Roger la brocante, du pays wallon en Belgique, tueur de touristes en Bretagne

 

 

 

J’avais évoqué cette affaire le 6 février 2019 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/06/quadruple-meurtre-pour-un-trafic-doeuvres-dart-volees-dans-des-eglises-bretonnes-les-magistrats-passent-leponge-et-se-moquent-de-lenqueteur/

Aucune nouvelle de ce dossier depuis lors, il semble avoir été définitivement enterré.

En revanche, l’enquête sur la tuerie de Chevaline est toujours en cours et pourrait, pourquoi pas, étant donnée l’arme du crime, s’orienter vers un collectionneur d’armes à feu comme on en trouve plusieurs dans l’affaire des tueries du Brabant, à commencer par le brocanteur Xavier Sliman, dont le frère Thierry aurait de plus été un membre du SAC.

On rappelle qu’elle a déjà pris un tour nouveau au cours de l’année passée à la suite de la découverte de munitions spécifiquement destinées à cette arme ancienne chez le commanditaire présumé d’un autre assassinat (voir ci-dessous).

Rappelons encore que le brocanteur Jacques Fornès de Quimper dans le Sud-Finistère, grand fan d’Affaire conclue et grand ami de la famille Le Pen, tout comme de la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et ses complices de la bande du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, a aussi affiché avec ostentation bien des choses très intrigantes sur sa page Facebook : non seulement son goût très prononcé pour les très jeunes Thaïlandaises, mais également sa très grande satisfaction d’avoir toujours « travaillé » avec d’excellents résultats avec des individus qu’il dit être de la DGSE dans le cadre de ses activités « politiques » pour le Front national.

A noter : le meilleur ami du pédophile, trafiquant de drogue, et cybercriminel notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi, l’ancien conservateur en chef du patrimoine du château de Malmaison Alain Pougetoux, est devenu voisin du commanditaire d’assassinats Jean-Luc Avella Bagur à Velizy-Villacoublay depuis qu’il a pris sa retraite le 5 février 2018, comme il l’indique dans sa page Facebook, ici :

https://www.facebook.com/alain.pougetoux

La consultation de cette fiche est riche d’enseignements sur le personnage, quoiqu’il y soit peu prolifique : on observe d’abord qu’il s’y présente tout comme l’antiquaire finistérien Jacques Fornès avec son chien, quasiment le même, provenant peut-être du même élevage de camarades du parti, puis qu’il a fait son tour dans l’Himalaya lui aussi, au moins un, sans doute à l’invitation de son ami le pédophile et trafiquant de drogue Pascal Edouard Cyprien Luraghi, auquel il a rendu visite dans le Lot au cours de l’été 2010 (il l’a quitté le 12 septembre 2010 pour rentrer chez lui en région parisienne), alors que ce dernier publiait tous les jours des montagnes d’horreurs à mon sujet sur ses blogs personnels depuis le 19 juin 2010, et enfin, qu’il a commencé à travailler au château de Malmaison au mois de septembre 2001, soit à l’époque des attentats islamistes tant loués par son meilleur ami pédophile et trafiquant de drogue ayant vécu plusieurs années au Pakistan, un si bon ami qu’il lui a payé sa maison à Puy-l’Evêque en mars 2003 comme promis depuis 2001 au moins. Voir ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2016/04/03/cyprien-luraghi-a-de-fideles-amis-tres-riches-et-tres-genereux/

Extrait de sa fiche Facebook, du 11 septembre 2010 :

Je viens de réserver un billet Cahors-Paris pour demain 11 h. 30 et le site de la SNCF me propose tout de suite de le publier sur Fessebouc ; mais comment donc ! Pourquoi pas la Pléïade tout de suite ? Non mais franchement : ça intéresse quelqu’un, ce genre de nouvelle ? Si c’est le cas, j’arrive à 17 h 20 et je veux bien qu’on vienne me chercher à la gare d’Austerlitz (si possible en berline Jaguar, couleur bronze).

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_barbouzes_de_la_DGSE

      1. Affaire des barbouzes de la DGSE

        Roger la brocante, du pays wallon en Belgique, tueur de touristes en Bretagne dans AC ! Brest 45px-Scale_icon_white-orange.svg

        Cet article est lié à une ou plusieurs affaires judiciaires en cours.

        Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul.

        Le titre et la description de l’acte concerné reposent sur la qualification juridique retenue lors de la rédaction de l’article et peuvent évoluer en même temps que celle-ci.

        N’hésitez pas à participer de manière neutre et objective, en citant vos sources et en n’oubliant pas que, dans nombre de systèmes judiciaires, toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie.
        La dernière modification de cette page a été faite le 12 janvier 2022 à 13:50.

        L’affaire des barbouzes de la DGSE est une affaire criminelle qui met en cause deux gardiens du camp de Cercottes (de la Direction générale de la Sécurité extérieure) qui auraient exécuté des contrats de tueurs pour différents commanditaires. Le premier de ces contrats est mené à son terme en 2018, par l’assassinat de Laurent Pasquali.

        Les enquêteurs envisagent l’hypothèse de leur participation dans une dizaine d’affaires, toutes n’ayant pas forcément conduit à des meurtres. Comme la surveillance d’un concurrent à la mairie de Saint-Maur-des-Fossés en 2014 par le maire alors en place Henri Plagnol ou encore la tuerie de Chevaline.

