandissant deux marteaux. Une élève a été blessée dans la cohue.

Il était 15 h 30, mercredi 4 septembre, l’heure de la récré pour les élèves du lycée Dupuy-de-Lôme, à Brest. « Une dizaine de jeunes ont pénétré dans l’enceinte de l’établissement, par un terrain de sport situé à l’arrière du site, moins sécurisé que les autres accès », raconte Olivier Cuzon, enseignant dans l’établissement et représentant de Sud.

Des anciens élèves reconnus

Armés d’une ou de plusieurs battes de baseball, ces personnes cherchent un élève de Terminale, clairement identifié. Pour se défendre, « celui-ci sort deux marteaux de son sac ». Ses agresseurs tirent un coup de feu, une douille étant retrouvée plus tard par les policiers sur le terrain de sport. « Les collègues ont cru qu’il s’agissait de pétard, comme cela arrive de temps en temps dans le lycée. »

Les battes de baseball sont brandies et une élève de l’établissement est touchée. « Elle a dû être conduite aux urgences de l’hôpital », explique Olivier Cuzon. Ce jeudi 5 septembre, l’élève blessée ne présente pas de séquelles. Chez les agresseurs figureraient plusieurs anciens élèves de l’établissement.

La direction de l’établissement ne souhaite pas communiquer sur l’affaire.

« L’école doit être un sanctuaire »

« L’école doit être un sanctuaire, un lieu où les élèves doivent se sentir en totale sécurité, explique Olivier Cuzon pour Sud Éducation, la CGT et la FSU. Or mercredi, ils y ont subi une agression. Faute de pouvoir prévenir ces agressions, il est de la responsabilité de l’Éducation nationale d’y remédier et de les accompagner dans une démarche de guérison. Les personnels déplorent aussi le manque de communication à l’interne de l’établissement, ce qui laisse court aux rumeurs. »

« À l’heure d’une rentrée ou l’établissement vient de perdre des heures d’enseignements, un poste de surveillant, des heures d’infirmières et d’assistante sociale, la coupe est pleine, poursuivent les trois syndicats. Nous avons plus que jamais besoin de moyens humains pour assurer nos missions. »

Candidat à la mairie de Brest sous l’étiquette la République en Marche, Marc Coatanéa a lui aussi réagi : « J’ai une pensée particulière pour la jeune fille blessée et ses proches. J’apporte également tout mon soutien aux élèves, parents et à l’ensemble des enseignants choqués par cet événement. La violence ne peut, ne doit être tolérée nulle part et certainement pas dans un lieu dédié à l’apprentissage qui accueille nos enfants. L’insécurité et la violence ne doivent plus être traitées comme des sujets périphériques à Brest. »

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/brest/150-personnes-manifestent-violence-g7-parlementaires-brest-1718083.html

150 personnes manifestent sans violence avant le G7 des parlementaires à Brest

 

Le cortège de la manifestation pour les services publics à Brest avant le G7 des parlementaires / © Loic Blache / FTV
Le cortège de la manifestation pour les services publics à Brest avant le G7 des parlementaires / © Loic Blache / FTV

 

Environ 150 personnes se sont donné rendez-vous ce mercredi en fin d’après-midi dans le centre-ville de Brest pour défendre les services publics français, mais aussi européens. Le G7 des parlementaires doit se tenir du 5 au 7 septembre à Brest.

Par Stéphane Grammont Publié le 04/09/2019 à 19:07 Mis à jour le 05/09/2019 à 11:21

Le rendez-vous a été donné devant l’hôpital Morvan, à l’appel d’associations altermondialistes, réunies sous la bannière de Bloquons le G7 à Brest.

Le cortège a démarré de l’hôpital pour ensuite passer devant différents services publics comme la Caisse d’Assurance Familiale, les impôts ou la sécurité sociale.

« Le gouvernement vise particulièrement les services publics, ils veulent les supprimer » a justifié Liz, membre du collectif, « nous venons là pour dire qu’en tant qu’usagers du service public, nous aimerions avoir un service adéquate, sachant qu’en plus nous payons des impôts et des taxes pour cela. »

D’autres manifestations mais aussi des projections débats et une radio éphémère sont prévus lors de ces trois jours de G7 des parlementaires.