        Chronologie des différentes affaires

        2012 : tuerie de Chevaline

        La tuerie de Chevaline est un quadruple assassinat mystérieux le 5 septembre 2012 sur le bord d’un chemin forestier situé sur la commune de Doussard, à la limite de la commune de Chevaline.

        En février 2021, la police retrouve chez le commanditaire présumé du projet d’assassinat de Marie-Hélène Dini, Jean-Luc Avella Bagur, des munitions de Luger P06 . Ces munitions sont rares et ont été utilisées lors de la tuerie de Chevaline. Cette découverte entraîne le réexamen du dossier pour tenter de faire le lien entre les deux affaires1,2,3,4.

        2014 : affaire Henri Plagnol

        Henri Plagnol, qui fut secrétaire d’Etat de Jacques Chirac, aurait fait appel, avant les municipales de 2014 à Saint-Maur-des-Fossés, à la même cellule de barbouzes pour faire surveiller son concurrent, Sylvain Berrios qui est, à la suite de ces élections devenu maire. Par la suite, Henri Plagnol est condamné en 2017 à un an de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité. Il a été considéré comme complice d’un système de fausses factures payées par la mairie de Saint-Maur à une filiale de Bygmalion, la société impliquée dans la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 20125.

        Les enquêteurs semblent aussi faire un lien[évasif] avec l’agression de Jean-François Le Helloco, ami de Sylvain Berrios. Un matin d’octobre 2016, le conseiller départemental Jean-François Le Helloco est attaqué par deux hommes cagoulés dans le jardin de sa maison de Saint-Maur. S’ensuit une pluie de coups, des injonctions « Faut que tu arrêtes ! » et une photo souvenir6.

        2018 : meurtre de Laurent Pasquali

        Laurent Pasquali, pilote automobile, disparaît inexplicablement en 2018 à Levallois. Le 1er septembre 2019, un crâne et des ossements humains sont découverts dans un bois à Cistrières. Ils ne sont pas immédiatement identifiés7. On apprend par la suite qu’il s’agit du corps de Laurent Pasquali. Il a été abattu8 et enterré dans ce bois en Haute-Loire9,10,11. Laurent Pasquali aurait touché 200 000 euros pour apposer un logo sur sa voiture de rallye durant les courses et n’aurait pas respecté les termes du contrat12.

        2020 : affaire du syndicaliste d’Izernore

        Interpellé dans le cadre de l’affaire, un ancien journaliste au Dauphiné libéré, Frédéric Vaglio, reconnaît avoir reçu en janvier 2020 d’« amis » entrepreneurs dans le domaine de la plasturgie un versement de 75 000 euros, en règlement d’une mission d’élimination d’un syndicaliste appartenant à la CGT. Celui-ci n’aurait échappé à l’assassinat que par le repli rendu nécessaire par l’échec de la tentative de meurtre de Mme Dini, exposée ci-après. Mis en examen le 10 mai 2021 pour « association de malfaiteurs en vue de commettre un crime », ces « amis » sont écroués ; ils démentent totalement les accusations qui pèsent sur eux.13,14,15

        2020 : projet d’assassinat de Marie-Hélène Dini

        Le 24 juillet 2020, Marie-Hélène Dini cheffe d’entreprise, à la tête d’une école de formation de coach sort de chez elle en retard à Créteil (Val-de-Marne) . Elle aperçoit une voiture de police avec des policiers en train d’interpeller deux hommes. On apprendra par la suite que les deux hommes étaient armés, qu’ils sont gardiens d’un camp de la DGSE. Ils auraient eu pour ordre d’éliminer Marie-Hélène Dini, supposée être un agent ou une informatrice du Mossad, mais surtout, initiatrice d’une tentative de structuration de la profession de coach en France. Le commanditaire, un de ses concurrents, avoue avoir demandé son exécution car il craignait que la création d’un syndicat national ne fasse de l’ombre à son affaire,8,16,17.

        Suspects

        Exécutants présumés

        Pierre B. et Carl E. seraient les deux exécutants présumés qui travaillent pour la DGSE. Ils n’appartiennent pas au service action de la DGSE mais ils sont simplement des gardiens du camp d’entrainement de la DGSE à Cercottes. Ils ont comme pseudonymes : Dagomar et Adelard18.

        Commanditaires présumés

        Les commanditaires présumés semblent avoir pour point commun d’appartenir à une loge maçonnique nommée « Athanor » (nom médiéval du fourneau des alchimistes). Cette loge appartient à l’obédience Grande Loge de l’Alliance maçonnique française (GL-AMF). Créée au printemps 2012 à la faveur de la scission d’une autre obédience, la GL-AMF compte quelque 15 000 membres et 680 loges en France. Le 4 février 2021, la loge mise en cause, installée à Puteaux, dans les Hauts-de-Seine, a été fermée par le nouveau grand maître19.

        Réaction des obédiences et des organes maçonniques

        Le journal Le Parisien qui évoque l’affaire en une, sous le titre « Victime des tueurs francs-maçons », voit ce titre qualifié de« racoleur et putassier » par l’auteur du blog maçonnique Hiram.be, jugeant l’amalgame entre les auteurs des méfaits et leur qualité de franc-maçon comme teinté d’antimaçonnisme et alimentant les fantasmes véhiculés contre la franc-maçonnerie dans les milieux qui lui sont hostiles20.

        La Grande Loge nationale française précise dans un communiqué que les noms des deux suspects apparaissent dans leur registre entre 2009 et 2012, année de leur départ de l’obédience, sans jamais avoir occupé de postes significatifs. Elle affirme son indignation devant des agissements putatifs qui salissent la franc-maçonnerie tout entière21,22.

        Le grand maître du Grand Orient de France, dans une publication précise que le Grand Orient n’a aucun lien, ni même aucune connaissance de l’existence de cette loge maçonnique n 1, mise en cause dans les chroniques criminelles des médias français. Il affirme, tout en respectant la présomption d’innocence, que de tels agissements sur lesquels toute la lumière doit être faite, rejaillissent sur la franc-maçonnerie qui reste un ordre et une association humaniste respectueuse sans conditions des lois de la République23,24.

        Pour sa part la Grande Loge de l’Alliance maçonnique française à laquelle appartenait la loge Athanor, dissoute en février et à laquelle sont rattachés plusieurs protagonistes de l’affaire, rappelle « qu’en tant qu’obédience maçonnique, elle prône le respect strict et absolu de toutes les lois en vigueur dans notre République ». Elle suspend les membres incriminés jusqu’au rendu de l’enquête 25.

        Notes et références

        Notes

        1. La loge maçonnique n’appartenant pas à son obédience.

        Références

      2. « Derrière les Blaireaux des légendes, des tentatives assassinat en série », Le Canard enchaîné,‎ 24 février 2021.
      3. « Le démantèlement d’un réseau va-t-il relancer l’enquête sur Chevaline ? » [archive], sur www.20minutes.fr, 25 février 2021 (consulté le 25 février 2021).
      4. « Enquête. Quel lien entre la tuerie de Chevaline et l’officine criminelle franc-maçonne ? » [archive], sur www.leprogres.fr (consulté le 25 février 2021).
      5. « Haute-Savoie. Tuerie de Chevaline : une nouvelle piste inattendue » [archive], sur www.ledauphine.com (consulté le 25 février 2021).
      6. Laurent Léger, « Un ancien ministre faisait surveiller son adversaire par des barbouzes » [archive], sur Libération (consulté le 19 février 2021).
      7. Le JDD, « Le maire de Saint-Maur a vécu sous la menace d’ex-militaires et francs-maçons » [archive], sur lejdd.fr (consulté le 2 mars 2021)
      8. Centre France, « Faits divers – Un crâne et des ossements humains découverts dans un bois à Cistrières (Haute-Loire) » [archive], sur www.lamontagne.fr, 1er septembre 2019 (consulté le 5 février 2021).
      9. Jacques Monin , Elodie Guéguen , Cellule investigation de Radio France, « Barbouzes, francs-maçons et crimes en série : plongée dans une affaire judiciaire hors normes » [archive], sur franceinter.fr, 1er mai 2021 (consulté le 2 mai 2021)
      10. Centre France, « Faits divers – Les ossements découverts à Cistrières ont enfin été identifiés, le début de « l’affaire Pasquali » » [archive], sur www.lamontagne.fr, 4 février 2021 (consulté le 5 février 2021).
      11. Le JDD, « ENQUETE. L’invraisemblable officine criminelle qui réunissait francs-maçons et gardiens affiliés à la DGSE » [archive], sur lejdd.fr (consulté le 21 février 2021).
      12. Par Timothée Boutry et Jean-Michel Décugis et Jérémie Pham-Lê Le 3 février 2021 à 21h35, « Laurent Pasquali, pilote «boute-en-train» et première victime du réseau franc-maçon de tueurs » [archive], sur leparisien.fr, 3 février 2021 (consulté le 4 février 2021).
      13. Centre France, « Faits divers – Corps de Laurent Pasquali trouvé dans les bois de Cistrières : le pilote devait de l’argent à un sponsor » [archive], sur www.leveil.fr, 24 février 2021 (consulté le 26 février 2021)
      14. Christophe Labbé, « Derrière les Blaireaux des légendes, des tentatives d’assassinat en série », Le Canard Enchaîné,‎ 24 février 2021, p. 4
      15. Fatima Bouyablane, « AIN : des tueurs à gage en lien avec les renseignements devaient tuer un syndicaliste, une cheffe d’entreprise écrouée » [archive], sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes, 21 mai 2021 (consulté le 23 mai 2021)
      16. Thomas Prouteau, « Francs-maçons criminels : deux commanditaires d’un contrat présumé sur un syndicaliste interpellés » [archive], sur RTL, 19 mai 2021 (consulté le 23 mai 2021)
      17. Laurent Valdiguié, « Projet d’assassinat d’une coach : révélations sur les barbouzes de la DGSE et de la franc-maçonnerie » [archive], sur www.marianne.net, 2021-02-01utc13:39:35+0000 (consulté le 2 février 2021).
      18. Par Timothée Boutry et Jean-Michel Décugis et Jérémie Pham-Lê Le 2 février 2021 à 19h25, « Un réseau franc-maçon derrière la tentative de meurtre d’une coach par des agents de la DGSE » [archive], sur leparisien.fr, 2 février 2021 (consulté le 3 février 2021).
      19. Jean Guisnel, « Dagomar et Adelard : « gardes-barrières » à la DGSE et assassins ratés » [archive], sur Le Point, 14 février 2021 (consulté le 14 février 2021).
      20. « Tentative d’assassinat de Puteaux : « Athanor », une loge de la GL-AMF » [archive], sur Hiram.be, 5 février 2021 (consulté le 11 février 2021).
      21. Gérard Plumecoq (Geplu), « Un beau titre bien racoleur, bien putassier… » [archive], sur Hiram.be, 4 février 2021 (consulté le 11 février 2021) Inscription nécessaire.
      22. Jean-Laurent Turbet, « GLDF : Le Grand-Maître réagit concernant les présumés tueurs, francs-maçons et membres de la DGSE dont il est question dans la presse. » [archive], sur Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités (consulté le 11 février 2021).
      23. « Communiqué du Grand Maître » [archive], sur gldf.orf, 4 février 2021 (consulté le 24 mai 2021).
      24. Jean-Laurent Turbet, « GODF : Communiqué concernant l’affaire de la « Loge Puteaux » et les présumés assassins. » [archive], sur Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités (consulté le 25 février 2021).
      25. « Communiqué de Presse du 4 février 2021 » [archive], sur godf.org, 4 février 2021 (consulté le 24 mai 2021).