De retour…

Mes plus fidèles lecteurs ont une étrange habitude, ils sont toujours synchrones…

Page View Activity

 

Date Heure Système Location / Language Host Name/Web Page/Referrer
3 Sep 08:09:21 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
De retour... dans AC ! Brest de Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.21)  

(Pas de lien référant)
3 Sep 08:07:10 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de dans Action Directe Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.21)  

(Pas de lien référant)
31 Aug 10:54:52 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de dans Calomnie Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.27)  

31 Aug 10:53:29 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de dans Corruption Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.27)  

(Pas de lien référant)
29 Aug 06:51:10 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de dans Crime Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.36)  

(Pas de lien référant)
28 Aug 07:11:04 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de dans Folie Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.36)  

(Pas de lien référant)
27 Aug 09:11:33 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de dans LCR - NPA Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.44)  

(Pas de lien référant)
25 Aug 10:05:44 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de dans Le Post Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.19)  

(Pas de lien référant)
24 Aug 10:29:39 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de dans Luraghi Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.9)  

(Pas de lien référant)
23 Aug 07:18:40 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de dans NEMROD34 Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.58)  

(Pas de lien référant)
19 Aug 09:51:17 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de dans Perversité Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.8)  

(Pas de lien référant)
18 Aug 10:21:54 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de dans Politique Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.8)  

(Pas de lien référant)
17 Aug 12:56:35 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de dans Rue89 Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.47)  

(Pas de lien référant)
16 Aug 12:00:20 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.8)  

(Pas de lien référant)
15 Aug 10:54:44 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.41)  

(Pas de lien référant)
14 Aug 10:15:42 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.3)  

(Pas de lien référant)
13 Aug 19:06:25 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.34)  

13 Aug 19:00:50 Chrome 76.0
Win7
1920×1080
de Berlin,
Germany / fr-fr
Easy Networks Solutions Ou (185.56.161.34)  

(Pas de lien référant)

 

Page View Activity

 

Date Heure Système Location / Language Host Name/Web Page/Referrer
3 Sep 15:52:03 Firefox 60.0
Win7
1680×1050
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.186.214)  

https://www.google.com/

29 Aug 20:04:27 IE 8.0
Win7
1920×1080
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.186.214)  

www.google.com/

29 Aug 10:56:52 Firefox 52.0
Win10
1680×1050
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.187.196)  

29 Aug 10:56:42 Firefox 52.0
Win10
1680×1050
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.187.196)  

https://www.google.com/

29 Aug 10:54:45 Firefox 52.0
Win10
1680×1050
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.187.196)  

29 Aug 10:54:27 Firefox 52.0
Win10
1680×1050
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.187.196)  

29 Aug 10:54:11 Firefox 52.0
Win10
1680×1050
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.187.196)  

29 Aug 10:53:32 Firefox 52.0
Win10
1680×1050
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.187.196)  

29 Aug 10:53:00 Firefox 52.0
Win10
1680×1050
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.187.196)  

29 Aug 10:51:56 Firefox 52.0
Win10
1680×1050
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.187.196)  

29 Aug 10:51:24 Firefox 52.0
Win10
1680×1050
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.187.196)  

https://www.google.com/

29 Aug 10:48:50 Firefox 52.0
Win10
1680×1050
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.187.196)  

https://www.google.com/

28 Aug 16:47:52 Chrome 76.0
Win7
1680×1050
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.187.196)  

https://www.google.com/

20 Aug 04:33:38 Chrome 76.0
Win7
1344×840
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr-fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.186.214)  

https://www.google.com/

15 Aug 09:03:21 Firefox 38.0
Win7
1680×1050
fr Paris,
Ile-de-France,
France / fr
Direction Interministerielle Du Numerique Et Du Sy (185.24.186.214)  

https://www.qwant.com/

 



Cybercriminalité : Jean-Marc Manach ou la comprenette tout à l’envers

Son « gentil troll » David Doucet, rédacteur en chef des Inrocks, vient d’être licencié pour faute grave tout comme son collègue François-Luc Doyez, rédacteur en chef adjoint de l’hebdomadaire, et c’est bien normal quand on sait tout ce que l’on a appris ces derniers temps, d’abord sur la Ligue du LOL, puis sur certains agissements au sein de leur rédaction, allant apparemment jusqu’à des piratages informatiques.