Laurent Léger,

« Cellule criminelle de barbouzes : une loge franc-maçonne dissoute » [archive]

      , sur liberation.fr,

13 février 2021(consulté le 12 juin 2021)

      .


Enquête sur les brocanteurs d’Affaire conclue

Curieusement, tout comme Xavier Sliman, le brocanteur de Charleville-Mézières qui serait très impliqué dans les tueries du Brabant, les acheteurs de l’émission télévisée française Affaire conclue affectionnent eux aussi tout particulièrement la Belgique pour leurs activités (voir ci-dessous).

L’on notera par ailleurs que celui de mes harceleurs complices du cybercriminel Jean-Marc Donnadieu de Béziers qui répond au nom de Patrice Seray et dit pour sa part résider avec son épouse Francine Cordier à Harsault, près d’Epinal, ville natale de Thierry Sliman, frère du précédent, qui serait également très impliqué dans les tueries du Brabant, une ville où il a d’ailleurs lui-même été domicilié au moins en 2010 (voir ci-dessous), cet « ufosceptique » du nom de Patrice Seray, donc, affiche sur Facebook son amitié avec l’ex star de cette émission Pierre-Jean Chalençon, vieil ami du vieil ami du pédophile notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi Alain Pougetoux :

 

https://www.facebook.com/patrice.seray/about

Patrice Seray

N’oubliez jamais qu’un ressenti n’est pas une réalité !
Aucun lieu de travail à afficher
Aucune école à afficher
Aucune relation à afficher
Les Amis de l’Afis – Science et pseudo-sciences

 

 

https://ufo-scepticisme.forumactif.com/t1052-ex-repas-ufologique-grenoblois-modif-titre-231014

Ex- Repas Ufologique Grenoblois (modif titre 231014) Empty Re: Ex- Repas Ufologique Grenoblois (modif titre 231014) 28/02/10, 05:42 pm

François Hays

Nombre de messages : 16
Date d’inscription : 11/12/2009
COMPTE RENDU DU 13e RUG

Le jeudi 4 février dernier s’est tenu le 13e repas ufologique grenoblois qui clôturait pour l’occasion un deuxième exercice. Vingt-neuf personnes se sont donc retrouvées au restaurant « Fleurs de sel » à Grenoble pour profiter de l’opportunité de s’exprimer à loisir, aucun intervenant n’ayant été programmé. J’eus le plaisir de constater que l’ufologue nord isérois Bruno Mazzocchi avait fait le déplacement, ce qui n’est pas fréquent. Je remarquai aussi que plusieurs nouveaux avaient pris place dans l’assemblée, signe du dynamisme de notre repas.
J’installai sur un petit espace à part une vingtaine d’ouvrages et revues d’occasion ouverts à la consultation mais aussi à la vente.

La traditionnelle revue de presse me permit de présenter quelques magazines disponibles en kiosque (Top secret n° 47, Nexus n° 66, Monde inconnu n° 342) mais aussi les revues ufologiques Ufomania n° 61, LDLN n° 396 et Ufo Log n° 22, fraîchement sorti des presses, et dont le rédacteur en chef avait apporté quelques exemplaires. Il fut aussi question de l’ouvrage de Laurent Glauzy Extraterrestres : les messagers du new age et du film District 9, récemment sorti en DVD. En revanche je n’eus pas le temps de présenter le travail de l’ufologue Patrice Seray qui propose trois cd-rom comprenant les scans de tous les articles ufologiques contenus dans la revue Nostradamus des années 1974, 1975 et 1976. Ce type de travail est à encourager parce qu’il met à notre disposition des archives difficiles à réunir. A commander chez l’auteur (33 rue d’Olima 88000 Epinal) pour 5 € l’un, port compris.

 

https://www.programme-tv.net/news/tv/291971-exclu-enquete-les-acheteurs-daffaire-conclue-gagnent-ils-vraiment-de-largent/

Exclu. Enquête : les acheteurs d’Affaire conclue gagnent-ils vraiment de l’argent ?

 

Le 19/01/2022 à 12:04 par Eric Le Bourhis Modifié le 19/01/2022 à 14:33
Voir toutes les photos de
Julien Cohen

 

S’il arrive parfois aux professionnels de l’émission d’enchères de France 2 de surpayer les objets à la télé, ils se rattrapent par ailleurs. Notre enquête.

Cités dans cet article

Caroline Margeridon
Caroline Margeridon
Caroline Pons
Caroline Pons
Diane Chatelet
Diane Chatelet

 

Faut-il prendre pour argent comptant ses déclarations ? Selon Julien Cohen, figure truculente d’Affaire conclue, ses quatre années de présence quasi-quotidienne à la table des enchères sur France 2, d’un strict point de vue comptable, ne lui ont pas permis de faire sauter la banque. À l’entendre, il y aurait même laissé du cash. « Sur les quelque 1850 objets acquis, je suis proche du seuil de rentabilité, mais je perds tout de même un petit peu d’argent », assène l’homme aux lunettes bleues, affirmant garder sur les bras 600 objets acquis dans l’émission. « Invendables pour la plupart, car achetés trop cher dans Affaire conclue, parfois pour faire plaisir aux participants qui ont traversé la France », précise celui qui est connu pour dégainer facilement son carnet de chèque. En attendant, ces derniers objets qui lui restent sur les bras continuent à orner ses boutiques. « J’espère les vendre au moins à prix coûtant « , affirme celui qui quittera définitivement l’émission dans quelques semaines.

Pas si rentable que ça, Affaire conclue ? Une affirmation en forme de trompe-l’œil pour le président des Puces de Saint-Ouen, François Casal : « Hormis quelques ‘coups de flambe’, il y a aussi de très bons achats à réaliser. Mais surtout, pour ces marchands passés de l’ombre à la lumière, l’émission s’est révélée être un vrai ascenseur promotionnel, certains s’imposant même aujourd’hui en caïds de la profession ! ». Un petit tacle à Julien Cohen, l’entrepreneur aux affaires par ailleurs florissantes ? Assurément.

« Comment revendre beaucoup plus cher un objet dont tout le monde connaît le prix d’achat initial pour l’avoir vu sur le petit écran ?« 

Autre figure emblématique de l’émission de France 2, l’antiquaire Caroline Margeridon, a aussi un avis affuté sur la question. Elle relativise d’abord l’effet « vu à la télé » : « Comment revendre beaucoup plus cher un objet dont tout le monde connaît le prix d’achat initial pour l’avoir vu sur le petit écran ? », ironise l’acheteuse qui, en général, « marge » par deux ou trois, selon les cas… et s’empresse justement d’exposer ses acquisitions en vitrine avant leur passage sur France 2. « Il m’arrive aussi souvent de casser les prix, pour faire plaisir ou tout simplement pour renouveler les objets de ma boutique « , précise-t-elle. Mais davantage que la plus-value sur la revente, la médiatique acheteuse, aujourd’hui suivie par plus de 100 000 followers sur Instagram – dix fois plus qu’il y a quatre ans –, affirme que sa nouvelle notoriété a surtout boosté comme jamais son accès aux marchandises, la matière première, le nerf de la guerre. « J’achète 50% d’objets en plus par rapport à 2017″, évalue-t-elle.

Même son de cloche du côté de ses collègues d’Affaire conclue, Caroline Pons et Diane Chatelet. « J’étais antiquaire depuis longtemps et bien avant la télé, mais c’est vrai que l’émission a été un vrai booster d’activité. Le message qu’elle renvoie à tous les téléspectateurs, c’est que si on a des choses à vendre, on peut les vendre et on peut aussi venir les acheter dans nos galeries. L’émission m’a donc value une énorme ouverture de clientèle, qui m’a vue dans l’émission et qui me fait confiance. A la base, je suis spécialiste d’art asiatique, un marché assez étroit. Aujourd’hui, on m’appelle tous les jours pour me proposer une porcelaine chinoise ou une laque du Vietnam. Affaire conclue a tout transformé de ce point de vue, vraiment ! « , développe Caroline Pons, qui, aujourd’hui, travaille moins en salon, mais davantage dans sa galerie du marché Serpette, aux puces de Saint-Ouen, récemment ouverte, et qui lui donne accès à une clientèle plus internationale.

Des ouvertures de boutiques en cascade

Sur cette ouverture phénoménale en visibilité et crédibilité, Diane Chatelet abonde. Antiquaire en chambre et courtier en oeuvres d’art avant l’émission, cette diplômée de l’Ecole du Louvre a profité de ce tremplin pour réorienter son activité en ouvrant une boutique au marché Serpette également, pour accéder à une clientèle internationale. « Grâce à l’émission, j’ai pu acheter et donc revendre beaucoup plus de mobilier ». La professionnelle s’est associée avec Gérald Watelet, le décorateur belge qu’on voit également dans Affaire conclue, et un autre marchand. Une organisation en trio qui lui donne de la souplesse pour continuer à chiner un peu partout.

Elle comme Caroline Pons sillonnent d’ailleurs régulièrement la France ou la Belgique, chacune de leur côté, allant même jusqu’à organiser des séances publiques d’expertise, avec option d’achat à la clé, indépendamment d’Affaire conclue. « On se signale quelques jours avant sur nos réseaux sociaux, on a une multitude de particuliers qui viennent nous voir avec leur objet« , détaille Diane Chatelet. Une activité avec les particuliers qui l’incite à ne pas acheter n’importe comment dans l’émission : « Quelque chose que j’achète 2000 euros à la télé, je ne peux pas me permettre de dire que ça en vaut 500 quand un particulier m’appelle pour un inventaire. C’est une question de crédibilité « .