Publiera-t-il un nouvel article pour les défendre aussi sur la question de ces piratages informatiques ?

L’avenir dira s’il souhaite comme pour le trollage et autres « blagues » faites à des femmes multiplier les prises de position publiques en leur faveur.

En effet, il a déjà donné une interview très éloquente à ce sujet au mois de septembre dernier, d’où il ressort assez clairement et piteusement qu’il préfère violer l’intimité de la vie privée d’ingénieurs informaticiens tout à fait sérieux et compétents, ou soutenir les malades mentaux qui le font, comme les cybercriminels Pascal Edouard Cyprien Luraghi, Jean-Marc Donnadieu et autres « déconnologues » patentés, plutôt que de faire un vrai travail d’investigation journalistique.

Une vague d’attentats islamistes particulièrement meurtriers semant panique et terreur à travers le pays, c’est tellement plus fendard que de neutraliser cette poignée d’assassins…

 

https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement/ligue-du-lol/ligue-du-lol-deux-journalistes-des-inrocks-licencies-pour-faute-grave_3213089.html

« Ligue du LOL » : deux journalistes des « Inrocks » licenciés pour faute grave

 

David Doucet, rédacteur en chef de l’hebdomadaire, et François-Luc Doyez, rédacteur en chef adjoint, ont été notifiés de leur licenciement dans le courant de la semaine. Ils avaient été mis à pied après la publication, le 8 février, d’un article de « Libération ».

 

La direction des \"Inrocks\" justifie ces licenciements notamment par l\'impact négatif sur \"l\'image\" du journal et par la \"crédibilité journalistique\" des deux intéressés.

La direction des « Inrocks » justifie ces licenciements notamment par l’impact négatif sur « l’image » du journal et par la « crédibilité journalistique » des deux intéressés. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Deux journalistes des Inrockuptibles mis en cause dans l’affaire de la « Ligue du LOL » ont été licenciés pour « faute grave », a appris franceinfo de source proche de la direction de l’hebdomadaire, confirmant une information de Libération. David Doucet, rédacteur en chef, et François-Luc Doyez, rédacteur en chef adjoint, ont été notifiés de leur licenciement dans la semaine. Ils avaient déjà été mis à pied après la publication, le 8 février, d’un article de « Libération ».

Selon Libération, la direction des Inrocks justifie ces licenciements par l’impact négatif sur « l’image » du journal et par la « crédibilité journalistique » des deux intéressés au sein de la rédaction. La direction reproche également à ses deux employés des comportements non-professionnels dans l’exercice de leur fonction hiérarchique. De nombreux agissements ont notamment été détaillés dans un article de Mediapart (article payant) à la mi-février.

Peu après les révélations concernant la « Ligue du LOL », David Doucet avait publié des excuses publiques sur Twitter. « Cette libération de la parole m’a surtout fait prendre conscience que je comptais parmi les bourreaux. (…) Je mesure aujourd’hui la dégueulasserie de mes actes et je n’ai pas d’excuses pour cela », avait-il posté le 10 février.

 

 

https://www.inaglobal.fr/numerique/article/les-journalistes-ont-besoin-des-hackeurs-10271

« Les journalistes ont besoin des hackeurs »

 

Article  par  Vincent BRESSON  •  Publié le 14.09.2018  •  Mis à jour le 27.02.2019
Jean-Marc Manach

 

Les outils numériques apportent aux rédactions une aide précieuse dans la collecte d’informations. Les hackeurs, bidouilleurs informatiques, s’inscrivent parfois dans un travail journalistique. Entretien avec Jean-Marc Manach, journaliste d’investigation sur les liens entre hackeurs et journalistes.

 

Comment expliquer le rapprochement entre journalistes et hackeurs ces dernières années ?

Jean-Marc Manach : Il y a 20 ans quand j’ai commencé le journalisme sur Internet j’ai tout de suite compris que les hackeurs étaient du côté de la solution et pas du problème. C’est grâce à des hackeurs et sous leur influence que j’ai développé à la fois des compétences en matière de sécurité informatique et d’investigation en ligne. J’ai pu commencer à aborder l’état d’esprit, la façon de travailler sur Internet : chercher des failles de sécurité, trouver des solutions, expérimenter, bidouiller et apprendre de mes erreurs.
Cela reste un phénomène minoritaire, mais il y a de plus en plus de journalistes qui arrêtent de considérer qu’un hackeur c’est un criminel qui met des masques d’Anonymous et des gants pour ne pas laisser ses empreintes digitales sur un ordinateur.
Sur Google Images, quand vous tapez « hackeur », le résultat est caricatural et méprisant à un point ! Depuis l’affaire Snowden, ce qui a changé c’est qu’un nombre non négligeable de journalistes commence à comprendre qu’il faut sortir de la caricature. Le problème c’est qu’une majorité d’entre eux continue néanmoins à propager cette image. Mais avec l’essor du data journalisme, de plus en plus de journalistes comprennent qu’il faut travailler avec des développeurs, et avoir des compétences en informatique et en code. Ils découvrent que les hackeurs et les développeurs ne sont pas uniquement des ingénieurs informaticiens, et qu’on a besoin d’eux.
Pendant longtemps, Internet était considéré comme un problème et on ressent encore les effets de cette représentation. On voyait ça comme quelque chose de compliqué, de technique. Donc les gens et pas seulement les journalistes, avaient peur d’Internet et des hackeurs qui, dans l’imaginaire collectif, sont des gens qui maîtrisent Internet.

 

Que cherchent les journalistes en sollicitant des hackeurs ? Que cherche le hacker réalisant un travail journalistique ?
 
Jean-Marc Manach : Je ne sais pas si les hackeurs ont besoin des journalistes. Par contre, les journalistes ont besoin des hackeurs. Qu’est-ce qu’un journaliste peut y gagner ? D’abord une meilleure compréhension du fonctionnement d’Internet, donc, de la façon d’y trouver des informations, de les recouper et de repérer les bons outils. Je me souviens des premiers cours que je donnais à des journalistes, ils ne savaient pas si l’information qu’ils cherchaient était disponible sur Internet. Ils étaient complètement perdus. Alors que si l’information existe, je peux la trouver. C’est moi qui contrôle l’ordinateur. C’est moi qui suis aux commandes. La majorité des utilisateurs sont contrôlés par leurs ordinateurs qui les empêchent de faire des choses avec des « logiciels privateurs », selon l’expression de Richard Stallman. Car quand vous n’avez pas le droit d’examiner le code source d’un logiciel, ce qui est le cas de Windows par exemple, vous êtes contrôlés par le logiciel.
Le journaliste peut donc gagner de l’aisance dans sa façon de travailler, avec plus d’outils et plus de pouvoir. Et je ne vous parle même pas en termes de protection des sources. Si vous êtes journaliste d’investigation, vous avez le devoir de protéger vos sources. Et pour pouvoir le faire, il faut savoir comment fonctionne un ordinateur, comment fonctionne Internet. Ça ne sert à rien d’acheter une porte blindée si vous laissez la fenêtre ouverte. Le problème, c’est que la majeure partie des gens pense qu’il suffit d’installer un antivirus ou un logiciel de chiffrement pour pouvoir protéger ses sources. Alors que vous risquez de faire des erreurs si vous ne maîtrisez pas le fonctionnement de vos terminaux et d’Internet. On peut avoir un faux sentiment de sécurité. Donc un hacker a énormément de choses à apporter aux journalistes.

 

Pourquoi certains hackeurs comme Bluetouff avec le site reflets.info ou l’équipe de ThinkerView se lancent-ils dans un travail journalistique ?
 