Payés autour de 1000 euros par jour de tournage, à raison de six émissions par jour, les acheteurs de France 2 font donc une part importante de leur business dans la vraie vie avant tout. Et pour nombre d’entre eux, l’effet Affaire conclue a suscité l’ouvertures de boutiques. Julien Cohen, possède deux grands magasins à Saint-Ouen et Bruxelles, d’autres dans la Nièvre et en Angleterre, et projette de s’implanter aux USA, en parallèle de ses « maisons des brocanteurs » qu’il souhaite développer dans l’Hexagone. Caroline Margeridon, déjà implantée à Saint-Ouen, comme Diane Chatelet et Caroline Pons, projette d’ouvrir un ou deux autres lieux, à Bruxelles et au Luxembourg. Alexandra Morel, de son côté, vient d’ouvrir une surface de vente de 3000 m2, dans le quartier bruxellois des Marolles.

 



François Burgat : enfin un islamogauchiste qui s’assume !

Article qui pourrait être intéressant s’il n’était pas réservé aux seuls abonnés de Marianne.

Extrait :

Selon lui (François Burgat), les « rapprochements entre islamistes et forces de gauche » sont « les meilleurs remèdes à la spirale de la montée aux extrêmes ».

 

Se positionnant à l’extrême-gauche, il préconise son rapprochement avec les islamistes (effectif depuis déjà de très nombreuses années, commission d’attentats terroristes y compris), comme « meilleur remède à la spirale de la montée aux extrêmes », à commencer, donc, par l’extrême-gauche elle-même.

Vous comprenez ce qu’il raconte, vous ?

Moi oui, je connais tous leurs galimatias par coeur depuis des lustres.

Explications et traduction, donc :

1°/ Tout comme sa copine Josette Brenterch du NPA de Brest, et tous les autres chefs de l’ancienne LCR (qui soit dit en passant était déjà financée par des fonds occultes en provenance de l’Arabie Saoudite et du Qatar quand je m’y suis heurtée au sein d’AC ! en 2004 et 2005), François Burgat a tellement peur des « forces de gauche » qu’il va les infiltrer pour les « contrôler » ou « neutraliser », les manipuler, les pervertir. Il est à l’extrême-gauche pour y mener une contre-insurrection permanente qui s’est toujours traduite par un pourrissement systématique par la LCR ou le NPA de toutes les bonnes actions qui pouvaient être tentées par les uns ou les autres, notamment par des forces dites « de gauche », mais pas seulement, pour améliorer le sort des plus pauvres, des plus faibles ou des plus démunis ou pallier à des tas d’insuffisances ou de dysfonctionnements étatiques. Ainsi par exemple les associations de victimes sont-elles toutes dans le collimateur de la LCR ou du NPA qui s’attache à les détruire au prétexte que l’Etat et ses fonctionnaires seraient parfaits et ne pourraient donc tolérer la moindre critique, outre que les initiatives privées régies par la loi de 1901 sur les associations sont de toute façon idéologiquement proscrites à l’extrême-gauche – le tout Etat à la mode soviétique reste le dogme officiel pour les « révolutionnaires communistes », qui sont eux-mêmes fonctionnaires dans l’immense majorité des cas et défendent en fait avant tout leurs privilèges, matériels et autres, abus de pouvoir y compris (ils ont tous les droits et le revendiquent haut et fort).

2°/ Lorsqu’il parle de « spirale de la montée » à l’extrême-gauche, il vise en fait, non pas ses camarades de la LCR ou du NPA, qui n’ont jamais menacé aucun pouvoir en place, même le plus dégueulasse, et surtout le plus dégueulasse (en fait, en interne, les militants de la LCR ou du NPA assument parfaitement de tout faire pour pourrir au maximum le régime capitaliste qu’ils décrient, de le rendre totalement invivable afin de provoquer la révolution communiste de leurs voeux, tout en sachant pertinemment que personne n’en veut et qu’ils ne l’obtiendront jamais, et surtout pas avec des citoyens transformés en zombies ou tous au cimetière en conséquence de toutes leurs dégueulasseries (dont c’est le but, de toute façon : la contre-insurrection « casse » ou assassine tous ceux qui menacent de se rebeller, c’est sa mission et elle la remplit fort bien), raison pour laquelle ils ont depuis longtemps laissé tomber leurs chers « ouvriers » d’antan (devenus dans l’ensemble un peu trop instruits, réfléchis et critiques, donc à casser, à détruire), d’abord au profit de « jeunes » plus excités, puis des islamistes), mais tous ceux qui participent très honnêtement et sincèrement à des mouvements ou associations dits « de gauche » et se font donc repérer, étiqueter et dénoncer aux agents de la police politique comme « ultra-gauchistes » par ses gentils camarades militants de la LCR ou du NPA dont en 2008 la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie louait ce travail et toute la sagesse (et pour cause, moi qui suis un peu leur étalon à tous, ils m’avaient bien mise dedans…). Or, ce sont bien toujours ces militants de la LCR ou du NPA les casseurs et terroristes en tous genres – rappelons donc que l’ancien membre d’Action Directe Jean-Marc Rouillan est quand même bien chez eux et pas dans le sac fourre-tout « ultra-gauchiste », tout comme d’ailleurs le quasi terroriste islamiste François Burgat.