Jean-Marc Manach : Reflet.info est parti d’une discussion entre Kitetoa et Bluetouff [respectivement Antoine Champagne, journaliste, et Olivier Laurelli, hackeur, NDLR], qui constataient un vide dans le paysage médiatique français sur les sujets qu’ils traitent. Constat avec lequel j’étais et je suis toujours d’accord.
ThinkerView, c’est pareil. Ils sont partis de l’idée que la majeure partie des journalistes se contentent de « servir de la soupe ». Ce n’est pas en faisant des interviews pendant trois minutes qui vont être coupées pour passer aux JT de 20 h qu’on va comprendre un phénomène. Sur ThinkerView, une interview prend souvent une heure. Ils prennent le temps de poser des questions. Si la réponse ne suffit pas, elle sera posée à nouveau. Dans les deux cas ils n’ont pas besoin de journalistes. ThinkerView est animé par quelqu’un qui n’est pas journaliste. Antoine Champagne, c’est un journaliste qui s’est associé avec un hackeur parce qu’il pensait qu’il y avait un vide sur la question d’Internet.

En France il n’y a pas énormément de journalistes qui comprennent et maîtrisent Internet
Dans la presse anglo-saxonne, on a des journalistes qui maîtrisent la matière première qu’ils traitent dans le domaine informatique. Alors qu’en France il n’y a pas énormément de journalistes qui comprennent et maîtrisent Internet.

 
 
Peut-on parler d’une spécificité française dans les relations entre journalistes et hackeurs ?
 
Jean-Marc Manach : La spécificité réside dans l’histoire du CCCF (le Chaos Computer Club France). À la fin des années 1980, les services de renseignements américains découvrent que quatre hackeurs allemands sont payés par le KGB pour espionner les ordinateurs de l’OTAN. Ils sont arrêtés. Et là c’est un séisme dans le monde du renseignement occidental. On est en pleine guerre froide et les services de renseignements découvrent que des « adulescents », petits génies de l’Internet, peuvent travailler pour le KGB. Donc ça change la donne en matière de contre-espionnage. Et la DST, le service de contre-espionnage français, ne trouve rien de mieux à faire que créer le CCCF pour attirer les jeunes hackeurs français et éviter qu’ils ne se retrouvent dans les griffes du KGB. Plus personne en France ne va se définir comme hackeur ou se réclamer du hacking, car c’est prendre le risque d’avoir les services de renseignements aux fesses.
La spécificité française c’est donc ça : le mot hackeur est devenu tabou. Il a fallu attendre 2007 pour qu’un premier festival utilise le mot « hackeur » en France : le Hacker Space Festival. Mais ce mot a été tabou pendant près de 20 ans. À cause de ce qui s’est passé avec le CCCF. C’est ce qui fait qu’on a cette imagerie populaire du hackeur comme un criminel.
 Quand le mot hackeur est utilisé dans les médias, c’est pour définir des comportements criminels  Cent pour cent des djihadistes se réclament de l’islam. Ça ne veut pas dire que 100 % des musulmans sont des terroristes. C’est la même chose avec les hackeurs. La quasi-totalité des hackeurs sont bien intentionnés. Ce ne sont pas des délinquants, ils ne font pas des choses hors-la-loi. Si depuis l’affaire Snowden, la tendance a un peu évolué, aujourd’hui encore, la majeure partie du temps, quand le mot hackeur est utilisé dans les médias c’est pour définir des comportements délinquants ou criminels. C’est une aberration totale !
Il y a un autre congrès de sécurité informatique en France, le SSTIC. C’était organisé [à l’origine] dans l’enceinte même d’une caserne militaire, à l’École des transmissions à Rennes. Aux États-Unis les colloques de hackeurs s’organisaient dans des hôtels à Las Vegas et ils avaient un jeu : d’identifier qui était l’agent du FBI ou de la NSA. En Allemagne, le Chaos Communication Camp était organisé dans d’anciennes bases militaires de la RDA, avec un esprit de contre-culture. En France, la moitié des gens était en uniforme. Il y a une sorte de consanguinité avec l’armée ou la police. Et du coup, peu de journalistes ont eu l’occasion de discuter avec les hackeurs de manière sérieuse en France.

 

Existe-t-il une prise de conscience en matière de sécurité informatique au sein des journalistes ?
 
Jean-Marc Manach : Le premier site que j’ai créé pour expliquer comment sécuriser ses conversations sur Internet, j’ai dû le concevoir en 1999 ou 2000. Nous sommes en 2018, Edward Snowden est sorti du bois en 2013 et il a fallu attendre l’année dernière pour que l’École supérieure de journalisme de Lille me demande de former l’ensemble de sa promo de première année. L’an passé, une étude, basée sur un questionnaire envoyé aux 14 écoles reconnues par la profession, a révélé que, sur les 11 répondants, 4 proposaient une « sensibilisation » théorique à travers des cours non spécifiques, 4 des conférences de quelques heures, et 3 (CFJ, ESJ et EJDG) des formations d’au moins deux voire quatre jours. Cinq ans après le début des révélations Snowden, c’est juste hallucinant ! Cette formation devrait être un prérequis dans toutes les écoles de journalisme. Mais aussi dans les écoles de médecine, d’ingénieurs … Il y a de nombreux métiers soumis au droit de réserve et où l’on doit protéger des données.
Concernant les rédactions, avant les révélations d’Edward Snowden, aucune ne m’avait demandé de dispenser des formations internes. Depuis, ça a dû arriver deux fois dans des petites rédactions, il y en a une qui m’a donné deux heures et l’autre une matinée … Ça fait des années que sur les catalogues de formation continue pour les journalistes, il y a des formations à la sécurité informatique, mais aucune rédaction ne les achète. Mais ce qui a un petit peu changé, c’est que les journalistes, d’eux-mêmes, apprennent. L’information est aujourd’hui disponible.

 

Quelle en est la cause, selon vous ?
 
Jean-Marc Manach : « Faites ce que je dis, pas ce que fais. » Beaucoup de journalistes se scandalisent sur les révélations d’Edward Snowden sans comprendre de quoi il retourne exactement, et pour autant, ils ne vont pas faire l’effort d’apprendre à se protéger. C’est de l’inconscience totale, de la paresse intellectuelle, de la faute professionnelle. Je ne dis pas que tous les journalistes devraient apprendre. Tous n’ont pas vocation à faire de l’investigation et donc intérêt à savoir protéger leurs sources.
Mais depuis les révélations Snowden ou Cambridge Analytica, notamment, des journalistes dénoncent la surveillance de masse, le fait qu’Internet soit du capitalisme de surveillance … Les médias écrivent là-dessus. Par contre, prendre le temps d’apprendre à protéger ses sources et donc à faire face à ces technologies de surveillance, ils ne le font pas. C’est une forme d’hypocrisie.

 

Quelles formes peut prendre le rapprochement entre les hackeurs et les journalistes ?
 
Jean-Marc Manach : Aux États-Unis, le New York Times a recruté quelqu’un pour sécuriser les communications de ses journalistes. En France, certaines rédactions ont embauché des data-journalistes, des gens qui avaient des compétences en matière de journalisme et de code, pour traiter les données. Mais ce ne sont généralement pas des hackeurs au sens « sécurité informatique » ou de quelqu’un qui va pouvoir développer un logiciel.
Deux exemples. Le projet OWNI, c’était un média français qui a été pionnier du data-journalisme en France. On y avait cassé (physiquement) le mur entre les développeurs et les journalistes. Nous y avions des développeurs, des journalistes, des graphistes et nous travaillions ensemble. On a vraiment « hacké » l’information.
L’autre exemple c’est celui de Nicolas Kayser-Bril, lui aussi pionnier du data-journalisme. Quand il est parti d’OWNI, il s’est fait un nom. Il a été approché par un certain nombre de rédactions. Il voulait bien travailler avec celles-ci, mais il avait besoin pour cela d’un développeur et d’un graphiste, et les rédactions ont dit non. Elles voulaient un journaliste qui soit bon en code, bon en graphisme et bon en journalisme. Je connais un certain nombre de data-journalistes qui ont été recrutés dans de grandes rédactions mais qui en sont partis parce qu’on leur demandait de tout faire, même et y compris des camemberts, sur des sujets pas très intéressants et sans réelle plus-value « data ». Ils ne pouvaient pas faire des choses aussi intéressantes que ce qu’on faisait à OWNI où l’on avait ces trois compétences-là.

 

Sur certains sites américains il est possible d’envoyer à la rédaction des informations chiffrées. En France, pourquoi si peu de médias le font-ils ?