3°/ Le troisième terme de sa proposition aberrante concerne l’extrême-droite. Mais laquelle ? Certainement pas celle qui participe objectivement et activement à la commission d’attentats islamistes depuis 2012, et qui se répartit aujourd’hui derrière les deux candidats déclarés à l’élection présidentielle Marine Le Pen et Eric Zemmour, puisqu’il s’agit de ses complices autant que ceux du duo de terroristes Josette Brenterch / Pascal Edouard Cyprien Luraghi. Ceux qu’ils visent ici comme « extrémistes » doivent être tous ceux qui aujourd’hui dénoncent des pédophiles et leurs réseaux, un thème que je n’avais jamais abordé nulle part avant de me faire moi-même attaquer par la mafia pédophile à compter de l’année 2008.

Chic, alors ! J’ai encore tous les défauts !

En attendant, ce monsieur François Burgat qui doit être encore de la Chiraquie option Villepin vient de confirmer ce que j’ai toujours dit et encore très récemment de manière explicite : le « faire taire » habituel du NPA s’accompagne très bien d’attentats terroristes islamistes, « meilleurs remèdes » contre toute menace de dénonciation publique.

 

https://www.marianne.net/societe/laicite-et-religions/francois-burgat-lislamogauchiste-assume

François Burgat, l’islamogauchiste assumé

 

Le portrait du lundi

Par

Publié le 03/01/2022 à 12:45

 

Parfait arabophone et fin connaisseur du Proche-Orient, ce directeur de recherche émérite au CNRS assume ses liens avec le Qatar. Il en est convaincu : un rapprochement entre l’extrême gauche et les islamistes est le plus court chemin vers des jours meilleurs. Enquête.

 

Son estime pour Tariq Ramadan ? Il assume. Ses liens avec le Qatar ? Également. François Burgat, directeur de recherche émérite au CNRS, n’en fait pas mystère, il est président du Centre arabe de recherches et d’études politiques de Paris (Carep), lobby francophone de l’Arab Center for Research and Policy Studies de Doha. Des fonctions bénévoles, précise-t-il. Elles sont le résultat d’une longue et intense proximité avec les autorités politiques et religieuses de l’émirat, frères musulmans compris.

Le Lillois Mohammed Louizi, lui-même ancien militant frériste, a détaillé sur son blog les liens multiples qui unissent François Burgat à cette mouvance islamiste. Inlassablement, depuis deux décennies, François Burgat s’est attaché à « disculper les Frères de tout sectarisme salafiste totalitaire et liberticide », écrit Mohammed Louizi. Son but est de les rendre fréquentables aux yeux des Français, en usant de l’autorité que lui confère son expérience. Elle est considérable.

Selon lui, les « rapprochements entre islamistes et forces de gauche » sont « les meilleurs remèdes à la spirale de la montée aux extrêmes ».

 

Né en 1948 à Chambéry, François Burgat a passé plus du quart de son existence dans le monde arabe, pour le CNRS ou le ministère des affaires étrangères. De 2008 à 2012, il a été directeur du prestigieux Institut français du Proche-Orient, à Damas. Il est membre du comité de rédaction de la revue Orient XXI. Même ses nombreux ennemis en conviennent, il est comme un poisson dans l’eau sur le terrain et il connaît très bien son objet d’étude, à savoir les mouvements politiques du monde arabe. Le suivre les yeux fermés quand il en parle n’est pas pour autant recommandé, car François Burgat affectionne les raccourcis vertigineux.

 



Terrorisme en Tunisie : annonce d’une arrestation vendredi, décapitation dimanche

Je rappelle ma publication de vendredi, exposant le message que j’avais reçu de Tunisie à 12h48 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2020/12/18/a-rouen-une-magistrate-jugee-pour-le-vol-dun-portefeuille/

Il est probable que par l’assassinat commis dimanche dans la région de Kasserine les terroristes aient voulu rappeler que toutes leurs menaces sont bien réelles et sérieuses.

Celles qui planaient sur Lyon cet automne se sont finalement éloignées à la faveur d’un report d’audience qui aura été demandé par les terroristes eux-mêmes ou leur actuel et très audacieux fer de lance contre moi, après qu’ils eurent brusquement réalisé que, comme d’habitude, ils n’avaient strictement aucune chance de gagner le nouveau procès qu’ils me font, cette fois-ci à Lyon.

Mais ce n’est que partie remise en l’absence de toute poursuite contre leur « Konducator » bien-aimé, le cybercriminel pédophile, trafiquant de drogue et mythomane notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

 

https://www.leparisien.fr/international/tunisie-un-jeune-homme-decapite-dans-une-attaque-qualifiee-de-terroriste-20-12-2020-8415325.php

Le Parisien : Actualités en direct et info en continu
 

Tunisie : un jeune homme décapité dans une attaque qualifiée de «terroriste»

 

La région montagneuse de Kasserine, dans le centre du pays, subit fréquemment les assauts de groupes djihadistes, comme ce dimanche.

 

 La région de Kasserine a été déclarée zone militaire en 2013. Les attaques contre les forces de l’ordre et la police sont dans le centre-ville. (Illustration)

La région de Kasserine a été déclarée zone militaire en 2013. Les attaques contre les forces de l’ordre et la police sont dans le centre-ville. (Illustration) LP/Philippe de Poulpiquet

 

Par Le Parisien avec AFP

Le 20 décembre 2020 à 22h33, modifié le 21 décembre 2020 à 08h18

Un jeune homme a été décapité dimanche dans la région de Kasserine, dans le centre de la Tunisie. « Il est probable qu’un groupe terroriste soit derrière l’attaque », a indiqué le substitut du procureur général au tribunal de première instance de Tunis, Mohsen Dali.

Selon les radios locales, la victime est un berger qui faisait paître ses moutons lors de l’attaque. « Le corps appartenait à un homme de 20 ans nommé Oqba al-Dhibi », a précisé Mohsen Dali, ajoutant que la justice s’était saisie de l’affaire. Le ministère de l’Intérieur, contacté par l’AFP, n’a pas donné de précisions. L’attaque n’a pas été revendiquée dans l’immédiat.

Dans un bref communiqué dimanche, le Premier ministre tunisien Hichem Mechichi a dénoncé une « opération terroriste », soulignant que la guerre contre ce phénomène « doit se poursuivre sans relâche et avec la même ferme détermination ». Le Premier ministre a également demandé aux ministres de la Défense et de l’Intérieur d’intensifier les efforts pour « arrêter les auteurs et planificateurs de ces opérations et les punir ».

Deux frères assassinés récemment dans cette région par Daech

Ce n’est pas la première fois qu’un Tunisien est décapité par des djihadistes dans ces zones montagneuses du centre de la Tunisie. En 2015, Mabrouk Soltani, 17 ans, avait été décapité par un groupe extrémiste, un assassinat qui avait secoué l’opinion publique. Ses assassins avaient ordonné à son cousin, témoin de la scène, de ramener la tête enveloppée dans du plastique à la famille, selon des proches et le ministère de l’Intérieur.

Deux années plus tard, son frère aîné, Khalifa Soltani, avait été retrouvé mort lors d’une opération de ratissage lancée après l’annonce de son enlèvement par un groupe « terroriste », dans la même région. Ces deux assassinats avaient été revendiqués par le groupe djihadiste Etat islamique (EI, ou Daech).

La Tunisie a été confrontée après sa révolution en 2011 à un essor de la mouvance djihadiste, responsable de la mort de plusieurs dizaines de soldats et de policiers, mais aussi de civils et de touristes étrangers. Même si la situation sécuritaire s’est nettement améliorée, le pays reste sous état d’urgence depuis l’attentat suicide commis en plein Tunis contre la sécurité présidentielle (12 agents tués), en novembre 2015.

Les zones montagneuses au centre de la Tunisie sont également un repaire de la branche djihadiste locale d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), la Phalange Okba Ibn Nafaa qui avait revendiqué la mort de plusieurs soldats. Les autorités tunisiennes ont évalué à 100 ou 150 le nombre des combattants actifs de ce groupe.

 

https://www.realites.com.tn/2020/12/arrestation-dun-element-planifiant-un-attentat-terroriste-en-tunisie/

Arrestation d’un élément planifiant un attentat terroriste en Tunisie

 

Par B. L Publié le 18 décembre 2020 – 13:33:54

 

Les services de l’unité nationale d’enquête sur les crimes terroristes et les crimes organisés ont réussi à appréhender un élément terroriste, ayant prêté allégeance à l’organisation terroriste, Daech, qui planifiait un attentat en Tunisie.

Cette arrestation s’est effectuée en collaboration avec la direction centrale de lutte contre le terrorisme relevant de la direction générale des services spéciaux de la sûreté nationale sous l’égide du ministère public près du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme.

Dans un communiqué rendu public ce vendredi 18 décembre 2020, le ministère de l’Intérieur a précisé que l’élément en question a avoué avoir subi un entraînement dans la fabrication des explosifs et des matières toxiques en ligne. Il avait, par la suite, commencé à préparer un opération terroriste à l’instar des loups solitaires.

Le département a, par ailleurs, indiqué qu’une quantité importante de matières premières pour la fabrication des explosifs ainsi que des appareils électroniques ont été saisis.

Un mandat de dépôt a, ainsi, été émis à l’encontre de l’élément terroriste après avoir été déféré devant le pôle judiciaire antiterroriste.

 



Faites surveiller le téléphone portable de qui vous voulez…

Voilà le commentaire que je viens de trouver sur Satanistique :

 

http://satanistique.blogspot.com/2019/10/affaire-robert-boulin-le-dossier-nest.html

1 commentaire:

Faites surveiller le téléphone portable de qui vous voulez... dans AC ! Brest

Bonjour les gars, contactez deadlyhacker01@gmail.com ou Whatsapp: +1 3478577580 si vous avez besoin d’embaucher un vrai pirate pour surveiller à distance le téléphone portable de votre conjoint

RépondreSupprimer

 

Je rappelle ici que l’intégralité des lignes de mes proches comme les miennes sont toutes illégalement surveillées depuis au moins douze ans par la bande de cybercriminels du trafiquant de drogue et pédophile notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi sans que les magistrats brestois n’y aient jamais vu le moindre inconvénient… quoiqu’ils soient bien au courant de toutes les réalités de la situation…

Le « vrai pirate » en chef appelle depuis 2012 l’actuelle doyenne des juges d’instruction de Brest par son petit nom : Céline… ils sont intimes… ils s’adorent… surtout quand il s’agit de violer à tout va…



12345...31

Le Club des Jeunes |
Collectif citoyen de Monfla... |
JCM Consultant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hug Lo
| Reelnew
| coachingmeteo