 

Jean-Marc Manach : En France, Mediapart le fait mais sans passer par SecureDrop, qui est le système de référence dans ce domaine depuis les révélations Snowden. C’est un logiciel qui a été conçu pour permettre aux lanceurs d’alerte de contacter de manière sécurisée et anonyme des rédactions. Ça a été fait pour que quelqu’un qui travaille dans les services de renseignements puisse contacter anonymement un journaliste pour envoyer des informations. Un peu moins d’une centaine de médias l’utilisent. Pour la plupart, ils sont américains. Quand l’un des principaux développeurs de SecureDrop a approché les rédactions en France pour leur proposer de l’installer, bénévolement ou contre une petite somme d’argent, ils ont refusé.
Après, il y a des journalistes au Monde ou à Libération notamment, qui indiquent dans leurs profils Twitter ou sur leur site personnel comment les contacter sur Signal, mais ce sont des initiatives individuelles. Aux États-Unis, dans de plus en plus de médias, les journalistes précisent leur numéro sur Signal ou WhatsApp à côté de leur signature, avec leur nom. Ça devient la norme aux États-Unis. En France, pas du tout.

 

Certains hackeurs créent leur propre site internet indépendant, d’autres travaillent par intermittence avec journalistes. Vous avez fait les deux. Entre ces deux options, quelle est la plus intéressante pour délivrer la meilleure information possible ?
 
Jean-Marc Manach : J’ai deux réponses à ça. La première, c’est comme si vous me demandiez ce que peuvent faire les médecins pour améliorer le journalisme, ce que peuvent faire les policiers pour améliorer le journalisme… Je ne sais pas si les hackeurs, les médecins et les policiers veulent améliorer le journalisme, mais ils peuvent y contribuer en aidant les journalistes à améliorer leurs compétences dans leurs domaines respectifs : quand un journaliste ou un média écrit une ânerie il faut lui expliquer. Il faut arrêter la désinformation. Tout citoyen doit contribuer au fait qu’on ait de moins en moins de fake news. Ce n’est pas seulement un travail de journalistes. On a besoin de personnes qui s’y connaissent mieux que nous.
La deuxième, et c’en est la parfaite illustration, c’est quand Le Monde a fait une une expliquant que la DGSE surveillait l’intégralité des communications en France. À l’époque, j’avais cherché à savoir comment la DGSE aurait pu le faire, parce que vu le maillage décentralisé des télécommunications en France ça me semblait extrêmement complexe à mettre en œuvre. J’avais contacté des ingénieurs, des informaticiens, des hackeurs qui travaillaient au cœur des réseaux internet et je leur ai demandé ce qu’ils en pensaient, et si c’était possible.
Une des réponses qui m’a été faite, c’est que techniquement et financièrement, c’était inenvisageable, il aurait fallu installer des dizaines de milliers de logiciels espions partout en France. Ce qui aurait coûté des milliards d’euros. Et quand je leur ai demandé : « pourquoi n’avez-vous pas réagi quand il y a eu la une du Monde qui racontait ça ? Pourquoi attendez-vous que je vous pose la question, et pourquoi ne dites-vous pas que c’est faux ? ». La réponse qui m’a été faite, c’est qu’ils avaient tellement l’habitude que les médias racontent n’importent quoi en matière d’Internet qu’ils ne réagissent même plus. Le problème c’est aussi ça.
Donc je ne sais pas dans quelle mesure il y a des hackeurs qui veulent changer les médias, même s’il existe des mouvements comme Cryptoparty, qui vont essayer d’expliquer aux gens comment sécuriser leurs communications. Mais ça reste une minorité, tout comme du côté des policiers ou des médecins … Tout le monde se plaint des médias sans s’impliquer pour autant. Alors que les journalistes ont besoin que les gens qui s’y connaissent mieux qu’eux les aident à comprendre et maîtriser les sujets dont ils parlent, afin de pouvoir les contextualiser et les remettre en perspective, tant pour les profanes que pour les experts.


Crédit photo : Capture d’écran d’un entretien sur la chaine Youtube de ThinkerView, avec l’aimable autorisation de ThinkerView.

 



12345...29

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo